Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Deuxième partie. Italie : littérature et histoire

Brunetto Latini. Il Favolello

Sylvain Trousselard

Texte intégral

  • 1  Giovanni Villani le cite à trois reprises dans sa Chronique. Il annonce d’ailleurs l’année de sa d (...)

1Brunetto Latini1 (vers 1220-1294), notaire, philosophe et homme de Lettres, fut très impliqué dans la vie publique de Florence pour laquelle il occupa de très nombreux postes de premier plan, parmi lesquels ses nombreuses ambassades, sa charge de chancelier à partir de 1272 et son priorat en 1287. Il fut également sollicité régulièrement pour des missions diplomatiques importantes, notamment lors de la signature de plusieurs traités de paix avec Gênes, Lucques et Pise. Son Favolello est une œuvre fort secondaire, car l’auteur reste essentiellement connu pour son Livre dou Tresor où il présente explicitement l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, puis pour sa Rettorica, directement issue de l’œuvre cicéronienne dont il reprend largement les éléments et, enfin, son Tesoretto, poème resté inachevé et annonçant son œuvre majeure.

  • 2  v. 1-7 : Forse lo spron ti move / che di scritte ti pruove / di far difensa e scudo ; / ma se’ del (...)

2Le Favolello est un poème de 162 vers construit à partir d’une mise en garde initiale2 où le poète, qui se nomme au v. 159 (e quel tuo di Latino), pose les circonstances à un propos consacré à l’amitié. Le manque de raison (ragione, v. 6) et de jugement (drittura, v. 7) constitue les éléments déclencheurs de la démonstration. La solution proposée par le locuteur-poète est la droite bienveillance en amitié (dritta benvoglienza, v. 9) à son tour justifiée (riceve crescenza d’amore ogni fiata, v. 10-11) et illustrée (lunga dimorata […] non mette oscuritate in verace amistate, v. 12-16).

  • 3  Nous faisons évidemment référence au Lysis de Platon, à l’Éthique à Nicomaque transmis directement (...)
  • 4  B. da Signa, De Amicitia, S. Nathan, Rome, Società filologica romana, 1909, 90 p.
  • 5  Ibid., p. 38-40.
  • 6  B. da Signa, ouvr. cité, p. 38.
  • 7  v. 88-94 : « Ond’io n’ho presa un’arte : / che, come la fornace / prova l’oro verace, / e la nave (...)
  • 8  v. 117-122 : « Ma l’amico di fatto / è teco a ogne patto, / e persona ed avere / puo’ tutto tuo te (...)
  • 9  v. 131-134 : « ch’amico di parole / mi serve quando vole / e non ha fermamento / se non come lo ve (...)

3À travers la démonstration, le Favolello établit une typologie de l’amitié, s’articulant essentiellement autour des déconvenues rencontrées, passant du simple oubli dû à un éloignement fortuit ou voulu, à la rupture à propos de laquelle le poète-locuteur énumère un certain nombre de circonstances, de causes et d’effets. Tous ces éléments sont le fruit d’amitiés de natures différentes dont les effets ne peuvent, eux aussi, que différer. De ce point de vue, il est intéressant de souligner une filiation directe avec l’ensemble des traités antiques, très connus au Moyen Âge, que nous retrouvons en filigrane, notamment à travers les vertus qui caractérisent la véritable amitié3. Dans le cas du Favolello, les éléments intertextuels sont plus clairement établis et ne font pas l’objet de discussion puisque Latini reprend à la lettre un certain nombre de caractères exposés par Boncompagno da Signa dans son Amicitia4. Dans son édition de 1909, Sarina Nathan a établi un tableau de correspondance de la typologie de l’amitié proposée par Latini avec le traité de son prédécesseur5. La similitude est flagrante et suit le schéma classique médiéval consistant à s’inspirer des œuvres antérieures pour s’inscrire dans un sillage, une tradition, l’imitation étant considérée comme une vertu. Brunetto Latini reprend de manière ordonnée la démonstration proposée par Boncompagno à quelques rares exceptions. Le poète réduit par ailleurs à 11 les 24 types d’amitié développés par son modèle et n’en altère que fort légèrement l’organisation, comme nous venons de le souligner. Il faut préciser, par ailleurs, la position de la véritable amitié que Latini situe en conclusion contrairement à son modèle6. Les altérations qu’il opère sur le texte d’arrière-plan concernent la métaphore de l’or et du navire7, la référence à l’ami de fait8 et, enfin, l’ami « tout en paroles »9.

  • 10  Pour une analyse spécifique de l’amitié et du Favolello, nous renvoyons à l’article de P. Gasparin (...)

4Ce choix n’est pas anodin si on considère l’objectif recherché par l’auteur. En effet, Brunetto Latini destine son texte à Rustico di Filippo, faisant de son poème épistolaire l’occasion de saluer les qualités littéraires d’un autre poète. La dédicace prend ainsi une tout autre valeur, car l’ensemble du texte se chargera aussitôt d’une fonction spécifique.10

  • 11  Pallamidesse apparaît, en 1260, comme « gonfalonerius balistariorum » pour le quartier de Porta Du (...)
  • 12  R. Filippi, Sonetti satirici e giocosi, S. Buzzetti Gallarati éd., Rome, Carocci, 2005.
  • 13  Id., Sonetti amorosi e tenzone, S. Buzzetti Gallarati éd., Rome, Carocci, 2009.
  • 14  P. V. Mengaldo éd., Rustico Filippi, Sonetti, Milan, Einaudi, 1971, p. 10.
  • 15  Cicéron, L’amitié, texte établi et traduit par F. Combès, Paris, Les Belles Lettres, 2011, VIII, 2 (...)

5Trois aspects sont essentiels dans la dédicace : elle est située à la fin du texte comme conclusion et inscrite à la suite d’une démonstration. L’intervention d’un tiers, Pallamidesse di Bellindote del Perfetto11 (« ché ’l buon Palamidesso / mi dice, ed ho creduto », v. 154-155), constitue la caution nécessaire et l’intermédiaire pour atteindre le dédicataire. Enfin, le dédicataire (« Or, che ch’i’ penso o dico, / a te mi torno, amico / Rustico di Filippo, / di cui faccio mi’ ceppo ». v. 135-138) est un auteur classé parmi les mineurs. À ce titre, il est important de souligner la place du dédicataire dans le panorama littéraire italien du xiiie siècle. Rustico Filippi est auteur d’un corpus parfaitement bipartite composé de 29 sonnets comiques12 et de 29 sonnets courtois13 classés dans la veine de l’école sicilienne du centre. Il est surtout connu pour sa production comique et présenté par la critique comme le père fondateur du mouvement en Italie14. Concernant ce poème, c’est le choix de cet auteur qui pose problème : est-ce pour ses qualités littéraires stricto sensu ou pour sa qualité de gibelin que Brunetto Latini choisit de lui dédicacer son poème ? Les qualités poétiques de Rustico Filippi ne font aucun doute, mais il est évident que la position d’exilé de l’auteur guelfe aura pu conditionner ce choix. Par sa dédicace, il tenterait de se placer sous la protection d’un ami pour tenter de renverser la situation dans laquelle il se trouve après la victoire écrasante des gibelins à Montaperti en 1260. Cette période précède son retour à Florence, qui se produira après la victoire guelfe de Bénévent en 1266 grâce à l’intervention de Charles d’Anjou. Ce n’est qu’à partir de ce moment que Brunetto Latini retrouvera une activité politique intense en occupant divers postes de premier plan au sein de la République enfin rétablie. Nous ignorons si cette dédicace aura aidé Latini, nous savons qu’il restera en France suffisamment longtemps pour séjourner à Montpellier, Arras, Bar-sur-Aube et Paris, où il exerça d’ailleurs son métier de notaire. La situation dans laquelle se trouve le poète exilé n’est pas sans rappeler le traité cicéronien et son questionnement sur la nature de l’amitié – « […] le problème essentiel est de savoir si ce sont la faiblesse et le besoin qui poussent l’homme à rechercher l’amitié, l’espoir qu’un échange de services rendus et reçus lui permettra d’obtenir d’autrui, puis de lui rendre à son tour, ce qu’il serait incapable d’obtenir à lui seul, ou bien si ce n’est pas plutôt là une simple propriété de l’amitié dont la cause est ailleurs, plus profonde, plus belle, issue directement de la nature même. Car l’amour, qui donne à l’amitié son nom, est le premier élan qui pousse à la sympathie »15 –, même si nous savons que la filiation directe et explicite du texte de Brunetto Latini reste le traité sur l’amitié de Boncompagno da Signa.

  • 16  Il Tesoretto, v. 135-179. Le choix du lieu de passage est fort intéressant et en rien anodin. Brun (...)

6Tous ces travers dénoncés dans la relation d’amitié ont pour objectif de renforcer l’idée de la véritable amitié par un effet de miroir des contraires, comme s’il s’agissait de proposer, de manière suggestive, un modèle nouveau pour une société florentine déchirée et meurtrie par ses luttes intestines entre guelfes et gibelins (on peut rappeler à ce titre le prétexte littéraire utilisé comme histoire-cadre dans le Tesoretto, à savoir l’exil du poète annoncé par un clerc alors qu’il est sur la route de retour d’une ambassade effectuée auprès du roi Alphonse d’Aragon)16. L’amitié, en tant que modalité de relation interpersonnelle, essentiellement politique, se pose ainsi comme l’élément d’analyse du groupe, ici réduit à son plus petit dénominateur commun, celle illustrée par le locuteur et son destinataire.

  • 17  Cicéron, ouvr. cité : « Bien sûr la passion s’affermit quand un service a été rendu, quand le dévo (...)

7La dédicace pose également le problème de sa fonction même par rapport à l’argumentation développée : le poète s’adresse-t-il à un véritable ami qu’il appelle à l’aide ou choisit-il de s’adresser à un poète de sa connaissance, inscrivant de facto sa démarche dans une perspective différente ? Aussi s’agirait-il d’entendre cette amitié énoncée comme la manifestation d’une utilité, comme si la relation, ou plutôt la prétendue relation, devait revêtir un rôle spécifique face aux circonstances personnelles du poète, permettant d’annuler la condamnation à l’exil dont le poète fait l’objet. Dans cette perspective, l’amitié relèverait d’une situation factuelle et ne pourrait plus, comme le précise Cicéron, relever de la passion animant deux êtres. L’affection réciproque ne sera alors augmentée et nourrie que par la manifestation du dévouement que chacun portera à l’autre17.

  • 18  Ibid., IX, 29 : Mais soutenir qu’elle provient de la faiblesse, du désir d’avoir quelqu’un qui nou (...)
  • 19  B. da Signa, ouvr. cité, p. 35.

8Latini ferait-il donc partie de cette catégorie d’amis qui « saettano istrali, e dano grande lode / quando l’amico l’ode » (v. 49-50) ? On reconnaît la position ambiguë et problématique du guelfe s’adressant au gibelin en lui dédicaçant son poème si on replace cet épisode dans le cadre des luttes fratricides qui ont animé les Comuni du centre de l’Italie pendant toute cette période. Mais qu’en est-il de la véritable amitié ? Latini s’adresse-t-il vraiment à l’ami poète qu’il respecte et dont il reconnaît les qualités littéraires ou alors opère-t-il un choix stratégique dans l’optique d’un retour plus rapide dans sa ville18. De la même manière, on ne peut que se rappeler cette situation face à cet « amico m’abatto / che m’ama pur a patto / e serve buonamente, / se vede apertamente / com’io riserva lui / d’altretanto o de plui » (v. 57-62). Cet exemple se charge-t-il d’un sens particulier face au destinataire ? Latini tenterait-il de rappeler à Rustico Filippi qu’il l’a aidé, soutenu ou encore qu’il a placé sa relation amicale au-delà des divergences politiques qui les caractérisent puisque entre guelfes et gibelins, les clivages étaient particulièrement violents et les victoires militaires d’un camp sur l’autre provoquaient régulièrement l’exil des perdants ? Les règlements de compte étaient donc monnaie courante et constituaient presque une règle établie. Cette perspective doit, semble-t-il, être fort nuancée pour ne pas interpréter le poème de Latini comme « una lettera di rimprovero all’amico Rustico di Filippo che lo ha dimenticato »19. Rien, dans le poème, ne nous permet d’établir le ton de reproche avancé par Sarina Nathan ; il s’agirait davantage d’un rappel à une amitié « réelle », existante, éprouvée et durable, justifiant les références énoncées par Latini comme une captatio benevolentiæ.

9Un autre caractère pousse à la réflexion lorsque le poète fait référence à la Fortune :

Così ho posto cura
ch’amico di ventura
come rota si gira,
ch’ello pur guarda e mira
come Ventura corre :
e se mi vede porre
in glorïoso stato,
servemi di buon grato ;
ma se cado in angosce,
già non mi riconosce. (v. 71-80)

10L’objectif recherché serait-il de démontrer que le poète ne fait pas partie de ce genre d’ami oublieux, ou alors suggérerait-il à son dédicataire de ne pas l’oublier malgré la situation politique ? La référence à la Fortune est ici capitale, car elle résume à elle seule la soumission qu’elle impose à tout individu. En effet, la Fortune demeure, dans l’esprit et la culture du Moyen Âge, l’expression du bouleversement possible auquel chacun est soumis. La référence vaut à la fois de manière positive et négative ; son évocation est, de cette manière, l’illustration du changement de condition des deux personnages, l’auteur et son destinataire, chacun placé à une extrémité différente de la roue qui a tourné.

  • 20  S. Buzzetti, ouvr. cité, sonetto XIII, p. 145-154.
  • 21  La quasi totalité des sonnets comiques de Rustico Filippi s’adresse à des personnages dont on igno (...)
  • 22  Certaines hypothèses concernant Rustico Filippi et d’autres concernant des personnages évoqués dan (...)

11Les exemples apportés par Brunetto Latini forment ainsi un ensemble intéressant car certains d’entre eux peuvent s’appliquer tantôt au poète, tantôt à son dédicataire, voire aux deux selon le point de vue qui sera adopté. L’image du jongleur par exemple, constituerait-elle une référence à la production giocosa de Rustico ? (« Certo l’amico avaro, / come lo giocolaro, / mi loda grandemente / quando di ben sente ; / ma quando no lli dono, / portami laido sono », v. 95-100). L’hypocrisie non voilée qui est dénoncée et le recours à la métaphore de l’abeille (« e come l’ape in seno / mi dà mele e veleno », v. 103-104) feraient-ils référence aux portraits, aux invectives dont le dédicataire est l’auteur ? Nous pouvons penser au Messer Iacopo comare20 par exemple, et à toute cette galerie de personnages qui finit par se constituer dans le corpus comique de Rustico Filippi. Il est vrai que ses invectives ad hominem sont d’une rare violence et les dénonciations qu’elles constituent peuvent en cela représenter un intérêt réel pour Latini21. Il demeure cependant très difficile de déterminer ce que le poète attend de son dédicataire, puisque nous ne disposons d’aucun élément historique concernant Rustico Filippi22. Ce dernier n’ayant occupé aucune charge publique significative au sein de la République florentine, nous ne pouvons qu’imaginer l’impact d’une intervention de sa part. L’intercession du poète comique ne peut donc que rester une hypothèse de la part du critique, et il semble plus probable que Brunetto Latini s’adresse à lui pour saluer un ami, un poète qu’il estime afin de le solliciter dans le but de changer sa situation d’exilé.

12Pour en venir à la traduction proprement dite, elle reste, et restera, discutable en bien des points. C’est l’écueil de ce type d’exercice, comme chacun sait. Cela étant, il m’a semblé essentiel de proposer au lecteur un poème en octosyllabes, reprenant de cette manière le mètre du récit, celui de l’épopée en l’occurrence, pour l’associer à la missive de Latini et, surtout, à la démonstration qu’il soumet à son dédicataire. L’alternance rhétorique du poème italien trouve alors une nouvelle unité et une régularité rythmiques dont l’objectif est d’en faciliter la lecture. Cet objectif demeure strictement lié au poème lui-même si on le considère comme le résumé, la synthèse du traité de Boncompagno :

  • 23  B. da Signa, ouvr. cité, p. 37.

Mentre Boncompagno per descrivere le ventiquattro specie di amici falsi e veri, delinea i suoi tipi più che altro negli esempj, e soltanto come preludio fissa in poche parole i caratteri fondamentali dell’amico. Brunetto traduce soltanto queste definizioni iniziali, e nel volgere in settenari italiani il latino conciso del suo modello, alle volte contorce ed oscura il senso, alle volte diluisce e rende tedioso quello che nell’originale è di grande efficacia.23

13La forme poétique choisie par l’auteur rend la lecture difficile en bien des points si l’on considère les structures elliptiques propres à la poésie. La concentration sémantique est palpable pour le lecteur, mais on sait que Latini s’adresse à un poète : ne s’agit-il pas là d’un choix initial afin de se mesurer au destinataire de son texte ? Latini est un vulgarisateur et un grand intellectuel de son temps : les liens intellectuels et littéraires correspondent ainsi à un cadre qu’il se fixe. Je prendrai quelques vers afin d’illustrer mes choix de traduction. Au vers 48, par exemple, istrali, prosthèse de strale, pose problème dans la compréhension du texte si on se réfère au GDLI où l’on trouve, à propos de ce passage d’ailleurs, les sens de battuta mordace et motto pungente. Or les deux vers suivants semblent en complète contradiction (e dànno gran lode / quand l’amico l’ode) ; le sens est donc positif et s’oppose à ce qui précède. Cependant, dans le GDLI, on relève que le sens peut également être positif et signifier stimolo, fonte di seduzione ; rien ne semble donc résolu. J’ai opté pour la même métaphore en français en restant étroitement lié au texte source : « che saettano istrali » [qui décochent ainsi leurs flèches], afin de maintenir une métaphore identique. Pour ma part, je ne suis pas convaincu qu’il faille faire coïncider ce vers avec les deux suivants, car la conjonction e peut revêtir un sens d’opposition, créant de cette manière un fort contraste révélant la capacité de ce type d’ami capable, à la fois, de violence verbale et de louange. De ce point de vue, il serait d’ailleurs aisé d’établir un parallèle avec le dédicataire, auteur d’une œuvre parfaitement bipartite entre sonnets comiques et sonnets courtois. Plus succinctement, certains sens ont changé et peuvent altérer la compréhension pour le lecteur.

14Pour ma part, je ne suis pas enclin à « moderniser » certaines formes verbales afin de les rendre immédiatement explicites pour le lecteur. Le texte reste avant tout un texte médiéval et doit conserver cette « patine », si je puis me permettre. La traduction est déjà, en soi, une réécriture et retranscrire le texte dans un français trop contemporain pourrait en faire perdre la saveur et les enjeux réels. Au vers 95, par exemple, j’ai traduit avaro par « avare », qui fait référence à l’avarice, c’est-à-dire la cupidité, un des sept péchés capitaux. La signification courante de « pingre » est évidemment à exclure s’agissant d’un texte médiéval. Les vers 88-89 également, « come la fornace / prova l’oro verace », où prova a le sens de mettre à l’épreuve, traduit par « éprouver ». Un problème se pose au v. 149 avec la traduction du mot rime, signifiant « poème » en italien mais impossible à traduire par « rimes » en français car le mot désigne, avant tout, la forme phonique et rythmique de la fin du vers en poésie. Le sens serait dès lors altéré pour un public non italianisant. J’ai donc opté pour « vers » afin de rester dans un entre-deux acceptable pour la compréhension et respecter la forme métrique adoptée. Au vers 153 enfin (del tuo trovato), la référence au trovatore est dans ce cas très explicite. La traduction se révèle dès lors fort aisée et il s’agira là de traduire par poème, puisque aucune traduction calquée sur l’italien n’est possible.

15Il reste enfin, pour ce qui est de la traduction, de donner, autant que faire se peut, une saveur nouvelle, un souffle nouveau pour que le texte ancien acquière une vie nouvelle pour un lecteur moderne. La traduction, par les choix qu’elle soumet au lecteur, ne constitue qu’un éclairage, une tentative, une épreuve que le temps finira par détruire. Il s’agira alors de renouveler cet exercice pour redonner les éléments nécessaires à une lecture adaptée à la sensibilité elle aussi renouvelée.

Annexes

Il Favolello*

1 Forse lo spron ti move L’éperon, peut-être, te pousse
che di scritte ti pruove à tenter par tes écrits de
di far difensa e scudo ; faire défense et bouclier ;
ma se’ del tutto niudo, mais tu es complètement nu,
5 ché tua difensïone car toute ta protection est
somente di ragione, bien trop dépourvue de raison,
e fàllati drittura : et il te manque jugement1.
ch’una propia natura Parce qu’a sa propre nature
ha dritta benvoglienza, la véritable2 bienveillance,
10 che riceve crescenza elle reçoit pleine croissance
d’amore ogni fïata ; par amour et à chaque fois
e lunga dimorata et la très longue demeurance
né paese lontano pas même en lointaine contrée,
di monte né di piano dans les montagnes et les plaines,
15 non mette oscuritate ne plonge dans l’obscurité
in verace amistate. la véritable amitié.
Dunque pecca e disvia Il pêche donc et il dévie
chi bono amico obria, qui son bon ami oubliera,
ché’ntra li buoni amici car parmi les très bons amis
20 son li diritti ofici se trouvent les bons droits offices,
volere e non volere et vouloir et ne pas vouloir
ciascuno, e atenere, et l’un et l’autre, et retenir
quello che l’altro vuole ce que l’autre a pour son désir
in fatto ed in parole. et dans ses actes et dans ses mots.
25 Questa amistà è certa, Cette amitié est bien certaine
ma de la sua coverta c’est de son manteau revêtu
va alcuno amantato qu’icelui déambulera
come rame indorato. comme le cuivre tout doré.
Così in molte guise Et en de nombreuses manières
30 son l’amistà divise, sont les amitiés brisées,
perché la gente invizia parce que les gens pervertissent
la verace amicizia : la véritable amitié :
ch’amico che maggiore l’ami qui au-dessus veut être
vuol essere a tutt’ore, à chaque instant et à toute heure,
35 parte come leone ; partage autant que le lion ;
amor bassa e dispone, amour il abaisse et rend vil,
perché in fin’ amanza en effet dans le fin amour
non cape maggioranza. supériorité ne peut être.
Dunque riceve inganno, Il reçoit ainsi trahison,
40 non certo sanza danno, Certes, pas sans un préjudice,
l’amico, ciò mi pare, l’ami, ainsi me semble-t-il,
ch’è di minore affare, qui de condition est plus humble,
ch’ama veracemente qui aime véritablement
e serve lungiamente, et sert aussi très longuement,
45 donde si membra rado et dont se souviendra très peu
quelli ch’è in alto grado. celui qui lui est supérieur.
Ben sono amici tali On trouve aussi certains amis
che saettano istrali, qui décochent ainsi leurs flèches,
e dànno grande lode et donnent de grandes louanges
50 quando l’amico l’ode, quand un ami peut les entendre,
ma null’altro piacere mais jamais nul autre plaisir
si può di loro avere. on ne peut avoir de leur part.
Così fa l’ausignuolo : Ainsi chante le rossignol :
serve del verso solo, il sert uniquement son chant,
55 ma già d’altro mistero mais pour tout autre ministère
sai che non vale guero. tu comprends bien qu’il ne vaut guère.
In amico m’abatto Là, je trouve encore un ami
che m’ama pur a patto qui m’aime aussi sous condition
e serve buonamente, et qui me sert loyalement,
60 se vede apertamente s’il s’aperçoit très clairement
com’io riserva lui comment je le sers en retour
d’altretanto o de plui. autant que lui ou même plus
Altretal ti redico Cet autre ami je dis encore
de lo ritroso amico, celui qui est récalcitrant,
65 ched a la comincianza lui-même qui au tout début,
mostra grande’ bondanza, démontre très grande abondance,
poi a poco a poco alenta, puis peu à peu il ralentit,
tanto che aneenta, à tel point que s’anéantit
e in detto ed in fatto à la fois son dire et son faire
70 già non aserva patto. et aucun pacte il ne respecte.
Così ho posto cura Aussi j’ai pu remarquer que
ch’amico di ventura cet ami placé par Fortune,
come rota si gira, comme la roue qui va tourner,
ch’ello pur guarda e mira qui voit et qui observe aussi
75 come Ventura corre : comment prend son cours la Fortune :
e se mi vede porre et s’il me voit alors placé
in glorïoso stato, en très glorieuse position,
servemi di buon grato ; me sert alors plein de bon gré ;
ma se cado in angosce, mais si dans le malheur je sombre,
80 già non mi riconosce. alors ne me reconnaît plus.
Così face l’augello C’est ainsi que l’oiseau procède
ch’al tempo dolce e bello qui dans les temps bien doux et beaux
con noi gaio dimora avec nous guilleret demeure
e canta ciascun’ora ; et chante chacune des heures ;
85 ma quando vie’la ghiaccia, mais quand il voit venir la glace,
che non par che li piaccia, qui, semble-t-il, ne lui plaît pas,
da noi fugge e diparte. de nous il fuit et disparaît.
Ond’io n’ho presa un’arte : De là j’en ai pris une science :
che, come la fornace et, comme le fait le fourneau
90 prova l’oro verace, qui éprouve l’or véritable,
e la nave lo mare, comme la mer pour le bateau,
così le cose amare ainsi les choses bien amères
mostran veracemente démontrent véritablement
chi ama lealmente. qui aime très loyalement.
95 Certo l’amico avaro, Certes l’ami qui est avare,
come lo giocolaro, comme peut l’être le jongleur,
mi loda grandemente me loue toujours très grandement
quando di me ben sente ; quand chez moi il voit bénéfice ;
ma quando no lli dono, mais quand je ne lui fais pas dons,
100 portami laido sòno. il me joue de très vilains sons.
Questi davante m’unge, Celui-ci par devant me oint,
ma di dietro mi punge, mais par derrière il me poignarde,
e come l’ape in seno comme l’abeille sur le sein
mi dà mele e veleno. il me donne miel et venin.
105 E l’amico di vetro Et cet ami fait tout de verre
l’amor getta di dietro rejette l’amour en arrière
per poco afendimento, dès la toute première offense,
e pur per pensamento et pour un simple égarement
si parte e rompe tutto tout se brise et tout se détruit
110 come lo vetro rotto. tout comme le verre rompu.
E l’amico di ferro Et cet ami fait tout de fer
ma’non dice « Diserro » jamais ne dit « je lâche prise »
infin che può trappare ; tant qu’il pourra manigancer
ma el no vorria dare mais il ne voudrait pas donner
115 di molte erbe una cima : de toute son herbe une pointe :
natur’ è de la lima. c’est une lime par nature.
Ma l’amico di fatto Mais l’ami de fait et le vrai
è teco a ogne patto, est près de toi en toute chose,
e persona ed avere et ta personne et tout ton bien
120 puo’ tutto tuo tenere, il peut très bien avoir la garde,
ché nel bene e nel male car dans le bonheur et l’épreuve
lo troverai leale : tu le trouveras très loyal :
e se fallir ti vede, et si tomber il t’aperçoit,
unque non se ne ride, au grand jamais il ne rira,
125 ma te stesso riprende mais au contraire il te relève
e d’altrui ti difende : et il te défend face aux autres :
se fai cosa valente, si tu fais d’honorables choses,
la spande fra la gente il les répand parmi les gens
e’l tuo pregio radoppia. et il redouble ton prestige.
130 Cotal è buona coppia : Ce couple-là est bien le bon :
ch’amico di parole car cet ami tout en paroles
mi serve quando vole ne me sert que lorsqu’il le veut
e non ha fermamento et vraiment il n’est pas bien stable
se non come lo vento. sinon comme le vent peut l’être.
135 Or, che ch’i’ penso o dico, Or, quoi que je pense ou je dise,
a te mi torno, amico vers toi, mon ami, je me tourne
Rustico di Filippo, toi Rustico di Filippo,
di cui faccio mi’ ceppo. dont je fais ainsi mon ferment.
Se teco mi ragiono, Si avec toi je controverse,
140 non ti chero perdono, je ne demande pas pardon,
ch’i’ non credo potere car je ne crois être capable
a te mai dispiacere : de jamais pouvoir te déplaire :
ché la gran conoscenza parce que la grande sagesse
che ’n te fa risedenza qui en toi fait sa résidence
145 fermat’ a lunga usanza, est installée durablement,
mi dona sicuranza et me donne son assurance
com’io ti possa dire quoi que je puisse un jour te dire
e per detto ferire. et par mes mots ainsi férir.
E ciò che scritto mando Et ces vers qu’ici je t’envoie
150 è cagione e dimando sont un prétexte et te demande
che ti piaccia dittare qu’il te plaise de composer,
e me scritto mandare et de m’envoyer par écrit
del tuo trovato adesso : quelques poèmes maintenant :
ché ’l buon Palamidesso car le bon Palamidesso
155 mi dice, ed ho creduto, me dit, et volontiers l’ai cru,
che se ’n cima saluto ; que tu as rejoint le pinacle,
ond’io me n’allegrai. ce dont je me suis réjoui.
Qui ti saluto ormai : Ici je te salue alors 
e quel tuo di Latino et ton Brunetto di Latino
160 tien’ per amico fino estime-le en fin ami
a tutte le carrate comme le trésor le plus riche
che voi oro pesate. qu’il est permis de soupeser.

Notes

1  Giovanni Villani le cite à trois reprises dans sa Chronique. Il annonce d’ailleurs l’année de sa disparition : Nuova Cronica, Libro nono, X : « Nel detto anno MCCLXXXXIIII morì in Firenze uno valente cittadino il quale ebbe nome ser Brunetto Latini, il quale fu gran filosafo, e fue sommo maestro in rettorica, tanto in bene sapere dire come in bene dittare. E fu quegli che spuose la Rettorica di Tulio, e fece il buono e utile libro detto Tesoro, e il Tesoretto, e la Chiave del Tesoro, e più altri libri in filosofia, e de’ vizi e di virtù, e fu dittatore del nostro Comune. Fu mondano uomo, ma di lui avemo fatta menzione però ch’egli fue cominciatore e maestro in digrossare i Fiorentini, e farli scorti in bene parlare, e in sapere guidare e reggere la nostra repubblica secondo la Politica. »

2  v. 1-7 : Forse lo spron ti move / che di scritte ti pruove / di far difensa e scudo ; / ma se’ del tutto niudo, / ché tua difensïone / somente di ragione, / e fàllati drittura.

3  Nous faisons évidemment référence au Lysis de Platon, à l’Éthique à Nicomaque transmis directement par le traité cicéronien qui était parfaitement connu au Moyen Âge.

4  B. da Signa, De Amicitia, S. Nathan, Rome, Società filologica romana, 1909, 90 p.

5  Ibid., p. 38-40.

6  B. da Signa, ouvr. cité, p. 38.

7  v. 88-94 : « Ond’io n’ho presa un’arte : / che, come la fornace / prova l’oro verace, / e la nave lo mare, / così le cose amare/ mostran veracemente / chi ama lealmente. » Placé bien plus tôt dans la démonstration de Boncompagno da Signa : (14) « Set hyems fortune subtiliter examinat universos et in tribulationum camino examinatius comprobatur. »

8  v. 117-122 : « Ma l’amico di fatto / è teco a ogne patto, / e persona ed avere / puo’ tutto tuo tenere, / ché nel bene e nel male / lo troverai leale. » Ce même argument intervient bien plus tôt dans la démonstration de Boncompagno : (18) « Realis amicus ex re nomen accepit, quoniam de suis et alienis rebus libenter servit amicis. »

9  v. 131-134 : « ch’amico di parole / mi serve quando vole / e non ha fermamento / se non come lo vento ». Ibid. : (19) « Et vocalis amicus velud pulvis qui turbine rapitur evanescit, et acrem verberat mentiendo. »

10  Pour une analyse spécifique de l’amitié et du Favolello, nous renvoyons à l’article de P. Gasparini, « L’amitié comme fondement de la concordia civium. Le Favolello de Brunet Latin », Arzanà, 13, 2010, p. 55-108. L’auteur y aborde tour à tour la notion d’amitié au Moyen Âge, les sources de la notion d’amitié du Favolello et du Tresor, la notion d’amitié dans le De Amicitia de B. da Signa, les portraits du bon et des mauvais amis dans le Favolello et enfin l’amitié entre Brunet et Rustico comme instrument politique de la « vie en commun » des « citiens ». L’article est accompagné d’un tableau de correspondance des caractères développés par Brunetto et ceux de B. da Signa, ainsi que d’une traduction en vers libres.

11  Pallamidesse apparaît, en 1260, comme « gonfalonerius balistariorum » pour le quartier de Porta Duomo dans le livre de Montaperti. On le présente comme déjà mort en 1280. Cet auteur échangea des poèmes avec la plupart des poètes de son époque comme Chiaro Davanzati, Monte Andrea et Orlanduccio Orafo, poète bien moins connu. Il est régulièrement cité pour sa chanson Amor, grande peccato.

12  R. Filippi, Sonetti satirici e giocosi, S. Buzzetti Gallarati éd., Rome, Carocci, 2005.

13  Id., Sonetti amorosi e tenzone, S. Buzzetti Gallarati éd., Rome, Carocci, 2009.

14  P. V. Mengaldo éd., Rustico Filippi, Sonetti, Milan, Einaudi, 1971, p. 10.

15  Cicéron, L’amitié, texte établi et traduit par F. Combès, Paris, Les Belles Lettres, 2011, VIII, 26.

16  Il Tesoretto, v. 135-179. Le choix du lieu de passage est fort intéressant et en rien anodin. Brunetto Latini, « venendo per la calle / del pian di Runcivalle » (v. 143-144), rencontre uno scolaio qui lui apprend la nouvelle de la victoire gibeline de Montaperti et la conséquence naturelle qu’est son exil. Le toponyme renvoie aussitôt à Roland et à la bataille contre les Vascons où il trouva la mort. Le lien entre guelfes, partisans du pape et gibelins, partisans de l’empereur, est donc très net en représentant ces derniers comme des infidèles.

17  Cicéron, ouvr. cité : « Bien sûr la passion s’affermit quand un service a été rendu, quand le dévouement s’est manifesté, quand les relations sont devenues habituelles ; et quand tout cela est venu se joindre au premier élan d’une âme passionnée, alors l’affection prend toute son ampleur, comme une flamme d’une force étonnante. »

18  Ibid., IX, 29 : Mais soutenir qu’elle provient de la faiblesse, du désir d’avoir quelqu’un qui nous propose ce que nous souhaitons, c’est rabaisser vraiment et faire déchoir, pour ainsi dire, les origines de l’amitié, en la faisant naître du besoin et de l’indigence.

19  B. da Signa, ouvr. cité, p. 35.

20  S. Buzzetti, ouvr. cité, sonetto XIII, p. 145-154.

21  La quasi totalité des sonnets comiques de Rustico Filippi s’adresse à des personnages dont on ignore s’ils ont existé ou non. Cette caractéristique propre au poète s’articule autour de deux procédés parfaitement rodés : le portrait frontal et le portrait narrativisé. Toute une stratégie se développe ainsi autour des personnages visés, créant alternativement des effets d’attente et des attaques frontales.

22  Certaines hypothèses concernant Rustico Filippi et d’autres concernant des personnages évoqués dans ses sonnets comiques ont été émises par Vincenzo Federici dans son édition des sonnets de Filippi : Le rime di Rustico di Filippo, V. Federici éd., Bergamo, Istituto Italiano d’Arti Grafiche, 1899, p. 43-60.

23  B. da Signa, ouvr. cité, p. 37.

* L’édition suivie pour le texte italien est celle de Gianfranco Contini : Brunetto Latini, Favolello, in Poeti del Duecento, G. Contini éd., Milan-Naples, Ricciardi, 1960.

1  Drittura est à entendre comme « rectitude dans le jugement », « droiture dans l’entendement ».

2  Dritta : dans son commentaire, Sarina Nathan insiste sur « l’amicizia verace » (ouvr. cité, p. 35) qui reprend directement les termes utilisés par Latini (Dritta et drittura). Il est évident que le sens à donner, dans un contexte juridique, est celui de la « droiture » et de la « rectitude », mais dans un contexte qui vient se superposer à une missive en vers, un « réglage » sémantique semble s’imposer.

Auteur

Université Lumière Lyon 2, LEM-CERCOR (UMR 8584)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540