Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Deuxième partie. Italie : littérature et histoire

Marguerite Louise d’Orléans, grande-duchesse de Toscane, entre histoire et roman

Françoise Decroisette

Texte intégral

  • 1  Sainte-Beuve, Causeries du lundi, t. I, Madame Récamier, G. Antoine éd., Paris, Gallimard, 1998, p (...)

Est-ce qu’une vie de femme se raconte ?1

Un personnage en marge

  • 2  Allusion à la statue antique découverte en 1651 en Arles, dite la Vénus ou la Diane d’Arles.
  • 3  10 juillet 1675 : « Madame de Coulanges […] dit que cette princesse est très changée, et qu’elle s (...)
  • 4  Madame de Sévigné, ouvr. cité, 5 juillet 1675 : « Mais à propos vous attendez mon conseil pour all (...)
  • 5  Saint-Simon, Mémoires, t. VII, 1721. « Mort et caractère, vie et conduite de Madame la Grande-duch (...)

1Madame de Sévigné la nomme « La Toscane », elle la compare à la « Diane d’Arles »2, mais ne lui trouve du charme que pour avoir loué les grâces de Madame de Grignan3. Devant conseiller celle-ci sur une entrevue avec cette Diane en 1675, elle hésite et prédit le pire pour son avenir4. Saint-Simon, quant à lui, dans la nécrologie qu’il lui consacre en 1721, loue sa beauté non entamée par le temps, mais la juge « bonne et de peu d’esprit, arrêtée en son sens sans pouvoir être persuadée »5. Marguerite Louise, fille aînée de Gaston d’Orléans et de Marguerite de Lorraine, petite-fille d’Henri IV, cousine germaine et pupille de Louis XIV, sixième grande-duchesse de Toscane, n’a semble-t-il laissé chez ses contemporains qu’un souvenir anecdotique et mitigé.

  • 6  G. Dethan, Gaston d’Orléans, conspirateur et prince charmant, Paris, Fayard, 1959, p. 318-325.
  • 7  S. Mamone, Paris et Florence : deux capitales du spectacle pour une reine, Marie de Médicis, Paris (...)
  • 8  Christine de Lorraine, épouse de Ferdinand Ier et Marie-Madeleine d’Autriche, épouse de Cosme II, (...)

2Issue d’une lignée royale et appelée à régner sur un État souverain d’Italie, dont l’histoire était prestigieuse même si, au xviie siècle, elle était désormais sous la cendre, cette « princesse du sang » aurait pu s’inscrire dans la grande histoire comme l’avaient fait certaines de ses ancêtres. Sans doute n’eut-elle pas comme son aïeule Marie l’opportunité de s’imposer politiquement dans les affaires de l’État. Mais pour s’en tenir à la sphère du spectacle qui était alors le domaine où les princesses appelées à partager un trône pouvaient jouer un rôle, y compris politique, on peine à lui trouver des initiatives de quelque ampleur dans ce domaine. Elle n’hérita en la matière, malgré des dispositions pour la danse et la musique, ni de l’intérêt que son père portait aux arts6, ni de l’énergie que sa grand-mère, reprenant la voie déjà tracée par une autre Médicis reine de France, Catherine, avait déployée pour mettre les fêtes et les arts au service de la couronne dont elle avait reçu le soin7. Elle ne suivit pas non plus l’exemple offert par les princesses venues de France et d’Autriche qui la précédèrent sur le trône de Toscane et surent œuvrer dans ce domaine8.

  • 9  S. Mamone, Serenissimi fratelli, principi impresari, Florence, Le Lettere, 2003, et Id., Mattias d (...)
  • 10  M. De Angelis, E. Garbero Zorzi et al. éd., Lo spettacolo meraviglioso. Il Teatro della Pergola : (...)
  • 11  F. Decroisette, « I virtuosi del Cardinale da Firenze all’Europa », dans Lo spettacolo meraviglios (...)
  • 12  H. Acton, The last Medici, London, Methuen and co, 19321 (Gli ultimi Medici, Torino, Einaudi, 1962 (...)
  • 13  R. Galluzzi, Istoria del Granducato di Toscana sotto il governo della casa Medici, t. IV, Florence (...)
  • 14  F. Angioloni, V. Becagli et M. Verga éd., La Toscana nell’età di Cosimo III, Florence, EdiFir, 199 (...)
  • 15  J.-C. Waquet, Le Grand-Duché de Toscane sous les derniers Médicis. Essai sur le système des financ (...)

3Pourtant, malgré une évidente perte de pouvoir politique du grand-duché face à l’Espagne, la France et l’Empire, la cour toscane était toujours, au milieu du xviie siècle, un laboratoire de création artistique, favorisé par le dynamisme intellectuel des frères de Ferdinand II, les princes Giovan Carlo, Mattias et Leopoldo9. On peut parler, après 1652, d’un deuxième souffle médicéen en matière de fêtes et spectacles dont l’impact dépasse largement le cadre de la Toscane. Les performances techniques et artistiques du nouveau théâtre de la cour, le théâtre de la Pergola, qui faisait la synthèse de toutes les innovations en matière d’architecture et de scénographie10, étaient reconnues dans toute l’Europe. En 1661, les « virtuoses » du cardinal sont invités à Paris pour chanter dans le spectacle prévu pour le mariage du roi, Ercole amante, et ils retirent de leurs prestations parisiennes une gloire renforcée11. Au-delà des spectacles et des fêtes, la Toscane des temps de Cosme III n’était pas aussi décadente que le laissent supposer les écrits des historiens de la première moitié du xxe siècle, Harold Acton, Gaetano Pieraccini ou Furio Diaz12 qui reprennent à leur compte, dans des optiques diverses, les jugements négatifs de Riguccio Galluzzi13, resté trop longtemps la seule bible de l’historiographie des Médicis. D’autres études plus récentes ont montré qu’y régnait aussi un climat intellectuel favorable à la fermentation de réflexions politiques, sociales et économiques, et que Cosme III, si décrié pour sa bigoterie étroite et son moralisme intransigeant, certes réels, avait néanmoins su s’entourer de ministres ouverts aux réformes14, assurant une stabilité, peut-être « inconcevable » mais tangible15, des institutions de l’État ainsi que de l’économie et de la finance toscanes.

  • 16  A. de Menou, L’Œuvre privilégiée d’un mourant.Une petite fille de Henri IV, roman historique, s. l (...)
  • 17  Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, C. Bouyer éd., Paris, Librairie Fontaine, t. II, p. 172 et (...)

4Marguerite Louise ne peut pas non plus se prévaloir d’actions héroïques comme sa demi-sœur, Anne-Marie Louise de Montpensier, qui déchaîna sur elle et son père les foudres royales en jouant les amazones à Orléans et à Paris en faveur de Condé, et devint pour ces hauts faits, au xixe siècle, une héroïne de « roman historique »16. Elle ne fut même pas, comme cette encombrante sœur aînée, une amoureuse fantasque et déterminée. Un mystère plane sur la réalité de ses amours avec un autre de ses cousins, le prince Charles de Lorraine, futur duc Charles V. La comparaison que Madame de Sévigné établit avec Marie Mancini lorsqu’elle la traite de Colonne semble abusive. Il est vrai qu’elle n’a pas suscité chez le jeune roi une passion comparable à celle qui le lie à Marie, et l’alliance un moment envisagée avec son royal cousin, qui lui valut dit-on, dans son enfance, le surnom de la Petite Reine, reste aussi de l’ordre du fantasme. Cette alliance, stratégique pour les Orléans, fut néanmoins considérée comme suffisamment réaliste pour que Mazarin s’en inquiétât. Marguerite Louise fut ainsi, comme les petites mazarines, prise à l’intérieur du grand jeu géopolitique mis en place par le cardinal-ministre après la signature du traité des Pyrénées. La comparaison de Madame de Sévigné prend ici son sens et rejoint une remarque de la Grande Mademoiselle dans ses Mémoires17: Marguerite Louise fait partie de la même stratégie matrimoniale visant à assurer le mariage de Louis XIV avec l’infante Marie-Thérèse prévu par une clause du traité, et à confirmer la stabilité de la paix en Europe.

5L’importance de ce moment historique pour la monarchie à laquelle elle appartient échappe à la jeune princesse. Sa réponse à la « raison d’État » est affective et intime quand elle aurait pu être politique et publique. Aux devoirs qui auraient fait d’elle un personnage d’histoire – s’adapter aux mœurs de sa nouvelle patrie, afficher de l’intérêt pour la cour qui faisait d’elle sa future souveraine, y jouer un rôle politique ou artistique –, elle oppose un acharnement opiniâtre, qu’évoque Saint-Simon, à arracher au grand-duc l’autorisation de revenir en France après quinze ans d’une union tumultueuse au cours de laquelle elle résida la plupart du temps, volontairement mais sous bonne garde, dans les villas médicéennes des alentours de Florence. De ses devoirs, elle n’accomplit qu’un seul dictat : elle eut deux fils, Ferdinand (1663) et Gaston (1671), dernier grand-duc médicéen, morts sans enfants, et une fille, Anne-Marie Louise (1665), qui, faute d’avoir une postérité, légua à Florence et au monde les trésors des Médicis.

6Hormis ses quatorze premières années où elle vécut à Blois, dans une grande liberté selon Saint-Simon, puis à la Cour où, dit-on, elle goûta aux fêtes et aux plaisirs, sa vie ne fut qu’une longue suite de retraites, d’enfermements, de réclusions : son retour en France fut arraché au grand-duc contre la promesse qu’elle se retirerait dans un couvent – la « prison » dont parle Madame de Sévigné – certes rude pour elle qui, selon sa demi-sœur, était dotée d’un caractère romanesque, fougueux et versatile et ne supportait aucune contrainte. Madame de Sévigné avait vu juste en 1675 : elle chercha sans relâche à rendre cette prison moins austère, au grand dam de son époux, transitant de l’abbaye de Montmartre au couvent des sœurs agostiniennes de Picpus, pour s’installer, enfin, dans l’Hôtel Richelieu, place des Vosges, où elle mourut le 22 septembre 1721, deux ans avant son époux.

  • 18  En 1698, par exemple, elle « porta la queue de Mademoiselle », fille de Monsieur et de la Palatine (...)
  • 19  S. Bertière, Les femmes du Roi-Soleil, Paris, De Fallois, 1998, ne cite Marguerite-Louise qu’en dé (...)

7Son seul titre de gloire serait d’avoir fait céder non seulement le grand-duc, mais également, fait inouï à l’époque, son royal tuteur qui dut se déclarer vaincu face à la ténacité de sa cousine, autorisa son retour et même sa présence à la Cour « selon son rang », dès 167618. Elle apparaît en Grâce avec ses deux sœurs cadettes dans le portrait de la famille royale en assemblée des Dieux, réalisé par Jean Nocret en 1670, ce qui laisse penser que les remontrances du Roi, qui l’avait régulièrement rappelée à son devoir par voie épistolaire et avait envoyé sur place de nombreux émissaires pour la raisonner, étaient peut-être de pure forme. Elle devrait donc faire partie de ces « femmes du Roi-Soleil » dont les vies, mi-privées mi-publiques, accompagnent le règne du monarque et peuvent fournir sur lui un éclairage plus intime. Mais elle en est aussi exclue19.

  • 20  M. Mancini, Les Mémoires de madame la Princesse Mancini Colonne, Grand Connétable du Royaume de Na (...)
  • 21  Ibid., p. 6.
  • 22  Ibid., p. 21.
  • 23  Sainte-Beuve, Mes poisons, p. 67-68.

8Marguerite Louise n’a même pas laissé, comme la connétable Colonna, des mémoires20 qui nous auraient autorisés à pénétrer, de son point de vue, les raisons qui l’amenèrent à combattre avec obstination ce que lui imposaient son devoir et son honneur de princesse du sang. Serait-ce qu’elle voulut appliquer à la lettre le précepte que l’on trouve sous la plume de Marie : « la gloire d’une femme consiste à ne pas faire parler d’elle »21 ? Difficile de trancher. La rédaction de mémoires naît chez Marie Mancini de la volonté de réfuter les accusations d’infidélité qui l’accablaient et de justifier sa conduite jugée, en Italie, trop « française »22. Le silence de Marguerite Louise, qui par ailleurs n’hésitait pas à prendre la plume pour déverser sa bile sur son époux et s’attirer la compassion du roi, incline à penser qu’elle s’estimait, elle, dans son bon droit, au-dessus de tout jugement. Peut-être se moquait-elle de savoir si un historien s’intéresserait à son sort, peut-être n’était-elle pas à même « d’accueillir » d’éventuels biographes, comme écrit Sainte-Beuve23. Pourquoi alors s’y arrêter ?

Un personnage d’encre et de papier

  • 24  A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989, p. 10-11.

9Il existe au moins une raison : le volume des documents imprimés ou manuscrits qui nous informent sur son singulier parcours franco-toscan est inversement proportionnel à l’insignifiance de son rôle historique. Sans parler de kilomètres de travées, comme fait Arlette Farge pour ses archives judiciaires24, les innombrables carteggi où, des deux côtés des Alpes, rôde son personnage d’encre et de papier et qui composent les « archives de Marguerite », ne peuvent qu’attirer l’historien partisan de « l’immersion » archivistique. Les principales études qui lui ont été consacrées sont d’ailleurs dues à des historiens méthodiques de la fin du xixe et du début du xxe siècle, pseudo-ethnologues adeptes de la traque des documents rares sur lesquels fonder leurs récits de l’histoire et des mœurs des siècles passés.

  • 25  On y trouve des nouvelles siennoises de Pietro Fortini, les « Nuits amoureuses et divertissantes d (...)
  • 26  Le Giornale di erudizione, corrispondenza letteraria, artistica e scientifica, est organisé sous f (...)
  • 27  Respectivement Ferdinando I ; Gio. Gastone, dernier grand-duc ; Cosimo III ; Francesco Maria, son (...)
  • 28  G. Baccini, Margherita Luisa d’Orléans, Granduchessa di Toscana. Documenti inediti, Florence, Il G (...)

10La première, publiée en 1898, est due à l’érudit florentin Giuseppe Baccini, compilateur prolixe d’ouvrages remplis de « nouveautés, anecdotes et curiosités » littéraires et historiques. Après le Zibaldone, publication mensuelle lancée en 188825, il crée, en collaboration avec Filippo Orlando, directeur du Giornale di erudizione26, la Biblioteca Grassoccia, principalement dédiée à des « biographies » des grands-ducs et des princes médicéens27. Dans ce cadre paraît en 1898 un volume consacré à Marguerite Louise28, appuyé sur un ensemble de documents inédits tirés des carteggi des ambassadeurs de Toscane à Paris et des rapports des émissaires du grand-duc chargés de surveiller la grande-duchesse, conservés aux Archives d’État de Florence et encore inexplorés à son époque.

  • 29  Élisabeth Marguerite, duchesse d’Alençon (1646-1696), épouse de Louis Joseph de Lorraine, fils du (...)
  • 30  Madame de Sévigné, Mémoires, ouvr. cité, p. 555. La duchesse était aussi détestée par la Grande Ma (...)
  • 31  E. Rodocanachi, Les Infortunes d’une petite-fille d’Henri IV, Marguerite d’Orléans Grande-duchesse (...)

11La seconde, publiée quelques années plus tard à Paris, est due à Emmanuel Rodocanachi, collaborateur, entre autre, de la Revue des Études historiques, spécialiste de l’histoire et des mœurs de l’Italie et de la France du temps de Mazarin. Dans sa bibliographie, à côté d’études sur la corporation des barbiers de Rome, le carnaval romain, Cola di Rienzo, le mariage en Italie à la Renaissance, on trouve les « Impressions d’un Italien à Paris sous le ministère de Mazarin », celles d’un « habitant d’Udine à Paris et Versailles en 1698 », et l’édition d’un ouvrage de piété de la Grande Mademoiselle, dédié à sa seconde demi-sœur, la duchesse de Guise29, peu appréciée par Marguerite Louise30. On comprend aisément que cette dernière ait retenu l’attention de l’historien et que « l’immersion » dans les « archives de Marguerite » l’ait tenté. L’ouvrage qu’il lui consacre en 190231 est sans conteste la somme de toutes les sources imprimées ou manuscrites dispersées entre Florence, Rome et Paris, à partir desquelles il construit, citations et références à l’appui, sa narration du parcours franco-italien de la protagoniste. Du point de vue de la documentation exploitée, l’ouvrage reste insurpassé, les pages qu’Harold Acton dédie trente ans plus tard à la grande-duchesse étant tirées pour beaucoup presque mot pour mot, et de façon désinvolte, de Rodocanachi.

  • 32  A. Dumas, Les Médicis, ouvr. cité, p. 57 : « La fiancée était une belle et joyeuse jeune fille […] (...)

12Pour Baccini comme pour lui, l’idée du document comme preuve est au centre de la reconstitution, la citation référencée fondant la narration en objectivité et en vérité. Baccini partage son volume en deux parties : une introduction qui retrace la chronologie de ce mariage raté, et une anthologie de documents annotés qui, selon les critères de la collection, forme le cœur de l’ouvrage. Les appendices de Rodocanachi sont plus restreints puisqu’ils se réduisent à huit documents intégralement transcrits, mais ils s’ajoutent à d’abondantes citations de documents dans le corps du texte. Cet attachement à la lettre du document ne suffit pourtant pas à faire oublier le caractère subjectif des approches, dominées, l’une comme l’autre, par un point de vue national. La seule lecture des titres est instructive : Baccini italianise le prénom de la princesse et la désigne par son titre de grande-duchesse souveraine de Toscane ; Rodocanachi souligne au contraire l’appartenance de Marguerite Louise à la maison royale de France et sa filiation directe avec Henri IV, dans la droite ligne de ses prédécesseurs, Alexandre Dumas et Paul d’Estrée32.

  • 33  G. Baccini, Margherita Luisa, ouvr. cité, p. 2.
  • 34  Lettre au marquis Salviati, mars 1699 : « Bien qu’elle s’efforce de faire croire qu’elle est conte (...)
  • 35  Ibid., p. 2.
  • 36  Conventions signées le 24 décembre 1674 à la Villa de Castello : 1) ne pas sortir du couvent sans (...)
  • 37  Questions faites par l’abbesse de Montmartre au roi Louis XIV et réponses de celui-ci pendant une (...)
  • 38  Ibid., p. 92-93.

13Chacun ramène donc à son camp, et à son histoire, ce personnage effectivement partagé entre deux États et entre deux cultures. Les limites chronologiques (1675-1721) que Baccini assigne à son anthologie sont un autre indice. Dans l’introduction, il confie à Galluzzi, cité explicitement, l’exposition de la jeunesse, du mariage et des années florentines de Marguerite Louise, ainsi que les portraits de la famille grand-ducale, prenant en revanche à son compte, à partir des documents, l’exposition de la période « française ». L’intention déclarée – entrer dans l’intimité de la souveraine33 – et le relief donné à l’expression « l’interna rabbietta »34 employée par un émissaire du grand-duc à Paris, Alessandro Seristori, pour décrire le comportement extravagant de la grande-duchesse, suggère une approche psychologisante, voire psychiatrique, anticipant les hypothèses génétiques de Pieraccini. Mais Baccini, qui s’est institué « chroniqueur » des princes médicéens, ne cherche pas l’analyse. Ayant ramené la princesse au rôle majeur qu’elle n’a pas su jouer – celui de grande-duchesse de Toscane –, il la convoque devant un tribunal prévenu en sa défaveur, celui des Florentins – désormais Italiens –, lecteurs de Galluzzi, et les documents inclus dans la deuxième partie, dont Baccini souligne l’importance quantitative et déclare d’entrée de jeu qu’ils éclairent un « sujet vaste et scabreux »35, apparaissent comme des pièces à charge dans un procès d’emblée faussé. Quels sont-ils ? Les « conventions » passées avec le grand-duc pour le retour à Paris36, véritable soubassement de la construction narrative de Baccini ; des questions de l’abbesse de Montmartre adressées à Louis XIV en 1677 à propos des divers « manquements » de la grande-duchesse, auxquelles le roi répond de façon laconique, cherchant à tempérer la sévérité de l’abbesse et minimisant la gravité de ces fréquentations qui scandalisent les Toscans37 ; un choix de lettres des résidents et envoyés toscans à Paris pour surveiller la recluse, focalisées sur ses fréquentations « indignes » (amours « ancillaires » avec un certain La Rue, 1681) ; des lettres non datées envoyées par la grande-duchesse son mari et à son fils le prince Ferdinand pour se plaindre de la misère où elle se trouve et obtenir – sans succès – de l’argent ; le compte rendu de son autopsie. La sélection est parlante. Baccini veut en fait démontrer, preuves à l’appui, que celle qui continuait à être la souveraine du grand-duché n’avait pas respecté les termes du contrat passé avec son mari pour son retour en France et que le roi avait fait preuve de faiblesse à son égard, trahissant par-là la confiance de son cousin. Au-delà même de la condamnation de Marguerite Louise, c’est la cour de France, et plus particulièrement les Orléans, qui sont mis en accusation. Baccini conclut d’ailleurs son introduction par une note où il cherche à tempérer les affirmations de Galluzzi sur la beauté de la grande-duchesse en évoquant un médiocre portrait relégué dans le Corridor vasarien – donc effacé des lieux de souvenir, autre preuve à charge. La princesse, conclut-il, n’est « ni belle ni laide, le type parfait des Orléans », ce qui ramène implicitement les causes du désastre toscan à un atavisme négatif de la famille royale38, oubliant que les deux époux étaient cousins au quatrième degré et qu’on avait dû obtenir une dispense papale en 1661. L’allusion finale aux funérailles que la cour toscane fit célébrer à San Lorenzo donne la clef de lecture : les Médicis ont effacé la mémoire de la souveraine fautive, mais ils ont honoré sa disparition selon le rituel de la cour.

  • 39  Mediceo 4401, septembre 1656-décembre 1659.
  • 40  Actes et pièces du procès, pour le grand-duc et le grand prince de Toscane, contre madame la princ (...)
  • 41  Le portrait de Suttermans est conservé au Musée de Chambéry avec celui de Vittoria della Rovere. N (...)

14Rodocanacchi se veut moins partial, ne serait-ce qu’en envisageant la globalité du parcours aller-retour de la princesse. En rendant à Marguerite sa double identité, il suggère la nécessité d’une approche bipolaire qui prenne en compte les deux cultures en conflit dans le personnage. Il suit la chronologie presqu’au jour le jour, depuis les premières négociations entamées – puis abandonnées par la cour toscane en 1657-1658 avec un électeur de Saxe39, jusqu’aux obsèques officielles de la grande-duchesse. En bon historien, il s’en tient aux sources documentaires, passant sous silence les analyses de Galluzzi ou de Baccini. Mais son objectivité n’est que de surface. Son titre sonne clairement comme une réponse au Florentin. Réaffirmant l’identité prioritairement française, royale, de son héroïne, il répond à sa mise en accusation, et, sous couvert d’un récit factuel, propose une interprétation destinée à réhabiliter une mémoire abîmée. Le choix des appendices est là encore parlant. À la remise en cause par Baccini de la beauté de Marguerite, il oppose « le portrait de mademoiselle d’Orléans par M. de Bouillon », encomiastique, suivant les « portraits et éloges » alors à la mode. Aux conventions de la séparation, qu’il cite in extenso, il joint les clauses du contrat de mariage par lesquelles le roi s’engageait à doter la princesse et qui fixaient avec précision le devenir des biens et joyaux de la jeune épouse : l’enjeu était considérable et la question de la succession se posa d’ailleurs en 1721 à la mort de Marguerite40. Au questionnaire de l’abbesse, jamais mentionné, il oppose un « hommage des habitants de Dourdan à Madame la grande-duchesse », tiré des chroniques de la ville, qui témoigne de la piété et des largesses charitables de sa protagoniste, réfutant ainsi les preuves de sa turpitude et de son incurie financière produites par Baccini. Enfin, lorsqu’il évoque les obsèques, il précise qu’elles eurent lieu à Paris comme à Florence, et il ouvre son volume par un portrait de Marguerite Louise : non pas le portrait officiel de Suttermans41 auquel Baccini faisait peut-être allusion, mais une estampe française de la Bibliothèque nationale dont la simplicité induit vérité.

La voie du roman

15La question n’est donc pas pourquoi, mais comment s’y arrêter. Plus encore que ce qu’elle peut nous apprendre sur les temps qui la concernent (l’affirmation de la monarchie absolue et la prétendue « décadence » des Médicis), sur les mœurs matrimoniales et les comportements familiaux de l’une ou l’autre cour, ou sur la condition des princesses de sang royal, Marguerite Louise pose la question fondamentale de l’usage des documents en histoire et de la posture à adopter pour raconter sa vie. Une question que ne se posent ni Baccini ni Rodocanachi, pour lesquels un document est un document, et donc une source de vérité.

16Or les « archives de Marguerite » sont notables non seulement par leur quantité, mais par leur diversité. Certains documents, comme le contrat de mariage ou les conventions de séparation citées plus haut, sont des documents de nature administrative, comptable, dont on peut tirer des éléments quantifiables, et partant des certitudes. Ils apportent des réponses à des questions précises, ils ne soulèvent aucune interrogation quant à leur sens : l’on connaît ainsi le montant exact de la dot octroyée à Marguerite Louise par le roi (neuf cent mille livres), son mode de paiement, en deux versements, à qui, quand et comment elle a été versée, on connaît dans son moindre détail la composition du trousseau – linge, vaisselle, mobilier, bijoux, etc. – que la princesse emportait avec elle à Florence, le nombre et le nom des dames qui furent autorisées à l’accompagner et, inversement, le nom et le nombre de celles qui la raccompagnèrent en France, les étapes exactes de son aller-retour, les réceptions données pour elle (à l’aller comme au retour), etc.

  • 42  Baccini donne quelques équivalences (Cosimo : Rosso o Simone ; Margherita : Floridoro o Difesa ; C (...)
  • 43 26 juillet 1659, Misc. Medicea 591/2 (ex. 969).
  • 44  « Elle s’est attiré l’attention de toute la cour […] On demeurait d’accord qu’elle avait dépassé l (...)
  • 45  Mediceo 6265, 24 janvier 1673.
  • 46  Ibid., 1er septembre 1673, de Brisak.

17D’autres demandent en revanche une approche plus critique, la connaissance des codes rhétoriques, voire des « chiffres »42 qui ont présidé à leur élaboration, et posent parfois plus de questions qu’ils ne donnent de réponses. La question de la beauté de Marguerite, par exemple, pourrait être tranchée par les échanges épistolaires qui eurent lieu en 1658, entre l’évêque de San Miniato et Madame de Gobelin, pour s’assurer des qualités à la fois physiques, intellectuelles et morales de la future épouse. L’évêque souhaite savoir si la fiancée « n’usait pas d’artifices pour se tenir droite », si elle était grande ou petite, si sa santé était bonne, et il requiert de sa correspondante, outre la plus grande discrétion, une parfaite sincérité, « nette de tout déguisement », afin de « toucher au fond cette vérité qu’on demande »43. Madame de Gobelin fait appel à sa fille, qui servait à Blois. Aucun défaut, aucun artifice, une santé à toute épreuve, à peine quelques marques dues à une petite vérole bénigne, l’âme et l’esprit exemplaires, assure la demoiselle. La croire peut sembler évident, mais la réponse est si empreinte d’exagération, les renseignements si surabondants que le portrait enflammé qu’elle brosse des attraits et des qualités morales de la princesse laisse un doute sur sa sincérité44. Les missives mi-officielles, mi-privées que le roi adresse à ses cousins toscans au fil des quinze ans du mariage, demandent une lecture à plusieurs niveaux pour déchiffrer la complexité des enjeux auxquels le roi était confronté. La correspondance s’intensifie en 1673, alors que la crise conjugale est à son paroxysme. La grande-duchesse s’est « retirée » à Poggio a Caiano. En janvier, depuis Saint-Germain, annonçant sa décision d’envoyer l’évêque de Marseille, le roi proteste de son affection et de sa compassion pour le grand-duc (« Mon cousin, je ne puis vous donner une marque plus véritable de mon affection […] qu’en vous disant que je les ai lues avec beaucoup de douleur ») et se déclare résolu à ramener sa cousine à ses devoirs45. En septembre46, après la visite de l’évêque, il réaffirme sa désapprobation (« Ce sont des erreurs dans lesquelles je suis bien éloigné de la jamais pouvoir flatter. Je lui écris là-dessus comme je dois »), mais évite la condamnation. C’est qu’il a « en cette affaire plus d’intérêt qu’elle ni vous », et doit se fier aux « avis solides » qu’il a pris. Sur cette base de fermeté, allusive mais sans équivoque, son affection initiale se transforme en une déclaration d’estime voilée de sarcasme (« quoiqu’à votre égard je vous crois l’esprit trop ferme et trop élevé pour en avoir eu beaucoup d’inquiétude »), et en une affirmation polie mais nette de son appui inconditionnel à sa cousine (« Croyez que […] je ne saurais refuser ma protection à une princesse qui m’est si proche et pour qui j’ai tant d’amitié ») : il vient de remporter la victoire de Maëstricht, la France n’a jamais été aussi puissante, et bien que l’affaire toscane fasse jaser dans les cours de toute l’Europe, une atteinte aux honneurs dus à une princesse du sang offenserait sa propre majesté.

  • 47  Misc. Medicea, 598/18, 1680, avant l’épisode La Rue.
  • 48  Commentaire de l’archiviste sur la filza. Ibid., 21.
  • 49  Mediceo 4661.

18Viennent enfin les documents où Baccini cherche « l’intimité ». Là les codes et la rhétorique s’effacent, laissant filtrer dans certaines expressions une sincérité, voire une vérité ni comptable, ni quantifiable. La missive d’Averardo Seristori, qui évoque la « petite rage intérieure », en est un exemple, tout comme les lettres adressées par Marguerite Louise à son époux juste avant la séparation ou pendant les jours les plus difficiles de sa réclusion, lorsque l’argent lui manque. Le ton alors se fait direct, les masques de la rhétorique tombent, les invectives fusent, viscérales (« si vous ne changez pas d’attitude envers moi, je vous jure par ce que je hais le plus, vous, que je ferai un pacte avec le diable pour vous faire enrager et me soustraire à vos folies »)47. La voix de la princesse résonne, elle donne corps et vie à ce qui restait jusque-là figé dans l’encre et le papier. Ainsi la lettre « courroucée »48 adressée le 23 février 1673, depuis la villa du Poggio, au cardinal Bonsí, évêque de Béziers, où elle lui reproche d’avoir négocié en 1659-166049 à Paris son malheureux mariage, et d’être prévenu contre elle : « Je vois bien par la lettre que vous m’écrivez que le grand-duc vous a prévenu et que l’on tâche autant que l’on peut de me faire passer pour une folle et pour une extravagante. » Ou cette missive en français adressée à son époux, le 23 décembre précédent, où il faut démêler ce qui relève de la mauvaise foi, de la dissimulation, voire de la paranoïa, et ce qui relève de la lucidité et de la lassitude :

  • 50  Mediceo 4767. Orthographe et ponctuation modernisées.

Je me consulte depuis longtemps pour voir s’il m’est possible de le souffrir mais cela n’est pas en mon pouvoir, c’est ce qui me fait prendre une résolution qui ne vous surprendra pas quand vous ferez réflexion aux mauvais traitements que vous m’avez faits depuis près de douze ans. C’est que je vous déclare que je ne puis plus vivre avec vous. Je fais votre malheur et vous faites le mien ; je vous prie de consentir à une séparation afin de mettre ma conscience et la vôtre en repos.50

  • 51  P. Nora, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », dans L’histoire saisie par la fictio (...)
  • 52  Je cite dans la traduction de F. Liffran, Les Jardins de Boboli, Paris, Balland, 1991, p. 7.
  • 53  Le titre de la traduction réunit, dans le jardin qu’elles hantent de leur souvenir, les trois dest (...)
  • 54  Ibid., p. 11.

19Pour ce faire, il faut abandonner le récit factuel pour entrer dans celui des sentiments, il faut céder à la tentation du roman51. Rodocanachi semble tenté, certains titres de chapitres donnent à son récit un air de roman historique à la Dumas : « Les épousailles », « Première brouillerie », « Fuite de Marguerite », « Nouvelles imprudences », « Marguerite ou Margot ? ». Mais il ne franchit pas la frontière qui sépare l’historien de l’auteur de fiction. C’est à la romancière Anna Banti, passionnée par l’histoire des femmes tourmentées du passé, que revient de la franchir en 1973, avec La Camicia bruciata. Non sans réticences, dit-elle dans son préambule : quand Emilio Cecchi lui suggère d’écrire la vie de cette princesse vers 1965, elle travaille sur « une paysanne padouane du viie siècle » qu’elle juge plus passionnante que les princesses, « vertueuses ou dissolues »52. C’est toutefois un travail en archives qui la pousse à s’y attacher, comme pour Artemisia (1947), et qui la fait entrer en dialogue avec cette princesse qu’avec justesse elle dit « importée de France ». Mais alors que, pour la femme peintre, le dialogue naissait de la prétendue destruction d’un précédent travail d’historienne, pour Marguerite Louise, il naît de façon ouverte de la nécessité de la « réinventer ». L’espace nous manque pour détailler les formes et le sens de cette « réinvention » qui, significativement, commence par la fiction théâtrale – une façon de donner corps et voix, et d’installer le personnage dans le présent – pour aller vers le roman. Bornons-nous au titre. La Camicia bruciata se réfère à un épisode « réinventé » par l’écriture, celui de la première nuit de noces qui ne put avoir lieu pour cause de rougeole de Cosme. Sur cette base réelle, l’auteure imagine que Marguerite, restée seule, revêt la précieuse chemise de nuit destinée à sa nuit de noces et qu’au terme d’un rituel amoureux fantasmé avec Charles de Lorraine, elle la brûle. La scène est « regardée » en silence par un témoin réel, Madame d’Angoulême, qui ferme la porte pour que tout reste secret. L’auteure prend ainsi ses distances avec le document et avec l’histoire53, mais elle donne aussi une réalité concrète au non-dit des archives : « hystérie, nymphomanie », voilà enfin nommée, grâce à l’invention54, la « petite rage intérieure » dont parle Seristori.

Notes

1  Sainte-Beuve, Causeries du lundi, t. I, Madame Récamier, G. Antoine éd., Paris, Gallimard, 1998, p. 124.

2  Allusion à la statue antique découverte en 1651 en Arles, dite la Vénus ou la Diane d’Arles.

3  10 juillet 1675 : « Madame de Coulanges […] dit que cette princesse est très changée, et qu’elle sera effacée par Madame de Guise ; elle lui a dit qu’elle vous avait vue à Pierrelatte et qu’elle vous avait trouvée extrêmement belle […] Vous êtes cause que je l’irai voir. » Madame de Sévigné, Lettres, Paris, Didot, 1853, p. 281.

4  Madame de Sévigné, ouvr. cité, 5 juillet 1675 : « Mais à propos vous attendez mon conseil pour aller voir madame la grande-duchesse à Montélimar : […] On l’attend ici comme une espèce de Colonne et de Mazarin, pour la folie d’avoir quitté son mari après quinze ans de séjour ; […] sa prison sera rude ; mais elle croit qu’on l’adoucira. » (p. 276)

5  Saint-Simon, Mémoires, t. VII, 1721. « Mort et caractère, vie et conduite de Madame la Grande-duchesse », Paris, Gallimard, 1982, p. 812-814.

6  G. Dethan, Gaston d’Orléans, conspirateur et prince charmant, Paris, Fayard, 1959, p. 318-325.

7  S. Mamone, Paris et Florence : deux capitales du spectacle pour une reine, Marie de Médicis, Paris, Seuil, 1990.

8  Christine de Lorraine, épouse de Ferdinand Ier et Marie-Madeleine d’Autriche, épouse de Cosme II, arrière-grand-mère et grand-mère de Cosme III. A. Petrosillo, Maria Maddalena d’Austria, una figlia dell’impero nello spettacolo granducale, tesi di dottorato, Università di Firenze, 2011. Sa belle-fille, Violante de Bavière, épouse du prince Ferdinand, malgré sa stérilité, assuma un rôle public non négligeable. Nommée Gouvernante de Sienne, elle fut appréciée de la population.

9  S. Mamone, Serenissimi fratelli, principi impresari, Florence, Le Lettere, 2003, et Id., Mattias de’ Medici, « serenissimo, vero mecenate dei virtuosi », Le Lettere, 2012.

10  M. De Angelis, E. Garbero Zorzi et al. éd., Lo spettacolo meraviglioso. Il Teatro della Pergola : l’opera a Firenze, Florence, Pagliai Polistampa, 2000 ; et L’Accademia degli Immobili, proprietari del teatro della Pergola in Firenze, Inventario, M. Alberti, A. Bartoloni, I. Marcelli éd., Florence, EdiFir, 2010.

11  F. Decroisette, « I virtuosi del Cardinale da Firenze all’Europa », dans Lo spettacolo meraviglioso, ouvr. cité, p. 83-89, et Idem, « Hercules sur la scène de Florence à Paris », dans R. Abbrugiati éd., Du genre narratif à l’opéra, Toulouse, Presses du Mirail (Collection de l’E.C.R.I.T, ), 2000.

12  H. Acton, The last Medici, London, Methuen and co, 19321 (Gli ultimi Medici, Torino, Einaudi, 1962) ; G. Pieraccini, La stirpe de’ Medici di Caffagiolo. Saggio di ricerche sulla trasmissione ereditaria dei caratteri bilogici, Florence, Valecchi, 1947.

13  R. Galluzzi, Istoria del Granducato di Toscana sotto il governo della casa Medici, t. IV, Florence, G. Cambiagi, 1781. En France, M. Brion (Le siècle des Médicis, Paris, A. Michel, 1969) ou P. Antonetti (Histoire de Florence, Paris, Presses universitaires de France, 1970) semblent aussi marqués par l’idée du « dévergondage de l’épuisement » avancée par A. Dumas (Les Médicis, Paris, C. Levy, 1860). F. Diaz (Il Granducato di Toscana, I Medici, dans Storia d’Italia, Turin, Utet, 1976) parle toujours du « crépuscule d’une dynastie » et de l’« étroitesse de la culture toscane », p. 465 et suiv.

14  F. Angioloni, V. Becagli et M. Verga éd., La Toscana nell’età di Cosimo III, Florence, EdiFir, 1993, notamment l’étude de P. Malanima sur l’économie toscane, p. 338 et suiv.

15  J.-C. Waquet, Le Grand-Duché de Toscane sous les derniers Médicis. Essai sur le système des finances et la stabilité des institutions dans les anciens États italiens, Rome, École française de Rome, 1990, p. 85.

16  A. de Menou, L’Œuvre privilégiée d’un mourant.Une petite fille de Henri IV, roman historique, s. l., 1865.

17  Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, C. Bouyer éd., Paris, Librairie Fontaine, t. II, p. 172 et suiv.

18  En 1698, par exemple, elle « porta la queue de Mademoiselle », fille de Monsieur et de la Palatine, lors de son mariage avec le duc de Lorraine. Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, t. I, p. 470.

19  S. Bertière, Les femmes du Roi-Soleil, Paris, De Fallois, 1998, ne cite Marguerite-Louise qu’en détaillant le tableau de Nocret, placé en couverture.

20  M. Mancini, Les Mémoires de madame la Princesse Mancini Colonne, Grand Connétable du Royaume de Naples, Cologne, P. Marteau, 1677. Rédigées, dit-elle, à l’exemple de celles de sa sœur, Hortense, duchesse de Mazarin (même éditeur, 1675), et republiées sous le titre Apologie ou les véritables Mémoires de Madame Marie Mancini, Leyde, Van Gelder, 1678.

21  Ibid., p. 6.

22  Ibid., p. 21.

23  Sainte-Beuve, Mes poisons, p. 67-68.

24  A. Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989, p. 10-11.

25  On y trouve des nouvelles siennoises de Pietro Fortini, les « Nuits amoureuses et divertissantes des novices » et un florilège de curiosités et anecdotes sur les courtisanes italiennes du xvie siècle.

26  Le Giornale di erudizione, corrispondenza letteraria, artistica e scientifica, est organisé sous forme de questions-réponses, suivant le modèle des Notes and Queries anglaises et de l’Intermédiaire français.

27  Respectivement Ferdinando I ; Gio. Gastone, dernier grand-duc ; Cosimo III ; Francesco Maria, son frère puiné ; Ferdinando, fils de Marguerite Louise ; Eleonora dei Medici, épouse de Vincenzo Gonzaga, dont il cherche à expliquer la stérilité.

28  G. Baccini, Margherita Luisa d’Orléans, Granduchessa di Toscana. Documenti inediti, Florence, Il Giornale di erudizione, 1898, republié en 1923.

29  Élisabeth Marguerite, duchesse d’Alençon (1646-1696), épouse de Louis Joseph de Lorraine, fils du duc de Guise. La benjamine était Françoise Madeleine (1648-1664), épouse de Carlo Emanuele II de Savoie.

30  Madame de Sévigné, Mémoires, ouvr. cité, p. 555. La duchesse était aussi détestée par la Grande Mademoiselle (Saint-Simon, Mémoires, ouvr. cité, t. I, p. 278). La succession de Madame de Guise, morte sans enfants, fut cause de nombreux conflits.

31  E. Rodocanachi, Les Infortunes d’une petite-fille d’Henri IV, Marguerite d’Orléans Grande-duchesse de Toscane (1645-1721), Paris, Flammarion, 1902.

32  A. Dumas, Les Médicis, ouvr. cité, p. 57 : « La fiancée était une belle et joyeuse jeune fille […] de cette race bourbonienne ravivée par Henri IV, dont elle était la petite-fille. » Avant Rodocanachi, P. d’Estrée écrit « Une petite-fille de France sur un trône italien : Marguerite Louise d’Orléans, grande-duchesse de Toscane (d’après des documents inédits) », dans La Revue des Revues, vol. XXX, 15 août 1899, p. 417-427. Ces informations « inédites » sont tirées du récit d’un noble avignonnais qui avait accompagné Mgr de Forbin Janson, évêque de Marseille, envoyé par le roi en Toscane au printemps 1673. F. A. Duffo, Un voyage en Italie au xviie siècle, Paris, Lethielleux, 1930.

33  G. Baccini, Margherita Luisa, ouvr. cité, p. 2.

34  Lettre au marquis Salviati, mars 1699 : « Bien qu’elle s’efforce de faire croire qu’elle est contente de la vie qu’elle mène, ce ne sont que fictions […] : du reste, c’est la personne la plus inquiète et la plus mélancolique que l’on puisse voir, et elle a continûment une petite rage intérieure qui lui fait se rappeler l’engagement […] qui lui a tant coûté, et cela fait qu’elle crie avec tout le monde et qu’elle a une humeur si particulière. » Ibid., p. 89 et 237.

35  Ibid., p. 2.

36  Conventions signées le 24 décembre 1674 à la Villa de Castello : 1) ne pas sortir du couvent sans ordre exprès du roi ; 2) ne prendre personne à son service sans l’autorisation de l’abbesse de Montmartre ou de Madame du Deffand, quand elle entrera au couvent ; 3) laisser à son départ [de Florence] au prince Ferdinand, son fils, le portrait de diamants que le grand-duc lui avait donné le jour de ses noces ; 4) laisser après sa mort tous ses biens meubles et immeubles à ses enfants. Ibid., p. 47.

37  Questions faites par l’abbesse de Montmartre au roi Louis XIV et réponses de celui-ci pendant une entrevue de février 1677 : « Question : Étant donné son inclination pour les gardes du corps, le roi ne devrait-il pas interdire à ceux qui la visitent d’y aller sans ordre exprès de sa part ? Réponse : Le roi trouve cette inclination ridicule, mais il désapprouve l’expédient, car une interdiction, même discrète, ferait du bruit, ce que Sa Majesté ne veut pas, il n’y aura donc pas d’interdiction […] et bien que Sa Majesté sache ce qui se passe et les soupçons que l’on a, on ne doit pas tout croire. » Ibid., p. 104.

38  Ibid., p. 92-93.

39  Mediceo 4401, septembre 1656-décembre 1659.

40  Actes et pièces du procès, pour le grand-duc et le grand prince de Toscane, contre madame la princesse d’Epinoy, Paris, veuve A. Lambin (s. d.). Marguerite avait fait d’elle sa légataire universelle.

41  Le portrait de Suttermans est conservé au Musée de Chambéry avec celui de Vittoria della Rovere. Nous reviendrons ultérieurement sur la question des portraits de Marguerite Louise.

42  Baccini donne quelques équivalences (Cosimo : Rosso o Simone ; Margherita : Floridoro o Difesa ; Contessa di Saint Mesme : Aretusia ; Badessa di Montmartre : Tarantola ; Firenze : Maniglia).

43 26 juillet 1659, Misc. Medicea 591/2 (ex. 969).

44  « Elle s’est attiré l’attention de toute la cour […] On demeurait d’accord qu’elle avait dépassé leur attente. La Reine ne se pouvait lasser de dire qu’elle ne la croyait ni si belle ni si grande. Elle dansa […] de si bonne grâce et avec tant de majesté que l’on ne se pouvait laisser de dire : c’est une princesse accomplie. Sa modestie ne fut pas moins louée, aussi la taille fort naturelle. Enfin ma mère si vous voulez faire un portrait qui ne flatte point dites que cette princesse a tout beau. » Août 1659, ibid./3.

45  Mediceo 6265, 24 janvier 1673.

46  Ibid., 1er septembre 1673, de Brisak.

47  Misc. Medicea, 598/18, 1680, avant l’épisode La Rue.

48  Commentaire de l’archiviste sur la filza. Ibid., 21.

49  Mediceo 4661.

50  Mediceo 4767. Orthographe et ponctuation modernisées.

51  P. Nora, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », dans L’histoire saisie par la fiction, Le Débat, 165, mai-août 2011, p. 6-12.

52  Je cite dans la traduction de F. Liffran, Les Jardins de Boboli, Paris, Balland, 1991, p. 7.

53  Le titre de la traduction réunit, dans le jardin qu’elles hantent de leur souvenir, les trois destins de femmes Médicis qu’Anna Banti envisage (celui de Marguerite Louise est vu en contrepoint avec ceux de sa fille et de sa belle-fille), ce qui induit une position historienne, contre l’auteure.

54  Ibid., p. 11.

Auteur

Université Paris 8

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540