Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Du mariage (2)

« On Marriage », 1832

Harriet Taylor

Texte intégral

Ce texte, ou ébauche, de Taylor a été écrit approximativement en 1832-1833, c’est-à-dire à la même date que le texte de Mill (voir dans l’anthologie « Du mariage (1 )»). Il figure aussi dans la collection Taylor Mill de la London School of Economics, n’est ni daté ni signé, mais est écrit de la main de Taylor.

 

  • 1 C’est, en effet, une des caractéristiques de l’éducation des filles à l’époque. D’après l’historien (...)

1Si j’étais, pour un temps, la providence et réglais les affaires du monde à la seule fin d’élever la condition des femmes, c’est vers vous que je me tournerais pour connaître les moyens de cette entreprise dont la fin serait de lever tous les obstacles à l’attachement, ainsi qu’à tout ce qui constitue une manifestation d’affection ou peut être supposée telle. Étant donné l’état dans lequel se trouvent les esprits des femmes actuellement, n’ayant reçu aucune instruction, et vu que la dépendance totale dans laquelle elles vivent multiplie par mille la timidité et dépendance qui sont peut-être inhérente à leur nature, il serait probablement néfaste de lever toutes les barrières d’un seul coup. Elles devraient alors payer un tribut plus important encore pour se procurer des protecteurs, sans que leurs natures en soient aucunement élevées ; il me semble qu’une fois qu’on aura transmis aux femmes le désir d’élever leur condition sociale, elles auront un pouvoir qui dans l’état actuel de la société et des caractères des hommes, aurait un effet considérable. Que la nature ait fait une différence entre la nature des hommes et celle des femmes ou pas, il semble qu’aujourd’hui tous les hommes, à l’exception de quelques nobles esprits, soient plus ou moins adeptes de la volupté. En revanche, ce trait de caractère se rencontre très rarement chez une femme, même si les apparences peuvent être trompeuses dans certains cas. Il peut paraître étrange qu’il en soit ainsi, à moins que l’on ait pensé possible d’en tirer du pouvoir à ce stade de demi-civilisation qui est le nôtre ; mais peut-être n’est-ce pas le cas, peut-être est-ce seulement que les garçons sont habitués à la liberté et à une certaine complaisance et que la notion contraire, dite de pureté chez les filles, a conduit à une apparence de nature distincte selon les sexes. Aussi sûrement qu’il n’y a présentement aucune espèce d’égalité (puisque tous les plaisirs qui existent sont pour les hommes et que tout ce qui est désagréable et douloureux échoit aux femmes), tous les plaisirs sortiraient grandis à la fois en quantité et en qualité s’il y avait une parfaite égalité des sexes. On éduque les femmes dans un seul but, celui de gagner leur vie grâce au mariage1 (pour certaines malheureuses ce but est atteint sans même passer par l’église ; elles ne me semblent pas pires que leurs sœurs que l’on honore). Être mariées : voilà l’objet de leur existence, et une fois ce dessein accompli, leurs vies prennent fin, véritablement, du moins une vie qui mérite ce nom ou qui n’est pas vaine. Peu de mariages reposent sur une réelle sympathie entre les époux et un véritable plaisir mutuel. La femme est consciente de son pouvoir et s’en sert pour obtenir ce qui, d’après l’éducation qu’elle a reçue, convient à son statut : la femme qui acquiert le pouvoir de la sorte n’est pas apte au pouvoir, mais elles utilisent néanmoins ce pouvoir pour de dérisoires avantages et je suis étonnée qu’il ne leur soit jamais venu à l’idée d’en faire usage pour servir des ambitions moins limitées ; mais leurs esprits sont dégénérés parce que trop habitués à la dépendance. Je crois que dans cinq cents ans les gens penseront que toutes les bêtises de leurs ancêtres, les plus incroyables et les plus méprisables auront été les lois contraignant les sentiments ou plutôt l’expression de ceux-ci. Quand le législateur entreprend de dire comment et auprès de qui on peut exprimer ses sentiments, il semble assez absurde de ne pas légiférer sur toutes ces manifestations ; dire combien peuvent être vues, entendues, quel genre et quel degré de sentiment autorisent de serrer une main… Seuls les Turcs sont cohérents…

2Je ne doute pas que, quand tout le monde sera vraiment éduqué, les lois qui encadrent le mariage, si elles existent toujours sous leur forme actuelle, tomberont en désuétude, parce que personne ne se mariera. Pour se débarrasser de ces calamités, le moyen qui toucherait le plus de gens et qui serait peut-être le plus rapide consiste à encourager l’éducation, qui est le remède de tous les maux, mais en attendant il est difficile d’accepter que ceux qui souffrent le plus de ces calamités et qui sont toujours les meilleurs d’entre nous, soient laissés sans solution. Est-ce que le meilleur remède ne serait pas le divorce auquel chacun aurait véritablement droit sans avoir à fournir aucune espèce de justification, en s’acquittant d’une somme modeste, mais qui ne pourrait être prononcé qu’au terme d’une longue période ? Il est certain qu’il faudrait un délai de deux ans au moins entre la demande de divorce et l’autorisation de se remarier, mais qu’il n’y ait, au moment de la demande, pas de doute quant à la décision finale, sauf, bien sûr, si l’on retire la requête entre-temps.

3(À force de parler de cela, j’ai l’impression d’être juriste ! Oh tout cela est si petit et si absurde !)

4Selon les usages et les opinions en vigueur, les filles se lient par un soi-disant contrat dans la plus stricte ignorance des clauses de celui-ci, et cet état d’ignorance est conçu comme une condition tout à fait essentielle de leur admissibilité au dit contrat ! Mais, après tout, il y a un argument à ce propos qui peut, je pense, frapper tous les esprits, de nature noble ou basse : qui peut souhaiter avoir la personne sans son affection ? Quiconque aurait recours à une loi sur le divorce serait quelqu’un qui penche vers la séparation, et qui diable pourrait bien vouloir retenir une personne contre ses penchants ? Personne me semble-t-il. Les gens spéculent aujourd’hui et pensent que « personne au monde ne voudrait vraiment réellement partir ». Peut-être est-ce qu’au lieu de l’appeler la loi sur le divorce, faudrait-il l’appeler « la preuve de l’affection » ? Elle plairait plus dans ce cas…

5Quel mal y aurait-il actuellement, à ce stade de la civilisation, à donner la plus parfaite égalité aux femmes, pour tous les droits et privilèges, civiques et politiques, et puis à se débarrasser de toutes les lois sur le mariage ?

6Si une femme avait des enfants, il faudrait qu’elle en ait la charge ; ainsi, les femmes n’auraient pas d’enfants avant de s’être demandé comment subvenir à leurs besoins. Pas plus que les hommes, les femmes n’auraient de raisons d’échanger leur personne contre du pain ; la fonction publique serait également accessible aux deux sexes, les métiers seraient répartis naturellement. Les pères s’occuperaient de leurs filles comme de leurs fils.

7Toute la difficulté du divorce réside dans la prise en compte des enfants ; mais telles que j’envisage les choses, il ne serait pas utile aux femmes d’avoir des enfants, alors que maintenant on pense que c’est l’intérêt des femmes d’en avoir pour renforcer les liens avec l’homme qui la nourrit.

8Il semble que le véritable plaisir charnel, dans ce qu’il a de meilleur, soit le moyen d’exprimer ce qu’il y a de plus beau et de plus élevé dans la nature humaine ; seuls les poètes sont proches de percevoir la beauté du monde matériel, le spirituel étant plus éloigné encore, et un poète ne peut tirer son inspiration que du sentiment qu’insuffle la beauté, perçue sous toutes ses formes et par tous les moyens possibles, la vue n’étant que l’un d’entre eux. N’avons-nous pas reçu cinq sens à notre naissance qui sont comme les couleurs primaires dont on se sert pour enrichir la palette des sens ? Respecter la Création, c’est savoir les faire grandir et les perfectionner à l’infini ; en bref, celui qui jouit le plus est assurément le plus vertueux ; c’est à vous qui êtes le plus digne d’être l’apôtre des vertus les plus honorables qu’il revient d’enseigner, autant que faire se peut, que plus la forme de jouissance est noble, plus le plaisir sera fort ; peut-être n’y a-t-il qu’une certaine catégorie de personnes qui peut le comprendre et l’assimiler… Celles dont la nature poétique est aux prises avec la superstition : c’est vous seul qui êtes en mesure d’être le sauveur de tels…

Notes

1 C’est, en effet, une des caractéristiques de l’éducation des filles à l’époque. D’après l’historienne Joan Perkin : « Malgré les contraintes légales liées au mariage, la plupart des femmes ont comme première ambition de se marier et fuient le célibat comme la peste. “Le mariage nous donne une position qui ne peut nous être donnée par rien d’autre” écrit la reine Victoria à l’une de ses filles en 1858. Cette remarque peut surprendre de la part d’un monarque héréditaire à la tête du plus grand empire que le monde ait jamais connu. » J. Perkin, Victorian Women, p. 75.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540