Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Anthologie

Du mariage (1)

« On Marriage », 1832

Texte intégral

  • 1 A.P. Robson et J. M. Robson éd., Sexual Equality, p.3.
  • 2 Voir N. Davie, L'évolution de la condition féminine en Grande-Bretagne à travers les textes juridiq (...)

Ce texte est un exposé des idées de Mill sur le mariage, rédigé à la seule intention de Taylor, qui doit s’acquitter de la même tâche (voir dans l’anthologie « Du mariage (2) »). Il date de la fin de l’année 1832 ou du début de l’année 18331 et fait partie de la collection Taylor Mill de la London School of Economics. Il est écrit de la main de Mill mais n’est ni daté ni signé. En ce début de siècle, le statut de la femme mariée, n’ayant pas connu la moindre des réformes légales successives qui marquent le xixe2, fait de celle-ci et de ses biens la propriété de son époux. Le divorce n’est possible que par intervention du Parlement qui peut consentir à « un projet de loi d’intérêt privé ». Cette procédure est exceptionnelle et s’il existe d’autres recours permettant la séparation, ils sont tous fortement inégalitaires et dissuasifs pour la femme, d’autant qu’ils privent généralement les mères de leurs enfants, même si ces derniers sont très jeunes, du moins jusqu’à la loi de 1839 relative à la garde des enfants. Étant donné le caractère privé des deux textes et le fait que les auteurs viennent de se rencontrer, on peut être tenté de faire le rapprochement avec la situation personnelle de Taylor qui ne pouvait mettre fin à son mariage.

 

  • 3 La Genèse 2, 18-24.

1Celle à qui j’ai dévoué ma vie m’a demandé d’exposer mes opinions sur le sujet qui, de tous ceux qui touchent aux institutions humaines, a le plus d’impact sur son bonheur. Tout ce que je peux écrire sur la question, sans l’aide de ses suggestions et de ses décisions, est contenu dans ces pages. Elle-même n’a pas craint de se livrer au même exercice, si bien que ses pensées et ses sentiments me seront communiqués et me permettront de retrouver les idées évoquées ci-dessous, ainsi que celles auxquelles je n’ai pas pensé. Dans la recherche de la vérité, comme dans toute chose, « il n’est pas bon que l’homme soit seul »3 : ceci est d’autant plus vrai dans le domaine des rapports entre les hommes et les femmes et les lois qui les régissent devraient, sans nul doute, être écrites par eux deux et non pas, comme ce fut toujours le cas, par celui qui est le plus fort.

2Comme il serait facile pour chacun d’entre nous d’apporter une réponse qui ne vaudrait que pour nous deux ! Mais le problème comporte des difficultés de l’ordre de celles qui compliquent toutes les grandes questions qui se posent pour l’humanité entière, à savoir qu’il ne concerne pas uniquement les natures qui se ressemblent, mais les natures, du moins les personnalités, les plus diverses sur le plan moral. La morale populaire, comme je vous l’ai déjà dit, n’est jamais qu’un compromis entre des natures antagonistes : chacun renonce en partie à ce qu’il désire pour éviter les conséquences néfastes d’une guerre perpétuelle avec les autres. La meilleure morale populaire est celle qui permet d’atteindre un état de paix général tout en sacrifiant le moins possible le bonheur de ceux qui possèdent une nature supérieure, qui sont ceux qui souffrent le plus, ou plutôt les seuls qui souffrent vraiment, de par ce compromis. En effet, ils doivent renoncer à ce qui les rendrait vraiment heureux, tandis que pour les autres, il ne s’agit que de limiter des désirs dont la satisfaction ne serait pas synonyme de véritable bonheur. En outre, ceux qui possèdent une nature supérieure ne comptent qu’en fonction de leur nombre, bien faible, ou du nombre de ceux qu’ils peuvent influencer, alors même que le compromis pèse lourdement sur eux, étant donné leur plus grande capacité à être heureux et en conséquence, leur plus grande capacité à éprouver le manque et la déception, lorsqu’on leur refuse le bonheur auquel ils savent qu’ils auraient accès sans l’intervention de fâcheuses circonstances extérieures.

3Ce que j’entends par « nature supérieure », c’est la personnalité de ceux chez qui le mélange d’avantages naturels et acquis engendre la plus grande capacité à être et à rendre heureux. Il y a deux manières de rendre heureux : en étant beau à regarder, par conséquent, un objet naturel d’admiration et d’amour, et en possédant des qualités de l’esprit et du cœur qui permettent d’être à la fois apte et prêt à encourager par ses actions et par tout ce qui dépend de la volonté, le plus grand bonheur possible de tous ceux qui se trouvent dans notre sphère d’influence.

  • 4 Il s’agit d’une citation d’un vers de William Wordsworth, extrait du sonnet « Weak is the will of m (...)
  • 5 Saint Paul, Épître à Tite, 1, 15.

4Si l’ensemble des gens était ainsi, ou acceptait de se faire guider par ceux qui sont ainsi, alors la morale serait peut-être bien différente de ce qu’elle doit être aujourd’hui ; ou plus exactement, il n’y aurait pas de morale puisque morale et inclination seraient confondues. Si tout le monde vous ressemblait, ma délicieuse amie, il ne servirait à rien d’établir des règles. En suivant leurs élans, en se laissant guider par leur propre jugement, les gens seraient eux-mêmes plus heureux et rendraient les autres plus heureux que s’ils n’obéissaient à un quelconque principe moral ou à une quelconque maxime ; parce qu’il est impossible que ces derniers soient, à l’avance, adaptés à chaque circonstance particulière qu’un intellect solide et vigoureux animé par une volonté forte, guidé par ce que Carlyle appelle « un cœur ouvert et aimant », est capable d’entrevoir. Là où existe un désir authentique et fort de rendre tous les autres le plus heureux possible, les règles générales ne sont rien de plus qu’une aide à la prudence, au choix des moyens ; elles ne constituent pas des obligations catégoriques. Si les désirs sont justes, si l’imagination est « noble et raffinée »4 et si l’on dédaigne les faux-semblants, alors « tout est pur pour ceux qui sont purs »5.

5Quelles sont les conséquences morales de notre question sur de telles personnes ? On le devine aisément : les natures supérieures sont, bien sûr, des natures passionnées et pour elles le mariage, s’il est dénué d’affection, se réduit à un sacrifice continu de soi. Pour elles donc, chaque lien qui leur interdit de rechercher la personne pour laquelle elles éprouveront un amour parfait et de s’unir à elle, est une sujétion qui engendre nécessairement leur oppression. De plus, s’il leur est donné de trouver une telle personne, naturellement, elles ne pourront que mépriser l’idée de se lier à elle autrement que par un choix délibéré et libre, sauf par superstition. Si ces natures ont eu, par ailleurs, une formation saine, elles seront animées de sentiments bons et dignes qui seront assez fermes pour éviter que la recherche de leur bonheur ne se fasse au prix d’une plus grande souffrance d’autrui, ce qui constitue la limite de l’indulgence que devrait exiger la morale dans ce cas.

6Mais la morale qui convient aux natures supérieures pour le sujet qui nous occupe serait-elle aussi la plus appropriée pour les natures inférieures ? Je réponds à cette question par l’affirmative, mais je soutiens toutefois qu’il ne s’agit que d’une heureuse coïncidence. Toutes les difficultés qui se posent en matière de morale, dans n’importe lequel de ses domaines, proviennent du conflit permanent entre la morale supérieure d’une part, et, d’autre part, la morale populaire, même sous sa meilleure forme, c’est-à-dire celle que la nature de la majorité des êtres humains peut atteindre en fonction du degré actuel d’évolution.

7Si chacun, ou, du moins, si la majorité d’entre nous, n’était guidé dans son choix d’un compagnon de l’autre sexe que par sa conscience du bonheur qu’une telle compagnie, dans sa forme la plus accomplie, peut donner aux natures les plus accomplies, voire n’aspirait qu’à cela, la loi ou l’opinion n’aurait jamais eu de raisons de limiter la plus grande liberté d’union ou de séparation. Il est aussi probable que la morale populaire n’aurait jamais tenté de restreindre cette liberté si elle était l’émanation d’un peuple civilisé et raffiné. Mais comme je vous l’ai déjà dit, la loi qui régit le mariage est l’œuvre de sensualistes, elle s’adresse aux sensualistes et unit les sensualistes. L’objet et le dessein de cette loi consistent soit à enchaîner les sens en espérant enchaîner l’âme aussi, soit à enchaîner les sens parce que l’on ne se soucie pas de l’âme. Ceux à qui la nature a donné une âme capable d’atteindre les degrés supérieurs du bonheur n’auraient jamais pu concevoir un tel dessein. À l’inverse, cette loi n’aurait pu exister si elle n’avait convenu à la nature de certains et si elle n’était donc moins inadaptée que ce que les personnes dont la nature est entièrement différente pourraient penser a priori.

8Je crois que l’on ne peut pas douter du fait que l’indissolubilité de mariage a été un facteur de taille dans l’élévation de la position sociale des femmes. En effet, dans l’immense majorité des pays où elle est en vigueur, elle a remplacé une situation où le pouvoir de répudiation était l’apanage de l’un des époux seulement : le plus fort pouvait renvoyer le plus faible, mais le plus faible ne pouvait échapper au joug du plus fort. Pour une femme au caractère passionné, la différence entre cette situation et la situation actuelle ne constitue guère un progrès : elle préférerait être répudiée plutôt que de rester mariée uniquement parce qu’on ne peut se débarrasser d’elle. Mais la plupart des femmes n’ont pas des aspirations aussi élevées. Elles préfèrent conserver leur union avec un homme qu’elles n’aiment pas moins qu’un autre et pour lequel elles éprouvent ce mode inférieur d’affection souvent créé par l’habitude de l’intimité. Or, en admettant ce qu’il faut bien admettre pour la majorité des hommes, à savoir que leur attirance envers les femmes est d’ordre strictement sensuel, ou repose, dans le meilleur des cas, sur une inclination passagère, il est certain que le vœu irrévocable permet aux femmes de garder une emprise durable sur les hommes qui les auraient renvoyées sitôt le feu de paille éteint. Quelque chose, voire beaucoup de ce qui s’apparente à un intérêt commun, naît ainsi de l’indissolubilité de l’union ; le mari s’intéresse à l’épouse, à défaut d’un meilleur sentiment, au moins parce qu’elle est son épouse. La respectabilité de ce dernier dépend essentiellement du fait que sa femme soit aussi respectée et en général, lorsque la première phase de dégoût des sentiments que produit la satiété s’estompe, le simple fait de continuer ensemble, si la femme est un tant soit peu aimable et l’homme pas complètement bestial, ne peut qu’engendrer un sentiment d’estime et d’attachement. De plus, l’épouse obtient ce qui compte le plus à ses yeux, à savoir la garantie de ne pas être séparée de ses enfants.

9Or, si c’est là tout ce que la vie peut offrir aux femmes, c’est les cantonner à bien peu : toute femme qui se sent capable de connaître un grand bonheur, et dont les aspirations n’ont pas été artificiellement limitées, revendiquera d’être libérée de ce carcan et de rechercher plus que cela. Mais les femmes en général, comme j’en ai déjà fait la remarque, sont plus aisément satisfaites. Et c’est pour cela, je pense, que les femmes ont généralement une aversion pour l’idée de rendre le divorce plus facile. Elles croient habituellement que leur pouvoir sur les hommes est simplement issu de la sensualité de ces derniers, et que cette même sensualité pourrait se tourner vers d’autres, dans la recherche de son assouvissement, s’ils n’étaient restreints par la loi et par l’opinion. Elles, pour la plupart, se marient essentiellement parce qu’elles recherchent un foyer et l’état ou la condition d’épouse, auxquels s’ajoute parfois, selon les cas, un magnifique train de vie etc., etc. Une fois ces choses obtenues, c’est le caractère indissoluble du mariage qui garantit qu’elles pourront les garder. Et la plupart des femmes, soit parce que ces choses leur procurent tout le bonheur dont elles sont capables, soit à cause des barrières artificielles qui réduisent tous les élans spontanés vers la recherche d’une plus grande félicité, tiennent généralement plus à ne pas mettre en péril le bien qu’elles possèdent qu’à tenter d’en trouver un plus grand. Elles pensent que si l’on pouvait dissoudre le mariage, elles ne pourraient conserver la situation qu’elles ont acquise, du moins pas sans avoir à cultiver l’affection des hommes avec l’habileté à laquelle répugnent les femmes simples, mais dont use parfois une maîtresse rusée pour établir et garder son ascendance.

10Ces considérations n’ont aucune valeur pour un caractère passionné, mais elles sont intéressantes pour les personnalités dont elles émanent, ne pensez-vous pas ? Toutefois la seule conclusion que l’on puisse en tirer, qui serait justifiée, même si la loi actuelle sur le mariage était parfaite, est l’absurdité et l’immoralité d’une société et d’une opinion pour laquelle la position sociale d’une femme dépend, dans la moindre mesure, du fait qu’elle soit ou ne soit pas mariée. Il est sûrement injuste, tout à fait injuste, quelles que soient nos convictions morales, même la plus vulgaire, qu’il puisse exister d’autres raisons de se marier que le bonheur que deux personnes qui s’aiment trouvent lorsqu’elles associent leurs existences.

11Le moyen par lequel on rend la condition des femmes mariées artificiellement désirable n’est pas un accroissement de leurs droits légaux, parce que, dans ce domaine, surtout en matière de droits à la propriété, ce sont les célibataires qui ont l’avantage, les incapacités légales étant plus étendues dans le cas des épouses. Ce n’est pas la loi mais l’éducation et l’usage qui font la différence. On élève les femmes de manière à les rendre incapables de subsister, au sens physique du terme, sans l’aide d’un homme. Leur éducation est telle qu’elles ne sont pas capables de se protéger contre des préjudices ou des insultes sans l’aide d’un homme auquel elles sont liées et qui les protège. Leur éducation est telle qu’elles n’auront ni vocation ni fonction utile dans ce monde si elles demeurent célibataires, car toutes les femmes qui reçoivent une éducation n’ayant pas pour seul objet de trouver un mari, sont néanmoins élevées pour être mariées : en temps normal elles ne pourront faire vraiment usage des rares choses réellement utiles qu’on leur enseigne que lorsqu’elles seront mariées, si elles le sont un jour. Ainsi, une célibataire se perçoit et est perçue par les autres comme une sorte d’excroissance de la société, dans laquelle elle ne peut être d’aucune utilité, n’exercer aucune fonction ou charge. Ce n’est pas qu’on l’empêche de s’employer de différentes manières utiles ou honorables, mais une femme mariée, elle, est supposée être un membre utile à la société jusqu’à preuve du contraire : une femme célibataire doit elle-même faire valoir son utilité, ce que très peu d’hommes ou de femmes font jamais.

12Cet état de fait, bien qu’il n’en soit pas moins absurde ou immoral même s’il est régi pas la loi sur le mariage actuel, est le produit évident de cette même loi et découle de l’état général de la société dont participe cette loi. Il ne pourrait perdurer si la loi était changée et si le mariage ne formait plus un contrat ou si ce contrat était aisément dissoluble. Le caractère indissoluble du mariage constitue la clé de voûte du sort actuel de la femme, qui s’écroulerait et devrait être reconstruit s’il était supprimé.

13Et, en vérité, on ne peut considérer cette question du mariage de manière isolée. La question n’est pas ce que le mariage devrait être, mais une question bien plus large : ce que la femme devrait être. Si l’on répond d’abord à cette dernière, la question du mariage se résoudra d’elle-même. Il faut déterminer si le mariage doit être une relation entre deux êtres égaux ou entre un supérieur et un inférieur, entre un protecteur et une personne dépendante de lui et ainsi toutes les autres interrogations seront levées sans difficulté.

14Mais, même pour cette question, il n’y a certainement pas de difficulté. Il n’y a pas d’inégalité naturelle entre les sexes, sauf peut-être pour ce qui est de la force physique, et on peut même douter de cela. De plus, si la force physique doit être la mesure de la supériorité, alors les hommes ne valent pas mieux que des sauvages. Chaque étape franchie par le progrès de la civilisation a eu tendance à diminuer les égards dus à la force physique jusqu’à ce que l’on en arrive à la situation présente où cette qualité ne confère guère que ses avantages naturels : un homme fort n’a pas ou que peu le pouvoir d’employer sa force physique comme moyen d’acquérir des avantages sur celui dont le corps est plus faible. Chaque étape franchie par la civilisation a été, de la même manière, caractérisée par une meilleure prise en compte de l’égalité de conditions des deux sexes, et si ces derniers sont toujours loin d’être égaux, l’obstacle réside non plus dans la différence de force physique mais dans des sentiments et préjugés artificiels.

15Si la nature n’a pas fait les hommes et les femmes inégaux, la loi devrait encore moins les rendre tels. En avançant une de ces propositions que toute tentative de la prouver, dans la mesure où elle n’aboutirait qu’à l’affaiblir, exposerait au ridicule, on peut admettre que les hommes et les femmes doivent être parfaitement égaux et qu’une femme ne devrait pas plus dépendre d’un homme qu’un homme d’une femme, si ce n’est dans la mesure où leur dépendance est le fruit de leur affection réciproque, qu’ils consacrent de leur plein gré, la renouvelant à chaque instant par leur choix libre et spontané.

16Mais cette indépendance parfaite, hormis les liens de l’affection, ne peut exister, s’il y a dépendance financière ; et cette dépendance est inévitable dans l’immense majorité des cas, si la femme n’est pas capable, comme l’homme, de gagner sa vie.

17Donc la première étape vers l’affranchissement des femmes réside dans leur éducation, pour qu’elles soient élevées non pas pour dépendre de leurs pères ou de leurs maris quand il s’agit de leurs moyens de subsistance, car dans neuf cas sur dix, elles deviennent alors le jouet ou l’esclave de l’homme qui les nourrit, et dans le dernier cas, leur humble amie seulement. Qu’il ne soit pas dit qu’on leur accorde un avantage équivalent et compensatoire en les dispensant de travailler : les hommes pensent qu’il est bas et servile que des hommes acceptent de la nourriture en échange de leur dépendance, pourquoi ne pensent-ils pas de même pour les femmes ? Uniquement parce qu’ils ne veulent pas que les femmes soient leurs égales. Là où il y a une forte affection, la dépendance en est alors la récompense, mais elle doit être exclusivement volontaire, et plus sa nature volontaire s’affirme, ou, en d’autres termes, plus c’est à l’affection de celui qu’on aime et à rien d’autre que l’on doit ce que l’on a, plus le bonheur est grand. Quand il n’y a pas d’affection, la femme qui accepte d’être dépendante pour que l’on paie son entretien fait montre d’un esprit aussi bas qu’un homme dans le même cas, ou plutôt, elle se montrerait telle, si son éducation ne lui avait trop souvent laissé d’autre choix, ne lui avait pas appris à ne pas considérer la situation qui consiste à échanger une personne contre du pain et qui est l’essence de toute prostitution comme dégradante.

18Il ne s’ensuit pas qu’une femme devrait effectivement gagner sa vie, juste parce qu’elle en serait capable ; en temps ordinaire ce ne sera pas le cas. Il n’est pas souhaitable d’encombrer le marché du travail en doublant le nombre des concurrents. Dans un bon ordre des choses, le mari devrait pouvoir gagner par ses seuls efforts tout ce qui est nécessaire aux deux, et il ne serait pas nécessaire que l’épouse joue un rôle pour subvenir aux besoins matériels. Tous deux seraient plus heureux si le rôle de cette dernière consistait plus à parer et à embellir leur vie. Hormis la catégorie des ouvriers journaliers, ce sera là sa tâche naturelle, si tant est que le terme convienne quand il s’agit essentiellement d’être plutôt que d’agir.

19Nous avons tous entendu cet argument vulgaire selon lequel le métier qui convient à une femme consiste à superviser le foyer et à éduquer les enfants. Pour ce qui est du foyer, s’il s’agit juste de surveiller que les domestiques fassent bien leur travail, ce n’est pas un métier. Toute femme capable d’accomplir cette tâche peut n’y consacrer qu’une demi-heure par jour. Ce n’est pas là le travail du directeur d’un bureau auquel les subordonnés soumettent leur travail quand il est fini ; les défauts d’un travail domestique se présentent d’eux-mêmes à l’inspection. Pour être un bon superviseur, il faut savoir comment reconnaître une erreur quand elle est commise et donner des conseils et des instructions raisonnables pour permettre de l’éviter ; il s’agit d’établir, dès le début, un bon système plutôt qu’une perpétuelle surveillance appliquée. En revanche, s’il s’agit pour la maîtresse de maison de faire elle-même le travail des domestiques, alors l’argument est valable et réaliste, puisque c’est bien ce qui se passera chez ceux dont la condition est telle qu’ils n’ont pas les moyens d’employer des domestiques : mais cela ne vaut seulement que dans ce cas.

20Quant à l’éducation des enfants, s’il s’agit de l’instruction portant sur tel ou tel art ou champ de connaissance, alors il est doublement absurde de l’exiger des mères : il est absurde de demander à la moitié de l’humanité de faire à petite échelle, ce qu’un bien plus petit nombre d’enseignants pourrait effectuer pour tous en s’y consacrant entièrement et il est absurde de faire faire à toutes les mères ce pour quoi certaines personnes sont bien plus aptes que d’autres, alors que la mère moyenne ne peut être aussi apte que des personnes qualifiées. Ici encore, lorsque l’on n’a pas les moyens d’employer un enseignant, la mère occupe naturellement ce rôle. Mais il n’y a nul besoin de prévoir une disposition particulière pour ce cas. Que la mère soit censée enseigner ou pas, il est souhaitable qu’elle sache, parce que le savoir est souhaitable en soi : pour l’usage que l’on en fait mais aussi pour les plaisirs qu’il procure et parce qu’il embellit quand il n’est pas cultivé au détriment d’autres talents. Ce savoir, elle pourra l’enseigner à ses enfants si cela s’avère nécessaire, mais faire de cet enseignement son travail, qu’elle puisse occuper un meilleur emploi ou pas, est absurde.

21L’éducation, qu’il appartient effectivement aux mères de transmettre, et qui est rarement parfaite si elle n’est pas obtenue d’elles, est la formation de l’affection et par là de la conscience et de l’être moral tout entier. Mais cette part-ci de l’éducation, qui est la plus précieuse et la plus indispensable, ne prend pas de temps, elle ne nécessite point que la mère s’asseye avec son enfant pour une, deux ou trois heures à chaque occasion. La mère l’accomplit en étant avec son enfant, en le rendant heureux et, ainsi serein en toute chose, en empêchant que ne naissent les mauvaises habitudes, en aimant l’enfant et faisant croître l’amour que celui-ci lui porte. Elle n’a pas besoin de faire des efforts particuliers, puisque c’est imperceptiblement, inconsciemment que son propre caractère est transmis à l’enfant, en ce que l’enfant se met à aimer ce qu’elle aime, à vénérer ce qu’elle vénère et à l’imiter, autant que ce qu’un enfant le peut. Tout cela ne peut être l’œuvre d’un enseignant que l’on aurait employé, et c’est considérablement plus important que tout le reste. En revanche, imposer aux mères ce que des enseignants employés peuvent effectivement accomplir n’est que gaspillage de la brillante existence d’une femme apte à la plus grande des destinées. En ce qui concerne ces choses, son rôle consiste à s’assurer qu’elles sont bien faites et non pas de les faire elle-même.

22La fonction éminente de la femme devrait être d’embellir la vie : de cultiver, pour son bien comme pour celui de ceux qui l’entourent, toutes ses facultés cérébrales, spirituelles, corporelles, toutes ses aptitudes à éprouver et à donner du plaisir, et de participer en tout lieu au rayonnement de la beauté, de l’élégance et de la grâce. Si en plus de cela, sa nature requiert une occupation plus énergique et plus définie, le monde n’en manque jamais. Si elle éprouve de l’amour, alors son élan naturel l’amènera à associer son existence avec celui qu’elle aime et à partager son occupation, car, s’il l’aime (avec ce souci d’égalité qui seul mérite d’être appelé amour), elle s’y intéressera autant que lui et deviendra tout aussi capable qu’il saura lui faire confiance.

23Telle sera l’occupation d’une femme qui a accompli ce qui semble être le but de son existence et atteint l’état le plus heureux, en s’unissant à l’homme qu’elle aime. Mais qu’elles soient en couple ou pas, les femmes ne seront jamais ce qu’elles doivent être et n’atteindront jamais la position sociale qui devrait être la leur tant qu’elles ne pourront gagner leur vie, aussi couramment que les hommes, donc jusqu’à ce que tous les parents leur donnent les moyens de subvenir à leurs besoins ou leur donnent une éducation qui leur permettra de subvenir à ceux-ci par elles-mêmes. La seule différence entre les métiers des hommes et ceux des femmes sera que les emplois particulièrement tournés vers la beauté, ou ceux qui nécessitent délicatesse et goût plutôt qu’efforts musculaires seront naturellement offerts aux femmes, en particulier ceux ayant trait aux beaux-arts.

24Dans notre recherche de ce que serait la meilleure loi sur le mariage, nous devons supposer que les femmes sont déjà ce qu’elles seraient dans la meilleure des sociétés : pas moins capables de mener sans homme une existence indépendante et respectée qu’un homme sans femme. Le mariage, quel que soit son statut, serait entièrement une affaire de choix et non, comme c’est le cas aujourd’hui pour les femmes, une quasi-nécessité, du moins un état que chaque femme désire fortement pour des raisons artificielles et dont on dit qu’elle a raté sa vie si elle ne l’atteint pas.

25Ces hypothèses étant formulées, et une fois que les femmes n’auraient plus rien à gagner à être mariées juste pour être mariées, pourquoi y aurait-il encore des femmes qui tiendraient à l’indissolubilité du mariage, comme s’il pouvait être de l’intérêt de l’un des deux époux que le mariage continue alors que l’autre époux désire qu’il y soit mis fin ?

26Personne ne nie que, dans de nombreux cas, les deux époux verraient leur bonheur augmenter grâce à la dissolution de leur mariage. On peut ajouter que quand la position sociale de chacun restera tout à fait identique, un divorce qui a lieu pour permettre le bonheur d’un des deux époux permettra celui des deux. Il n’y a qu’un sensualiste qui voudrait garder ce qui n’est qu’un rapport animal avec une personne de sexe opposé, s’il n’est pas absolument certain que cette personne le préfère à toutes les autres personnes du monde. On ne peut d’ailleurs atteindre un tel degré de certitude en l’état de la loi sur le mariage, puisque seul un lien fondé sur la simple volonté serait propice à une certitude proche de l’absolu.

  • 6 L’âge du mariage était fixé à seize ans, tandis que l’âge de la majorité était de vingt et un.

27Il y a d’innombrables cas dans lesquels la première union formée devrait être et serait effectivement dissoute si c’était possible, et il est, en outre, vain d’espérer qu’il n’en sera pas toujours ainsi. On a remarqué il y a déjà très longtemps que de toutes les actions importantes que peut commettre un être humain, il n’y en a pas une qui ne soit couramment accomplie avec si peu de considération et de prévoyance que celle qui est si irrévocable et qui s’avérera si néfaste si elle tourne mal. Cela n’est pas si surprenant qu’il y paraît : tant que le contrat est indissoluble, l’imprudence consiste à se marier tout court. En admettant que l’on se marie, il n’y a pas de sagesse à réfléchir longuement et soigneusement à l’avance. Le mariage est réellement, comme certains l’ont dit, une loterie : celui qui a à cœur de calculer ses chances calmement et de les évaluer correctement n’achètera probablement pas de billet : ceux qui se marient après une intense période de réflexion n’auront finalement que payé plus cher le fait d’être déçu. Car les échecs des mariages sont de l’ordre de ceux qui sont liés à une première tentative : les parties concernées manquent d’expérience et ne sont pas en mesure de juger. Il ne semble pas non plus qu’il y ait de remède : une femme a le droit de se donner pour la vie à un âge où elle n’a pas le droit de disposer de la moindre propriété foncière6. Que faut-il alors penser ? Si les gens ne doivent pas se marier jusqu’à ce qu’ils aient appris la prudence, ils se marieront rarement avant leurs trente ans : est-ce cela qu’il faut prévoir et est-ce même souhaitable ? Pour orienter les opinions immatures, il y a certes les parents et les tuteurs… En voilà une sécurité ! La seule chose que puisse faire une jeune fille qui soit pire que de se marier pour son plaisir est de se marier pour faire plaisir à n’importe qui d’autre. Aussi paradoxal que cela puisse paraître à celui dont la sagesse s’est, comme le vin, bonifiée avec le temps, il est pourtant vrai qu’une personne normale que nous nommerons A, peut mieux juger de ce qui convient à son propre bonheur qu’une personne normale, que nous nommerons B, ne peut juger de ce qui convient au bonheur de A. Dans le monde tel qu’il est, les pères et les mères ne sont pas de meilleurs juges que les fils et les filles. Ils jugent de manière différente, voilà tout. Leurs jugements étant tous de force ordinaire ou plutôt de faiblesse ordinaire, c’est le jugement exprimé sur soi-même qui a l’avantage d’être le plus informé, et l’avantage supplémentaire d’être le principal intéressé. Les imbéciles diront qu’être l’intéressé constitue une incapacité à juger : il est bizarre qu’ils ne fassent pas la différence entre le cas d’une partie intéressée devant un juge, c’est-à-dire qui a intérêt à ce que la décision aille dans un certain sens qu’il soit le bon ou pas, et le cas d’une personne qui est intéressée à la direction de ses propres affaires, c’est-à-dire qui a intérêt à ce que la décision soit la bonne. Certes, les époux putatifs ne désirent que faire le plus possible pour leur propre bonheur ; mais les membres de leur famille peuvent avoir toutes sortes d’intérêts égoïstes à défendre lorsqu’ils les encouragent au mariage ou s’y opposent. Ce premier choix donc, s’effectue dans des circonstances désavantageuses très complexes. Comme c’est bien le premier, les personnes concernées sont nécessairement inexpérimentées en la matière. Elles sont en général jeunes (surtout celle des deux pour qui un mauvais choix implique le plus de risques), et, par là, manquent de connaissance et de jugement concernant les hommes et eux-mêmes en général ; et, pour finir, n’ont que rarement eu ne serait-ce que l’occasion de connaître vraiment l’autre, puisque dans neuf cas sur dix, ils n’ont jamais été, même une seule fois, librement en compagnie l’un de l’autre, sans avoir consciemment ou inconsciemment joué un rôle.

28Il y a donc peu de chances que quelqu’un qui a besoin ou qui est capable d’un grand bonheur réussira à le trouver lors d’un premier choix. Dans un très grand nombre de cas, ce dernier est tel que si l’on ne peut s’en dédire, il ne fera que rendre l’existence amère. Il existe donc de très bonnes raisons d’autoriser un changement à la suite du premier choix.

29Ce que l’on peut dire en faveur de l’indissolubilité, et qui ne relève par de la superstition, tient en ces quelques mots : il est hautement souhaitable que les changements ne soient pas fréquents, et souhaitable que le premier choix fasse très généralement l’objet, sans que cela ne revête un caractère obligatoire, de persévérance. Il faut donc faire attention à ce que la possibilité de revenir sur un mauvais choix ne soit pas si aisée qu’elle rende le choix plus facile qu’à présent, puisqu’on saurait pouvoir, au besoin, se rétracter.

30Il convient d’affirmer fortement les arguments que l’on peut avancer en faveur de ce point de vue sur la question.

31Lorsque le bonheur rencontre des épreuves répétées et des échecs répétés, les effets sur l’esprit sont pernicieux. Les esprits les plus raffinés s’écroulent et sont écœurés de toute chose, ils deviennent tout à fait insensibles ou amers et ils perdent la capacité d’être jamais contentés. Les effets produits sur les natures plus communes ne sont pas moins déplorables. Non seulement la capacité à être heureux s’exténue, mais leur moralité se déprave. Tout raffinement, toute délicatesse de caractère s’éteint. Toute notion de devoir particulier ayant trait à la relation entre les sexes, ou toute notion du caractère sacré de celle-ci s’effacent et l’on se met à considérer de telles alliances avec les mêmes sentiments que ceux qui sont en jeu dans une liaison éphémère.

32Voilà pour les personnes concernées. Mais au-delà, on doit aussi prendre leurs enfants en considération. Ces êtres dont le bonheur et l’excellence dépendent entièrement de leurs parents, et qui, mis à part les pires cas de débauche véritable ou de constantes chamailleries et disputes, recevront forcément une meilleure éducation dans ces deux domaines si leurs parents restent ensemble.

33Ce dernier point est si important que je suis convaincu que s’il était facile de dissoudre le mariage, deux personnes de sexe opposé qui unissent leur destin considéreraient, si elles étaient sages, qu’il est de leur devoir d’éviter d’avoir des enfants jusqu’à avoir longtemps partagé leur vie et trouvé en l’autre un bonheur à la hauteur de leurs attentes. Si l’on s’en tenait à ce principe moral, combien de difficultés afférentes au sujet dont nous débattons seraient résolues ! Être conjointement parents d’un être humain devrait constituer l’ultime engagement de l’affection la plus profonde, sacrée et durable. Car il s’agit d’un lien qui, en dehors de toute convention, est effectivement indissoluble ; un lien extérieur, supplémentaire, si précieux quand les âmes partagent déjà une indissoluble union, mais si encombrante quand il semble possible à chacun d’avoir un jour le désir de se séparer.

34On ne peut, cependant, s’attendre à voir cette attitude être adoptée pas d’autres que ceux qui possèdent la plus grande noblesse et délicatesse de sentiments auxquelles s’ajoute le pouvoir d’une réflexion des plus volontaires. Si les sentiments sont obtus, alors on ne pourra prendre la mesure de ces considérations ; et si c’est le jugement qui est faible ou précipité, soit intrinsèquement, soit par manque d’expérience, les gens s’imagineront qu’ils vont être amoureux d’un être parfait pour le reste de leur vie alors que la vérité est toute autre, et croiront ne rien risquer à créer un nouveau lien avec cette personne, dont ils ne pourront plus être débarrassés. Il sera donc très courant qu’en des circonstances ayant conduit les parents à se séparer, il y aura des enfants pour souffrir de cette séparation. Je ne vois pas comment ce problème peut être entièrement résolu avant que les conventions sociales n’autorisent qu’on organise une communauté de vie entre intimes qui permettrait d’éviter la séparation totale des parents même après la disparition de tout attachement autre qu’une bonne volonté mutuelle et un intérêt commun pour leurs enfants.

35Il y a encore un autre argument qui peut être opposé à un divorce facile. Le voici : la plupart des gens n’ont qu’une capacité au bonheur modérée, mais c’est une vérité à laquelle on ne peut avoir accès sans expérience et que très peu d’individus expérimentés comprennent. La plupart des gens ne cessent de projeter ce mécontentement, qui est d’origine intérieure, sur des choses extérieures. Ils attendent donc du mariage beaucoup plus de bonheur qu’ils ne peuvent généralement y trouver et ne savent pas que c’est leur propre maigre capacité au bonheur qui en est la faute. Ils se figurent alors qu’ils auraient pu être plus heureux avec quelqu’un d’autre : ou au moins ils associent leur déception à la personne en qui ils avaient placé leurs espoirs, et ainsi éprouvent de l’antipathie l’un pour l’autre pour un temps, et pendant cette période ils ont envie de se séparer. Mais s’ils restent ensemble la déception s’amenuise par la suite et ils passent leur vie ensemble, étant tout aussi heureux qu’ils auraient pu l’être seuls ou dans n’importe quelle autre union, sans avoir eu à subir la lassitude que procure les échecs des tentatives répétées.

36Voila les arguments sur lesquels repose l’adhésion à l’indissolubilité du contrat ; et pour les personnalités qui composent la plupart du genre humain, il est indéniable que ces arguments ont beaucoup de poids.

37Néanmoins, ce poids n’est pas aussi grand qu’il semble. Car dans tout ce qui précède, on suppose tacitement que le choix réside entre l’interdiction absolue de divorcer et un état de choses dans lequel les personnes se sépareraient au moindre sentiment d’insatisfaction. Or, ce n’est pas véritablement l’alternative. Même si le divorce était si libre, il demeurerait soumis au même sens de responsabilité morale et aux mêmes contraintes de l’opinion que toutes les autres actions de notre vie. Il n’y a aucune société, à l’exception de celle où l’opinion tolérerait des rapports de promiscuité (et, par conséquent, qui n’aurait pas de considération pour le lien indissoluble) où les personnes concernées, surtout les femmes, ne risqueraient pas leur réputation à changer fréquemment ou pour des raisons superficielles. Je crois que, dans une société qui resterait suffisamment morale, on s’en tiendrait à son premier choix, surtout s’il a déjà donné lieu à la naissance d’enfants, à moins que les tempéraments soient si désagréables qu’il ne devienne tout à fait pesant pour l’une ou pour les deux personnes de vivre ensemble, ou à moins que l’une d’entre elles ne nourrisse une forte passion pour un tiers. Or, je ne peux, dans aucun de ces deux cas, concevoir un argument si implacable qu’il pourrait me convaincre qu’il faut préserver à tout prix la première union.

  • 7 « L’invention du mariage contre nature est entièrement à l’origine de tous les délits sexuels. C’es (...)

38Je ne vois pas pourquoi l’opinion ne pourrait pas parvenir à la même efficacité lorsqu’il s’agit de faire appliquer les vraies règles morales que lorsqu’il s’agit d’appliquer les fausses. La définition que donne Robert Owen7 de la chasteté et de la prostitution* est tout aussi simple et s’enracine dans l’esprit aussi fermement que celle, vulgaire, qui associe la vertu et le vice avec le fait de se livrer ou pas à un cérémonial arbitraire.

39Par conséquent, les arguments en faveur de l’indissolubilité du mariage ne sont rien en comparaison des arguments bien plus convaincants qui veulent que l’on laisse la perpétuation du mariage dépendre, comme c’est le cas des autres relations dans lesquelles on entre volontairement, du souhait des personnes concernées. Le plus fort de tous ces arguments est celui qui consiste à affirmer que c’est là le seul moyen pour que la condition et la personnalité des femmes deviennent ce qu’ils devraient être.

40Quand les femmes n’étaient que des esclaves, leur procurer une permanence de l’attachement à leurs maîtres constitua un premier pas vers leur élévation. Ce pas est désormais franchi : dans l’histoire du progrès de la civilisation, il est désormais temps que les femmes aspirent à autre chose qu’à se contenter de trouver un protecteur. La condition des femmes célibataires a cessé d’être dangereuse et précaire : la loi et l’opinion générale suffisent, il n’est nul besoin de tutelle spéciale pour les protéger, dans des circonstances normales, des insultes ou d’autres affronts. En bref, la femme n’est plus une simple possession, elle est une personne qui compte non seulement de par son père ou son mari mais en elle-même. Elle est mûre pour l’égalité. Mais parler d’égalité alors que le mariage est un lien indissoluble est absurde. L’évolution vers la condition actuelle d’égalité de nom a été tout à fait positive par rapport à la situation qui voulait que toutes les obligations fussent du côté du plus faible et tous les droits du côté du plus fort sur le plan physique. Mais cette égalité de nom n’est pas une égalité réelle. Le plus fort garde toujours la possibilité de se dégager entièrement, ou au moins dans une grande mesure, des obligations qui lui pèsent : le plus faible ne peut faire la même chose. Le mari peut maltraiter sa femme, la négliger, fréquenter d’autres femmes, peut-être pas sans conséquences, mais quelles sont les conséquences que l’opinion lui impose comparées à celles à laquelle une épouse doit faire face si elle s’avise ne serait-ce que de répondre à tant de provocations ? Il est vrai, peut-être, que si le divorce était autorisé, l’opinion, de manière tout aussi injuste, jugerait plus durement l’épouse qui aurait recours à ce remède que le mari. Mais cela porterait moins à conséquence. Une fois séparée, celle-ci serait relativement indépendante de l’opinion, alors que tant qu’elle est forcée à rester unie à l’un de ceux qui font l’opinion, elle doit d’autant plus en être l’esclave.

 

* La chasteté : des rapports sexuels avec affection. La prostitution : des rapports sexuels sans affection.

Notes

1 A.P. Robson et J. M. Robson éd., Sexual Equality, p.3.

2 Voir N. Davie, L'évolution de la condition féminine en Grande-Bretagne à travers les textes juridiques fondamentaux de 1830 à 1975.

3 La Genèse 2, 18-24.

4 Il s’agit d’une citation d’un vers de William Wordsworth, extrait du sonnet « Weak is the will of man, his judgment blind » : « L’imagination est ce pouvoir sacré, l’imagination noble et raffinée » (« Imagination is that sacred power, Imagination lofty and refined »).

5 Saint Paul, Épître à Tite, 1, 15.

6 L’âge du mariage était fixé à seize ans, tandis que l’âge de la majorité était de vingt et un.

7 « L’invention du mariage contre nature est entièrement à l’origine de tous les délits sexuels. C’est lui qui a rendu la prostitution inévitable, en érigeant une chasteté artificielle et fallacieuse (spurious), et en détruisant la connaissance que l’on avait de la véritable chasteté. Car la vraie chasteté repose sur un lien d’affection, et la prostitution est la conséquence d’un lien sans affection. » A. Campbell, R. Owen, Debate on the evidences of Christianity, p. 119-120. Le livre est tiré d’un débat entre Robert Owen et Alexander Campbell à Cincinnati en 1829. Owen était connu pour sa pensée socialiste utopique et ses efforts pour soutenir le mouvement coopératif et le syndicalisme.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540