Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Les droits des femmes

« Rights of women and—especially with regard to the elective franchise—by a woman—dedicated to Queen Victoria », 1847

John Stuart Mill

Texte intégral

  • 1 A. P. Robson et J. M . Robson éd., Sexual Equality, p. 161. Le texte provient de la collection Tayl (...)

La date exacte de ce texte n’est pas certaine. Selon les Robson, « ces documents sont de la main de Mill et comprennent des corrections de la main de Harriet Taylor ; ils n’ont pas fait l’objet d’une publication. Tout indique qu’ils ont été écrits entre 1847 et 1850 et semblent donc avoir été, au moins partiellement, une préparation à “Enfranchisement” de Taylor »1.

 

1Les affaires et les idées de l’homme sont l’objet d’énormément de progrès et de changements constamment à l’œuvre mais qui échappent à l’attention de ceux qui ne réfléchissent pas et qui sont trop lents. Parce qu’il faut une ou plusieurs générations pour procéder au changement engendré par chacun de ces progrès, et que cela ne s’effectue que pas à pas, des situations qui sont, en réalité, tout à fait changeantes restent figées pendant des périodes suffisamment longues pour donner l’impression erronée qu’elles sont en fait immuables et permanentes… Et ce n’est qu’avec le recul de nombreuses générations que l’on se rend compte qu’elles sont toujours en mouvement, allant toujours dans la même direction.

  • 2 Le terme est employé dans le même sens que dans la Déclaration des droits de l’homme, article 6 : « (...)

2Les privilèges et les exclusions légales fournissent un exemple remarquable de ce procédé. La majeure partie de chaque génération se figure que les privilèges et les interdictions, d’ordre légal ou coutumier, sont naturels, opportuns et appropriés, voire nécessaires, sauf ceux qui se trouvent contestés à ce moment-là, et sont pris au beau milieu d’un combat qui va justement mener à leur abolition, sachant qu’il n’arrive que très rarement que soit concerné plus d’une portion ou d’un groupe d’entre eux en même temps. Mais si l’on observe l’histoire dans son ensemble, on distingue une trajectoire générale qui consiste à mettre fin à tous les privilèges et interdictions. Autrefois tout n’était que privilèges et interdictions. Il n’existait aucun individu isolé ou groupe de personnes qui ne fussent entourés d’une ligne qu’ils n’avaient en aucun cas le droit de franchir. Dans la société, il n’existait aucune fonction ou activité, suffisamment désirable pour qu’elle vaille d’être protégée, qui ne fût strictement réservée à un groupe ou un corps d’individus clairement circonscrit. Certaines fonctions étaient réservées à des familles spécifiques, d’autres à des guildes, des corporations ou des sociétés particulières. Quiconque connaît ces temps passés sait que non seulement le privilège et l’interdiction étaient la règle générale mais aussi qu’ils reflétaient les idées de l’humanité. Quand on imaginait une action ou une occupation, privée ou publique, tout le monde trouvait naturel que celle-ci fût l’apanage de certains, et que d’autres en fussent exclus. Personne ne se demandait jamais pourquoi il fallait qu’il en fût ainsi, ou si la nature de la dite action ou de la dite occupation nécessitait que ce fût le cas. Les gens s’interrogent rarement sur ce qui reflète l’esprit général de ce qui les entoure, mais réservent leurs questions pour ce qui ne s’accorde pas avec l’esprit de leur milieu. Même la liberté de disposer de son corps, le droit de percevoir les fruits de son propre travail constituait autrefois un privilège et l’écrasante majorité des hommes en était exclue. Pour nos contemporains cela semble monstrueux et anormal ; mais pour les gens de l’époque, c’était la plus normale des choses. Ce n’est que très progressivement que l’on s’est débarrassé de cet état de fait, en passant par des conditions intermédiaires : celle du serf, celle du vilain etc. Dans d’autres lieux, il y avait un système de castes, qui nous semble si anormal à nous, mais que les Hindous considèrent si normal qu’ils n’y ont pas encore renoncé. Chez les premiers Romains, les pères avaient le droit de vie ou de mort sur leurs fils, ils pouvaient aussi les réduire en esclavage, ce qui leur semblait très normal et nous semble tout à fait anormal. La propriété de la terre était, dans l’Europe féodale, le privilège du noble. L’exclusivité n’a été que partiellement levée et en Allemagne encore, beaucoup de terres sont réservées à la noblesse. Jusqu’à la Réforme, l’enseignement de la religion était le privilège exclusif d’un certain groupe d’hommes et la lecture même de la Bible était un privilège. Ceux qui vivaient à l’époque de la Réforme ont cessé de reconnaître ces privilèges et ces interdictions mais d’autres, par conséquent, n’ont pas été remis en question. Partout sur le continent le pouvoir politique et le statut d’officier militaire étaient le privilège de la noblesse héréditaire, jusqu’à ce que la Révolution française mît fin à ces privilèges. Presque partout, les métiers et les professions ont cessé d’être des privilèges. Ainsi les interdictions ont disparu, l’une après l’autre jusqu’à ce que le privilège ne soit plus la règle générale pour devenir, de plus en plus, une exception. On ne pense plus systématiquement qu’il devrait y avoir des interdictions, et l’on concède que la liberté et l’admissibilité2 devraient l’emporter, lorsqu’il n’y a pas de raison spéciale qui justifierait qu’elles soient limitées. Quiconque mesure à quel point cette évolution constituait un changement colossal par rapport aux opinions et sentiments primitifs ne peut que conclure qu’il ne s’agissait de rien de moins que le progrès le plus important que la société eût connu jusque-là. Ce n’est, en effet, rien de moins que le commencement du règne de la justice, ou, au moins, l’aurore de celui-ci. C’est à ce moment qu’on a introduit le principe selon lequel les distinctions et les inégalités de droits ne sont pas, en elles-mêmes, de bonnes choses et qu’il s’ensuit qu’aucune ne devrait subsister pour laquelle il n’existe pas de justification spéciale, fondée dans le bien public, commun à tous, privilégiés et exclus.

3Étant donné le temps qu’il a fallu pour que cette évolution ait lieu et vu que le changement est tout récent, il aurait été étonnant que ne subsistent pas de nombreuses interdictions, qui ne correspondent en rien à l’exigence de fondement dans le bien public qui est, elle aussi, très récente. De la simple existence, présente ou passée, d’une telle interdiction, on ne peut présumer qu’elle devrait effectivement exister. Au contraire, il nous faut plutôt supposer que c’est une relique d’un ordre ancien, dominée par les privilèges et les interdictions. Que l’opinion n’y ait pas encore mis fin ne signifie en rien qu’elle n’aurait pas dû l’abolir, ou qu’elle ne va pas le faire à l’avenir.

4Nous voulons donc examiner si tel n’est pas le cas de l’un des principaux privilèges qui continuent d’exister, à savoir le privilège du sexe, afin de déterminer si l’incapacité civile et politique des femmes est, plus que pour toutes les interdictions qui ont successivement disparu, juste et fondée par l’intérêt de la société.

5Il doit d’abord être observé que l’incapacité des femmes est précisément du même ordre que celles dont l’époque moderne est le plus fière de s’être débarrassée : l’incapacité de naissance. C’est l’orgueil de l’Angleterre qu’ici, même si certaines personnes ont un privilège de naissance, au moins il n’y a pas d’interdiction de naissance : n’importe qui peut devenir pair, membre du parlement ou ministre ; le chemin qui mène aux plus hautes fonctions est ouvert à tous, même aux plus humbles. Mais il est irrévocablement fermé aux femmes. Une femme naît frappée d’interdiction et ne peut, malgré tous ses efforts, mettre fin à son incapacité. Sa situation est ainsi tout à fait unique dans toute l’Europe moderne et semblable à celle du nègre en Amérique. Elle est pire que celle du roturier dans l’Europe d’autrefois, puisque celui-ci pouvait parfois recevoir ou acheter un titre de noblesse. L’incapacité des femmes est la seule qui soit sans appel.

6Une autre caractéristique de la situation des femmes, c’est que l’interdiction frappe des êtres qui sont de la même race, du même sang, des mêmes parents que les privilégiés et ont parfois même été élevées et éduquées à leurs côtés. On ne peut donc pas prétexter l’appartenance à un autre groupe ou à une autre classe sociale. Les exclues jouissent donc des mêmes avantages en matière de savoir-vivre et de culture que ceux auxquels des droits sont accordés, et ont ou pourraient avoir les mêmes avantages en matière d’éducation au sens large du terme.

  • 3 En français dans le texte.

7Il est donc nécessaire de protester tout d’abord contre une manière de penser les interdictions politiques, qui, bien que moins courante que par le passé, demeure très courante, à savoir qu’une interdiction, une exclusion, une incapacité, n’est pas en soi néfaste et cause légitime de plainte. Cette opinion est celle de nombreux personnages solennels et dignes qui se figurent que lorsqu’ils l’expriment, ils font preuve de bon sens, de sagesse, de raison, et montrent leur supériorité face à la stupidité et la sentimentalité. « Quelle raison a-t-on de se plaindre de ne pas être autorisé à voter ? », disent-ils, « Quel bénéfice trouveriez-vous à voter ? Pourquoi voudriez-vous avoir ce droit ? » Ils vous demandent toujours de citer une privation, une souffrance, un désagrément concret qui vous touche en tant que conséquence de ce dont vous vous plaignez. Ces gens sont les ennemis de toute forme de liberté. À ceux qui protestent, ils disent « N’êtes-vous pas suffisamment libres ? Que voulez vous faire que vous ne faites déjà ? » Il est très étrange de constater qu’ils croient ainsi faire montre de bon sens et de sérieux. Toutefois ils n’aiment pas appliquer leur doctrine à leurs propres libertés. Imaginons une loi qui leur interdirait de quitter les îles britanniques, et qu’à leurs plaintes on répondrait ainsi : « La Grande-Bretagne n’est-elle pas assez grande pour vous ? L’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande ne sont-elles de merveilleux pays ? N’offrent-elles pas assez de diversité pour satisfaire toute personne raisonnable ? Pourquoi donc vouloir aller à l’étranger ? C’est ici qu’est votre place. Ici que sont vos devoirs. Vous n’avez rien à faire à l’étranger : vous n’êtes ni marin ni marchand ni ambassadeur. Restez chez vous. » Ne répondraient-ils pas : « Cher ami, il est bien possible que je ne veuille jamais me rendre à l’étranger, ou que je ne puisse pas le faire même si j’en ai le désir : mais cela ne vous donne en aucun cas le droit de dire que je n’irai pas. Il est injuste de me priver ainsi, en me disant que même si j’ai envie d’aller à l’étranger, je n’en ai pas le droit. La perspective de passer toute ma vie dans cette maison, et très différente de celle d’y être retenu prisonnier. » Or, c’est exactement ce que ces gens (qui estiment leurs idées sages parce qu’elles sont limitées) considèrent pouvoir supprimer de la vie de tout un chacun, à l’exception d’eux-mêmes, sans causer de tort à ce qui fait toute la valeur de la vie. Ils pensent qu’on ne perd rien tant que l’on n’est pas privé de quelque chose que l’on possède déjà ou qu’on ne nous interdit pas de faire quelque chose que l’on fait déjà : mais la valeur de la vie n’est pas faite de ce que l’on a ou que l’on fait déjà, elle consiste en ce que l’on pourrait avoir ou faire. C’est la liberté, le pouvoir et l’espoir qui donnent son charme à la vie. Du moment que vous avez l’air à votre aise, ça ne les dérange pas de mettre fin au possible, de décréter que vous n’aurez pas de carrière, d’émotions fortes, que ni le hasard ni vos efforts ne pourront faire de vous plus que ce que vous n’êtes déjà. Voilà l’essentiel de la doctrine de ceux qui font les lois pour les autres. Personne ne fait de telles lois pour les appliquer à soi-même. Quand ils sont eux-mêmes concernés personnellement, ces messieurs savent bien que c’est précisément l’inconnu3, l’indéfini dont il est insupportable d’être privé. Ils savent que ce ne sont pas les choses qu’ils veulent faire mais le pouvoir de faire comme ils veulent qui constitue la différence entre le mécontentement et la satisfaction. Sur le plan personnel, tout le monde estime sa situation en proportion de la liberté qui la définit. Pourtant ces mêmes gens pensent que l’on peut soustraire la liberté de la situation des autres sans leur porter préjudice. À ceux qui s’en plaindraient ils répondent que leur grief est uniquement théorique ; mais quand ils sont eux-mêmes concernés, ils se rendent compte qu’untel grief est on ne peut plus réel. « Le domaine qui convient aux femmes est la vie de famille. » Laissons de côté le terme « convient » qui élude la question et demandons-nous ce que signifie cette affirmation : qu’aucune femme n’est apte à la moindre fonction sociale, mise à part la vie de famille ? Il est difficile de s’en tenir à cette position non seulement face aux nombreuses femmes qui se sont distinguées en temps qu’écrivains, mais aussi si l’on considère le grand nombre de souverains qui étaient des femmes, ce non seulement en Europe mais aussi en Orient, où elles sont enfermées dans des harems. L’affirmation ne peut donc que signifier qu’une large proportion de l’humanité doit se consacrer essentiellement à la bonne gestion du foyer, l’éducation des enfants etc., et que ce genre de tâche convient particulièrement aux femmes. En admettant que l’on accepte la validité de cette notion, il faut alors demander s’il existe d’autres cas où l’on pense nécessaire d’assigner, dès leur naissance, une multitude d’individus à une fonction exclusive, par peur de manquer de gens, ou au moins de gens qualifiés, pour l’exercer ? Les charbonniers, paveurs, laboureurs, marins, cordonniers, employés de bureau, et ainsi de suite sont tous nécessaires, mais s’ensuit-il qu’il est nécessaire que ces fonctions soient attribuées à la naissance, et qu’il soit ensuite interdit de les quitter ? De plus, y a-t-il un lien nécessaire entre le fait que des personnes soient employés de bureau ou cordonniers, et le fait qu’elles ne puissent avoir une pensée ou une opinion sur un autre sujet que le travail de bureau ou la fabrication des chaussures ? C’est bien pourtant ce qu’on sous-entend quand on refuse aux femmes le droit de voter.

8Les hommes qui ont un métier, aussi prenant qu’il soit, ne sont pas censés s’intéresser moins à la bonne conduite des affaires publiques, ou être moins en droit d’exercer leur part d’influence sur celles-ci au travers de leurs votes. Personne ne pense que seuls les oisifs devraient voter. Un cordonnier, un charpentier, un fermier, peuvent tous voter. Ceux qui jugent que les éboueurs ou les charbonniers ne devaient pas avoir le droit de vote ne fondent pas leur jugement sur le métier mais sur la pauvreté ou le manque d’éducation. Il faut étendre ce principe d’interdiction aux deux sexes dans la même mesure. Pour toute classe d’hommes admise au suffrage, il faut admettre la classe correspondante chez les femmes.

9Si l’emploi habituel d’une femme, qu’elle l’ait choisi elle-même, ou qu’il ait été choisi pour elle, est de s’occuper d’une famille, elle ne sera pas plus distraite de son travail par le fait de participer à une élection que son voisin sera distrait de sa fonction ou de son commerce.

10Cependant, le sentiment que l’on exprime par des phrases telles que « pour les femmes, la sphère appropriée est la vie privée », « les femmes n’ont rien à faire en politique » et d’autres du même genre, est moins lié aux femmes en tant que femmes qu’à la peur de voir des nouveaux venus revendiquer leurs droits politiques, contre toute attente. En Angleterre tout particulièrement, on est réticent face à ceux qui s’expriment soudain sur les questions politiques ou plus généralement qui se mettent à avoir des opinions sur d’autres choses que leurs affaires propres. On a toujours tendance à dire : « En quoi cela vous concerne-t-il ? » Quand des gens entendent leurs ouvriers ou leurs commerçants parler politique, ils font toujours une remarque désobligeante. Tout se passe comme si ça les contrariait qu’il y ait plus de gens que prévu qui soient à même de leur poser des problèmes de ce côté-là. Les hommes éprouvent le même sentiment face à leurs fils, à moins que les opinions des fils ne soient que le reflet des leurs et si les femmes et les filles se mettaient à revendiquer le même privilège, ils auraient l’impression d’un désagrément supplémentaire, d’une provenance inattendue.

  • 4 Ministre autrichien (1773-1859), réputé pour être très conservateur.

11La vérité, c’est que tout le monde se figure qu’il est plus difficile de savoir comment s’y prendre avec des individus ou des groupes qui ont leurs propres opinions. De plus, tout le monde sait que la valeur intrinsèque des opinions, sauf quand il s’agit de la sienne propre, ne compense pas cette difficulté. Mais c’est bien ce que ressentent aussi les ministres des souverains despotes face à l’opinion populaire dans son ensemble. C’est même exactement ce que pense Metternich4, ce qui, dans son cas, est logique. Il dit, ou aimerait dire, qu’il faut laisser la politique à ceux que cela regarde. Mais ceux que ça ne regarde pas disent : non, ceux dont ce n’est pas l’affaire en particulier, peuvent et devraient tout de même avoir une opinion, tandis que d’autres, les femmes par exemple, ne devraient pas en avoir. Les constitutionalistes et les libéraux ont raison contre Metternich, mais leur position se base sur des arguments qui leur donnent tort face à ceux qu’ils voudraient eux-mêmes exclure. Metternich a tort parce que si seuls ceux dont la politique est le métier pouvaient avoir une opinion politique et le droit de vote, le reste des gens seraient livrés aux mains des professionnels de la politique et n’auraient aucun droit de regard sur leur sort. Cet argument permet d’affirmer qu’il ne faut exclure personne et surtout pas une classe ou un groupe entier d’individus. Il serait en effet très néfaste qu’une partie intégrale de la société soit laissée sans aucun moyen politique de se défendre. En tout cas, pour justifier une telle interdiction, il faudrait montrer qu’il serait encore plus néfaste de permettre à ce groupe de s’armer d’opinions et de votes. Il est possible de prétendre que tel serait effectivement le cas si l’on donnait le droit de vote à ceux qui sont très ignorants, voire, dans certaines éventualités, à ceux qui sont très pauvres. Mais il est impossible de montrer qu’accorder le droit de vote aux femmes du même rang social que les hommes qui ont déjà ce droit serait en effet néfaste.

12Objection : « Vous passeriez votre temps à vous disputer. » Affirmer que les gens ne peuvent pas être en désaccord sur des questions importantes tout en continuant de vivre ensemble sans se quereller, équivaut à la plus complète condamnation du mariage. En effet, si deux personnes ne peuvent vivre ensemble à moins que l’un d’entre eux ne soit qu’un pantin qui aurait abdiqué ses opinions et sa volonté en faveur de l’autre, alors le mariage ne vaut que pour les tyrans et les moins que rien.

13Mais la proposition est erronée. Les époux ne vivent-ils pas en parfaite harmonie, bien qu’ils aient des opinions ou mêmes des sentiments différents sur des choses bien plus intimes que la politique ? Ne trouve-t-on pas, par exemple, des couples qui ont des opinions religieuses différentes ? Et les époux n’ont-ils pas continuellement des opinions divergentes sur d’innombrables questions d’ordre privé, sans pour autant se disputer ? Les gens qui ne supportent pas que la personne avec qui ils vivent puisse penser autrement qu’eux en matière de politique ou de religion, ont tendance à se marier, s’ils se marient, soit avec quelqu’un qui n’a pas d’opinions, soit avec quelqu’un qui a les mêmes opinions qu’eux. De plus, si l’on essaye de dissuader les femmes de se former leurs propres opinions politiques, on ne peut que parvenir à empêcher que se forment des opinions indépendantes et désintéressées. Car, pour une femme, ne pas avoir d’opinions politiques, revient à épouser l’opinion politique qui représente au mieux les intérêts pécuniaires ou la vanité sociale de la famille. Si des opinions honnêtes, mais divergentes, peuvent être à l’origine de dissensions, n’en va-t-il pas de même entre un homme qui a une opinion et une conscience politique et une femme qui voit ce qu’elle considère être les intérêts de sa famille sacrifiés au nom de causes qui l’indiffèrent ? Sauf qu’effectivement, le sens de l’intérêt public est rarement assez fort chez l’homme pour ne pas céder à la résistance de la femme, surtout s’il l’aime vraiment. Or, quand les femmes et les hommes vivent vraiment ensemble, et sont les partenaires les plus intimes (ce qu’ils n’étaient pas dans les républiques antiques), les hommes ne peuvent avoir le sens de la patrie ou de l’intérêt commun que si leurs femmes ne l’ont pas aussi. Il est difficile de préserver des sentiments nobles, lorsque vos proches ne les partagent pas. L’épouse est l’incarnation de l’égoïsme familial jusqu’à ce qu’elle s’habitue à entretenir des sentiments plus généreux et tienne compte d’enjeux plus larges. Lorsque c’est le cas, cependant, parce qu’elle est généralement plus sensible aux émotions et possède une conscience plus délicate, elle devient l’inspiration principale de ces sentiments nobles chez les hommes qu’elle côtoie.

14L’idée que les femmes fassent de la politique déplaît à beaucoup d’hommes, ce qui s’explique, à mon sens, parce que l’on considère la politique comme un mal nécessaire, qui donne lieu à des sentiments querelleurs et peu aimables, dont il faut restreindre la portée autant que possible afin que les foyers et les relations sociales en soient entièrement dégagés, et restent régis par des principes qui neutralisent l’influence de celle-ci. Si l’on considère cette façon d’aborder le sujet, on en vient à penser que la menace qui pèse sur les temps modernes provient de ce que l’on accorde trop de sérieux à la politique ; les gens seraient en général si véhéments en la matière qu’il faudrait les freiner afin qu’ils ne se disputent pas lorsqu’ils se rencontrent. Or, nous savons qu’en vérité les gens sont pour la plupart peu enthousiastes quand il s’agit de politique, sauf si leurs intérêts personnels ou la position de leur classe sociale sont en jeu, et, dans ce cas, les femmes sont déjà tout aussi véhémentes que les hommes. De plus, cette volonté de ne pas penser à l’intérêt supérieur de l’humanité, ou de ne pas l’évoquer, quand les gens se réunissent à titre privé, n’empêche pas la rancune ou l’animosité de s’exprimer en société : elle permet juste que ces dernières ne surgissent pour des raisons insignifiantes.

15À quoi sert de tout faire pour éviter que les gens ne se déplaisent en raison de questions ayant trait à la liberté ou au progrès de l’humanité, pour qu’ils se détestent finalement par jalousie, mesquinerie ou dépit ? Les esprits vifs et sensibles ont besoin de s’intéresser à quelque chose et finiront toujours par le faire. S’ils doivent s’en tenir exclusivement à des problèmes personnels, alors leurs sujets d’intérêts se cantonnent à des enjeux dérisoires, et la vanité sociale et personnelle devient leur seule motivation : les rivalités entre personnes causant bien plus de haine et de méchanceté que les divergences d’opinions politiques.

  • 5 Référence à La Genèse, 16, 12.
  • 6 Élizabeth Fry (1780-1845).
  • 7 Au début du xixe siècle, ces deux systèmes pédagogiques pourtant proches furent l’enjeu d’un débat (...)

16Comme il est absurde de prétendre que l’on peut rendre l’homme aimable en s’assurant qu’il ne s’intéresse qu’à lui-même et à son cercle de connaissances. L’expérience ne montre-t-elle pas que, lorsque les gens ne s’intéressent qu’à eux-mêmes et à leur famille, alors la main de chacun sera contre tous5, et que ce n’est que dans la mesure où l’on s’intéresse à la chose publique ou à des principes abstraits que se forme un quelconque sens social ? Si, en Angleterre, chaque homme vit retranché dans son foyer et éprouve une forme d’antipathie et de répugnance à l’égard des autres, et ce au détriment du sens social, c’est parce qu’en Angleterre, on ne se préoccupe guère des grandes idées et de l’intérêt général de l’humanité. Dès que l’on suscite de l’intérêt pour cet aspect des choses, que ce soit à propos des nègres ou des détenus en prison, la nature des individus s’en trouve à la fois élevée et adoucie, parce qu’une dimension compassionnelle est alors créée, par le simple fait que l’on éprouve de la commisération ensemble, même si cela ne concerne qu’un sujet très limité. Pourtant, vous préférez interdire que la compassion des femmes n’influe sur les grandes questions de ce monde. Il faut noter, à ce propos, que presque tous les mouvements populaires qui ont mené avec succès à des progrès sociaux dans ce pays sont ceux auxquels les femmes ont participé activement, dans un esprit de fraternité avec les hommes engagés dans ledit mouvement : l’abolition de l’esclavage, la construction des écoles, l’amélioration des prisons… Pour ce dernier, on sait qu’un des principaux dirigeants était une femme6 et l’on sait aussi que ces trois mouvements doivent leur réussite aux quakers chez qui les femmes participent tout autant que les hommes aux actions publiques. Il est probable qu’aucun de ces progrès n’aurait été accompli si les femmes ne s’y étaient pas autant investies ; si les hommes concernés n’avaient pas été constamment motivés par les sentiments des femmes qu’ils côtoyaient, et ne s’étaient pas sentis obligés de se justifier auprès des femmes pour tout défaut ou tout échec. De plus, qui peut prétendre que l’harmonie de la vie de famille ou des rapports sociaux s’est trouvée dégradée parce que les femmes s’étaient intéressées à ces sujets ? On dira qu’il s’agissait là de questions qui relevaient de la compassion et qu’elles convenaient, en ce sens, aux femmes. Mais dans la mesure où ces questions étaient liées aux intérêts d’individus, elles étaient tout autant sources d’aversion que de compassion : peu de sujets ont, en effet, rencontré une opposition politique si véhémente et une telle démonstration d’esprit partisan que l’esclavage aux Antilles et les écoles de Bell et de Lancaster7.

17« À quoi sert de donner le droit de vote aux femmes ? » Avant de répondre à cette question, il faudrait peut-être en poser une autre : À quoi sert le droit de vote tout simplement ? Quelle qu’en soit son utilité en effet, celui-ci est valable pour les femmes. Le vote sert-il à protéger les intérêts particuliers des électeurs ? Alors les femmes doivent avoir le droit de voter parce que la loi sur la propriété des femmes, leurs droits envers leurs enfants, leurs droits concernant leur propre personne, auxquels il faut ajouter le fait que les cours de justice sont extrêmement mal dirigées lors des affaires de violence, parfois des plus atroces, de maris envers leurs femmes, contribuent tous à un ensemble de griefs qui n’a pas d’équivalent pour une autre classe ou un autre groupe de personnes. Est-ce que le droit de vote est un moyen d’encourager l’intelligence des électeurs et de les sensibiliser à un ensemble d’intérêts plus large ? Ceci serait aussi salutaire pour les femmes que pour les hommes. Le fait de donner le droit de vote peut-il élever la position et la considération sociale ? Permet-il d’éviter que les électeurs ne soient l’objet d’un traitement différent, insultant et désavantageux ? Ceci s’applique particulièrement au cas des femmes et constituerait une raison suffisante s’il n’y en avait pas d’autres. Les femmes doivent avoir le droit de vote parce que sinon elles ne sont pas les égales des hommes mais leurs inférieures.

18Tout cela est si clair que quiconque affirme qu’il est juste d’exclure les femmes du suffrage ne le fait que dans le but précis de les étiqueter comme inférieures.

Notes

1 A. P. Robson et J. M . Robson éd., Sexual Equality, p. 161. Le texte provient de la collection Taylor Mill qui se trouve à la London School of Economics.

2 Le terme est employé dans le même sens que dans la Déclaration des droits de l’homme, article 6 : « Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics. »

3 En français dans le texte.

4 Ministre autrichien (1773-1859), réputé pour être très conservateur.

5 Référence à La Genèse, 16, 12.

6 Élizabeth Fry (1780-1845).

7 Au début du xixe siècle, ces deux systèmes pédagogiques pourtant proches furent l’enjeu d’un débat qui agita le pays ; l’affaire prit notamment une dimension religieuse en opposant les anglicans et les non-conformistes.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540