Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Deuxième partie. Italie : littérature et histoire

Parler de mafia : la classe politique face à la violence mafieuse (1963-1992)

Charlotte Moge

Texte intégral

  • 1  « Vous dites toujours “la mafia par ci”, “la mafia par là”… Mais qu’est-ce que cette mafia ? Où es (...)
  • 2  Le chef mafieux de Cinisi est assassiné dans un attentat à la voiture piégée en 1963, pendant la p (...)
  • 3  Cet événement dramatique marque un tournant puisque, quelques mois plus tard, la Commission parlem (...)
  • 4  Voiture de la marque Alfa Romeo.
  • 5  L’expression « homicides excellents » se réfère à l’assassinat de personnalités éminentes. Cela co (...)

1« Sempre a dire “mafia qua”, “mafia là”… Ma che cos’è questa mafia ? Dov’è ? »1 Cette réplique du personnage de don Cesare Manzella2 dans le film I cento passi, reflète le flou – savamment entretenu – qui existait dans l’après-guerre autour de la mafia. Si le terme était connu de tous, on ne savait pas pour autant à quoi il correspondait précisément. Le sujet va s’imposer dans le débat politique à la suite de l’impact de certains épisodes de violence mafieuse auprès de l’opinion publique. Nous nous proposons ainsi d’étudier, par le biais des comptes rendus de séances parlementaires (de la Chambre et du Sénat), les discours tenus par les hommes politiques au lendemain d’assassinats éclatants ayant eu lieu en Sicile et dont les victimes étaient des représentants de l’État (juges, hommes politiques ou membres des forces de l’ordre). Nous avons choisi de commencer par le massacre de Ciaculli3 (30 juin 1963) au cours duquel, lors de la première guerre de mafia, l’explosion d’une Giulietta4 avait causé la mort de sept carabiniers et artificiers, et de finir cette étude par l’année 1992, dernier pic de violence mafieuse qui a bouleversé les équilibres politico-mafieux en place depuis l’après-guerre. Notre analyse, portant sur la manière dont la classe politique parle de la mafia après les « homicides excellents »5, court ainsi sur près de trente ans et se donne pour objectif de faire émerger les spécificités et les évolutions du langage politique dans le traitement de cet épineux problème d’ordre public. Suivant les traces de Jean-Claude Zancarini, qui a démontré que l’emploi d’une terminologie est étroitement lié au contexte dans lequel évoluent les acteurs, nous avons joint la philologie politique à la textométrie afin de mettre en évidence des tendances diachroniques et de saisir tout l’enjeu de cette parole politique. Après avoir expliqué comment les usages langagiers des différents partis politiques oscillent entre dénonciation de la mafia et stratégie de l’évitement, nous examinerons la porosité des notions de « mafia » et « terrorisme » pendant la décennie marquée par la violence politique. Enfin, nous étudierons l’émergence d’une langue de bois utilisée à des fins politiques.

Entre dénonciation de la mafia et stratégie de l’évitement

  • 6  Discours de Mussolini à la Chambre des députés en 1927 : « Je voudrais que cette association de ma (...)
  • 7  Des dizaines de syndicalistes ont été tués par la mafia, plus particulièrement au sortir de la deu (...)
  • 8  Mafia e potere politico, Rome, Editori riuniti, 1976, p. 7.

2Après avoir longtemps considéré la mafia comme une composante de l’identité sicilienne, c’est sous le fascisme que la dimension criminelle de l’organisation prit le pas sur les interprétations folkloristes dans les discours politiques6. Les méthodes autoritaires du préfet Cesare Mori, nommé par Mussolini en 1925 pour lutter contre la mafia, portèrent rapidement leurs fruits et des centaines de mafieux furent emprisonnés ou envoyés au confino. Dans l’après-guerre, les parlementaires du Mouvement social italien (MSI) n’ont de cesse de revendiquer cet héritage – notamment pour critiquer l’action des gouvernements suivants – et emploient sans trop de détours le mot mafia pour définir le phénomène. Néanmoins, les forces de gauche (Parti communiste italien et Parti socialiste italien) sont celles qui nomment le plus franchement la mafia dans les débats parlementaires. Cette parole libérée est également le résultat d’une histoire, celle des luttes sociales. Les syndicalistes ont défendu les droits des mineurs et des ouvriers agricoles contre le gouvernement et les propriétaires terriens qui employaient des mafieux pour défendre leurs terres. Des Fasci siciliani (1891-1894) au massacre de Portella della Ginestra (1947), les forces de gauche récupèrent une longue tradition de lutte contre la mafia, pour laquelle elles ont payé un lourd tribut7, ce qui légitime leur discours et leur permet de s’arroger le statut d’ennemis historiques de la mafia, comme le fait Pio La Torre, rédacteur du rapport de la minorité de la Commission parlementaire antimafia en 19768. Les parlementaires socialistes et communistes dénoncent le phénomène mafieux, mais aussi les connivences entretenues avec certains partis, en particulier la Démocratie chrétienne (DC), polarisant ainsi le débat politique.

  • 9  Procureur de la République ayant notamment enquêté sur le massacre de Ciaculli, il est le premier (...)
  • 10  « questo ignobile strumento che è la “mafia” nelle competizioni politiche » [cet instrument ignobl (...)
  • 11  « cette manifestation inqualifiable de délinquance ». Séance à la Chambre du 1er juillet 1963, int (...)
  • 12  L’attentat visait en réalité la famille Greco du bourg de Ciaculli.
  • 13  « Épisode rentrant dans le climat et le cadre de cette habitude de criminalité scélérate connue so (...)

3L’étude des séances parlementaires qui font suite au massacre de Ciaculli et à l’assassinat du procureur Pietro Scaglione9 (voir fig. 1 et 2) révèle les disparités des usages langagiers propres à chaque parti politique. Le MSI et surtout les partis de gauche utilisent majoritairement une terminologie spécifique (le substantif mafia et l’adjectif mafieux) tandis que la DC recourt à un lexique générique (delinquenza, criminalità). Comment expliquer cette différence ? À l’époque, la mafia était un phénomène relativement méconnu du grand public et son existence était continuellement remise en question, comme le démontre l’utilisation systématique des guillemets autour du terme mafia dans les comptes rendus de séances parlementaires en 196310. Dans ses discours à la Chambre et au Sénat, le ministre de l’Intérieur Mariano Rumor (DC) entretient le flou autour de la mafia, refusant de qualifier la nature criminelle de l’acte et de son auteur : « questa inqualificabile manifestazione di delinquenza »11. Cependant, s’agissant d’un attentat à la voiture piégée12, il ne peut passer sous silence le contexte de la première guerre de clans et parle d’un « episodio inquadrabile nel clima e nell’ambiente di quella consuetudine di scellerata criminalità che è nota sotto il nome di “mafia” »13. L’emploi des termes delinquenza et criminalità est un choix politique de la DC qui a pour effet de nier la spécificité criminelle de la mafia – soit son caractère structuré et centralisé – pour en faire un phénomène de délinquance banal, accréditant ainsi la thèse de l’inexistence d’une forme de criminalité spécifique.

  • 14  « [il] fenomeno mafioso, sviluppatosi come una piovra, con i suoi tentacoli » [le phénomène mafieu (...)
  • 15  « la mafia ha radici dappertutto » [La mafia est enracinée partout]. Séance au Sénat du 6 mai 1971 (...)
  • 16  « cette plaie séculaire ». Séance à la Chambre du 6 mai 1971, intervention d’Eugenio Scalfari (PSI (...)
  • 17  « le bubon cancéreux de la violence mafieuse ». Séance au Sénat du 6 mai 1971, intervention de Fra (...)
  • 18 « l’adoption urgente de remèdes efficaces qui, en coupant le mal à la racine, libèrent notre enviro (...)
  • 19  Séance au Sénat du 6 mai 1971, p. 23920.
  • 20  « On dirait que ce mot “mafia” brûle dans la bouche de beaucoup d’hommes politiques : […] il s’agi (...)

4On remarque que l’emploi d’un lexique non spécialisé va de pair avec d’autres usages tels que les métaphores et les périphrases. Les métaphores utilisées pour évoquer la mafia peuvent être animales (la pieuvre)14, végétales (la plante enracinée)15 et, le plus souvent, pathologiques. Pour la gauche, la métaphore est un outil pédagogique qui permet d’insister sur la nature parasitaire de la mafia en recourant à l’image d’une maladie qui ronge le corps social : « questa secolare piaga »16, « il bubbone canceroso della violenza mafiosa »17. En revanche, la DC véhicule une interprétation plus complexe, voire ésotérique, à partir d’obscures périphrases mêlant différentes représentations métaphoriques. Brunetto Bucciarelli Ducci, président de la Chambre, demande « l’adozione urgente di validi rimedi che stroncando il male alla radice, liberino l’ambiente dal sinistro servaggio imposto da forze oscure, espressione di eversione morale e di brutale barbarie »18. Cette périphrase brumeuse est emblématique des stratagèmes mis en place pour éviter de prononcer le mot mafia. Le langage abscons et le style ampoulé diminuent la portée de la condamnation morale puisque son allocutaire reste indéfini. De même, en 1971, le ministre de l’Intérieur Francesco Restivo (DC), après avoir employé le terme idoine – à la suite d’une remarque d’Adelio Albarello (Parti socialiste italien d’unité prolétaire) – utilise également des périphrases tortueuses qui noient le lexème spécifique sous une cascade de mots génériques19. Cependant, les députés de l’opposition ne sont pas dupes : « Sembra che questa parola “mafia” sulla bocca di tanti uomini politici bruci : […] si tratta di “mafia” e non, come ha detto l’oratore che mi ha preceduto, di mali che sorgono nell’ambiente palermitano. »20

5Ils dénoncent cette stratégie de communication, propre à la DC et, dans une moindre mesure, au Parti libéral italien (PLI) et au Parti républicain italien (PRI), dont le but est de minimiser la portée du phénomène et de protéger ainsi le système de pouvoir local, basé sur le consensus électoral garanti par la mafia.

Mafia et terrorisme, des notions poreuses

  • 21  On parle ainsi de « la sfida del terrorismo comune e politico » [le défi lancé par le terrorisme c (...)

6Les usages langagiers pour qualifier la mafia étant somme toute génériques à la fin des années soixante, on note une augmentation significative des termes spécifiques dans les années soixante-dix. Le contexte de violence diffuse – et en particulier les assassinats ciblés du terrorisme d’extrême gauche – semble conditionner le discours des hommes politiques, au point de faire émerger une grille de lecture politisée qui est appliquée à la violence mafieuse. La définition de la violence politique vient parasiter celle de la violence mafieuse, créant ainsi une porosité des notions dans les discours politiques. La mafia va être définie au prisme du terrorisme et vice versa21, alimentant ainsi une confusion lexicale significative du manque de compréhension du phénomène mafieux.

  • 22  Président DC de la Région Sicile, il avait lancé une opération de moralisation et de transparence (...)
  • 23  Séance à la Chambre du 8 janvier 1980, intervention de Virginio Rognoni (DC), p. 7104.

7Tout acte violent et criminel faisant naître un sentiment de terreur et d’insécurité est donc perçu comme terroriste, a fortiori si la victime est un homme politique. En janvier 1980, les débats parlementaires faisant suite à l’homicide de Piersanti Mattarella22 sont révélateurs de cette confusion sémantique. L’assassinat de Mattarella est certes qualifié de mafieux – comme ceux des magistrats Cesare Terranova (septembre 1979, voir fig. 3) et Gaetano Costa (août 1980, voir fig. 5) –, mais c’est la dimension terroriste de l’acte qui prime dans les discours (voir fig. 4). Nombreuses sont les interventions pour démontrer cette relation entre mafia et terrorisme. Pio La Torre (PCI) insiste sur les liens entre des groupuscules et certains clans mafieux, tandis que le ministre de l’Intérieur Virginio Rognoni (DC) fait état de similitudes techniques pour justifier la comparaison23. Le statut de la victime conditionne l’interprétation des faits et détermine la nature politique du crime, ce qui entretient une confusion entre la mafia et le terrorisme. Ainsi, une large part des débats est consacrée à la définition du crime et par extension, à une caractérisation de l’auteur.

  • 24  « Crime mafieux ou crime terroriste ? Je ne sais pas. Je sais que, quand la violence et la mort ma (...)

Delitto di mafia o delitto terroristico ? Non lo so. Io so che, quando la violenza e la morte segnano in sé gli eventi a questo livello, con questa intensità, terrorismo e mafia si equivalgono, ma come due forme di criminalità.24

  • 25  « terrorisme politique ». Séance à la Chambre du 8 janvier 1980, intervention d’Aristide Gunnella (...)
  • 26  « Essayer de démontrer que l’assassinat de Mattarella est le résultat d’une action mafieuse signif (...)
  • 27  Par la suite, Aristide Gunnella a fait l’objet d’enquêtes à cause de sa proximité avec certaines f (...)

8Malgré le désir initial de différencier ces deux formes de violence, toute tentative de définition se solde par un constat généralisant qui ne saurait éclairer l’auditoire sur la nature distincte des deux phénomènes. Cette intervention de Francesco Roccella (Parti radical) est à replacer dans la polémique qui l’a opposé à Aristide Gunnella (PRI). Ce dernier qualifie le crime de « terrorismo politico »25 et nie le mobile de l’homicide, à savoir l’engagement de la victime contre les collusions politico-mafieuses qui étaient à la base du système de pouvoir démocrate-chrétien au niveau local : « Cercare di dimostrare che l’assassinio di Mattarella è l’espressione di un’azione mafiosa, vuol dire sminuire la stessa figura morale di Mattarella. »26 Gunnella27 instrumentalise la notion de terrorisme pour nier l’implication de la mafia et l’existence de commanditaires issus du monde politique. La dimension politique de l’homicide crée la confusion mais apparaît également, pour les forces de gauche et de centre-gauche, comme l’élément distinctif qui permet de définir ce crime comme étant mafieux :

  • 28  « Qui donc a dit que l’on ne peut imputer des crimes politiques à la mafia ? Mais toute l’histoire (...)

Chi mai ha detto che alla mafia non sono addebitabili i delitti politici ? Ma tutta la storia della mafia è costellata di delitti politici, anche se politiche non erano le vittime, ma la trama, gli interessi, le cointeressenze, le connivenze e le complicità, da cui nasceva la ragione e l’atto del delitto.28

  • 29  Député, ancien membre de la Commission parlementaire antimafia, il était secrétaire régional du PC (...)
  • 30  « terrorisme politico-mafieux ». Séance à la Chambre du 9 juin 1982, intervention de la présidente (...)
  • 31  Guillaume Guidon, « Le concept de “terrorisme” est-il pertinent pour écrire l’histoire des “années (...)
  • 32  « La mafia devient l’adjectif d’autre chose, et non plus un phénomène en soi. » N. Dalla Chiesa, D (...)

9L’incapacité à distinguer la violence politique de la violence criminelle ainsi que les implications politiques de la violence mafieuse amènent donc une partie de la classe politique à adopter de nouveaux outils langagiers. Suite à l’assassinat de Pio La Torre29 le 30 avril 1982, les membres du PCI parlent de « terrorismo politico-mafioso »30. Ce syntagme – lexicalisé car maintes fois repris dans les centaines de télégrammes de condoléances envoyés au siège du parti et gravé sur la stèle commémorative placée sur le lieu de l’assassinat un mois plus tard – vient confirmer nos analyses précédentes. Comme pour l’homicide de Mattarella, le crime est qualifié d’acte terroriste, bien que l’utilisation d’armes à feu dans un guet-apens soit un modus operandi typique des exécutions mafieuses. La période de la violence politique étant révolue, on peut alors supposer que l’utilisation de la notion de terrorisme est un moyen de condamner l’acte de manière unanime car « le terme de terrorisme […] jette l’anathème sur ce qu’il prétend décrire, il charrie avec lui une condamnation politique et morale »31. Enfin, la stature politique de la victime conditionne la nature du crime et ses conséquences tandis que l’adjectif mafioso dénonce l’auteur de l’assassinat. Toutefois, ce syntagme ne fait qu’entretenir la confusion lexicale entre mafia et terrorisme puisque, pour reprendre les mots de Nando dalla Chiesa, « la mafia diventa aggettivo di altro, non un fenomeno in sé »32. La porosité des notions de mafia et terrorisme se retrouve également dans les martyrologes dressés par les parlementaires : l’homicide de La Torre conclut la série noire des assassinats mafieux mais, s’agissant du second parlementaire assassiné pendant son mandat, les parallèles avec Aldo Moro sont fréquents. En revanche, comme pour acter la fin des « années de plomb », l’analyse textométrique (voir fig. 6) des débats parlementaires après l’homicide du préfet Dalla Chiesa (3 septembre 1982) montre que les termes se rapportant au terrorisme sont bien moins employés que ceux ayant trait à la mafia ; tendance qui se confirme après l’assassinat de Giangiacomo Ciaccio Montalto (25 janvier 1983, voir fig. 7).

L’émergence d’une langue de bois

  • 33  L’attentat à la voiture piégée (le premier visant un juge) a lieu le 29 juillet 1983 à Palerme. Au (...)

10La crise de violence mafieuse commencée à la fin des années soixante-dix prend fin avec l’assassinat de Rocco Chinnici33 et le pool antimafia voit le jour à Palerme. Le travail des magistrats permet la tenue, en 1986-1987, du maxi-procès – premier procès d’envergure contre Cosa nostra – qui se solde par la condamnation de centaines de mafieux. Entre 1983 et 1987, la mafia reste donc discrète et une phase de désintérêt médiatique et institutionnel s’amorce. On voit ainsi émerger une véritable langue de bois, selon les critères définis par Christian Delporte :

  • 34  C. Delporte, Une histoire de la langue de bois, Paris, Flammarion, 2009, p. 10.

Convenu, généralisant, préfabriqué, déconnecté de la réalité, le discours de la langue de bois reconstruit le réel en mobilisant et en répétant inlassablement les même mots et formules stéréotypés, les mêmes lieux communs, les mêmes termes abstraits […] pour esquiver en donnant l’illusion de l’engagement.34

  • 35  Comme le fait remarquer Carlo Tassi (MSI-DN) à la Chambre le 26 septembre 1988, p. 19403.
  • 36  « avec férocité », « de manière barbare ». Séance à la Chambre du 25 septembre 1990, intervention (...)
  • 37  Ibid.

11En effet, lorsque les « homicides excellents » reprennent en septembre 1988, avec l’assassinat du magistrat Antonino Saetta et de son fils Stefano, la majeure partie de la classe politique semble éviter de traiter le sujet de la violence mafieuse, à l’exception du PCI et des autres groupes parlementaires de gauche (voir fig. 8). Les partis membres de la coalition pentapartite participent très peu au débat et la DC est même absente de l’hémicycle35. Deux ans plus tard, en septembre 1990, les débats faisant suite à l’homicide du juge Rosario Livatino attestent ce manque d’attention du monde politique envers le phénomène mafieux, comme en témoigne le remploi du vocabulaire générique (voir fig. 9), caractéristique du langage politique des années soixante, et la disparition des syntagmes prisés pendant la décennie de la violence politique. Ces indices langagiers renforcent l’idée selon laquelle la majorité de la classe politique n’adopte pas la terminologie nécessaire pour traiter le phénomène mafieux, pourtant largement véhiculée par les médias pendant le maxi-procès. De plus, les démocrates-chrétiens compensent cette omission par une recrudescence de pathos contenu dans la profusion d’adverbes (ferocemente, barbaramente)36 et dans la reconstitution dramatique des derniers instants de Livatino37, donnant ainsi une dimension affective à la langue de bois qui se développe dans les années quatre-vingt-dix.

  • 38  Séance au Sénat du 5 septembre 1982, p. 25563-25567.
  • 39  « les pouvoirs invisibles », « pouvoir parallèle », ibid., p. 25563.
  • 40  Séance au Sénat du 26 septembre 1983, p. 53-58.
  • 41  Boss, cosca, clans, mandanti, esecutori : chef mafieux, famille mafieuse, clans, commanditaires, e (...)
  • 42  Audition de Vincenzo Scotti devant la Commission parlementaire antimafia le 17 mars 1992, p. 286.
  • 43  Séance à la Chambre du 12 mars 1992.

12Toutefois, ce langage ne fait pas totalement abstraction du vocabulaire spécifique. Mais dans quelles circonstances les hommes politiques y ont-ils recours ? Quand Giovanni Spadolini (PRI), président du Conseil, se présente devant le Sénat après l’homicide du préfet Dalla Chiesa38, le début de son intervention se caractérise par l’emploi d’un lexique confus, approximatif, voire abstrait (« i poteri invisibili », « potere parallelo »)39. En revanche, il utilise un vocabulaire spécifique dès qu’il énumère les mesures que le gouvernement entend prendre contre Cosa nostra (voir fig. 6). La mafia devient ainsi un mot technique qui passe dans le jargon officiel pour lister les mesures mais qui n’est que très rarement utilisé pour décrire le phénomène de manière précise. De même, lorsque Virginio Rognoni (DC), alors ministre de l’Intérieur, vient répondre aux questions des sénateurs après l’assassinat de Ciaccio Montalto40, la quasi-totalité des occurrences de mafia et mafioso (voir fig. 7), certes renforcées par l’emploi d’une terminologie spécifique41, sont prononcées dans le cadre d’un discours général sur la lutte contre la mafia. L’utilisation d’un lexique d’expert semble donc relever d’une stratégie politique précise, visant à créer le consensus autour des mesures prises par le gouvernement. Cette stratégie de communication perdure et évolue dans les années quatre-vingt-dix. Lors de son audition devant la Commission parlementaire antimafia à la suite de l’exécution de Salvo Lima, Vincenzo Scotti (DC), ministre de l’Intérieur, n’emploie un lexique spécifique (mafia, cosche mafiose)42 que pour exposer son interprétation de l’assassinat de Lima, pourtant fortement contestée à la Chambre43 quelques jours plus tôt. Selon lui, la mafia, affaiblie par l’action antimafia du gouvernement, aurait décidé de s’en prendre à une grande figure politique locale. Il réitère donc cette thèse devant la Commission et le vocabulaire spécifique est ici employé pour donner du crédit à cette interprétation des faits. La langue de bois des années quatre-vingt-dix n’est donc pas exempte de termes spécifiques mais ceux-ci ne sont employés par le pouvoir en place que pour légitimer son action politique ou sa lecture des événements.

  • 44  « la cupola politico-mafieuse ». Séance à la Chambre du 25 mai 1992, intervention d’Umberto Bossi, (...)
  • 45  « la mafia de vos partis ». Séance à la Chambre du 20 juillet 1992, intervention de Franco Rocchet (...)
  • 46  « attentat ». Ibid., intervention de Carlo Palermo (La Rete), p. 1292.
  • 47  « acte de guerre ». Ibid., intervention de Gianfranco Fini (MSI-DN), p. 1286.

13En 1992, alors que le système politique est mis à mal par les révélations du scandale de Tangentopoli, les attentats qui coûtent la vie aux juges Falcone, Borsellino et à leurs escortes donnent lieu à des débats parlementaires mouvementés. Les petits partis (Ligue du Nord et MSI) profitent de cette occasion pour faire entendre leur voix. Umberto Bossi (Ligue du Nord) donne une dimension politique à la mort de Falcone afin de pouvoir déplacer le centre de gravité du débat et dénoncer les collusions avec la mafia ainsi que la corruption qui gangrène les partis politiques présents depuis la création de la République. Dans le discours de la Ligue du Nord, les adjectifs politico et mafioso fonctionnent en binôme (« la cupola politico-mafiosa »)44 et, après la mort de Borsellino, la dénonciation devient encore plus explicite et tend à l’accusation : « la mafia dei vostri partiti »45. La terminologie spécifique est donc instrumentalisée à des fins politiques, pour alimenter le rejet de la classe politique par une partie de l’opinion publique. À l’inverse, les autres partis en appellent à l’unité nationale et tentent d’aplanir les divisions : la condamnation de la violence mafieuse est unanime. La dimension affective de la langue de bois développée dans ces discours politiques est alimentée par l’insistance sur le caractère spectaculaire des assassinats. En effet, le lexème attentato46, qui n’était plus utilisé depuis 1982, est employé pour décrire le modus operandi mafieux et la majorité des partis parlent d’atto di guerra47 (voir fig. 11 et 12). L’utilisation de ces syntagmes induit une comparaison presque naturelle avec le terrorisme des « années de plomb ». Cependant, la notion de terrorisme semble resémantisée : la dimension politique est évacuée. Le terme fait référence au Liban et à la Colombie, des pays en proie à la guerre civile. La classe politique, alors en perte de crédibilité et de légitimité, semble ainsi instrumentaliser la violence mafieuse et le spectre du terrorisme mais également le risque d’une guerre civile pour susciter le consensus de l’opinion publique.

14L’approche textométrique des comptes rendus de séances parlementaires, centrée sur le traitement de la question mafieuse après des « homicides excellents », nous a donc permis de mettre en évidence des tendances nettes qui correspondent clairement à trois phases. Dans un premier temps, le MSI et les partis de gauche dénoncent la mafia en la nommant, alors que les partis du centre-droit utilisent un vocabulaire générique et des artifices pour éviter de définir le phénomène. Puis, pendant les « années de plomb », la violence mafieuse est analysée à travers le filtre de la violence politique. La porosité des notions de mafia et de terrorisme induit une confusion sémantique et entretient le flou autour du phénomène mafieux. Dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, nous voyons se dessiner les caractéristiques d’une langue de bois propre à la question mafieuse : un discours généralisant avec des accents pathétiques ainsi qu’une instrumentalisation du vocabulaire spécifique et de la violence mafieuse à des fins politiques, pour obtenir le consensus ou regagner le soutien de l’opinion. Il serait intéressant de compléter ces premiers résultats en approfondissant l’utilisation des adjectifs et en effectuant une étude comparable dans la presse afin de voir si la langue journalistique suit les mêmes évolutions.

Annexes

Index graphique

Figure 1. Séances à la Chambre des députés et au Sénat du 1er juillet 1963 (Massacre de Ciaculli)

Figure 1. Séances à la Chambre des députés et au Sénat du 1er juillet 1963 (Massacre de Ciaculli)

*Ne sont répertoriées que les occurrences se rapportant directement à l’homicide et à la victime.

Figure 2. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 5 et 6 mai 1971 (Assassinat de Scaglione)

Figure 2. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 5 et 6 mai 1971 (Assassinat de Scaglione)

Figure 3. Séances de la Chambre et du Sénat des 25 et 26 septembre 1979 (Assassinat de Terranova)

Figure 3. Séances de la Chambre et du Sénat des 25 et 26 septembre 1979 (Assassinat de Terranova)

Figure 4. Séances à la Chambre des députés des 7 et 8 janvier 1980 (Assassinat de Mattarella)

Figure 4. Séances à la Chambre des députés des 7 et 8 janvier 1980 (Assassinat de Mattarella)

Figure 5. Séance au Sénat du 7 août 1980 (Assassinat de Costa)

Figure 5. Séance au Sénat du 7 août 1980 (Assassinat de Costa)

Figure 6. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 4 et 5 septembre 1982 (Assassinat de Dalla Chiesa)

Figure 6. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 4 et 5 septembre 1982 (Assassinat de Dalla Chiesa)

Figure 7. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 25 et 26 janvier 1983 (Assassinat de Ciaccio Montalto)

Figure 7. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 25 et 26 janvier 1983 (Assassinat de Ciaccio Montalto)

Figure 8. Séances à la Chambre et au Sénat des 26, 27 et 28 septembre 1988 (Assassinat Saetta)

Figure 8. Séances à la Chambre et au Sénat des 26, 27 et 28 septembre 1988 (Assassinat Saetta)

Figure 9. Séances à la Chambre et au Sénat du 25 septembre 1990 (Assassinat Livatino)

Figure 9. Séances à la Chambre et au Sénat du 25 septembre 1990 (Assassinat Livatino)

Figure 10. Séance à la Chambre du 12 mars 1992 et audition du ministre de l’Intérieur Vincenzo Scotti (DC) devant la Commission parlementaire antimafia le 17 mars 1992 (Assassinat Lima)

Figure 10. Séance à la Chambre du 12 mars 1992 et audition du ministre de l’Intérieur Vincenzo Scotti (DC) devant la Commission parlementaire antimafia le 17 mars 1992 (Assassinat Lima)

Figure 11. Séance à la Chambre du 25 mai 1992 (Assassinat Falcone)

Figure 11. Séance à la Chambre du 25 mai 1992 (Assassinat Falcone)

Figure 12. Séance à la Chambre du 20 juillet 1992 (Assassinat Borsellino)

Figure 12. Séance à la Chambre du 20 juillet 1992 (Assassinat Borsellino)

Notes

1  « Vous dites toujours “la mafia par ci”, “la mafia par là”… Mais qu’est-ce que cette mafia ? Où est-elle ? », I cento passi, 2000.

2  Le chef mafieux de Cinisi est assassiné dans un attentat à la voiture piégée en 1963, pendant la première guerre de mafia.

3  Cet événement dramatique marque un tournant puisque, quelques mois plus tard, la Commission parlementaire d’enquête sur le phénomène mafieux – instituée sur demande de la gauche fin 1962 – commence à siéger.

4  Voiture de la marque Alfa Romeo.

5  L’expression « homicides excellents » se réfère à l’assassinat de personnalités éminentes. Cela concerne tous les homicides ayant fait l’objet de débats parlementaires : massacre de Ciaculli (juin 1963), homicide du procureur Pietro Scaglione (mai 1971), assassinat de Michele Reina (président de la Démocratie chrétienne sicilienne, mars 1979), Cesare Terranova (magistrat, septembre 1979), Piersanti Mattarella (président DC de la Région Sicile, janvier 1980), Gaetano Costa (magistrat, août 1980), Pio La Torre (secrétaire régional du Parti communiste italien en Sicile, avril 1982), Carlo Alberto dalla Chiesa (préfet de Palerme, septembre 1982), Giangiacomo Ciaccio Montalto (magistrat, janvier 1983), Antonino Saetta (magistrat, septembre 1988), Rosario Livatino (magistrat, septembre 1990), Salvo Lima (député européen, mars 1992), Giovanni Falcone (magistrat, mai 1992) et Paolo Borsellino (magistrat, juillet 1992).

6  Discours de Mussolini à la Chambre des députés en 1927 : « Je voudrais que cette association de malfaiteurs soit dépouillée de la fascination qu’elle exerce et de la réputation poétique qu’elle ne mérite absolument pas. » M.-A. Matard-Bonucci, Histoire de la mafia, Bruxelles, Complexe, 1994, p. 154.

7  Des dizaines de syndicalistes ont été tués par la mafia, plus particulièrement au sortir de la deuxième guerre mondiale, au moment de l’occupation des terres non cultivées.

8  Mafia e potere politico, Rome, Editori riuniti, 1976, p. 7.

9  Procureur de la République ayant notamment enquêté sur le massacre de Ciaculli, il est le premier magistrat à être assassiné à Palerme le 5 mai 1971.

10  « questo ignobile strumento che è la “mafia” nelle competizioni politiche » [cet instrument ignoble qu’est la “mafia” dans les combats politiques]. Séance à la Chambre du 1er juillet 1963, intervention de Pietro Ingrao (PCI), p. 147.

11  « cette manifestation inqualifiable de délinquance ». Séance à la Chambre du 1er juillet 1963, intervention de Mariano Rumor (DC), p. 146.

12  L’attentat visait en réalité la famille Greco du bourg de Ciaculli.

13  « Épisode rentrant dans le climat et le cadre de cette habitude de criminalité scélérate connue sous le nom de “mafia” », Séance au Sénat du 1er juillet 1963, intervention de Mariano Rumor (DC), p. 116.

14  « [il] fenomeno mafioso, sviluppatosi come una piovra, con i suoi tentacoli » [le phénomène mafieux, qui s’est développé comme une pieuvre, avec ses tentacules], Séance au Sénat du 5 septembre 1982, intervention d’Araldo Crollalanza (MSI-DN), p. 25596.

15  « la mafia ha radici dappertutto » [La mafia est enracinée partout]. Séance au Sénat du 6 mai 1971, intervention de Mauro Pennacchio (DC), p. 23925.

16  « cette plaie séculaire ». Séance à la Chambre du 6 mai 1971, intervention d’Eugenio Scalfari (PSI), p. 28540.

17  « le bubon cancéreux de la violence mafieuse ». Séance au Sénat du 6 mai 1971, intervention de Francesco Renda (PCI), p. 23921.

18 « l’adoption urgente de remèdes efficaces qui, en coupant le mal à la racine, libèrent notre environnement du joug sinistre imposé par des forces obscures, expression d’une subversion morale et d’une brutale barbarie ». Séance à la Chambre du 1er juillet 1963, intervention de Brunetto Bucciarelli Ducci, p. 145.

19  Séance au Sénat du 6 mai 1971, p. 23920.

20  « On dirait que ce mot “mafia” brûle dans la bouche de beaucoup d’hommes politiques : […] il s’agit bien de “mafia” et non pas, comme a dit l’orateur qui m’a précédé, de maux qui naissent dans le milieu palermitain. » Séance à la Chambre du 1er juillet 1963, intervention de Vincenzo Gatto (PSIUP), p. 148.

21  On parle ainsi de « la sfida del terrorismo comune e politico » [le défi lancé par le terrorisme commun et politique] et de « la lotta contro la delinquenza politica e la delinquenza comune » [la lutte contre la délinquance politique et la délinquance commune]. Séance au Sénat du 5 septembre 1982, intervention d’Aimone Finestra (MSI-DN), p. 25596-25597.

22  Président DC de la Région Sicile, il avait lancé une opération de moralisation et de transparence de la vie politique sicilienne pour limiter l’influence de la mafia.

23  Séance à la Chambre du 8 janvier 1980, intervention de Virginio Rognoni (DC), p. 7104.

24  « Crime mafieux ou crime terroriste ? Je ne sais pas. Je sais que, quand la violence et la mort marquent en soi les événements de cette importance, avec cette intensité, le terrorisme et la mafia se valent, mais comme deux formes de criminalité. » Séance à la Chambre du 8 janvier 1980, intervention de Francesco Roccella (Parti radical), p. 7120.

25  « terrorisme politique ». Séance à la Chambre du 8 janvier 1980, intervention d’Aristide Gunnella (PRI), p. 7115.

26  « Essayer de démontrer que l’assassinat de Mattarella est le résultat d’une action mafieuse signifie réduire la dimension morale du personnage. » Ibid.

27  Par la suite, Aristide Gunnella a fait l’objet d’enquêtes à cause de sa proximité avec certaines familles mafieuses (voir séance à la Chambre du 12 mars 1992, intervention de Luciano Violante, p. 95860).

28  « Qui donc a dit que l’on ne peut imputer des crimes politiques à la mafia ? Mais toute l’histoire de la mafia est constellée de crimes politiques, même si les victimes n’étaient pas politiques, mais la trame, les intérêts, les intéressements partagés, les connivences et les complicités, qui donnaient naissance au mobile et à l’acte criminel, l’étaient. » Séance à la Chambre du 8 janvier 1980, intervention de Francesco Roccella (Parti radical), p. 7121.

29  Député, ancien membre de la Commission parlementaire antimafia, il était secrétaire régional du PCI en Sicile au moment de son assassinat. La lutte contre la mafia est une des caractéristiques essentielles de son engagement politique.

30  « terrorisme politico-mafieux ». Séance à la Chambre du 9 juin 1982, intervention de la présidente Nilde Jotti (PCI), p. 47869.

31  Guillaume Guidon, « Le concept de “terrorisme” est-il pertinent pour écrire l’histoire des “années de plomb” » ? Communication du 16 mai 2013 au colloque « Justice et politique » à Grenoble, version de l’auteur, à paraître.

32  « La mafia devient l’adjectif d’autre chose, et non plus un phénomène en soi. » N. Dalla Chiesa, Delitto imperfetto. Il generale, la mafia, la società italiana, Milan, Mondadori, 1984, p. 140.

33  L’attentat à la voiture piégée (le premier visant un juge) a lieu le 29 juillet 1983 à Palerme. Aucun débat parlementaire ne fut consacré à cet assassinat car les élections législatives étaient en cours.

34  C. Delporte, Une histoire de la langue de bois, Paris, Flammarion, 2009, p. 10.

35  Comme le fait remarquer Carlo Tassi (MSI-DN) à la Chambre le 26 septembre 1988, p. 19403.

36  « avec férocité », « de manière barbare ». Séance à la Chambre du 25 septembre 1990, intervention de Vincenzo Binetti, p. 69202.

37  Ibid.

38  Séance au Sénat du 5 septembre 1982, p. 25563-25567.

39  « les pouvoirs invisibles », « pouvoir parallèle », ibid., p. 25563.

40  Séance au Sénat du 26 septembre 1983, p. 53-58.

41  Boss, cosca, clans, mandanti, esecutori : chef mafieux, famille mafieuse, clans, commanditaires, exécutants. Ibid., p. 55.

42  Audition de Vincenzo Scotti devant la Commission parlementaire antimafia le 17 mars 1992, p. 286.

43  Séance à la Chambre du 12 mars 1992.

44  « la cupola politico-mafieuse ». Séance à la Chambre du 25 mai 1992, intervention d’Umberto Bossi, p. 115.

45  « la mafia de vos partis ». Séance à la Chambre du 20 juillet 1992, intervention de Franco Rocchetta, p. 1282.

46  « attentat ». Ibid., intervention de Carlo Palermo (La Rete), p. 1292.

47  « acte de guerre ». Ibid., intervention de Gianfranco Fini (MSI-DN), p. 1286.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Séances à la Chambre des députés et au Sénat du 1er juillet 1963 (Massacre de Ciaculli)
Légende *Ne sont répertoriées que les occurrences se rapportant directement à l’homicide et à la victime.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 2. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 5 et 6 mai 1971 (Assassinat de Scaglione)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Figure 3. Séances de la Chambre et du Sénat des 25 et 26 septembre 1979 (Assassinat de Terranova)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 4. Séances à la Chambre des députés des 7 et 8 janvier 1980 (Assassinat de Mattarella)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Figure 5. Séance au Sénat du 7 août 1980 (Assassinat de Costa)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Figure 6. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 4 et 5 septembre 1982 (Assassinat de Dalla Chiesa)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Figure 7. Séances à la Chambre des députés et au Sénat des 25 et 26 janvier 1983 (Assassinat de Ciaccio Montalto)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Figure 8. Séances à la Chambre et au Sénat des 26, 27 et 28 septembre 1988 (Assassinat Saetta)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Figure 9. Séances à la Chambre et au Sénat du 25 septembre 1990 (Assassinat Livatino)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 10. Séance à la Chambre du 12 mars 1992 et audition du ministre de l’Intérieur Vincenzo Scotti (DC) devant la Commission parlementaire antimafia le 17 mars 1992 (Assassinat Lima)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Figure 11. Séance à la Chambre du 25 mai 1992 (Assassinat Falcone)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Figure 12. Séance à la Chambre du 20 juillet 1992 (Assassinat Borsellino)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5341/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

Auteur

Université Jean Moulin Lyon 3

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540