Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Première partie. Florence : la politique nouvelle XVe-XVIe siècles

Appliquer la philologie politique aux humanités numériques. L’exemple des Legazioni e Commissarie de Machiavel

Corinne Manchio

Texte intégral

Introduction

1En proposant d’appeler « philologie politique » une méthode spécifique d’approche des textes marquée par le croisement d’une double attention à la lettre des textes et à la conjoncture politico-militaire de leur rédaction1, Jean-Claude Zancarini et Jean-Louis Fournel ont été amenés à tirer parti des possibilités offertes par les outils informatiques. Leur travail s’est trouvé tout naturellement associé aux nouvelles approches liées au développement des humanités numériques, ce que montre l’élaboration, par Jean-Claude Zancarini et Séverine Gedzelman, d’un outil important comme l’Hypermachiavel2, mis à la disposition de la communauté des chercheurs depuis 2012 : ce logiciel, développé au sein de l’UMR Triangle, permet de comparer entre elles les traductions françaises du Prince des xvie et xviie siècles, en les confrontant aussi à l’editio princeps du texte. C’est dans la même perspective que se situe mon travail de thèse actuellement en cours d’achèvement, ainsi que la présente contribution qui propose une illustration de ma démarche.

  • 3  Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, dans Machiavel, Le Prince, traduction, notes et commentaires (...)
  • 4 La politique par correspondance. Usages politiques de la lettre en Italie, xive-xviiie siècles, O.  (...)
  • 5  Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli, Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, (...)

2Je m’inscris en effet dans le vaste domaine de recherche sur la langue de Machiavel et je m’attarde notamment sur la période de formation, en pointant les années pendant lesquelles il travaille à la chancellerie florentine et fait, selon ses propres termes, son « apprentissage dans le métier de l’État » (il est a studio all’arte dello stato)3 (1498-1512). Je proposerai de la sorte de nouveaux prolongements de cette méthode qui conjugue la lecture lente et l’analyse politique des textes. Le point de départ de mes recherches est double : il se nourrit à la fois des travaux d’analyse textuelle et de l’utilisation d’un outil informatique que j’ai élaboré durant les deux premières années de travail sur ma thèse, à savoir un logiciel d’analyse textuelle permettant de représenter les usages langagiers dans les Legazioni e Commissarie. Le corpus se compose de lettres qui alimentent jour après jour la correspondance administrative et diplomatique entre la Seigneurie, les différents représentants de la République dans le dominio et les émissaires se trouvant à l’extérieur. Elles se déclinent sous de nombreuses formes, administratives (lettre de service) ou diplomatiques (lettre de créance, patentes, etc.) et constituent un support pour transmettre des messages variés, informer, ordonner, ou octroyer un pouvoir ou des droits à celui qui la reçoit4. Grâce aux sept volumes des Legazioni. Commissarie. Scritti di governo édités chez Salerno5, la question des modalités de cette communication politique intérieure et extérieure peut être exploitée du point de vue des usages langagiers. De fait, les Legazioni e Commissarie sont un important réservoir de pratiques de la langue politique du secrétaire florentin, distribuées au long des 2 557 lettres que j’ai retenues dans l’édition de référence, correspondance courant sur quatorze années. À l’aide d’un logiciel conçu spécifiquement pour ce corpus, j’ai donc tenté de créer un chemin pour voyager au sein des textes.

Les nombres et des mots

Origines

3La diffusion des humanités numériques s’est faite à travers la réalisation de nombreux projets, depuis les années soixante-dix jusqu’à la présente décennie. Les premières références sont des projets français, tels que TXM, qui propose d’adapter l’analyse textuelle et statistique pour les textes des sciences sociales6, la plate-forme Palm, qui analyse les textes médiévaux de la base de données Meditext7, la base de données de textes français Frantext8 et le logiciel statistique d’exploration des textes Hyperbase9. Je me limite ici à quelques exemples de projets français, mais il est évident que d’autres outils, parfois complémentaires, existent ailleurs, tels que le logiciel Stylometry with R. À partir de toutes ces initiatives, une collaboration s’est mise en place entre deux domaines de recherche, les sciences humaines et l’informatique. En effet, la construction d’un logiciel d’analyse textuelle créé spécifiquement pour les Legazioni e Commissarie aurait été impossible sans l’intervention technique de Marc Lasson (actuellement en post-doctorat en informatique théorique à l’INRIA). Cet outil est donc le fruit d’un effort de démonstration des intérêts multiples qui existent dans l’application des méthodes de l’informatique et des mathématiques aux sciences humaines. Ce travail n’est donc pas magique : il impose de parler le langage de l’autre et ainsi de définir les unités et les spécificités de chaque texte tout autant que délimiter le type de questionnement qu’il est possible de soumettre à une machine.

Travail préliminaire : trier et typer chaque lettre

  • 10  Les figures se trouvent en annexe.

4Ainsi, le premier objectif a été de rendre le texte cohérent et lisible afin de pouvoir effectuer des calculs. Chaque missive devait donc se présenter sous la même forme (numéro, point, titre puis corps de la lettre divisé selon une numérotation croissante entre crochets). Une fois obtenu un corpus propre et homogène, divisible en unités (la lettre, le fragment, l’occurrence), je me suis intéressée aux mots. Afin de faciliter la gestion de la masse colossale d’informations à disposition, j’ai réduit les 660 085 aux 26 000 termes différents qui ont été reclassés en familles de mots. À ce jour, on en vient à un total de 7 000 familles qui regroupent les graphies et les déclinaisons d’un même mot ou les conjugaisons d’un même verbe. Outre la quantité de termes à « ranger », c’est bien la grande instabilité de la langue qui a rendu plus complexe ce travail préliminaire indispensable. À titre d’exemple, la famille uomo regroupe les 1 800 occurrences des termes suivants : uomo, huomo, uomini, huomini, homini, omini et hominibus ; la famille ambasceria regroupe quant à elle les 251 occurrences des termes : ambasceria, mbascerie, ambasciata, mbasciata, ambasciate, imbasciata, imbasciate, imbasceria, imbascerie, et ambasciadore, ambasciatore, ambasciadori, imbasciadori, imbasciadore, mbasciadore, mbasciatore, ambasciatore. Pour chaque famille, l’usager peut accéder à l’histogramme des différents termes contenus, et ainsi visualiser en une fois l’ensemble des résultats et leur importance au sein de la famille grâce à deux mesures, le nombre d’occurrences et le pourcentage au sein de la famille. La figure 1 représente l’histogramme des termes et graphies au sein de la famille ambasceria10.

5Plusieurs éléments méritent d’être soulignés, à commencer par la grande variabilité orthographique : on dénombre ainsi 9 graphies pour l’équivalent italien d’ambassadeur(s), 3 pour le terme correspondant à ambassade(s), ainsi qu’un usage isolé, ambasceria. En se reportant aux lettres concernées, on peut ainsi tenter de préciser le sens de ces mots. Les termes employés pour dire « ambassade » ne renvoient pas au lieu de résidence de l’ambassadeur mais au déplacement et à la charge d’un individu dans le but de livrer un message. Enfin, le terme ambasceria, dont on ne trouve que 4 occurrences, fait référence à l’ensemble du cortège envoyé ; il est toujours associé aux adjectifs qualificatifs grande et solenne et relève constamment d’un contexte marqué par l’urgence et le conflit causé par le retard même de l’ambassade.

6Pour compléter cette démarche de balisage du corpus, ont été affectées à chaque terme une coordonnée x, la date à laquelle il est employé et une coordonnée y, la localisation géographique de Machiavel au moment de la rédaction. L’expérience de chancellerie, qui s’effectue à l’intérieur comme à l’extérieur de la cité, montre combien l’usage des mots est conditionné par un double contexte, à la fois temporel et géographique. Le temps et l’espace structurent ainsi le discours politique en s’immisçant dans chaque phrase, et fournissent ainsi un encadrement à la langue politique. Ainsi, ces deux catégories ne semblent pas jouer le rôle de repères passifs pour circonscrire ce dont on parle : ils interviennent activement en amont et conditionnent ce que l’on peut tirer de chaque situation et ce que l’on peut envisager pour la suite. Afin de pouvoir questionner l’homogénéité ou l’hétérogénéité des usages en fonction de l’écoulement du temps (grâce aux dates) mais aussi selon les lieux où Machiavel rédige, nous avons répertorié diverses périodes. La plus importante en termes de fréquence sur l’ensemble du corpus (65 %) est la période SG (Scritti di governo, quand le secrétaire est a palazzo). Viennent ensuite la période des légations en France, à Sienne, à Pérouse, en Allemagne, ou encore les multiples déplacements dans le Mugello et le Val d’Arno. Nous reportons dans la figure 2 les déplacements effectués au cours des trois premières années de Machiavel au service de la chancellerie.

7La catégorie « période » n’est donc homogène ni au niveau temporel ni au niveau géographique. À titre d’exemple, Machiavel se rend à quatre reprises en mission auprès du roi de France : à des dates différentes (en 1500, 1504, 1510 et 1511), pour des durées variables (de cinq mois à cinq jours) et dans des lieux différents (Lyon, Saint-Pierre-le-Moûtier, Nevers, Montargis, Melun, Blois, Nantes pour la première légation, Milan et Lyon pour la seconde, etc.). L’intérêt de cette autre forme de classification est double : visualiser la progression comme la production des lettres en fonction des missions du secrétaire et interroger les usages langagiers en fonction de l’interlocuteur de Machiavel et de la position de Florence. On peut ainsi déduire des tendances dans les rythmes de l’écriture suivant les missions confiées au secrétaire.

Histogrammes des lettres au fil du temps

8Le triple histogramme (figure 3) permet de représenter le nombre de lettres écrites en fonction de la date de rédaction (en abscisse) et des périodes (en fond de couleur). Cette représentation est interactive : il suffit de cliquer sur une zone du graphique du bas pour obtenir deux représentations plus détaillées par mois et par jour.

9L’autre intérêt apporté par ce regroupement de lettres en fonction de l’interlocuteur ou de la mission est celui de permettre d’étudier les lettres dans leur spécificité, mais sur l’ensemble des 14 années de service de Machiavel. À titre d’exemple, il est très important, dans le cadre de l’analyse de cette correspondance, de distinguer les écrits de gouvernement, lorsque Machiavel se fond dans le « nous » de la Seigneurie et qu’il transmet la voix des dirigeants florentins, des lettres qu’il rédige lorsqu’il est en mission à l’extérieur du dominio ou dans la campagne florentine. L’autonomie du secrétaire et la fonction des missives ne sont pas les mêmes et les stratégies discursives s’en trouvent nécessairement différentes. On peut ainsi questionner l’existence d’un vocabulaire spécifique lorsque Machiavel se trouve en légation, par exemple, auprès du roi de France (les lettres de France représentant environ 1/13 ou 7,4 % du corpus).

Calculs des fréquences et des spécificités

10Nous reportons ci-dessous un exemple des différentes données utilisées. Outre les calculs usuels tels que le nombre d’occurrences, les fréquences relatives et absolues et le rapport entre fréquence totale (dans l’ensemble du corpus) et fréquence dans la période, nous avons ajouté une catégorie qui nous a permis de déterminer une valeur plus précise quant à la spécificité de l’usage de chaque famille de mots dans une période donnée. Dans la figure 4, les familles de mots sont classées en fonction de cet indice de spécificité, dans l’ordre décroissant, et nous avons choisi de montrer les vingt premiers résultats (soit les mots les plus fréquents dans la « période France »).

Différents types de lettres : écrits de gouvernement et lettres de mission

11Pour conclure sur ce travail préliminaire, j’ai ajouté pour chaque missive le nombre de mots contenus. La taille des missives est extrêmement variable (d’une centaine à plus de 20 000 signes) et elle est avant tout conditionnée par le contexte de rédaction, qu’il s’agisse du lieu (a palazzo, en itinérance ou auprès d’un seigneur), de la mission (les descriptions sont d’autant plus longues que la situation est complexe, voire conflictuelle), ou des moyens financiers qui conditionnent l’envoi des lettres jusqu’à Florence (Machiavel sera parfois contraint de remettre des lettres à des marchands florentins, faute d’argent). Le typage systématique des lettres permet ainsi de représenter graphiquement le rythme d’écriture de Machiavel, sans oublier, toutefois, que notre corpus ne contient qu’un échantillon représentatif des milliers de lettres qui sont conservées essentiellement aux Archives d’État de Florence (figure 5).

12Nous avons classé les lettres en fonction de trois calibres : les billets, dont le nombre de signe est inférieur à mille, les lettres standard (entre mille et cinq mille signes) et enfin les lettres d’analyse (dont on a exclu celles qui contiennent d’autres lettres recopiées). Cette alternative dans le choix de sélection des lettres permet de mesurer la grande diversité des attributions de Machiavel. Les lettres les plus brèves sont écrites depuis Florence, avec le « nous » de rigueur qui fait de Machiavel un représentant de l’administration florentine. Elles transmettent une information ou un ordre simple, à l’image de ces exemples :

I 1O [3] Noi ti scrivemo a’ ventotto di questo come noi avavamo deliberato che a quelli soldati franciosi, spagnuoli e tedeschi che si erono alloggiati a Marti tu dessi loro licenza, e scrivemoti le cagioni che ci muovevono a farlo. (31 juillet 1498)

I 36 [3] Intendendo di varii luoghi come Ramazotto insieme con Giuliano de’ Medici, e le genti di messer Giovanni e di messer Anibale Bentivogli, e altre genti veniziane fanno capo grosso in Romagna pervenire a’ danni nostri, e dubitasi non piglino cotesta volta di Pistoia. (19 septembre 1498)

II 55 [3] Questi ci paiono temporali da premiare chi volge vettovaglie in questa terra più tosto che da impedirechi ne vuole condurre ; pertanto non sappiamo bene ritrovare con che consiglio tu proibisca a cotestiuomini condurre qui grani. (10 mai 1501)

II 233 [3] Quanti più disordini noi intendiamo essere seguìti e seguire continuamente in cotesta terra, tanto piùne stiamo continuamente di peggiore voglia, né più ci potrebbe dispiacere el caso seguìto di quel tuo famiglio. (14 septembre 1502)

II 238 [4] Pertanto noi t’imponiamo esamini < se > detti buoi furon presi di buona guerra da chi li vende ; e essendo beni presi, libererai subito el lavoratore di Iacopo, el quale voliamo che tu tragga subito dicarcere a buon sodamento ; e quando tu ritraessi che non fussino suti presi di buona guerra, scriverrai apunto a noi la qualità del caso, e noi ti ordinereno quanto abbi ad esequire. (24 septembre 1502)

  • 11  F. Chiappelli, Nuovi studi sul linguaggio di Machiavelli, Firenze, Le Monnier, 1971.

13D’autre part, les lettres les plus longues, qui sont toutes rédigées lors de missions à l’extérieur de Florence, permettent de se focaliser non seulement sur les conditions et les charges de Machiavel, mais aussi sur son écriture. Il est ainsi possible de rechercher les caractéristiques notables de sa prose et il n’est pas interdit d’espérer par la suite, dans le cadre d’une analyse comparée avec des lettres d’autres émissaires à la même époque, pouvoir faire émerger la singularité, si elle existe, de la perspective machiavélienne, à l’instar de ce que firent les travaux précurseurs de Fredi Chiappelli sur les trois premières années de l’activité diplomatique de Machiavel (1498-1501)11.

L’interface : lire les lettres et analyser les usages

  • 12  Nous pensons par exemple à un typage des modes et des temps grammaticaux.

14À partir du travail préliminaire de nettoyage du texte et de typage de chaque lettre, nous avons pu penser une interface facile à utiliser et dynamique. Les fonctionnalités implémentées sont à ce jour celles que l’on retrouve dans la plupart des logiciels d’analyse textuelle. L’intérêt est ici d’avancer progressivement en fonction des caractéristiques de ce corpus et malgré l’absence de dictionnaire de référence (qui exclut pour l’instant et par manque de temps un typage grammatical systématique qui pourrait être très fertile)12. Outre les possibilités déjà évoquées plus haut permettant de quantifier la présence des familles de mots et de dater les usages, le logiciel permet de naviguer au sein des lettres et de repérer rapidement les contextes d’emploi des termes. La figure 6 illustre comment chaque terme (ici nemico) est présenté avec son environnement immédiat (soit la phrase dans laquelle il est employé).

15L’utilisateur repère ainsi plus rapidement les résultats qui l’intéressent et peut cliquer sur l’œil situé au début de chaque ligne pour voir l’ensemble de la lettre (figure 7).

Les structures arborescentes

16A été aussi conçue dans ce travail une manière spécifique de visualiser les occurrences d’un même terme (figure 8) : les structures arborescentes, qui permettent de voir tous les résultats en une seule image, mais dont les contextes sont moins développés. La partie gauche se réfère aux termes qui précèdent le mot et la partie droite, aux mots qui les suivent. On a ici déployé les résultats pour les 75 occurrences de nimico.

Rupture et nécessité de repenser le politique : quelques pistes

  • 13  A. Fontana, « Les ambassadeurs après 1494 : la diplomatie et la politique nouvelles », dans Italie (...)
  • 14  Une telle affirmation requiert évidemment une analyse de correspondances diplomatiques antérieures (...)

17La lecture de la correspondance officielle de Machiavel nous offre, dans une perspective florentine, un reflet de la péninsule et de l’Europe pendant les guerres d’Italie. Les acteurs se voient contraints de réduire les temps de spéculation et de théorisation politiques afin de parer à l’état d’urgence, un état de guerre permanent et nouveau. Rompre avec des pratiques politiques inadaptées est inévitable et impose de recourir à une nouvelle méthode d’analyse et de compréhension des choses13 qui ne se fonde plus sur la question de la guerre juste ou sur un droit des États, mais sur la simple survie ou conservation de l’État lui-même. À la base de cette nouvelle logique se trouve la nécessité de comprendre les temps et les territoires nouveaux de la politique, à partir d’une nouvelle grille de lecture, afin d’agir de façon adaptée et efficace. Ainsi, la dimension rhétorique de l’activité de chancellerie semble s’obscurcir et s’incliner face à des besoins pratiques, concrets, tangibles14.

  • 15  La majorité des lettres étaient soigneusement datées et marquées du lieu où elles étaient rédigées (...)

18Les Legazioni e Commissarie permettent non seulement d’assister à la construction du regard machiavélien, mais aussi de saisir toutes les caractéristiques propres à ce moment de l’histoire politique italienne. À leur lecture, on comprend l’urgence et l’accélération des temps, ainsi que leur nature inédite, qui génèrent l’incompréhension ou un sentiment d’impuissance vis-à-vis des événements en cours. L’élément qui apparaît aussi de façon éclatante est l’ancrage de chaque propos dans un moment précis (toujours bref, toujours dépassé) et au sein d’un lieu qui en déterminent l’usage. Ce n’est pas uniquement la forme traditionnelle des lettres qui nous pousse à l’affirmer15, mais bel et bien les usages et plus précisément les répartitions lexicales. La forme imposée des lettres administratives et diplomatiques (qui portent systématiquement une date et un lieu) n’est que le prélude des développements qui sont purement et simplement conditionnés par l’espace et le temps propres à la situation dans laquelle se trouve Machiavel lorsqu’il écrit. Le rythme changeant des phrases devient un indice précieux : à Florence ou dans un lieu risqué, le secrétaire écrit vite et peu afin de transmettre les informations urgentes et indispensables. Loin des combats mais au plus près des puissants, pendant ses légations, Machiavel ne transmet plus des ordres, il ne se contente plus de produire un compte-rendu de ce qu’il a vu ou de ce qui lui a été rapporté : il tend à proposer de véritables analyses des pratiques de ceux qui l’entourent.

Le temps et l’espace des usages

19Ces missives délimitent progressivement des zones stratégiques et dressent les états des lieux changeants de la répartition des forces militaires en présence. La matière première des missives est le monde politique « tel qu’il est » : les lettres abondent de descriptions minutieuses sur ce qui se passe matériellement à un moment donné et dans un lieu précis. Il faut décrire le concret, le tangible : pas question de brouiller les cartes mais plutôt de les déplier, voire de les simplifier. Le secrétaire florentin dégage des informations claires à partir de situations complexes et mouvantes, donne une vue d’ensemble des événements (choix possibles et enjeux prévisibles) afin de fournir un compte rendu efficace qui servira de base aux décisions à venir. Ces tendances de l’écriture se construisent et se développent au fur et à mesure de l’expérience machiavélienne et permettent de déceler la mise en place de différents outils de compréhension du monde politique.

  • 16  Pour plus de précisions sur cette idée de naissance des relations internationales, voir R. Descend (...)
  • 17  Commissaire à Pise et Arezzo en 1498, à Marradi en 1503, membre des Dix en 1502, général en Maremm (...)
  • 18  Cela ne signifie pas que ces hommes ne sont plus présents dans les lettres ou même comme destinata (...)

20Les références à un réseau d’informateurs et de contacts au sein de la péninsule comme à l’étranger sont continuelles dans les lettres : nous sommes à un moment clé de l’histoire des pratiques politiques, qui doivent s’adapter aux nouveaux rythmes des guerres d’Italie et aux nouvelles dimensions internationales16. La stabilité de la cité dépend désormais aussi bien de l’intérieur que de puissances extérieures. Il faut donc penser l’État d’une façon inédite et élargie : penser l’équilibre du « monde ». Ainsi, ces pratiques nous renseignent sur un élément qui apparaît comme déterminant dans la prose diplomatique du Secrétaire : pour parvenir à traiter toutes ces nouvelles données, l’information politique est traitée par réseaux, en d’autres termes par superposition de strates de données. De quelle nature sont ces informations et est-il possible d’identifier une régularité dans les procédés de compréhension de ces réseaux ? Nous avons, dans un premier temps, répertorié les éléments de base de ce réseau : les hommes et les lieux. On trouve ainsi 500 noms propres différents qui apparaissent à des fréquences variables. Trois noms émergent nettement : les Ridolfi, Antonio Giacomini17 et les Lapi. Tous les autres noms sont cités moins de 30 fois18. Pour compléter ces informations, nous avons catalogué les fonctions (changeantes) des destinataires. Parmi les 50 fonctions répertoriées, quatre se dégagent nettement : les commissaires (29,3 %, auxquels on peut ajouter les commissaires généraux qui arrivent en quatrième position avec 6,4 %), les capitaines (17,1 %), les Dieci di Balia e Libertà (12,6 %) et les vicaires (11,2 %). Il serait erroné de dire qu’à chaque individu correspond un lieu de résidence ou d’exercice : notre tentative de fournir une carte de ces contacts se complique car tous se déplacent en fonction des besoins de la cité.

  • 19  Nous spécifions « noms propres » dans la mesure où il serait intéressant de préciser encore la pré (...)
  • 20  Cortone, Campiglia, Castrocaro, Borgo San Sepolcro, Pistoia, Volterra, Lari, San Miniato, San Giov (...)

21Voyons à présent ce que nous apprend le relevé de tous les noms propres de lieux19. On en dénombre plus de 240 avec une présence écrasante de références à Cascina et aux différents campements autour de Pise. Livourne, Arezzo et Pescia figurent en tête de liste (avec plus de 70 occurrences chacune) et sont suivies d’un groupe important de possessions florentines20. On retrouve aussi l’ensemble des autres cités de la péninsule, amies ou ennemies. La carte de l’horizon politique des acteurs s’élargit progressivement et bien au-delà de la péninsule et des voisins européens que sont Louis XII et Maximilien Ier de Habsbourg. On retrouve de nombreuses localisations internationales, citées soit par le nom même du pays (la France en premier lieu, puis l’Allemagne), soit par celui de villes ou même de cantons et de hameaux ou, enfin, par celui de gouvernants (« le Turc », Bajazet II, sultan de l’Empire ottoman). Enfin, le relevé des noms propres présents dans notre corpus révèle la présence non négligeable d’observations sur les conditions topographiques, géodésiques et météorologiques de vastes zones stratégiques comme la Maremme, les vallées de l’Arno (le Casentino, le Val d’Arno, le Val de Chiana) ou le bassin du Mugello (au nord-est de Florence). Ces repérages se concentrent parfois sur des périmètres réduits mais déterminants pour l’opération en cours, tels que le col de Crispino (situé entre Marradi et Borgo San Lorenzo), des fleuves italiens (Adige, Arno, Garigliano, Serchio, Tibre), des bastions comme la Verrucola et la Ventura (ancienne fortification sur les monts pisans) ou les châteaux de Naples, Crémone ou Calci. Ces différentes divisions du territoire sont autant d’échelles qui permettent de flécher l’espace politique et d’associer à chaque endroit qui pourrait devenir déterminant une fiche signalétique. Les différents repères géographiques établis lors de légations ou grâce à des contacts sur place permettent ainsi de stocker différents types d’information : des étendues (les campements, les reliefs), des limites (les frontières naturelles et politiques) et des déplacements (armée propre ou ennemie). Ainsi se dessine progressivement la carte du monde politique telle que les Florentins la voient… ou l’imaginent, car tous les éléments du balisage ne sont pas attestés. Certaines localisations sont le résultat d’hypothèses et de déductions, confirmant l’accélération et la prolifération des temps du politique.

Conclusion

  • 21  Consulte e Pratiche della Repubblica fiorentina, 1505-1512, D. Fachard éd., Genève, Droz, 1988.

22Les bouleversements induits par les guerres d’Italie plongent les acteurs politiques dans une peur constante de la disparition de leur système politique : fonder et assurer la stabilité de l’État devient la préoccupation première et, dans les faits, l’objectif de toutes les stratégies (de guerre ou d’alliance). L’internationalisation des conflits impose de nouvelles pratiques afin de comprendre quelles sont les nouvelles règles du jeu politique. Les procès-verbaux issus des Consulte e Pratiche de la République de Florence21 sont des documents très précieux, notamment parce qu’ils permettent de comprendre ces événements dans leur actualité. En ces temps troubles, les hommes cherchent à juste titre des certitudes, des points fixes sur lesquels fonder leurs décisions. Mais c’est bien l’instabilité de la situation politique qui émerge de ces lettres : les acteurs politiques semblent courir après un temps qui va trop vite, qui n’est, en définitive, que variazione, mutazione et alterazione. Mais, même si Machiavel semble adopter l’idée héraclitéenne du changement perpétuel, il tente, au fil des missives, de donner les meilleurs conseils et les meilleures descriptions possibles. L’expérience quotidienne devient alors à la fois la condition du perfectionnement d’un savoir-faire et la condition nécessaire pour disposer d’une vue d’ensemble de la situation politique. Le temps et l’espace définissent ainsi le domaine politique en fonction de catégories souvent binaires et toujours fluctuantes telles que ami/ennemi, allié/isolement, armé/désarmé, riche/pauvre, etc. C’est seulement après avoir passé en revue les points de cette check-list incontournable qu’entreront en scène la vertu ou la fortune. Cette tendance au balisage permet donc de mettre en lumière deux aspects majeurs révélés par les Legazioni e Commissarie : la dimension utilitaire et pratique, d’une part, et d’autre part, la recherche d’outils permettant de schématiser certaines situations, en d’autres termes, des instruments généraux mobilisables à tout moment.

23Au vu des éléments mis en valeur, nous pensons qu’il peut être utile d’associer la méthode de la philologie politique à un examen statistique des missives, afin de systématiser et d’organiser les informations issues des données sémantiques. Le développement des humanités numériques offre certainement des prolongements intéressants aux méthodes traditionnelles d’analyse propres aux sciences humaines. Mais il n’est pas question ici d’exploiter les outils informatiques en produisant des quantités de données sans grand intérêt qui négligeraient la nature des textes. Il s’agit plutôt de favoriser la complémentarité et l’enrichissement des techniques d’analyse des textes qui permettent de reconstituer les réseaux sémantiques de mots dont le sens a changé au fil du temps. Dans cette perspective, l’élucidation sémantique que visent les différentes fonctionnalités du logiciel sur lequel je travaille va donc de pair avec la lecture lente des textes et avec l’historicisation des productions langagières.

Annexes

 

Figure 1. Histogramme des termes et graphies de la famille ambasceria

Figure 1. Histogramme des termes et graphies de la famille ambasceria

Figure 2. Déplacements de Machiavel au cours de ses trois premières années à la chancellerie

Début Fin Période Lieux
1498-7-9 1499-3-22 SG Florence
1499-3-24 1499-3-24 Piombino Piombino
1499-3-25 1499-7-6 SG Florence
1499-4-12 1499-7-27 Imola Imola
1499-9-4 1500-6-6 SG Florence
1500-6-10 1500-7-11 Front Pisan Pistoia, Pescia, Cascina
1500-7-14 1500-7-14 SG Florence
1500-7-17 1500-12-12 France I Lyon, Saint-Pierre-le-Moûtier,Nevers, Montargis, Melun, Blois, Nantes
1501-1-21 1501-1-21 SG Florence
1501-2-2 1501-2-2 Pistoia I Pistoia
1501-2-2 1501-7-13 SG Florence
1501-7-23 1501-7-24 Pistoia II Pistoia
1501-8-9 1501-8-17 SG Florence
1501-8-18 1501-8-18 Sienne I Sienne
1501-8-26 1502-4-28 SG Florence
1502-5-1 1502-5-1 G. Bentivoglio Bologne
1502-5-26 1502-6-7 SG Florence
1502-6-22 1502-6-26 CB I Ponticelli, Urbin
1502-7-1 1502-8-14 SG Florence
1502-8-15 1502-8-20 Arezzo Arezzo
1502-8-20 1502-10-4 SG Florence
1502-10-4 1503-1-21 CB II Imola, Césène, Senigaglia, Corinaldo,Sassoferrato, Gualdo, Assise, Torsiano,Castello della Pieve, Castiglione

Figure 3. Histogramme de la répartition des lettres dans le temps

Figure 3. Histogramme de la répartition des lettres dans le temps

Figure 4. Fréquences et spécificités des familles de mots

Figure 4. Fréquences et spécificités des familles de mots

Figure 5. Frise des lettres en fonction du nombre de signes

Figure 5. Frise des lettres en fonction du nombre de signes

Figure 6. Le terme nemico dans son environnement

Figure 6. Le terme nemico dans son environnement

Figure 7. Visualisation lettre 9 volume 1

Figure 7. Visualisation lettre 9 volume 1

Figure 8. Les occurrences de nemico en structure arborescente

Figure 8. Les occurrences de nemico en structure arborescente

Notes

1  J.-C. Zancarini, « Une philologie politique. Les temps et les enjeux des mots (Florence, 1494-1530) », Laboratoire italien, 7, 2007, « Philologie et politique », C. Del Vento et J.‑L. Fournel éd., Lyon, ENS Éditions, novembre 2007.

2  Pour plus de renseignements, voir : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article1631 et http://hyperprince.ens-lyon.fr/hypermachiavel (sites consultés le 11 février 2015, de même que les autres sites mentionnés dans cet article).

3  Lettre à Vettori du 10 décembre 1513, dans Machiavel, Le Prince, traduction, notes et commentaires de J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, Presses universitaires de France, 2014, p. 401. Voir aussi J. M. Najemy, Between Friends. Discourses of Power and Desire in the Machiavelli-Vettori Letters of 1513-1515, Princeton, Princeton University Press, 1993.

4 La politique par correspondance. Usages politiques de la lettre en Italie, xive-xviiie siècles, O. Rouchon, J. Boutier et S. Landi éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

5  Edizione Nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli, Legazioni. Commissarie. Scritti di governo, Rome, Salerno : t. I (1498-1500), J.-J. Marchand éd., 2002 ; t. II (1501-1503), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., 2003 ; t. III (1503-1504), J.-J. Marchand et M. Melera-Morettini éd., 2005 ; t. IV (1504-1505), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., 2006 ; t. V (1505-1507), J.-J. Marchand, A. Guidi et M. Melera-Morettini éd., 2009 ; t. VI (1507-1510), D. Fachard et E. Cutinelli-Rèndina éd., 2011 ; t. VII (1510-1527), J.-J. Marchand, A. Guidi et M. Melera-Morettini éd., 2012.

6  http://textometrie.ens-lyon.fr/

7  http://palm.huma-num.fr/PALM/

8  http://www.frantext.fr/

9  http://ancilla.unice.fr/

10  Les figures se trouvent en annexe.

11  F. Chiappelli, Nuovi studi sul linguaggio di Machiavelli, Firenze, Le Monnier, 1971.

12  Nous pensons par exemple à un typage des modes et des temps grammaticaux.

13  A. Fontana, « Les ambassadeurs après 1494 : la diplomatie et la politique nouvelles », dans Italie 1494, A.-C. Fiorato éd., Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1994 : « Les vieilles catégories de la jurisprudence médiévale et humaniste se révèlent tout à fait incapables de rendre compte de la nouvelle logique des rapports de force entre les États » (p. 149).

14  Une telle affirmation requiert évidemment une analyse de correspondances diplomatiques antérieures dans une perspective comparatiste et sémantique afin d’observer, dans un premier temps, si les relevés statistiques mettent d’ores et déjà en lumière des glissements lexicaux significatifs. Ce travail est en cours.

15  La majorité des lettres étaient soigneusement datées et marquées du lieu où elles étaient rédigées. Cette précision formelle n’est pas systématique concernant les lettres qui nous sont parvenues (elles peuvent être incomplètes, abîmées, raturées, illisibles, etc.) : l’Edizione Nazionale est parvenue à rétablir la chronologie et la provenance de chacune des missives éditées, grâce à un travail de paléographie et de contextualisation exceptionnel.

16  Pour plus de précisions sur cette idée de naissance des relations internationales, voir R. Descendre, « Le cose di stato : sémantique de l’État et relations internationales chez Machiavel », Il Pensiero politico, XLI, 1, 2008, p. 3-18, et P. Gilli, « La fonction d’ambassadeurs d’après les textes juridiques italiens du xve siècle et le traité de Martino Garati da Lodi : une impossible représentation », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 121/1, 2009, p. 173-187 : « La réflexion sur le statut juridique et politique des ambassadeurs est inséparable de la maturation d’un droit public international et d’un jus gentium qui soit davantage qu’une référence classique dépourvue d’implication politique précise pour devenir un droit public des États » (p. 187).

17  Commissaire à Pise et Arezzo en 1498, à Marradi en 1503, membre des Dix en 1502, général en Maremma en 1505, il participe à la reconquête de Pise en 1509.

18  Cela ne signifie pas que ces hommes ne sont plus présents dans les lettres ou même comme destinataires (non par leur nom mais par leur fonction). De la même façon, notre objectif (non réalisable dans le cadre de cet article) est de recouper ces noms avec toutes les autres appellations qui s’y rapportent ; exemple : il Valentino) et d’ajouter à cette liste des destinataires celle de tous les autres membres du réseau qui sont cités dans les lettres.

19  Nous spécifions « noms propres » dans la mesure où il serait intéressant de préciser encore la présente liste et de distinguer tous les types de lieux mentionnés : les cités, les cours, les zones militaires stratégiques, etc.

20  Cortone, Campiglia, Castrocaro, Borgo San Sepolcro, Pistoia, Volterra, Lari, San Miniato, San Giovanni, Scarperia.

21  Consulte e Pratiche della Repubblica fiorentina, 1505-1512, D. Fachard éd., Genève, Droz, 1988.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Histogramme des termes et graphies de la famille ambasceria
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 3. Histogramme de la répartition des lettres dans le temps
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure 4. Fréquences et spécificités des familles de mots
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 5. Frise des lettres en fonction du nombre de signes
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 6. Le terme nemico dans son environnement
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 7. Visualisation lettre 9 volume 1
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 8. Les occurrences de nemico en structure arborescente
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 787k

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540