Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

The Vision of Liberty, poème (avril-août 1801)

Traduit par Nathalie Zimpfer (trad.)

p. 209-210


Texte intégral

Le poète décrit la situation de la France en proie à la Révolution et met en garde l’Angleterre – « Garde-toi d’exaspérer le courroux divin, ô Angleterre, / Car les charmes étrangers aveuglent ton œil ensorcelé / Et Liberté, douce Liberté, est désormais le cri partout lancé » – avant de narrer la « vision » qu’il a eue en songe, vision d’une France post-révolutionnaire en ruines.
[Nathalie Zimpfer]

XV

1Puis je vis, sur un âne qui brayait,
Un bien joli couple, en vérité, William et Mary,
Qui, allez savoir pourquoi, décidèrent de se marier
Quoique chacun considérât le mariage comme une folie.
Et elle lançait une volée de jurons, à grands cris,
Quand l’âne trébuchait en sautant par-dessus clôtures et fossés.
Son mari, sans-culottes,1 était plein de mélancolie,
Car la culotte, c’était Mary qui la portait ;
De telles traî…, Dieu fasse les pauvres hommes se garder !

XVI

2Un jour les Droits de la femme cette gente dame se mit à écrire
(C’est le titre qu’en tête de son ouvrage elle place),
Dans lequel elle exhorte la chaste gent féminine de se départir
De toute ridicule pudeur et autres coquettes grimaces
Et de parler de leur postérieur comme s’il s’agissait de leur face.2
Par une telle licence la liberté à la langue leste est captivée,
Car les propos des femmes ont ainsi infiniment plus de grâce.
Heureuse la damoiselle qui cet ouvrage a étudié,
Ouvrage impertinent destiné à multiplier le nombre de pro…tuées.

 

3William a écrit des choses par pelletées,
Il devait donc à la vie de Marie s’atteler,
Estimant que ses fornications n’auraient assez de renommée
Qu’une fois noir sur blanc couchées.
Ce simplet, plein d’admiration, avec entrain et fierté
Les hauts faits de débauche de sa prostituée raconta
Et en bon époux rapporte avec une joie non dissimulée
Que souvent lui, pauvre sot, elle le cocufia
Et que, femme charmante, à la moitié de la ville elle se donna.

Notes de bas de page

1 En français dans le texte.

2 Allusion au fait que, dans le chapitre de A Vindication of the Rights of Woman consacré à l’éducation (chapitre 12), Wollstonecraft recommande que l’on enseigne l’anatomie aux femmes « afin d’éviter les erreurs dues à l’ignorance » tant dans les soins qu’elles se consacrent à elles-mêmes que dans ceux qu’elles apportent à leurs enfants (A Vindication of the Rights of Woman, p. 249).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.