Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Deuxième partie. Italie : littérature et histoire

Il Maestro civile

Un détail signifiant des fresques du Bon Gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti dans le Palazzo Pubblico de Sienne

Michel Feuillet

Texte intégral

  • 1  La Sala dei Nove – ou Sala della Pace – du Palazzo Pubblico de Sienne est ornée d’un cycle de fres (...)

1Dans la fresque des Effets du Bon Gouvernement peinte par Ambrogio Lorenzetti vers 1338-1339 dans le Palazzo Pubblico de Sienne1, toute la société trouve sa place avec bonheur – aussi bien intra muros qu’extra muros. Dans cette représentation d’une cité idéalement gouvernée, les hommes et les femmes de toutes les conditions sont invités par l’artiste et ses commanditaires à composer un tableau de bonheur fait d’urbanité et d’harmonie sociale. Personne n’est oublié. Les Signori Nove, qui ont été les maîtres d’œuvre de ce programme iconographique – à caractère idéologique, voire propagandiste, tout au moins programmatico – ont tenu à voir figurer en ville comme à la campagne l’ensemble des membres de la civitas. Le propos était de dessiner le tableau idéal, voire utopique, d’une vie prospère et pacifique à partager entre tous. Les édiles entendaient démontrer que le Comune, dont ils avaient la charge, était en mesure de donner à chacun sa part de félicité terrestre sans discrimination – chaque individu devant néanmoins tenir son rang et apporter sa part à la collectivité.

2Dans ce paysage social à la fois rêvé et bien réel, la mixité semble s’imposer spontanément. Hommes et femmes alternent dans l’espace urbain ou campagnard. Sans procéder à un décompte exact, on constate aussitôt que les deux sexes sont présents de manière équilibrée. Dans la scène de la moisson, où trois hommes s’activent, une femme est occupée à lier les gerbes. En ville, un paysan pousse son troupeau de brebis. Il n’est pas le seul à livrer aux citadins les produits du contado : non loin de lui, deux paysannes apportent aussi leurs denrées.

3Outre le respect de la mixité, on remarque que tous les âges de la vie sont évoqués. Les deux paysannes représentent l’une la jeunesse, l’autre la vieillesse : la première, main sur la hanche, tient hardiment sur sa tête un panier bien rempli ; la seconde avance plus prudemment, serrant contre sa poitrine deux belles volailles vivantes. Sur la route qui s’éloigne de la ville, avance une petite famille. Le père et la mère vont à pied. Les précèdent deux bêtes de somme. Sur le bât de l’une d’entre elles est assis un petit enfant. La mère hâte le pas et tend les bras, prête à soutenir le petit s’il devait glisser. Toutes les générations ont l’honneur de figurer dans ce paradis terrestre qui se doit de ressembler à Sienne.

4Les nobles ne sont pas oubliés, même si la société représentée est celle d’un Comune qui s’est affranchi de la féodalité. Le chevalier qui vient de passer la porte chevauchant fièrement vers la campagne, est le représentant de la noblesse inurbata : les milices urbaines l’ont délogé de son château et l’ont contraint à s’installer en ville où il s’est mêlé à la bourgeoisie, tout en continuant à tenir son rang avec arrogance. Sur son poing ganté, il porte son fidèle faucon. On pense à Federigo degli Alberighi, personnage emblématique du Décaméron (V 9) de Boccace –œuvre postérieure de quelques années seulement (1348-1353). La chasse est l’une des dernières prérogatives aristocratiques que le seigneur entend exercer sur des terres qui désormais appartiennent au contado urbain. Une autre présence aristocratique se manifeste à l’intérieur des murs avec le spectacle d’une brillante cavalcade qui renvoie aux usages courtois. Les passants ébahis assistent à un élégant défilé nuptial. La jeune épousée, montant un cheval blanc et portant une couronne, devance son époux. La culture chevaleresque a droit de cité dans l’espace bourgeois et communal.

5Le deuxième ordre, le clergé, est présent de manière plus discrète. Un religieux, précisément un dominicain, s’apprête à passer la porte de la ville : à cheval, il vient d’un autre couvent pour rejoindre l’établissement siennois des Prêcheurs – précisément attaché à la basilique San Domenico. Le choix de cet ordre moderne et citadin n’est pas fortuit. Outre ce dominicain, le clergé n’est pas davantage représenté. Mais un symbole éminent atteste la présence spirituelle de l’Église : à gauche de la fresque, se détache sur l’horizon le campanile du Duomo.

6Les bourgeois, les maîtres de la cité, occupent une place importante. Notaires, banquiers, commerçants, ils vaquent à leurs occupations, soucieux de faire prospérer leurs affaires. L’un d’entre eux est assis à son banco. Dans son livre, il tient sa comptabilité désormais en partie double, cherchant à équilibrer les débits et les crédits – espérant que ces derniers soient excédentaires.

7La petite bourgeoisie constituée de boutiquiers et d’artisans est à l’ouvrage. On carde, on tisse, on travaille le cuir, on sale la viande, on reçoit des livraisons, on accueille la clientèle, on apporte, on emporte.

8Une classe prolétarienne est au service de la bourgeoisie. Des équipes de maçons érigent une tour : les pierres de taille sont hissées à dos d’homme jusque sur des échafaudages – bientôt mises en place par d’habiles ouvriers. Toute une hiérarchie humaine est réunie par une même dynamique d’échange et de production.

9Même si leur statut est encore lié à celui des artisans, les artistes sont implicitement présents dans le paysage urbain qu’ils ont contribué à rendre plus beau. Ici, de fines colonnettes dessinent des baies géminées qui se disposent tout au long des façades ajourées. Là, le fond d’une loggia est tapissé d’une fresque à motif géométrique. Partout, des créneaux donnent une fière allure aux demeures bourgeoises. Des édicules en encorbellement agrandissent adroitement les habitations. Grâce à leur art, peintres, sculpteurs et architectes accompagnent le développement de la cité. Quant à la musique et à la danse, elles ont droit à une présence de premier plan. Une femme chante et frappe en rythme sur son tambourin. Autour d’elle, neuf jeunes filles font une farandole. Les motifs et les couleurs de leurs robes accompagnent en contrepoint le dynamisme et la fluidité de la fraîche chorégraphie.

10Dans les champs, la représentation synoptique des quatre saisons englobe l’ensemble du cycle naturel auquel l’homme apporte sa contribution. L’homo faber est omniprésent dans la campagne dont Lorenzetti euphorise la vision. Le laboureur retourne la terre aidé de ses bœufs blancs. Le semeur distribue la semence avec générosité. Non loin de là, avec ardeur, un paysan bine la terre à l’aide de sa houe. Le temps des moissons venu, on récolte les blés dorés pour ensuite les battre en rythme au fléau. La paille, le son et le grain sont ainsi séparés. Tous ces contadini sont évoqués favorablement. Le topos du paysan rustre est absent de cette fresque : le villano n’est pas entaché de villania. Sous le gouvernement éclairé des Signori Nove, les paysans ont la part d’urbanité qui leur revient.

11Au bas de l’échelle sociale se trouve le mendiant. Il est assis au bord de la route. Sa présence ne remet pas en cause le bon gouvernement des Neuf. La cité octroie une place même pour ce pauvre hère vis-à-vis duquel les voyageurs qui vont et viennent sont appelés à se montrer généreux.

12Cette société apparaît comme un ensemble hiérarchisé. Chacun appartient à un état, à une classe. La jouvencelle et le jeune seigneur qui défilent à cheval pour de nobles épousailles se distinguent des paysannes qui apportent le produit de leur travail en quête d’un acquéreur citadin. Pour autant, tous se croisent et se rencontrent. Les échanges de tous ordres font se côtoyer les magnati, les chierici, le popolo grasso, le popolo minuto, la plebe, les foresi

13Au milieu de cette réalité plurielle et mêlée, un homme trouve sa place en toute simplicité : c’est le maestro qui enseigne dans sa petite école. Il est le représentant d’une catégorie sociale reconnaissable, mais dont on ne sait si elle dépend du clergé ou de la bourgeoisie émergente.

  • 2  L’université de Sienne – le Studium Civitatis Senensis – a été fondée en 1240.

14Lorenzetti et ses commanditaires ont tenu à situer la scuola et son maestro au cœur même de la ville. Loin d’être une aula, la salle de classe est une échoppe comme les autres, ouverte sur la rue. L’école n’a pas l’apparence solennelle que l’on attend d’un Studium2. Elle est située entre la boutique d’un cordonnier et celle d’un boucher. À gauche, on découpe le cuir, on coud, on façonne des chausses et des bottes. À droite, on prépare et débite la viande fraîche, on confectionne des salumi que l’on tranche pour satisfaire la clientèle. Une telle promiscuité n’a rien de dépréciatif. Les Signori Nove ont certainement demandé à Ambrogio une telle localisation pour signifier que les échanges – aussi bien du savoir que de biens matériels – constituent l’essence même de la vie en société. Les uns ne vont pas sans les autres – particulièrement dans une cité régie par un bon gouvernement.

Illustration 1

Illustration 1

Ambrogio Lorenzetti, Les effets du bon gouvernement (détail), Sienne, Palazzo pubblico, Sala dei Nove © 2015. Photo Scala, Florence.

15Si l’on fixe le regard sur l’école elle-même – oubliant les embarras de la rue –, on voit le visage lumineux du maestro élégamment coiffé d’un confortable bonnet (voir ill. 1). Seul son buste est visible. La cathedra, qui semble l’enchâsser, cache ses mains et la majeure partie de son corps. La perspective ne laisse pas voir le parchemin ou le livre dont il se sert pour enseigner. Le regard est intense. Le maître fixe son auditoire et lui seul. L’ouverture de la boutique laisse entrevoir le groupe serré des scolari assis au pied de la chaire professorale. Ils ont tous le visage tendu vers celui dont ils boivent les paroles. L’un d’entre eux appuie son menton sur sa main, signe de sa parfaite attention. Sur le pupitre dont chacun dispose, est placée quelque feuille. Mais l’heure n’est pas à la lecture ou à la prise de notes. Seule l’écoute compte. La fresque propose un portrait idéal de l’enseignement : le professeur se donne avec passion pour prodiguer son savoir auprès de jeunes gens avides de connaissance. L’attachement des uns aux autres est inconditionnel au nom de la doctrine transmise – spontanément conceptualisée et aussitôt acquise comme un bien propre.

16Cette scène presque irréelle n’est pas abstraite de la réalité environnante. En opérant un travelling arrière, on retrouve les voisins de l’école. Particulièrement, s’impose au regard le paysan qui achète des chausses au cordonnier. Il est tout jeune. Il porte de longs cheveux blonds. La transaction est en cours. Le garçon tient par la bride une ânesse dont le bât est vide. Les marchandises apportées en ville sont désormais vendues et le paiement chez le cordonnier peut se faire en monnaie sonnante et trébuchante. Le troc traditionnel est supplanté par le recours à l’argent dont la circulation s’intensifie dans la civilisation communale. Il est toujours question d’échanges. Un jeu de regards unit l’artisan et son client, rappelant le même lien établi entre le maître et ses élèves.

17Un détail retient l’attention : l’ânesse est accompagnée de son ânon. Le petit, qui n’est pas sevré, profite de la pause pour téter sa mère. La scène située précisément devant l’école n’est pas fortuite. Dans la tradition chrétienne, et particulièrement dans l’iconographie, la Virgolactans, la Vierge qui donne le sein à l’Enfant Jésus, est le symbole de l’Église qui nourrit ses fidèles de la vraie Foi. Le lait est l’image de la doctrine authentique. Ici, il s’agit simplement d’une ânesse qui allaite son ânon, mais la métaphore de l’enseignement comme don d’un aliment vital est patente.

18Mais sur quoi peut bien disserter le maestro ? Quel savoir prodigue-t-il à ses élèves ? Il y a tout lieu de penser qu’il parle du seul sujet pertinent en ce lieu : le bon gouvernement. La lectio qu’il développe est peinte sur le mur du fond de la Sala dei Nove. Il dit ce que dit la fresque de l’Allégorie du Bon Gouvernement. Sur le mode allégorique, comme le veut le discours scolastique, le bon maître traite de politique : il décline et définit les mots clefs qui régissent un bon gouvernement. Il construit le réseau logique qui les unit. Pour chacune de ces notions, il donne une existence humaine. Il revêt l’abstraction des atours de l’humanité, pas seulement pour rendre ces notions accessibles à son auditoire, mais surtout parce qu’elles sont vivantes à ses yeux. Avec ses paroles, les idées se font théâtre philosophique. Les concepts sont des acteurs au sens plein du terme. Des liens dialogiques relient chacune de ces personnes notionnelles.

19Chaque allégorie est définie par des attributs hérités de la tradition. Ainsi la Tempérance tient une clepsydre. Les étudiants réalisent ainsi que temperantia vient évidemment de tempus. La Justice brandit une épée ; mais la tête décapitée d’un roi posée sur ses genoux complète l’idée de manière persuasive. Concernant la Concorde, le professeur demande à ses élèves quel en serait le symbole. Devant leur mutisme, il les aide en disant que la scie du menuisier est l’attribut de la Discorde. L’auditoire est alors unanime : le rabot qui aplanit les aspérités est l’outil de Dame Concorde qui prévient les motifs de luttes factieuses.

20Son discours – comme la fresque elle-même – est rigoureusement construit : il s’articule autour de deux axes principaux avec pour protagonistes la Justice et le Comune lui-même – ce dernier étant défini par les initiales CSCV, c’est-à-dire Commune Senarum Civitas Virginis. Cette partition est signifiante : l’exécutif et le législatif sont à la fois indépendants et étroitement liés.

21Le maestro joue sur les catégories qu’il dispose avec logique. Les vertus théologales sont un trinôme parfait : au-dessus de la tête du Comune, volent trois femmes ailées qui figurent les Vertus théologales. La Foi tient contre son cœur la croix du Christ, la Charité brandit le feu de l’amour et l’Espérance s’abandonne à la vision de Dieu. Il est ainsi clairement dit que le Comune – le Bien commun – doit être éclairé par ces vertus suprêmes – dites théologales parce qu’elles se réfèrent directement à la divinité trine et une.

22Pour les Vertus cardinales qui siègent aux côtés du Comune, le magister prend la liberté d’ajouter au groupe canonique de quatre – Force, Prudence, Tempérance et Justice – deux autres Vertus. Ce sont la Paix et la Magnanimité – que l’orateur présente comme des Vertus civiques.

Illustration 2

Illustration 2

Ambrogio Lorenzetti, L’allégorie du bon gouvernement (détail de la Paix), Sienne, Palazzo pubblico, Sala dei Nove © 2015. Photo Scala, Florence.

23Le bon professeur abandonne son flegme doctoral quand il évoque les charmes de la Paix, lascivement étendue sur l’extrémité de la pedana (voir ill. 2). Son vêtement, qu’aucune ceinture ne maintient, laisse entrevoir une beauté généreuse suggérant sérénité et bonheur. Sans les trophées qu’elle foule à ses pieds, on oublierait que la Paix s’impose aussi par la force. La place occupée par la Paix, au centre de la fresque comme au cœur de la leçon, constitue un troisième axe primordial. La Sala dei Nove est ainsi devenue pour beaucoup la Sala della Pace.

24Le nombre « deux » est également à l’honneur avec les plateaux de la balance soutenue par la Sagesse divine et maintenue en équilibre par la Justice. La dialectique professorale aime à opposer pour mieux égaliser les contraires qui s’avèrent complémentaires. Sur chacun des plateaux est posé un ange. L’un représente la Justice distributiva qui couronne l’homme méritant et décapite l’homme coupable. L’autre représente la Justice commutativa qui confie au nom du bien commun un coffre rempli d’or à un marchand et une épée à un chevalier – pour qu’ils en fassent un bon usage.

25L’étymologie est convoquée non pour une érudition savante mais pour signifier davantage. Mais une référence philologique peut s’avérer complaisante – voire erronée. Le maître fait ainsi dériver concordia de cum et de chorda, ce qui l’autorise à figurer deux cordes qui garantissent l’équilibre entre les plateaux de la Justice. Ces cordes réunies et tressées passent ensuite entre les mains des Signori Ventiquattro avant de rejoindre le sceptre du Comune. Les cordes de la Concorde sont une garantie démocratique, tenue par une assemblée plus large de citoyens, un frein à tout abus de pouvoir de la part de l’exécutif.

26Légitimement, on peut s’interroger sur la langue à laquelle a recours le professeur. Si l’on s’en tient aux didascalies de l’allégorie, c’est du latin qu’il s’agit : Sapientia, Diligite Iustitiam qui iudicatis terram, etc. Le discours de l’Université, comme celui de l’Église, est resté fidèle à la langue de la Rome antique. On n’imagine pas le magister se référer autrement qu’en latin aux textes sacrés. On peut imaginer que, pour évoquer la représentation du Comune en vieillard barbu et chenu trônant avec assurance, le magister s’est référé à la versio vulgata de la Bible en disant : Antiquus dierum sedit vestimentum eius quasi nix candidum et capilli capitis eius quasi lana munda… Mais il est aussitôt précisé que le vêtement blanc immaculé de l’Ancien des jours devient blanc et noir pour figurer le Commune Senarum : il a les deux couleurs de la balzana, les armoiries de la ville. C’est là que commence dans l’exposé doctoral du maître un excursus sur les origines de Sienne. En latin évidemment, l’orateur convoque le mythe fondateur de la cité. Est relatée la fuite des fils de Remus, Senius et Aschius, devant la folie meurtrière de leur oncle Romulus. Leur chevauchée vers le nord sur un cheval blanc et un cheval noir vient expliquer le blason bicolore de la ville que les deux frères ont fondée et à laquelle l’aîné a donné son nom.

27La didascalie périphérique – c’est-à-dire les textes écrits sur la bordure de la fresque ou consignés dans des cartouches – est en revanche écrite en langue vulgaire, ce toscano illustre auquel les poètes ont donné ses lettres de noblesse. Il y a donc lieu de croire que le professeur, qui en fin lettré est en mesure de poetare en toscan, émaille son cours de passages volgari. Il se plaît à faire prononcer à Securitas ces vers :

Senza paura ogn’uom franco camini
e lavorando semini ciascuno
mentre che tal Comuno
manterrà questa donna in signoria
che l’a levata a’ rei ogni balia.

28Le maestro peut être dit civile à plus d’un titre. Le thème de son propos est la cité. La dignité de son discours et son implication dans la société permettent de lui attribuer la civiltà, à savoir la qualité de celui qui est digne d’être citoyen au plein sens du terme.

29Nous ne connaissons pas l’identité de ce maestro civile. Mais nous sommes enclins à l’identifier à Ambrogio Lorenzetti lui-même. Inspiré par ses commanditaires, politiques et politologues, le peintre a pris ses pinceaux pour disserter au plus haut niveau sur le bien et le mal en politique, sur le bien et le mal en termes de vie au sein de la polis. Peignant à fresque sur les murs de la Sala dei Nove, Ambrogio, en plus du camice de peintre, a aussi revêtu la toge professorale. Il s’est assis à la chaire du Studium Civitatis Senensis et s’est pris à philosopher. À philosopher et à rêver d’une cité idéale.

Bibliographie

Argan Giulio Carlo, 1968, « Pietro e Ambrogio Lorenzetti », dans Storia dell’arte italiana (Trecento), vol. II, Firenze, Sansoni, p. 29-38.

Borsook Ève, 1966, Ambrogio Lorenzetti, Firenze, Sansoni.

Cairola Aldo, 1979, Simone Martini e Ambrogio Lorenzetti nel Palazzo Pubblico di Siena, Firenze, IFI.

Cairola Aldo, Carli Enzo, 1963, Il Palazzo Pubblico di Siena, Roma, Editalia.

Carli Enzo, 1975, « La pace nella pittura senese », dans La pace nel pensiero, nella politica, negli ideali del Trecento, Todi, Accademia Tudertina, Centro di Studi sulla spiritualità medievale, p. 225-242.

Donato Maria Monica, 1995, « La bellissima inventiva : immagini e idee nella Sala della Pace », dans Ambrogio Lorenzetti. Il Buon Governo, E. Castelnuovo éd., Milano, Electa, p. 23-379.

Feuillet Michel, 2006, « Les fresques d’Ambrogio Lorenzetti dans le Palazzo Pubblico de Sienne. Une mise en image de la dialectique ville/campagne à la fin du Moyen Âge », dans Ville habitée, ville fantasmée, Actes du colloque « La ville dans et hors les murs », Mulhouse, 28-29 novembre 2003, Paris, L’Harmattan, p. 79-90.

Frugoni Chiara, 1979, « Il Governo dei Nove a Siena e il loro credo politico nell’affresco di Ambrogio Lorenzetti », Quaderni Medievali, 7, p. 14-42 et 8, p. 71-103.

— 1983, Una lontana città : sentimenti e immagini nel Medioevo, Torino, Einaudi.

— 1988, Pietro e Ambrogio Lorenzetti, Firenze, Scala.

Meoni Maria Luisa, 2001, Utopia e realtà nel Buongoverno di Ambrogio Lorenzetti, Firenze, IFI.

Riklin Alois, 1996, La Summa Politica di Ambrogio Lorenzetti, A. Scarpelli éd., Siena-Locarno, Betti-Dadò.

Rowley George, 1958, Ambrogio Lorenzetti, Princeton, Princeton University Press.

Rubinstein Nicolai, 1958, « Political ideas in sienese art : the frescoes by Ambrogio Lorenzetti and Taddeo di Bartolo in the Palazzo Pubblico », Journal of the Warburg Institutes, 21, p. 179-207.

Skinner Quentin, 1986, « Ambrogio Lorenzetti : the artist as political philosopher », Proceedings of the British Academy, 72, p. 1-56.

Starn Randolph, 1996, Ambrogio Lorenzetti, Palazzo Pubblico a Siena, Torino, SEI.

Notes

1  La Sala dei Nove – ou Sala della Pace – du Palazzo Pubblico de Sienne est ornée d’un cycle de fresques. Le thème en est politique : il est question du Bon Gouvernement et du Mauvais Gouvernement selon un jeu d’opposition dialectique. Le discours iconographique se dédouble encore avec, d’une part, une évocation sous la forme d’une Allégorie pour chacun de ces deux gouvernements antagonistes et avec, d’autre part, une présentation plus concrète des Effets à nouveau pour chacun des gouvernements opposés. Les quatre parties occupent trois murs, la paroi des fenêtres n’étant pas tapissée de fresques figuratives. C’est ainsi que le Bon Gouvernement se développe sur deux murs – l’Allégorie sur le mur du fond et les Effets sur le mur latéral gauche en regardant les fenêtres. Le Mauvais Gouvernement – Allégorie et Effets – se dispose par moitiés sur l’autre mur latéral.

2  L’université de Sienne – le Studium Civitatis Senensis – a été fondée en 1240.

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Légende Ambrogio Lorenzetti, Les effets du bon gouvernement (détail), Sienne, Palazzo pubblico, Sala dei Nove © 2015. Photo Scala, Florence.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 2
Légende Ambrogio Lorenzetti, L’allégorie du bon gouvernement (détail de la Paix), Sienne, Palazzo pubblico, Sala dei Nove © 2015. Photo Scala, Florence.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540