Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

John Stuart Mill et Harriet Taylor : écrits sur l'égalité de sexes

 | 
Françoise Orazi

Le féminisme libéral des Mill

Texte intégral

Le libéralisme politique et l’égalité des sexes

  • 1 Certains chercheurs préfèrent distinguer entre plusieurs formes de libéralisme correspondant à une (...)

1On décrit traditionnellement le féminisme des Mill comme « libéral »1. Cette définition se fonde sur l’idée, répandue à l’époque, que l’égalité légale et civique, qui fonde le libéralisme politique, est la condition suffisante à l’égalité des sexes. Le libéralisme est en effet porteur de ce formidable espoir selon lequel le droit, ainsi qu’une mesure de partage du pouvoir politique, permet de mettre fin à l’oppression tyrannique. Toutefois, si cette définition du libéralisme apparaît à la fois courante et incontestable dans le monde anglo-saxon, (et encore existe-il des variations entre les pays et les périodes), il n’en va pas de même pour la France où le libéralisme est, de nos jours tout particulièrement, généralement associé au libéralisme économique, voire à sa forme extrême, le néolibéralisme. Il faut donc préciser que, dans la tradition anglo-saxonne dont John Stuart Mill fait partie intégrante, le libéralisme dépasse le cadre économique qui rejette l’intervention de l’État et fait la part belle à la propriété privée, car il constitue bien une philosophie politique. De plus, il s’agit d’une tradition idéologique que l’on pourrait qualifier de dominante du xviiie siècle à nos jours, en passant par le xixe siècle britannique pendant lequel elle a atteint sa suprématie.

  • 2 C. Audard, Qu’est-ce que le libéralisme ? Éthique, politique, société, p. 10.

Cette théorie [normative du libéralisme] définit ce qu’est la société « bonne » ou « juste », celle où chacun est le meilleur juge de ses intérêts et de la conduite de sa vie, est laissé aussi libre que possible, tant qu’il ne nuit pas à autrui et n’attente pas aux intérêts vitaux de personne. Il en découle l’obligation de respecter l’égale dignité de chacun en tant qu’il est capable d’une conception de son bien et de ses intérêts dont il peut être tenu pour responsable. En conséquence, chaque vie humaine compte également et ce qui fait qu’une vie est proprement humaine, c’est-à-dire ses choix de valeurs, doit compter de manière égale – ce qui implique la liberté de conscience, enjeu central du libéralisme. Le seul pouvoir politique légitime est celui qui respecte ces deux fondements normatifs de la théorie libérale ; les principes de liberté et d’égalité des personnes.2

  • 3 Voir, dans la même collection que le présent ouvrage, N. Davie, L’évolution de la condition féminin (...)
  • 4 Mill évoque le cas de Garrett Anderson lors d’un discours à la Chambre des communes (voir dans l’an (...)
  • 5 Voir note no 27. En effet, Thompson, « l’un des principaux chefs de file du mouvement coopératiste (...)

2Le libéralisme incarne donc le respect des libertés individuelles de chacun, condition nécessaire de l’égalité légale et civique. La « deuxième vague » du féminisme a fortement remis en question la validité du projet féministe libéral, ne serait-ce que parce qu’elle a fait le constat qu’une fois l’égalité obtenue dans ces domaines, les inégalités réelles persistent. À l’époque des Mill, ce constat des limites de la solution libérale aux inégalités entre les sexes n’a pas encore été fait. De fait, les obstacles les plus visibles sont bien d’ordre légal ou constitutionnel3. Les femmes ne peuvent pas voter, même si elles remplissent les mêmes conditions que les hommes sous le régime censitaire. L’accès à l’emploi et l’éducation est restreint, voire impossible dans le cas de l’enseignement universitaire, puisque ce n’est qu’au début des années 1870 que les verrous commencent à être levés avec la création de Newnham College et Girton College. Même lorsque les diplômes et compétences sont acquis, la plupart des corps de métiers demeurent fermés aux femmes, comme en témoigne le cas d’Elisabeth Garrett Anderson4 qui fait grand bruit. La première femme médecin du pays n’obtient le droit d’exercer qu’après un parcours semé d’obstacles. La situation des femmes mariées est tout particulièrement inégalitaire à cause du statut de feme coverte qui leur interdit, notamment, d’être propriétaire de tout ou partie des biens acquis avant ou pendant le mariage. Ce statut permet de comprendre la fameuse comparaison entre la situation de la femme et celle de l’esclave que l’on trouve souvent sous la plume des Mill (voir dans l’anthologie « L’asservissement des femmes »). Il reste que, par rapport à certains des féminismes de la même période, comme celui de Thompson et Wheeler5, le féminisme millien ne voit pas dans la concurrence économique du capitalisme un obstacle à l’égalité des sexes : au contraire, la levée des interdictions, lesquelles semblent tout droit descendues d’un monde qui n’aurait pas connu Adam Smith, doit permettre la libre concurrence des individus, conçue comme un pas décisif vers l’égalité, puisqu’elle permettra à chacun de faire ses preuves, mettant ainsi fin au règne des préjugés. L’autre grand progrès que réclament les Mill est le plein accès au statut de citoyen, notamment la participation au pouvoir législatif. Ce projet est à la fois une fin en soi et le moyen de changer les mentalités car, hormis l’éventuelle émergence d’une science qui permettrait de vraiment connaître la nature de l’individu (que John Stuart Mill nomme « éthologie » et à laquelle il espère se consacrer un jour), la seule façon dont on peut éprouver le caractère et les capacités des femmes, pour distinguer ce qui résulte d’une éducation oppressive des caractéristiques intrinsèques au sexe féminin, est de cesser d’entraver leur développement et leurs actions par des restrictions légales. On trouve chez Mill une conscience du dynamisme de l’histoire, à laquelle sont soumises les mentalités et les idées, interdisant des conceptions trop arrêtées. À cet égard, le féminisme millien insiste sur ce que l’on pourrait appeler une double ignorance : la doxa, qui émane à l’époque essentiellement des esprits masculins, repose sur une ignorance de l’identité féminine, tandis que les femmes sont amenées par le carcan de leur éducation à se méconnaître elles-mêmes. On ne peut donc prédire les évolutions qu’engendrera à terme la levée des discriminations. Si l’on garde cette réserve à l’esprit, on peut néanmoins s’en tenir à la description du féminisme libéral millien par Himmelfarb :

  • 6 G. Himmelfarb, On Liberty and Liberalism, p. 171.

Dans les faits, l’égalité était le moyen, la liberté la fin : c’était pour assurer une liberté parfaite que l’égalité parfaite était nécessaire. Le but de l’égalité politique civile et sociale était d’établir les conditions qui permettraient un fonctionnement plus libre des individus, hommes ou femmes, afin qu’ils parviennent à un développement plus accompli de leur individualité, ne rencontrent pas d’obstacle en cultivant leur intelligence, capacité et caractère. En ce sens, l’égalité était l’égalité des chances, la possibilité d’une concurrence libre et égale avec les hommes.6

  • 7 Voir dans l’anthologie « Coups et blessures » et « La stabilité de la société ».

3La liste des incapacités légales, préjugés sociaux et moraux, arguments scientifiques, qui constituent et renforcent l’infériorité des femmes à l’époque, est très longue. Or, au xixe siècle en Grande-Bretagne, on considère généralement que les êtres humains sont a priori égaux et que seules des situations particulières peuvent légitimer la suspension ou la restriction des droits d’un citoyen. La situation des femmes est unique, elles forment le seul groupe dont le statut est si différent du reste de la population et si défavorable. Dans ce contexte idéologique, on ne peut justifier une telle exception politique que si elle reflète effectivement une différence certaine et profonde entre la nature de chacun des deux sexes. Mais puisque l’on ignore presque tout des femmes, du moins de ce qu’elles seraient si elles pouvaient devenir elles-mêmes librement, on ne peut affirmer que cette différence existe. Dans une perspective libérale, la position a priori des citoyens est celle de la plus stricte égalité juridique car la justice exige l’impartialité. Une fois représentées dans les organes politiques et juridiques, les femmes pourront s’assurer d’elles-mêmes que leurs semblables sont traitées avec l’équité et la justice dont elles sont privées par une organisation politique exclusivement masculine. Ainsi, l’une des préoccupations des Mill, qu’ils dénoncent dans plusieurs écrits, la violence faite aux femmes, perdure parce qu’elle n’est pas traitée avec la sévérité qu’elle mérite, et ce parce que les législateurs, les jurés et les juges sont tous des hommes.7 En ce sens, les propositions des Mill n’ont rien de révolutionnaire et s’inscrivent à la fois dans le militantisme naissant que l’on nomme à l’époque « mouvements de femmes » et dans la continuité de l’évolution vers une société débarrassée des privilèges.

La modernité en marche

  • 8 Pour être précis, John Stuart Mill n’a pas adopté l’historicisme, malgré ses accointances hégélienn (...)

4Toute l’œuvre millienne est travaillée par la notion de la modernité en marche : John Stuart Mill considère que cette dernière est déjà partiellement advenue puisque la naissance ne détermine plus systématiquement le statut civil ou politique, pas plus que le rôle social, de l’individu. Mais ce qui semble désormais acquis pour les hommes ne l’est pas encore pour les femmes. Pourtant, avec les réformes intérieures auxquelles il faut ajouter des événements internationaux tels que le progrès inexorable de l’abolitionnisme aux États-Unis, le cas des femmes fait de plus en plus figure de relique d’un autre temps. Le concept de progrès au cœur de la pensée millienne suppose donc une dose d’historicisme8 que reflète la stratégie argumentative des écrits. Cette dernière repose en effet sur deux tendances, parfois entremêlées, que l’on peut décrire respectivement comme analytique et historique.

  • 9 Selon les termes de S. Collini, « Introduction », The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI (...)

5En ce qui concerne la première tendance, les arguments mis en avant par les tenants de l’inégalité des sexes sont passés minutieusement en revue, disséqués un à un avec une rigueur méthodique admirable, caractéristique de Mill, pour conclure à l’irrecevabilité des arguments en question. Ce « reductio ad absurdum »9 procède généralement de l’une des deux approches suivantes : soit l’argument se fonde sur une vision des femmes telles qu’elles sont, c’est-à-dire telles qu’elles ont été maintenues dans une ignorance artificielle, et ne peut pas prétendre qu’il en serait effectivement ainsi si les femmes connaissaient un développement sans entraves. Par exemple : les femmes sont moins intelligentes que les hommes. Soit l’argument défend une vision des femmes qui correspond peut-être effectivement à leur vraie nature, mais démontre qu’il est, dans ce cas, absurde d’encadrer leur nature par la loi. Par exemple : les femmes sont naturellement portées vers leur rôle au foyer, c’est pour cela qu’il faut leur interdire toute autre activité. La deuxième tendance, que nous appelons historique, relève parfois aussi de la réfutation, surtout quand le type d’argument contrecarré prétend se fonder sur la tradition, ce qui est dénoncé comme absurde soit parce qu’il postule une société figée dans le temps alors même que l’époque est le résultat de nombreux bouleversements historiques évidents, soit parce qu’il est basé sur une méconnaissance de l’histoire. Par exemple : les femmes ne doivent pas recevoir d’éducation car il en a toujours été ainsi, ou bien : les femmes ne peuvent pas diriger une nation comme le montre l’histoire qui n’a connu que des dirigeants masculins.

  • 10 G. Himmelfarb, On Liberty and Liberalism, p. 175.
  • 11 Voir, par exemple, dans l’anthologie « L’affranchissement des femmes » : « Nous ne désirons pas nou (...)

6La rigueur de la méthode permet certes de la résumer en quelques lignes, mais les préjugés sont, eux, si profondément ancrés qu’il faut décliner patiemment, minutieusement, parfois de manière répétitive si l’on considère l’ensemble des écrits, chaque contre-argument aux nombreuses idées reçues sur les femmes. Cette démarche explique pourquoi « Mill […] consacre tant de temps à ce qui est essentiellement un argument négatif »10. Il demeure cependant des arguments qui affirment plutôt que de réfuter. C’est d’ailleurs le cas de la notion de modernité en marche déjà évoquée. Le lecteur qui n’envisagerait pas les évolutions sociales et politiques récentes comme un réel progrès ne saurait être sensible aux exigences féministes des Mill. Sur ce point, les écrits des Mill sont très explicites : ils ne prétendent pas convaincre ceux qui souhaitent sciemment l’injustice faite aux femmes.11 Au contraire, les Mill s’adressent à un lecteur libéral ou sensible aux idées du libéralisme, car celui-ci adhère à sa valeur centrale, c’est-à-dire l’autonomie de l’individu. Ce lecteur est pour les progrès historiques récents, l’extension de la démocratie, la récente abolition de l’esclavage, la fin de la monarchie absolutiste, le droit des non-conformistes à pratiquer leur religion sans être privés de leurs droits civiques. Il s’agit donc de lui faire prendre conscience de l’injustice du traitement social et politique des femmes et de la légitimité des revendications égalitaires. S’il s’obstinait, en revanche, à refuser que l’égalité libérale s’applique aussi aux femmes, il lui faudrait alors admettre qu’il apporte son soutien à une forme de tyrannie incompatible avec ses idéaux philosophiques.

  • 12 S. Collini, « Introduction », The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equalit (...)

Mill inscrivait ses différences face à la majorité de ses contemporains dans une dimension historique rassurante. L’humanité était une gigantesque caravane déployée sur la route du temps, marchant lentement, péniblement et souvent avec réticence sur le sable. En particulier, les classes dirigeantes anglaises rechignaient à quitter leur oasis de privilèges. Mill était, lui, en avance sur le peloton ce qui lui permettait de voir plus loin. Sa tâche consistait à convaincre les plus réceptifs d’avancer dans le bon sens et à leur montrer que la direction conseillée n’était que la continuation de la route empruntée jusqu’alors. Contrairement à plusieurs des plus grands penseurs en sciences humaines du xixe siècle, il n’a pas élaboré une théorie entièrement téléologique de l’histoire, mais il a souvent mis en avant l’idée d’un progrès moral visible, semblable à ce que T. H. Green devait appeler « l’extension du domaine d’application du bien commun », ce qui suppose que ceux qui étaient jusqu’alors laissés de côté ou exclus, les travailleurs anglais, les esclaves noirs ou, de manière très convaincante, les femmes, devaient accéder à la pleine reconnaissance morale. On a toujours avantage à décrire ses adversaires comme voulant mettre arbitrairement fin au processus de progrès, surtout lorsqu’on s’adresse à des lecteurs du milieu du xixe siècle pour qui le progrès moral représentait le plus grand prodige de leur temps.12

  • 13 Voir plus particulièrement le chapitre X intitulé Of the Inverse Deductive,or Historical Method («  (...)
  • 14 Voir J. Robson, « Civilization and culture as moral concepts », p. 338-371.

7Dans l’ensemble de l’œuvre de Mill, en effet, le libéralisme s’ancre dans une philosophie de l’histoire, inspirée en l’occurrence des romantiques allemands et de Coleridge, de Carlyle, de Saint-Simon, d’une partie de la philosophie de Comte et de Tocqueville. Cette philosophie suppose d’abord qu’une connaissance de l’histoire est possible, comme Mill l’a d’ailleurs montré dans le livre VI de A System of Logic Ratiocinative and Inductive (« Système de logique déductive et inductive »), justement intitulé On the Logic of the Moral Sciences (« De la logique des sciences morales »)13. Elle suppose ensuite que le cours de l’histoire ainsi appréhendée est inévitablement soumis à des changements, ce qui permet en premier lieu de rejeter un conservatisme absolu. En outre, l’histoire oscille entre phases organiques, lors desquelles règne une harmonie fondée sur une adhésion collective aux mêmes principes ou croyances et phases critiques, caractérisées par le scepticisme et l’égoïsme, reliées entre elles par des périodes transitoires, dans l’une desquelles il pensait justement se trouver14. À ses yeux, l’heure est donc particulièrement propice à la mise en place de changements dans l’organisation sociale. Ceux-ci pourront alors être pérennisés par la phase organique qui va suivre. En d’autres termes, l’enjeu de l’époque est celui de l’accès à la pleine mesure du libéralisme, qui pourrait susciter une adhésion générale dans l’avenir proche, et il s’agit, en l’occurrence, de faire comprendre à ses partisans que celui-ci doit aussi s’appliquer aux femmes.

Le féminisme comme exigence morale

  • 15 Mill s’est beaucoup penché sur la tension qu’il entrevoyait entre ces deux dernières (l’exigence dé (...)
  • 16 Voir dans l’anthologie la « Lettre à Herbert Spencer ».

8À première vue, le féminisme millien n’est donc rien d’autre que la conséquence de l’égalité libérale appliquée au deuxième sexe. Le cas des femmes n’est pas particulier en soi, il participe de toutes les questions économico-sociales et politiques que Mill (et Taylor) a étudiées dans ses ouvrages : les extraits des grands traités reproduits ci-dessous (voir dans l’anthologie « De la liberté », les « Considérations », les « Principes ») en témoignent. Le discours sur les femmes n’est subordonné à rien d’autre qu’aux valeurs milliennes : stricte garantie de l’égalité, primauté de l’autonomie individuelle, libre développement intellectuel et moral des personnes, exigence démocratique, préservation de la liberté des grands esprits, forcément minoritaires mais nécessaires au progrès moral.15 Ces derniers mots laissent néanmoins apparaître que le libéralisme millien ne consiste pas seulement en une organisation de la société qui permet la coexistence de ses membres : il est sous-tendu par une exigence morale que l’on pourrait décrire comme la primauté du développement de l’individu rationnel. Au plan collectif, le développement de chacun contribue à l’enrichissement de la société. En ce sens, l’égalité entre les sexes est en elle-même facteur de progrès moral. En effet, les écrits des Mill, qui se concentrent à de nombreuses reprises sur la situation des femmes mariées, le rappellent souvent : l’homme a tout à gagner à trouver une égale en sa compagne. La levée de l’exclusion politique et de la discrimination éducative ou professionnelle est susceptible de faire sortir les femmes de leur irresponsabilité ou passivité, de leur cantonnement à la médiocrité intellectuelle pour leur permettre de devenir les amies de leurs époux plutôt que leurs servantes. Les femmes aideraient ainsi au développement moral et intellectuel des membres masculins de leur entourage plutôt que de contribuer à les maintenir dans leurs insuffisances, ce qu’elles ne peuvent manquer de faire si elles sont elles-mêmes réduites à l’indigence intellectuelle. Cette même élévation du caractère pourrait aussi affecter les enfants qui grandiraient dans une famille égalitaire. Au plan individuel, les Mill constatent que les femmes ne peuvent connaître le même progrès rationnel que les hommes parce qu’on n’a de cesse de décourager leur autonomie en les obligeant à une dépendance constante mais aussi en leur enseignant à se sacrifier pour autrui. Il s’agit là d’un aspect important du discours sur la nécessaire égalité des sexes : parce qu’il permet d’abord de répondre à ceux qui font part de l’absence de sens civique des femmes et craignent qu’elles ne soient incapables de comprendre les prérequis du libéralisme et finissent par lui nuire si elles devaient accéder à plus de responsabilités politiques16. Les Mill ne nient pas un certain retard des femmes en matière de conscience politique mais insistent sur sa cause artificielle et imposée.

9L’émancipation de l’individu féminin est utile pour toute la société : à l’époque, la situation réservée aux femmes contrevient en tout point à l’idéal d’un individu libre ; elle engendre la négation de l’individualité, ou pour reprendre la terminologie millienne, de la personnalité, du caractère. Or, l’être de progrès, celui aux capacités supérieures, issu de ce processus de développement, acquiert nécessairement la conscience de l’exigence morale que constitue la liberté de l’autre, de même qu’il comprend l’avantage de faire le bien d’autrui. Autrement dit, il prend conscience du devoir de « bienfaisance positive » (positive beneficence). Cette idée est détaillée dans Utilitarianism :

Alors que je conteste les prétentions d’une théorie qui établirait un critère de justice qui serait imaginaire plutôt que fondé sur l’utilité, je considère que la partie principale, la plus sacrée de toute moralité, celle qui nous engage plus que toute autre, est la justice fondée sur l’utilité. Le terme de justice désigne certains types de règles morales qui concernent, plus directement que toutes les autres règles de vie, ce qui est fondamental au bien-être des êtres humains ; elles constituent donc un impératif plus absolu [absolute obligation] ; et la notion que nous avons trouvée être l’essence de l’idée de justice [the essence of the idea of justice], celle d’un droit qui réside dans l’individu, implique cet impératif et en témoigne.

  • 17 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. X – Essays on Ethics, Religion, and Socie (...)

Les règles morales qui interdisent aux êtres humains de se nuire mutuellement (parmi lesquelles il ne faut jamais omettre l’ingérence illégitime dans la liberté d’autrui) sont plus vitales pour le bien-être que les autres préceptes, aussi importants soient-ils, qui ne font qu’indiquer la meilleure manière d’organiser tel ou tel domaine des affaires humaines. Elles ont aussi cette particularité d’être l’élément principal qui détermine l’ensemble des sentiments sociaux de l’humanité. Seul leur respect préserve la paix parmi les êtres humains. Si l’obéissance à celles-ci n’était pas la règle et la désobéissance l’exception, chacun verrait autrui comme un ennemi contre lequel il devrait perpétuellement se protéger. De manière tout aussi importante, les hommes ont toutes les raisons de vouloir bien faire comprendre ces règles aux autres. Ils n’ont rien à gagner à se donner simplement des instructions ou exhortations de prudence ; ils ont indéniablement tout intérêt à inculquer le devoir de bienfaisance positive, mais les conséquences en seront moindres : il est possible qu’une personne n’ait pas besoin des bienfaits des autres tandis qu’elle a toujours besoin d’être préservée du mal que les autres pourraient lui faire. Ainsi, les règles morales qui protègent chaque individu en évitant qu’on lui nuise directement, ou indirectement en faisant obstacle à sa liberté de rechercher son propre bien, sont celles qui lui tiennent le plus à cœur et qu’il a le plus fort intérêt à rendre publiques et à faire respecter par la parole et par l’action.17

Notes

1 Certains chercheurs préfèrent distinguer entre plusieurs formes de libéralisme correspondant à une période historique donnée. Ainsi, Wendy Donner précise-t-elle « féminisme libéral classique » (voir W. Donner, « Sexual Equality and the Subjection of Women », p. 106).

2 C. Audard, Qu’est-ce que le libéralisme ? Éthique, politique, société, p. 10.

3 Voir, dans la même collection que le présent ouvrage, N. Davie, L’évolution de la condition féminine en Grande-Bretagne à travers les textes juridiques fondamentaux de 1830 à 1975, Lyon, ENS Éditions, 2011.

4 Mill évoque le cas de Garrett Anderson lors d’un discours à la Chambre des communes (voir dans l’anthologie « L’octroi du droit de vote aux femmes »).

5 Voir note no 27. En effet, Thompson, « l’un des principaux chefs de file du mouvement coopératiste britannique et l’une des sources d’inspiration théorique de Marx voit dans le principe de concurrence qui régit le système économique un obstacle de taille à l’égalité des sexes. » Voir M. Monacelli et M. Prum éd., « William Thompson (1775-1833) : aux sources du féminisme socialiste », Ces hommes qui épousèrent la cause des femmes. Dix pionniers britanniques, p. 69-79.

6 G. Himmelfarb, On Liberty and Liberalism, p. 171.

7 Voir dans l’anthologie « Coups et blessures » et « La stabilité de la société ».

8 Pour être précis, John Stuart Mill n’a pas adopté l’historicisme, malgré ses accointances hégéliennes ou comtiennes, notamment parce que la conception d’un individu libre, principe millien fondamental, s’accompagne mal de cette doctrine.

9 Selon les termes de S. Collini, « Introduction », The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Education.

10 G. Himmelfarb, On Liberty and Liberalism, p. 175.

11 Voir, par exemple, dans l’anthologie « L’affranchissement des femmes » : « Nous ne désirons pas nous adresser aux lecteurs qui ont besoin d’être convaincus qu’il faut mettre fin à de telles situations. »

12 S. Collini, « Introduction », The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. XXI – Essays on Equality, Law, and Education, p. 13.

13 Voir plus particulièrement le chapitre X intitulé Of the Inverse Deductive,or Historical Method (« De la méthode déductive inverse ou historique. »)

14 Voir J. Robson, « Civilization and culture as moral concepts », p. 338-371.

15 Mill s’est beaucoup penché sur la tension qu’il entrevoyait entre ces deux dernières (l’exigence démocratique d’une part et la liberté des grands esprits, qui devait être préservée, d’autre part) : son œuvre témoigne de sa crainte de la tyrannie de la majorité, et, par là, du règne de la médiocrité qui pourrait étouffer les hommes remarquables. Or, son féminisme reflète aussi cette inquiétude car il conçoit l’existence de femmes remarquables dont l’absence de liberté pourrait entraver le développement.

16 Voir dans l’anthologie la « Lettre à Herbert Spencer ».

17 J. S. Mill, The Collected Works of John Stuart Mill, Vol. X – Essays on Ethics, Religion, and Society, p. 255.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540