Version classiqueVersion mobile

Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre

I. Œuvres portant sur l'éducation

Histoires originales tirées de la vie réelle assorties de conversations destinées à régler les sentiments et à former l’esprit à la vérité et à la bonté

Original Stories from Real Life; with Conversations Calculated to Regulate the Affections, and Form the Mind to Truth and Goodness, 1788

Mary Wollstonecraft
Traduction de Nathalie Zimpfer

Texte intégral

Préface

1Ces conversations et dialogues ont été adaptés à l’état présent de la société, qui contraint l’auteur à tenter de soigner par la raison des travers qui n’eussent jamais dû s’enraciner dans l’esprit des jeunes enfants. De bonnes habitudes imperceptiblement inculquées sont de loin préférables aux préceptes de la raison, mais comme cette tâche nécessite plus de jugement que n’en ont généralement les parents, il faut trouver autre chose et administrer des remèdes quand vivre de régime aurait rempli cet office de bien meilleure manière. Je suis persuadée que quiconque examine son esprit conviendra volontiers avec moi que ce n’est pas sans difficulté que la raison vient à bout d’habitudes bien ancrées, même lorsque celle-ci a atteint un certain degré de maturité. Pourquoi, dès lors, souffrons-nous que nos enfants soient entravés par des chaînes que leurs facultés encore imparfaitement formées ne peuvent briser ?

2Dans l’ouvrage qui suit, j’ai visé à la clarté et à la simplicité du style et me suis efforcée d’éviter ces compliments insincères qui sortent de la bouche, mais n’entretiennent nulle relation avec les sentiments qui devraient animer le cœur et guider la conduite. La sincérité est sacrifiée et la vérité malmenée sur l’autel de cette politesse fallacieuse et c’est ainsi qu’immanquablement sont inculquées des manières artificielles. Car la véritable politesse est un lustre, et non un vernis, et doit s’acquérir par l’observation davantage que par les recommandations. Et il n’est pas inutile de faire remarquer, pour illustrer notre propos, que l’on ne s’efforce point de polir les pierres précieuses avant qu’elles n’aient atteint, au fil du temps et au contact de l’air, un degré de solidité qui leur permet de supporter le frottement nécessaire sans perdre leur substance principale.

3Il n’est pas toujours possible d’adopter la manière la plus utile d’instruire. Le savoir devrait être dispensé peu à peu et provenir de l’exemple davantage que de l’enseignement : l’exemple touche directement les sens, qui les premiers conduisent au cœur, de sorte que toute éducation devrait avoir pour constant objet de cultiver ces instruments de l’entendement, que nous pouvons dominer le plus aisément. Mais souhaiter des parents qu’ils façonnent eux-mêmes les passions ductiles n’est que chimère, car la présente génération est absorbée par le combat contre ses propres passions et la poursuite de plaisirs trop raffinés qui lui font négliger ceux qu’indique la nature. L’on se trouve donc contraint d’instiller le savoir de manière prématurée dans la génération suivante et d’enseigner la vertu en expliquant la nature du vice. Cruelle nécessité !

4Ces Conversations sont destinées à assister l’enseignant aussi bien que l’élève, ce qui permet de parer à une objection que d’aucuns pourraient soulever : que les opinions ici représentées sont par trop supérieures aux capacités d’un enfant. Chaque enfant requiert d’être traité de manière différente, mais l’écrivain n’en a qu’une à sa disposition, qui doit être modifiée par ceux à qui l’instruction de jeunes gens incombe effectivement.

5La raison conduit naturellement à ancrer les principes de la vérité et de l’humanité sur des fondations solides et simples, et à faire de la religion le guide actif et stimulateur des sentiments et non une simple question de respect des formes. Les systèmes de théologie sont parfois compliqués, mais lorsque l’on donne à voir le caractère de l’Être Suprême et qu’on Le reconnaît comme notre Père à tous, Dispensateur et Axe du Bien, l’enfant parvient à comprendre que dignité et bonheur ne s’acquièrent que par Son imitation. Une telle conviction doit se mêler à chaque devoir que l’on inculque et en constituer le fondement.

6Quoi qu’il en soit, les Histoires écrites pour illustrer cette morale rappelleront celle-ci à l’esprit lorsqu’il sera suffisamment fortifié pour débattre de l’argument qui l’a inspirée.

Introduction

7Mary et Caroline, quoique filles de gens de bien, furent durant leur enfance entièrement laissées entre les mains des domestiques ou d’autres personnes tout aussi ignorantes. Leur mère mourut brutalement et leur père, qui trouvait leur présence chez lui fort gênante, les confia aux bons soins d’une femme pleine de tendresse et de discernement, proche parente, que sa compassion persuada d’accepter cette lourde charge.

8Leur ignorance était indigne si l’on considère que Mary était au monde depuis quatorze ans et Caroline depuis douze. Eussent-elles été seulement ignorantes, la tâche n’eût pas semblé aussi ardue ; mais elles avaient adopté tous les préjugés que le commun instille sans que l’on s’en aperçoive. Afin d’éradiquer ces préjugés et d’instaurer de saines habitudes à la place de celles que les fillettes avaient acquises malgré elles, Mrs Mason veillait à ne pas les quitter des yeux. Elle les autorisait à lui poser des questions en toutes circonstances, méthode qu’elle n’eût point adoptée si elle eût pu les éduquer dès le début selon les préceptes que lui suggérait sa raison et que l’expérience avait confirmés.

9Elles n’étaient pas sans talent, mais Mary avait le goût de la moquerie et Caroline était vaine de sa personne. Elle était en effet fort jolie et sa beauté avait été si souvent louée en sa présence que, quoique fort jeune, elle en était devenue pleine d’affectation.

Chapitre XXI – Des bienfaits des douleurs du corps, De la force d’âme comme fondement de la vertu, De la folie de l’irrésolution

10Les fillettes jouaient dans le jardin depuis un certain temps tandis que Mrs Mason lisait à l’intérieur de la maison. Mais elle fut soudain alarmée par les cris de Caroline, qui entra dans la pièce en courant, en proie à un grand désarroi. Mary ne tarda pas à arriver et à expliquer ce qui s’était passé : sa sœur avait malencontreusement dérangé un essaim de guêpes, lesquelles, terrifiées, l’avaient naturellement piquée. Des remèdes furent appliqués pour soulager la douleur, mais elle ne cessait de se plaindre, se répandant en récriminations bruyantes et fort sottes, sans égard aucun pour l’inconfort que cela occasionnait à ceux qui s’efforçaient de la soulager.

11Bientôt la douleur diminua et son amie l’entretint alors de la sorte, d’un ton plus grave qu’à l’accoutumée : « Je suis bien triste de voir une jeune fille de votre âge pleurer à cause d’une douleur du corps : c’est la preuve d’un esprit faible, la preuve que vous êtes incapable de vous employer à des choses d’importance. Combien de fois devrais-je vous répéter que le Très-Haut nous éduque pour nous préparer à l’éternité ?

  • 1 J.-J. Rousseau, Émile, ou De l’Éducation, IV, 5.

12“Le terme de vertu vient d’un mot qui signifie force. C’est pourquoi la force de l’esprit est le fondement de toute vertu ; la vertu appartient à un être faible par nature, qui n’est fort que par la volonté et la résolution.”1

13C’est tôt que les enfants sentent la douleur du corps, afin de s’accoutumer à supporter les conflits de l’âme qui les attendent une fois devenus des êtres de raison. Ce qui vient de se produire est, je vous le dis, votre première épreuve et j’aimerais vous voir faire montre de cet amour-propre qui s’efforce de dissimuler ses souffrances. Qui, dans sa jeunesse, pleure à la moindre contrariété n’aura jamais, je le crains, la force d’esprit suffisante pour affronter tous les maux auxquels le corps est sujet et cherchera bien plutôt bassement à les éviter. Il semble en effet que là réside la différence essentielle entre un grand et un petit esprit : celui-là fait preuve de patience dans la douleur, tandis que celui-ci souffre que son âme immortelle s’abaisse, égarée dans sa demeure, souffre que les désagréments qui assaillent l’une envahissent l’autre. L’âme serait toujours le soutien du corps si son caractère supérieur se faisait sentir et qu’elle fût fortifiée par l’exercice. Le Tout-Puissant, qui ne nous afflige jamais qu’à de bonnes fins, commence par envoyer la maladie aux enfants pour leur enseigner patience et force d’âme, de sorte qu’ils apprennent peu à peu à les supporter et acquièrent ainsi quelque vertu.

  • 2 W. Shakespeare, King Lear (1623, Le Roi Lear), III, iv, 33-34.

14De la même manière, le froid ou la faim, quand ils nous adviennent par accident, ne sont pas des maux ; ils nous font « sentir ce que sentent les malheureux »2 et nous attendrissent le cœur. Nombre de vos frères humains endurent chaque jour ce que vous ne sauriez endurer un instant sans vous plaindre. Ils présentent en outre un autre avantage : lorsque vous aurez connu la faim, vous ne vous soucierez guère de savoir quelle sorte particulière de nourriture est à même de la contenter et serez ainsi affranchie d’une préoccupation frivole.

15Lorsque vous devrez prendre une potion vomitive, avalez-la d’un seul coup pour ne pas incommoder ceux qui vous entourent par votre indécision quand vous savez pourtant qu’il vous faut la prendre. Si vous devez vous faire arracher une dent ou subir toute autre opération déplaisante, décidez avec détermination que cela sera fait immédiatement, sans réfléchir, puisque vous voyez clairement ce qu’il vous faut faire. Lorsque je vois un enfant se comporter de la sorte, je me sens prête à l’embrasser, mon âme est irrésistiblement attirée par lui : je perçois dans cette âme qui s’apprête pour un plus noble champ d’action les prémices d’un caractère qui sera profitable à la société.

16Croyez-moi : l’endurance patiente à la douleur est ce qui vous permettra de résister à vos passions ; supporter la douleur du corps vous donnera la constance nécessaire pour soutenir les tourments encore bien plus déchirants de l’esprit. Vous n’irez point vous jeter dans les plaisirs pour dissiper des tracas passagers, non plus que, pour échapper à un désagrément présent, vous n’oublierez qu’il vous faut vous attacher fermement à la vertu comme au seul bien substantiel.

17L’affection d’une personne qui ne serait pas prête à souffrir la douleur et la faim pour m’obliger n’aurait à mes yeux aucune valeur et c’est une bonté sans chaleur que celle qui rechigne à affronter la difficulté quand cela est nécessaire au bien d’un frère humain.

18La juste fierté, la noble ambition de certains esprits fait mon admiration. Je l’ai entrevue chez Mary ! Car tandis qu’elle compatit au malheur d’autrui, elle se figure qu’elle pourrait elle aussi avoir à supporter ces désagréments, et son trouble devant les souffrances d’autrui semble plus grand que celui qu’il m’ait jamais été donné de voir sur ses traits lorsqu’elle était en proie à la douleur.

19N’oubliez pas que vous devez supporter avec patience les infirmités des plus faibles de vos frères humains, mais que vous ne sauriez avoir envers vous-même la même indulgence. »

Notes

1 J.-J. Rousseau, Émile, ou De l’Éducation, IV, 5.

2 W. Shakespeare, King Lear (1623, Le Roi Lear), III, iv, 33-34.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search