Version classiqueVersion mobile

Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre

La réception de l'œuvre de Mary Wollstonecraft

Mary Wollstonecraft, the Pioneer of Modern Womanhood

Conférence de 1911

Emma Goldman
Traduction de Nathalie Zimpfer

Texte intégral

1Les pionniers du progrès humain sont semblables aux mouettes : ils distinguent de nouveaux rivages, de nouvelles sphères de pensée audacieuse, là où leurs compagnons de voyage ne discernent que l’eau qui s’étend à perte de vue. Ils envoient de joyeuses salutations aux pays lointains. Leur foi intense, ardente, brûlante perce la brume du doute, car les oreilles à l’affût des signes de vie perçoivent, par-delà le fracas assourdissant des vagues, ce nouveau message, ce nouveau symbole de l’humanité […].

2Ils sont consumés par le feu de la compassion et de la sympathie pour toute souffrance, envers tous leurs frères, et pourtant quelque chose les pousse à se tenir à l’écart de leur environnement. Et il leur est vain d’espérer jamais recevoir l’amour auquel aspire leur âme supérieure, car c’est là le prix à payer pour l’esprit supérieur : ce qu’il reçoit n’est rien comparé à ce qu’il donne.

3Tels furent le sort et la tragédie de Mary Wollstonecraft : ce qu’elle donna au monde et à ceux qu’elle aimait dépasse de très loin la capacité à recevoir des gens ordinaires ; son âme brûlante, ardente ne pouvait se contenter des miettes trop rares qui tombent de la table misérable des gens ordinaires.

4Mary Wollstonecraft vit le jour à une époque où son sexe était réduit en esclavage ; elle fut la propriété de son père tant qu’elle vivait à la maison et fut donnée à son mari comme on donne un objet lorsqu’elle épousa ce dernier. […] Si l’on ne peut nier que l’humanité ait évolué depuis cette époque mémorable, Mary Wollstonecraft demeure bel et bien la pionnière, très en avance sur son temps. […]

5La richesse de son âme, la sagesse de sa philosophie de vie, la profondeur de son univers de pensée, l’intensité de sa lutte pour l’émancipation de l’humanité et, plus encore, son combat farouche pour la libération de son propre sexe, sont, aujourd’hui encore, tellement au-delà de l’entendement ordinaire que l’on peut estimer qu’elle mérite le titre d’exception remarquable que la nature ne crée qu’une fois par siècle. Tel le faucon qui paya de sa vie d’avoir traversé les cieux pour contempler le soleil, Mary but la coupe de la tragédie jusqu’à la lie, car c’est là le prix de la sagesse.

6Il s’est dit et écrit beaucoup de choses sur ce merveilleux apôtre du xviiie siècle, mais c’est là un vaste sujet qui est bien loin d’être épuisé. Le mouvement actuel pour la défense de la femme, tout particulièrement le mouvement des suffragettes, trouvera dans la vie et le combat de Mary Wollstonecraft bien des choses qui lui montreraient que les seules avancées visibles sont insuffisantes à libérer leur sexe. […] La vie tragique de Mary elle-même prouve que l’obtention de droits économiques et sociaux uniquement pour les femmes ne suffit pas à remplir sa vie, ne suffit pas encore à remplir la vie de quiconque, homme ou femme, si elle n’est pas superficielle. Il n’est pas vrai qu’un homme – je ne l’entends pas au sens strictement masculin – profond et raffiné soit très différent d’une femme profonde et raffinée. Lui aussi est en quête de beauté et d’amour, d’harmonie et de compréhension. Mary avait compris cela, parce qu’elle ne se limitait pas à son propre sexe ; elle exigeait la liberté pour l’humanité tout entière. […]

7Mary Wollstonecraft, le génie de l’intellect, la combattante audacieuse des dix-huitième, dix-neuvième et vingtième siècles, Mary Wollstonecraft, la femme et l’amante, était vouée à la souffrance en raison même de la richesse de son être. Malgré toutes ses liaisons, elle était pour ainsi dire seule, comme toute âme supérieure est destinée à être seule ; c’est là, à n’en pas douter, le prix à payer de la supériorité.

8Son courage farouche en faveur des déshérités de la terre lui a valu l’hostilité de sa propre époque et a divisé son être, seule explication possible à la terrible tragédie qu’elle vécut avec Imlay. Mary Wollstonecraft visait le sommet le plus élevé des possibilités humaines. Elle avait trop de sagesse et d’expérience de la vie pour ne pas voir la divergence qui existait entre l’univers de ses idéaux et l’univers de ses amours, qui fit se rompre les cordes de son âme délicate et complexe. […]

9N’aurait-elle pas écrit une ligne que sa vie aurait fourni matière à réflexion. Mais elle nous a donné les deux et a donc sa place parmi les plus grands, avec sa vie si profonde, si riche, si infiniment belle par son humanité absolue.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search