Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

3. Batailles

Qui n’a pas fait d’enquête n’a pas droit à la parole ?

Emmanuel Renault

Texte intégral

1Dans les premières lignes de l’article « Contre le culte des livres », en 1930, Mao exprime pour la première fois explicitement l’importance qu’il accorde à l’enquête :

  • 1  Mao Tsé-toung, « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao. De la pratique et de la contrad (...)

Pas d’enquête, pas de droit à la parole. Vous n’avez pas fait d’enquête sur un problème, et on vous prive du droit d’en parler. Est-ce trop brutal ? Non, pas du tout. Du moment que vous ignorez le fond du problème, faute de vous être enquis de son état actuel et de son historique, vous n’en sauriez dire que des sottises. Et les sottises, chacun le sait, ne sont pas faites pour résoudre les problèmes.1

2Onze années plus tard, en 1941, dans la « Préface des Enquêtes à la campagne », il réitère :

  • 2  Idem, « Préface des Enquêtes à la campagne », Œuvres choisies de Mao Tsé-Toung, t. III (désormais  (...)

Ceux qui font un travail pratique doivent à tout instant être au courant de la situation qui ne cesse d’évoluer […]. C’est pourquoi quiconque fait un travail pratique doit mener des enquêtes à la base. Pour ceux qui ne comprennent que la théorie sans rien connaître de la situation réelle, il est d’autant plus nécessaire de procéder à de telles enquêtes, sous peine de ne pouvoir lier la théorie à la pratique. « Sans enquête, pas de droit à la parole » – cette assertion qu’on a tournée en dérision en la taxant d’« empirisme étroit », je n’ai jamais regretté de l’avoir avancée ; je persiste au contraire à soutenir qu’à moins d’avoir enquêté on ne peut prétendre au droit à la parole. Il en est beaucoup qui, « à peine descendus de leur char », s’égosillent, prononcent des harangues, distribuent leurs avis, critiquant ceci, blâmant cela ; en fait sur dix d’entre eux, dix vont au-devant d’un échec. Car leurs discours, leurs critiques, qui ne se fondent sur aucune enquête minutieuse, ne sont que bavardages.2

  • 3  Id., « Rapport sur l’enquête menée dans le Hunan à propos du mouvement paysan », OC, I, Pékin, ELE (...)
  • 4  Ibid., p. 22.
  • 5  Id., « Méthodes de travail des comités de parti », OC, IV, Pékin, ELE, 1966, notamment p. 395-396.

3En 1927, le « Rapport sur l’enquête menée dans le Hounan à propos du mouvement paysan » (désigné ensuite sous le titre Enquêtes à la campagne) conférait déjà à l’enquête une portée décisive en tant qu’instrument de connaissance et de rectification politique. D’une part, elle apparaissait comme un moyen d’accéder à la connaissance d’une réalité non prévisible à partir de principes théoriques ou de connaissances générales sur le monde social, comme lorsque Mao écrivait : « J’ai vu et j’ai entendu bien des choses étonnantes dont je n’avais jamais eu connaissance jusque-là »3. D’autre part, l’enquête était destinée à « mettre un terme à tous les propos contre le mouvement paysan et corriger les mesures erronées prises par les autorités révolutionnaires à l’égard de ce mouvement »4. Innombrables sont les références à l’enquête dans les écrits de Mao. Elles participent d’une réflexion constante sur les méthodes de travail, dans l’armée rouge et dans le parti. L’article de 1949, « Méthodes de travail des comités de parti », représente l’une de ses expressions les plus abouties5.

  • 6  F. Engels, La Situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, Éditions sociales, 1975, p.  (...)
  • 7  Sur la fonction des enquêtes dans Le Capital, nous nous permettons de renvoyer à notre Souffrances (...)
  • 8  K. Marx, Enquête ouvrière, trad. française, Travailler, 12, 2004, p. 21-28, et L. L. Ferreira, « À (...)

4Comment Mao en est-il venu à donner une telle importance à l’enquête, dont témoigne le chapitre 23 du Petit livre rouge, « Enquêtes et recherches » ? La réponse la plus simple consiste à rappeler le rôle que Marx et Engels avaient conféré aux enquêtes sur les conditions de vie et de travail des ouvriers. En 1845, dans la préface de La Situation de la classe laborieuse en Angleterre, Engels écrivait déjà que « la connaissance des conditions de vie du prolétariat est une nécessité absolue si l’on veut assurer un fondement solide aux théories socialistes, aussi bien qu’aux jugements sur leur légitimité, mettre un terme à toutes les divagations et affabulations pro et contra »6. Dans Le Capital, c’est une même fonction de connaissance de la situation qu’il s’agit de transformer, et des facteurs qui peuvent favoriser ou entraver le développement de luttes révolutionnaires, qui est attribuée par Marx aux rapports des enquêteurs de fabrique7. Telle est également la fonction de l’« Enquête ouvrière » mise en place par Marx par l’intermédiaire d’un questionnaire publié en 1880 dans la Revue socialiste, dont les enjeux politiques sont présentés en des termes qui rappellent ceux d’Engels 35 ans plus tôt8.

  • 9  Nous avons examiné le statut de l’expérience sociale dans le marxisme dans « Marxism, politics, an (...)
  • 10  On se reportera à ce propos à Sun Youzhong, « John Dewey in China, yesterday and today », Transact (...)
  • 11  Voir Tan Sor-Hoon, « China’s pragmatist experiment in democracy. Hu Shih’s pragmatism and Dewey’s (...)
  • 12  Voir J. C.-S. Wang, John Dewey in China. To Teach and to Learn, New York, State University of New (...)
  • 13  Dans un article à paraître, Gu Hongliang rapporte que Mao avait été commissionné par Dewey pour pr (...)
  • 14  Mao Tsé-toung, « Manifesto on the founding of the Xiang River Review », dans S. R. Schram éd., Mao (...)
  • 15  Id., « First Business Report of the Cultural Book Society », ibid., p. 585 ; « Cultural Book Socie (...)
  • 16  Id., « The founding and progress of the Strenghen Learning Society », ibid., p. 376 ; « Letter to (...)

5Pour comprendre l’importance de l’enquête chez Mao, l’explication la plus naturelle est donc qu’il était marxiste et qu’il appartient, tout comme Gramsci, à ceux qui ont voulu rester fidèles au nœud noué chez Marx entre théorie, critique et expérience sociale9. Mais la contingence joue dans l’histoire un rôle assez important pour que les explicitations les plus naturelles ne soient pas toujours les meilleures. Et parmi les contingences les plus remarquables de l’histoire intellectuelle du xxe siècle compte la rencontre, à la fin des années dix, de celui qui deviendrait la principale figure du communisme chinois avec celui qui apparaissait déjà comme l’une des figures principales de la philosophie américaine, John Dewey. Bien que peu connu et rarement pris au sérieux, le fait est incontestable : Mao a été un pragmatiste deweyien avant de devenir marxiste, et il l’a été si profondément que de nombreuses spécificités de son marxisme trouvent là une part d’explication10. Rappelons quelques faits. Alors qu’il était bibliothécaire à l’université de Pékin, de l’été 1918 au printemps 1919, il suivit les cours de Hu Shih, principal pragmatiste chinois de l’époque, élève de Dewey, traducteur de ses écrits et initiateur de sa venue en Chine. Hu Shih était également l’une des autorités intellectuelles du mouvement de la « nouvelle culture »11, sorte de Lumières chinoises au sein desquelles se définissaient alors les engagements de Mao. Lors du séjour de Dewey en Chine entre 1919 et 1921, ce dernier fut érigé en étendard philosophique du mouvement de la « nouvelle culture »12 et, une fois retourné dans la province du Hunan, Mao semble avoir assisté à certaines de ses conférences13. Dans le « Manifeste de fondation de la revue de la rivière Xiang », datant du 14 juillet 1919, il présenta le pragmatisme comme la pensée la plus progressiste avant d’ajouter que « dans le domaine de la pensée, nous avons progressé jusqu’au pragmatisme »14. En outre, le fait que différentes traductions des conférences de Dewey soient citées dans la « liste des livres importants » publiés par la Société culturelle du livre15, dont il était l’un des fondateurs, indique qu’il avait probablement une connaissance de l’ensemble de la pensée deweyienne dont il se réclamait alors explicitement (tout particulièrement s’agissant de la doctrine éducative)16.

  • 17  Voir principalement J. Dewey, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de Fran (...)
  • 18  Voir notamment J. Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010, et Logique. Théorie d (...)

6Or l’une des caractéristiques les plus frappantes de la philosophie de Dewey tient précisément au statut qu’elle confère à l’enquête. Elle s’y trouve en effet promue en principe aussi bien dans le domaine logique, ou épistémologique, que dans le domaine politique. D’une part, la pensée se voit définie comme une enquête réflexive sur des situations problématiques et la connaissance comme le résultat d’une enquête couronnée de succès17. D’autre part, la démocratie se voit redéfinie comme une entreprise de résolution collective de problèmes sociaux sur la base d’une enquête collective sur la nature et les causes des problèmes et sur les meilleurs moyens de les résoudre18. Se pourrait-il que la conception maoïste de l’enquête appartienne à ces éléments qui ne prennent tout leur sens qu’une fois interprétés comme des résidus deweyiens ? Pour examiner cette hypothèse, commençons par distinguer ce qui, dans la conception maoïste de l’enquête, relève d’une conception marxiste de l’enquête qui ne devrait rien ni à Dewey ni à une reformulation deweyienne de thèses provenant de Marx, Engels ou Lénine.

« L’attitude marxiste-léniniste »

  • 19  Mao Tsé-toung, « L’élimination des conceptions erronées dans le parti », OC, II, p. 122-123.
  • 20  Id., « Réformons notre étude », OC, III, p. 17-18.
  • 21  Id., « Pour un style de travail correct dans le parti », ibid., p. 38.
  • 22  Id., « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao, De la pratique et de la contradiction, ou (...)

7Nous avons déjà rappelé que chez Marx et Engels, l’enquête a pour fonction de fournir des connaissances concernant l’expérience sociale des opprimés, les ressources pratiques disponibles et les obstacles à surmonter pour parvenir à une transformation révolutionnaire. Le concept d’enquête conserve chez Mao ces différentes fonctions qui sont constitutives de ce que l’on peut appeler une option réaliste, et il est mobilisé en ce sens dans les débats internes du parti à propos des orientations fondamentales de la politique révolutionnaire. C’est ainsi que la nécessité d’enquêtes est affirmée contre le subjectivisme dont découlent l’opportunisme et le putschisme, trois conceptions erronées qui partagent une même ignorance de l’importance de la connaissance des situations où l’action politique doit se dérouler19. Le subjectivisme consiste à se fier à ses sentiments ou à ses convictions20, sous une forme qui peut être ou bien empiriste ou bien dogmatique21, et qui conduit ou bien à une analyse unilatérale des situations (pouvant conduire à l’opportunisme), ou bien à une ignorance du poids des circonstances (comme dans le putschisme). Sans « enquête sur les conditions sociales et économiques », impossible de parvenir « à une juste appréciation des forces de classes et de définir ensuite une juste tactique »22.

  • 23  Id., « Réformons notre étude », OC, III, p. 20 : « Poser comme tâche, devant tout le parti, l’étud (...)

8C’est bien à Marx et à Lénine que Mao réfère une conception de l’enquête soulignant la nécessité d’une connaissance spécifique (et non pas générale), tout à la fois analytique et synthétique, des situations, celle « d’une étude complète et systématique de la réalité environnante »23, celle d’une recherche « du lien interne des événements qui se déroulent autour de nous » (ibid., p. 19). Dans des articles comme « Réformons notre étude » (1941) et « Notre étude et la situation actuelle » (1944), les développements relatifs à la « méthode de l’économie politique », dans l’Introduction des Grundrisse, et la thématique léninienne de la conjoncture, semblent décisifs :

Il est nécessaire, comme le dit Marx, de recueillir minutieusement les matériaux et d’en faire l’objet d’une analyse et d’une synthèse scientifique. (Ibid., p. 17)

  • 24  Id., « Notre étude et la situation actuelle », ibid., p. 171.

L’analyse concrète d’une situation concrète, a dit Lénine, « est la substance même, l’âme vivante du marxisme ». Beaucoup de nos camarades, à qui l’esprit analytique fait défaut, ne cherchent pas à analyser et à étudier les questions complexes, de façon répétée et approfondie, mais préfèrent tirer des conclusions simplistes, absolument affirmatives ou absolument négatives.24

  • 25  L’hégélianisme de Dewey s’exprime notamment dans l’idée que ce sont les contradictions de l’expéri (...)

9Un autre élément typiquement marxiste dans la conception maoïste de l’expérience, bien qu’elle ne soit pas totalement étrangère à l’hégélien Dewey25, concerne le rôle donné à la contradiction dans les situations problématiques sur lesquelles porte l’enquête. On lit ainsi dans « Contre le style stéréotypé » (1942) :

  • 26  Mao Tsé-toung, « Contre le style stéréotypé », OC, III, p. 58.

Pour poser un problème, il faut d’abord faire une enquête et une étude générales sur les deux aspects fondamentaux du problème, c’est-à-dire de la contradiction, afin de pouvoir saisir la nature même de cette contradiction.26

  • 27  Id., « Réformons notre étude », ibid., p. 19.

10La conception maoïste de l’enquête s’inscrit donc dans une continuité revendiquée avec des thèses provenant de Marx, Engels et Lénine. Quant à la promotion de l’enquête au rang de principe, elle serait constitutive de « l’attitude marxiste-léniniste ». Opposant « l’attitude subjectiviste » à « l’attitude marxiste-léniniste », Mao affirme ainsi dans « Réformons notre étude », que « ceux qui adoptent cette attitude procèdent à une étude systématique et minutieuse de la réalité environnante »27. Il n’en demeure pas moins que la conception maoïste de l’enquête comporte également des éléments plus difficiles à inscrire dans un héritage marxiste. Relevons notamment qu’elle se caractérise par un couplage étroit des concepts d’enquête et de problème, par une définition de la pensée par l’enquête, par le fait qu’elle ne se contente pas d’opposer des exigences réalistes à l’idéalisme et à l’utopisme, mais qu’elle oppose également au dogmatisme marxiste une conception processuelle et faillibiliste de la connaissance, et qu’elle est solidaire de ce que l’on peut appeler une conception démocratique de la connaissance. Sur ces quatre points, le legs deweyien semble décisif.

Les « problèmes » contre les « -ismes »

  • 28  Nous suivons ici Sun Youzhong, « John Dewey in China : yesterday and today », ouvr. cité, p. 76-77 (...)
  • 29  Voir notamment J. Dewey, Individualism Old and New, New York, Minton Blach & Co, 1930.

11Si l’idée d’une source deweyienne de la pensée de Mao est généralement peu prise au sérieux, c’est notamment en raison d’une interprétation erronée du processus qui a conduit la gauche de la « nouvelle culture », à rompre avec le libéralisme incarné par Hu Shih. L’acte d’indépendance de l’aile gauche de la « nouvelle culture » s’est signé dans une polémique entre Hu et Li Ta-chao, l’un des fondateurs du futur Parti communiste chinois. Elle fut initiée par un article où Hu opposait une politique pragmatiste centrée sur l’étude et la résolution des « problèmes » à une politique dogmatique, fondée sur des « -ismes » (anarchisme et marxisme), visant une résolution globale des problèmes. L’historiographie du marxisme chinois identifia la position marxiste, celle de Li, et la défense des « -ismes ». Pourtant, la position de Li consistait non pas tant à défendre les « -ismes » qu’à récuser l’opposition des « problèmes » et des « -ismes ». En fait, Hu et Li s’accordaient sur les principes méthodologiques fondamentaux du pragmatisme, à savoir sur une conception de l’unité de la théorie et de la pratique faisant de la théorie un instrument de résolution de problèmes pratiques. Leur désaccord résidait plutôt dans l’identification des problèmes décisifs (culturels chez Hu, sociaux chez Li), dans l’importance conférée par Li à la formation d’une volonté collective susceptible de résoudre ces problèmes, et dans l’opposition instaurée par Hu entre résolution de problèmes spécifiques et transformations globales et radicales28. La position de Li est cohérente avec le point de vue marxiste qu’il était en train de s’approprier. D’un tel point de vue, on peut en effet considérer qu’une pratique transformatrice doit tenir compte de la logique spécifique des problèmes et des conjonctures, tout en visant des transformations sociales globales, de sorte qu’il n’y a plus aucune raison d’opposer les « -ismes » aux « problèmes ». On doit également considérer que tous les problèmes sociaux n’ont pas la même valeur pour orienter l’action révolutionnaire et que l’étude des problèmes doit être indissociable de celle des moyens pratiques de les résoudre. Mais une telle prise de position, marxiste, au sein du débat des « problèmes » et des « -ismes » constitue également la seule option conforme à la conception deweyienne de l’enquête. En effet, chez Dewey, l’enquête consiste en une analyse de la nature de la situation problématique qui est destinée à identifier les causes du problème et les transformations requises pour le dépasser, mais également les ressources pratiques permettant de mettre en œuvre une solution, ainsi que les obstacles susceptibles de mettre en échec les solutions. En outre, l’opposition entre la résolution de problèmes spécifiques et des transformations globales et radicales est totalement étrangère à Dewey qui revendiquait lui aussi un dépassement des structures sociales existantes29.

  • 30  Mao Tsé-toung, « Statutes of the Problem Study Society », dans S. R. Schram éd., Mao’s Road to Pow (...)

12Avant même sa conversion au marxisme, Mao défendait un type de position méthodologique analogue à celle de Li. En septembre 1919, peu après son retour de Pékin, et alors qu’il restait proche de Hu, il a fondé une Société pour l’étude des problèmes refusant explicitement l’opposition des « problèmes » et des « -ismes », comme en témoigne l’article III de ses statuts : « Article III : L’étude des problèmes doit être solidement fondée sur des principes théoriques. Avant d’étudier les différents types de problèmes, il faut donc étudier les principaux
“-ismes”. »30

13À la même époque, il affirmait nettement que tous les problèmes ne se valent pas et que l’étude des principaux problèmes doit s’accompagner de celle des ressources pratiques disponibles pour les résoudre. Dans le « Manifeste de fondation de la revue de la rivière Xiang », tout comme dans la série d’articles « La grande union des masses populaire », datant de juillet/août 1919, la résolution des problèmes est associée à l’idée d’une transformation sociale globale rendue possible par l’union des masses populaires :

  • 31  Id., « Manifesto on the founding of the Xiang River Review », ibid., p. 319.

Depuis le grand appel pour une « révolution mondiale », le mouvement pour la « libération du genre humain » a progressé sans relâche, et il nous faut aujourd’hui changer nos vieilles habitudes à l’égard de problèmes que nous n’avons pas interrogés, à l’égard de méthodes que nous n’avons pas voulu utiliser. […] Quel est le plus grand problème dans le monde ? Le plus grand problème est celui d’obtenir de la nourriture pour subsister. Quelle est la plus grande force ? La plus grande force est l’union des masses populaires.31

  • 32  Id., « Statutes of the Problem Study Society », ibid., p. 413.

14À l’époque où il se déclarait ouvertement pragmatiste, Mao accordait déjà la plus haute importance à l’étude des problèmes, tout en distinguant, dans l’article V des statuts de la Société pour l’étude des problèmes, ceux qui peuvent être étudiés à partir de livres ou de documents écrits, et ceux qui appellent une enquête sur le terrain32. C’est de cette période que proviennent la promotion de l’enquête en question cruciale et la conception pragmatiste de l’enquête comme une entreprise de résolution de problèmes pratiques que l’on retrouvera dans tous les textes ultérieurs où le terme « enquête » apparaîtra. C’est également de Dewey que provient la définition de la pensée par l’enquête et la conception de la connaissance comme processus en croissance.

La pensée comme enquête et la croissance de la connaissance

  • 33  Voir N. Knight, « Introdution. Soviet marxism and the development of Mao Zedong’s philosophical th (...)
  • 34  Mao Tsé-toung, « De la pratique », dans S. Žižek, Mao. De la pratique et de la contradiction, ouvr (...)
  • 35  Ibid.

15On lit généralement l’article « De la pratique » (1937) comme une réflexion sur le thème de l’unité de la théorie et de la pratique tel qu’il a été développé par Marx dans les Thèses sur Feuerbach (que Mao connaissait via le Ludwig Feuerbach d’Engels), et tel qu’il avait été reformulé dans les manuels soviétiques de philosophie marxiste auquel Mao avait eu accès33. On remarque moins souvent que sa conception de l’unité de la théorie et de la pratique exploite deux thèmes qu’il avait rencontrés chez Dewey à la fin des années dix : une conception de la pensée en général (et de la théorie en particulier) comme instrument de résolution de problèmes pratiques, et une définition de la pensée comme une enquête. Conformément à la vision naturaliste et instrumentaliste de l’activité sociale qui est propre au pragmatisme deweyien, Mao soutient que les hommes se livrent « à l’activité de production en vue de résoudre les problèmes relatifs à la vie matérielle »34. Conformément à la définition deweyienne de la pensée comme résolution réflexive des problèmes pratiques, il ajoute : « C’est là l’origine même du développement de la connaissance humaine »35. Comme chez Dewey, la théorie est doublement fondée sur la pratique : d’une part, elle tire son origine de la pratique où surgissent des problèmes, et d’autre part, sa vérité est sa « vérification », sa capacité à résoudre, dans la pratique, ces problèmes. La pensée est secondaire par rapport à la pratique ; cependant, tout comme chez Dewey, la connaissance joue un rôle crucial. Facteur d’amélioration de l’expérience, elle rend possible de nouvelles pratiques qui, à leur tour, font surgir de nouveaux problèmes et de nouveaux développements théoriques. De même que chez Dewey, l’identification de la connaissance à un facteur de réorientation de la pratique est associée à l’idée d’un processus de croissance de l’expérience potentiellement infini.

  • 36  Mao Tsé-toung, « Préface des Enquêtes à la campagne », OC, III, p. 9.

16Le terme d’enquête ne figure certes pas dans cet article, mais le fait que l’enquête joue un rôle décisif dans l’articulation de la théorie et de la pratique est confirmé par d’autres textes, comme dans cet extrait, déjà cité, de la Préface aux Enquêtes à la campagne : il est « nécessaire de procéder à de telles enquêtes, sous peine de ne pouvoir lier la théorie à la pratique »36. De même, la référence à l’enquête est implicite lorsque Mao présente le processus de croissance de la connaissance dans l’article « À propos des méthodes de direction » (1943) :

  • 37  Id., « À propos des méthodes de direction », OC, III, p. 123.

Dans toute activité pratique de notre parti, une direction juste doit se fonder sur le principe suivant : partir des masses pour retourner aux masses. Cela signifie qu’il faut recueillir les idées des masses (qui sont dispersées, non systématiques), les concentrer (en idées généralisées et systématisées, après étude), puis aller de nouveau dans les masses pour les diffuser et les expliquer, faire en sorte que les masses les assimilent, y adhèrent fermement et les traduisent en action, et vérifier dans l’action même des masses la justesse de ces idées. Puis il faut encore une fois concentrer les idées des masses et les leur retransmettre pour qu’elles soient mises résolument en pratique. Et le même processus se produira indéfiniment, ces idées devenant toujours plus justes, plus vivantes, plus riches. Voilà la théorie marxiste de la connaissance.37

  • 38  Id., « Sur la grande victoire dans le nord-ouest et le mouvement d’éducation idéologique de type n (...)
  • 39  Voir notamment l’article « Soucions-nous davantage des conditions de vie des masses et portons plu (...)

17L’enquête est ici doublement en jeu : enquête sur la souffrance sociale (par l’intermédiaire de « l’expression des griefs »)38 et sur les aspirations des masses39, d’une part, enquête sur les conditions objectives qui définissent une politique susceptible de satisfaire ces aspirations, d’autre part.

Contre le dogmatisme

18Le lien étroit établi par Mao entre enquête et critique du dogmatisme peut être considéré comme un autre legs deweyien. L’idée d’instrumentalisme était dirigée chez Dewey contre toutes les formes d’intellectualisme, à savoir contre les différentes conceptions de la pensée et de la théorie comme ayant leur fin en elle-même, comme pouvant, et devant, diriger l’action de l’extérieur, alors qu’elles perdent en fait toute valeur dès qu’elles deviennent autre chose que des moyens au service des dynamiques immanentes de la pratique. Cette opposition de l’instrumentalisme et de l’intellectualisme sous-tendait la controverse des « problèmes » et des « -ismes ». Elle structure également la critique maoïste du dogmatisme. Du point de vue pragmatiste de Mao, l’entreprise théorique de Marx ne doit pas être considérée comme une science valant par elle-même et pour toujours, mais comme une tentative visant à résoudre des problèmes pratiques par des moyens théoriques, de sorte qu’elle doit être révisée lorsqu’elle ne parvient plus à nous orienter efficacement face aux difficultés toujours nouvelles auxquelles nous sommes confrontés. Tel est le thème principal de « Contre le culte des livres », où Mao rejoue manifestement la querelle des « problèmes » et des « -ismes » en affirmant que les théories n’ont d’autre fonction que de satisfaire des besoins pratiques :

  • 40  Id., « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao, De la pratique et de la contradiction, ou (...)

Nous disons que le marxisme est une théorie juste : non certes que Marx soit un « prophète », mais sa théorie s’est vérifiée dans notre pratique, dans notre lutte. Nous avons besoin du marxisme dans notre lutte. Nous avons absolument besoin des livres, mais nous devons nous débarrasser du culte que nous leur vouons au mépris de la réalité.40

  • 41  Id., « Le rôle du Parti communiste chinois dans la guerre nationale », OC, II, p. 224-225.

19C’est donc dans une intention anti-dogmatique qu’apparaît pour la première fois, au début de cet article, l’affirmation « Qui n’a pas fait d’enquête n’a pas droit à la parole », et c’est également dans le cadre d’une critique de l’intellectualisme et du dogmatisme que, dans « Le rôle du parti communiste chinois dans la guerre nationale » (1938), Mao cherche à contrebalancer la nécessité de l’étude de la théorie marxiste par l’enquête in situ (en reprenant une opposition entre deux formes d’étude déjà utilisée dans les statuts de la Société pour l’étude des problèmes). On remarquera qu’il insiste également sur le lien interne de la théorie et de « l’étude de la vie réelle » chez les fondateurs du marxisme. Insistant sur le fait que la théorie marxiste ne doit pas être considérée « comme un dogme, mais comme un guide pour l’action », il ajoute que les fondateurs du marxisme l’ont élaborée « à partir de leur vaste étude de la vie réelle et de l’expérience de la révolution », de sorte que l’appropriation de la théorie doit être accompagnée de celle de « la position et la méthode qu’ils adoptèrent pour examiner et résoudre les problèmes »41.

Une conception démocratique du savoir

  • 42  Sun Youzhong, « John Dewey in China : yesterday and today », ouvr. cité, p. 76.
  • 43  Comme le soutient notamment T. Berry dans « Dewey’s influence in China », dans J. E. Bleweet éd., (...)
  • 44  Mao Tsé-toung, « Contre le style stéréotypé », OC, III, p. 51.

20Pour comprendre la dernière des dimensions deweyiennes du concept maoïste d’enquête, il faut se souvenir que le succès de Dewey au sein du mouvement de la « nouvelle culture » résultait notamment de ce qu’il fut perçu comme le promoteur d’une méthode qui pouvait contribuer à la modernisation scientifique et démocratique de la Chine sans présupposer la validité des contenus sociaux et culturels occidentaux. Conçue comme une méthode, la philosophie pragmatiste pouvait faire l’objet, encore au cours des années vingt, d’utilisations politiques opposées, libérales aussi bien que marxistes42. C’est notamment pour cette raison qu’on peut considérer que le pragmatisme fut absorbé par le marxisme plutôt que remplacé par lui43. Telle est d’ailleurs la manière dont Mao présente le rapport de la nouvelle culture avec le marxisme chinois, dans l’article « Contre le style stéréotypé » (1942), lorsqu’il affirme que les communistes « reçurent en héritage son esprit scientifique et démocratique et le remodelèrent sur la base du marxisme »44. Cet article rappelle le lien que le mouvement de la « nouvelle culture » établissait, à la manière de Dewey, entre science et démocratie, deux concepts qui sont restés associés chez Mao. On en trouve une illustration dans l’opuscule « La démocratie nouvelle » (1940), illustration qui fournit également le moyen d’expliciter un autre enjeu de la promotion de l’enquête :

  • 45  Id., « La démocratie nouvelle », OC, II, p. 408.

La culture de la démocratie nouvelle est scientifique. Elle s’oppose à toute idée féodale et superstitieuse ; elle préconise la recherche de la vérité à partir des faits, la vérité objective, l’unité et de la théorie et de la pratique.45

21Chez Dewey, l’enquête et la démocratie sont doublement liées. Conçue comme une entreprise de résolution collective des problèmes sociaux, la démocratie ne peut atteindre ses objectifs sans enquête collective sur les problèmes sociaux. Mais le concept d’enquête est également dirigé contre les prétentions à fonder le pouvoir sur un savoir se soustrayant à toute critique à partir de l’expérience sociale, que ce savoir relève des connaissances spéculatives ou des vérités révélées dont s’autorisaient les autorités politiques avant l’émergence des institutions démocratiques, ou qu’il relève du savoir technique et scientifique des « experts » qui contribuent à saper la culture démocratique. On retrouve cette double fonction démocratique de l’enquête chez Mao. D’une part, l’enquête est une entreprise de participation collective à la résolution des problèmes rencontrés dans le mouvement de la révolution : dans le processus circulaire qui a été décrit plus haut, les masses (par l’intermédiaire des réunions organisées dans le processus de l’enquête) aussi bien que l’ensemble des échelons du parti doivent participer à l’enquête. Mais elle est également un moyen de lutter contre la constitution d’une bureaucratie coupée de l’expérience sociale et contre toutes les illusions de supériorité qui sont produites par le savoir, au sein du parti et dans le rapport du parti aux masses. Comme l’explique « Notre étude et la situation actuelle » :

  • 46  Id., « Notre étude et la situation actuelle », OC, III, p. 180.

Le camarade ouvrier ou paysan, fier de son origine de classe, peut regarder de haut l’intellectuel, tandis que celui-ci, à cause des quelques connaissances qu’il possède, peut témoigner du dédain au camarade ouvrier ou paysan. Toute qualification professionnelle peut devenir un capital personnel, qui mène à l’arrogance et au mépris d’autrui.46

  • 47  Id., « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao, De la pratique et de la contradiction, ou (...)

22Si tous « doivent sans exception enquêter personnellement sur la réalité sociale et économique »47, c’est notamment parce qu’il s’agit là d’un moyen de participer à l’expérience sociale des masses tout en réduisant les effets d’inégalité épistémique et de violence symbolique, comme le souligne la préface des Études à la campagne :

  • 48  Id., « Préface des Enquêtes à la campagne », OC, III, p. 8-9.

Tenir des réunions d’enquêtes est la méthode la plus simple et la plus sûre. Elle m’a été très profitable ; elle vous forme mieux que la meilleure des universités. […] L’enquête sera impossible, ou ne donnera pas de bons résultats, si l’on n’a pas un enthousiasme ardent, la détermination de se tourner vers la base, la soif de connaître, si l’on n’a pas le courage de rabattre son orgueil pour accepter d’être un écolier. Il faut savoir que les masses sont les véritables héros, alors que nous-mêmes, nous sommes souvent d’une naïveté ridicule.48

  • 49  Sun Youzhong, « John Dewey in China : yesterday and today », ouvr. cité, p. 82-83.
  • 50  R. Linhart illustre ces deux cas de figure. Voir à ce propos M. Zancarini-Fournel, Le Moment 68. U (...)
  • 51  Comme le suggère notamment T. Bujon à propos d’Isaac Joseph dans un compte rendu d’ouvrages : « Da (...)
  • 52  A. Badiou, L’Être et l’événement, Paris, Seuil, 1988, p. 365.

23En définitive, la conception maoïste de l’enquête semble devoir tout autant à Marx, Engels et Lénine qu’à Dewey. Admettre cette conclusion revient à lire Mao à rebours des différents processus historiques qui ont conduit à occulter l’importance de ce fondateur du pragmatisme dans le développement intellectuel de Mao. À côté de facteurs structurels comme l’hostilité du marxisme au capitalisme américain, dont le pragmatisme était censé être l’esprit, avant même la guerre froide, la contingence a de nouveau joué un rôle. La participation de Dewey à la commission Trotski est en effet une circonstance tout aussi contingente que sa venue en Chine à l’époque de la formation théorique et politique de Mao. Or, aux yeux des communistes chinois, un défenseur de Trotski ne pouvait être qu’un adversaire, d’où les campagnes lancées contre le pragmatisme49. Il est possible que l’idée d’une source pragmatiste du concept maoïste d’enquête puisse paraître en France plus paradoxale encore qu’en Chine, en raison d’une nouvelle circonstance contingente : le maoïsme y a trouvé un écho philosophique dans l’orbite de l’althussérisme, à l’époque de ce qu’Althusser désignera ensuite comme son « théoricisme », et qui constitue sans conteste l’une des versions du marxisme les plus éloignées du pragmatisme. « Qui n’a pas fait d’enquête n’a pas droit à la parole » fut certes l’une des thèses qui furent tournées contre Althusser par certains de ses élèves, et plus généralement, par ceux qui voulurent articuler établissement et enquête, voire prolonger l’établissement par l’enquête50. Mais si ces usages du primat maoïste de l’enquête ont sans doute produit des effets profonds sur les sciences sociales francophones, et joué un rôle dans l’attention croissante dont le pragmatisme a pu y bénéficier à partir des années quatre-vingt51, ils n’ont pas laissé d’empreinte durable concernant la réception de la pensée théorique et politique de Mao. Qu’en est-il aujourd’hui ? Nul doute que si l’enquête est conçue comme « une suite infinie de constats minimaux, comme la véritable unité de base de la procédure de fidélité », comme « le noyau d’être de la dialectique savoir/vérité »52, à la manière post-maoïste de Badiou, toute trace de pragmatisme disparaît. Une autre façon d’hériter du primat de l’enquête consisterait à tirer les conséquences du fait qu’il est aujourd’hui impossible de se rattacher de façon féconde à Marx sans fuir toutes les formes de dogmatisme. Qu’il prenne la forme de la croyance en une théorie politique vraie pour l’éternité, ou sous celle d’une revendication de scientificité autosuffisante, le dogmatisme est sans conteste l’une de ces maladies congénitales du marxisme qui ne se déclare pas moins en période de reflux que de conquêtes. Le fuir pourrait consister à chercher à transformer la théorie et la politique marxiennes à partir de l’analyse des spécificités du monde social contemporain (conformément à l’impératif maoïste de l’enquête), tout en prenant en compte une vaste gamme d’expérimentations politiques (conformément au constat maoïste que la vérité politique ne peut être trouvée ailleurs que dans les tâtonnements et les enseignements de l’expérience).

Notes

1  Mao Tsé-toung, « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao. De la pratique et de la contradiction, Paris, La Fabrique, 2007, p. 71.

2  Idem, « Préface des Enquêtes à la campagne », Œuvres choisies de Mao Tsé-Toung, t. III (désormais : OC, III), Pékin, Éditions en langues étrangères (désormais : ELE), 1968, p. 9.

3  Id., « Rapport sur l’enquête menée dans le Hunan à propos du mouvement paysan », OC, I, Pékin, ELE, 1966, p. 21.

4  Ibid., p. 22.

5  Id., « Méthodes de travail des comités de parti », OC, IV, Pékin, ELE, 1966, notamment p. 395-396.

6  F. Engels, La Situation de la classe laborieuse en Angleterre, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 31.

7  Sur la fonction des enquêtes dans Le Capital, nous nous permettons de renvoyer à notre Souffrances sociales, Paris, La Découverte, 2008, p. 110-137, et à « Biopolitique, médecine sociale et critique du libéralisme », Multitudes, 34, 2008/3, p. 195-205.

8  K. Marx, Enquête ouvrière, trad. française, Travailler, 12, 2004, p. 21-28, et L. L. Ferreira, « À propos de l’enquête ouvrière de Karl Marx », ibid., p. 15-20.

9  Nous avons examiné le statut de l’expérience sociale dans le marxisme dans « Marxism, politics, and social experience », R. Jaeggi et D. Loick éd., Marx Kritik der Gesellschaft. Texte zu Philosophie, Ökonomie und Politik, Berlin, Akademie Verlag, 2013, p. 285-295.

10  On se reportera à ce propos à Sun Youzhong, « John Dewey in China, yesterday and today », Transactions of the Charles S. Peirce Society, vol. XXXV, no 1 (hiver 1999), p. 69-88, à S. R. Schram, The Thought of Mao Tse-Tung, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 21-36, et à E. Renault, « Dewey, Hook et Mao : quelques affinités entre pragmatisme et marxisme », Actuel Marx, 54, 2013, p. 138-157.

11  Voir Tan Sor-Hoon, « China’s pragmatist experiment in democracy. Hu Shih’s pragmatism and Dewey’s influence in China », Metaphilosophy, 2004, p. 45-64.

12  Voir J. C.-S. Wang, John Dewey in China. To Teach and to Learn, New York, State University of New York Press, 2007, chap. 1 : « Dewey and May Forth China ».

13  Dans un article à paraître, Gu Hongliang rapporte que Mao avait été commissionné par Dewey pour prendre des notes à l’une de ses conférences, et qu’il l’a probablement rencontré lors des conférences données dans l’école où il enseignait ; voir son article : « L'influence de Dewey sur le jeune Mao », Actuel Marx, no 56, 2014/2, p. 124-132.

14  Mao Tsé-toung, « Manifesto on the founding of the Xiang River Review », dans S. R. Schram éd., Mao’s Road to Power. Revolutionary Writings, t. I : The Pre-Marxist Period, 1912-1920, Armonk, M. E. Sharpe, 1992, p. 318.

15  Id., « First Business Report of the Cultural Book Society », ibid., p. 585 ; « Cultural Book Society announcement to all who are eager to learn », ibid., p. 589-590. Le volume Les quatre grandes conférences de Dewey arrive en première position dans la liste publiée en avril 1921, « Business Report of the Cultural Book Society (no 2) », dans S. R. Schram éd., Mao’s Road to Power. Revolutionary Writings, t. II : National Revolution and Social Revolution. December 1920-June 1927, Armonk, M. E. Sharpe, 1994, p. 54.

16  Id., « The founding and progress of the Strenghen Learning Society », ibid., p. 376 ; « Letter to Li Jinxi », ibid., p. 519 ; « Declaration of the Xiangtan Society for the promotion of education », ibid., p. 536.

17  Voir principalement J. Dewey, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France, 1967. Le volume Les quatre grandes conférences de Dewey arrive en première position dans la liste publiée en avril 1921, « Business Report of the Cultural Book Society (no 2) », p. 54.

18  Voir notamment J. Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010, et Logique. Théorie de l’enquête, ouvr. cité, chap. 24 : « L’enquête sociale ».

19  Mao Tsé-toung, « L’élimination des conceptions erronées dans le parti », OC, II, p. 122-123.

20  Id., « Réformons notre étude », OC, III, p. 17-18.

21  Id., « Pour un style de travail correct dans le parti », ibid., p. 38.

22  Id., « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao, De la pratique et de la contradiction, ouvr. cité, p. 74-75.

23  Id., « Réformons notre étude », OC, III, p. 20 : « Poser comme tâche, devant tout le parti, l’étude systématique et complète de la réalité environnante ».

24  Id., « Notre étude et la situation actuelle », ibid., p. 171.

25  L’hégélianisme de Dewey s’exprime notamment dans l’idée que ce sont les contradictions de l’expérience qui sont à l’origine de l’enquête, cette dernière ayant pour fonction de rétablir la continuité. Pour une synthèse concernant l’hégélianisme de Dewey, on peut se reporter à E. Renault, « Dewey et Mead hégéliens », dans A. Cukier et E. Debray éd., Mead et la théorie de la socialisation, Bordeaux, Le Bord de l’eau, 2013, p. 86-104.

26  Mao Tsé-toung, « Contre le style stéréotypé », OC, III, p. 58.

27  Id., « Réformons notre étude », ibid., p. 19.

28  Nous suivons ici Sun Youzhong, « John Dewey in China : yesterday and today », ouvr. cité, p. 76-77, et J. C.-S. Wang, John Dewey in China. To Teach and to Learn, ouvr. cité, p. 33-34.

29  Voir notamment J. Dewey, Individualism Old and New, New York, Minton Blach & Co, 1930.

30  Mao Tsé-toung, « Statutes of the Problem Study Society », dans S. R. Schram éd., Mao’s Road to Power, ouvr. cité, t. I, p. 412.

31  Id., « Manifesto on the founding of the Xiang River Review », ibid., p. 319.

32  Id., « Statutes of the Problem Study Society », ibid., p. 413.

33  Voir N. Knight, « Introdution. Soviet marxism and the development of Mao Zedong’s philosophical thought », dans Mao Zedong on Dialectical Materialism, Armonk, Londres, M. E. Sharpe, 1990, p. 3-83.

34  Mao Tsé-toung, « De la pratique », dans S. Žižek, Mao. De la pratique et de la contradiction, ouvr. cité, p. 84.

35  Ibid.

36  Mao Tsé-toung, « Préface des Enquêtes à la campagne », OC, III, p. 9.

37  Id., « À propos des méthodes de direction », OC, III, p. 123.

38  Id., « Sur la grande victoire dans le nord-ouest et le mouvement d’éducation idéologique de type nouveau dans l’armée de libération », OC, IV, p. 223.

39  Voir notamment l’article « Soucions-nous davantage des conditions de vie des masses et portons plus d’attention à nos méthodes de travail », OC, I, p. 163-168.

40  Id., « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao, De la pratique et de la contradiction, ouvr. cité, p. 74.

41  Id., « Le rôle du Parti communiste chinois dans la guerre nationale », OC, II, p. 224-225.

42  Sun Youzhong, « John Dewey in China : yesterday and today », ouvr. cité, p. 76.

43  Comme le soutient notamment T. Berry dans « Dewey’s influence in China », dans J. E. Bleweet éd., John Dewey. His Thought and Influence, New York, Fordham University Press, 1960, p. 221-222, 230.

44  Mao Tsé-toung, « Contre le style stéréotypé », OC, III, p. 51.

45  Id., « La démocratie nouvelle », OC, II, p. 408.

46  Id., « Notre étude et la situation actuelle », OC, III, p. 180.

47  Id., « Contre le culte des livres », dans S. Žižek, Mao, De la pratique et de la contradiction, ouvr. cité, p. 81-82.

48  Id., « Préface des Enquêtes à la campagne », OC, III, p. 8-9.

49  Sun Youzhong, « John Dewey in China : yesterday and today », ouvr. cité, p. 82-83.

50  R. Linhart illustre ces deux cas de figure. Voir à ce propos M. Zancarini-Fournel, Le Moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, p. 54-57.

51  Comme le suggère notamment T. Bujon à propos d’Isaac Joseph dans un compte rendu d’ouvrages : « Daniel Céfaï et Carole Saturno, Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph ; Isaac Joseph, L’Athlète moral et l’enquêteur modeste », Revue européenne des migrations internationales, vol. XXV, no 1, 2009, en ligne : http://remi.revues.org/4914 (consulté le 30 juillet 2013).

52  A. Badiou, L’Être et l’événement, Paris, Seuil, 1988, p. 365.

Auteur

Université Paris-Ouest, Sophiapol (EA 3932)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540