Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre

La réception de l'œuvre de Mary Wollstonecraft

Anonyme, Compte rendu de lecture de Memoirs of the Author of a Vindication of the Rights of Woman, by William Godwin (janvier-juin 1798)

Traduction de Nathalie Zimpfer

Texte intégral

  • 1 « Mrs G. » : Mrs Godwin, soit Mary Wollstonecraft, d’après le nom de son mari, le philosophe W. Go (...)

1Des esprits superficiels auront tôt fait de dire qu’il n’est point de meilleure réfutation aux théories de Mrs G.1 que la vie de celle-ci ; mais nous ne nous aventurerons point à affirmer une telle chose, aussi longtemps que nous verrons, comme c’est le cas chaque jour, des milliers de gens mariés dont l’union est tout aussi malheureuse que celle de cette dame avec Mr Imlay.

2D’aucuns estimeront que, sans aller jusqu’à accuser Mrs G. d’immoralité, on lui reprochera son indécence, au motif du mépris dont elle fit montre à l’égard des règles établies de la société ; à cela il nous suffira de répondre que Mrs G. était un esprit original, qui se distinguait du commun en bien des points, et qu’une longue réflexion l’avait conduite à trancher la question et à s’engager dans ce commerce avec Mr Imlay en France, et à une période où la question du mariage faisait l’objet de discussions animées dans les conseils nationaux et où triomphait presque partout un nouveau système de pensée sur le sujet. Dès lors, il se peut que nous apparaisse comme indécent ce qui, là-bas, n’eût point été envisagé de la sorte.

  • 2 Dans un autre passage de la recension, non cité ici.

3Nous avons toutefois fait remarquer2 que sa conduite nous semblait manquer de sagesse, tant que les hommes se montreront aussi corrompus qu’ils le sont de nos jours, et bien loin de nous l’idée de recommander de l’imiter. Mrs G. était d’une nature généreuse à l’excès, qui la conduisait à accorder sa confiance quand, peut-être, il eût été bon qu’elle nourrît quelque soupçon.

4L’accusation suivante que nous nous attendons à voir prononcée à l’encontre du caractère de Mrs G. concerne l’inconstance de ses attachements. On dira : la voici qui aujourd’hui aime Mr Fuseli, le lendemain s’attache à Mr Imlay, et celui-ci ne l’a pas plus tôt abandonnée qu’on la retrouve dans les bras de Mr Godwin.

5Mais qu’est-ce à dire ? Les êtres qui ressentent fortement une impression sont, à n’en point douter, d’autant plus sensibles à une autre.

6La Rochefoucauld affirme dans ses maximes, fruit d’une étude approfondie de l’humanité, qu’un cœur brisé par un amour déçu est le plus susceptible de concevoir une nouvelle affection. Mais Mrs G. renia-t-elle jamais l’un de ses attachements ? Quiconque lit sa correspondance peut affirmer que la possibilité d’une telle conduite n’entrait pas dans sa nature. Son amour était plus durable que l’objet de celui-ci.

7Son attachement à Mr Fuseli naquit en dépit de sa volonté et de ses efforts. Il ne se transforma point en commerce. Elle entreprit de voyager afin de chasser l’image de celui-ci de son esprit et quel meilleur expédient pour qui entend rejeter un souvenir que d’en cultiver un autre continûment ? La seule question, en l’espèce, est de savoir si elle abandonna Imlay trop tôt, lui qui l’avait abandonnée depuis plusieurs mois déjà. Eût-il été mort que mille souvenirs se fussent emparés du cœur de Mrs G., lui faisant chérir son image. Dans sa situation, tout se liguait pour la convaincre qu’il fallait le chasser de son esprit. Quiconque lit sa correspondance demeurera interdit devant la ferveur, la force et la persistance de son affection pour Imlay ; à cet égard, au tribunal de la raison, l’innocence de Mrs G. est amplement prouvée. Cette union s’apparentait à un second mariage, mais il n’y avait là pas assez pour empêcher son cœur de se tourner vers un nouvel objet ou d’en accepter un autre.

8L’on jugera que ses tentatives pour porter atteinte à sa vie, alors qu’elle était mère d’une enfant que son père avait abandonnée, méritent la censure. À cela nous ne pouvons que répondre que nous ne détenons pas le trébuchet qui permettrait de peser les souffrances que chacun doit endurer avant de rechercher le réconfort de la mort. Nous voyons Mrs G. écrasée de chagrin et nous n’avons pas la force de décocher une flèche contre qui souffre de si cruelle manière. Nous formons le souhait que son caractère et sa conduite soient soumis à un examen honnête et sincère et, si nous le pouvions, nous la protégerions de la licence de langues immorales. C’est à nos yeux une nouvelle Héloïse ; qu’Abélard ait possédé la première de ces femmes illustres, et Imlay la seconde, en dit long sur les hommes.

9Un portrait de Mrs G. précède ces mémoires, qui est d’une ressemblance frappante tout en montrant un visage fort intéressant. Nous sommes d’avis que toute personne qui lira ces mémoires devrait, afin de rendre justice à Mrs G., lire également sa correspondance, dont nous ne pouvons que déplorer qu’elle ait été publiée séparément.

10Tout en reconnaissant l’imperfection de ces mémoires, nous déclarons que tout nous sépare de qui est capable de lire ces mémoires sans verser une larme. […]

11Mary Wollstonecraft Godwin, adieu ! Tu défendis les droits de la femme et connus bien plus que d’autres les malheurs qui affligent celle-ci. Ton existence fut assombrie par ceux qui avaient le devoir de te porter secours et apaisement. Ton nom est poursuivi par la censure de la licence et la calomnie. Mais voici que point l’aube de jours meilleurs et l’avenir de ce que tu défendis est assuré. Ton nom figurera bientôt aux côtés de ceux que la postérité a distingués pour leur vertu et leurs talents et c’est fort de cette conviction que nous acceptons que tu souffres pour un temps l’opprobre qu’encourent les prostituées mariées ou non mariées.

Notes

1 « Mrs G. » : Mrs Godwin, soit Mary Wollstonecraft, d’après le nom de son mari, le philosophe W. Godwin (1756-1836).

2 Dans un autre passage de la recension, non cité ici.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540