Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Deuxième partie. Italie : littérature et histoire

L’aristocrazia conservata de Vincenzo Sgualdi (1634). Notes sur la pensée politique des Incogniti

Jean-François Lattarico

Texte intégral

  • 1  Sur les Incogniti, nous renvoyons au volume collectif Gli Incogniti e l’Europa, (D. Conrieri éd.), (...)
  • 2  Après une phase strictement politique, Sgualdi s’apprêtait à publier plusieurs ouvrages apologétiq (...)
  • 3  G. F. Loredano, Bizzarrie academiche, Venise, ad istanza dell’academia, 1648, p. 137.
  • 4  G. Brusoni, Trascorsi academici, Venise, Guerigli, 1656, p. 132.
  • 5  V. Sgualdi, L’Aristocrazia conservata overo del Decemvirato di Lesbo, Venise, Sarzina, 1634, p. 20 (...)

1La glorification du régime de liberté vénitien est au cœur de la plupart des discours politiques défendus par les académiciens Incogniti1. C’est à travers l’éloge du régime aristocratique que Vincenzo Sgualdi, membre éminent de l’institution, aborde la question du politique dans ses trois traités, les seuls textes que nous connaissons sous sa plume2. Un éloge qui s’explique également par le parallélisme souvent établi – notamment par les Incogniti eux-mêmes – entre l’aristocratie républicaine et l’institution académique avec laquelle celle-ci finit par se confondre. En effet, plus d’une fois son fondateur Giovan Francesco Loredano en a souligné la parenté constitutive : « Essendo dunque una cosa stessa il Regno e l’Academia. »3 Mêmes propos chez Girolamo Brusoni : « La nostra Academia che essendo anch’ella Republica, può vivere altresì senza Capo »4, référence au caractère purement honorifique du Prince de l’Académie dont le mandat était généralement annuel, même s’il pouvait être en pratique renouvelé. Sgualdi lui-même fait ce parallèle dans son propre discours, lorsqu’il compare la libre patrie aux institutions académiques : « Patrie libere che sono Accademie ampie di virtù, e feconde miniere d’uomini valorosi. »5

  • 6  Id., Della Republica di Lesbo overo della Ragione di stato in un dominio aristocratico, Bologne, T (...)
  • 7  Id., L’Uticense aristocratico overo Il Catone, Bologne, Benacci, 1645.
  • 8  Plutarque a consacré une de ses Vies illustres à Caton d’Utique.
  • 9  Voir l’article fondamental de Mario Infelise, « “Ex ignoto Notus”. Note su Giacomo Sarzina e l’Acc (...)
  • 10  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, « Al discreto Lettore », p. 14.
  • 11  Ibid., p. 13-14.
  • 12  En particulier dans le chap. 3, 26 et 13, 23-24, mais il s’agit d’un topos souvent employé dans la (...)
  • 13  F. Pona, La Maschera iatropolitica overo Cervello e Cuore aspiranti alla Monarchia del Microcosmo (...)
  • 14  « Ma di questa in riguardo alla conservazione di quella, nella maniera che tratta il Medico della (...)
  • 15  Sur la question de l’empire, voir Idées d’Empire en Italie et en Espagne (xivexviie siècles), F.  (...)
  • 16  Voir Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, trad. A. Fontana et X. Tabet, Paris, (...)
  • 17  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 10.
  • 18  Voir le chap. 11 du Prince (« De principatibus ecclesiasticis »), et, dans le commentaire, les pro (...)

2Les trois traités que Sgualdi publie en l’espace d’une dizaine d’années – L’Aristocrazia conservata (1634), Della Republica di Lesbo6 (1640) et L’Uticense Aristocratico7 (1645) – forment un ensemble assez cohérent et rigoureux dans la défense de ce régime politique. Le premier se présente en réalité comme un discours rhétorique plutôt bref, le second comme une utopie républicaine, le troisième comme la biographie politique d’un « Aristocratico eroe », sur le modèle des biographies d’hommes illustres d’ascendance plutarquienne8. Un discours théorique nourri des faits de l’Histoire, l’évocation idéalisée d’un projet républicain et l’incarnation de ce projet à travers l’exemplarité d’un homme : trois modes distincts et complémentaires de dire le fait politique, de traduire à travers une écriture qui mêle les registres, associe discours rhétorique et récit historiographique par le biais du prisme analogique, notamment humoral et médical, la défense et illustration du « meilleur gouvernement ». Nous allons aborder le premier de ces textes, grâce auquel Sgualdi fut à son tour coopté par l’illustre académie. Publié par l’éditeur privilégié des Incogniti, Giacomo Sarzina9, L’Aristocrazia conservata est composé de quatre livres, précédés d’une dédicace au Sénat vénitien et d’une adresse au Lecteur dans laquelle l’auteur précise son intention et les modalités rhétoriques de son discours. Partant du général vers le particulier, Sgualdi légitime son propos par un contexte favorable : « È necessario conformarsi al genio del secolo che corre. Questo è tutto politico »10 ; mais également, par la relative carence d’ouvrages sur le régime aristocratique, bien moins nombreux que ceux consacrés au principat ou à la monarchie : « Le librarie sono piene di libri politici […], e ogni opera, che si spenda in questa professione, pare di vantaggio ; egli è vero di quella che spetta alla Monarchia : ma non di quella che fa per l’Aristocrazia. Molti sono i Senofonti ch’instruiscono i Ciri, pochi i Platoni, che formano Republiche. »11 Se pose ensuite la question du statut de l’auteur et celui de l’ouvrage. Réactivant la métaphore médicale déjà présente chez Machiavel12 et portée à son paroxysme dans le roman crypto-politique de Pona, La maschera iatropolitica13, Sgualdi compare la fonction suprême du politique – conserver l’État lorsqu’il est fondé sur le meilleur des gouvernements – à l’action du médecin qui préserve le corps humain de l’action délétère du poison14. Il s’agit de privilégier la conservation d’un état de fait – d’où la légitimité de la métaphore médicale qui préserve le corps politique d’une corruption nocive – et non une politique d’expansion territoriale, prônée par les partisans de l’idée d’Empire15. L’idée d’expansion, liée à la notion de puissance, n’est pas chez Sgualdi intimement liée, comme chez Machiavel, à la notion de sécurité, c’est-à-dire à celle de la stabilité des institutions, un binôme qui conflue précisément dans la notion d’imperio, à savoir de domination16, et à laquelle Sgualdi semble réfractaire. Mais le politique et le médecin rejoignent ici implicitement le théoricien, car tout comme Machiavel usait des armes de l’écriture en inventant une nouvelle langue de la politique, Sgualdi revendique son statut de théoricien de la politique, qui plus est compatible avec celui d’ecclésiastique : « Non è men convenevole la Politica ad un Religioso della Prudenzia, se crediamo ad Aristotile, il quale insegna che la Politica e la Prudentia sono un abito stesso […]. E che sono le religioni, se non sacre Republiche ? »17 On a ici une première fracture avec la pensée de Machiavel qui, comme on le sait, n’avait guère de sympathie pour le pouvoir temporel des princes ecclésiastiques18. Par ailleurs, lorsqu’il se réfère aux théoriciens modernes de la politique – comme Traiano Boccalini au livre III –, Sgualdi utilise le terme politico, ce qui confère très clairement à cette notion une importante dimension littéraire au sens large du terme : est politico celui qui écrit sur les choses de la politique. Dans l’adresse au lecteur, une intéressante remarque métapoétique sur la spécificité de langue politique filtrée par le paradigme de la prudence et de la dissimulation, confirme cette dimension littéraire de l’écriture politique : « Si deono usare parole vestite mollemente, sotto pronunzia delle quali riesca dolce l’amaro, dilicato l’aspro, modesto il superbo, o piacevole il mordace » (Le Prince, p. 17.).

  • 19  Voir Instabilità dei generi letterari, S. Morando éd., Venise, Marsilio, 2007.
  • 20  Voir J.-L. Fournel, « À quel genre appartient donc le Prince ? », dans La Renaissance des genres. (...)
  • 21  Les références littéraires sont en effet rares dans le Prince de Machiavel, si l’on excepte une ci (...)
  • 22  Voir R. Descendre, L’état du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, D (...)
  • 23  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 46.

3L’auteur aborde ensuite le statut du texte. Après avoir rappelé les rapports qu’il entretient avec les théoriciens et les hommes politiques du passé – « Mi servo di buoni e antichi politici ; né fo furto della lor dottrina, ma la piglio a prestanza, anzi ad usura » (ibid.) –, Sgualdi décrit la forme de son ouvrage et les modalités de son utilisation : il s’agit non pas d’un traité divisé en chapitres, mais d’un discours « fabricato a guisa di catena di molti anelli », un « picciolo volume » (ibid., p. 18), qui incite le lecteur à le lire d’une seule traite. La distinction est importante, car la forme discursive implique une dimension rhétorique, qui mêle arguments logiques, exempla et citations renforçant l’argumentaire de l’auteur, éléments pathétiques, gnomiques, discours sentencieux et arguments d’autorité. On a l’impression que le statut religieux de l’auteur déteint sur les modalités d’écriture appliquées au fait politique : le discours homilétique se sert des formes du laconisme littéraire, y compris dans sa variante parémiologique. L’image de la chaîne composée de plusieurs anneaux intimement liés, incitant le lecteur à une lecture continue, renforce ainsi la cohérence du propos, en conférant au discours sa pleine et entière unité logique. Il s’agit d’appréhender la logique du raisonnement, à travers ses multiples ramifications, précisément dans sa globalité, seul gage d’une efficacité persuasive. Si la question des genres de l’écrit s’est souvent posée au xviie siècle19, privilégiant l’hybridation des formes littéraires au sens large, si elle s’est posée pour certains traités politiques, et in primis pour le Prince20, le texte de Sgualdi, en privilégiant le paradigme rhétorique, légitime tout à la fois l’évocation des modèles politiques du passé, miroirs efficaces du présent, références littéraires (généralement peu sollicitées dans ce type de discours)21, et argumentations logiques plus convenues. Tout comme Giovanni Botero22, Sgualdi construit son discours sur l’alliance étroite de la rhétorique et de la politique. La défense même du régime politique – celui d’un gouvernement aristocratique qui répugne à prôner la pérennité des charges – est placée sous le signe emblématique de la varietas, dont l’objectif essentiel est d’éviter que se confonde la charge politique avec l’individu qui n’en est que provisoirement investi : « essendo questa [la varietà] un continuo flusso e reflusso, e un vicendevole aggiramento di cose, tende al non essere degli individui, e ha per fine nella conservazione dell’universale la destruzione de’ particolari »23.

  • 24  « così richiedevano le congiunture de’ tempi », à propos du passage de la tyrannie à la République (...)
  • 25  Ibid., p. 122 ; la référence à Machiavel est dans Principe, chap. 9, § 27 ; chap. 25, § 11 et 13.
  • 26  Ludovico Settala (1552-1633) consacre tout le troisième livre de son traité à la « Ragion di stato (...)
  • 27  Voir Marc Fumaroli, La querelle des Anciens et des Modernes, Paris, Gallimard (Folio), 2001, p. 7- (...)
  • 28  Sur cette question, outre l’ouvrage de M. Fumaroli, voir celui de P. Guaragnella, Tra antichi e mo (...)

4La défense du régime aristocratique constitue donc l’inventio du discours. Elle a pour corollaire le rejet de tout gouvernement mixte, et ces deux thématiques font respectivement office, au sein de la puissante machine persuasive, d’argumentatio et de refutatio. Sgualdi s’appuie sur le modèle idéalisé du Décemvirat de Lesbos pour étayer sa thèse, en instituant de nombreux parallèles avec Rome, dont l’histoire politique a été émaillée par l’expérience des différents régimes (monarchie, république, oligarchie et tyrannie). L’auteur semble en outre avoir retenu en partie la leçon de Machiavel, lorsqu’il évoque par exemple l’impératif de ce qu’il appelle « le congiunture dei tempi »24, et un peu plus loin « la mutazione de’ tempi » (L’Aristocrazia conservata, p. 117), ou encore la nécessité de l’expérience des choses : « Nel governo degli stati, e nell’amministrazione delle Republiche, niente è più opportuno, anzi più necessario, che l’esperienza delle cose » (ibid., p. 30) ; tandis que dans les dernières pages du second livre, la citation machiavélienne se fait presque littérale lorsqu’est évoqué Brutus « necessitato dalle condizioni dei tempi e dalle qualità delle cose »25, dans une formule qui dissocie dans deux expressions équivalentes le célèbre syntagme machiavélien « qualità de’ tempi ». Sgualdi réactualise également la thématique de la prudence, et son corollaire la dissimulation, en soulignant qu’en matière de choses politiques, elle a été de tout temps une pratique courante : « In somma lo scrivere sotto velame, e’ l non far sempre comparire la verità aperta e nuda nella scena d’un libro in vista del Teatro del Mondo, come non è senza esempio, così neanche è senza classico autore » (ibid., p. 16). Ces renvois réguliers à l’expérience des choses passées et à la situation politique moderne, sous l’égide de théoriciens contemporains comme Boccalini, mais aussi Settala26, permettent à Sgualdi de légitimer non seulement un parallèle qui transcende un contexte historiquement déterminé, mais surtout, en partisan des Modernes face aux Anciens, de tirer profit des leçons du passé qui, sans assurer de l’avenir, préservent des erreurs que les Anciens ont pu commettre (ibid., p. 192). L’auteur développe cette idée d’une supériorité chronologique et donc logique des Modernes sur les Anciens, en précisant : « Tutti i secoli producono spiriti di Monarchia, e di Tiranni […]. Non per questo dobbiamo dolerci del secolo moderno : ma piu tosto rallegrarci già che abbiamo uomini d’ugual carità verso la Patria : ma di maggior prudenzia de gli antichi nelle risoluzioni » (p. 193). Sgualdi reprend ici un topos de l’argumentaire des Modernes27 : la multiplicité des points de vue permet à l’acteur moderne de se positionner avec une marge d’erreur plus réduite. Par ailleurs, cette idée que l’examen du passé permet de mieux s’assurer du présent et de mieux appréhender l’avenir est redevable à la conception cyclique du temps et de l’Histoire, propre aux Anciens, qui légitime une telle saisie globalisante de la temporalité historique. En d’autres termes, l’identification des causes permet d’anticiper sur l’avenir et de prévoir les mesures nécessaires qui pourront éventuellement infléchir le cours des événements. Cette référence à la temporalité des Anciens ne contredit pas l’appartenance de Sgualdi – et des Incogniti en général – au parti des Modernes, elle témoigne plus simplement du rapport complexe que ceux-ci entretiennent avec les Anciens, réfutant ainsi une séparation rigidement binaire28.

  • 29  Dell’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 29.

5Si le passage d’une forme de gouvernement à une autre est dans la nature des choses, parce que tout régime repose sur un équilibre précaire, un premier argument de force domine le premier livre – et parcourt en fait l’ensemble du discours –, à savoir la critique de la pérennité des charges, contraire à l’essence même de la République29. L’auteur réfute cette position au nom précisément de cet équilibre précaire qui menace à chaque instant de se briser ; la noblesse craint la révolte, le peuple la tyrannie, il faut donc faire en sorte qu’aucun des deux partis ne puisse craindre un dépassement inopiné des prérogatives. L’équilibre prôné par Sgualdi n’est pas celui qui résulterait de l’équilibre des forces en présence, celui du gouvernement mixte, mais plutôt du respect des fonctions qui incombent aux magistrats dans la seule optique de l’intérêt collectif. Le non-respect de cet intérêt déclenche de facto un changement de régime et accélère même ce processus qui conduit à passer en revue la totalité des formes autoritaires de gouvernement, jusqu’à la tyrannie qui dénature et corrompt la « substance » de la République :

Altro per certo non è che un volere che questa Republica muti stato, e passi dall’Aristocrazia all’Oligarchia e dal governo di molti all’imperio di pochi ; disordine, che tanto più è degno di considerazione, quanto che dall’Oligarchia facilmente si passa alle Trinarchie e Binarchie, mentre di que’ pochi che governano, due o tre più spiritosi, s’uniscono insieme, e così uniti s’avanzano di forze, e in poco tempo tirano nella loro potenza l’autorità degl’altri, e restano signori e padroni assoluti della Republica. (Dell’Aristocrazia conservata, p. 67)

  • 30  « La corruttela di prolungar i carichi e i magistrati è un veleno, che tanto più dee esser temuto (...)
  • 31  Ibid., p. 115. La métaphore oculaire renvoie à une typologie du discours heuristique propre au Sei (...)
  • 32  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 85.

6Sgualdi reprend plusieurs fois cette idée maîtresse d’un comportement corruptif issu du pouvoir grandissant que s’arrogent les personnalités en charge des affaires de l’État ; l’auteur le réaffirme : il ne faut point permettre, dans une patrie qui se dit libre, qu’il y ait des hommes puissants, supérieurs aux autres par la force (ibid., p. 81). La défense du bien commun et de l’intérêt public passe naturellement par le respect de l’égalité citoyenne. L’égalité entre les citoyens, à la base d’un état libre, a pour but de tenir « diritta la Nave de la Republica » (ibid., p. 84). Sgualdi se lance dans une violente diatribe contre l’inégalité, que symbolise l’expression métonymique de l’« eminenza », en usant en particulier de la métaphore des quatre éléments pour appuyer sa démonstration : « La disugguaglianza è fuoco ch’abbruccia prima che scaldi, è aria ch’infetta prima che si respiri, è acqua che n’affoga prima che ne bagni, è terra che ne copre prima che moriamo » (ibid.). L’auteur établit ainsi un lien entre la République et l’égalité, opposée à la Monarchie que symbolise l’éminence, un statut de caste privilégié, qui accorde à certains de ses citoyens une « sproporzionata ricchezza » (ibid., p. 91). Il s’agit en effet de souligner l’effet néfaste et l’inefficacité politique de l’inégalité qui conduit inéluctablement à l’instauration de la tyrannie, même si cette instauration se fait de manière progressive, car un pouvoir trop longtemps exercé agit, dans une énième reprise de la métaphore médicale30, tel un poison que l’on distille dans le corps de la République. La liberté ne se perd pas subitement : Sgualdi la compare à une de ces forteresses que l’on conquiert non par assaut mais par siège. La métaphore corporelle, récurrente dans le texte, se fait plus précise, car pour Sgualdi la liberté n’est rien moins que « l’occhio della Republica », dont la forme est ainsi celle d’un « corpo sferico »31. Dès lors, l’éloignement de l’inégalité qui résulte de ces abus rend au contraire la vie de l’État aristocratique « più lunga, più quiete, e più sicura »32.

  • 33  Il s’agit du chap. 10, « De quelle façon on doit peser les forces de tous les principats », Machia (...)
  • 34  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 101.

7La référence aux situations politiques du passé – l’Histoire de Rome et de Sparte, avec en miroir des renvois à la République de Platon (L’Aristocrazia conservata, p. 85-86) – permet à Sgualdi d’évoquer la situation présente, en particulier celle des Républiques allemandes et suisses, et celle des Provinces unies (ibid., p. 89). À ces réussites exemplaires – dont a déjà traité Machiavel dans un chapitre célèbre du Prince33 –, Sgualdi oppose le contre-exemple de la République génoise, qui connut un très grave danger « per la soverchia grandezza de’ suoi Cittadini »34, un parallèle qui permet de souligner à l’inverse la réussite exemplaire de la République vénitienne qui sut éviter un tel danger, grâce à la vertu « égalitaire » et à la stabilité de ses institutions politiques (ibid., p. 102). Dans l’arsenal rhétorique adopté par Sgualdi, les sentences gnomiques abondent qui viennent clore en quelque sorte la période argumentative précédente. C’est le cas lorsque Sgualdi achève sa démonstration sur les dangers de la pérennité des charges : « Chi vuole la perpetuità ne’ magistrati, non vuole la libertà nelle Republiche » ; « Perpetuità e Libertà sono due cose del tutto ripugnanti, né in altro s’accordano che nella rima » (ibid., p. 105).

8Toutes ces analyses plutôt générales occupent l’essentiel des deux premiers livres. Le second s’achève sur une nouvelle référence au Décemvirat de Lesbos qui va occuper l’essentiel du troisième livre. Celui-ci s’ouvre par une remarque d’ordre méthodologique : l’auteur rappelle sa démarche qui se rattache au paradigme rhétorique, celle d’une analyse partant du général pour aboutir au particulier (ibid., p. 125). On l’a dit, dans toute conception utopique il y a toujours la référence à des données réalistes (topographiques, historiques ou autres) qui servent à légitimer le discours théorique. Sgualdi appuie sa thèse en se référant notamment aux propos élogieux d’Hérodote qui vante les mérites de l’île de Lesbos parvenue à se maintenir « così lungo tempo, non come avanzo miserabile, ma come vestigio florido e augusto della Greca libertà » (ibid., p. 126).

  • 35  « Non avendo un corpo d’un Senato le mani di Briareo da provedere in cento luoghi ; né gli occhi d (...)

9Le discours sur Lesbos, propédeutique au traité utopique de 1640, est manifestement conçu comme un miroir à peine voilé du régime vénitien. Lorsque Sgualdi évoque Lesbos qui a su survivre aux « ruines » des Républiques de Sparte, d’Athènes et de Rome, il faut lire en filigrane les réussites militaires de Venise qui, bien qu’ayant perdu de sa superbe à l’orée du xviie siècle, a su maintenir son indépendance. La comparaison, si elle est implicite, semble confirmée par la métaphore du « belletto », à la tonalité incontestablement contemporaine, par laquelle l’auteur fait l’éloge de la République lesbienne : les Princes émerveillés se demandèrent en effet « con qual liscio questa gran Dama si sia mantenuta così bene, e abbia conservato il fiore della primavera e della sua gioventù, anche nell’orrido verno della decrepità » (ibid.). Sans doute que le relatif déclin de la puissance politique de Venise – après la perte de Chypre en 1571 – explique en partie la position de Sgualdi qui privilégie la préservation de l’État plutôt que son expansion, conformément à une tradition du refus de la conflictualité sociale qui la distingue en particulier de Rome et de Florence, et aussi pour des raisons de pratique gouvernementale que Sgualdi justifie par une énième métaphore corporelle35. C’est là une nette différence avec la position de Machiavel, toute l’analyse que fait Sgualdi du régime lesbien repose sur cette raison essentielle :

Il Senato di Lesbo ebbe per buona ragione di Stato, più tosto d’attender a conservar il suo, che ad usurparsi l’altrui, [car] la grandezza, e sicurezza d’un potentato non è posto in aver moltitudine di Provincie, e di Regni soggetti, ma solo in averne tanti, che’l Prencipe a guisa d’un buon pastore possa veder i suoi Stati coll’occhio, governarli colla verga, e reggerli col fischio. Politica così buona, e così perfetta, che da niuna altra cosa riceve la pruova, e la lode, che dalla stessa esperienza. (Ibid., p. 127)

10Sgualdi reprend la métaphore oculaire, prélude à de nouveaux rappels historiques, en particulier le récit de la fin du gouvernement tyrannique de Mélanchros, chassé de Mytilène par Pittacos qui instaura aussitôt un régime d’« Ottimati » en confiant la gestion de la République à la noblesse, à travers l’adoption de rigoureuses lois égalitaires dans la distribution des différentes charges et magistratures. Mais ce rappel se fait au prix d’une distorsion de la vérité historique, puisque les deux personnages évoqués appartiennent à deux siècles différents (le vie av. J.-C. pour le premier, le viie av. J.-C. pour le second).

  • 36  En particulier autour des concepts de « verisimile falso » et de « credibile meraviglioso » qui te (...)
  • 37  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 57.

11Sgualdi aborde ensuite la question hautement délicate des faveurs et des récompenses liées aux charges de la République. Le discours est toujours centré sur la primauté absolue des institutions qui doivent tenir à l’écart toute ambition personnelle au seul service de l’intérêt commun. C’est la différence essentielle avec la République florentine dont les institutions ont fini par se confondre avec les personnalités qui en ont assumé la charge. Pendant près de vingt pages, l’auteur développe tout un raisonnement sur le concept d’ingratitude, émaillé de nombreuses références littéraires (Euripide, Juvénal, le Tasse), rappelant que dans une république libre, attachée à la stabilité de ses institutions, « i favori privati non si devono compensare coll’interesse del publico » (ibid., p. 159). La composante littéraire de l’argumentaire de Sgualdi – nous l’évoquions au début – est l’un des traits distinctifs de son discours, et une caractéristique de l’idéologie et de l’esthétique vénitienne des Incogniti, nourris des préceptes de Jacopo Mazzoni36 qui défendait, dans son célèbre traité sur Dante, le concept de « merveilleux crédible », d’une précellence de l’imagination à laquelle est conféré un réel pouvoir de connaissance. Cet arrière-plan théorique est perceptible, d’une part à travers les nombreuses références littéraires – auxquelles on peut ajouter Plaute ou les fables d’Hésope37 et même Maffeo Barberini (ibid., p. 230) –, d’autre part dans une explicite apologie des fables dont le sens allégorique participe pleinement du discours politique. Lorsque Sgualdi évoque le mythe de Saturne dévorant ses propres enfants pour pointer les dangers de l’ambition, il prend soin, dans un premier temps, de tempérer l’impact d’une telle référence – « Sono cose poetiche e favolose, è vero » – pour aussitôt en exposer les implications heuristiques : « Le favole de’ Poeti non sono favole appresso gli uomini savi ; sono pensieri di sapienza e di dottrina, perché s’intendono secondo il senso allegorico, ch’è pieno di verità e di documenti, e non secondo il letterale, ch’è falso, non credibile, e anche non creduti da quelli che le scriveranno » (ibid., p. 174). La fable d’Hésope devient dès lors source d’une vérité politique, lisible au-delà de la littérarité du mythe.

  • 38  « Qual’età sia a proposito per i buoni governi ? » Ibid., p. 197.

12Le dernier livre est consacré à un point particulier de l’organisation des charges de l’État : l’âge des magistrats38, à travers un éloge de la vieillesse. Sgualdi rappelle que l’âge canonique des Prêteurs de Lesbos est de plus de cinquante ans. La bonne gouvernance qui en résulte permet à l’académicien de réfuter l’idée qu’à un âge avancé, l’exercice du pouvoir soit marqué du sceau de l’incompétence, tout comme il n’est pas non plus à l’abri d’une dérive autoritaire. Car l’éloge de la vieillesse est indissociable de celui des institutions. En d’autres termes, l’âge avancé, symbole de sagesse, n’est pas un rempart suffisant contre les abus autocratiques. Là encore l’usage analogique du discours explicite ce risque qui toujours existe lorsque les intérêts privés ne sont point subordonnés au bien commun : « È la nostra mente un tizzone fumante, che appressato al fuoco della dominazione, subito s’accende ; e una volta accesa, non s’estingue mai più » (ibid., p. 208) ; et plus loin : « Non è dunque vero che le ceneri della vecchiezza siano senza il fuoco dell’ambizione » (p. 209), un discours illustré par les nombreux exemples de princes – Tibère, Caligula, Néron, Galba, ou encore Claude comparé à un « pezzo di legno animato » (p. 213) –, tous autant rongés par cette dérive autoritaire. La référence historique, qui légitime la démonstration, est une fois de plus alimentée, selon le paradigme rhétorique, par des exemples littéraires, in primis puisés dans la littérature chevaleresque, lorsque la délétère ambition autocratique est comparée aux magiciennes maléfiques qui transformèrent les preux chevaliers en « animali bruti » (p. 214), ici connotés négativement du point de vue de la morale politique. Le raisonnement de Sgualdi repose surtout sur l’idée que les institutions « égalitaristes » de la République servent en quelque sorte de remparts contre ce type de dérive inéluctable car liée à la nature intrinsèquement « mauvaise » de l’homme lorsque celui-ci est considéré du point de vue de son individualité propre. L’ambition se nourrit de l’ambition, son horizon est sans fin, car, ajoute-t-il, « Solo il cibo dell’imperio non viene mai in fastidio » (p. 223). Pour contrer ce risque toujours potentiellement dangereux, Sgualdi reprend l’idée d’un mandat réduit à une seule année, idée liée à une pratique aristocratique du pouvoir. Très clairement, l’ambition tyrannique s’oppose, chez Sgualdi, à la noblesse. Mais l’égalitarisme prôné par l’abbé académicien n’est en rien un projet étendu à la totalité de la population, puisque la « plèbe » y est totalement exclue, dépourvue des droits politiques. Si l’aristocratie de Lesbos, reflet spéculaire de celle de Venise, est foncièrement élitiste, Sgualdi, à travers son apologue lesbien, dénonce les dérives autocratiques qui caractérisent les autres puissances de la péninsule, et participe pleinement à la défense de la liberté vénitienne, mise à mal par la célèbre « guerre des écritures », lancée en 1612 avec le pamphlet anonyme Squitinio della libertà veneta. On peut dès lors lire le discours politique de Sgualdi, renforcé par les deux autres volets de sa trilogie, comme une pierre de plus apportée à l’édifice politico-littéraire que Venise érigeait de son propre mythe.

Notes

1  Sur les Incogniti, nous renvoyons au volume collectif Gli Incogniti e l’Europa, (D. Conrieri éd.), Pise, I libri della Normale, 2011, ainsi qu’à notre ouvrage : J.‑F. Lattarico, Venise incognita. Essai sur l’académie libertine au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2012.

2  Après une phase strictement politique, Sgualdi s’apprêtait à publier plusieurs ouvrages apologétiques chrétiens, mais aucun ne nous est parvenu (Le Glorie degli Incogniti, Venise, Valvasense, 1647, p. 432).

3  G. F. Loredano, Bizzarrie academiche, Venise, ad istanza dell’academia, 1648, p. 137.

4  G. Brusoni, Trascorsi academici, Venise, Guerigli, 1656, p. 132.

5  V. Sgualdi, L’Aristocrazia conservata overo del Decemvirato di Lesbo, Venise, Sarzina, 1634, p. 203.

6  Id., Della Republica di Lesbo overo della Ragione di stato in un dominio aristocratico, Bologne, Tebaldini, 1640.

7  Id., L’Uticense aristocratico overo Il Catone, Bologne, Benacci, 1645.

8  Plutarque a consacré une de ses Vies illustres à Caton d’Utique.

9  Voir l’article fondamental de Mario Infelise, « “Ex ignoto Notus”. Note su Giacomo Sarzina e l’Accademia degli Incogniti », dans Libri tipografi biblioteche. Ricerche storiche dedicate a Luigi Balsamo, Florence, Olschki, 1997, p. 207-223.

10  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, « Al discreto Lettore », p. 14.

11  Ibid., p. 13-14.

12  En particulier dans le chap. 3, 26 et 13, 23-24, mais il s’agit d’un topos souvent employé dans la littérature politique florentine contemporaine et antérieure à Machiavel. Sur cette question des rapports entre médecine et pouvoir politique, voir Linda Bisello, Medicina della memoria. Aforistica ed esemplarità nella scrittura barocca, Florence, Olschki, 1998. La métaphore remonte en réalité à Polybe et évidemment à Aristote.

13  F. Pona, La Maschera iatropolitica overo Cervello e Cuore aspiranti alla Monarchia del Microcosmo [Venise, Ginammi, 1627], F. Bondi éd., Trente, La Finestra, 2004. Dans ce roman singulier, le topos du microcosme corporel, reflet du macrocosme politique, aboutit à une défense rigoureuse, veinée d’une certaine parodie obscène, de la monarchie absolue.

14  « Ma di questa in riguardo alla conservazione di quella, nella maniera che tratta il Medico della violenza de’ Veleni, in rispetto alla preservativa del corpo umano », L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 9.

15  Sur la question de l’empire, voir Idées d’Empire en Italie et en Espagne (xivexviie siècles), F. Crémoux et J.-L. Fournel éd., Mont Saint Aignan, Publication des Universités de Rouen et du Havre, 2010.

16  Voir Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, trad. A. Fontana et X. Tabet, Paris, Gallimard, 2004, I, 1, 2, p. 52-66.

17  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 10.

18  Voir le chap. 11 du Prince (« De principatibus ecclesiasticis »), et, dans le commentaire, les propos que Machiavel a tenus à Jules II lors d’une audience d’août 1506, au cours de laquelle « il lui déclara ainsi au nom de la seigneurie (Signoria) florentine qu’“il ne leur [les signori de Florence] semble pas que les choses de l’Église se gouvernent conformément à celles des princes” (Legazioni e commissarie, ouvr. cité, vol. II, p. 952) ». Machiavel, Le Prince, trad. et comm. J.‑L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, Presses universitaires de France, « Fondements de la politique », 2000, p. 343.

19  Voir Instabilità dei generi letterari, S. Morando éd., Venise, Marsilio, 2007.

20  Voir J.-L. Fournel, « À quel genre appartient donc le Prince ? », dans La Renaissance des genres. Pratiques et théories des genres littéraires entre Italie et Espagne (xve_xviie siècles), P. Bravo, C. Iglesias et G. Sangirardi éd., Dijon, Éditions universitaires de Dijon (Écritures), 2012, p. 99-109.

21  Les références littéraires sont en effet rares dans le Prince de Machiavel, si l’on excepte une citation de Virgile (XVII, 6) et la citation finale de Pétrarque ou certaines références indirectes (Ovide, dans III, 27).

22  Voir R. Descendre, L’état du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, Droz, 2009, p. 10.

23  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 46.

24  « così richiedevano le congiunture de’ tempi », à propos du passage de la tyrannie à la République (ibid., p. 24).

25  Ibid., p. 122 ; la référence à Machiavel est dans Principe, chap. 9, § 27 ; chap. 25, § 11 et 13.

26  Ludovico Settala (1552-1633) consacre tout le troisième livre de son traité à la « Ragion di stato degli Ottimati », c’est-à-dire l’Aristocratie (Della Ragion di stato, Milan, G. B. Bidelli, 1627, III, p. 97-131).

27  Voir Marc Fumaroli, La querelle des Anciens et des Modernes, Paris, Gallimard (Folio), 2001, p. 7-218 ; en particulier le chap. 6, consacré à la querelle en Italie (p. 76-91).

28  Sur cette question, outre l’ouvrage de M. Fumaroli, voir celui de P. Guaragnella, Tra antichi e moderni. Morale e retorica nel Seicento italiano, Lecce, Argo, 2003.

29  Dell’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 29.

30  « La corruttela di prolungar i carichi e i magistrati è un veleno, che tanto più dee esser temuto negli stati liberi, quanto che di nascosto, anzi alcuna volta sotto spezie di medicina uccide la libertà », ibid., p. 116.

31  Ibid., p. 115. La métaphore oculaire renvoie à une typologie du discours heuristique propre au Seicento, celle du « sguardo interno », du savoir anatomique qui, conjuguant les progrès de la science et l’analyse de la science politique, aboutit à un discours fortement marqué par le paradigme rhétorique de l’analogie ; voir P. Guaragnella, Gli occhi della mente. Stili nel Seicento italiano, Bari, Palomar, 1997.

32  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 85.

33  Il s’agit du chap. 10, « De quelle façon on doit peser les forces de tous les principats », Machiavel, Le Prince, ouvr. cité, p. 106. Voir également le commentaire p. 338-339, qui élargit le territoire de l’Allemagne au villes suisses, « compte tenu du sens géographique extensif de la Magna » (ibid., p. 338).

34  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 101.

35  « Non avendo un corpo d’un Senato le mani di Briareo da provedere in cento luoghi ; né gli occhi di Linceo da vedere in paesi remoti ; né tampoco stomaco di struzzo da digerire il ferro d’una mole infinita di negozi. » Ibid., p. 129.

36  En particulier autour des concepts de « verisimile falso » et de « credibile meraviglioso » qui tentent une conciliation entre poésie et rhétorique. Voir J. Mazzoni, Introduzione alla difesa della « Commedia » di Dante, E. Musacchio et G. Pellegrini éd., Bologne, Cappelli, 1982, p. 78.

37  L’Aristocrazia conservata, ouvr. cité, p. 57.

38  « Qual’età sia a proposito per i buoni governi ? » Ibid., p. 197.

Auteur

Université Jean Moulin Lyon 3

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540