Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Deuxième partie. Italie : littérature et histoire

Langue des sciences et préjugés esthétiques dans la Storia della lingua italiana

Noémie Castagné

Texte intégral

  • 1  La Storia della lingua italiana naît officiellement en 1937, lorsqu’on en confie la chaire à B. Mi (...)
  • 2  À eux seuls, les imprimés à caractère scientifique ou technique représentent au xvie siècle des ce (...)
  • 3  Au sujet de l’attirance des historiens de la langue pour la langue des origines, riche de tous les (...)

1Le projet de recherche sur les usages scientifiques de la langue italienne au xvie siècle que j’élaborais il y a cinq ans répondait à une volonté d’exploration d’un champ d’étude que la jeune discipline désignée dans le monde universitaire italien comme Storia della lingua1 n’a pas encore eu le temps ni les moyens de sonder, malgré l’abondance des sources2. Il n’y a, en effet, que quelques décennies que cette discipline née dans la première moitié du xxe siècle a délaissé l’étude des vulgaires médiévaux, constituant la « préhistoire » de la langue italienne, pour se tourner vers l’étude de la langue littéraire à partir du xive siècle3. Sans doute faudra-t-il attendre encore un peu avant qu’elle ne puisse raconter une histoire des usages scientifiques de la langue.

  • 4  La thèse s’intitule « Les mots des sciences. La prose scientifique en langue vulgaire dans l’Itali (...)

2Malgré les risques que présentait un tel projet, Jean-Claude Zancarini l’accueillit avec confiance et m’offrit les moyens concrets d’entreprendre une thèse en m’aidant à obtenir une allocation de recherche. Que ce petit article présentant un des résultats du travail terminé puisse valoir comme remerciement affectueux4.

  • 5  Citons les principales histoires culturelles de la langue italienne, parmi lesquelles F. Bruni, L’ (...)
  • 6  Citons notamment les recueils Le parole della scienza. Scritture tecniche e scientifiche in volgar (...)
  • 7  La plupart des travaux de M. L. Altieri Biagi sur la langue scientifique ont été réunis dans les r (...)
  • 8  Sur la langue de Léonard et ses variations, voir M. L. Altieri Biagi, « Sulla lingua di Leonardo » (...)
  • 9  Sur la langue de Galilée et de ses élèves, voir les recueils de textes Scienziati del Seicento, M. (...)

3En vérité, les pages de la Storia della lingua italiana au sujet des usages scientifiques du vulgaire ne sont pas totalement vierges5. Elles fournissent même la seule interprétation disponible sur le vulgaire scientifique au xvie siècle dans la mesure où les monographies récentes sur la langue de tel ou tel savant sont souvent des travaux techniques qui, bien que nécessaires, demeurent souvent (mais pas toujours) dépourvus de toute tentative d’interprétation historique, quand elles ne reprennent pas sans discussion l’historiographie dominante6. Bien que particulièrement intéressantes, notamment à cause de leur effort de contextualisation, les études pionnières de la linguiste Maria Luisa Altieri Biagi à partir du milieu des années soixante n’ont fait qu’effleurer le xvie siècle7. Ce dernier apparaît – de façon surprenante si l’on considère qu’il s’agit du siècle de la normalisation de la langue littéraire – comme un siècle négligé, pris entre un Moyen Âge finissant qu’incarnerait la langue de Léonard dans ses notes personnelles8 et un xviie siècle marqué par la superbe prose de vulgarisation de Galilée et de ses élèves, considérés par certains historiens de la langue et de la littérature comme les inventeurs de la langue scientifique italienne9.

  • 10  Sur la questione della lingua, voir les conclusions définitives de M. Pozzi dans Discussioni lingu (...)
  • 11  On cite alors toujours le témoignage laissé par le Dialogo delle lingue de Sperone Speroni (publié (...)
  • 12  Les témoignages contre l’usage du vulgaire pour l’écriture des sciences sont légion ; voir à ce su (...)
  • 13  Les histoires de la langue susmentionnées citent alors, au xve siècle, la version vulgaire du trai (...)
  • 14  Citons l’exemple, bien étudié, du polygraphe vénitien Francesco Sansovino, qui publie, compile ou (...)

4Toute étude sur les usages scientifiques et techniques de la langue vulgaire au xvie siècle part ainsi, inévitablement, des logiques de la Storia della lingua. Or la langue scientifique y est presque exclusivement envisagée selon le point de vue critique de la questione della lingua, problématique essentiellement littéraire par laquelle on explique la réflexion de plusieurs générations de lettrés au sujet du périmètre de définition de la langue vulgaire10. Il est établi que plusieurs participants aux discussions sur la langue s’interrogèrent, à un niveau théorique, sur la possibilité d’utiliser le vulgaire pour les sciences – et non plus seulement pour la littérature ou la conversation11. Parmi les possibilités offertes par ces discussions, l’éventualité d’un vulgaire pour les sciences n’alla certainement pas de soi au moins jusqu’aux années 1560, pour plusieurs raisons : le projet de refondation de la littérature vulgaire proposé par Pietro Bembo en 1525 et accepté de tous obéissait à une logique absolument littéraire et, sur un autre front, les milieux universitaires défendirent longtemps l’exclusivité des langues classiques pour l’enseignement et l’écriture de leurs disciplines12. Sur le plan pratique de l’écriture, en revanche, d’importants lettrés curieux de repousser les limites du vulgaire n’eurent de cesse de chercher à le ciseler pour en faire un instrument capable de tout décrire (y compris les techniques), notamment par le biais des vulgarisations13. À partir de la deuxième moitié du xvie siècle, la vulgarisation et la compilation d’ouvrages scientifiques (à partir des traités anciens et modernes d’Aristote, de Vitruve, de Pline, de Dioscoride, de Pietro de’ Crescenzi ou encore de Georg Agricola) intéressa aussi, selon une logique toute commerciale, de grands éditeurs du livre en langue vulgaire14.

5D’un point de vue chronologique, il ressort de ces synthèses sur la langue italienne un étrange récit, dont l’incomplétude n’est en fait que le reflet de la marginalité de la question de l’italien des sciences dans les milieux lettrés. Née au Quattrocento avec la réflexion des humanistes florentins à propos du vulgaire, la question du vulgaire scientifique resurgirait au siècle suivant avec la questione della lingua, donnant vie à plusieurs projets de vulgarisation et d’écriture des sciences et de la philosophie en vulgaire ; au début du siècle suivant, l’œuvre de vulgarisation de Galilée imposerait (enfin !) l’usage du toscan littéraire pour les sciences.

  • 15  J’entends par « praticiens » des hommes maîtrisant un savoir technique, non exclusivement livresqu (...)

6Évidemment, ce récit est aussi incomplet que simplificateur. En effet, ne s’appuyant que sur des sources produites par des milieux littéraires et ignorant la plus grande partie des écrits des praticiens15, son principal défaut est de réduire la question des usages scientifiques du vulgaire à la questione della lingua, ne projetant qu’une sorte de vulgarisation littéraire des sciences. Simplement comprise comme réponse à une demande générique d’ouverture du vulgaire à d’autres champs que ceux où il se déployait habituellement (la littérature, la conversation mondaine), la question de la langue scientifique n’est donc entendue que comme une sous-partie de la questione della lingua, dont elle épouse la chronologie, la géographie (Florence et la Toscane, Padoue et Venise) et à laquelle elle emprunte ses protagonistes.

  • 16  M. Piotti, « Un puoco grossetto di loquela », La lingua di Niccolò Tartaglia : la « Nova scientia  (...)
  • 17  Euclide Megarense philosopho, solo introduttore delle scientie mathematice, diligentemente reasset (...)
  • 18  Pour une analyse détaillée, je me permets de renvoyer à nouveau à la première partie de ma thèse.

7Ce récit a pour autre défaut de s’imposer comme discours dominant, au point que des linguistes spécialistes de la langue des praticiens adaptent parfois, au prix de délicates contorsions, leur propre discours à celui des linguistes écrivant des synthèses, tendant alors à faire dépendre la pratique d’écriture des savants des réflexions théoriques des lettrés. Le cas de Niccolò Tartaglia fournit un bon exemple de cela : dans une précieuse monographie où l’on met en évidence la richesse de la langue de Tartaglia16 – traditionnellement considéré par ses contemporains et par les critiques littéraires modernes comme un piètre écrivain –, on fait de quelques réflexions du mathématicien sur la langue de sa traduction d’Euclide17 le reflet affaibli des idées du personnage de l’écolier du Dialogo delle lingue. À la réflexion, les éléments historiques en faveur de l’influence de Speroni sur Tartaglia ne sont pas convaincants, et il n’est absolument pas nécessaire de supposer que l’attention de Tartaglia à des problèmes d’ordre linguistique ou philologique résulte d’une influence directe des milieux lettrés : sa pratique concrète des mathématiques et la lecture assidue des mathématiques classiques en version latine le poussaient simplement à développer ce genre de considérations18. De façon générale, il me fallait donc cesser de ne considérer les auteurs-praticiens que comme les représentants d’une culture secondaire, incapables qu’ils seraient de réfléchir par eux-mêmes aux implications de leur propre pratique de la langue.

  • 19  Sur les ingénieurs italiens du Cinquecento, voir (liste non exhaustive) : P. Rossi, I filosofi e l (...)

8Le constat de l’absence de remise en cause, par les meilleurs spécialistes, des cadres d’une Storia della lingua pensée pour un corpus littéraire m’a donc amenée à opérer un déplacement des débats des lettrés sur la langue scientifique aux textes produits par les savants eux-mêmes. J’ai délibérément choisi, dans un second temps, de travailler précisément sur un corpus de textes d’ingénieurs-experts partageant, malgré la grande diversité de leurs origines géographiques, sociales, de leurs professions et de leurs domaines de spécialisation, la maîtrise de toute une panoplie de techniques, une certaine culture livresque scientifique et bien sûr l’intérêt pour l’écriture19. Les notes privées et les écrits publics des ingénieurs Francesco di Giorgio Martini (1439-1502), Léonard de Vinci (1452-1519), Niccolò Tartaglia (1499-1557), Vannoccio Biringucci (1480 ? -1539), Giacomo Lanteri (? -1560), Buonaiuto Lorini (1540 ?-1611 ?), Egnazio Danti (1537-1586), Giovan Battista Aleotti (1546-1636), Domenico Fontana (1543-1607), Agostino Ramelli (1531-1608), Giulio Savorgnan (1510-1595), Filippo Pigafetta (1533-1604), Guidobaldo Dal Monte (1545-1607) et même du jeune Galilée forment un corpus cohérent regroupant l’essentiel des grandes percées des sciences mécaniques italiennes sur plus d’un siècle.

  • 20  C. Dionisotti, « Per una storia della lingua italiana », ouvr. cité, p. 96-97.

9Avant d’aller plus avant, une question demeurait pourtant : pourquoi une telle attirance de la Storia della lingua pour la langue et les milieux littéraires ? On peut, évidemment, évoquer la jeunesse de cette discipline n’ayant encore pas eu le temps ni les moyens d’examiner systématiquement les manifestations non littéraires du vulgaire. C’est ainsi qu’en 1962, peu de temps après la parution de la première histoire de l’italien, la Storia della lingua italiana de Bruno Migliorini, Carlo Dionisotti pouvait écrire qu’avant le xxe siècle, le linguiste curieux avait de grandes chances de ne trouver que des avatars de la langue littéraire20. Les récentes études linguistiques menées sur des écrits scientifiques ont fait entrevoir une langue d’une richesse que Dionisotti n’avait pas encore les moyens de soupçonner, conduisant peu à peu à compléter son point de vue et à approfondir la réflexion qu’il avait engagée.

  • 21  Parmi les traits caractéristiques des textes analysés dans la deuxième partie de ma thèse, je cite (...)
  • 22  On touche alors au problème du rapport entre la beauté d’un texte et son degré de vérité : la véri (...)

10La jeunesse de la Storia della lingua n’explique cependant pas tout. On peut avancer l’hypothèse que les textes des ingénieurs-écrivains ont été écartés car ils ne répondent pas aux préjugés esthétiques des historiens de la langue et de la littérature sur leur objet d’étude. Contrairement aux textes de vulgarisation produits par des lettrés, la plupart des textes des ingénieurs-écrivains ne réfléchissent pas sur la langue employée et ne comportent que très peu de procédés relevant d’un fonctionnement esthétique du langage ou d’une rhétorique issue du champ littéraire. Donnant peut-être alors l’illusion (fausse, évidemment) d’être linguistiquement pauvres21, ils sont pourtant loin d’avoir abandonné toute rhétorique (comprise comme volonté de persuader un public dubitatif) et ne sont pas exempts de choix passionnels, dans leur élaboration comme dans leur mise en forme22. Est-ce à dire que le linguiste, lettré de formation, ne s’y reconnaît pas ? Les textes scientifiques produits par les lettrés sont, en revanche, les garants d’un certain préjugé esthétique sur la langue et permettent à la Storia della lingua de continuer à appliquer à son objet des logiques exclusivement littéraires.

  • 23  Ce jugement n’est pas partagé par les historiens des sciences.
  • 24  Ce préjugé négatif à l’égard des textes techniques existait déjà au xvie siècle : l’italien irrégu (...)
  • 25  Voir notamment M. L. Altieri Biagi, « Sulla sintassi dei Massimi sistemi », L’avventura della ment (...)

11L’hypothèse permet d’ailleurs de comprendre pourquoi les historiens de la langue présentent Galilée comme le fondateur de l’italien scientifique : enfin, un savant sachant écrire et se faire comprendre23 ! C’est d’ailleurs un lieu commun de la critique littéraire que de présenter les écritures des savants précédents comme des textes mal écrits, qui ne justifient que l’on s’y arrête que pour enrichir les dictionnaires spécialisés de l’italien ancien24. Les travaux sur les grands dialogues de Galilée (qui sont des textes de vulgarisation) ont mis en évidence une langue répondant à des idéaux esthétiques (tels que l’« élégance », l’« harmonie », l’« équilibre » et la « clarté », voire l’« évidence »)25 et ont involontairement entretenu le mythe d’un Galilée fondateur du modèle italien de prose scientifique.

  • 26  Je veux dire que les textes importants d’un point de vue scientifique ne visent pas nécessairement (...)

12En somme, comme souvent dans un parcours de recherche, mon étude n’a pu débuter qu’après avoir déconstruit plusieurs présupposés historiographiques qui en disaient plus long sur eux-mêmes et sur la Storia della lingua que sur les textes scientifiques italiens : le présupposé de l’existence d’une question de la langue scientifique assujettie à la questione della lingua ; le mythe d’un Galilée inventeur de l’italien des sciences ; la croyance, enfin, en un lien nécessaire entre beauté de la langue et vérité du propos. Au sujet de ce dernier point, ma recherche a successivement tenté de montrer que la dépendance de la parole socialement reconnue comme vraie aux canons rhétoriques du modèle littéraire dominant n’avait, au contraire, rien de nécessaire26 – mais c’est là une autre histoire.

Notes

1  La Storia della lingua italiana naît officiellement en 1937, lorsqu’on en confie la chaire à B. Migliorini. L’histoire de cette discipline est retracée par A. Stussi dans « Storia della lingua italiana : nascita di una disciplina », Storia della lingua italiana, L. Serianni et P. Trifone éd., Turin, Einaudi, 1993, vol. I, p. 5-27.

2  À eux seuls, les imprimés à caractère scientifique ou technique représentent au xvie siècle des centaines de titres (voir les annales des principaux éditeurs italiens spécialisés dans le livre en langue vulgaire). Il n’existe pas de répertoire des nombreux manuscrits scientifiques ou techniques en langue vulgaire datant de cette époque, mais on pourra consulter P. Brioist, « Les mathématiques et la guerre en France, en Italie, en Espagne et en Angleterre au xvie siècle », thèse d’habilitation, CESR de Tours, 2009, ainsi que l’Archivio digitale per la consultazione dei manoscritti rinascimentali di storia della tecnica e della scienza, importante bibliothèque numérique permettant pour l’instant de feuilleter et d’interroger les fac-similés et les transcriptions de tous les manuscrits de Léonard et qui a pour objectif la mise à disposition et l’indexation d’autres manuscrits techniques des Quattro et Cinquecento. En ligne : http://www.leonardodigitale.com/, consulté le 1er octobre 2013.

3  Au sujet de l’attirance des historiens de la langue pour la langue des origines, riche de tous les possibles tant que le toscan ne s’est pas imposé comme langue de la communication savante et de la littérature, voir la contribution décisive de C. Dionisotti, « Per una storia della lingua italiana », Geografia e storia della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 2002 (1re édition : 1967), p. 89-124. L'article de C. Dionisotti est une recension de la première histoire écrite de la langue italienne, la Storia della lingua de B. Migliorini (Florence, Sansoni, 1961).

4  La thèse s’intitule « Les mots des sciences. La prose scientifique en langue vulgaire dans l’Italie du xvie siècle ». Elle a été dirigée par J.-L. Fournel et M. Pozzi et soutenue le 23 novembre 2012 à l’Université Paris 8, en cotutelle avec l’Université de Turin.

5  Citons les principales histoires culturelles de la langue italienne, parmi lesquelles F. Bruni, L’italiano, elementi di storia della lingua e della cultura, Turin, Utet, 1990 ; C. Marazzini, La lingua italiana. Profilo storico, Bologne, Il Mulino, 1994 ; les trois volumes de la Storia della lingua italiana de L. Serianni et P. Trifone éd., A. Asor Rosa éd., Turin, Einaudi, 1993-1994, ainsi que les volumes de la Storia della lingua italiana (F. Bruni éd., Bologne, Il Mulino), parmi lesquels : M.Tavoni, Il Quattrocento, 1992, P. Trovato, Il primo Cinquecento, 1994 et C. Marazzini, Il secondo Cinquecento e il Seicento, 1993.

6  Citons notamment les recueils Le parole della scienza. Scritture tecniche e scientifiche in volgare (secoli xiii-xv), R. Gualdo éd., Galatina, Congedo, 2001 et Lo scaffale della biblioteca in volgare (secoli xiii-xvi), R. Librandi et R. Piro éd., Florence, Edizioni del Galluzzo, 2006. L’approche exclusivement linguistique des textes scientifiques et techniques offre à l’historien de la langue des instruments indispensables (glossaires, éditions critiques, analyses techniques) mais tend à négliger l’étude des conditions de production et d’énonciation des discours. La séparation entre, d’une part, une approche interne à la langue et, d’autre part, une approche plus historique pourra sembler déroutante aux yeux de certains universitaires français ; elle s’explique par l’histoire de la discipline Storia della lingua. Voir à ce sujet A. Stussi, « Storia della lingua italiana : nascita di una disciplina », art. cité.

7  La plupart des travaux de M. L. Altieri Biagi sur la langue scientifique ont été réunis dans les recueils L’avventura della mente : studi sulla lingua scientifica, Naples, Morano, 1990 et Fra lingua scientifica e lingua letteraria, Pise, Istituto editoriali e poligrafici internazionali, 1998. Avec la synthèse de Maurizio Dardano, « I linguaggi scientifici », Storia della lingua italiana, L. Serianni et P. Trifone éd., ouvr. cité, vol. II, p. 497-551, les travaux de M. L. Altieri Biagi sont les seules études diachroniques sur l’italien scientifique.

8  Sur la langue de Léonard et ses variations, voir M. L. Altieri Biagi, « Sulla lingua di Leonardo », Fra lingua scientifica e lingua letteraria, ouvr. cité, p. 75-96, ainsi que l’indispensable Glossario leonardiano. Nomenclatura delle macchine nei codici di Madrid e Atlantico, M. Biffi et P. Manni éd., Florence, Olschki (Biblioteca Leonardiana), 2011, où l’on trouvera d’ultérieures références bibliographiques, tout aussi nécessaires.

9  Sur la langue de Galilée et de ses élèves, voir les recueils de textes Scienziati del Seicento, M. L. Altieri Biagi et B. Basile éd., Milan-Naples, Ricciardi, 1980 et Id., Scienziati del Settecento, ibid., 1983. Galilée apparaît comme l’inventeur de l’italien scientifique dans plusieurs travaux de synthèse, notamment B. Basile, « Galilei e la letteratura scientifica », Storia della letteratura italiana, E. Malato éd., Rome, Salerno, 1997, vol. V, p. 905-951, C. Marazzini, Il secondo Cinquecento e il Seicento, ouvr. cité, p. 55 et suiv., et encore R. Coluccia, « La lingua della scienza oggi e ieri », Le parole della scienza, p. 7-18. Pour une analyse de cette interprétation de la prose de Galilée, je me permets de renvoyer à la fin de cet article ainsi qu’à la première partie de mon travail de thèse.

10  Sur la questione della lingua, voir les conclusions définitives de M. Pozzi dans Discussioni linguistiche del Cinquecento, Turin, Utet, 1988 et dans le recueil Lingua, cultura, società : saggi sulla letteratura italiana del Cinquecento, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1989. En France, on dispose des récents travaux de J.-L. Fournel, « Rhétorique et langue vulgaire en Italie au xvie siècle : la guerre, l’amour et les mots », Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne (1450-1950), M. Fumaroli éd., Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 313-340 et J.-L. Fournel et al., « La question de la langue comme question des langues », à paraître en 2015 chez Droz (Genève) dans le premier volume du programme de recherche « Laboratoires européens des langues vulgaires », E. Kammerer et D. Müller éd.

11  On cite alors toujours le témoignage laissé par le Dialogo delle lingue de Sperone Speroni (publié en 1542), dans lequel les participants posent (et résolvent de différentes façons) le problème de la langue des sciences. Voir à ce sujet M. Pozzi, Dialogo delle lingue, dans Discussioni linguistiche del Cinquecento, ouvr. cité, p. 277-335 et J.-L. Fournel, Les dialogues de Sperone Speroni : libertés de la parole et règles de l’écriture, Marbourg, Hitzeroth, 1990.

12  Les témoignages contre l’usage du vulgaire pour l’écriture des sciences sont légion ; voir à ce sujet S. Speroni, Dialogo delle lingue, ouvr. cité.

13  Les histoires de la langue susmentionnées citent alors, au xve siècle, la version vulgaire du traité De pictura et les Ludi rerum mathematicarum de L. Battista Alberti, puis la vulgarisation de l’Histoire naturelle de Pline par Cristoforo Landino publiée à Venise en 1476. Puis, au siècle suivant, on cite les vulgarisations de lettrés directement ou indirectement marqués par les idées de Sperone Speroni et de l’Académie des Infiammati de Padoue : tous issus de la même génération, tous Toscans, Alessandro Piccolomini (1508-1579), Benedetto Varchi (1502-1565), Giovan Battista Gelli (1498-1563), Cosimo Bartoli (1503-1572) donnent vie à plusieurs projets de vulgarisation et d’écriture des sciences et de la philosophie en vulgaire.

14  Citons l’exemple, bien étudié, du polygraphe vénitien Francesco Sansovino, qui publie, compile ou traduit plusieurs traités de médecine et d’agriculture à partir de 1560.

15  J’entends par « praticiens » des hommes maîtrisant un savoir technique, non exclusivement livresque.

16  M. Piotti, « Un puoco grossetto di loquela », La lingua di Niccolò Tartaglia : la « Nova scientia » e i « Quesiti et inventioni diverse », Milan, Edizioni Universitarie di Lettere Economia Diritto, 1998.

17  Euclide Megarense philosopho, solo introduttore delle scientie mathematice, diligentemente reassettato, et alla integrità ridotto per il degno professore di tal scienzie Nicolo Tartalea, brisciano, secondo le due tradottioni, Venezia, per Venturino Roffinelli, 1543.

18  Pour une analyse détaillée, je me permets de renvoyer à nouveau à la première partie de ma thèse.

19  Sur les ingénieurs italiens du Cinquecento, voir (liste non exhaustive) : P. Rossi, I filosofi e le macchine, 1400-1700, Milan, Feltrinelli, 1962 ; B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964 ; H. Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du xvie siècle au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Paolo Galluzzi, Les ingénieurs de la Renaissance de Brunelleschi à Léonard de Vinci (catalogue d’exposition), Florence, Giunti, 1995 ; Pascal Brioist, Les mathématiques et la guerre, ouvr. cité.

20  C. Dionisotti, « Per una storia della lingua italiana », ouvr. cité, p. 96-97.

21  Parmi les traits caractéristiques des textes analysés dans la deuxième partie de ma thèse, je citerai la terminologie spécialisée et exacte et parfois un travail du texte sur le lexique conduisant à la création de néologismes, la nominalisation de la phrase, une structure syntaxique élaborée par concaténation des éléments.

22  On touche alors au problème du rapport entre la beauté d’un texte et son degré de vérité : la vérité a-t-elle besoin d’ornements et a-t-elle précisément besoin des ornements offerts par la littérature qui lui est contemporaine ? Il y a, bien sûr, autant de réponses que d’auteurs et de projets textuels, d’époques et de sociétés.

23  Ce jugement n’est pas partagé par les historiens des sciences.

24  Ce préjugé négatif à l’égard des textes techniques existait déjà au xvie siècle : l’italien irrégulier de Niccolò Tartaglia fut la risée de l’universitaire Lodovico Ferrari, avant d’être critiqué par l’homme de lettres (et de science) Bernardino Baldi, puis au xviiie siècle par l’historien de la littérature Girolamo Tiraboschi et au xxe siècle par B. Migliorini et M. L. Altieri Biagi. Les analyses de M. Piotti (ouvr. cité) sur la langue des Quesiti et inventioni diverse ont pourtant révélé un singulier travail d’élaboration lexicale et syntaxique.

25  Voir notamment M. L. Altieri Biagi, « Sulla sintassi dei Massimi sistemi », L’avventura della mente, ouvr. cité, p. 35-85, mais aussi B. Migliorini, « Galileo e la lingua italiana » (1942), Lingua d’oggi e di ieri, Caltanissetta-Rome, Sciascia, 1973, p. 111-133 et, sur un autre plan, I. Calvino, « Il rapporto con la luna » et « Il libro della natura in Galileo », Saggi, 1945-1985, M. Barenghi éd., Milan, Mondadori, 1995, I, p. 226-228 et p. 853-866.

26  Je veux dire que les textes importants d’un point de vue scientifique ne visent pas nécessairement le beau ; ce qui ne signifie pas que l’on ne peut reconnaître à leur langue, a posteriori, une certaine beauté.

Auteur

Université Jean Moulin Lyon 3,Centre d’études linguistiques (EA 1663)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540