Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

1. Points de vue et conquêtes

La fondation d’un État : la ville de São Salvador, Brésil

Eni Puccinelli Orlandi

Texte intégral

1L’objet de notre analyse est le texte qui fonde São Salvador : le Regimento (Ordonnance) remis par le roi Jean III à Tomé de Souza. Daté du 17 décembre 1548, il s’agit du document le plus important du xvie siècle brésilien. Notre objectif initial est de montrer qu’en fondant São Salvador, le roi ne fondait pas une ville mais un État, le Brésil, tout en installant le gouvernement du Portugal au Brésil, marquant le début de la colonisation. Par ailleurs, il est important de préciser que la notion d´espace est ici comprise dans la conception de l´État : il s’agit dans ce cas de tout l´espace urbain où s´installe le pouvoir (géographie politique).

  • 1  Sur la question du territoire, voir E. P. Orlandi, « Os sentidos de uma estátua: Fernão Dias, indi (...)

2Il ne va pas de soi de parler d’une ville représentant un État qui, en outre, naît dans une relation de soumission à un autre État. Dans ce sens , aussi bien l’histoire du mot « État » qui permet de le relier au grec polis (ville, cité), que la façon dont Machiavel place la notion d´État dans la perspective de la sécurité, fondée sur la force et le pouvoir, sont importantes pour l´analyse de ce document sur la fondation de São Salvador. Comme nous le verrons, aussi bien dans le document que nous analysons que dans les procédures de colonisation décrites dans le texte, São Salvador est désignée comme ville, et la matérialisation du sens d´État comme détenteur du monopole de la violence légitime est bien présent. De nos jours, l’État est pensé comme une institution, organisée politiquement, socialement et juridiquement, occupant un territoire1 défini, dont la loi suprême est normalement une Constitution écrite, sous la direction d’un gouvernement possédant une souveraineté reconnue aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’État souverain peut donc être traduit par une maxime : « Un gouvernement, un peuple, un territoire », maxime dont toutes les composantes sont sujettes à polémique, contradiction et équivoque.

  • 2  Le mot de l´époque est bien “ville” (cidade). On peut trouver la même forme dans un autre texte, d (...)

3Le Regimento qui ordonne la création de la ville de São Salvador est un geste fondateur, dans son épaisseur sémantico-discursive, de la formation du Brésil : fondation d’une ville2, affirmation d’un État (Portugal/Brésil), événement majeur d’un commencement juridiquement attesté, politiquement signifié, qui donne un sens incertain à ce qui deviendra le Brésil dans cette conjonction entre ville, État et colonisation, ouvrant les portes de l´histoire à un processus de signification travaillé par l’ambiguïté, l’équivoque, la constitution sourde de sens qui ne sont pas uniques.

  • 3  C. Ngozie Adichie, « The danger of a single story », 7 octobre 2009, http://www.ted.com/talks/chim (...)
  • 4  Je participe à un groupe de travail international de promotion du multilinguisme présidé par B. Ce (...)
  • 5  Pour la notion de “fuite de sens”, voir E. P. Orlandi, « Sentidos em fuga : efeitos da polissemia (...)

4Pour reprendre le propos de l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozie Adichie sur « Les dangers de l’histoire unique »3 (l’un de ces dangers étant qu’une telle histoire dérobe leur dignité aux personnes) et sa critique de l’« authentique », du « préjugé » et, évidemment, de l’histoire unique4, nous dirions que, dans le cas de la fondation de São Salvador, penser une histoire unique met sous silence la complexité de notre histoire, de nos histoires. Une histoire en contient beaucoup et les sens ne se limitent donc pas, mais partent dans de multiples directions5. Il ne s’agit pas des différentes versions d’une même histoire mais des différents sens de nombreuses histoires possibles. Traiter un événement comme celui du Regimento et de la fondation de São Salvador signifie donc aborder de nombreuses, de multiples histoires. C’est le chemin que nous emprunterons ici.

5Le xvie siècle, cadre de notre analyse de ce Regimento édicté par le roi du Portugal, est l’époque où surgit la notion d’État telle que nous la connaissons de nos jours (bien que dans la pratique, cet État soit évidemment loin du nôtre). À la différence de ce qui se passait à l’époque médiévale, naît une forme d’identification des individus avec la figure du roi et un transfert vers sa personne de la fidélité due, jusqu’alors, aux villes et aux seigneurs féodaux. Le roi devient le maître absolu du territoire national et il y établit tout l’appareil administratif, y compris le monopole de la force et des moyens de coercition physique. Le roi personnifie l’État absolutiste.

6Il s’agit donc d’une situation singulière, contradictoire : la création sur un territoire autre (que le Portugal) d’une ville surdéterminée comme État. Mais un État au Brésil, soumis au roi du Portugal. Telle est la particularité de la colonisation. Dans une autre perspective, celle du Portugal, il s’agirait du même État portugais au Brésil. Mais ce serait un autre territoire. Comme nous le voyons, en termes de colonisation, ces notions sont opaques, équivoques et donnent matière à réflexion. Du point de vue d’une histoire unique et linéaire, nous ne saurions parler d’État en nous référant au Brésil au moment de sa naissance, puisqu’il n’est pas souverain. Pourtant, la ville de São Salvador n’est pas qu’une ville. Et dans ce jeu entre les sens, il nous est loisible de penser la question de l’État qui se pose au Brésil en ce début de colonisation. Les Portugais construisent un État pour eux, État qui sera le nôtre avec l’Indépendance. En fin de compte, qu’est-ce qui signifie et qu’est-ce qui est signifié, du Brésil, dans la fondation de São Salvador ?

7Après tout, il ne suffit pas à un pays, à un État, à une nation d’exister. Il lui faut être dit comme existant dans un discours qui, du fait même qu’il dit, l’institue. Encore faut-il que celui qui le dit soit en position-sujet capable d’accomplir ce geste fondateur et, plus encore, de prescrire les conditions de cette fondation. Des ordres.

  • 6  E. P. Orlandi, Discurso em Análise. Sujeito, Sentido, Ideologia, Campinas, Pontes, 2012.

8C’est un cas particulier de ce que Michel Pêcheux appelle la langue d’État, que nous avons déjà étudiée dans une autre circonstance d’énonciation (E. Orlandi, 2012) – celle de la propagande politique6. Dans le cas présent, son fonctionnement est autre. Officielle, institutionnelle, elle porte le poids d’une histoire encore à faire : celle de la création de l’État Brésil. Un pays soumis à un autre (bien qu’il présente les germes de sa future souveraineté). Mais c’est là le trait de la colonisation qui est toujours sujet à équivoque : la soumission d’un pays/État à un autre, qui n’est pas réductible à une simple expansion territoriale. Voyons donc la naissance du Brésil comme État dans sa pompe et ses circonstances, lesquelles le font surgir comme soumis à un autre État, le Portugal.

9Le Regimento est un instrument juridico-administratif. Mais ce n’est pas tout : il est la parole du roi, donc un instrument politique. Fondation d’une forteresse, fondation d’une ville. Gouvernement d’un pays. Manifestation d’un État. De nombreux sens y sont investis : polysémie.

  • 7  Capitania : chacune des premières divisions administratives du Brésil, qui sont à l’origine des pr (...)
  • 8  Parler de la sécurité de la population est assez ambigu. De quelle population s’agirait-il ? Cepen (...)
  • 9  Il conviendrait peut-être de citer plus particulièrement le cas de Sparte et d’Athènes. Ces villes (...)

10Ce qui ne signifie pas que, dès 1530, avec les capitanias et les donatários7, le Portugal n'était pas présent au Brésil, mais rien ne faisait de ce dernier un système politique organisé. Rien n’y constituait un appareil administratif qui puisse représenter un gouvernement et garantir formellement la sécurité de ses habitants8. Tous se dispersaient dans leur individualité et leurs aventures, sur un espace qui n’était pas encore systématiquement gouverné, administré de A à Z. Il y avait bien une occupation, un début de peuplement, mais la colonisation et son appareil juridico-politique (qui exige une ville, une capitale pour s’instaurer) n’étaient pas proprement institués. C’est le sens même de la colonisation qui nous a incitée à élaborer cette étude9.

11Nous savons qu’au début, le Portugal ne se souciait pas trop d’occuper le Brésil car son intérêt majeur se trouvait en Orient, centre du commerce des épices. Cependant, à partir de 1516, le roi Manuel a ordonné de distribuer des haches et des houes aux Portugais disposés à peupler le Brésil, marquant ainsi le début de l’occupation, laquelle subit toutefois un rude coup, en 1518, quand les Indiens attaquèrent l’église et le comptoir de Porto Seguro.

12En réalité, le Portugal n’avait envoyé que quelques expéditions qui installèrent des comptoirs pour exploiter le bois de Pernambouc. Ces derniers étaient vulnérables car, comme nous l’avons vu, ils étaient souvent attaqués. La région où São Salvador allait être fondée était habitée depuis 1510 en raison du naufrage d’un navire français. Les deux figures de proue de cette phase antérieure à la fondation de la ville sont Diogo Álvares Correia (Caramuru et la fondation de la chapelle en l’honneur de Notre-Dame de la Grâce, en 1534), qui a vécu dans ce qui est aujourd’hui l’État de Bahia, et João Ramalho, qui s’est installé dans la région de São Vicente (littoral de l’actuel État de São Paulo). Nous pourrions en ajouter une troisième, celle de Francisco Pereira Coutinho, donatário ayant reçu une capitania à Bahia, dans la région de Ladeira da Barra ; mais il semblerait que ce dernier, arrogant et cruel, ait été dévoré par des Indiens lors d’un rite anthropophagique.

  • 10  Il convient ici de noter que São Vicente n’a pas été la première ville : c’était un village. La pr (...)

13Nous pouvons donc considérer l’arrivée de Tomé de Souza, par la Ponta do Padrão (la pointe située à l’entrée de la Baie de Tous les Saints), le 29 mars 1549, comme la première tentative de gouvernement, le premier geste effectif d’occupation, de peuplement, de défense et de commandement, soit de colonisation du Brésil, écrit de la main de Jean III, qui ordonne la fondation d’une ville. São Salvador naît d’emblée comme une ville, une capitale10. Une ville-forteresse, fer de lance de la colonisation. Elle avait la force du geste colonisateur parce qu’elle ne représentait pas seulement l’occupation, mais la présence permanente, la défense du territoire, le lien avec la Couronne. Elle n’a jamais été province ou village, car elle est née ville et, pendant très longtemps, a été reconnue comme la plus grande des Amériques. Plus tard, en 1572, le gouvernement colonial fut divisé en deux, une partie à São Salvador et l’autre à Rio de Janeiro, mais en 1581, il reprit son locus propre à São Salvador uniquement. Ce n’est qu’en 1763 que la capitale devint définitivement Rio de Janeiro. Mais, jusqu’alors, la ville de São Salvador da Bahia de Todos os Santos avait été la capitale, le siège de l’administration coloniale du Brésil.

14Sans aucun doute, l’un des points forts de l’action colonisatrice réalisée à et par São Salvador vient de ce qu’elle administre aussi le premier facteur du développement économique naissant dans le pays : la culture de la canne à sucre, laquelle s’étend vers ce qui est aujourd’hui l’État de Pernambuco. C’est l’économie centrée sur le commerce des usines sucrières installées dans la région du Recôncavo qui a conduit une grande population d’Européens, d’Indiens, de Noirs et de métis à s’y installer, sous l’administration de la capitale. Plus tard, avec la République et le déclin de la culture de canne, São Salvador perdrait de son importance et de son pouvoir.

15Comme nous l’avons dit, ce qui nous intéresse est de comprendre le sens et le mode de fonctionnement de la colonisation, laquelle est définie comme le processus de peuplement, d’exploitation et de domination, dans notre cas, d’un pays par un autre. Mais il faut plus : une ville forteresse, bien située, organisant le territoire. Institution d’un État déjà soumis à un autre. N’oublions cependant pas que l’on ne saurait confondre l’époque de la colonisation du Brésil et celle du Brésil colonie, car elles ne coïncident pas : le processus de peuplement, d’accroissement du territoire commence avant même l’occupation portugaise (avec les Indiens) et s’étend bien après (avec les immigrants). Il nous faut donc comprendre les sens de certains mots-clés : occupation, peuplement, exploitation, domination, développement du territoire, colonisation. Nous ne les perdrons pas de vue. Nuances des processus de signification.

 

  • 11  M. Pêcheux, « Vous avez bien dit “propagande” ? », dans Análise de Discurso. M. Pêcheux. Textos es (...)

16Dans le fonctionnement de ce que Pêcheux appelle la langue d’État, un instrument juridico-politique comme un Regimento a une force de réalité puissante et efficace. Selon la définition de Pêcheux, la langue d’État « tend à passer par le réel, à le représenter sans distance, à constituer son équivalent : le dicible et l’existant doivent coïncider sans faille dans les énoncés performatifs, prêts à ce que la faille revienne par le biais de l’absurde »11.

17Impossible ne pas observer combien les conditions dans lesquelles la langue d’État fonctionne sont importantes, ne serait-ce que parce que les conditions d’assujettissement politique et idéologique y sont déterminantes, c’est-à-dire qu’elles font partie de ce fonctionnement, lequel est observé comme un effet pragmatique : évacuation des contradictions, illusion de non-ambiguïté et de sens uniques et stables.

  • 12  J.-C. Zancarini et J.-L. Fournel, « As Palavras próprias e naturais e o termos de estado: léxico d (...)
  • 13  M. Pêcheux, ibid.

18Notre analyse au contraire, comme nous le verrons, se centrera sur ces ambiguïtés et contradictions potentielles, sur les fluctuations et l’indétermination de concepts, en comparant les uns aux autres les usages et sens différents présent au même moment, et en y intégrant, comme le disent Jean-Claude Zancarini et Jean-Louis Fournel, la permanence des confusions ou ambiguïtés et la subtilité des frontières sémantiques12. Il nous intéresse d’observer le fonctionnement de la « faille [quand elle revient] par le biais de l’absurde »13. Ainsi pouvons-nous mieux comprendre les processus de signification déclenchés par ce Regimento dans la conjoncture historique et politique où il se présente comme un discours fondateur, d’un côté, et un événement discursif, de l’autre. Comme nous le savons, les mots, les corps et les gestes sont gouvernés en société. Des sens se tracent dans les trajets sociaux, les parcours historiques. Et ce plus fortement encore au moment où cette société est en train de s’organiser par l’expansion d’un État. Ou serait-ce un moment de création d’un État ? Car Portugal et Brésil se joignent et se séparent dans la construction de ce processus de signification. Rien ne peut être plus chargé de sens, de contradictions, d’équivoques. Nous allons observer aussi bien la forme du régime politique qui se manifeste que la référence à la forme de vie de qui se constitue comme « colon », comme sujet (citoyen ? sujet du roi ?) d’un pays, d’un État (bien que soumis à un) autre. Et nous considérons que, comme le montrent J.-C. Zancarini et J.-L. Fournel, l’ambiguïté n’est pas une indétermination : au contraire, elle traduit, d’un côté, la complexité du rapport entre les individus et la collectivité (nous dirions : la société) – leur dépendance envers elle mais aussi l’absence de cette dernière sans eux – et, de l’autre, la modification des équilibres entre les différents paramètres d’analyse politique. Quelles sont les formulations de ce nouveau mode de signifier et de ce processus de constitution de la forme-sujet historique dans cet espace de signification qu’est le Brésil de la colonisation ? Nous chercherons à entrevoir des processus et la construction de sens et d’identités en une masse diffuse d’événements discursifs. Impossible d’analyser les discours sans penser aux sujets qui s’y constituent.

19Par ailleurs, la notion même de « colonisation », dans ses modes de signifier, nous sensibilise aux différents sens d’État – encore plus naissant et, d’une certaine manière, « imposé » – que nous avons retrouvés : pouvoir, ville, gouvernement, pays, État, régime, territoire, etc. Ce qui implique, de manière rétrospective, de penser le sens même de la langue d’État que nous considérons. Il s’agit de la parole du roi, de la création, pour Tomé de Souza, d’un discours fondateur, d’un discours pour et de l’État brésilien, du fait marquant de l’événement discursif de la colonisation. La distance entre « pour » et « de » l’État brésilien est le grand défi qu’il nous faut relever. Nous sommes face à des formations discursives qui régissent sans cesse le jeu de sens et nous plongent dans des filiations, dans des réseaux de sens divers et, très souvent, concurrents, conflictuels. Il y a transferts et glissements dans l’interdiscours, effets d’interdiscours à expliciter. Quelle mémoire y signifie ? Celle de l’État portugais ? Celle d’un (autre) État (naissant) ? Les deux ? Celle qui migre de l’un à l’autre ? Sens et sujets sont en mouvement, en circulation. Mais le Regimento est un document stabilisateur : il régit, administre, établit. Il nomme et, donc, inscrit des faits, des événements ou des êtres dans un processus de signification déterminé.

20Pour sa part, l’événement discursif a quelque chose d’établi : dès la fondation d’une ville forteresse, nous avons un État, un gouvernement au (du ?) Brésil, un gouverneur général, Tomé de Souza, et ses administrés. Nous avons une ville, São Salvador, une capitale qui apporte, de par sa fondation, un État portugais/brésilien. Ce Regimento est donc un événement discursif instituant une ville, un État, un gouverneur, une administration.

21Et il se dit par le discours que les rois disent. Observons un premier extrait :

  • 14  « Eu o Rei faço saber a vós Tome de Souza fidalgo de minha casa que Vendo Eu quanto serviço de Deu (...)

Moi, le roi, je vous fais savoir, à vous, Tomé de Souza, noble de ma Cour, que, puisque le service de Dieu et le mien est de conserver et d’ennoblir les capitanias et villages des terres du Brésil et de donner ordre et manière de les peupler mieux et plus sûrement, pour l’exaltation de notre Sainte Foi et le profit de mes royaumes et domaines et de leurs habitants, j’ai ordonné à l’instant de construire sur lesdites terres une forteresse et un bourg grand et fort, en un lieu permettant de favoriser et d’aider les autres bourgs, de rendre justice et de pourvoir à tout ce qui appartient à mon service et aux affaires de mon Trésor, pour le bien des parties. Et sachant que la Baie de Tous les Saints est le lieu le plus approprié de la côte […] et le meilleur siège pour ce faire, une flotte s’y rend avec des hommes, de l’artillerie, des armes, des munitions et tout ce qui sera nécessaire. Et en raison de la grande confiance que j’ai en vous, dans un cas de cette qualité et de si grande importance, je sais que vous saurez me servir en toute fidélité et diligence, il me sied de vous envoyer comme gouverneur desdites terres du Brésil et, qu’en cette condition vous fassiez de ladite forteresse la terre de Bahia, dont vous serez le capitaine.14

  • 15  Voir note 3.

22Le premier objectif est donc de construire la forteresse, la ville (gros bourg)15 en un lieu approprié. Garantir la sécurité et l’entretien de l’espace conquis. Ce qui se poursuit en un autre point :

  • 16  « Ao tempo que chegares à dita Bahia fareis saber por todas as vias que puderdes aos capitães das (...)

Quand vous arriverez à ladite Bahia, vous informerez de votre arrivée, par tous les moyens possibles, les capitaines des capitanias de ladite côte du Brésil ; je leur ai écrit pour que, dès qu’ils le sauront, ils vous envoient toute l’aide qu’ils pourront, en hommes, en aliments et en tout ce dont ils disposeraient sur cette terre et qui pourraient vous être nécessaires.16

23Ce texte établit la fondation (d’un espace sûr, la ville), l’autorité du roi, le transfert de pouvoir à celui qu’il a choisi pour la fonction de gouverneur et la nécessaire obéissance des capitãos. Et, bien sûr, la soumission de ceux qui peuplent ces terres. Notons encore que, une fois le geste fondateur accompli, le roi abusera du mot « ladite », dans toutes ses déclinaisons. Dans la langue d’État, le déjà-nommé est ce qui est déjà garanti en sa possession.

  • 17  E. P. Pulcinelli, La construction du Brésil, Paris, L’Harmattan, 2011 (édition originale Terra à V (...)

24Mais soulignons le fait que l’État signifie, ici, le gouvernement fait au nom du roi de Portugal : « construire sur lesdites terres une forteresse et un bourg grand et fort, en un lieu permettant de favoriser et d’aider les autres bourgs, de rendre justice et de pourvoir à tout ce qui appartient à mon service et aux affaires de mon Trésor ». État, ici, n’a pas le sens d’État indépendant, ni même individualisé par le territoire : « le service de Dieu et le mien est de conserver et d’ennoblir les capitanias et villages des terres du Brésil ». Il fait donc référence aux « terres » du Brésil, qui appartiennent au Portugal. Sans le Regimento, le Brésil n’est que « terres ». Lesquelles ont été l’objet de luttes incessantes tout au long de notre histoire17.

  • 18  Voir infra note 29.

25Dans la suite des différents points du Regimento, nous voyons se mélanger inextricablement possession, exercice de la propriété et religion, et ce dans un même dessein : soumettre les personnes, la terre et ce qu’elle porte. « Ladite » terre. Ce « ladite », qui se répète au long du texte, a la force du préconstruit : il produit l’effet du déjà-nommé, et, comme nous l’avons observé, ce qui est nommé a déjà été approprié. C’est le territoire de l’État portugais, c’est la terre gouvernée, soumise. Comme ses habitants, les peuples qui les habitent : « lesdits Gentils »18. De là aux conditions imposées aux habitants, il n’y a qu’un pas :

  • 19  « Ladite » muraille est la même chose que la « forteresse » et, par extension, elle appartient au (...)
  • 20  « E tanto que a dita cerca for reparada e estiverdes provido do necessário e o tempo vos parecer d (...)

Et dès que ladite19 muraille sera réparée, que vous serez pourvu du nécessaire et que le moment vous semblera opportun pour ce faire, vous appliquerez, avec des personnes qui vous comprennent bien, la manière que vous aurez choisie pour châtier les coupables en préservant le plus possible votre sécurité et en mettant le moins en danger les personnes concernées. Et dès que vous l’aurez appliquée, vous les mettrez en ordre en détruisant leurs hameaux et villages et en tuant et capturant la partie d’entre eux qui vous paraîtra suffisante pour leur châtiment et l’exemple de tous. Et dorénavant, quand ils vous demanderont la paix vous la leur concéderez, en leur accordant un pardon à condition qu’ils reconnaissent leur assujettissement et leur vassalité et avec une obligation de donner tous les ans des aliments aux gens du bourg […] du fait que vous aurez en votre pouvoir quelques-uns de leurs chefs ayant participé audit soulèvement, et vous les ferez pendre, au nom de la justice, dans les villages où ils étaient chefs.20

  • 21  Document royal utilisé au Portugal et dans son ancien empire colonial qui visait à réglementer l’a (...)
  • 22  Nom donné aux terres concédées aux colons afin que ceux-ci les exploitent.
  • 23  « Somente pagarão o dizimo à Ordem de Nosso Senhor Jesus Cristo e com as condições e obrigações do (...)

26C’est la paix par l’assujettissement. On ne « fabrique » pas une population en fonction de ses positions et dispositions, mais selon le plan administratif de celui qui colonise : il existe déjà des partenaires, des ennemis, ceux dont on profite, ceux dont on profite sous certaines conditions et ceux dont on profitera encore. Et ce, bien sûr, au nom de Dieu et du roi : « Ils paieront uniquement la dîme à l’Ordre de Notre Seigneur Jésus-Christ et sous les conditions et obligations du foral21 concernant lesdites terres, et de mon ordonnance du quatrième livre, titre des sesmarias22, à condition de résider dans le bourg de ladite Bahia »23.

  • 24  E. P. Pulcinelli, La construction du Brésil, ouvr. cité.

27Gouverner, de même que signifier24, c’est établir des limites. Et celles-ci sont nommées dans le Regimento :

  • 25  « Porque minha tenção é que a dita povoação seja tal como atrás fica declarado hei por bem que ela (...)

Parce que mon intention est que ledit bourg soit tel que déclaré ci-dessus, il me sied qu’il ait pour limite six lieues de chaque côté et au cas où l’un de ces côtés n’aurait pas lesdites six lieues par manque de terre, ladite limite arrivera jusqu’où vont les terres de ladite capitania, limite que vous ferez démarquer de sorte qu’en tout temps l’on puisse savoir par où elle passe.25

28Administration du temps et de l’espace. Et « ladite » s’y présente pour marquer que la parole du roi a force de réalité, de reconnaissance et de possession. Les limites sont explicitées, et le reste est dans « ladite ».

29C’est aussi dans « ladite » que, très souvent, les sens échappent à tout contrôle. Les « subtilités des frontières » où l’« ambiguïté des sens n’est pas indétermination, mais […] traduit la complexité du rapport » entre individus et société. Ce sont des sujets susceptibles d’équivoque, prêts « pour que la faille revienne par le biais de l’absurde. » De quel État s’agit-il ? Qu’y a-t-il dans ce « ladite » ? L’histoire en plein mouvement. Des histoires.

30La possession de la terre et des eaux et leur utilisation sont aussi administrées :

  • 26  « As águas das ribeiras que estiverem no dito termo em que houver disposição para se poderem fazer (...)

Les eaux des ruisseaux se trouvant dans ladite limite où il serait possible de construire des moulins à sucre ou toute autre chose, vous les céderez librement sans aucun tribut en tant que sesmarias, et celles que vous donnerez pour y faire des moulins à sucre appartiendront aux personnes pouvant les construire dans le temps que vous leur imposerez.26

31Tout est bien établi par la parole du roi. La production de sucre est déjà prévue et organisée.

32Quant à la survie de la population, le Regimento garantit non seulement la défense des espaces, mais encore

  • 27  « Que nas ditas Vilas e povoações se faça em um dia da semana ou mais que se vos parecerem necessá (...)

que dans lesdits villages et bourgs, soit fait, un jour par semaine, ou plus si cela vous semble nécessaire, un marché où nos Gentils [gentios : les « païens » amérindiens] pourront venir vendre ce qu’ils ont et acheter ce dont ils ont besoin ; et ainsi vous ordonnerez aux chrétiens de ne pas aller dans les villages des Gentils pour commercer avec eux, hormis les seigneurs et les gens des moulins […] et il vaudra mieux ordonner qu’une seule personne de chaque moulin le fasse ; qu’il en soit ainsi.27

33Ainsi l’on détermine qui entrera en contact avec les « gentios » (non pas un chrétien quelconque mais une personne du moulin ou de la seigneurie), et comment il le fera, même si ces derniers sont nécessaires à la production d’aliments. De même, une décision est prise sur le droit d’aller et venir :

  • 28  « Eu sou informado que nas ditas terras e povoações do Brasil há algumas pessoas que têm navios ca (...)

Je suis informé que dans lesdits bourgs et terres du Brésil certaines personnes possèdent de petites caravelles et passent d’une capitania à l’autre et que, par tous les moyens possibles, ils assaillent et enlèvent les Gentils qui sont en paix et, en usant de tromperies, les font monter sur lesdits navires et vont les vendre à leurs ennemis ou à d’autres parties, ce pour quoi lesdits Gentils se soulèvent et font la guerre aux chrétiens […] il me sied que, désormais, personne, quelle que soit sa qualité et condition, ne les assaille ou ne leur fasse la guerre […] sans votre permission ou celle du capitaine de la capitania.28

34Par ces mots, le roi divise la population, nomme les ennemis, organise les relations entre les personnes des villages, administre le droit d’aller et de venir et confère leur autorité aux capitaines et à Tomé de Souza.

  • 29  « os que forem a tratar e negociar suas fazendas pelo mar de umas capitanias […] para fazer as dil (...)

35Le commerce mérite aussi l’attention du roi : « Ceux qui feront de la traite et du négoce sur les mers des capitanias […] devront appliquer les mesures que j’ordonne, par ce Regimento, quant aux marchandises qu’ils transporteront sur lesdits navires »29.

  • 30  « Porque por bem do foral dado às capitanias das ditas terras pertencem a mim todo o pau do dito B (...)

36La distribution d’armes à la population, nécessaires à la défense des terres, est soigneusement administrée. Non seulement pour la défense des terres des capitãos et des seigneurs des moulins à sucre, mais encore de celles dudit Brésil contre les corsaires pouvant se rapprocher par la mer. Le Regimento est un instrument de pouvoir qui régit soigneusement le territoire, ce qui s’y trouve, sa possession, et la division des caractéristiques, des personnes et des droits de ceux qui le peuplent, leur rapport aux terres, sans oublier leurs biens, comme le bois de Pernambouc : « Parce que, comme le détermine le foral donné aux capitanias desdites terres, c’est à moi qu’appartient tout le bois dudit Brésil et personne ne peut en faire négoce. »30

37Le Brésil – « dudit Brésil » – déjà nommé par la parole du roi acquiert le statut de déjà (toujours) existant.

  • 31  Ibid., p. 56.

38Le texte entier est traversé par le besoin de mettre de l’ordre dans la société naissante. Séparer Indiens et chrétiens et déterminer ce que chacun peut posséder. Diviser, même dans l’espace : « Il serait très fâcheux que les Indiens christianisés se mêlent […] aux autres »31.

39Mais nous pouvons dire, au terme de cette revue de détail du Regimento, que quelque chose de plus grand lui donne son sens. Avoir une grande ville, une capitale, face aux myriades de villages, est fondamental pour la colonisation, car cela représente l’organisation du territoire, de ceux qui le peuplent, des pratiques qui prennent place sur ces terres. Le premier geste politico-administratif de la colonisation est : « j’ai ordonné à l’instant de construire sur lesdites terres une forteresse et un bourg grand et fort ». C’est-à-dire São Salvador. Symbole du pouvoir, de la sécurité, de la défense du territoire, des personnes (peupler mieux etplus sûrement), de leurs possessions et de leur organisation.

40La sécurité est déjà une question primordiale et avoir une grande ville, une capitale, fait partie de la colonisation qui s’établit ainsi.

  • 32  Nous rappelons ce que dit Martin de Nantes dans sa Relation succinte et sincère (1706 ; éd. fac-si (...)

41Si nous pensons la formation du Brésil à partir de ce Regimento qui a pour première instance la formulation du roi (j’ordonne) sur la ville de São Salvador – une forteresse en un lieu approprié –, nous pouvons évaluer les effets de sens de ce qu’est une ville dans le processus de colonisation32. Ville qui, en tant que capitale, va signifier la gestion d’une unité territoriale, d’une unité administrative, d’un gouvernement. Le sens de la domination de la territorialité s’instaure par l’urbain, centralisateur, l’urbain-capitale. Où débute l’organisation des terres, de l’économie, de la population, du commerce, du droit d’aller et de venir. Forteresse, la ville symbolise le pouvoir par la force, face à ceux du dehors et pour ceux de l’intérieur du territoire ; c’est l’état de guerre qui s’installe déjà et va dessiner le processus colonisateur où les prêtres qui viendront avec leurs techniques de catéchèse seront aussi violents que les sesmeiros (propriétaires fonciers).

  • 33  E. P. Orlandi, La construction du Brésil, ouvr. cité.

42Mes analyses du discours missionnaire, celui de la pacification, de l’inscription de la langue dans les récits de missionnaires et voyageurs, m’ont montré que trois formations discursives articulées – politique, religieuse et scientifique – alimentent le discours sur le Brésil, qui est celui de la domination du pays européen. Cette articulation est caractéristique de la colonisation. Dans cette relation de sens qui se produit, c’est la domination de l’Europe sur l’Amérique qui se « dit » et se signifie33.

  • 34  Voir M. Pêcheux, L’inquiétude du discours, textes choisis et présentés par D. Maldidier, Paris, Ce (...)

43Une articulation de la production d’effets de sens en résulte : colonisation, pouvoir européen. Si une alliance entre le politique, le religieux et le scientifique entraîne la domination du roi et de Dieu, d’un autre côté, la science recouvre la technologie qui recèle un dessein administratif34.

44Cette forme de connaissance sur le Brésil – choses à savoir – que nous retrouvons non seulement dans les récits, mais encore dans le Regimento, produit une technologie qui, pour sa part, produit des instruments administratifs servant à une forme de gouvernement – dans notre cas, celui qui régit le pouvoir de la colonisation : normes et pouvoirs constitués et distribués sur les « terres du Brésil ».

45Il ne s’agit donc pas de manières de dire « en l’air ». La religion, pour sa part, est à la base de la constitution d’une certaine technologie – la catéchèse – soutenue par une forme de connaissance qui, grâce à cette technologie, va administrer le nouveau monde où Dieu et le roi vont de pair. Il n’y a pas ambiguïté, mais superposition, un effet articulé entre eux : connaissance, technologie et administration.

46D’un point de vue épistémologique, l’écriture du Regimento ne se concentre pas vraiment sur la nouvelle de la découverte, car son but juridico-politique est beaucoup plus saillant ; dans cette perspective, il ne peut servir que de manière marginale à la géographie et à la cartographie. Plutôt que de faire circuler vers l’extérieur, de manière systématique et ample, ce qui se produit comme connaissance sur ces terres et cette population, ce document oriente la circulation et le savoir vers l’intérieur, sur les domaines du territoire cartographié. Il ne s’adresse pas vraiment à une connaissance liant universellement la géographie et la politique, car c’est un instrument de pouvoir dirigé, ayant une fonction pragmatique assez marquée. Lecture faite de ce côté-ci de l’Atlantique.

47Le Regimento fonctionne comme un document mais il est surtout traversé de connaissances qui le soutiennent comme une pièce administrative de pouvoir fonctionnant au sein d’une juridiction. Instrument légal du roi qui, dans la mesure où il réglemente les relations des Indiens et des espaces où ils vivent, voire leur circulation, ouvre la voie à la pratique d’une technologie que l’on pressent : celle qui sert Dieu et a recours à lui, la catéchèse, qui administrera le rapport à la population indigène, étendant toutefois ses effets à tout le territoire occupé.

48Le Regimento est avant tout l’instrument royal, légal, qui fonde une ville, base de la colonisation. C’est une pièce de l’administration juridico-politique. La catéchèse, qui suivra, est, par excellence, la forme de la technologie de la colonisation. La ville est l’espace matériel institutionnalisé où elle s’installe et d’où elle irradie.

49Ce Regimento présente des éléments abondants pour une analyse qui s’étendrait à de nombreux faits de langage pour comprendre ce processus discursif qui touche à la question de la colonisation, de la formation du Brésil et du lieu nucléaire de la fondation d’une ville, en raison des nombreux sens qui s’y produisent et des différentes directions qu’ils prennent : les histoires du Brésil. Nous nous sommes toutefois limitée, pour une raison pratique, à ce découpage qui nous montre, qui rend visibles certains de ces sens où la question urbaine apparaît déclinée d’une manière autre que celle que nous avions analysée jusqu’à présent : la ville liée à l’événement de la colonisation.

Notes

1  Sur la question du territoire, voir E. P. Orlandi, « Os sentidos de uma estátua: Fernão Dias, individuação e identidade pousoalegrense », dans Discurso, espaço, memória. Caminhos da identidade no sul de Minas, Campinas, RG, 2011.

2  Le mot de l´époque est bien “ville” (cidade). On peut trouver la même forme dans un autre texte, de la même époque, écrit aussi par Tomé de Souza au roi : « Monsieur, Je suis arrivé à cette ville de Salvador après avoir parcouru la côte tel que l´avait écrit Votre Majesté… » (Rapport de Tomé de Souza envoyé au roi le 1er juin 1553, dans I. Alvez Filho, Brasil, 500 anos em documentos, Rio de Janeiro, Mauad, 1999, p. 57).

3  C. Ngozie Adichie, « The danger of a single story », 7 octobre 2009, http://www.ted.com/talks/chimamanda_adichie_the_danger_of_a_single_story?language=fr#t-47529.

4  Je participe à un groupe de travail international de promotion du multilinguisme présidé par B. Cerquiglini, où nous avons beaucoup discuté de la langue unique et du besoin de pratiquer le multilinguisme comme manière d’être dans le mouvement des histoires et des sens possibles et pluriels.

5  Pour la notion de “fuite de sens”, voir E. P. Orlandi, « Sentidos em fuga : efeitos da polissemia e do silêncio », dans Sujeito, Sociedade, Sentidos, Campinas, RG, 2012.

6  E. P. Orlandi, Discurso em Análise. Sujeito, Sentido, Ideologia, Campinas, Pontes, 2012.

7  Capitania : chacune des premières divisions administratives du Brésil, qui sont à l’origine des províncias (provinces), puis des estados (États) actuels. Donatário ou capitão : seigneur d’une capitania.

8  Parler de la sécurité de la population est assez ambigu. De quelle population s’agirait-il ? Cependant, l’un des composants décisifs de cette fondation est la représentation de la sécurité par l’établissement d’une forteresse.

9  Il conviendrait peut-être de citer plus particulièrement le cas de Sparte et d’Athènes. Ces villes-états étaient très différentes de São Salvador. Ce qu’il nous intéresse de souligner ici, c’est que, dans le cas de Sparte, par exemple, la fondation ne s’explique pas par un processus d'invasion. Il y eut une disparition de « l’économie de palais », remplacée par l’économie naturelle basée sur les ressources locales : déplacement des centres de force des palais vers les zones de plaines. Pour sa part, Athènes est plus liée au développement du commerce. La population de Sparte était un noyau de citoyens possédant l’exclusivité des droits d’action politique ; par contre, à Athènes, la population avait des droits civils sans droits politiques. Ce sont des différences très importantes, qui ont de fortes conséquences sur l’histoire économique et politique de ces villes. Voilà pourquoi, dans notre cas, la question de la colonisation est déterminante. C’est elle qui donne un sens à ce qu’est la fondation d’une ville comme São Salvador, qui représente un État, comme nous le verrons.

10  Il convient ici de noter que São Vicente n’a pas été la première ville : c’était un village. La première ville n’ayant jamais été un village, comme nous l’avons dit, est São Salvador et, à ce moment-là, il était fondamental d’être une ville, car tout un processus de colonisation, avec gouvernement, appareil et lois en dépendait. Avec la parole du roi. Cela rejoint ce que nous avons dit plus haut sur les différentes histoires d’une histoire. Événement et mémoire.

11  M. Pêcheux, « Vous avez bien dit “propagande” ? », dans Análise de Discurso. M. Pêcheux. Textos escolhidos por E. P. Orlandi, Campinas, Pontes, 2011, p. 86 (édition originale dans Sédiments, G. Leroux et M. Van Schendel éd., Montréal, Hurtubise HMH, 1986).

12  J.-C. Zancarini et J.-L. Fournel, « As Palavras próprias e naturais e o termos de estado: léxico da ação e sintaxe da convicção na obra O Príncipe », dans J.-C. Zancarini, J.-L. Fournel et R. Descendre, Estudos sobre a língua política, Campinas, Unemat-RG, 2008, p. 101-132 (édition originale dans Langues et écritures de la République et de la guerre. Études sur Machiavel, A. Fontana, J.-L. Fournel, X. Tabet et J.-C. Zancarini éd., Gênes, Name, 2004, p. 51-86).

13  M. Pêcheux, ibid.

14  « Eu o Rei faço saber a vós Tome de Souza fidalgo de minha casa que Vendo Eu quanto serviço de Deus e meu é conservar e enobrecer as capitanias e povoações das terras do Brasil e dar ordem e maneira com que melhor e mais seguramente se possam ir povoando para exalçamento da nossa Santa Fe e proveito de meus reinos e senhorios e dos naturais deles ordenei ora de mandar nas ditas terras fazer uma fortaleza e povoação grande e forte em lugar conveniente para daí se dar favor e ajuda às outras povoações e se ministrar Justiça e prover nas coisas que cumprirem a meu serviço e aos negócios de minha fazenda e a bem das partes e por ser informado que a Bahia de Todos os Santos é o lugar mais conveniente da costa […] e assento para isso vá uma armada com gente artilharia armas e munições e todo o mais que for necessário. E pela muita confiança que tenho em vós que em caso de tal qualidade e de tanta importância me sabereis servir com aquela fieldade e deligência que se para isso requer hei por bem de vós enviar por governador às ditas terras do Brasil no qual cargo e assim fazer da dita fortaleza a terra da Bahia vós haveis de ser capitão », I. Alvez Filho, Brasil, 500 anos em documentos, Rio de Janeiro, Mauad, 1999, p. 50 (nous soulignons).

15  Voir note 3.

16  « Ao tempo que chegares à dita Bahia fareis saber por todas as vias que puderdes aos capitães das Capitanias da dita costa do Brasil de vossa chegada e eu lhes tenho escrito que tanto que o souberem vos enviem toda ajuda que puderem de gente e mantimentos e as mais coisas que na terra tiverem das que vos podem ser necessárias », I. Alvez Filho, ibid.

17  E. P. Pulcinelli, La construction du Brésil, Paris, L’Harmattan, 2011 (édition originale Terra à Vista, São Paulo, Unicamp-Cortez, 1990).

18  Voir infra note 29.

19  « Ladite » muraille est la même chose que la « forteresse » et, par extension, elle appartient au gouvernement de São Salvador.

20  « E tanto que a dita cerca for reparada e estiverdes provido do necessário e o tempo vos parecer disposto para isso praticareis com pessoas que o bem entendam a maneira que tereis para poder castigar os culpados o mais a vosso salvo e com menos risco da gente que puder ser e como assim tiverdes praticado o poreis em ordem destruindo-lhes as aldeias e povoações e matando e cativando aquela parte deles que vos parecer basta para seu castigo e exemplo de todos e daí em diante pedindo-vos paz lha concedais dando-lhe perdão e isso porem com eles ficarem reconhecendo sujeição e vassalagem e com um encargo de darem em cada um ano mantimentos para a gente da povoação […] por haver a vosso poder alguns dos principais que foram no dito alevantamento e estes mandareis por justiça enforcar nas aldeias onde eram principais. » I. Alvez Filho, ouvr. cité, p. 51.

21  Document royal utilisé au Portugal et dans son ancien empire colonial qui visait à réglementer l’administration de terres nouvellement acquises.

22  Nom donné aux terres concédées aux colons afin que ceux-ci les exploitent.

23  « Somente pagarão o dizimo à Ordem de Nosso Senhor Jesus Cristo e com as condições e obrigações do foral dado às ditas terras e da minha ordenação no quarto livro título das sesmarias com condição que resida na povoação da dita Bahia. » I. Alvez Filho, ouvr. cité, p. 51.

24  E. P. Pulcinelli, La construction du Brésil, ouvr. cité.

25  « Porque minha tenção é que a dita povoação seja tal como atrás fica declarado hei por bem que ela tenha de termo e limite seis léguas para cada parte e sendo caso que para alguma parte não haja as ditas seis léguas por não haver tanta terra chegará o dito termo até onde chegarem as terras da dita capitania o qual termo mandareis demarcar de maneira que em todo o tempo se possa saber por onde parte. » I. Alvez Filho, ouvr. cité, p. 51.

26  « As águas das ribeiras que estiverem no dito termo em que houver disposição para se poderem fazer engenhos daçúcares ou doutras quaisquer coisas dareis de sesmarias livremente sem foro algum e as que deres para engenhos daçúcares será a pessoa que tenha possibilidade para os poderem fazer dentro no tempo que lhe limitardes. » I. Alvez Filho, ouvr. cité, p. 52.

27  « Que nas ditas Vilas e povoações se faça em um dia da semana ou mais que se vos parecerem necessários feira a que nos gentios possam vir vender o que tiverem e quiserem comprar o que houverem mister e assim ordenareis que os cristãos não vão às aldeias dos gentios a tratar com eles salvo os senhorios e gentes dos engenhos[…] e que será melhor ordenar-se que uma só pessoa em cada engenho o faça e assim se fará. » Ibid., p. 53.

28  « Eu sou informado que nas ditas terras e povoações do Brasil há algumas pessoas que têm navios caravelões e andam neles de umas capitanias para outras e que por todas as vias e maneiras que podem salteiam e roubam os gentios que estão em paz e enganosamente os metem nos ditos navios e os levam a vender a seus inimigos e a outras partes e que por isso os ditos gentios se alevantam e fazem guerra aos cristãos […] hei por bem que daqui em diante pessoa alguma de qualquer qualidade e condição que seja não vá saltear nem fazer guerra […] sem vossa licença ou do capitão da capitania. » Ibid.

29  « os que forem a tratar e negociar suas fazendas pelo mar de umas capitanias […] para fazer as diligências que lhe em seu regimento mando acerca das mercadorias que se nos ditos navios hão de carregar ». Ibid., p. 54.

30  « Porque por bem do foral dado às capitanias das ditas terras pertencem a mim todo o pau do dito Brasil e pessoa alguma pode nele tratar. » Ibid.

31  Ibid., p. 56.

32  Nous rappelons ce que dit Martin de Nantes dans sa Relation succinte et sincère (1706 ; éd. fac-sim., Salvador, Bahia, 1952) : « Ainsi, ils ne savaient pas ce qu’était la beauté, la magnificence, la grandeur, ni même la quantité autrement que par la vue. » Telle était la « portée de leur esprit ». Leur manque de rationalité les empêchait d’admirer les grandeurs de la civilisation occidentale, « ne pouvant pas s’élever à leur connaissance par la beauté des choses sensibles, qu’ils ne connaissaient pas. » Voilà pourquoi il les envoyait dès qu’il le pouvait dans la ville de Bahia (São Salvador). C’est ce que j’analyse dans La construction du Brésil, ouvr. cité. J’attire ici l’attention sur le rapport de la ville à la magnificence et à la civilisation occidentale.

33  E. P. Orlandi, La construction du Brésil, ouvr. cité.

34  Voir M. Pêcheux, L’inquiétude du discours, textes choisis et présentés par D. Maldidier, Paris, Cendres, 1990, p. 32 : « L’homogénéité logique qui est traversée par une série d’équivoques “recouvrant” en même temps, comme un patchwork hétéroclite, le domaine des sciences exactes, des technologies et des administrations. »

Auteur

Univás/Unicamp

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540