Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Première partie. Florence : la politique nouvelle XVe-XVIe siècles

L’édition de la correspondance de Guichardin : philologie et humanité

Pierre Jodogne

Texte intégral

1L’occasion du présent écrit fut la journée d’études guichardiniennes organisée par Paola Moreno et Giovanni Palumbo à l’Université de Liège, le 5 décembre 2006, avec la collaboration du professeur Luigi Lotti, président de l’Istituto storico italiano per l’Età moderna e contemporanea de Rome, et de plusieurs amis, commentateurs ou traducteurs des œuvres de Francesco Guicciardini et de Niccolò Machiavelli : Matteo Palumbo, Jean-Jacques Marchand, Jean-Louis Fournel et – last but not least – Jean-Claude Zancarini.

2Pour cette circonstances, mes amis m’invitèrent à formuler quelques réflexions personnelles sur mon travail d’éditeur de la correspondance de Francesco Guicciardini. Paola Moreno me suggéra même d’inscrire dans le titre de mon exposé les deux constantes de mes recherches guichardiniennes : la philologie et l’humanité, la tâche de l’éditeur et la permanente interrogation sur la réalité historique, c’est-à-dire humaine, que cette correspondance analyse et commente.

3C’est à Jean-Claude Zancarini, pour lui redire ma profonde estime, ma gratitude et mon amitié, que je désire dédier l’édition de cet écrit, dont il excusera, je l’espère, le caractère volontiers personnel.

Philologie

4Philologie : laissez-moi m’arrêter un moment sur ce terme. Cette discipline, je le confesse, m’a longtemps paru la plus technique, la plus aride et donc la moins susceptible d’enthousiasmer un jeune lecteur de poèmes et de romans. Comment se concentrer sur des examens de variantes et s’enfoncer dans des recherches codicologiques et lexicologiques, quand les textes sont écrits pour éveiller l’esprit et faire battre le cœur ? Mon père était pourtant philologue. Mais connaît-on bien son père et le suit-on, quand on est jeune ? Au début de mes études de lettres dans la section qui portait en Belgique le nom de « Philologie romane » (dans le sens très large que les Allemands donnaient à ce terme), je ne me destinais donc nullement à la philologie ; je me sentais infiniment plus attiré par les questions d’histoire, de philosophie et d’esthétique.

5L’Italie modifia profondément mes façons de voir et de sentir. En novembre 1956, après deux années d’études en Belgique, j’obtins une bourse du Collège Jean Jacobs de Bologne, vieux collège belge fondé, pour quelques étudiants, par un orfèvre brabançon du xviie siècle. La règle voulait qu’on y séjournât jusqu’à la fin de ses études et qu’on ne revînt en Belgique que porteur d’un diplôme italien. Il y avait alors, à Bologne, deux chaires de littérature italienne, occupées, l’une, par Francesco Flora, très éloquent et séduisant commentateur des écrivains classiques, dont les cours attiraient un large public, l’autre, par Raffaele Spongano, professeur plus pénétrant que brillant, considéré par les étudiants comme un maître austère et exigeant. C’est vers celui-ci que je fus orienté, tant par Robert Van Nuffel, l’italianiste belge qui m’avait introduit au Collège Jean Jacobs, que par Bruno Migliorini, l’historien de la langue italienne, ami de mon père, chez qui j’avais fait un premier séjour italien.

6Je fis part à Spongano de mon souhait d’étudier, comme sujet de thèse, ce qu’on appelait le « pirandellisme ». Spongano me regarda comme il savait regarder ses élèves, et me répondit que, ce faisant, je n’apprendrais guère qu’a résumer ce que Pirandello avait dit lui-même, tandis que, si je voulais apprendre ce qu’était la littérature, si je voulais « me faire les os » (farmi le ossa), je devais étudier un auteur plus ancien et découvrir son œuvre dans les textes originaux. Il me proposa comme exercice (esercitazione), puis comme sujet de mémoire (tesi di laurea), des recherches sur la vie et l’œuvre d’un poète florentin du début du xvie siècle, pratiquement inconnu : Antonio Alamanni. Soutenu par les conseils théoriques et pratiques qu’il prodiguait dans son séminaire de « laureandi », je découvris bientôt le plaisir de fréquenter les bibliothèques et les archives, j’eus le sentiment de prendre pied dans la société florentine de la Renaissance et j’éprouvai la joie de chercher et de trouver. Le cours monographique de Spongano, en cette première année de mes études italiennes, portait sur les poèmes d’un pétrarquiste raffiné, Buonaccorso da Montemagno le jeune, dont beaucoup de sonnets avaient été confondus avec ceux de son oncle, Buonaccorso le vieux, poèmes qu’un travail philologique et stylistique très minutieux du professeur avait seul permis de distinguer les uns des autres. Par ailleurs, Spongano était titulaire d’un cours d’histoire de la langue, qu’il consacrait, cette même année, à l’étude linguistique des Ricordi de Guichardin, dont il avait eu le mérite insigne de publier cinq ans plus tôt l’édition critique. Parlant en français, je dirai « Guichardin », pour désigner Francesco Guicciardini par le nom francisé que sa célébrité au-delà des Alpes lui a mérité.

7Spongano ne m’apprit pas seulement l’intérêt et le plaisir de l’enquête historique ; il me fit comprendre que la littérature est une tunique sans couture qu’il ne convient pas de découper en siècles ou en écoles, car Dante est présent dans Machiavel comme il l’est dans Ungaretti ; il me fit comprendre enfin qu’un écrit littéraire est, avec des mots et des phrases, une œuvre analogue à un tableau peint, lequel, ainsi que le disait Maurice Denis, est « essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées ». Spongano ne le disait certes pas avec les termes de Maurice Denis, mais il le pensait efficacement. La saine philologie qu’il enseignait m’interdisait donc d’isoler le Moyen Âge de la littérature dite moderne, comme d’isoler l’étude de la langue de celle de la littérature.

8Spongano me transmit, fondamentalement, la leçon de Pétrarque, à savoir que l’entière et juste compréhension d’un texte, antérieure à toute interprétation, exige un examen critique de ses origines et donc une enquête concernant son authenticité. Pas d’exégèse intelligente sans approche philologique, pas de philologie sans étude des manuscrits, qu’il s’agisse d’un texte médiéval ou d’un texte moderne.

9Après Raffaele Spongano, je rencontrai, à Venise, Vittore Branca, qui me fit partager son admiration pour Ermolao Barbaro, le restaurateur de l’Historia naturalis de Pline l’Ancien, et pour Angelo Poliziano, dont la seconde Centuria venait alors d’être retrouvée. Poliziano, dont j’aimais déjà les Stanze per la giostra et tant de poésies délicates et fraîches, était philologue en ce qu’il recherchait dans la restauration des textes anciens la récupération d’une civilisation qu’il admirait. L’exaltation, par Branca, de la philologie comme lecture critique des textes, de tous les textes, me trouva convaincu.

10La connaissance que je fis ensuite de Gianfranco Contini, autre grand maître italien de la philologie romane, et les fréquentes conversations que j’eus avec Albert Henry, confirmèrent en moi l’engagement philologique. Et cela d’autant que, sur un autre plan, sur le plan religieux, j’avais assimilé déjà l’enseignement philologique autant qu’historique d’un géant du xixe siècle : Ernest Renan.

11Cette « philologia maior » me tint lieu, j’ose le dire, de philosophie et d’éthique. Celui qui a fait son deuil de la mort de Dieu doit se contenter de sa condition mortelle, doit s’engager dans l’histoire terrestre et ne peut trouver son bien que dans les œuvres humaines. Tout texte, fût-il vénéré par certains comme un texte révélé, doit pouvoir être soumis à l’investigation. Tout texte doit être lu et pensé historiquement. Pour fonder la science de la nature, Descartes eut sans aucun doute raison de faire table rase des opinions transmises par les écrits que les humanistes avaient étudiés ; mais, de son côté, Giambattista Vico eut raison d’affirmer que, pour la connaissance de l’homme, la démarche de Descartes ne se justifiait pas. Car l’œuvre humaine par excellence est celle de la parole, qui permet l’expression des pensées et des rêves. Tel est bien le champ de la philologie, comme le champ de l’archéologie est celui de la civilisation matérielle. Et la philologie devient une éthique par la rigueur de ses méthodes et par la noblesse de son but, qui est de rétablir la vérité d’une parole et de la comprendre.

12Me suis-je éloigné de Guichardin ? Moins qu’on ne pourrait le penser. Je dois d’abord avouer ici que je n’eus qu’assez tard de l’attirance pour cet auteur. Machiavel, oui, me surprenait et m’attachait à lui. Le réaliste, le pessimiste, l’ambitieux, l’aristocratique et le riche Guichardin, gouverneur de villes et de régions au nom du Pape, ne suscitait pas, alors, ma sympathie. J’étais trop jeune encore pour apprécier la liberté comme la puissante originalité des Ricordi. Je n’avais pas encore le souffle suffisant pour lire avec l’endurance nécessaire la prose ­ – plus proustienne encore, si j’ose dire, que cicéronienne – de la Storia d’Italia. Cependant, proche comme je l’étais de Spongano, je ne pouvais me trouver bien éloigné de cet écrivain singulier. Quand, en 1976, dans la collection d’autographes du baron de Stassart, conservée à Bruxelles par l’Académie royale de Belgique, je découvris une lettre inédite de Francesco Guicciardini à son frère Luigi, je sentis qu’il était de mon devoir de ne pas la laisser dans l’ombre. Je la publiai donc dans Studi e problemi di critica testuale, la revue fondée depuis peu par mon maître de Bologne, ce que je ne fis pas sans peine, car l’écriture de Guichardin me parut alors d’une lecture terriblement difficile. Le hasard voulut que la publication de cette lettre survint à un moment où le professeur Armando Saitta, président de l’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, s’interrogeait sur les décisions à prendre quant à l’édition du Carteggio guichardinien, commencée par Roberto Palmarocchi en 1938 sous l’égide de l’Istituto, et poursuivie par Pier Giorgio Ricci, mais fondée sur une recension incomplète et sur des conventions scientifiques discutables. Saitta eut la force de déclarer cette édition défectueuse ; il prit dès lors la décision courageuse de projeter, pour la remplacer, une édition à la fois intégrale et critique. Il lui fallait trouver, pour l’entreprendre, un philologue. Spongano, qu’il interrogea, lui indiqua plusieurs noms d’anciens élèves susceptibles de remplir cette tâche, dont le mien, malgré les difficultés particulières que devait présenter ma qualité de « straniero » et mon éloignement de Rome, difficultés qu’il ne lui cacha pas. Saitta m’écrivit que la question des lettres de Guichardin devait être revue : « Credo infatti che il discorso sul carteggio Guicciardini vada ripreso e sviscerato a fondo. » Il vint à Bruxelles, le 6 octobre 1977, me proposer ce travail enthousiasmant, qui, tout d’abord, évidemment, m’effraya par son ampleur et sa difficulté. Mais, assuré de l’appui moral de Spongano et du soutien de l’Istituto storico, j’osai l’accepter et, tout de suite, en pèlerin solitaire, j’entamai mes recherches bibliographiques et mon enquête dans les archives et les bibliothèques d’Italie pour la recentio. Ce fut mon iter italicum, qui dura plusieurs années, avec le soutien constant d’Armando Saitta, d’abord, puis de son successeur Luigi Lotti.

La philologie des textes épistolaires

13Le genre épistolaire est, on le sait, l’un des plus anciens de la littérature mondiale et l’un des plus remarquablement illustrés dans notre tradition culturelle européenne. Comment connaître le monde romain sans lire Cicéron, Sénèque et Pline le jeune, comment s’instruire du christianisme sans consulter les épîtres de saint Paul et les lettres de saint Jérôme, enfin, comment comprendre la Renaissance sans prendre en compte les lettres de Pétrarque, de Poggio Bracciolini, de Marsile Ficin, de Pietro Bembo et, naturellement, d’Érasme (pour ne citer que des noms prestigieux) ?

14Mais le genre épistolaire, si florissant encore pendant toute l’époque moderne, est, de nos jours, comme certaines espèces naturelles, en voie de disparition. Les années que nous traversons sont celles de son abandon. La correspondance entre parents, amants, amis ou collègues a disparu, remplacée qu’elle est par les moyens modernes éphémères, téléphoniques ou électroniques, de la communication rapide. L’échange par lettres, de pensées et de sentiments, est désormais perdu. Il est donc urgent d’en sauver les restes et de consacrer à ce genre une attention particulière.

15En travaillant à l’édition de la correspondance de Guichardin, je me suis aperçu que la philologie des textes épistolaires présente des particularités qui mériteraient d’être relevées, car l’édition des correspondances n’a pas fait, jusqu’ici, que je sache, l’objet de beaucoup de réflexions méthodologiques. Cela s’explique peut-être par le fait que, malgré l’abondance et la qualité de sa production, la littérature épistolaire a souffert d’être considérée comme une expression marginale, contingente et donc secondaire. Certes il y eut, à la Renaissance, des éditions célèbres d’epistolari et quelques publications anthologiques telles que les Lettere di Principi. Mais ce sont des exceptions. D’où les nombreux défauts que présentent beaucoup d’éditions de correspondance (il suffit pour s’en convaincre d’examiner les différentes éditions des lettres de Machiavel) et, pendant longtemps, la rareté des éditions critiques.

16Quels sont les traits particuliers du genre épistolaire et donc de la philologie qui s’y rapporte ?

17Contrairement aux autres textes littéraires, destinés tous au public le plus large, la lettre est d’abord un texte dont le destinataire est unique, même si derrière celui-ci peut se profiler un cercle d’amis. La personnalité de ce destinataire a donc beaucoup plus d’importance que ne peut en avoir le dédicataire d’une œuvre classique, d’autant plus que le destinataire devient généralement l’auteur d’une réponse.

18La lettre est d’autre part un texte qui, sauf exception, n’est pas autonome ou isolé, mais fait partie d’un ensemble, qui constitue précisément la correspondance. Idéalement, une correspondance est une œuvre dialoguée, voire polyphonique. Malheureusement, très rares sont les correspondances conservées dans leur intégralité. Combien de fois n’entend-on qu’une seule voix ? Celle de Pétrarque, par exemple, en l’absence de celle de Boccace. Il est rare aussi que l’on ait la première lettre écrite par un auteur. Quant aux lacunes, causées par des pertes accidentelles, on ne les compte pas. Enfin, les fréquentes interruptions du discours épistolaire, dues au remplacement de l’échange écrit par un échange oral, créent dans le tissu de la conversation écrite de véritables trous, des zones d’obscurité. Heureux éloignements des correspondants, qui nous fournissent des textes ! Les amis réunis ne s’écrivent plus. La correspondance souffre donc de ne contenir le plus souvent qu’un discours fragmentaire. Le roman épistolaire remédie à cela ; il évite ces faiblesses en veillant à la continuité du discours et en créant une cohérence que la vie réelle ne présente pas. D’où le reproche que l’on peut adresser au genre épistolaire d’échapper aux règles d’une œuvre d’art.

19Autre particularité de la lettre : la précision de sa date, son rattachement à un moment précis du temps concret, du temps de l’histoire. C’est la raison pour laquelle on a pu considérer la lettre comme un écrit contingent, plus proche des documents historiques que des textes proprement littéraires. Certains humanistes ont voulu s’affranchir de cette contingence, en effaçant la date de leurs missives. Mais, en cherchant à les rendre intemporelles, ils en ont affadi le contenu. Les lettres étant datées, leur recueil doit être soumis, pour devenir intelligible, à l’ordre chronologique. Or, si la date manque ou s’est perdue, la lettre ne peut prendre sa place dans la séquence temporelle que par conjecture. Le recueil épistolaire devient, en conséquence, un corps dont certains éléments sont instables, une œuvre dont la solidité n’est assurée qu’imparfaitement.

20L’édition d’une correspondance, d’un ensemble aussi fragmenté de textes signés de diverses mains, datés ou non, entraîne donc un traitement philologique particulier.

21Le recensement des textes (la recentio, le censimento), opération laborieuse pour toute œuvre littéraire, l’est spécialement dans le cas d’une correspondance. La dispersion des lettres est souvent considérable. Les retrouver est affaire de patience. Le dépouillement des catalogues imprimés des grands fonds de manuscrits ne suffit évidemment pas, pas plus que l’enquête dite a tappeto, réalisée par l’envoi d’une lettre adressée aux directeurs d’archives et de bibliothèques ; il est nécessaire de se rendre sur place et de dépouiller des liasses de documents parfois non inventoriés. Il est nécessaire aussi de répertorier les publications de lettres isolées faites dans des revues ou dans l’appendice de telle ou telle étude historique. Pareilles recherches ne sont jamais assurées d’être complètes. Récemment, par exemple, lors de la correction des épreuves du volume X des lettres de Guichardin, Paola Moreno m’a averti de la présence d’une lettre originale de Machiavel à Guichardin dans les archives de la famille Borromeo, à l’Isola-Bella, lettre dont on ne connaissait, jusqu’à sa récente découverte par Marcello Simonetta, que la copie du xvie siècle conservée à la Biblioteca Nazionale de Florence (l’« Apografo Ricci »).

22Chaque lettre – c’est un trait particulier de ce genre d’écrit – peut avoir plusieurs états :

1) la minute (à savoir le brouillon autographe, souvent très raturé et donc difficilement lisible, que l’auteur conservait dans un registre – le « minutier » – qu’il passait ensuite à son secrétaire) ;

2) l’original (à savoir le texte mis au propre par l’auteur ou son secrétaire et signé, augmenté parfois d’un post-scriptum, puis expédié) ;

3) le ou les duplicata (copies immédiates faites généralement par le secrétaire et signées, puis expédiées par un chemin différent afin d’éviter les dangers possibles sur le chemin normal de la poste) ;

4) les passages chiffrés et déchiffrés (si la lettre devait être secrète, elle était, en effet, entièrement ou partiellement codée, et le destinataire la décodait ou la faisait décoder, soit dans l’interligne soit sur un feuillet indépendant).

23Quand la lettre émanait d’une cour princière, elle ne partait pas sans avoir été copiée dans un registre de la chancellerie. Pour certaines lettres de Guichardin, on peut trouver à la fois la minute et l’original, voire un ou plusieurs duplicata, des déchiffrements, des copies de chancellerie ou des copies ultérieures. Les lieux de conservation de ces différents états d’un même texte diffèrent donc également, allongeant d’autant le travail de recension.

L’édition du texte

24La phase de la collatio, de l’examen des variantes et de la constitution du stemma – qui, pour l’édition des œuvres littéraires, est l’exercice le plus critique et le plus délicat – ne se pose, pour la lettre, que dans les cas peu fréquents où, la minute et l’original ayant disparu, le philologue se trouve face à différentes copies.

25On rencontre toutefois des cas singuliers, dus notamment à la difficulté que l’écriture de Guichardin présente à qui la lit pour la première fois. Je n’en citerai qu’un exemple. On sait que la correspondance échangée entre Guichardin et Machiavel a été copiée et donc sauvée dans la seconde moitié du xvie siècle (entre 1573 et 1594) par Giuliano de’ Ricci, neveu de Machiavel, qui a modernisé la langue des originaux et a omis de recopier quelques paragraphes jugés par lui de moindre intérêt. Toutes les éditions modernes de ces lettres dépendent de cette copie de Ricci. Cependant, dans le cas de deux lettres de « messer Francesco » adressées à « messer Niccolò », les Archives du Vatican conservent une copie de l’original indépendante de Ricci, copie que les philologues n’ont pas encore remarquée et qui est d’autant plus intéressante que, d’une part, elle respecte la patine linguistique de Guichardin et que, d’autre part, elle reproduit l’intégralité du texte. On y trouve donc comblées les lacunes de Ricci. Malheureusement, celui qui a copié ces deux lettres a eu tellement de mal à déchiffrer l’écriture de Guichardin qu’il a multiplié les mauvaises lectures et omis de nombreux mots, les laissant en blanc. C’est pourquoi, pour l’édition de ces deux lettres, on doit se résoudre à publier un texte hybride, basé sur le texte bien lu, mais linguistiquement modernisé, de Ricci, et complété par les passages sauvés par le copiste malhabile du Vatican.

26Dans le cas de lettres dont nous avons à la fois l’original et la minute, la question qui se pose est de savoir lequel des différents états conservés il convient de publier. La réponse dépend d’une question préalable : à qui s’adressera l’édition ? Si elle s’adresse à des historiens, il convient de publier l’original, à savoir le document qui a effectivement voyagé, qui a agi dans l’espace et dans le temps, et dont la lecture a provoqué la réaction du destinataire. C’est le parti que j’ai cru devoir prendre dans l’édition des lettres envoyées d’Espagne par Guichardin, jeune ambassadeur, à la Seigneurie de Florence.

27Mais, si l’édition s’adresse aux historiens de la littérature et de la langue, il convient évidemment de publier le texte autographe de la minute. C’est la décision que j’ai cru devoir prendre pour les nombreuses lettres envoyées par Guichardin, dans les années 1526 et 1527, à Gian Matteo Giberti, dataire du Pape. De ces lettres, souvent longues, on conserve les minutes dans les archives familiales de Florence et les originaux au Vatican, originaux écrits de la main du secrétaire, qui comportent de nombreuses variantes ou erreurs de détails et qui présentent une graphie, une phonétique et une morphologie qui s’écartent beaucoup de l’usage de Guichardin.

28La présentation des témoins doit suivre les habitudes scientifiques valables pour tout texte. Cependant, dans le cas des lettres, il y a lieu d’insister sur l’intérêt de fournir une bonne description des supports matériels. Ce souci codicologique n’a malheureusement pas été fréquent jusqu’ici, notamment dans les éditions de correspondances modernes. Or les dimensions et la qualité du papier, son filigrane, voire ses plis, peuvent servir utilement à insérer une lettre non datée dans une série chronologique.

29La phase de l’emendatio, de la correction du texte, dépendra de la nature du texte épistolaire que l’on décidera de publier. Si l’on reconnaît à ce texte le statut de document, il est nécessaire de le publier tel que son destinataire l’a reçu. Que le secrétaire se soit trompé dans un chiffre, ce chiffre erroné, lu par le destinataire, ne sera pas corrigé dans le texte, mais seulement dans l’apparat critique. Au contraire, si l’on publie le texte de la minute, il sera nécessaire de l’amender dans les rares cas où l’auteur, à la suite de ratures, a omis de corriger lui-même telle ou telle faute évidente de syntaxe.

30L’une des exigences spécifiques des éditions de correspondances est le rassemblement conclusif et le rangement chronologique des lettres qui forment une correspondance donnée. Il s’agit, en réalité, de construire un édifice, de donner un corps à l’œuvre que l’on publie. L’éditeur d’une correspondance a en effet la tâche de rassembler ce qui est épars et de l’ordonner. Ici encore plusieurs choix sont possibles. Publier les lettres d’un seul auteur sans celles de ses correspondants ou publier toutes les lettres envoyées et reçues par cet auteur ? Dans quelle disposition les publier : dans autant de sections différentes qu’il y a de correspondants (les lettres échangées, par exemple, entre Guichardin et Machiavel, puis celles échangées avec tel ou tel de ses frères et ainsi de suite) ou bien dans une série unique ? Chaque option a ses avantages. Le regroupement des lettres échangées avec un même correspondant permet en effet la meilleure lecture d’un dialogue particulier ; néanmoins la série chronologique unique m’a paru de loin préférable, comme à Palmarocchi déjà, pour permettre de suivre l’évolution de Guichardin dans ses réactions face aux événements.

31Inutile d’insister sur les avantages que présente, pour le texte, l’édition conservatrice, dite « semi-diplomatique », qui respecte la graphie originale, mais intervient sur la ponctuation, les majuscules, les abréviations, la coupe des mots et les signes diacritiques (accents et apostrophes). L’accord sur ce choix, qui s’écarte du modèle de Michele Barbi, semble aujourd’hui de plus en plus large, en tout cas pour l’édition critique d’écrits autographes.

32Idéalement, un éditeur devrait pouvoir commenter le texte qu’il publie. Il devrait en expliquer les mots rares et les phrases peu claires. Il devrait en identifier les noms propres et éclairer les contextes où ils apparaissent. Mais ce travail exégétique, dans une correspondance, est particulièrement astreignant, car les questions traitées y sont aussi variées que sont nombreux les alinéas d’une lettre. Les allusions sont incessantes à des faits que nous ne connaissons pas et que nous ne pouvons connaître. D’autre part, la quantité des lettres à publier est telle que le commentaire des détails ralentirait excessivement l’achèvement du travail. La contingence prend donc ici toute son importance. Le philologue se trouve entravé par des nécessités pratiques, qu’il doit accepter comme une réalité.

33Dans une édition de correspondance, plus que dans toute autre édition, l’index est l’indispensable outil de consultation. L’index des noms de personnes et de lieux ne peut pas se limiter à enregistrer les noms cités, il doit identifier les personnes citées par leur seule fonction, tels que le cardinal de Mantoue, le gouverneur de Piacenza ou le duc de Ferrare, etc. À vrai dire, cet index n’est pas suffisant pour le chercheur, s’il n’est doublé d’un index analytique, qui recueille les termes signalant des peuples (les Juifs ou les Gascons, par exemple), des objets matériels, des armements, des maladies et de multiples realia. La rédaction de l’index, tâche exigeante, minutieuse et quelque peu fastidieuse, assure aussi l’ultime vérification du texte.

34Il est un exemple que j’ai plaisir à citer ici, rencontré récemment lors de la correction des épreuves du volume X des Lettere de Guichardin. Dans une lettre du 16 mars 1526 (no 2577) écrite de la main très claire d’un secrétaire de l’homme politique et adressée à Sigismondo della Torre, commissaire à Solarolo, on lit ceci : « Havuta la vostra de’ XII del passato circa la extractione concessa al signor cardinale di Bona [avec majuscule], me scrissi subito a mio fratello che concedessi la tratta. » Le texte se comprend parfaitement si, au lieu de « me scrissi », on lit « ne scrissi » (erreur possible du copiste). Mais qui est le cardinal de « Bona » ? Il n’existe pas. Si l’on retourne sur le manuscrit, on s’aperçoit que me est suivi de deux points : signe de ponctuation ou d’abréviation ? La solution surgit alors. Il ne s’agit nullement d’un « cardinale di Bona », mais du « cardinale di bona memoria », à savoir du cardinal de Mantoue, Sigismondo Gonzaga, récemment décédé. L’index exige ainsi la vérification d’une multitude de détails.

La correspondance de Francesco Guicciardini

35La correspondance de Francesco Guicciardini prend place parmi les grands échanges épistolaires des xve et xvie siècles, mais se distingue des correspondances des humanistes, d’une part, par son usage presque exclusif de la langue toscane (Guichardin n’emploie le latin que pour s’adresser au Sacré Collège) et, d’autre part, par sa concentration sur les questions immédiates et pratiques qui se posent journellement à l’homme politique. On n’y trouve aucun exposé sur des questions littéraires, philosophiques ou religieuses, telles qu’on en lit dans les correspondances d’un Ficin ou d’un Érasme.

36Les quelque 5 000 lettres aujourd’hui retrouvées de cette correspondance forment un corpus homogène, dans lequel l’auteur des Ricordi se montre tel qu’il fut dans l’exercice même de ses nombreuses fonctions. Sa correspondance est le miroir intérieur de son action. Ambassadeur, gouverneur, conseiller du pape ou commissaire aux armées, Guichardin fournit et demande des nouvelles, réfléchit à haute voix sur les événements, observe et commente les situations, juge les cas qui lui sont soumis, prodigue des conseils et communique ses décisions, restant continuellement attentif à faire exécuter ce qu’il a décidé. La même attention à la bonne marche des affaires inspire ses lettres de caractère familial.

37La vie privée, la vie des sentiments n’est pas couverte par cette correspondance. Autant les lettres privées de Machiavel sont riches en notes autobiographiques, autant l’intimité de messer Francesco reste voilée. C’est cependant dans ses lettres que sa personne se laisse le mieux deviner, car, derrière l’ambassadeur ou le gouverneur, se profile tour à tour un homme amical et familial, tantôt étroitement florentin, tantôt largement italien.

38L’amitié, grande vertu des humanistes héritée de l’Antiquité, a marqué de ses couleurs beaucoup de relations épistolaires de Guichardin. Outre la plus célèbre, qui le liait à Machiavel, il faut mentionner son amitié pour Sigismondo Santi, secrétaire d’Alberto Pio de Carpi, et celle aussi, faite de confiance, qui le liait à Roberto Acciaioli, à Cesare Colombo, son agent à Rome, et à Giammatteo Giberti, dataire au Vatican.

39Les liens familiaux de Guichardin sont assurément très forts, mais se traduisent rarement par des expressions affectives. Ses écrits autobiographiques en disent beaucoup plus long. En toutes circonstances, la défense des intérêts divers de ses frères et de ses cousins paraît seule importer. Ses lettres à ses frères Luigi, Iacopo et Girolamo sont toujours sérieuses et quelque peu distantes. Les allusions aux femmes et aux enfants sont rares et laconiques. Les soucis familiaux de Guichardin sont causés notamment par sa femme, trop souvent abandonnée, qui souffre comme d’une faute de ne lui avoir donné aucun garçon, mais six filles à caser, soit au couvent, soit, si possible, dans un bon mariage. La parenté plus large compte beaucoup aussi. Son attachement à Iacopo Salviati en est un témoignage.

40Guichardin se montre attaché à Forence, sa ville, sa patrie. Il en écoute les nouvelles et il en commente assidûment l’activité politique, en attendant de devenir l’un des artisans les plus influents de son destin.

41Enfin, c’est en Italien qu’il accepte les différents gouvernements que lui confient les papes médicéens. C’est en Italien qu’il raisonne quand il voit la puissance redoutable acquise en Italie par les Espagnols, après la victoire de Charles Quint sur le roi de France, à Pavie, en 1525.

42Mais que nous apprennent ces lettres sur l’homme Guichardin, que nous apprennent-elles que ni son horoscope, ni ses écrits autobiographiques ne nous ont appris déjà ?

43Intelligence et force, on le sait, sont les deux axes de ses qualités. Son intelligence apparaît, dans les lettres, telle que nous la connaissons dans ses autres écrits, avec peut-être une insistance particulière sur la manière dont il prend ses décisions. Guichardin veille toujours à les fonder non sur des impressions ou des sentiments, mais, après une analyse de la situation particulière, sur la raison et, on le sait, sur la discrezione. La raison se manifeste principalement chez lui, jurisconsulte, homme de droit, dans l’exercice de la justice. D’autre part, il pense constamment au bien commun qu’il sait et affirme supérieur au bien particulier, ce que De Sanctis, hélas, confondant pragmatisme et égoïsme, n’avait pas aperçu.

44Mais les lettres font surtout connaître le comportement de Guichardin dans l’action, comportement soutenu toujours par une maîtrise admirable de soi.

45Cet homme regarde tout avec sérieux – il déteste, il l’a écrit, la « légèreté » –, il s’informe des moindres choses, ne néglige aucun détail susceptible d’avoir de l’importance, et travaille, ne fût-ce qu’à sa correspondance, plusieurs heures par jour, dans le confort ou l’inconfort, attentif à bien écrire, maître qu’il est de sa langue autant que de sa pensée. Austère et volontaire dans l’accomplissement quotidien de ses tâches – et Dieu sait si ses responsabilités ont été grandes –, il est heureux dans l’exercice du pouvoir. Il remplit hautement son rôle de ministre des grands (qu’il soit ambassadeur, gouverneur ou commissaire aux armées), et se conduit dans sa juridiction comme un véritable prince. Quand ses supérieurs tardent à agir, ne répondent pas à ses questions ou prennent des décisions qu’il juge erronées, son impatience s’exprime, sa colère éclate. Mais, quand surgit un danger, il se montre homme de poigne et de courage. Sceptique, il laisse à la Providence le soin d’agir, mais n’en attend rien ; il ne compte que sur lui-même, sur son intelligence et sur sa volonté.

46Soulignons en passant une qualité, à la fois intellectuelle et pratique, à laquelle Guichardin fait souvent référence, mais que l’on n’a peut-être pas suffisamment relevée jusqu’ici, parce que le terme, curieusement, n’apparaît que deux fois dans les Ricordi (C 195 et 201) : la destrezza, la souplesse ou, mieux encore, « l’habileté » (traduction de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini).

47Une lecture complète de cette ample correspondance pourra seule permettre de brosser un nouveau portrait de Guichardin, susceptible peut-être de montrer en lui, plus finement encore que ne l’a fait Roberto Ridolfi, l’homme de l’expérience, l’homme aux prises avec les difficultés pratiques, avec les accidents de l’histoire.

48On peut donc affirmer que c’est le minutieux travail philologique accompli dans le cadre de sa vaste correspondance, travail toujours sévère, mais toujours vivant, qui permettra le mieux de connaître Guichardin, de pénétrer plus loin dans l’intimité cet esprit remarquable, de le suivre dans ses fatigues et de le voir se corriger sans relâche pour affiner sa pensée et pour trouver le mot le plus juste.

Auteur

Université de Liège (professeur honoraire)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540