Version classiqueVersion mobile

Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre

V. Mary Wollstonecraft et la défense des droits des femmes

Introduction

Texte intégral

1« Ce sont de faits et non de mots que j’entends m’occuper ! » (p. 76) : A Vindication of the Rights of Woman est action avant d’être texte. Si la formule met en avant la volonté de ne pas se payer de (belles) paroles, l’action de Wollstonecraft prend paradoxalement la forme d’une déconstruction systématique de tous les discours qui constituent la culture du xviiie siècle. C’est bien là que réside la radicale modernité de la pensée qui sous-tend le texte fondateur du féminisme anglo-saxon : deux siècles avant Pierre Bourdieu et Roland Barthes, Mary Wollstonecraft procède, avec A Vindication of the Rights of Woman, à une analyse sociologique et sémiotique. Guidée par l’intuition géniale qu’il convient de décrypter les comportements sociaux en analysant « l’opinion qui prévaut » (p. 88), elle entreprend de lire la société comme texte et procède à une critique de celle-ci en s’intéressant moins à la simple réalité sociale qu’à la représentation que s’en font les individus. Habitudes vestimentaires, langagières et comportementales, méthodes d’éducation et goûts littéraires sont interprétés afin de faire affleurer tous les postulats irrationnels qui constituent le fondement de la société et qui, parce qu’ils sont « naturalisés », échappent d’ordinaire à l’analyse critique et se transforment en « opinions » et « préjugés » d’autant plus efficaces pour « obscurcir la raison » qu’ils sont « profondément ancrés » (p. 81), c’est-à-dire inconscients.

2Le projet ne manque pas d’ambition, puisqu’il s’agit rien moins que de conduire à une « RÉVOLUTION des mœurs des femmes » (p. 114). Le terme de « révolution » est loin d’être anodin : c’est une théorie politique que Wollstonecraft entend proposer et, s’il est rarement fait mention du contexte révolutionnaire dans lequel s’inscrit A Vindication of the Rights of Woman, le texte est bel et bien conçu comme le pendant de A Vindication of the Rights of Men. Nul hasard dans le fait que le texte soit dédié à Talleyrand, dont Wollstonecraft pensait alors qu’il aurait une influence favorable sur le développement de l’instruction des femmes en France. Se fondant sur l’universalisme des droits de l’homme, Wollstonecraft offre donc aux femmes la promesse d’une révolution démocratique des sexes afin de leur donner enfin la voix dont elles ont été privées depuis toujours et de leur permettre ainsi de prendre pleinement part au grand projet des Lumières du progrès de l’humanité.

3Comme A Vindication of the Rights of Men, A Vindication of the Rights of Woman avance le postulat que la situation d’infériorité des femmes résulte d’une stratégie consciente de la part des forces de la réaction. Contre la puissance de ce qui s’apparente à un complot, la force de destruction massive de la raison critique est la seule arme qui vaille ; il faut « revenir aux principes premiers pour aller à la recherche des vérités les plus simples, et lutter pied à pied avec quelque préjugé qui prévaut aujourd’hui » (p. 81). Encore faut-il pour cela que soit rééduquée la raison que, bien souvent, les hommes emploient « pour justifier des préjugés dont ils se sont imprégnés, sans vraiment savoir comment, plutôt que pour les extirper » (ibid.).

  • 1 R. Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 10.

4Wollstonecraft entend « davantage persuader par la force de [s]es arguments qu’éblouir par l’élégance de [s]on langage » (ibid., p. 75), mais la déception guette le lecteur qui attendrait un style strictement argumentatif : la ligne du discours est sinueuse, le style très personnel et la morale se mêle à l’argumentation. Comme souvent, c’est avec passion que Wollstonecraft défend la raison et son emportement devant les incessantes représentations qui font de la femme une créature faible et sans défense devient le ressort principal d’une rhétorique toujours militante : « Il me faut déverser mon cœur en donnant une image différente [de la femme] » (p. 119). L’indignation affleure à toutes les pages et Wollstonecraft aurait pu faire sien le propos de Roland Barthes selon lequel « un sarcasme peut-être la condition de la vérité ».1

5Toute la démarche de Wollstonecraft dans A Vindication of the Rights of Woman repose sur un postulat extrêmement simple, qu’elle résume d’une formule : la « vertu » n’a pas de « sexe » (p. 76 ; p. 120). Elle entend réfuter l’essentialisme qui prévaut alors et procède à un double travail de déconstruction et de recréation : déconstruction systématique du discours de la différence naturelle entre les sexes, recréation d’une représentation nouvelle des femmes. Hommes et femmes sont présentés comme égaux du fait de leur nature d’êtres raisonnables, et les différences de comportement entre les sexes attribués aux artifices imposés par la société. La réflexion de Wollstonecraft se nourrit certes de celle de Catherine Macaulay, mais A Vindication of the Rights of Woman est une œuvre absolument novatrice par le caractère systématique de son analyse de l’assujettissement féminin ainsi que par la mise au jour des fondements cachés du modèle éducatif ayant conduit à l’aliénation des femmes. Il s’agit ensuite de renverser, de bouleverser, au sens propre du terme, les représentations mentales de la féminité qui prévalent alors ; ce n’est qu’à cette condition que, de créature sensuelle et silencieuse, objet passif du désir masculin, la femme pourra devenir sujet pensant et parlant, citoyenne investissant la sphère publique et se « mêl[ant] à la foule », seul moyen de « ressentir les choses comme les hommes » (p. 170).

6C’est sur cette prémisse de l’égalité foncière des sexes que repose la triple exigence d’une refonte complète des systèmes éducatif, judiciaire et politique : les filles doivent être éduquées selon les mêmes méthodes que les garçons et étudier les mêmes matières, y compris l’anatomie ; la loi doit être modifiée non seulement au regard du mariage, afin de permettre aux femmes de contribuer au bon fonctionnement du ménage et d’en partager les ressources à égalité avec les hommes, mais aussi, plus généralement, de manière à permettre l’égalité des salaires et des droits à la propriété et, surtout, de façon à étendre le droit de vote à tous : « Je pense vraiment que les femmes devraient avoir des représentants au lieu qu’elles soient gouvernées arbitrairement sans être autorisées à prendre part directement aux délibérations du gouvernement » (p. 217).

7Selon Wollstonecraft, hommes comme femmes sont pareillement dégradés par la situation et, si son analyse de l’oppression subie par les femmes n’épargne ni oppresseurs ni opprimées, la promesse des bénéfices du changement concerne également les deux sexes. Fondement essentiel de la stabilité de l’édifice social, le mariage est appelé à subir de profondes mutations : dès lors que, de tyrans exerçant leur pouvoir sur leurs épouses réduites à l’état d’« esclaves domestiques » (p. 165), les hommes se transformeront en êtres « chast[es] » (p. 208) et respectueux, les femmes deviendront à leur tour des épouses responsables et affectueuses :

Nous ne verrons pas les femmes se montrer plus affectueuses tant qu’une plus grande égalité n’aura pas été établie dans la société, tant que les distinctions de rang n’auront pas été abolies et les femmes libérées, non plus que nous ne verrons cet admirable bonheur domestique dont ne sauraient jouir des esprits ignorants ou corrompus ; non plus que la tâche essentielle que représente l’éducation ne pourra être entreprise tant qu’à l’esprit de la femme l’on préférera son corps. (p. 263)

8Nul repli sur la sphère privée dans ce positionnement : l’idée que la famille constitue le fondement de la société est partagée par bon nombre de républicains britanniques inspirés par la Révolution française. Là où un Burke voit dans le contrat social une nécessité inspirée par la peur de l’anarchie, Wollstonecraft et, plus tard, des poètes romantiques comme William Wordsworth (1770-1850) et Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), y lisent le prolongement naturel du sentiment de fraternité qui unit les êtres humains entre eux.

9Nous avons choisi de traduire non pas un extrait du texte de A Vindication of the Rights of Woman lui-même, mais la dédicace, l’avertissement au lecteur et l’introduction. S’y dévoile en effet la stratégie rhétorique adoptée par Wollstonecraft : instruite sans doute par les réactions suscitées par la publication de A Vindication of the Rights of Men, celle-ci y tient des propos rassurants – tels ceux sur la « prééminence naturelle » des hommes (p. 74) – pour mieux dissimuler la radicalité de l’analyse à laquelle elle s’apprête à se livrer.

Notes

1 R. Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957, p. 10.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search