Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

3. Batailles

Exploitation, aliénation et division sociale du travail dans le mouvement critique de mai-juin 1968 en France

Boris Gobille

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

L’une des idées reçues malheureusement les plus tenaces sur Mai 68 en France consiste à évoquer les luttes étudiantes et les grèves ouvrières en termes de « malentendu », voire de « rendez-vous manqué ». La thèse de l’impossible rencontre a été naturalisée : selon elle, les étudiants et les ouvriers étaient voués à se rater car les premiers voulaient « être (mieux) » et les seconds « avoir (plus) »1. Ces simplifications chargées d’implicites – aux étudiants un supplément d’âme, aux ouvriers un supplément de salaire –, ont circulé de bien des manières dans les batailles interprétatives dont Mai 68 a été et est encore l’objet ; diverses, elles ont en commun un mélange d’ethnocentrisme lettré et de misérabilisme, qui veut voir dans les ouvriers une classe rivée par nature au monde des choses et inapte aux combats pour l’émancipation individuelle, et dans les étudiants ou professions intellectuelles un groupe social uniquement préoccupé de libéralisme culturel et de quête égotiste de so...

Autor

ENS Lyon, Triangle (UMR 5206)

© ENS Éditions, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540