Version classiqueVersion mobile

Mary Wollstonecraft : aux origines du féminisme politique et social en Angleterre

I. Œuvres portant sur l'éducation

Pensées sur l’éducation des filles, assorties de réflexions sur la conduite des femmes dans les devoirs les plus importants de la vie

Thoughts on the Education of Daughters: with Reflections on Female Conduct, in the More Important Duties of Life, 1787

Mary Wollstonecraft
Traduction de Nathalie Zimpfer

Texte intégral

Préface

  • 1 On peut penser que Wollstonecraft songe plus particulièrement aux ouvrages qu’elle attaque dans A (...)

1Dans les pages qui suivent, je me suis efforcée de souligner quelques points importants concernant l’éducation des filles. Il est vrai que nombre de traités ont déjà été écrits à ce sujet.1 Il m’est apparu pourtant qu’il restait encore bien des choses à dire. Je n’irai point ajouter au nombre de pages existantes en justifiant mon propos. Je crains en effet que d’aucuns ne trouvent ces réflexions trop sérieuses, mais il m’eût été impossible de leur enlever de leur gravité sans faire preuve d’affectation. Pourtant, si elles peuvent paraître insipides aux gens du monde, d’autres peut-être ne partageront pas cet avis. Et si elles ne devaient être utiles qu’à une seule femme et rendre plus légères des heures que le chagrin a alourdies, j’aurai le sentiment de ne pas avoir œuvré en vain.

La lecture

2Selon une observation ancienne et cependant fort juste, l’esprit humain ne doit jamais rester inactif. Le plaisir de la lecture ou de n’importe duquel des beaux-arts devrait être cultivé dès le plus jeune âge ; et qui a coutume de réfléchir sait combien il importe que l’esprit ait quelque ressource propre, au lieu qu’il dépende entièrement des sens pour son activité et son amusement. Si par malheur il est ainsi fait, il cédera à la méchanceté, quand ce n’est pas au vice, afin de leur complaire. Les personnes les plus sages et les meilleures elles-mêmes subissent par trop leur influence, et s’efforcer de les dominer quand la raison comme la vertu refusent leur concours est l’un des grands combats de l’existence. De quel soutien disposent alors ceux qui appartiennent tout entiers à leurs sens et dont tous les desseins sont tournés vers des fins temporelles ?

  • 2 A. Pope (1688-1744), Essay on Man (1734, Essai sur l’homme), II, 26-27.

3La lecture est l’occupation la plus rationnelle qui soit pour qui cherche à nourrir son entendement et non seulement à retenir des mots ou à pouvoir citer des auteurs célèbres et répéter des opinions qu’ils n’entendent ni ne partagent. Les livres pleins de sagesse ouvrent l’esprit et ennoblissent le cœur, quoiqu’à leur lecture, certains « deviennent fats alors que la nature les avaient destinés à être sots ».2

4Les ouvrages qui font un portrait fallacieux des passions humaines et des diverses tribulations de l’existence ne devraient pas être lus avant que le jugement ne soit formé ou du moins exercé. Ces portraits sont l’une des causes principales de l’affectation des jeunes filles. La sensibilité y est décrite et louée, tandis que ses effets y sont représentés d’une manière si différente de celle que l’on trouve dans la nature que qui la prend pour modèle est assuré de se rendre tout à fait ridicule. L’on acquiert des goûts articifiels, de sorte que des ouvrages sensés paraissent ennuyeux et insipides au regard de ces prouesses frivoles, qui n’ont d’autre fin que de maintenir l’esprit dans un état d’incessante agitation. Les intrigues galantes sont le seul sujet digne d’intérêt aux yeux du romancier. C’est pourquoi la lecture contribue bien souvent à transformer ses admiratrices en créatures insignifiantes.

  • 3 The Adventurer (1752-1754), périodique dans lequel S. Johnson (1709-1784) écrivait souvent.

5Je n’entends point ici recommander des ouvrages du style abstrait ou du genre grave. Il en existe de nombreux dans notre langue qui joignent de l’amusement à l’instruction ; l’Aventurier3 en fait partie. Je mentionne ce livre en raison des belles allégories et des histoires touchantes qu’il contient, et l’on en trouve aisément de semblables. C’est lorsqu’elle est éclairée par les lueurs de l’imagination que la raison frappe le mieux les esprits. Les opinions que l’on trouve dans ces ouvrages sont étudiées et lorsque l’esprit y prend goût et se met en branle, on peut le laisser choisir lui-même ses livres, car tout alors est propre à instruire.

6Je voudrais que tous s’efforçassent de former leur propre opinion sur un auteur, quoique la modestie puisse les empêche d’en faire part. Bien des personnes sont si soucieuses de passer pour gens de goût qu’elles font l’éloge des seuls auteurs dont le mérite est indiscutable. Je n’en puis plus d’entendre vanter la sublimité de Milton, l’élégance et l’harmonie de Pope et le génie naturel et originel de Shakespeare. Ces remarques superficielles sont faites par des gens qui n’entendent rien à la nature et n’ont point su pénétrer l’esprit des auteurs qu’ils lisaient ni les comprendre.

  • 4 O. Goldsmith (1728-1774), The Deserted Village (1770, Le village abandonné), l. 212-24.

7Un style fleuri passe souvent aux yeux des ignorants pour une écriture élégante ; l’on admire nombre de phrases vides de sens, quoiqu’elles contiennent « des mots qui grondent comme le tonnerre »4 et d’autres qui ont pour seule qualité de finir en un son mélodieux et harmonieux.

8Les ouvrages de théologie ne sont pas faits pour les jeunes gens : la religion s’enseigne avant tout par l’exemple. La Bible doit être lue avec une révérence toute particulière et l’on ne devrait point se servir d’un ouvrage aussi sacré pour leur enseigner la lecture, de crainte qu’ils n’envisagent comme un devoir ce qui devrait être source de la plus vive délectation.

9L’on remarquera que je recommande de laisser l’esprit livré à lui-même dès lors qu’il a été mis sur la bonne voie. On ne peut donner de règles fixes, tout dépend de la nature et de la force de l’entendement de l’élève, et la personne chargée de l’étudier est la mieux à même de dire comment le cultiver pour qu’il croisse. L’esprit n’est pas créé, ne peut l’être, par l’enseignant, mais celui-ci peut le cultiver et en révéler les véritables capacités.

  • 5 Matthieu 6, 31 : « Ne vous inquiétez donc pas en disant : Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous b (...)

10La vitalité de la jeunesse peut faire que le temps passe sans que l’on ait à se préoccuper des plaisirs de l’esprit ; mais lorsque se sont dissipés les charmes de la nouveauté, leur manque se fera sentir et rien d’autre ne pourra venir combler ce vide. L’esprit est prisonnier du corps et sombre nécessairement dans la sensualité, car il n’a rien d’autre à faire que de s’occuper de lui ; « Que va-t-il manger et boire et de quoi va-t-il être vêtu ? »5

11L’on a reproché à toutes sortes de raffinements d’accroître nos soucis et nos peines. Pourtant, à n’en point douter, ils produisent également l’effet inverse. Le goût et la réflexion conduisent à maints plaisirs qui ne dépendent point de la fortune.

12Aucune activité de l’esprit ne constitue un prétexte suffisant pour négliger les devoirs domestiques et je ne vois pas en quoi l’un et l’autre seraient incompatibles. Une femme peut travailler à devenir la compagne et l’amie d’un homme de raison tout en sachant comment prendre soin de la famille de celui-ci.

Le mariage

  • 6 A. Pope, Essay on Man, II, l. 63.
  • 7 Wollstonecraft entend par là des habitudes intellectuelles.

13Les mariages précoces sont à mon avis une entrave au développement des femmes. Si nous étions nées pour « nous nourrir, nous propager, puis pourrir »,6 plus tôt seraient accomplies les fins de la création, mieux ce serait. Mais puisque l’on reconnaît ici aux femmes l’existence d’une âme, il convient de s’en soucier. Lorsqu’elle est jeune, la femme s’efforce de plaire à l’autre sexe, généralement dans le but de se marier, et cette entreprise sollicite toutes ses capacités. Si elle a reçu une éducation passable, seuls les fondements sont en place, car l’esprit ne mûrit que lentement et ne devrait pas être absorbé par les soucis domestiques avant que des habitudes n’aient été prises.7 De même, les passions ont trop d’influence sur le jugement pour qu’on souffre que celui-ci la guide pour une question d’une telle importance ; bien des femmes, j’en suis persuadée, épousent avant d’avoir vingt ans un homme qu’elles auraient repoussé quelques années plus tard. Bien souvent, lorsque l’éducation a été négligée, l’esprit se développe par lui-même pour peu qu’il ait le loisir de la réflexion et des expériences auxquelles réfléchir ; mais comment cela serait-il possible lorsqu’on les contraint d’agir avant qu’elles aient eu le temps d’exercer leur pensée ou qu’elles s’aperçoivent qu’elles ont fait un mariage malheureux ? Plus encore : eussent-elles par bonheur trouvé un bon mari qu’elles ne lui rendraient pas justice : il sera jugé très inférieur aux amants dont parlent les romans et l’ignorance des femmes les conduit souvent à éprouver de l’aversion pour leur mari alors que c’est la nature humaine qui est en cause.

14Quand une femme a affermi son esprit, nul doute qu’elle sera plus attentive à sa façon d’agir qu’on ne peut s’y attendre de la part d’une jeune fille et pour peu qu’elle réfléchisse avec sérieux, elle choisira pour compagnon un homme de principe ; c’est là ce dont peut-être les jeunes gens ne se soucient pas assez ou dont ils ne voient pas l’intérêt. Une femme sensible sera fort chagrinée de devoir priver ses enfants de la compagnie de leur père afin d’éviter que son commerce ne gâte leur moralité ; de plus, c’est à elle qu’incombe toute la tâche ardue de leur éducation, ce qui, dans un tel cas, n’est guère faisable. Se consacrer à l’éducation des enfants ne peut manquer de paraître fastidieux quand la vie semble si pleine de séductions et que l’on ne considère pas ses plaisirs comme illusoires. Bon nombre de jeunes filles ne sont pas plus tôt rentrées du pensionnat qu’on leur confie la responsabilité d’une famille et je laisse à la sagacité des lecteurs le soin de juger dans quelle mesure elles sont à même de s’acquitter de cette tâche. Comment pourraient-elles élever l’entendement d’un enfant alors qu’elles ont elles-mêmes à peine quitté l’enfance ?

15Souvent aussi, leur conduite manque de dignité et de retenue. Trop de familiarité conduit immanquablement au mépris. Souvent prudes avant le mariage, les femmes se figurent ensuite qu’elles peuvent donner libre cours à leur affection, dont elles accablent leur pauvre mari. Elles se figurent avoir un droit légitime à son amour et se montrent négligentes dans leurs efforts de plaire. Il existe mille politesses secrètes nées du bon sens et des marques naturelles de respect issues du cœur qui iront toucher celui de l’autre s’il n’est point dépravé. J’ai toujours pensé qu’une femme pouvait se satisfaire de recevoir des caresses et de n’en point prodiguer. Elle doit distinguer l’affection de la tendresse. Celle-ci est le plus doux des remèdes de l’existence ; mais, comme tout remède, elle devrait être réservée à des occasions particulières, pour ranimer l’esprit lorsqu’il est abattu par la maladie ou égaré par le chagrin. La sensibilité est la meilleure conseillère. Il est des attentions que l’on ne saurait dinstinguer ou décrire, quoiqu’elles pénètrent jusqu’au plus profond du cœur et rendent supportables les périodes d’affliction.

16Une femme doit avoir une juste estime d’elle-même de sorte à ne pas oublier trop aisément un affront délibéré sans toutefois être trop prompte à s’offusquer d’un peu de froideur. Il n’est pas possible de toujours sentir de concert et tous nous subissons des variations d’humeur que ne justifie aucune cause.

17C’est à la raison que l’on doit bien souvent faire appel pour combler les vides de l’existence. Mais trop nombreuses sont celles de notre sexe qui souffrent que la leur demeure en sommeil. Une raillerie bien tournée souvent triomphe sans convaincre et l’on use de stratagèmes qui provoquent la tendresse tout en détruisant le respect.

  • 8 Première Épître de Pierre : « Vous de même, maris, vivez chacun avec votre femme en reconnaissant (...)
  • 9 Wollstonecraft s’inspire librement de l’Essay on Man de Pope : « Quand l’esprit fait défaut, l’org (...)

18On dit des femmes que ce sont des êtres plus faibles8 et nombreux sont les tracas que leur cause cette faiblesse. Les hommes sont à certains égards fort avantagés : pour peu que leur entendement soit passable, il a l’occasion d’être cultivé ; ils sont contraints de voir la nature humaine pour ce qu’elle est et n’ont pas le loisir de se perdre en rêveries nées de leur propre imagination. Rien, j’en suis convaincue, ne stimule tant les facultés que de devoir se frotter au monde. Or ce n’est pas là le domaine d’une femme mariée. Sa sphère d’activité n’est guère étendue et si elle n’a pas appris à examiner son cœur, ô combien triviales sont ses occupations et ses activités ! Ô combien futiles les passe-temps qui absorbent et rétrécissent son esprit ! « L’artifice emplit le puissant vide de sens »9 et toute son attention est occupée par des tracas qui n’élèvent ni le cœur ni l’entendement. Bien entendu, elle est alors victime d’accès de colère puérile et d’humeurs fantasques imbéciles qui font d’elle une créature insignifiante plutôt que nuisible.

19Dans le confort, un esprit cultivé est nécessaire à la femme pour assurer son contentement ; dans le malheur, c’est son seul soutien. Une femme raisonnable et pleine de délicatesse que quelque mystérieux hasard ou quelque erreur a unie à un sot ou à une brute sera malheureuse au-delà de tout malheur si elle ne voit pas plus loin que ce qui l’entoure. Qu’il est important, dès lors, de cultiver son esprit, puisque notre réconfort présent et notre bonheur à venir en dépendent !

20Les principes de la religion doivent être inculqués et il ne faut point laisser l’esprit fluctuer dans les moments de détresse où nul secours ne peut lui venir d’aucune direction. La conviction que tout concourt à notre bien n’est guère susceptible de susciter la résignation lorsque nos plus chers espoirs nous sont refusés. Comment ceux que n’habite point cette conviction trouvent le contentement, je ne puis le concevoir ; je crois plutôt qu’ils se tourneront vers quelque soutien de ce monde et sombreront dans la folie, voire dans le vice. Car chez les femmes que ne guide pas la religion, le raffinement conduit immanquablement vers les contrées sauvages de la romance. Plus encore : sans cette conviction, il ne saurait exister de véritable sentiment ni sans doute de frein efficace aux passions.

Notes

1 On peut penser que Wollstonecraft songe plus particulièrement aux ouvrages qu’elle attaque dans A Vindication of the Rights of Woman : J.-J. Rousseau, Émile, ou De l’éducation, James Fordyce (1720-1796), Sermons to Young Women (1765, Sermons à destination des jeunes filles) et John Gregory (1724-1773), A Father’s Legacy to his Daughter (1774, Testament d’un père à sa fille).

2 A. Pope (1688-1744), Essay on Man (1734, Essai sur l’homme), II, 26-27.

3 The Adventurer (1752-1754), périodique dans lequel S. Johnson (1709-1784) écrivait souvent.

4 O. Goldsmith (1728-1774), The Deserted Village (1770, Le village abandonné), l. 212-24.

5 Matthieu 6, 31 : « Ne vous inquiétez donc pas en disant : Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous boire ? de quoi allons-nous nous vêtir ? »

6 A. Pope, Essay on Man, II, l. 63.

7 Wollstonecraft entend par là des habitudes intellectuelles.

8 Première Épître de Pierre : « Vous de même, maris, vivez chacun avec votre femme en reconnaissant que les femmes sont des êtres plus faibles […] » (1 Pierre 3, 7)

9 Wollstonecraft s’inspire librement de l’Essay on Man de Pope : « Quand l’esprit fait défaut, l’orgueil vient à notre secours / Et emplit tout le puissant vide de sens qui règne alentours. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search