Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

3. Batailles

Penser dans l’actualité : Sismondi à propos de la guerre d’indépendance de la Grèce

Denys Barau

Texto completo

  • 1  J. C. L. Sismondi, Recherches sur les constitutions des peuples libres [1796, 1801], M. Minerbi éd (...)

1En Sismondi, les contemporains ont vu surtout l’historien, la postérité, l’économiste. On a oublié le penseur politique qui s’est manifesté, outre deux essais de synthèse aux deux bouts de sa carrière1, par une riche activité de publiciste. Dans ses textes sur la guerre d’indépendance grecque, on voit sa pensée se confronter à l’actualité, les perspectives se diversifier et le statut de l’événement se transformer. J’essaierai de suivre ces métamorphoses et d’en démêler l’enchevêtrement.

Textes et contextes

  • 2  D’après sa correspondance, il s’y est intéressé beaucoup plus tôt.
  • 3  Sur le mouvement philhellène, on pourra consulter W. Saint Clair, That Greece Might still Be Free. (...)

2L’insurrection grecque durait depuis près de quatre ans, quand Sismondi l’a évoquée publiquement pour la première fois en janvier 18252, à l’époque où se formait à Paris un comité qui allait relancer le mouvement philhellène en Europe3 : trois pages d’une « Revue des efforts et des progrès des peuples dans les vingt-cinq dernières années », dans la Revue encyclopédique, dont il était collaborateur régulier. Il y publierait trois autres articles sur la Grèce. Une recension d’ouvrages historiques français et anglais s’est prolongée en une description de la domination turque, puis en une réflexion sur le gouvernement futur de la Grèce (mai-juillet 1825). Malgré la reconquête de presque tout le Péloponnèse depuis février par une armée égyptienne, on espérait encore voir les insurgés gagner leur indépendance par eux-mêmes. Deux ans après, en mai 1827, on ne l’attendait plus que d’une intervention extérieure – dont le principe allait être décidé en juillet à Londres par l’Angleterre, la Russie et la France : un nouvel article (De la Grèce au commencement de l’année 1827) en plaidait l’urgence. Le dernier, en janvier 1829 (Conséquences que l’on peut désirer ou craindre de la guerre des Russes dans le Levant), commentait l’intervention en cours.

  • 4  L’ordre de publication des versions françaises des deux premiers textes a été interverti. Sismondi (...)
  • 5  Selon la formule de Norman King, « Sismondi et les libéraux anglais », Atti del colloquio internaz (...)

3D’autres textes publiés en 1826 serraient l’actualité d’aussi près que possible quand l’information parvenait avec un mois de retard. La mobilisation philhellène à son apogée se focalisait sur le siège de Missolonghi. Coopté au comité philhellène local, Sismondi rédigeait en avril un appel aux dons des Genevois pour les assiégés ; des secours qu’il appelait à poursuivre, sitôt sue la chute de la place, dans Le Courrier français du 16 mai. Trois autres articles ont suivi les 5 et 12 juin et le 13 juillet, dans ce quotidien libéral. Tous avaient été publiés d’abord au Royaume-Uni, chacun dans un organe différent : le 1er juin, dans le quotidien The Representative ; le 3 juin, dans un hebdomadaire d’Édimbourg, The Scotsman ; en juillet dans The New Monthly Review. Ces titres n’avaient pas été choisis au hasard : le premier article, critique de la politique anglaise, mais qui laissait ouverte l’hypothèse d’une évolution favorable, avait été proposé à un journal tory ; cette hypothèse était reprise dans le troisième, donné à une revue plus littéraire. Le deuxième, exclusivement critique, appelant à une mobilisation du public britannique contre la politique de son ministère, était publié par un journal whig4. L’objet des articles appelait cette priorité anglaise : Sismondi, qui jouait volontiers l’« intermédiaire entre les partis libéraux dans les différents pays d’Europe »5, attribuait un rôle décisif au cabinet de Londres.

Une cause

  • 6  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 62.
  • 7  F. Pouqueville, Histoire de la régénération de la Grèce, Paris, Firmin Didot, 1824.
  • 8  M. Raybaud, Mémoires sur la Grèce pour servir à l’histoire de la guerre de l’indépendance, Paris, (...)
  • 9  O. Voutier, Mémoires du colonel Voutier, Paris, Bossange frères, 1823.
  • 10  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 390, 395.
  • 11  Post-scriptum de 1818 à l’Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge, t. I, Paris, Furne, 18 (...)
  • 12  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 382.

4« Comme nous étudions avec anxiété le présent, seulement pour y découvrir les germes de l’avenir, nous détournons nos yeux de tout événement dont l’avenir nous est déjà connu »6. Par cette remarque, Sismondi justifiait l’ultime bifurcation de son article de 1825 : au lieu de célébrer l’héroïsme des Grecs et de dénoncer les fautes des Européens dans le Levant, comme il l’avait annoncé, il finirait par une interrogation sur le gouvernement futur de la Grèce, un texte qui avait commencé par aborder l’événement grec comme une actualité de librairie. Il rendait compte d’une série d’ouvrages récents à caractère historique – de leur qualité littéraire et surtout de la crédibilité des auteurs : il pardonnait à Pouqueville7 ses « faux ornements » pour sa documentation riche et solide, sa longue expérience du pays, et louait les mémoires de Raybaud8 pour avoir corrigé les « graves inexactitudes » de ceux de Voutier9 et pour « l’abondance des détails »10 qui lui avait toujours paru le seul moyen, contre « l’esprit de système », de « laisser au lecteur l’indépendance de ses jugements »11. Tout l’intérêt de ces livres consistait en effet dans l’information apportée sur ce qui se passait en Grèce, des événements dont les suites étaient « encore couvertes de toutes les obscurités de l’avenir »12.

  • 13  Revue des efforts et des progrès des peuples dans les vingt-cinq dernières années, Paris, Revue en (...)

5Pareille hâte à faire l’histoire de ce qui n’était pas encore du passé surprenait : Sismondi y voyait « un symptôme de l’intérêt public ». À la mesure de l’événement : « Si nous sommes hommes, si nous sommes chrétiens, si nous sommes civilisés, jamais spectacle fait pour émouvoir plus profondément les âmes ne fut présenté à nos regards » (ibid.). La force émotionnelle du « spectacle » tenait aux multiples fibres qu’il faisait vibrer chez les Européens. L’humanité : des hommes et des femmes, leurs semblables, étaient exposés en masse à des souffrances « effroyables ». La religion : les Grecs professaient comme eux le christianisme, le leur avaient même transmis. La civilisation : ils avaient été leurs maîtres dans les arts et les sciences. La formule concentrait le fonds commun du discours philhellène. Avec d’autres mots, Sismondi avait déjà évoqué dans son panorama de janvier « cette glorieuse Grèce, qui […] a cherché d’abord la vertu dans le sacrifice de tous ses intérêts à la conservation du christianisme, la lumière dans la communication avec les nations de l’Europe, et qui devra bientôt à l’une et à l’autre sa liberté »13. Autres mots, autre perspective : il était question, non plus des qualités qui portaient des spectateurs à s’émouvoir, mais des valeurs qui faisaient agir les Grecs.

  • 14  V. Descombes, « Le présent, l’actuel, le simultané et le contemporain », Le raisonnement de l’ours (...)

6Autre topos philhellène : ces valeurs opposaient les Grecs aux Turcs – à leur ignorance, leur dépravation, leur despotisme. Vertu, lumières, liberté formaient le triple enjeu – moral, intellectuel, politique – d’une lutte historique entre « deux opinions […] qui dispos[ai]ent de la puissance des peuples » : l’une pour « faire avancer l’espèce humaine », l’autre pour « l’arrêter ou […] la faire rétrograder » (ibid., p. 4). Partie de cette lutte à l’échelle du siècle et du monde, l’actualité grecque prenait « la valeur d’un événement universel […] dans lequel se jou[ait] le destin de tous »14. La voie n’était pas tout à fait droite, on venait d’assister aux « triomphes alternatifs des deux partis », et, pour la Grèce, rien n’était joué. Mais, annonciateur d’un accomplissement encore incertain, l’événement grec était plus qu’un spectacle captivant, c’était une cause, en quoi on devait croire, qu’il fallait défendre, activement.

  • 15  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 388.
  • 16  Préface aux Études sur les constitutions des peuples libres, ouvr. cité, 1836, p. i.
  • 17  Mais c’est aussi par ce décalage que le mouvement s’est inscrit de façon efficace dans la conjonct (...)

7On invoquait d’ordinaire une dette de civilisation contractée envers les anciens Grecs ; Sismondi préférait parler d’une nation « chère à tous nos souvenirs »15, d’un attachement affectif, plutôt que d’une obligation quasi juridique. C’étaient des souvenirs livresques, mais dans le « nous » dont il usait, il s’incluait sans réserve. Les valeurs en jeu lui tenaient à cœur. La liberté restait le premier objet de sa réflexion politique ; son protestantisme mêlé de déisme et de philanthropie maçonnique se retrouvait dans une configuration associant christianisme, civilisation, humanité, vertu et lumières. Son apostrophe contre « les amis des Turcs » dans son article de janvier confirmait qu’entre les « étendards » des partis « progressif » et « rétrograde », il n’était pas neutre. Plus tard, pourtant, il déclarerait ne vouloir « être rangé sous aucun drapeau »16. Sans doute ne voyait-il pas de même étoffe drapeaux et étendards : nimbée de sublime historique, la cause grecque, ou celle du progrès, ne pouvait se confondre avec les luttes pour le pouvoir entre majorité et minorité. Décalé par rapport à la politique ordinaire, le philhellénisme ne compromettait pas la distance de la réflexion théorique et de l’enquête historique où il avait trouvé sa place17.

  • 18  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 383-385.

8Sur le soutien du public, Sismondi a varié. Il le voulait unanime, en janvier 1825, comme un argument d’autorité pour stigmatiser l’inconcevable position des « amis des Turcs ». En mai, il le disait toujours « universel », en donnait des preuves : les « braves » partis combattre, les souscriptions. Il ne le jugeait pourtant pas « proportionné à la grandeur, à la beauté des événements », restant très inégal d’un pays à l’autre : en Allemagne et en Suisse, il touchait jusqu’aux paysans ; il n’affectait la France et l’Italie qu’en surface. Quant aux Anglais, sans rien ignorer, ils « détourn[ai]ent les yeux pour ne pas s’affliger inutilement ». De quoi étonner quand « une sympathie pour toutes les douleurs humaines […] rend[ait] présents et sensibles les maux de nos frères dans toutes les parties du globe ». Il l’expliquait par les habitudes d’égoïsme défensif prises dans les récents bouleversements révolutionnaires18.

  • 19  Bibliothèque de Genève, Ms sup. 1891 (f. 138-139).
  • 20  Le Courrier français, 16 mai 1826.
  • 21  The Scotsman, 3 juin 1826.
  • 22  Le Courrier français, 13 juillet 1826.
  • 23  Dans sa préface de 1836, Sismondi excusait ses rares interventions politiques par le fait d’avoir (...)

9En 1826, plus militant, Sismondi travaillait à amplifier le mouvement : en sollicitant les dons des Genevois, en adjurant les Français de poursuivre leur effort, en exhortant les Anglais à suivre leurs exemples. Au lieu de mesurer la mobilisation à la grandeur de la cause, il la rapportait à présent à la politique des puissances. Aux Genevois, il demandait d’aider les Grecs « pour qu’ils existent encore au moment […] où la diplomatie viendra[it] à leur secours »19 ; cet espoir estompé, il ne parlait plus aux Français que de faire leur « devoir », « quelle que soit la politique ou la fatale erreur des cabinets »20. Les Anglais avaient encore une chance d’être pardonnés s’ils exprimaient leur réprobation21. Agir en attendant l’intervention des États, agir sans en tenir compte, agir pour ne pas endosser leurs fautes, et enfin agir pour peser sur leurs politiques. L’ampleur du mouvement – « du Danemark jusqu’à l’Italie » – le laissait espérer : « Se figure-t-on que lorsque l’opinion se prononce aussi hautement […], qu’elle est en même temps si conforme à tous les principes de la morale, à tous ceux de la politique, il soit sans danger de la mépriser ? »22 Droite et puissante, massivement partagée et clairement exprimée, l’opinion était une autorité capable de s’imposer aux cabinets. De simple argument rhétorique, l’unanimité supposée était devenue force politique23.

  • 24  F. Pouqueville, Histoire de la régénération, ouvr. cité, t. II, p. 171-172, cité par Sismondi en m (...)
  • 25  The Representative, 1er juin 1826.
  • 26  Respectivement dans Le Courrier français, 16 mai et 12 juin 1826.
  • 27  Le Courrier français, 16 mai 1826.
  • 28  Ibid., 5 juin 1826. La destruction des monuments suggère une autre interprétation qui affleure par (...)
  • 29  Revue encyclopédique, mai 1827, p. 316.

10L’intérêt public était maintenant à la hauteur de la cause, mais l’aide directe que le mouvement pouvait lui apporter n’était plus à la hauteur de la situation. Sismondi tirait de Pouqueville24 l’idée d’un plan d’extermination des Grecs : révélé par Ali de Janina, il aurait été à l’origine du soulèvement, et les massacres de Constantinople et de Chio en confirmaient l’existence. Il y voyait à l’œuvre la logique de survie d’un empire qui s’écroulait : « It cannot subsist but by annihilating successively the hostile nations cantoned in its provinces. »25 Tous les peuples chrétiens de l’Empire étaient menacés, et même les musulmans. L’entreprise était déjà bien avancée : Sismondi annonçait ici que la Morée était passée d’un million d’habitants à trois cent mille, là que la moitié des Grecs avaient péri26. Missolonghi tombée, la voie était ouverte aux « féroces Albanais […] pour tout égorger et tout détruire »27 ; les monuments même ne seraient pas épargnés, « l’Europe ne trouverait plus dans l’Empire ottoman un seul vestige des anciens Grecs »28. C’était en définitive « à la société des chrétiens […] à l’humanité tout entière », que la Porte déclarait la guerre ; ses crimes, « par leur énormité », la mettaient « hors du droit public »29. Les puissances avaient le droit d’intervenir ; elles seules pouvaient encore prévenir la catastrophe.

Une question

  • 30  Depuis juin 1824 se tenaient à Saint-Pétersbourg des conférences qui aboutiraient en juillet 1827 (...)
  • 31  Le Courrier français, 16 mai 1826.
  • 32  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 62-63.
  • 33  Le Courrier français, 12 juin 1826.
  • 34  Le Courrier français, 13 juillet 1826.

11La confiance de Sismondi dans les négociations en cours30 avait fait place à l’inquiétude après la chute de Missolonghi : « quand ils seront d’accord, il ne restera plus de Grecs à sauver »31 ; puis à l’indignation : l’annonce d’un rapprochement russo-turc lui faisait craindre l’abandon des Grecs. Depuis qu’il s’était convaincu d’un plan d’extermination, des faits de non-assistance ou de complicité plus active32 lui avaient fait soupçonner des connivences. Il accusait à présent : la Russie avait compromis les Grecs dans ses tentatives contre la Turquie jusqu’à ne lui laisser « que le choix ou de tous les massacrer ou de reconnaître leur indépendance » ; quand elle avait voulu prendre leur défense après les massacres de Constantinople, l’Autriche l’avait retenue33. L’Angleterre, qui avait alors appuyé Metternich, négociait la liquidation du contentieux russo-turc, quand le nouveau tsar Nicolas amorçait une autre politique. « Elle a[vait] prêté de l’appui au fort, […] ôté des défenseurs aux faibles. »34

  • 35  Revue des efforts, ouvr. cité, p. 18.
  • 36  Le Courrier français, 12 juin 1826.

12Ne restait-il plus d’autres recours que Dieu, comme le suggérait l’article du Scotsman ? Le précédent et le suivant étaient moins désespérés. Le signal était inquiétant, mais rien n’était perdu. Les puissances pouvaient encore empêcher l’extermination. L’Angleterre surtout, qui était « à la tête du mouvement progressif de l’esprit humain »35 et que sa flotte en Méditerranée mettait « en état de se faire obéir » si elle donnait « l’ordre péremptoire de la cessation des hostilités ». Ayant « ôté aux Grecs l’appui de la Russie au moment où il allait les sauver », elle avait « contracté l’obligation d’arrêter les massacres ». Elle « se couvrir[ait] de gloire ou de honte, selon qu’elle regardera[it] son œuvre comme commencée ou comme finie »36.

  • 37  Revue encyclopédique, mai 1825 (p. 388) et juillet 1825 (p. 62).
  • 38  Le Courrier français, 13 juillet 1826.
  • 39  Revue encyclopédique, mai 1827, p. 315-316.

13Sismondi ne renvoyait plus, comme en 1825, les cabinets déficients au tribunal de l’histoire, « les contemporains [étant] peut-être forcés de se taire » 37. Outre la honte, ils risquaient un bouleversement de l’ordre social, si les peuples apprenaient que ces défenseurs de la religion « foul[aient] aux pieds la pitié, l’honneur, l’intérêt de la chrétienté »38. Les Grecs fugitifs y contribueraient par leurs récits, s’ils ne se transformaient pas en « bandes errantes [qui] prendr[aient] de force ce qu’elles ne pourr[aient] plus obtenir de leurs prières ». Et la piraterie par laquelle ils tentaient de survivre pourrait s’étendre à toute la Méditerranée39.

14En s’adressant à l’opinion, Sismondi cherchait désormais aussi à se faire entendre des puissances. Pour parler leur langage, il devait se référer moins au mouvement de l’humanité progressant vers un but commun qu’à l’équilibre de forces à maintenir entre les États d’Europe. Dans ce cadre, les orientations idéologiques se séparaient mal des visées stratégiques, les valeurs des intérêts. Sismondi avouait ne pas être dans le secret des négociations, mais ne pouvait ignorer combien les cabinets craignaient les conflits qui suivraient la chute de l’Empire turc. Sous ce rapport, l’événement grec n’était plus seulement porteur d’une cause, il soulevait une « question » – qu’on appellerait bientôt la « Question d’Orient ».

  • 40  Le Courrier français, 13 juillet 1826.

15L’Angleterre, la première, craignait qu’une intervention n’augmente l’influence russe. Alors, Sismondi plaidait que, seule, la situation désespérée des Grecs les liait aux Russes, qui leur avaient toujours demandé « de s’exposer pour eux au plus extrême danger », sans la moindre chance d’être secourus. Libérés du joug turc, ils se soustrairaient sans regret à cette alliance. Si, en revanche, on laissait les choses en l’état, la disproportion ne pourrait que s’accroître entre une Russie en plein essor et une Turquie toujours s’affaiblissant et se dépeuplant : la conquête de celle-ci par celle-là deviendrait inévitable40.

  • 41  Après Navarin en octobre 1827, la Russie déclarait la guerre à la Turquie en avril 1828 ; à partir (...)
  • 42  Revue encyclopédique, janvier 1829, p. 5-6.
  • 43  Ibid., p. 25-26.
  • 44  Sismondi interprétait cette formule emblématique de Bentham autrement que les utilitaristes. Il n’ (...)
  • 45  Revue encyclopédique, janvier 1829, p. 26-27.

16Ce rapport de force redouté devint l’atout maître de l’intervention, quand l’alliance anglo-russe la rendit enfin possible41. Il déçut : la première campagne russe échoua devant une forte résistance turque. Pour dissiper l’état « d’incertitude et de confusion » des esprits après ce revers, Sismondi, dans son dernier article, ne se bornait pas à expliquer l’échec par les erreurs russes, il cherchait à redonner sens à l’intervention. Il en rappelait l’enjeu historique : « le développement des lumières, des lois, du bonheur, de la religion, dans une partie centrale du monde »42. Cette « guerre d’intervention » en tirait une justification de portée générale : le droit des « nations libres » à se prémunir des « dangers » de « tyrannies voisines ». Face à cette légitimité historique, le principe juridique de « souveraineté illimitée de chaque nation sur elle-même » pesait d’autant moins qu’on ne l’invoquait que comme « un droit de faire du mal sans pouvoir jamais faire du bien »43. Or, le bien – « la recherche du plus grand bien du plus grand nombre »44 – était la seule règle de droit public reconnue par les « amis de la liberté », la « mesure de la morale aussi bien privée que publique », et la morale, pour finir, devait « dominer la politique »45.

17La combativité des Turcs n’y changeait rien : la Russie restait du bon côté dans ce conflit, mais le risque d'une conquête n'en était pas moins inquiétant, et la combativité des Turcs ne le rendait pas non plus moins probable. Contre cette crainte, Sismondi essayait plusieurs arguments : l’expansion russe serait détournée vers l’Asie, sans menacer l’Angleterre aux Indes (si elle y établissait « un gouvernement légal, progressif et protecteur ») ; un territoire immense n’était pas un gage de puissance, la Russie serait plus dangereuse pacifique ; les « seigneurs russes », ayant tout à perdre au déplacement de leur capitale à Constantinople, préféreraient voir la Turquie « se briser en États indépendants, riches et non puissants, qui eussent besoin d’eux » (ibid., p. 18-20). Même sous cette forme, la menace persistait. Pour y faire face, des voix anglaises préconisaient une alliance avec l’Autriche. Qui ne renoncerait à l’intégrité de la Turquie que pour annexer la Serbie, la Bosnie, la Dalmatie. Celles-ci n’y perdraient pas, mais seraient « toujours prêt[es] à se révolter […] pour s’unir à la Russie » (p. 24-25). En définitive, la seule issue « conforme aux intérêts de la civilisation et à ceux de la paix en Europe » était l’indépendance des nations de la Turquie d’Europe, et pas de la seule Grèce (p. 20).

  • 46  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 78-80.
  • 47  Le Courrier français, 12 juin 1826.
  • 48  Revue encyclopédique, janvier 1829, p. 21-22.

18L’indépendance de la Grèce, Sismondi l’avait imaginée comme un effet direct de la guerre : Grecs et Turcs se regroupaient pour leur protection, chacun dans les régions contrôlées par les leurs, définissant du même coup leurs territoires respectifs. La séparation aboutirait à une paix locale, comme jadis aux Pays-Bas entre protestants et catholiques46. En 1826, « les Grecs [n’avaient plus] le droit d’élever de hautes prétentions » et il revenait à l’Europe, collectivement, de fixer les conditions de leur indépendance. Pour leur sauvegarde : leur territoire serait celui « dont tous les habitants actuels seraient mis à mort s’il était rendu aux Turcs »47 – la Morée, les îles, une partie de l’Épire ; mais sans oublier l’équilibre européen. Pour résister aux ambitions russes, il fallait une Grèce « aussi grande, aussi puissante [que] possible », et Sismondi, en 1829, rejetait à la fois « le plan mesquin » qui la réduisait à la Morée et à quelques îles et l’idée de « réunir tous les peuples qui parlent grec », ce qui l’aurait rendu indéfendable. En fixant la frontière, en deçà de ce que les Grecs « désirer[aie]nt sans doute », entre Arta et les Thermopyles, on aurait « toute la Grèce illustrée, toute la Grèce armée, toute la Grèce compacte et facile à défendre »48. Sur ce point capital, les aspirations nationales des Grecs devraient se plier aux vues stratégiques des puissances.

Un cas

  • 49  J. Bentham, Securities against Misrule and Other Constitutional Writings for Tripoli and Greece, O (...)

19« L’indépendance absolue » que Sismondi voulait pour la Grèce était aussi affaire de bon gouvernement. Il y avait consacré un article en juillet 1825, y était revenu en 1827. Au lieu d’être magnifié comme un moment singulier de l’histoire universelle, ou réduit à une pièce sensible d’un équilibre global, l’événement grec était alors pris comme un cas, envisagé, à la lumière de principes généraux, dans sa particularité. Mais Sismondi ne proposait pas aux Grecs, comme Bentham49, un modèle de constitution, il avançait seulement quelques idées directrices, quelques suggestions.

  • 50  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 66.
  • 51  Ibid., p. 70-71.

20On se souciait en Europe de la forme de ce gouvernement futur. La question de Sismondi était plus radicale : « […] si les Grecs auront un Gouvernement, et comment ils arriveront à s’en donner un »50. Dès maintenant, dans une situation révolutionnaire, où, « la machine du commandement » détruite, seule restait la force du peuple, les Grecs en voulaient un, qui « dirige et réunisse [les] efforts » du pays, « lui assigne un rang parmi les puissances civilisées de l’Europe ». Mais ils ne pouvaient « se reposer sur [lui] de leur défense », ils avaient « besoin que la chose publique soit la chose de chacun […], de concourir tous au gouvernement comme au combat ». Il ne s’agissait pas, comme dans les « gouvernements constitutionnels modernes », de « neutraliser le pouvoir […] pour que l’opposition maintienne la liberté » : à un gouvernement privé des « moyens de se faire obéir », il fallait « une puissance morale qui entraîne la nation, et une force physique qui puisse au besoin contraindre les parties à céder à la volonté du tout »51.

  • 52  Recherches sur les constitutions des peuples libres, ouvr. cité, p. 83-87.
  • 53  Histoire des républiques italiennes, ouvr. cité, t. X, p. 329-331.

21C’était faire jouer une distinction, fondamentale pour Sismondi, entre la liberté civile des individus à défendre des atteintes du pouvoir, et la liberté démocratique pour les citoyens de participer au gouvernement. Celle-ci étant la condition de celle-là, la liberté politique était l’équilibre à établir entre elles52. Équilibre variable : en Europe, la liberté démocratique était surtout la garantie de la liberté civile ; en Grèce, elle serait la condition d’un pouvoir fort. En 1818, Sismondi avait reformulé la distinction en termes de différence entre anciens et modernes53, l’inscrivant par-là dans une perspective d’histoire universelle, où le moderne refoulait l’ancien. Le schéma qu’il mettait en œuvre à propos de la Grèce était au contraire celui de l’histoire particulière des nations : un pouvoir fort, appuyé sur une mobilisation démocratique, était requis par l’étape présente de l’histoire du pays, un moment de fondation révolutionnaire.

  • 54  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 71-73.

22Moment de guerre aussi. Cette « calamité » avait un pouvoir régénérateur – « lav[ait] les vices de la servitude », « appel[ait] chacun à se montrer tout ce qu’il peut être » – et un pouvoir unificateur : « par le danger commun […] les Grecs apprendr[aient] lentement qu’ils [avaient] une patrie commune ». Mais l’indiscipline des bandes qui tenaient lieu d’armée nuisait aux opérations, menaçait même un pouvoir civil sans autorité. D’un vrai gouvernement, on attendait d’abord qu’il dirige la guerre, et Sismondi ne se contentait plus là d’un principe, il avait une solution concrète : « l’organisation générale des milices [qui] donnera[it] une armée et à la nation et au gouvernement ». Opposant la force nécessaire à « toutes les passions et toutes les violences personnelles », elle pourrait « mettre de l’ensemble à la résistance », défendre en particulier la Grèce insulaire, qui en fournissait le modèle avec « la très nombreuse et très offensive milice de Samos »54.

  • 55  Ibid., mai 1827, p. 318.
  • 56  Études sur la Constitution, ouvr. cité, p. 404-412.

23On pouvait espérer en mai 1827 une fin rapide de la guerre, mais les puissances voudraient sans doute aussi donner à la Grèce le gouvernement qui lui manquait toujours. Sismondi les avertissait : « Le pouvoir ne se crée pas, il faut que ses éléments existent dans le pays où on l’établit. » Or, il n’y avait dans celui-ci d’autres éléments de pouvoir que les autorités locales, sans qui « les impôts ne peuvent être perçus, la justice ne peut être rendue, la milice ne peut être armée et commandée »55. Tout pouvoir central qui s’opposerait à elles périrait. En adoptant, au moins « tant que le peuple ne sera[it] pas changé » (ibid., p. 310), une forme fédérale, les Grecs assumeraient la prévalence des intérêts locaux sur ceux d’une « commune patrie » qui n’était encore pour eux qu’un « être idéal » (p. 309). Ce choix conforme aux réalités politiques locales ne compromettait d’ailleurs pas la fonction stratégique du pays : associée aux milices, la fédération formait, en y associant « un plus grand nombre de citoyens » (p. 310), le meilleur système de défense. C’est à ce titre que Sismondi devait en faire l’apologie en 1836, en invoquant une riche expérience historique, depuis la Grèce antique jusqu’aux deux Amériques56.

  • 57 Revue encyclopédique, mai 1827, p. 318-319.

24La Grèce devait être fédérale parce que la guerre n’avait pas suffi à en faire une nation. Elle ne deviendrait pas non plus « semblable à l’un des États policés de l’Europe », sitôt la paix revenue. Mais ce que la guerre n’avait pas fait, la « vie civile » le ferait. L’agriculture, l’industrie, le commerce progressant, les « hommes impétueux et désordonnés […] grandi[s] au milieu des troubles » s’effaceraient peu à peu « devant de nouvelles notabilités, moins dangereuses ». Et « la Grèce enfin arrivera[it] à l’ordre légal et à la civilisation »57. Cela se ferait par d’autres voies, plus lentes, mais l’événement grec s’inscrivait toujours dans l’histoire des progrès de la vertu, des lumières et de la liberté. Au bout du compte, la réflexion politique sur le cas grec retrouvait l’horizon idéologique de la cause des Grecs.

25Sans jamais cesser de voir dans la lutte des Grecs pour leur indépendance une cause à défendre, Sismondi a été conduit par le cours des événements à la comprendre aussi comme une question stratégique à résoudre. Loin de lui être propre, la tension entre ces deux perspectives a marqué l’ensemble du mouvement philhellène. La version personnelle qu’il en a donnée a été compliquée par une troisième perspective : une interrogation sur le cas du gouvernement de la nation à naître qui s’inscrivait plus intimement dans son entreprise intellectuelle.

Bibliografía

Berchtold A., El-Wakil L., 1991, Sismondi genevois et européen : une conscience politique, [Chêne], Genève, Éditions chênoises.

Collectif, 1976, Sismondi européen : actes du colloque international tenu à Genève les 14 et 15 septembre 1973, Genève, Slatkine, Paris, Honoré Champion.

Driault É., Lhéritier M., 1925, Histoire diplomatique de la Grèce de 1821 à nos jours ; t. i : L’insurrection et l’indépendance (1821-1830), Paris, PUF.

Gillard L., 2010, Simonde de Sismondi : vie, œuvre, concepts, Paris, Ellipse.

Halévy É., 1933, Sismondi, Paris, Félix Alcan.

Salis J. R., 1932, Sismondi, 1773-1842. La vie et l’œuvre d’un cosmopolite philosophe, Paris, Honoré Champion.

Weiller J. éd., 1976, Histoire, socialisme et critique de l’économie politique : colloque organisé par la Société des amis de Sismondi Paris 7-8 mai 1973, Paris, Institut des sciences mathématiques et économiques appliquées.

Notas

1  J. C. L. Sismondi, Recherches sur les constitutions des peuples libres [1796, 1801], M. Minerbi éd., Genève, Droz, 1965 ; Études sur les constitutions des peuples libres, Paris, Treuttel et Würtz, 1836.

2  D’après sa correspondance, il s’y est intéressé beaucoup plus tôt.

3  Sur le mouvement philhellène, on pourra consulter W. Saint Clair, That Greece Might still Be Free. The Philhellenes in the War of Independence, Cambridge, Open Book publishers, 2008, et mon livre : La cause des Grecs. Une histoire du mouvement philhellène (1821-1829), Paris, Champion, 2009.

4  L’ordre de publication des versions françaises des deux premiers textes a été interverti. Sismondi aura voulu d’abord donner le plus large écho à son article le plus critique, avant de se raviser en publiant en France son premier article plus positif.

5  Selon la formule de Norman King, « Sismondi et les libéraux anglais », Atti del colloquio internazionale sul Sismondi (Pescia, 8-10 settembre 1970), Rome, Academia nazionale dei Lincei, 1973, p. 103.

6  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 62.

7  F. Pouqueville, Histoire de la régénération de la Grèce, Paris, Firmin Didot, 1824.

8  M. Raybaud, Mémoires sur la Grèce pour servir à l’histoire de la guerre de l’indépendance, Paris, Tournachon-Molin, 1824-1825.

9  O. Voutier, Mémoires du colonel Voutier, Paris, Bossange frères, 1823.

10  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 390, 395.

11  Post-scriptum de 1818 à l’Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge, t. I, Paris, Furne, 1840, p. 16.

12  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 382.

13  Revue des efforts et des progrès des peuples dans les vingt-cinq dernières années, Paris, Revue encyclopédique, p. 21. Mots soulignés dans le texte.

14  V. Descombes, « Le présent, l’actuel, le simultané et le contemporain », Le raisonnement de l’ours et autres essais de philosophie pratique, Paris, Le Seuil, 2007, p. 144-145.

15  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 388.

16  Préface aux Études sur les constitutions des peuples libres, ouvr. cité, 1836, p. i.

17  Mais c’est aussi par ce décalage que le mouvement s’est inscrit de façon efficace dans la conjoncture politique des différents pays ; j’ai essayé de le montrer dans La cause des Grecs (p. 218-250).

18  Revue encyclopédique, mai 1825, p. 383-385.

19  Bibliothèque de Genève, Ms sup. 1891 (f. 138-139).

20  Le Courrier français, 16 mai 1826.

21  The Scotsman, 3 juin 1826.

22  Le Courrier français, 13 juillet 1826.

23  Dans sa préface de 1836, Sismondi excusait ses rares interventions politiques par le fait d’avoir défendu la minorité. L’unanimité prétendue en faveur des Grecs donnait à son engagement philhellène une justification plus forte en dépassant le clivage majorité-minorité.

24  F. Pouqueville, Histoire de la régénération, ouvr. cité, t. II, p. 171-172, cité par Sismondi en mai 1825 (p. 385-386). Quant à la réalité du plan, la question n’est pas de ma compétence, ni de mon propos qui se borne à la fonction argumentative de la croyance de Sismondi.

25  The Representative, 1er juin 1826.

26  Respectivement dans Le Courrier français, 16 mai et 12 juin 1826.

27  Le Courrier français, 16 mai 1826.

28  Ibid., 5 juin 1826. La destruction des monuments suggère une autre interprétation qui affleure parfois : Sismondi parlait en juin 1825 de « centaines de milliers de victimes, dont les unes devaient perdre la foi, d’autres la chasteté, d’autres la vie ». Extermination pouvait signifier l’élimination physique d’une population, ou la destruction d’un peuple comme entité collective, par le meurtre des hommes adultes, la conversion forcée et l’enrôlement des enfants mâles, l’asservissement sexuel des femmes et l’effacement des vestiges historiques.

29  Revue encyclopédique, mai 1827, p. 316.

30  Depuis juin 1824 se tenaient à Saint-Pétersbourg des conférences qui aboutiraient en juillet 1827 au traité de Londres par lequel l’Angleterre, la Russie et la France s’engageaient à imposer une solution au problème grec.

31  Le Courrier français, 16 mai 1826.

32  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 62-63.

33  Le Courrier français, 12 juin 1826.

34  Le Courrier français, 13 juillet 1826.

35  Revue des efforts, ouvr. cité, p. 18.

36  Le Courrier français, 12 juin 1826.

37  Revue encyclopédique, mai 1825 (p. 388) et juillet 1825 (p. 62).

38  Le Courrier français, 13 juillet 1826.

39  Revue encyclopédique, mai 1827, p. 315-316.

40  Le Courrier français, 13 juillet 1826.

41  Après Navarin en octobre 1827, la Russie déclarait la guerre à la Turquie en avril 1828 ; à partir d’août, une expédition française libérait la Morée des Égyptiens.

42  Revue encyclopédique, janvier 1829, p. 5-6.

43  Ibid., p. 25-26.

44  Sismondi interprétait cette formule emblématique de Bentham autrement que les utilitaristes. Il n’y adhérait, écrivait-il dans sa nécrologie d’Étienne Dumont qui la lui avait fait connaître, que « si, sous le nom de bien, on comprend le bien moral, le perfectionnement, tout comme le bien physique » (Revue encyclopédique, octobre 1829, p. 63).

45  Revue encyclopédique, janvier 1829, p. 26-27.

46  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 78-80.

47  Le Courrier français, 12 juin 1826.

48  Revue encyclopédique, janvier 1829, p. 21-22.

49  J. Bentham, Securities against Misrule and Other Constitutional Writings for Tripoli and Greece, Oxford, Clarendon Press, 1990.

50  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 66.

51  Ibid., p. 70-71.

52  Recherches sur les constitutions des peuples libres, ouvr. cité, p. 83-87.

53  Histoire des républiques italiennes, ouvr. cité, t. X, p. 329-331.

54  Revue encyclopédique, juillet 1825, p. 71-73.

55  Ibid., mai 1827, p. 318.

56  Études sur la Constitution, ouvr. cité, p. 404-412.

57 Revue encyclopédique, mai 1827, p. 318-319.

Autor

© ENS Éditions, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540