Version classiqueVersion mobile

Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre

IV. Mary Wollstonecraft historienne

Défense des droits des hommes

A Vindication of the Rights of Men, 1790

Mary Wollstonecraft
Traduction de Nathalie Zimpfer

Texte intégral

Lettre au Très-Honorable Edmund Burke

1Monsieur,

2Je ne crois pas nécessaire de faire montre d’une insincérité courtisane en vous présentant mes excuses parce que je vous fais perdre ainsi un temps précieux, ni de prétendre que c’est pour moi un honneur de débattre d’un sujet important avec un homme auquel ses talents littéraires ont valu quelque notoriété dans mon pays. Je n’ai pas encore appris à orner mes phrases ni, pour user du jargon équivoque de la politesse, à dissimuler mes sentiments pour me contenter de suggérer ce que je redouterais de dire tout haut ; si donc il m’arrive dans le cours de cette lettre d’exprimer avec quelque véhémence mon mépris, voire mon indignation, je vous prie de n’y point voir un élan de l’imagination car, en matière de morale, la vérité m’est toujours apparue comme l’essence du sublime, et concernant le goût, la simplicité comme le seul critère du beau. Mais ce n’est pas avec un individu que je livre le combat en défendant les droits des hommes et la liberté de la raison. Vous le voyez, je ne m’abaisse pas à parler en termes choisis pour éviter une expression qui vous désoblige, non plus que je ne me retiendrai d’en donner une définition virile à cause du voile de dérision dont votre imagination fertile a couvert la présente acception du terme. Je révère les droits de l’humanité et oserai donc les défendre sans me laisser intimider par les rires grossiers que vous avez suscités contre eux ni attendre que le temps ait essuyé les larmes de compassion que vous vous êtes évertué à faire couler.

3La substance générale de la lettre qui se trouve devant moi et les justes sentiments qui l’émaillent m’inciteraient à vous croire homme bon, quoique vain, si certains aspects de votre conduite ne faisaient point douter de votre intégrité ; quant à cette vanité, une certaine connaissance de la nature humaine m’autorise à lui trouver des circonstances atténuantes dans la substance même de votre esprit, de sorte que je suis disposée à le dire aimable et à faire la différence entre l’homme public et l’homme privé.

4Je sais l’homme doué d’une imagination fertile particulièrement habile à briller dans la conversation et dans ces productions informes où l’on ne se soucie guère de méthode ; les applaudissements que recueille promptement son éloquence sont tout ensemble sa récompense et son encouragement. Bel esprit un jour, bel esprit toujours : tel est l’aphorisme que nous enseigne l’expérience. Pourtant, je tends à croire que celui qui s’évertue patiemment à préserver l’éclat de sa réputation ne pourra jamais nourrir par la réflexion une quelconque passion profonde ou, si vous préférez, métaphysique. Son ambition devient l’instrument de sa vanité et sa raison, girouette soumise à ses sentiments impétueux, est utilisée à la seule fin de dissimuler des défauts qu’elle aurait dû servir à corriger.

5Respectables : c’est ainsi, pourtant, que les faiblesses et les erreurs d’un homme bon apparaîtraient à mes yeux si elles ne se manifestaient point en dehors du cercle de la vie privée, si une faute vénielle rendait seulement le bel esprit, telle une coquette, avide de provoquer en toute occasion l’admiration et de susciter l’émotion au lieu de cultiver le détachement qui naît d’une estime mutuelle et d’un respect serein. C’est cette vanité qui anime les relations en société et contraint le grand homme si petit à être toujours sur ses gardes afin de préserver son trône ; et l’homme habile, toujours à l’affût d’une conquête, dans son désir de faire grand étalage de l’étendue de son savoir, purifié par son imagination et façonné par le bon goût, donne à l’observateur attentif quelque information utile.

  • 1 En français dans le texte.

6Quelque austère raisonneur murmurerait que ces arguments sont superficiels, ajoutant même que les sentiments ainsi étalés avec ostentation sont souvent dictés par le froid discours de l’esprit et non par les élans du cœur… Mais que valent ces judicieuses remarques, quand traits d’esprit et sentiments d’agrément tiennent lieu d’intelligence dans les salons, qui trouvent votre ouvrage fort plaisant ? Les dames elles-mêmes, Monsieur, peuvent répandre vos spirituelles saillies et rapporter avec force attitudes théâtrales nombre de vos déclamations sentimentales. La sensibilité est la manie1 de l’époque et la compassion, une vertu qui sert à dissimuler moult vices, tandis que la justice pleure, morne et silencieuse, et pèse en vain dans sa balance la vérité.

7Dans la vie, l’homme respectable à l’entendement limité est souvent l’esclave de ses habitudes et la dupe de ses sentiments, tandis que celui qui a l’esprit plus clair et le cœur plus froid soumet à ses intérêts les passions d’autrui. Mais seul est véritablement sublime l’homme qui œuvre par principe et parvient à maîtriser les ressorts inférieurs de son activité sans en diminuer la vigueur, cet homme dont les sentiments donnent à ses résolutions la chaleur de la vie sans jamais le pousser à de fiévreuses extravagances.

8Toutefois, vous nous avez appris que le respect transit l’amour ; il nous faut donc en conclure que tous vos jolis élans proviennent de votre sensibilité, objet de tous vos soins, et que, vous enorgueillissant de cette prééminence imaginaire de vos organes, vous nourrissez chacune de vos émotions jusqu’à tant que leurs vapeurs, étant montées jusqu’à votre cerveau, dissipent les sobres suggestions de la raison. Il n’est donc guère surprenant que la passion vous emporte lorsqu’il vous faudrait raisonner et que la réflexion enflamme votre imagination au lieu d’éclairer votre entendement.

9Renonçons à présent aux fleurs de la rhétorique, Monsieur, et raisonnons de concert. Croyez-le bien : je ne me serais point enfoncée dans ces eaux troubles pour relever vos incohérences si votre esprit n’avait pas ravivé l’éclat d’opinions fanées et pernicieuses et fait gonfler le petit torrent de la dérision jusqu’à ce qu’il ressemblât au fleuve de la raison et se fît passser pour l’épreuve de la vérité.

  • 2 C’est-à-dire dans des chemins de traverse ; la citation vient de W. Shakespeare, King Lear, IV, i, (...)
  • 3 Les pagodes furent très en vogue en Angleterre dans les années 1770 et 1780.

10Je ne tenterai point de vous suivre « dans les chemins pour cavaliers et ceux pour piétons »2 ; bien plutôt, en attaquant les fondements de vos opinions, je laisserai votre édifice trouver son centre de gravité avant de le regarder être emporté dans les airs par quelque violente rafale ou de voir votre folle imagination, que l’expérience de soixante années n’a point apaisée, produire un autre de ces monuments à la mode de Chine3 qui, à chaque détour, toisent les bonnes gens qui sans ambages donnent à ces vains édifices le nom qu’ils méritent : des folies.

  • 4 Voir la note 7 de la section « Mary Wollstonecraft et les origines du féminisme politique et socia (...)

11Le droit que l’homme acquiert en naissant, pour vous donner, Monsieur, une brève définition de ce droit si contesté, consiste en un degré de liberté civile et religieuse qui soit compatible avec la liberté de chacun des autres individus auxquels il est uni par un contrat social et avec le maintien de ce contrat.4

  • 5 Note de Wollstonecraft : « La religion étant comprise dans ma conception de la moralité, je n’aura (...)

12La liberté, selon cette définition simple et droite, est, je le reconnais, un idéal qui n’a encore jamais été mis en pratique sous les divers gouvernements établis sur notre belle terre ; toujours le démon de la propriété rôde alentour pour empiéter sur les droits sacrés des hommes et défendre en grande pompe des lois qui insultent à la justice. Mais que la liberté résulte du fondement éternel du droit, de la vérité immuable, nul ne saurait le nier qui prétend à la raison, si la raison l’a conduit à édifier sa moralité5 et sa religion sur un fondement immortel : les attributs de Dieu.

13Je frémis d’indignation quand je tente de débrouiller méthodiquement vos paradoxes serviles, où je ne puis trouver aucun principe premier certain à réfuter ; je ne m’abaisserai donc pas à indiquer les passages où vous affirmez ce que vous niez ailleurs, non plus qu’à signaler toutes les fois où vous tirez des conclusions sans partir de prémisses : il y aurait quelque lâcheté à lutter contre un homme qui jamais n’a manié les armes que son adversaire a choisies pour le combat et quelque ennui à réfuter une à une des déclarations où apparaît l’esprit secret de la tyrannie.

14La substance de vos Réflexions me persuade que vous vouez à la raison une antipathie mortelle ; mais quand on trouve dans vos déclamations insensées quelque chose qui s’apparente à un argument ou à un principe premier, observez le résultat : nous devons vénérer la décrépitude de l’Antiquité et appeler sages fruits de l’expérience les coutumes artificielles que l’ignorance et des intérêts dévoyés ont renforcées. Pis encore : découvrons-nous des erreurs ? Nos sentiments doivent nous conduire à excuser, au nom d’un amour aveugle ou d’une piété filiale sans foi ni loi, les vestiges sacrés de jours révolus. Voilà des notions de beauté bien gothiques ! Le lierre ne manque pas de beauté, mais lorsqu’il ronge insidieusement le tronc qui le soutient, qui ne l’arracherait ?

15Ou encore : gardons-nous de jamais quitter l’hiver de notre inactivité, au prétexte que le dégel, s’il nourrit le sol, provoque passagèrement une inondation, tout comme la crainte d’avoir à subir maintenant un désagrément personnel doit nous faire renoncer à lutter pour obtenir les privilèges les plus estimables. Solide raisonnement, en vérité, dans la bouche des riches aux courtes vues !

  • 6 Allusion à J. Milton, Paradise Lost : « Ainsi s’exprima l’Ennemi et par la nécessité (prétexte des (...)

16Oui, Monsieur, les puissants ont amassé toutes les richesses, la minorité a sacrifié la multitude à ses vices et, pour pouvoir s’adonnner à ses appétits et vivre dans une oisiveté indolente du corps et de l’esprit, a abdiqué son humanité. Aveugles aux délices des plaisirs véritables, ces êtres mériteraient au vrai la compassion s’ils n’atténuaient pas l’injustice par le plaidoyer du tyran nécessité6 et n’élevaient pas la coutume, telle une imprenable muraille, contre l’innovation. En réalité, l’éducation des puissants, loin de cultiver leur esprit, l’a gauchi, au point que plusieurs siècles seront peut-être nécessaires pour les ramener à la nature et leur faire voir leurs intérêts véritables avec assez de force de persuasion pour qu’ils changent de conduite.

  • 7 Wollstonecraft entend par là les hommes qui jouissent de « l’hérédité de la propriété », soit les (...)

17La civilisation qui s’est établie en Europe est fort injuste et, comme toute tradition fondée sur un point d’honneur arbitraire, a conduit au raffinement des manières aux dépens de la morale en permettant que se répandent dans la société des sentiments et des opinions qui n’ont nul fondement dans le cœur ni aucun poids dans les calmes résolutions de l’esprit. Et qu’est-ce qui a entravé le progrès de la civilisation ? L’hérédité de la propriété. La condition dans laquelle naît ce genre d’homme,7 la considération qui en découle et paralyse ses facultés comme le ferait la décharge électrique du poisson torpille, font de lui un monstre artificiel. Car un être doué de la faculté de raison eût immanquablement découvert, à mesure de l’épanouissement de ses facultés, que le bonheur véritable naît de l’amitié et de la familiarité que seuls peuvent partager des égaux et que la charité ne consiste point à faire l’aumône avec condescendance, mais réside dans un échange de bienfaits et de bons offices fondé sur le respect de la justice et de l’humanité.

18Si de tels principes gouvernaient la société, le malheureux dont la misère disgracieuse suscite, par un mélange de dégoût et de sympathie animale, un prompt soulagement, serait, en vertu de son droit naturel, considéré comme un homme dont la détresse doit être soulagée, pourvu qu’il soit travailleur ; mais s’il a été réduit à la pauvreté par ses vices, il ne lui reste qu’à se tourner vers ses semblables qui, étant comme lui des êtres faibles sujets aux mêmes passions, devraient lui pardonner, dans l’espoir d’être à leur tour pardonnés, d’avoir souffert que l’impulsion du moment fasse taire les suggestions de la conscience, ou de la raison si vous préférez, car ces deux termes sont pour moi synonymes.

19M. Burke se donnera-t-il la peine de nous faire savoir jusqu’à quelle époque il nous faut remonter pour découvrir quels sont les droits de l’homme, puisque les lumières de la raison sont un guide si trompeur que seuls les imbéciles se fient à son jugement dépassionné ?

20Dans l’enfance de la société, si nous nous en tenons à notre pays, les coutumes furent établies par le pouvoir illimité et l’ambition d’un seul, à moins qu’un prince affaibli ne fût contraint de plier sous chacune des exigences de barbares libertins en révolte qui s’opposaient à son autorité par l’irréfragable argument de l’épée ou sous les requêtes spécieuses du Parlement qui ne lui accordait son concours que sous conditions.

  • 8 Plus connue sous le nom de Magna Carta (1215), elle garantissait les droits des barons par rapppor (...)
  • 9 Contre l’idée de droits naturels, E. Burke, s’appuyant sur les célèbres juristes Sir E. Coke (1552 (...)

21Sont-ce là les vénérables piliers de notre constitution ? La Grande Charte8 doit-elle trouver son principal fondement dans une concession antérieure, qui s’appuie elle-même sur une autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’on découvre que cette puissante structure (ou on ne sait trop quoi) repose sur le chaos ? Car, sans quelque principe ordonnateur, la cohérence n’est rien d’autre qu’une supercherie.9

  • 10 Édouard III (1312-1377) : petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, il déclencha la guerre de Cen (...)
  • 11 D. Hume, The History of England (1778, Histoire de l’Angleterre), I, xvi.

22À propos d’Édouard III,10 Hume fait remarquer que « c’était un prince fort capable, qui n’était point gouverné par des favoris ni égaré par le désordre des passions, qui avait compris que rien n’était plus propre à servir ses intérêts que de vivre en bonne intelligence avec son peuple ; pourtant, tout bien pesé, il apparaît que son gouvernement ne fut, au mieux, qu’une monarchie sans raffinement, qui ne reposait sur aucune loi stable, non plus qu’elle n’était limitée par des droits sûrs ou garantis, qui étaient pourtant observés dans la pratique. Le roi se dirigeait selon certains principes, les barons en suivaient d’autres, la Chambre des communes d’autres encore, et le clergé de même. Tous ces systèmes de gouvernement s’opposaient et étaient incompatibles ; chacun s’imposait à son tour, au gré des circonstances : un grand prince faisait prédominer le pouvoir monarchique ; la faiblesse d’un roi profitait à l’aristocratie ; une époque de superstition voyait le triomphe du clergé, cependant que le peuple, qui est la raison première de l’existence d’un gouvernement et qui le premier mérite la considération, était le plus vulnérable de tous ».11

  • 12 Richard II (1367-1400) : petit-fils et successeur d’Édouard III.

23Et juste avant cette époque bienheureuse du xive siècle, durant le règne de Richard II,12 qui fut réduit à une totale insignifiance par son incapacité absolue à tenir les rênes du pouvoir et à dominer l’arrogance des barons, la Chambre des communes, à laquelle il dut souvent faire appel, non seulement pour réclamer des deniers, mais aussi pour qu’elle l’aidât à étouffer les rébellions que ne manqua pas de provoquer le mépris dans lequel le tenait tout le pays, accrut peu à peu son pouvoir, car à chaque fois qu’elle accordait au roi des fonds, elle exigeait en retour la confirmation, à laquelle elle donnait le nom de pétition, ou le renouvellement, de chartes précédentes qui avaient été piétinées, voire totalement ignorées, par le roi et ses séditieux barons, ceux-ci tenant avant tout leur indépendance par rapport à la couronne de la force des armes et du soutien qu’ils apportaient aux bandits et autres brigands qui infestaient le pays et vivaient de rapines et de violences.

24À quelles cruelles extrémités les plus pauvres n’étaient-ils pas réduits tandis que leurs biens, fruit de leur labeur, se trouvaient entièrement à la merci des seigneurs qui les gouvernaient comme autant de petits despotes !

25En échange des fonds et de l’aide qu’elle accordait au roi, la Chambre des communes exigeait des privilèges qu’Édouard, qui avait un besoin impérieux d’argent pour mener à bien les nombreuses campagnes dans lesquelles il s’engagea durant la plus grande partie de son règne, fut contraint de lui accorder, de sorte qu’elle accrut peu à peu son pouvoir et fit contrepoids à celui du roi et des nobles. C’est ainsi que s’établit notre liberté, principalement sous la contrainte des besoins d’un souverain si soucieux d’obtenir immédiatement l’argent nécessaire pour mener à bien ses campagnes et autres projets dictés par l’ambition qu’il n’eut pas conscience du coup qu’il portait au pouvoir royal en donnant ainsi à une corporation le sentiment de son importance, de sorte que la Chambre put par la suite s’opposer résolument à la tyrannie et à l’oppression et préserver efficacement la propriété des sujets contre les saisies et les confiscations. La faiblesse de Richard acheva ce que l’ambition d’Édouard avait entamé.

  • 13 J. Wyclif ou Wycliffe (1324 ?-1384) : fondateur du mouvement des Lollards, qui réclamaient des réf (...)

26À la même époque, il est vrai, Wycliffe ouvrit une perspective à la raison en attaquant certains des dogmes les plus pernicieux de l’Église de Rome13 ; pourtant la vue demeura suffisamment brouillée pour que l’on soit en droit de poser aujourd’hui la question : où se trouvait la dignité de pensée au xive siècle ?

  • 14 Allusion directe à Burke, dont la mère était catholique.

27Il n’est pas impossible, il est vrai, qu’un catholique,14 éclairé par la Réforme, célèbre, fort à propos, la période qui précéda celle-ci afin de détourner nos pensées des atrocités antérieures. Mais un protestant se doit de reconnaître que cette faible lueur de liberté ne fit que rendre plus visibles les ténèbres qui s’estompaient et que les prétendues vertus de ce siècle portent toutes la marque d’un orgueil entêté et d’une intraitable barbarie. La condescendance portait alors le nom de politesse et l’aumône ostentatoire, celui d’humanité ; les hommes se contentaient d’emprunter leurs vertus ou, pour parler plus justement, leur importance, à leur lignage, au lieu d’entreprendre la tâche ardue de les acquérir par eux-mêmes.

28L’imperfection de tous les gouvernements modernes (et hâtons-nous de répéter à notre tour ce lieu commun que les institutions humaines sont toutes nécessairement imparfaites) vient sans doute dans une bonne mesure simplement de ce que leur constitution, à supposer qu’une telle masse hétéroclite mérite ce nom, s’établit durant la sombre époque de l’ignorance, quand l’esprit des hommes était entravé par les plus grossiers des préjugés et les plus immorales des superstitions. Et un philosophe de votre pénétration, Monsieur, recommanderait-il de choisir la nuit comme le moment le plus opportun pour étudier un rayon de lumière ?

29Nous faut-il rechercher les droits de l’homme en des siècles où quelques pièces suffisaient à venger la vie d’un homme, tandis que la mort attendait celui qui s’en prenait à la propriété des riches ? À une époque – je rougis de voir combien notre nature est dépravée – où l’on tuait un cerf ? Sont-ce là les lois qu’il est naturel de chérir et sacrilège de violer ? Comprenait-on le sens des droits de l’homme quand la loi autorisait ou tolérait le meurtre ? Ou force et droit sont-ils pour vous une seule et même chose ?

  • 15 Note de Wollstonecraft : « Voir les projets de loi de M. Burke sur les réformes économiques. » Cet (...)

30Mais en vérité, toutes vos déclamations conduisent si sûrement à cette conclusion que je vous conjure d’interroger votre propre cœur pour savoir si, lorsque vous vous parez du nom d’ami de la liberté, il ne conviendrait pas mieux de vous dire champion de la propriété, adorateur du veau d’or que le pouvoir a érigé. Et puisque vous en êtes à sonder votre cœur, si cela ne vous paraît pas trop s’apparenter à de laborieux calculs auxquels une imagination fertile s’abaisse de bien mauvais gré, examinez plus avant dans quelle mesure est en accord avec les notions ordinaires d’honnêteté et ce fondement de la morale, la vérité, le fait qu’un homme s’enorgueillisse de sa vertu et de son indépendance, alors qu’au même moment, il ne saurait oublier qu’il jouit du fruit de la duplicité15 et qu’il s’est subrepticement et lâchement fait attribuer une pension de quinze cents livres par an prélevée sur les deniers des forces dirigeantes d’Irlande. Les hommes honnêtes, Monsieur, car je ne parle même pas du noble principe de l’honneur, sont-ils jamais récompensés des services qu’ils rendent à la nation ou de l’aide qu’ils lui apportent en secret, au nom d’un autre ?

  • 16 D’abord utilisée par Pascal contre les jésuites, cette locution désigne un artifice qui consiste à (...)

31Mais laissons là une digression que vous comprendrez bien mieux que n’importe lequel de mes lecteurs. Selon quel principe, Monsieur, il vous est loisible de justifier la réforme qui a extirpé les fondations des anciennes institutions, je ne puis le comprendre… Mais pardonnez-moi : peut-être ne désirez-vous point la justifier. Peut-être avez-vous quelque restriction mentale16 qui excuse à vos propres yeux votre réticence à reconnaître ouvertement votre vénération ; ou, pour remonter plus loin encore, eussiez-vous été juif, vous vous seriez exclamé avec la foule : « Qu’on le crucifie ! Qu’on le crucifie ! » Cet apôtre d’une nouvelle doctrine qui violait les anciennes lois et coutumes et qui, au contraire de notre constitution, ne se transformait pas en obscurité et en ignorance, mais reposait sur l’autorité de Dieu, vous serait à n’en point douter apparu comme un dangereux innovateur, tout particulièrement si l’on avait omis de vous informer que ce fils de charpentier était de la lignée de David. Mais c’est sans fin que l’on pourrait avancer des arguments pour combattre des absurdités aussi patentes et montrer les incohérences manifestes que comporte nécessairement votre sinistre litanie d’opinions erronées.

32Il faut le redire avec force : il est des droits que les hommes héritent à la naissance en leur qualité de créatures raisonnables que la perfectibilité de leurs facultés élève au-dessus de la création animale, et parce qu’ils les reçoivent non de leurs ancêtres, mais de Dieu, ces droits naturels ne sauraient être remis en question par la tradition.

Notes

1 En français dans le texte.

2 C’est-à-dire dans des chemins de traverse ; la citation vient de W. Shakespeare, King Lear, IV, i, 55.

3 Les pagodes furent très en vogue en Angleterre dans les années 1770 et 1780.

4 Voir la note 7 de la section « Mary Wollstonecraft et les origines du féminisme politique et social » dans cet ouvrage.

5 Note de Wollstonecraft : « La religion étant comprise dans ma conception de la moralité, je n’aurais pas dû faire mention de ce terme sans énumérer toutes les idées simples que renferme ce vaste mot. Mais l’accusation d’athéisme ayant été fort librement proférée dans la lettre que j’examine, je désire m’assurer que mes propos ne seront pas mal interprétés. »

6 Allusion à J. Milton, Paradise Lost : « Ainsi s’exprima l’Ennemi et par la nécessité (prétexte des tyrans) excusa son projet diabolique. » Livre IV, vers 393-394, traduction de Chateaubriand (1836), Le Paradis perdu, Paris, Gallimard, 1995, p. 121.

7 Wollstonecraft entend par là les hommes qui jouissent de « l’hérédité de la propriété », soit les aristocrates.

8 Plus connue sous le nom de Magna Carta (1215), elle garantissait les droits des barons par rappport au roi Jean sans terre.

9 Contre l’idée de droits naturels, E. Burke, s’appuyant sur les célèbres juristes Sir E. Coke (1552-1634) et Sir W. Blackstone (1723-1781), défend l’idée que la Magna Carta remonte à la charte de Henri Ier (1100) et que les deux chartes sont en accord avec les lois les plus anciennes du royaume.

10 Édouard III (1312-1377) : petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, il déclencha la guerre de Cent Ans par ses revendications sur la couronne de France.

11 D. Hume, The History of England (1778, Histoire de l’Angleterre), I, xvi.

12 Richard II (1367-1400) : petit-fils et successeur d’Édouard III.

13 J. Wyclif ou Wycliffe (1324 ?-1384) : fondateur du mouvement des Lollards, qui réclamaient des réformes en matière de religion, notamment la traduction de la Bible en langue vulgaire. C’est dans le cycle de conférences qu’il donna à Oxford en 1379-1380, ainsi que dans son ouvrage De Eucharistia (1381, De l’Eucharistie) qu’il expose de manière systématique ses attaques contre l’Église catholique.

14 Allusion directe à Burke, dont la mère était catholique.

15 Note de Wollstonecraft : « Voir les projets de loi de M. Burke sur les réformes économiques. » Cette accusation était infondée au moment où Wollstonecraft publia son œuvre. À partir de 1794, Burke, très endetté, se vit accorder une pension de 1200 livres pour services rendus au pays.

16 D’abord utilisée par Pascal contre les jésuites, cette locution désigne un artifice qui consiste à s’exprimer en passant sous silence une condition ou une réserve formulée mentalement et qui restreint ou change le sens de ce que l’on dit de manière à tromper l’interlocuteur.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search