Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Les textes et les critiques

Texte intégral

Modernité et spécificité du féminisme millien

1L’enjeu moral de l’égalité des sexes peut donc être considéré comme un impératif en ce sens qu’il participe des principes de la justice et que la philosophie millienne ne peut être conçue sans celle-ci. C’est d’ailleurs peut-être grâce à cette interdépendance du féminisme et de la conception libérale, au sens philosophique et moral comme au sens politique examiné plus haut, que les écrits sur les femmes conservent une actualité alors que les droits revendiqués sont acquis depuis longtemps désormais. En effet, l’obligation morale de concevoir l’intégrité et la liberté de chacun et chacune comme inaliénable et l’enrichissement qui découle nécessairement de l’application de ce principe sont encore susceptibles d’éclairer les débats contemporains sur l’égalité des sexes. À l’époque, c’est ce même enjeu moral qui donne sa spécificité au féminisme millien, puisque sans le lien avec la philosophie globale, les propositions de John Stuart Mill en matière d’émancipation féminine n’étaient pas particulièrement originales, du moins lors de la parution de The Subjection auquel on réduit souvent la pensée de Mill sur ces enjeux :

  • 1 V. Bryson, Feminist Political Theory : An Introduction, p. 54.

En un sens, c’est la personne de Mill, plus que les idées, qui explique la portée de son féminisme. Comme l’a dit Josephine Butler, ses positions sur les femmes n’étaient guère en avance sur leur temps au contraire, elles incarnaient « l’expression quelque peu tardive d’une conviction qui, depuis vingt ans, est de plus en plus partagée […] ». En effet, Wheeler et Thompson, et, dans une moindre mesure, Marion Reid, Harriet Taylor ainsi que les féministes américaines avaient déjà mis en avant pratiquement tous les arguments contenus dans The Subjection.1

2Dans la pratique, les recommandations du féminisme des Mill sont évidemment adressées à leurs contemporains. Dans la mesure où elles ont fini par être suivies, même très tardivement, le féminisme millien sorti de son contexte est un féminisme a minima qui ne remet pas en question la différence des rôles féminins et masculins, du moins parmi les gens ordinaires puisque seuls les esprits supérieurs sont appelés à occuper des rôles qui dépassent le cadre des occupations traditionnelles des classes et des sexes. Or, c’est là un des aspects les plus critiqués aujourd’hui. En outre, c’est aussi l’une des rares divergences constatées entre Taylor et Mill. Pour ce dernier au moins, une femme doit certes pouvoir choisir librement de se marier et d’avoir des enfants, mais une fois cette décision prise, il ne fait guère de doute qu’elle choisira « librement » de rester au foyer et d’élever ses enfants. The Subjection, mais aussi les discours prononcés après la mort de Taylor semblent clairs sur ce point. Toutefois, comme toujours lorsqu’on se penche sur des pamphlets, on peut certes supposer qu’il existe un écart entre le fond de la pensée de l’auteur et ce qu’il s’autorise à exprimer dans le but de convaincre. Dès lors, il semble qu’imputer à Mill un certain traditionalisme quant aux fonctions que doivent remplir les représentants des deux sexes est non seulement une négation du contexte historique mais aussi un risque de contresens. Le reproche fait à Mill de sembler ne jamais avoir pensé qu’un homme pouvait prendre part aux corvées ménagères apparaît non seulement anachronique (cette position était après tout partagée par la grande majorité des contemporains dont la plupart des féministes), mais revient peut-être à mal interpréter le propos de l’auteur et à lui faire attribuer un caractère prescriptif à ce qui n’est finalement qu’une constatation de sa part. On peut, par exemple, interpréter différemment le fameux passage de The Subjection, si souvent cité pour étayer la position critique.

  • 2 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Educat (...)

Quand le revenu qui permet à la famille de vivre provient d’un salaire et non de biens, la disposition courante par laquelle l’homme gagne l’argent et la femme supervise les dépenses du foyer me semble être, pour ces deux personnes, la division du travail la plus appropriée. Si, en plus des souffrances physiques liées aux grossesses et l’entière responsabilité des soins et de l’éducation des jeunes enfants, l’épouse entreprend la gestion prudente et économe du salaire du mari pour le bien de l’ensemble de la famille, alors elle fait sa part, même plus que sa part, des efforts physiques et intellectuels que nécessite leur vie commune.2

3L’une des lectures de ce passage consiste, en effet, à déclarer que la place de la femme mariée, qui est, plus que la femme célibataire, au cœur des préoccupations milliennes, se situe idéalement au foyer, même s’il s’agit d’un foyer issu du mariage de deux égaux. C’est dans cette veine que s’inscrit la critique rappelée par Bryson :

  • 3 V. Bryson, Feminist Political Theory : An Introduction, p. 47.

Sa conclusion semble reposer sur la conviction que seules les femmes peuvent s’acquitter des tâches afférentes au foyer, si bien que si une femme travaille hors du foyer « elle ne peut plus s’occuper des enfants et du foyer et personne ne peut le faire à sa place » (The Subjection) : Mill ne suggère pas que l’homme pourrait partager ces responsabilités avec son épouse. Il n’évoque pas la question des raisons qui justifieraient le fait que des individus autonomes devraient remplir des fonctions qu’on leur a prescrites : nous ne pouvons que supposer que Mill craignait de contrarier des partisans potentiels d’une réforme modérée ou bien que la situation lui semblait aller de soi à tel point qu’elle ne méritait pas de faire l’objet d’un examen. Or cette dernière interprétation semble surprenante étant donné qu’il a, par ailleurs, insisté systématiquement sur la prévalence de la raison face à la coutume en matière d’organisation de la société.3

4On peut cependant penser qu’il s’agit pour Mill de défendre la reconnaissance des fonctions traditionnellement féminines et maternelles : il affirmerait alors que, dans les dispositions dominantes de l’époque, les tâches d’une femme au foyer sont aussi importantes que celles de son mari, méritent au moins une égale considération, doivent être revendiquées comme un « travail », et, pour finir, justifient pleinement l’égalité des époux.

  • 4 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Educat (...)

Si l’épouse, en plus de mettre des enfants au monde, avec ce que cela entraîne de souffrance physique, de pourvoir entièrement à leurs besoins et à leur éducation tant que ceux-ci sont encore jeunes, a la charge de gérer les revenus de l’époux avec parcimonie et minutie pour le bien de toute la famille, alors elle fait certainement sa part de l’effort physique et mental que nécessite leur vie commune, et bien souvent elle fait bien plus que sa part.4

  • 5 W. Donner, « Sexual Equality and the Subjection of Women ». Donner est une spécialiste de J. S. Mil (...)

5Comme le fait remarquer Donner5, on trouve effectivement en filigrane la reconnaissance de la fameuse double journée à laquelle sont soumises les femmes ayant une famille et un travail. Or, si Mill n’en vient pas à la conclusion que l’époux devrait partager ces tâches ménagères (il était, au demeurant, lui-même peu doué pour les choses pratiques), il semble considérer que le rôle traditionnel de l’épouse et mère constitue en soi ce partage équitable des tâches familiales plutôt qu’une dépendance de la femme par rapport à l’homme. Toujours selon cette deuxième interprétation, Mill n’aurait pas ici pour but de prescrire le rôle de la femme pour l’éternité, mais plutôt de s’adresser à ses contemporains et de les enjoindre à réhabiliter la valeur de la participation des femmes à la gestion quotidienne du foyer.

  • 6 Z. Eisenstein, The Radical Future of Liberal Feminism.

6En tout état de cause, on voit au travers de cet exemple que l’interprétation de la pensée féministe des Mill n’est pas un débat clos. Il faut garder à l’esprit que le féminisme libéral demeure un courant toujours présent aujourd’hui : les polémiques sur l’interprétation des écrits milliens font par conséquent l’objet d’enjeux actuels qui consistent à interroger encore la possibilité d’une égalité réelle, c’est-à-dire de la disparition de la détermination sexuelle de la fonction sociale des individus et le dépassement possible ou impossible de l’alliance du patriarcat et du capitalisme qui sous-tend le libéralisme. Pour reprendre les termes de la politiste Zillah Eisenstein6, il s’agit de se demander si le féminisme libéral offre une solution à l’inégalité « extralégale » qui continue d’exister après la fin des inégalités légales. C’est donc à l’aune des recherches féministes contemporaines qu’il faut envisager les critiques du féminisme libéral dont les Mill sont les premiers théoriciens.

  • 7 Celle-ci est discutée notamment dans l’article de Julia Annas, « Mill and the Subjection of Women »
  • 8 N. Capaldi, John Stuart Mill : A Biography, p. 182.

7Un autre aspect du féminisme millien a fait l’objet de critiques récentes : il s’agit de l’éventuelle différence « naturelle » entre les hommes et les femmes. On doit admettre à cet égard que l’œuvre complète laisse planer une certaine ambiguïté7. D’un côté, l’idée selon laquelle les individus sont le résultat de leurs déterminations historiques s’y trouve maintes fois affirmée, mais d’autres passages laissent entendre qu’il existe aussi une détermination biologique puisque les femmes seraient plus intuitives et réalistes tandis que les hommes auraient une plus forte tendance à la logique et à l’abstraction. Il est donc difficile d’affirmer ou de nier que Mill était « différentialiste ». De fait, cette position n’exclut pas l’égalitarisme et était certainement plus répandue à l’époque, même parmi les partisans et les partisanes les plus déterminés de l’égalité des sexes. Toutefois, pour mieux comprendre Mill, il faut garder à l’esprit la distinction qu’il opère entre le poète et le logicien, l’artiste et le scientifique, qui constitue l’un des aspects essentiels de sa philosophie. Chez Mill, l’artiste incarne l’un des pôles de la connaissance, il est celui dont l’imagination lui permet d’« expliciter les normes inhérentes à la pratique sociale qui évolue »8 :

  • 9 J. S. Mill, A System ofLogic (1843), cité par N. Capaldi, John Stuart Mill : A Biography, p. 182-18 (...)

Les relations qu’entretiennent les règles artistiques et les doctrines scientifiques peuvent être caractérisées de la manière suivante : l’art propose la fin à atteindre, définit cette fin et la fait passer à la science. La science la reçoit, l’envisage en tant que phénomène ou effet qui devient objet d’étude, puis, après avoir examiné ses causes et conditions, la renvoie à l’art accompagnée d’un théorème de la combinaison des circonstances permettant sa production. L’art considère celui-ci et dit si les êtres humains sont capables de les atteindre, donc si la fin peut être réalisée. Ainsi l’art ne fournit qu’une seule prémisse, l’originale, qui affirme que la fin proposée est désirable.9

8Mill se percevait lui-même comme un scientifique alors qu’il voyait en Taylor l’esprit de l’artiste qui lui faisait défaut ; s’il en conclut, peut-être un peu hâtivement, une généralisation sur les caractéristiques des deux sexes, il demeure qu’il ne s’agit en aucun cas d’une infériorisation. En premier lieu, l’alliance de l’homme et de la femme est une nouvelle fois conçue comme un enrichissement, on serait même tenté d’employer le terme de « complétude » faisant écho au mythe d’un être androgyne absolu composé de ses deux moitiés. De plus, Mill rappelle trop souvent l’origine culturelle des caractéristiques du tempérament féminin pour ne pas douter qu’il le tienne pour figé et définitif.

  • 10 Voir dans l’anthologie « Du mariage (2) ».

9Les critiques contemporaines soulèvent aussi la question d’une certaine différence de vues entre John Stuart Mill et Harriet Taylor , dont les citations de Bryson et de Le Dœuff se sont déjà fait l’écho. De nombreux spécialistes ont souligné l’écart entre « Enfranchisement » de Taylor et les écrits de Mill après la mort de cette dernière : dans le texte de Taylor, l’auteur souhaite le travail des femmes mariées, et ce même si le revenu cumulé du couple ne devait pas en être augmenté. Le travail reste préférable au rôle de « femme au foyer ». Ainsi, les termes qu’elle emploie pour décrire le rôle maternel sont peu engageants : il est question d’une « fonction animale » que beaucoup ne choisiraient pas si seulement elles avaient le choix. Enfin, « On Marriage » (voir dans l’anthologie « Du mariage (2) »10) affirme : « Je ne doute pas que, quand tout le monde sera vraiment éduqué, les lois qui encadrent le mariage, si elles existent toujours sous leur forme actuelle, tomberont en désuétude, parce que personne ne se mariera. » Mill, pour sa part, n’a jamais exprimé son souhait de voir disparaître l’institution du mariage. Ces éléments discordants expliquent la tendance des critiques à considérer que Taylor était sans doute plus radicale que Mill, encore qu’il faille admettre, d’une part, que ces différences sont peu nombreuses, surtout si on les compare aux nombreux points communs, et rendent difficile une conclusion définitive, d’autre part, que c’était peut-être la crainte de s’aliéner des sympathisants en exprimant des idées trop différentes de celles de l’opinion générale qui guidait la plume de Mill lorsqu’il en restait à des positions plus conservatrices.

Les textes

10Cette dernière hypothèse est certes plus ou moins défendable en fonction de la nature des textes étudiés. Un discours ou un opuscule a avant tout une visée propagandiste et l’auteur ne peut ignorer que certaines idées sont susceptibles de desservir cette fin. À l’inverse, lorsqu’il s’agit d’un échange épistolaire entre Mill et Taylor, comme dans les deux textes intitulés « On Marriage », il est probable que la parole des auteurs était plus libre : nul besoin dans une correspondance privée de redouter que la radicalité du propos ne nuise à la cause défendue et de choisir la modération afin de convaincre le lecteur. Mais, même dans ce cas, on peut soupçonner ce qu’il faut bien appeler un travail d’édition : les lettres en question sont des lettres qui ont été jugées publiables, tandis qu’au contraire une partie de la correspondance a été sciemment détruite par Mill à la mort de son épouse. Une sélection a donc été opérée, ce qui semble indiquer qu’une partie de ce qui avait été écrit contenait des éléments qui ne pouvaient, selon les auteurs, être révélés à leurs contemporains. Par conséquent, les documents « privés » dont nous disposons ont été jugés effectivement dignes d’être rendus publics.

  • 11 J. E. Jacobs, « The lot of gifted ladies is hard », p. 236.
  • 12 « Les droits des femmes » dans l’anthologie.
  • 13 J. S. Mill, H. Taylor Mill et H. Taylor, Sexual Equality, A. P. Robson et J. M. Robson éd., p. 161.
  • 14 « Quand le pays fut assourdi par les huées en faveur des “droits des femmes”, qui n’ont pas encore (...)

11Si l’on considère l’intention à l’origine de chaque texte, son lectorat prévu, on peut, pour certains d’entre eux, postuler un éventuel processus de filtrage, voire d’autocensure. À ce titre et aussi pour des raisons déjà évoquées, Autobiography possède un statut à part : les extraits présentés ici donnent la version de Mill quant à la double « auteurité » des textes généralement publiés sous son seul nom. Pour le reste des textes proposés, on peut distinguer trois groupes. Le premier contient la correspondance, dans laquelle l’identité du destinataire influe forcément sur le contenu de la lettre. Y figurent les textes, déjà signalés, écrits par l’un des auteurs pour l’autre (voir dans l’anthologie « Du Mariage »), ainsi que les lettres de Mill à d’autres philosophes (voir dans l’anthologie « Lettres à Auguste Comte » et « Lettre à Herbert Spencer ») ou à des disciples (voir dans l’anthologie « Lettres à Lord Amberley »), les lettres à des dirigeants politiques (voir dans l’anthologie « Lettre à Sir George Grey » et le texte « Les droits des femmes » dédié à la reine Victoria). On peut supposer que, lorsqu’il écrit à un penseur ou à un partisan, Mill ne ressent pas le besoin de simplifier ou de taire certaines conclusions de son raisonnement. Comte met d’ailleurs fin à sa correspondance avec Mill à la suite de la dernière lettre (voir dans l’anthologie « Lettres à Auguste Comte », lettre du 30 octobre 1843), signe que Mill n’a guère fait de concessions dans le désaccord qui les oppose, même si Taylor trouve que son futur mari manque de fermeté face à Comte11. De la même manière, Mill demande à Amberley de ne pas montrer sa lettre à Lecky, probablement parce que celle-ci contient des éléments ou un ton que Mill ne veut pas rendre publics. En revanche, les lettres ou dédicaces aux personnalités publiques sont plus didactiques, au moins parce qu’elles procèdent du désir de convaincre le destinataire d’agir en faveur de l’égalité des sexes. On peut donc les distinguer des précédentes en ce qu’elles comportent plus de concessions à la pensée dominante ou taisent des convictions moins recevables. Ainsi, la visée de la lettre à Grey est explicitement réduite à la question de l’interdiction de vente d’arsenic aux seules femmes, tandis que « Rights of women and—especially with regard to the elective franchise—by a woman—dedicated to Queen Victoria » (« Les droits des femmes, tout particulièrement en ce qui concerne le droit de vote, écrit par une femme, dédié à la Reine Victoria »12) constitue plutôt un document de travail, qui, d’après les Robson13, préfigure « Enfranchisement ». La dédicace à Victoria souligne toutefois ironiquement, implicitement seulement, le paradoxe qui veut que les femmes n’ont pas droit au pouvoir politique alors qu’elles sont admirées en tant que souveraines. Peut-être même est-ce une critique indirecte de la reine dont le mépris des militants pour l’égalité des sexes était notoire : celle-ci devait notamment déclarer que Kate Amberley, l’épouse radicale du correspondant de Mill et l’amie de Helen Taylor, méritait d’être fouettée pour avoir pris la parole en faveur du vote des femmes dans une réunion publique en 186814.

12Les articles de journaux et discours forment le deuxième groupe. On peut à son tour le subdiviser en deux sous-ensembles. L’un contient des écrits publiés dans des quotidiens ou hebdomadaires de la presse généraliste. La majeure partie traite des affaires judiciaires liées à des cas de femmes victimes de violence, auxquels les Mill se consacrent de la fin des années 1840 jusqu’au début des années 1850. Ces éditoriaux ou courrier des lecteurs, parus dans le Morning Chronicle ou, plus rarement, le Daily News, tous deux de tendance libérale, insistent sur le manque de sévérité de la loi et des magistrats envers les auteurs de tels actes, comme l’illustre le texte « The law of assault » (« Coups et blessures »). « Stability of society » (« La stabilité de la société ») appartient aussi à ce groupe bien que traitant cette fois du divorce. Les discours publics sont certes de nature différente sur le plan textuel et rhétorique, mais ils partagent la même visée et la même intention puisqu’ils ont en commun le fait d’être une tribune pour la diffusion d’un aspect particulier du féminisme. On peut réserver un deuxième sous-ensemble pour les articles longs ou essais comme « Auguste Comte and positivism » (« Auguste Comte et le positivisme »), paru dans la Westminster Review en 1865. Il faut, à cet égard, souligner la particularité de « Enfranchisement » : lors de sa parution en 1851 dans la Westminster Review, le texte se présente comme un article plutôt que comme un essai, dans la mesure où il prétend informer le lecteur de la tenue de la Convention des femmes aux États-Unis, ce qui lui vaut de figurer ici. À cette époque, Mill semblait considérer que l’opinion n’était pas prête à recevoir favorablement une critique globale de l’inégalité des sexes comme l’indique sa lettre à William Hickson, le directeur de la publication de la Westminster Review, le 19 mars 1850 :

  • 15 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill,Vol. XIV – The Later Letters of John Stuart Mil (...)

Je n’ai pas eu l’intention de m’engager fermement à remettre un article à la Westminster sur le sujet que vous proposez. Je ne suis pas prêt à écrire un article se limitant à la question du divorce. Je n’aborderai cette question que dans un contexte bien plus vaste, celui de la position que les lois et coutumes actuelles attribuent aux femmes. J’ai, sur le sujet, des idées si opposées à l’avis dominant qu’il est probablement inopportun de les exprimer toutes : il me faut me demander quelle partie d’entre elles valent la peine qu’on les exprime étant donné l’état de l’opinion, et s’il y aurait là assez de substance pour que le projet me convienne et me satisfasse. Pour prendre ma décision il faut que je réfléchisse quelque temps. Quand j’en saurai plus je vous écrirai à nouveau. En attendant, ne comptez pas sur moi pour le numéro de juillet. Si j’accepte le projet, je refuserai d’être payé, ou je consacrerai cet argent à promouvoir ce qui fera l’objet de l’article.15

  • 16 R. Reeves, John Stuart Mill : Victorian Firebrand, p. 219.
  • 17 Le texte semble être écrit à l’occasion de la première Convention nationale des droits des femmes ( (...)

13Ce passage indique bien la volonté de Mill de ne pas livrer toute sa pensée : s’agit-il d’un souci d’efficacité ou de la crainte de voir sa réputation souffrir d’une prise de position que la majorité désapprouverait sans doute ? Reeves suggère que Mill laissa l’article à son épouse justement pour échapper à la vindicte16, et peut-être faut-il penser que la Convention des femmes17 fournissait un prétexte à l’article et permettait ainsi aux auteurs d’afficher une certaine distance toute journalistique. Par la suite, « Enfranchisement » fut publié en tant qu’opuscule, sans la permission des Mill qui furent agacés du remplacement du pluriel women par le singulier woman opéré par l’éditeur Holyoake en 1857, puis réédité à nouveau sous le nom de Taylor en 1868. Préalablement, le texte fut inclus par Mill dans Dissertations and Discussions en 1859, précédé d’une note qui spécifiait que le texte était tout particulièrement celui de Taylor.

  • 18 Mill fait part de cet espoir dans son Autobiography.
  • 19 Notamment les écrits qui émanent du groupe de Langham Place, dont ceux de Barbara Leigh Smith Bodic (...)
  • 20 En juin 1866, le premier ministre Derby remplace Russell.
  • 21 John Bright (1811-1889), homme d’État libéral, est notamment connu pour avoir combattu le protectio (...)
  • 22 Voir, dans la même collection, l’ouvrage de Frédéric Regard consacré à Butler (déjà cité).
  • 23 Millicent Fawcett (1847-1929), militante féministe de renom, dirigeante de la National Union of Wom (...)

14Le troisième et dernier groupe rassemble les extraits d’ouvrages. Nous ne reviendrons pas sur le fait que la philosophie millienne fait du féminisme ni plus ni moins que l’exigence centrale de l’autonomie de l’individu déclinée autour de la question de la représentation politique dans Considerations on Representative Government, de la participation à la vie économique et sociale dans Principles of Political Economy (dont la troisième édition de 1852 comporte un texte où le masculin a été systématiquement évité au profit du neutre ou du pluriel), et enfin de la théorie morale et politique dans On Liberty. On pourrait ajouter Utilitarianism dont un court extrait est cité plus haut et dont des passages impliquent le féminisme sans en traiter explicitement. Les ouvrages procèdent d’une volonté d’analyse et d’exposition exhaustives des sujets traités. Ils sont, plus que les textes des deux groupes précédents, le dernier mot de l’auteur, un jugement définitif destiné à résister au temps, comme l’espérait explicitement Mill pour On Liberty18, quitte à être réécrits ou complétés, comme ce fut le cas de Principles of Political Economy. On conçoit mal, dans ces conditions, que les textes se soient accommodés d’une autocensure : Mill est là dans son rôle principal, celui de philosophe politique qui influence non seulement la pratique mais aussi la pensée de son temps. Dès lors, il ne s’agit plus de se servir de l’estime dont il est l’objet pour faire progresser telle ou telle cause provisoire, mais bien de construire la cohérence de sa pensée et d’en pérenniser la réputation. C’est pourquoi les extraits des œuvres majeures semblent si essentiels pour qui veut comprendre le féminisme millien. C’est aussi pourquoi The Subjection of Women, que l’on peut inclure dans ce troisième groupe parce que c’est un ouvrage et qu’il participe aussi de cette volonté d’exhaustivité, peut être néanmoins classé à part dans ce dernier regroupement. Car lorsqu’on lui propose, dans un premier temps, de publier un texte entièrement consacré à la condition des femmes, Mill juge ne pouvoir tout dire, et s’il écrit The Subjection dix ans plus tard mais renonce à le publier immédiatement, il pense qu’en 1869 le moment est enfin venu. Dix-huit ans après « Enfranchisement » et alors que d’autres textes19 féministes ont été diffusés, Mill connaît un regain d’optimisme pensant que l’obtention du droit de vote, qui, dans sa conception libérale, sera forcément suivi de la levée des autres discriminations, est imminente, et ce malgré le revers rencontré lors du passage de la deuxième loi promulguant l’élargissement de l’électorat, le Reform Act de 1867, qui n’autorise finalement pas de femmes parmi les nouveaux électeurs. The Subjection possède donc à la fois les caractéristiques des grands ouvrages et un but propagandiste : on est tenté d’y voir le dernier mot de Mill sur l’égalité des sexes, donc le texte qui serait le plus représentatif du féminisme millien, et la continuation de l’activité militante des dernières années de sa vie. Mill jouit désormais d’une telle considération que sa position en faveur des droits des femmes ne peut que rencontrer plus d’écho que les écrits qui émanent de militants plus ou moins inconnus, a fortiori de militantes. Mill n’a accepté de devenir parlementaire en 1865 qu’à la condition expresse que soit rajouté le vote des femmes dans son manifeste électoral. Se présentant comme un « libéral avancé », il ne cache pas ses opinions en matière d’extension du droit de vote aux femmes, ainsi, d’ailleurs, qu’à une partie des classes populaires. Néanmoins, il attend que le gouvernement libéral tombe et soit remplacé par les conservateurs20 pour parler librement aux communes et se prononcer contre la ligne officielle du parti libéral à plusieurs occasions. De fait, l’époque est plus favorable aux réformes en faveur des femmes, puisqu’outre l’accès à l’éducation supérieure déjà mentionné, elles obtiennent le droit de vote aux élections locales en 1869 et un an plus tard, avec la loi sur la propriété des femmes mariées (Married Women’s Property Act) de 1870, les épouses pourraient conserver la jouissance de leur salaire. La même année, un projet de loi à l’initiative de Jacob Bright, frère du célèbre John21, qui propose d’abolir l’incapacité politique des femmes, est rejeté, non sans remporter un certain succès avant le vote final. La campagne contre les lois sur les maladies contagieuses, menée par Josephine Butler22, contribue aussi à alerter l’opinion sur la discrimination des femmes, même si on peut admettre que l’association des droits des femmes et de la défense des prostituées dessert aussi la cause en créant un certain scandale. C’est d’ailleurs l’avis de Mill qui s’oppose clairement à un regroupement des deux revendications, montrant une nouvelle fois l’attention qu’il porte à la stratégie. Toujours est-il que les revendications des femmes ont fait irruption sur le devant de la scène et ne font plus l’objet d’une condamnation ou d’un mépris quasi unanime, comme c’est le cas encore dans les années 1840, voire 1850. John Stuart Mill participe à ces années de militantisme, soit directement, soit par l’entremise d’Helen Taylor, sa belle-fille. Quand on sait que Millicent Fawcett23 conduira une délégation de femmes pour un dépôt de gerbe devant la statue de John Stuart Mill en 1928, date à laquelle l’égalité politique fut enfin acquise, on imagine la place symbolique de l’auteur dans les rangs des partisans de l’égalité des sexes.

Réception

15À sa publication, The Subjection est un texte controversé, d’abord parce que c’est généralement le cas des écrits dénonçant l’oppression des femmes, ensuite parce qu’il est publié dans un contexte particulier d’agitation politique en faveur des droits de celles-ci. Mill a tout à fait conscience que son livre suscitera la polémique : l’anticipation de celle-ci a-t-elle guidé sa plume ? On ne peut répondre que par des suppositions. En revanche, la vigueur des réactions montre que sa prudence préalable n’est pas infondée. Comme tous les livres de Mill, celui-ci se vend bien : il fait l’objet de trois éditions en un an, est traduit presque immédiatement dans nombre de pays européens et devient souvent le livre de chevet des premières féministes. Il est évidemment la cible de critiques sévères de la part de ceux qui ne croient justement pas à l’égalité des sexes, ou du moins prétendent pouvoir concilier cette égalité avec une différence de rôle social et de statut légal, qui reflète à leurs yeux la différence profonde des sexes. L’examen des arguments auxquels ils ont recours permet de mesurer à quel point de nombreux intellectuels étaient pénétrés de préjugés sexistes. Si la tendance générale est à la reconnaissance de la qualité du livre et à la rigueur de l’argumentation, qui ne surprennent pas de la part de Mill, les désaccords sont nombreux sur le fond. En préalable à ce rapide examen de la réception, il faut ajouter qu’il est frappant de constater que l’auteur avait parfaitement anticipé toutes les réponses et s’était efforcé d’en démontrer l’inanité, à tel point qu’on est tenté de considérer que The Subjection contient (et défait) sa propre critique. Il explique même les raisons de l’insuccès de ses propositions dès les premières pages en examinant la nature même des préjugés, qui sont par essence hermétiques à tout raisonnement. Il ne reste que quelques rares angles d’attaque qui ne sont pas déjà réfutés. Ainsi, le compte rendu de la Saturday Review, revue d’un conservatisme pourtant modéré qui s’illustre néanmoins par son opposition à l’émancipation féminine, déplace-t-il le débat sur le plan de la « pureté » des femmes que Mill n’a pas souhaité aborder, commettant ainsi une grave omission d’après l’auteur anonyme :

  • 24 A. Pyle éd., « The Subjection of Women », The Saturday Review [juin 1869], The Subjection of Women  (...)

Si les femmes étaient simplement des hommes vêtus différemment, si elles ne différaient que par quelques détails de leur tempérament et de leur constitution physique, les restrictions actuelles seraient tout à fait indéfendables. Nous serions alors les premiers à dire qu’il faut lever tous les obstacles, se débarrasser de tous les privilèges injustes et laisser la libre concurrence régler l’attribution des fonctions sans distinction de sexe. Mais les femmes ne sont pas des hommes et cette vérité indéniable nous rappelle que M. Mill a négligé un aspect qui est loin d’être négligeable pour ce qui concerne les lois sur le mariage. Il a débattu de ce dernier sans presque jamais faire référence à ses effets sur la moralité sexuelle. Il n’a pas apporté de réponse à l’argument capital qu’on peut lui opposer : nous pouvons admettre qu’il est souhaitable que les femmes puissent exercer leurs facultés le plus largement possible ; on espère que ces facultés s’avéreront être à la hauteur des anticipations de M. Mill. Mais il est tout aussi important que le niveau de pureté ne soit pas abaissé : il se peut que l’état de notre organisation sociale soit bien injuste, mais au moins elle permet en général que les femmes soient sur certains points moralement supérieures aux hommes de la même classe sociale.24

  • 25 Voir, notamment, J. R. Walkowitz, Prostitution and Victorian Society. Women, Class, and the State, (...)
  • 26 Sur cette question, voir B. Caine, English Feminism (1780-1980), Oxford, OUP, 1997.
  • 27 Ainsi, M. Oliphant et Sir H. Taylor sont-ils prêts à admettre que certaines professions soient ouve (...)
  • 28 Voir dans l’anthologie « L’affranchissement des femmes ».

16Il s’agit ici de se prémunir contre la promiscuité, dont l’auteur ne dit pas si elle serait intrinsèque à la nature féminine, nécessitant une surveillance accrue, ou si, au contraire, elle serait le fait de l’appétit sexuel des hommes dont il faudrait protéger les femmes, apparemment incapables d’y résister. Quand on connaît le débat victorien autour de la prostitution, on sait que l’idée selon laquelle une femme qui découvrirait la tentation sexuelle serait perdue était assez répandue.25 Mais la pudeur ou le puritanisme de l’époque limitait la possibilité de débattre ouvertement de ces questions, si bien que les sous-entendus tels que ceux présentés ici étaient la norme. En tout état de cause, l’affirmation d’une différence morale entre les sexes traverse la pensée de l’époque, y compris celle de nombreuses militantes pour la cause des femmes ou de certaines femmes.26 Mais contrairement à ces dernières qui désignaient l’homme comme étant de moindre vertu et soulignaient l’injustice qui consistait à entraver les femmes pour les mettre hors de portée des pulsions ou complaisances qui n’étaient pas les leurs, nombre de contemporains ne voyaient pas là de contradiction. Le féminisme millien ne partageant pas cette conviction, il n’est pas surprenant que The Subjection la passe effectivement sous silence. On peut toutefois trouver dans la lettre à Amberley sur la prostitution (voir dans l’anthologie « Lettres à Lord Amberley ») une réponse au moins partielle aux objections soulevées par la Saturday Review. Cette même inquiétude sous-tend des critiques d’ailleurs moins sévères : les opposants modérés, qui concèdent à Mill certains points, mais s’opposent à d’autres, mettent ainsi en garde contre les effets délétères de la mixité dans certaines professions, notamment parce que les hommes seraient alors soit déconcentrés soit « dé-moralisés »27. Il faut néanmoins distinguer entre le rejet catégorique de toute réforme en faveur des droits des femmes et les compromis que proposent ces « réformateurs modérés » que Taylor avait identifiés presque vingt ans plus tôt.28 Ceux-ci ont le mérite de reconnaître que toutes les femmes ne se destinent pas au mariage, ne serait-ce d’ailleurs que parce que les recensements ont clairement établi que les femmes auraient été presque un million de plus que les hommes en Grande-Bretagne.

  • 29 A. Pyle, The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, p. 75-88.

17Les femmes célibataires, veuves ou jamais mariées, sont d’ailleurs au cœur de la campagne en faveur des droits des femmes. Leur cas permet finalement de formuler des revendications minimales, susceptibles de rencontrer l’assentiment de la majorité : par exemple, le droit de vote pour les chefs de famille, y compris les femmes qui remplissent les mêmes conditions que les hommes. On réparerait ici une injustice plus criante encore et, sur le plan pratique, on ne modifierait guère l’électorat. De la même manière, permettre à une femme de travailler dans le métier de son choix semble plus urgent si cette femme ne peut compter sur le revenu d’un mari. Certes, la position modérée a pour faiblesse son incompatibilité avec la conception féministe du caractère systématique de l’oppression des femmes ou, au contraire, avec la position naturaliste et conservatrice, mais elle tolère la réforme tout en s’accommodant des inquiétudes de l’opinion. En outre, ce « centrisme » conduit, comme toujours, à dénoncer les adversaires comme extrémistes, s’employant notamment à rappeler que Mill est issu des rangs du radicalisme philosophique. Il s’agit de préserver les fondamentaux du patriarcat en l’aménageant. Pour certains, c’est le mariage qui est conçu comme l’instrument légal permettant au couple et à la famille de ne faire qu’un qui doit être protégé. Or, la fin de l’assujettissement, c’est, par définition, l’émergence de deux sujets là où il n’y en avait qu’un. Le mariage deviendrait alors le lieu de querelles où s’opposeraient éventuellement deux volontés de force égale. De la même façon, donner le droit de vote aux femmes revient à encourager le couple à ne pas parler que d’une seule voix, sans compter les disputes qui se tiendraient au foyer, ce havre de paix désormais transformé en arène politique. Mais quid alors de la justice ? Certains n’y accordent pas trop d’importance : toute entité sociale a besoin d’un dirigeant, personne ne propose évidemment que la femme règne sur le couple, c’est donc à l’homme que revient la fonction. D’autres entreprennent de nuancer les notions proposées par Mill. Les hommes et les femmes ne sont pas inégaux mais complémentaires ; les hommes ne dominent pas leurs épouses, ils les protègent ; l’égalité est impossible puisque les sexes ne sont pas égaux, car l’homme est plus fort : il faut donc rechercher l’équité. Il ne faut pas non plus confondre égalité dans la différence avec identité ou assimilation. On fait grand cas des différences physiques, les seules qui demeurent indéniables après la lecture du livre, pour rappeler la différence irréductible voire l’infériorité des femmes. En effet, prétend The Christian Observer29, si l’on accepte l’idée millienne que les femmes et les hommes sont moralement et intellectuellement égaux, on constate néanmoins la supériorité de la force physique des hommes : la somme totale reste donc en faveur de l’homme, à moins que l’on ne trouve une différence morale ou intellectuelle chez la femme qui compense l’infériorité physique. Mais dans ce cas, on aura fait la preuve de leur différence réelle. Ce raisonnement spécieux s’accompagne dans le même article d’un argument bien plus expéditif puisqu’extrait de l’Épître aux Éphésiens :

  • 30 Saint Paul, Épître aux Éphésiens 5, 22-24, cité dans « Mill on the condition of women », The Christ (...)

Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Église est soumise au Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses.30

18Il n’est guère surprenant de voir l’influence de la religion transparaître dans le conservatisme des critiques qui refusent de concéder que les lois sur le mariage encouragent le despotisme domestique : de la même manière que l’injonction d’obéissance faite aux épouses par saint Paul était suivie de l’injonction d’amour aux maris, on rappelle beaucoup que le cadre légal existant oblige l’homme autant que la femme. Sa suppression, ou son relâchement par un divorce facilité, causerait d’ailleurs bien des tragédies quand les hommes abandonneraient leurs épouses vieillissantes. L’utilité du mariage est de permettre et de pérenniser le bonheur conjugal, une réalité que les élucubrations milliennes semblent perdre de vue :

  • 31 M. Oliphant, « Mill on the Subjection of Women », The Edinburgh Review [octobre 1869], The Subjecti (...)

Cela [la description que fait Mill de l’histoire passée et présente de la femme] ressemble à une histoire qu’aurait contée un ménestrel à la cour de Gloriana et qui aurait suscité la réaction des chevaliers. On imagine les cris de Sire Artegal : « Où est ce pays lugubre ? », le bruit d’une armure, des éperons, des épées sorties de leurs fourreaux, une foule de guerriers furieux se dressant l’un après l’autre tant ils seraient émus par la fable. Même quand c’est nous qui la racontons aujourd’hui, dans une période bien éloignée des temps chevaleresques, on sent les respirations s’accélérer, les regards sont douloureux… Mais quand le nuage de tristesse créé par le conte se disperse pour s’éloigner vers la lumière du jour, l’enthousiasme retombe quelque peu. Encore sous le choc nous nous interrogeons : « Où une telle cruauté peut-elle exister ? Quoi ! Serait-ce ici dans ce monde ordinaire qui sourit, pleure, aime, se démène ? Ici même, où il y a des orages et des temps de trouble parfois, où la rosée se dépose chaque nuit, où le soleil se lève tous les jours et où des millions d’inconscients se prennent par la main et se sourient sans savoir qu’ils sont des maîtres et des esclaves ? »31

  • 32 W. H. Dixon, « The Subjection of Women », The Athenaeum [juin 1869], The Subjection of Women : Con (...)
  • 33 S. Goldwin, « Female Suffrage » Macmillans Magazine [juin 1874], The Subjection of Women : Contempo (...)
  • 34 W. H. Dixon, « The Subjection of Women », The Athenaeum [juin 1869], The Subjection of Women : Con (...)

19Donc « toutes les femmes heureuses sont conservatrices »32 et seules les insatisfaites s’expriment, d’où le danger de donner le vote aux célibataires car c’est l’amertume des femmes qui s’exprimerait. La sauvegarde de l’organisation traditionnelle de la famille et du couple n’est néanmoins pas incompatible avec des réformes légales qui rendraient à la femme une partie de sa propriété. La publication de The Subjection coïncide d’ailleurs presque avec le passage du Married Women’s Property Act de 1870. De même, les pires effets de l’inégalité institutionnalisée par le droit, par exemple en cas de violence conjugale, peuvent-ils être compensés par des lois plus sévères à l’égard des coupables ? Mais il est vrai que dans ces deux cas les revendications se sont fait entendre. Pour le reste, assurent la plupart des critiques, les femmes sont contentes de leur sort : elles ne se plaignent pas, à l’exception de quelques extrémistes dont, par exemple, les militantes des conventions américaines. La grande majorité des femmes préfère être protégées plutôt que de devenir les rivales des hommes. Cet argument de l’assentiment silencieux est au cœur de toutes les attaques contre la conception de Mill. Dans son expression la plus intransigeante, elle conduit à dire que Mill méprise les femmes puisqu’il refuse d’entendre leur voix et prétend parler à leur place. On retrouve très logiquement cet argument dans les articles écrits contre le vote des femmes, ce dernier thème étant celui qui semble rencontrer le plus de résistance. En effet, même les progressistes qui suivent Mill dans son analyse de l’injustice des lois discriminatoires peuvent être réticents, car convaincus que les femmes sont plus souvent conservatrices, royalistes, légitimistes et sous l’influence des prêtres que les hommes : « Si le pouvoir était placé aux mains des femmes, le gouvernement libre tomberait, et avec lui, la liberté d’opinion. »33 Rappelons en outre que les femmes sont plus nombreuses, considération pratique qui suffit à les priver du vote : « Une loi parlementaire qui autoriserait l’accès de la population féminine au pouvoir politique ne leur donnerait pas une participation au gouvernement mais le gouvernement entier. Rien n’est plus clair. »34 Ces mêmes progressistes entrevoient la possibilité de la participation politique mais la conditionnent à une meilleure autonomie intellectuelle. Enfermé dans sa tour d’ivoire théorique, Mill n’aurait pas l’expérience nécessaire des femmes pour voir l’évidence, c’est-à-dire leur infériorité intellectuelle. Cette défaillance est, explicitement ou non, attribuée à ses circonstances personnelles :

  • 35 S. Goldwin, « Female Suffrage » MacmillansMagazine [juin 1874], The Subjection of Women : Contempor (...)

[…] les circonstances particulières de son mariage, l’hallucination (car c’est bien de cela qu’il s’agit) du génie incomparé de sa femme et un caractère et tempérament particuliers tels qu’il était inévitable qu’il soit incapable d’apprécier pleinement le pouvoir des influences qui, quoiqu’en dise notre philosophe, règnent et continueront de régner sur ces questions. Pour lui, le mariage est l’union de deux philosophes à la recherche de la vérité. Dans son travail sur la place et le sort des femmes, il mentionne à peine les enfants, semble avoir oublié le sexe et ses influences. Quant à l’excellence particulière et à la beauté du caractère des femmes, il semble qu’il n’y a pas réfléchi, alors qu’il s’étend longuement sur les qualités distinctes de l’esprit des femmes.35

  • 36 Anne Mozley (1809-1891), auteur de nombreux articles, livres d’enfants, éditrice de recueils de poé (...)

20Une fois de plus, la relation des Mill invalide la valeur et l’universalité de la thèse féministe qu’ils défendent. L’admiration incongrue d’un génie reconnu pour une femme anonyme lui vaut mépris ou compassion, et son texte est rétrogradé : il passe du statut d’analyse philosophique à celui d’expression subjective des sentiments. Anne Mozley36 pardonne ces errements car ils sont à ses yeux la démonstration triomphante de l’intense subjectivité des rapports entre les sexes qui les place hors de portée de l’analyse :

  • 37 A. Mozley, « Mr Mill on the Subjection of Women », Blackwood’s Magazine [septembre 1869], The Subje (...)

Quand un auteur écrit in memoriam, ses lecteurs éprouvent une compassion, une tendresse qui atténue même la plus forte opposition à ses vues. Car ici l’auteur ne défend pas une cause mais une personne. La force de ses arguments vient d’une autre instance que la raison. Il plaide pour une cause déjà perdue, doit rendre justice à quelque chose qui lui est plus cher que la vérité abstraite. Voilà qui explique largement la rudesse et la malhonnêteté dont nous nous sommes plaints, et aussi, peut-être, en partie l’arrogance affichée, comme s’il était le seul détenteur de la vérité, s’il avait le monopole de la réalité, sur toute cette question.37

  • 38 Margaret Oliphant (1828-1897), écrivain écossaise, auteur de nombreux livres et articles.

21Comme nous l’avons déjà évoqué, Mill avait anticipé la critique dont The Subjection ferait l’objet et pratiquement réfuté celle-ci par avance. Pour qui s’étonnerait de voir que les attaques présentées ici furent parfois écrites par des femmes, aussi éminentes qu’Oliphant38 ou Mosley, on peut aisément laisser le dernier mot à Mill en citant son ouvrage :

  • 39 Madame de Staël, extrait de Delphine.
  • 40 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Educat (...)

[…] nous pouvons aisément affirmer que la connaissance que les hommes ont des femmes, même s’il ne s’agit que des femmes telles qu’elles ont été par le passé et telles qu’elles sont dans le présent, sans même parler de ce qu’elles pourraient être à l’avenir, est lamentablement imparfaite et superficielle et qu’il en sera ainsi jusqu’à ce que les femmes elles-mêmes auront dit ce qu’elles ont à dire. Or, nous n’en sommes pas là, et nous ne parviendrons à cette situation que très progressivement. La société ne reconnaît le talent littéraire et n’autorise la parole des femmes, leur donnant ainsi l’occasion de s’adresser au grand public, que depuis très peu de temps Et encore sont-elles rares celles qui osent exprimer quoi que ce soit qui pourrait déplaire aux hommes dont dépendent leurs carrières littéraires. Rappelons-nous le genre de réaction que rencontrait en général, hier encore, et continue, dans une moindre mesure, de rencontrer aujourd’hui l’expression d’opinions inhabituelles ou de sentiments considérés excentriques, par un auteur, même de sexe masculin, et nous pourrons avoir une vague idée des obstacles qu’une femme, élevée dans la croyance que la coutume et l’opinion sont ses maîtres suprêmes, doit franchir pour réussir à exposer sa nature profonde dans un livre. La plus grande femme de lettres qui a laissé de tels écrits à la postérité qu’ils lui valent d’être parmi les grands auteurs de son pays a jugé nécessaire de commencer sa plus grande œuvre avec cette maxime : « Un homme peut braver l’opinion ; une femme doit s’y soumettre »39. La plupart des écrits de femmes se résume à de la flagornerie envers les hommes.40

Notes

1 V. Bryson, Feminist Political Theory : An Introduction, p. 54.

2 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Education, p. 297.

3 V. Bryson, Feminist Political Theory : An Introduction, p. 47.

4 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Education, p. 297.

5 W. Donner, « Sexual Equality and the Subjection of Women ». Donner est une spécialiste de J. S. Mill et enseigne la philosophie à Ottawa.

6 Z. Eisenstein, The Radical Future of Liberal Feminism.

7 Celle-ci est discutée notamment dans l’article de Julia Annas, « Mill and the Subjection of Women ».

8 N. Capaldi, John Stuart Mill : A Biography, p. 182.

9 J. S. Mill, A System ofLogic (1843), cité par N. Capaldi, John Stuart Mill : A Biography, p. 182-183.

10 Voir dans l’anthologie « Du mariage (2) ».

11 J. E. Jacobs, « The lot of gifted ladies is hard », p. 236.

12 « Les droits des femmes » dans l’anthologie.

13 J. S. Mill, H. Taylor Mill et H. Taylor, Sexual Equality, A. P. Robson et J. M. Robson éd., p. 161.

14 « Quand le pays fut assourdi par les huées en faveur des “droits des femmes”, qui n’ont pas encore tout à fait cessé aujourd’hui, la reine m’écrivit (29 mai) : “La reine veut absolument obtenir le soutien de quiconque pourrait écrire ou participer de manière à arrêter cette folie pernicieuse des ‘droits des femmes’ avec tout son cortège d’horreurs, qui séduit son malheureux, faible sexe lequel en oublie toute notion des sentiments et convenances dignes des femmes. Lady Amberley devrait recevoir quelques bons coups de fouet.” ». Sir T. Martin, Queen Victoria As I Knew Her, Edimbourg et Londres, Blackwood and Sons, 1901, p. 70. En ligne : [http://www.gutenberg.org/files/38627/38627-h/38627-h.htm] (consulté le 8 Janvier 2013).

15 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill,Vol. XIV – The Later Letters of John Stuart Mill 1849-1873, Part I.

16 R. Reeves, John Stuart Mill : Victorian Firebrand, p. 219.

17 Le texte semble être écrit à l’occasion de la première Convention nationale des droits des femmes (National Women’s Rights Convention), qui se tient à Worcester, Massachusetts, en 1850.

18 Mill fait part de cet espoir dans son Autobiography.

19 Notamment les écrits qui émanent du groupe de Langham Place, dont ceux de Barbara Leigh Smith Bodichon.

20 En juin 1866, le premier ministre Derby remplace Russell.

21 John Bright (1811-1889), homme d’État libéral, est notamment connu pour avoir combattu le protectionnisme avec Richard Cobden et pour sa critique de la politique étrangère britannique.

22 Voir, dans la même collection, l’ouvrage de Frédéric Regard consacré à Butler (déjà cité).

23 Millicent Fawcett (1847-1929), militante féministe de renom, dirigeante de la National Union of Women’s Suffrage Societies (NUWSS), sœur de Elisabeth Garrett Anderson, proche d’un certain nombre de dirigeants politiques. Elle est le témoin des premières luttes pour le droit de vote, de la période suffragiste, de la loi de 1918 qui donne le droit de vote aux femmes de plus de trente ans et de la loi de 1928 qui accorde le vote aux femmes et aux hommes selon les mêmes critères.

24 A. Pyle éd., « The Subjection of Women », The Saturday Review [juin 1869], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, p. 43.

25 Voir, notamment, J. R. Walkowitz, Prostitution and Victorian Society. Women, Class, and the State, Cambridge, CUP, 1982.

26 Sur cette question, voir B. Caine, English Feminism (1780-1980), Oxford, OUP, 1997.

27 Ainsi, M. Oliphant et Sir H. Taylor sont-ils prêts à admettre que certaines professions soient ouvertes aux femmes, mais n’en conçoivent aucun enthousiasme. Voir A. Pyle, The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, p. 27.

28 Voir dans l’anthologie « L’affranchissement des femmes ».

29 A. Pyle, The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, p. 75-88.

30 Saint Paul, Épître aux Éphésiens 5, 22-24, cité dans « Mill on the condition of women », The Christian Observer [août 1869], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, A. Pyle éd., p. 87.

31 M. Oliphant, « Mill on the Subjection of Women », The Edinburgh Review [octobre 1869], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, A. Pyle éd., p. 113.

32 W. H. Dixon, « The Subjection of Women », The Athenaeum [juin 1869], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, A. Pyle éd., p. 47.

33 S. Goldwin, « Female Suffrage » Macmillans Magazine [juin 1874], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, A. Pyle éd., p. 276.

34 W. H. Dixon, « The Subjection of Women », The Athenaeum [juin 1869], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, A. Pyle éd., p. 49.

35 S. Goldwin, « Female Suffrage » MacmillansMagazine [juin 1874], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, A. Pyle éd., p. 268.

36 Anne Mozley (1809-1891), auteur de nombreux articles, livres d’enfants, éditrice de recueils de poésie, elle préfère souvent garder l’anonymat, d’où son relatif manque de notoriété.

37 A. Mozley, « Mr Mill on the Subjection of Women », Blackwood’s Magazine [septembre 1869], The Subjection of Women : Contemporary Responses to John Stuart Mill, A. Pyle éd., p. 106.

38 Margaret Oliphant (1828-1897), écrivain écossaise, auteur de nombreux livres et articles.

39 Madame de Staël, extrait de Delphine.

40 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Education.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540