Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Première partie. Florence : la politique nouvelle XVe-XVIe siècles

Administrer les choses divines ? Les conseillers florentins de la pratica et l’organisation de l’épreuve du feu

Dora D’Errico

Texte intégral

  • 1  Le 11 février 1498, Savonarole reprend en effet sa prédication au Duomo avec un cycle de sermons s (...)
  • 2  Les deux brefs du Pape datent du 26 février et du 9 mars 1498. L’heure est grave puisque l’interdi (...)
  • 3  En effet, comme le rapporte Parenti, Savonarole « sputava nelle sue predicazioni venenosissime par (...)
  • 4  « Giudicavano alcuni [della Signoria] che il mandato brieve si leggessi nel Consiglio Grande, dove (...)
  • 5  Le 16 mars, la Seigneurie interdisait la prédication mais ne défendait pas aux fidèles de se rendr (...)

1Le 13 mai 1497, Savonarole est excommunié et il cesse de prêcher. Il reprend cependant moins d’un an plus tard sa prédication, dans le Dôme puis à Saint-Marc1. Le pape, furieux de la reprise de la prédication savonarolienne, fait immédiatement parvenir deux brefs à Florence, menaçant la ville d’un interdit si le Frère de Saint-Marc n’interrompt pas immédiatement ses sermons2. Savonarole ignore l’ire papale et poursuit sa prédication contre Rome3. La tension est grande, d’autant plus que la Seigneurie ne parvient pas à créer à la pratica, l’assemblée consultative qui guide ses décisions, le consensus nécessaire pour prendre les mesures qui feraient cesser la prédication : la pratica du 14 mars où les partisans du Frère sont nombreux ne débouche sur aucune délibération. C’est pourquoi la Seigneurie, pressée par les Arrabbiati, ennemis jurés des Savonaroliens, de faire appliquer le bref papal, songe même à soumettre l’affaire au vote du Grand Conseil, moins favorable au Frère4. Abandonnant ce projet, elle s’en tient finalement à un arrangement qui ne satisfait cependant pas les adversaires de Savonarole5.

  • 6  La peur des marchands est rapportée par Luca Landucci dans son Diario : « E a dì di marzo 1497, ci (...)

2L’impossibilité de promulguer à Florence le bref du pape, l’impossible consenso de la pratica, les pressions des Arrabbiati sur la Seigneurie et leurs escarmouches dans la ville, la lassitude progressive des Florentins et la peur croissante des marchands6, sont autant de facteurs qui font entrer la ville dans une période de tension rapidement insoutenable, tension qui avec le temps va se révéler défavorable à la parte fratesca.

Un consentement dicté par les circonstances ?

  • 7  L. Landucci, ouvr. cité, p. 165-166.
  • 8  P. Parenti, mars 1498, f. 31vo.
  • 9  « Mentre queste cose si praticavano, a nulla altro per la terra s’attendeva che a ragionare di sim (...)
  • 10  « La Signoria nostra […] mandò bando sotto pena di fiorini 25 larghi, o tratti 5 di corda, a qualu (...)
  • 11  « […] et riparare agl’inconvenienti che la nocte seguono de’ giovani, et in tutto rimettere tal co (...)

3Les chroniqueurs nous permettent de prendre la mesure de cette grande agitation qui gagne la cité, de voir comment le combat politique passe du Palazzo à la piazza et comment la Seigneurie peine à y maintenir l’ordre. Luca Landucci, conforté par Piero Parenti, rapporte ainsi les inscriptions infamantes que l’on pouvait lire aux portes de la ville – incitant notamment à brûler les palais des meneurs Piagnoni –, les quolibets toujours plus blasphématoires et les mises en scène parodiques des discours du Frère – on le singeait en allumant des lanternes, en criant au « vero lume » et l’on se prosternait7 –, les tapages de la « compagnia » des Compagnacci pendant le Carnaval8. La nuit, la ville devenait dangereuse, des groupes de jeunes gens armés faisaient leurs coups9, et la Seigneurie peinait à maintenir l’ordre malgré l’instauration expresse de sanctions10. Ces désordres incessants sont du reste mentionnés dans la pratica du 30 mars 1498 qui va nous occuper, au cours de laquelle Girolamo Capponi se plaint de ces chahuts nocturnes « de’ giovani » qu’il voudrait voir désormais cesser11.

4Il faut avoir ce contexte exceptionnel à l’esprit pour comprendre l’implication des Consulte e Pratiche dans la gestion de cette grave crise politique, de même que la nature du soutien que cette assemblée apportera in fine aux volontés de la Seigneurie en dépit de ses nombreux scrupules. C’est en effet dans ce contexte de crise que la Seigneurie convoque une pratica le 30 mars 1498 et espère obtenir son accord pour que puisse se tenir l’épreuve du feu.

  • 12  « Nero del Nero, etc. : excusatione premissa, etc. ; per dire quel che io intendo di questa cosa, (...)
  • 13  « Et se fussi lecito questo certamine, me ne riferirei a’ frati. » ASF, CP, 64, f. 49ro, Luca Cors (...)
  • 14  « […] io non consiglerei che il campo si dessi se prima non si vedessi per ragione canonica ». ASF (...)
  • 15  Pour reprendre la terminologie employée par Luigi Venturi le 14 mars 1498 (ASF, CP, 64, f. 38ro, L (...)
  • 16  Comme le dit Giuliano Mazzinghi : « A me mi pare una gran vergogna, non della Signoria ma di quest (...)
  • 17  Voir ASF, CP, 64, f. 50vo, Giuliano Mazzinghi, 14 mars 1498, p. 68, vol. II, et ASF, CP, 64, f. 47 (...)

5L’accord de la pratica, donné à reculons, doit être compris selon nous en partant des réticences multiples dont l’entourent les membres de la pratica. D’abord, la nature ecclesiastica, teologica ou encore spirituale de l’affaire les arrête. D’une part car cette dernière est « cosa impertinente a noi », elle n’entre pas dans leurs prérogatives, leur esperienza, leur connaissance de la loi12. En l’espèce, ils ne sont pas compétents pour examiner en droit, pour décider comme ils en ont l’habitude si le Comune doit ou ne doit pas organiser l’épreuve, car comme le dit le docteur en droit Luca Corsini, ils ne peuvent déterminer si le certamine est « lecito » ou pas13. Et ce n’est pas à eux de dire le droit canon – la ragione canonica14 –, en aucun cas ils ne veulent être tenus pour responsables de décisions et d’actes répréhensibles au regard des regule delle cose divine15. D’autre part, cela leur semble « una gran vergogna » à eux, hommes de bien, de « parlare di queste cose »16. Cette « gara di frati », de par son incongruité et les risques qu’elle leur fait prendre, les expose à la risée de tous, les rend indignes de la mémoire des « padri nostri fondatori » qui jamais n’auraient traité d’une « simile cosa » dont on ne peut attendre que « trastullo et vituperio di tutto il mondo »17.

  • 18  C’est le terme utilisé par le Notaio delle Riformagioni dans la délibération de la Seigneurie qui (...)
  • 19  Quant à la Seigneurie, elle arbitrera même plus tard, pour éviter que l’épreuve n’avorte, un débat (...)

6Hormis certains Frateschi les plus hardis ou certains des Arrabiati les plus échauffés par une telle occasion, les cittadini savi et prudenti de Florence sont récalcitrants et pourtant ils vont consentir à ce que la probatio supernaturalis18 ait lieu, consentir contre leur sens de l’honore, leur sens de la loi, leurs habitudes de pensée et contre leurs principes. Pourquoi acceptent-ils de « dare il campo » pour un certamine dont ils ne peuvent s’assurer le caractère lecito ? La réponse est en réalité très simple : la pratica consent car le certamine est opportun politiquement. Scrupules et réserves marquent ainsi le moment où le rapport à la loi s’embrouille, comme si l’urgence et la crise rendaient tout lecito, qu’il n’y avait alors plus de « cosa impertinente » à leurs compétences, et que toute solution, dans la mesure où elle permet de sortir de la crise, devenait « pertinente », à savoir idoine à leur parole de conseiller. Et cela quand bien même il faudrait en passer par un usage politique et profane du corps du Christ, vu comme un moyen de recomposer la cité désunie19.

  • 20  Pasquale Villari parle à ce propos, avec une exagération certaine, de la victoire de « l’indiffere (...)

7Ainsi, au risque de s’engager plus avant dans des affaires spirituelles qui lui sont d’ordinaire étrangères et d’exposer le Corpus Domini à l’outrage des flammes, la pratica donne son aval à la tenue de l’épreuve, accepte que la Seigneurie construise un palchetto devant le Palais, y allume un feu et y fasse entrer – et brûler – les Frères de Saint-Marc, car comme les conseillers le disent à la Seigneurie, ils savent très bien ce qui attend les religieux. C’est donc en général avec résignation qu’ils consentent à l’épreuve, offrant à la Seigneurie un soutien mou et embarrassé, mais un soutien tout de même20. Une occasion leur est donnée d’apaiser les tensions internes qui mettent en péril la cité et de satisfaire par cette voie peu commune aux exigences du bref : data questa occasione, essendo data questa occasione, poi che questa occasione ci è stata data, ora noi siamo venuti a questa occasione, peut-on lire en effet de plus en plus souvent dans le dernier tiers du procès-verbal de la séance. L’idée a fait son chemin, une occasion leur est donnée de sortir de la crise, ils ne peuvent la refuser.

8L’intérêt de la pratica du 30 mars 1498 tient alors selon nous à ce qu’elle soulève deux types de problèmes : elle éclaire tout d’abord le lien entretenu par les sages citoyens aux choses divines et nous permet ensuite de prendre la mesure de leur pragmatisme politique quand il s’agit de contribuer à l’utile d’une cité en crise.

Cose divine et cose humane

  • 21  À l’occasion du Concile de Pise, la pratica conseille par exemple que les « recteurs » florentins (...)
  • 22  Voir plus haut l’intervention de Nero del Nero (note 12). On peut aussi citer l’intervention de l’(...)
  • 23  « Carlo di Daniel Canigiani : premissa excusatione, etc. ; e’ mi pare che in questo luogo s’abbia (...)
  • 24  Se reporter à la synthèse proposée par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini dans le chapitre « Le mome (...)

9On rappelle tout d’abord que la distinction entre publico et spirituale est alors une distinction opérante dans les débats de la pratica, comme en témoignent d’autres affaires soumises aux conseillers21. Certains orateurs rappellent du reste à la pratica du 30 mars 1498 la nécessité de cette distinction de deux sphères séparées : que chacun s’occupe de ce pour quoi il est compétent, que les Frères disent la messe plutôt que de s’immiscer dans les affaires du publico, « [che] questi predicatori lascessino queste cose et predicassino il verbo di Dio »22. Leur rôle est de s’occuper des affaires de la cité, de parler « della guerra et del danaio », non de canoniser les saints, « [di] canonizare e’ santi »23. Ils préféreraient dégager leur responsabilité de cette affaire embarrassante qui risque en outre de leur attirer la risée de l’Italie entière. Le moment savonarolien génère cependant très naturellement pour nombre d’acteurs une certaine indistinction entre choses humaines et choses divines dans la mesure où la séparation des règles qui gouvernent chaque ordre est sensiblement troublée à un moment où l’on a entendu presque quotidiennement que le Christ était roi de Florence, que le Grand Conseil était son œuvre, que le roi de France venait en rédempteur, que réforme politique et spirituelle étaient consubstantielles, etc.24. On comprend aisément que les Florentins de la pratica puissent être dans l’embarras quant à savoir quel ordre de règles doit s’appliquer.

  • 25  « Messer Luca Corsini, etc. : la cosa è grande perché sono cose divine et humane, et hanno in se t (...)

10Ainsi, Luca Corsini, en bon savonarolien, lie intimement choses divines et humaines – « la cosa è grande perché sono cose divine et humane ». Selon lui, les difficultés politiques que traverse Florence coïncident avec les cose del Frate – « tutte le difficultà sono procedute da questa cosa del Frate »25. Fort de la conscience de l’imbrication des deux ordres, il considère que le certamine spirituel qui doit avoir lieu est au cœur de la vie de la cité et qu’il la déterminera – « hanno in se tutta la pace et discordia di tutta questa città ». Il voit dans la joute proposée par les Frères un remède pour la Seigneurie – « una medicina » –, mais dans la mesure précisément où ce remède lui est donné et qu’elle n’en est pas à l’origine, elle n’a donc pas à décider s’il doit avoir lieu ou pas, c’est aux Frères d’en décider – « se fussi lecito questo certamine, me ne riferirei a’ frati ».

  • 26  Antonio Lanfredini, fratesco et signataire de la pétition de juillet 1497, attend de cette épreuve (...)
  • 27  Sur la question complexe de la double dimension politique et religieuse de la prophétie savonaroli (...)
  • 28  Messer Ormannozo Dati : « E’ mi pare che alle Signorie vostre sia offerta una gran gratia, dalla q (...)
  • 29  Pour Antonio Malegonnelle, ce bûcher est également l’occasion que soit faite la lumière non seulem (...)
  • 30  Pour Francesco Valori, alors dépourvu de charge, simple richiesto, c’est soit le miracle soit la s (...)
  • 31  « […] a me pare da ringratiare Idio che e’ frati sieno offerti si di cavarci di questa ambiguità, (...)

11Pour la plupart des Frateschi, très nombreux à la pratica, l’épreuve du feu est une « occasione » qui leur est offerte par Dieu – « parmi sia da ringratiare Idio della occasione »26 –, terme qui a certes ici un sens politique mais revêt néanmoins également une connotation religieuse et fait écho à l’idée que la foi peut et doit être mise à l’épreuve en des circonstances choisies afin que le fidèle atteste de l’œuvre de la Grâce27. Pour certains, l’occasion est une grâce – « una gran gratia » – qu’il faut impérativement saisir28. Parmi eux, on entend les partisans les plus engagés du Frère, le docteur en droit de renom Antonio Malegonnelle29, l’impétueux Francesco Valori30, ou encore Piero Guicciardini qui espère voir de ses propres yeux le vrai apparaître du bûcher – « et io per me harei caro che questo vero si vedessi »31.

  • 32  « Intanto e’ partigiani del Frate, co’llui insieme ristrettisi, consultorono come a governare si a (...)
  • 33  Préoccupation qui irrigue les sermons du Frère qui ne veut pas perdre le « reggimento » : « El Fra (...)

12Derrière ces déclarations, il faut aussi très pragmatiquement considérer qu’un engagement en faveur de l’épreuve du feu recouvre pour le parti savonarolien des enjeux de tactique politique. Les enjeux de la probatio sont très directement politiques pour les leaders frateschi dont on retrouve d’éminents représentants à la pratica du 30 mars – Giovambattista Ridolfi, Paolantonio Soderini, Francesco Valori, Pierfrancesco Tosinghi pour n’en citer que quelques-uns –. Comme l’écrit Piero Parenti, une fois parvenus les deux brefs du Pape, et avant même que ne se tienne la pratica du 14 mars, les partisans de Savonarole résolurent de ne craindre ni l’excommunication ni l’interdit et décidèrent de continuer à aller ouvertement à Saint-Marc écouter la prédication. Ils prirent cette décision, explique Parenti, car ils entendaient conserver lo stato et il fallait pour ne pas le perdre montrer qu’ils étaient forts, unis, et qu’ils ne craignaient pas leurs ennemis32. Parenti nous propose ainsi un récit très politique de l’affaire où l’enjeu est très nettement la conservation de l’État par les Savonaroliens33.

  • 34  En effet, sur les cinquante participants, on dénombre seize orateurs ouvertement et publiquement p (...)
  • 35  Mais contrairement à la première analyse faite de cette pratica en son temps par Clemente Lupi, qu (...)
  • 36  Anti-savonarolien convaincu, pro-Ligue, il sera l’un des esaminatori de Savonarole. « […] Et io no (...)
  • 37  Jeune frère de l’alors défunt Piero di Gino Capponi, qui fut un adversaire inconditionnel de Frère (...)

13Face à eux, les opposants à Savonarole sont légèrement moins nombreux à la pratica34, et leurs positions sont plus diverses35. Nombreux sont ceux qui préféreraient envoyer Savonarole à Rome pour que d’autres se chargent de les en débarrasser – comme le disent Lorenzo Morelli36 ou Tommaso Capponi37. Mais si l’on ne peut déléguer cette affaire à Rome, le bûcher est encore le meilleur moyen d’éliminer les Frateschi car il révélera l’imposture. Et comme le disent les plus venimeux, il éliminera déjà physiquement certains de leurs ennemis. L’issue de l’épreuve ne fait aucun doute à leurs yeux et leur approche apparaît en cela dénuée des ambiguïtés entretenues par le croisement des registres profanes et sacrés propres aux Frateschi.

  • 38  « la divisione è dal credere et non credere ; et per questo, non solamente data questa occasione, (...)
  • 39  « Agnolo de’ Bardi, etc. : disse molte cose delle conclusione, etc. Consigliò che si mettessi ad e (...)
  • 40  Id., Prat., f. 51ro-51vo, p. 70. Filippo Giugni est selon toute vraisemblance le frère de Bartolom (...)

14Ainsi par exemple, Piero degli Alberti que l’on connaît comme l’un des principaux agitateurs anti-savonaroliens, réputé pour être un factieux de premier ordre, est à la pratica du 30 mars à la hauteur de sa réputation. Il considère la proposition des Frères comme une occasion – toute politique – à ne pas manquer, ne veut surtout pas confier le règlement de l’affaire au Vicaire pour être certain qu’elle ne lui échappe. Il clame haut et fort son désir de faire passer par les flammes non pas les Frères qui se sont rendus la veille au Palais pour inscrire leurs noms dans un capitulo officiel, mais Savonarole lui-même – « sare’ meglo piglare il principale se non un de’ soscripti »38. On est également saisi de la véhémence d’Agnolo de’ Bardi qui voudrait mettre au bûcher tous les Frères – « tutti gli altri frati » – qu’il n’hésite pas du même coup à insulter avec les mots les plus crus, d’ailleurs censurés par le scripteur39. Dans la même veine, Filippo di Domenico Giugni fait preuve, lors de la pratica du 30 mars, d’un grand cynisme, sa raillerie de Compagnaccio y est mordante, soulignée d’ailleurs par le point d’exclamation du scripteur : qu’on mette les Frères à l’eau plutôt que dans le feu, ils se feront moins mal – « del fuoco mi pare cosa strana et io vi vo mal volentieri ; potrebbese tentare con minore pericolo entrasse nell’aqua ! ». Ensuite, plus sérieusement et avec beaucoup de virulence, il demande à la Seigneurie de les débarrasser du mal seme savonarolien – de « sbarbicare questo mal seme […] ; che si levassi via la radice »40. À leurs yeux, l’épreuve est mieux qu’une simple occasion politique : elle est une aubaine, et l’opportunité de faire un « coup ».

  • 41  Id., Prat., f. 52ro, p. 71.
  • 42  Tommaso Antinori ferait en effet partie de la commission chargée de s’occuper de l’épreuve, si l (...)
  • 43  « E a dì 27 di marzo 1498, frate Domenico da Pescia, frate pure di San Marco, invitò nella predica (...)
  • 44  « E’ Frateschi, dubitando pure mediante lo interdetto da Roma, se venissi, non essere stretti a pe (...)
  • 45  « Un tal Francesco di Puglia, dell’ordine di San Fracesco, predicando la quaresima in Santa Croce, (...)

15Poussant plus loin cet usage des cose divine, certains Arrabbiati parmi les plus factieux n’hésitent pas à surenchérir dans l’instrumentalisation de la foi au service de leurs propres fins, comme le montre à cet égard la remarque de Tommaso Antinori dont le cynisme éclate en dévoterie hypocrite. Ne clame-t-il pas en effet que ce qui va se produire lors de l’épreuve est saint – « stimo non solo che e’ sia bene, ma santo »41, alors qu’il est lui-même l’un des instigateurs du piège politique tendu aux Frateschi42 ? Poursuivant dans le même sens, il avance même comme preuve du caractère saint du certamine, la spontanéité des Frères à vouloir s’y livrer – « confortomi che chi vuole entrare nel fuoco non sia venuto da’ Signori ma da loro » – alors que ses compagni et lui sont en réalité pour une grande part responsables de l’affaire. Il faut ici faire une place à la question non complètement résolue de l’identification des acteurs qui eurent l’initiative de l’épreuve du feu. Si Luca Landucci dans son Diario fait accomplir le premier pas à fra Domenico43, et si Parenti semble assigner l’initiative de l’épreuve aux Frateschi44, Pasquale Villari soutient au contraire, en s’appuyant sur les textes de la Vita latina, du Vulnera Diligentis et de Burlamacchi, que l’initiative fut celle du Frère Francesco di Puglia, fortement aiguillonné par les Compagnacci45. On ne peut donc pas dire, au vu des sources que nous possédons, que le certamine del fuoco ait été unilatéralement une initiative de cittadini anti-frateschi pour se débarrasser de leurs ennemis politiques. Toutefois, il est clair, comme nous le voyons dans la pratica et dans les récits des contemporains, que l’épreuve du feu devait permettre la « liquidation d’un ennemi politique » grâce à une stratégie qui dissimulait son objectif sous les codes du religieux. À cet égard, les rapports entre cose divine et cose humane relèvent moins, comme on a pu le dire parfois, d’un retour à l’obscurantisme médiéval que d’une instrumentalisation du religieux comme mode de résolution d’un conflit et arme de persuasion du peuple. En cela, le rapport publico/spirituale tel que nous l’avons trouvé dans les Consulte e Pratiche della Repubblica fiorentina nous apparaît des plus modernes.

16Une analyse des argumentaires et des positions des conseillers de la pratica permet de comprendre que si la distinction entre publico et spirituale demeure à leurs yeux politiquement opérante, l’enchevêtrement des cose humane et des cose divine, sensible dans le discours de nombreux Frateschi, atteste d’une porosité des catégories publico/spirituale caractéristique de la période savonarolienne. Ce moment manifeste également une tendance à l’instrumentalisation du religieux par le politique qui sera aussi bien l’œuvre des partisans que des opposants du Frère. Elle s’imposera également à ceux qui, serviteurs du bien commun, se placent « au-dessus des parties » et refusaient que le publico se mêle des affaires des Frères. Ces derniers laisseront faire, saisissant l’occasion politique que cette mise en scène constitue, afin de tenter de sortir la cité de la crise où elle s’est enfoncée. Aussi, pour les factieux comme pour les incuranti, et malgré leurs réticences, l’épreuve du feu constitue-t-elle véritablement une occasion, à travers laquelle certains projettent leurs ambitions et leurs calculs politiques, d’autres leur vision du salut de Florence, tandis que d’autres encore y voient une manière de ramener le calme dans la cité.

Notes

1  Le 11 février 1498, Savonarole reprend en effet sa prédication au Duomo avec un cycle de sermons sur l’Exode qu’il poursuivra à partir du 1er mars à San Marco.

2  Les deux brefs du Pape datent du 26 février et du 9 mars 1498. L’heure est grave puisque l’interdit mettrait Florence – la ville et ses biens, à l’intérieur et à l’extérieur de ses murs – à la merci de toutes les violences. Le chroniqueur Piero Parenti rapporte ainsi la teneur du second bref papal : « Di nuovo venne da Roma brieve alla Signoria il quale, visto la nostra ostinazione a non cedere di fare contro a frate Ieronimo, almeno fussimo contenti di proibirli la predicazione : questo, se lo facessimo, verrebbe in grandissimo nostro benifizio ; quanto che no, aspettassimo subito lo interdetto, con ogni conseguente maladizione. » P. Parenti, mars 1498, f. 30ro. Voir P. Parenti, Storia Fiorentina, A. Matucci éd., I (1476-1478 ; 1492-1496), Florence, Olschki, 1994 ; II (1496-1502), Florence, Olschki, 2005.

3  En effet, comme le rapporte Parenti, Savonarole « sputava nelle sue predicazioni venenosissime parole contro al Pontefice, e al tutto negava che ubidire si dovessino tali scomuniche ». P. Parenti, mars 1498, f. 28ro.

4  « Giudicavano alcuni [della Signoria] che il mandato brieve si leggessi nel Consiglio Grande, dove tale parte e’ Frateschi non aveano. » P. Parenti, mars 1498, f. 29ro.

5  Le 16 mars, la Seigneurie interdisait la prédication mais ne défendait pas aux fidèles de se rendre à San Marco comme le souhaitaient les Arrabbiati. Et Parenti de commenter : « Ma non così riuscì, imperò che alquanti della parte avversa al Frate s’accordorono con i Frateschi in questa sentenza : che il Frate più non predicassi, sanza proibire a’ cittadini l’andare a San Marco. » Parenti, mars 1498, f. 31ro.

6  La peur des marchands est rapportée par Luca Landucci dans son Diario : « E a dì di marzo 1497, ci fu nuove come’l Papa era adirato co’ Fiorentini, e che non si poteva quietare. Eraci lettere in molti mercatanti ch’avevano paura di andare a sacco Roma. » L. Landucci, Diario fiorentino dal 1450 al 1516, I. Del Badia éd., Florence, Sansoni Antiquaria, 1985, p. 165.

7  L. Landucci, ouvr. cité, p. 165-166.

8  P. Parenti, mars 1498, f. 31vo.

9  « Mentre queste cose si praticavano, a nulla altro per la terra s’attendeva che a ragionare di simile materia : ciascuna delle parti a suo proposito parlava e la Signoria biasimavano, lenta e pigra a non trarre el popolo di confusione. La notte s’andava per la terra con grandissimo pericolo rispetto alle arme, le quali dalla gioventù si portavano. » P. Parenti, mars 1498, f. 33ro.

10  « La Signoria nostra […] mandò bando sotto pena di fiorini 25 larghi, o tratti 5 di corda, a qualunque l’arme portassi. » P. Parenti, mars 1498, f. 33vo.

11  « […] et riparare agl’inconvenienti che la nocte seguono de’ giovani, et in tutto rimettere tal cosa al Vicario ». ASF, CP, 64, f. 47vo, Girolamo Capponi, 30 mars 1498, p. 65, vol. II. Les citations des Consulte e Pratiche proposées ici sont issues de l’édition en quatre volumes de Denis Fachard, réalisée entre 1988 et 2002 aux Éditions Droz de Genève. Les citations sont proposées dans cet article avec une nomenclature complète indiquant également le registre du fond d’archive (ASF, Consulte e Pratiche, 67), le numéro du feuillet, le nom de l’intervenant, la date de l’intervention, puis la page et le numéro de volume de l’édition Fachard. L’indication « vol. II » désigne le premier des deux tomes consacrés aux années 1498-1505 (Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina 1498-1505, D. Fachard éd., 2 vol., Genève, Droz, 1993).

12  « Nero del Nero, etc. : excusatione premissa, etc. ; per dire quel che io intendo di questa cosa, che non intendo nulla. Et essendo cosa impertinente a noi, essendo ecclesiastica, che fussi bene lasciare, presupponendo che o ella è da Dio o no ; se la è da Dio, lui ha stabilito il tempo ; se no, etc. Perciò io pregherei vostre Signorie che facessino intendere a questi predicatori che lascessino queste cose et predicassino il verbo di Dio. » Id., Prat., f. 47vo, p. 65, vol. II. Nous précisons que quand deux citations consécutives sont issues de la même séance de la pratica, nous indiquons : Id. Prat., suivi des indications habituelles.

13  « Et se fussi lecito questo certamine, me ne riferirei a’ frati. » ASF, CP, 64, f. 49ro, Luca Corsini, 30 mars 1498, p. 67, vol. II.

14  « […] io non consiglerei che il campo si dessi se prima non si vedessi per ragione canonica ». ASF, CP, 64, f. 48ro, Agnolo Niccolini, 30 mars 1498, p. 65, vol. II.

15  Pour reprendre la terminologie employée par Luigi Venturi le 14 mars 1498 (ASF, CP, 64, f. 38ro, Luigi Venturi, 14 mars 1498, p. 57-58, vol. II).

16  Comme le dit Giuliano Mazzinghi : « A me mi pare una gran vergogna, non della Signoria ma di questi che sono qui, che noi habbiamo a pensare et parlare di queste cose. » Id., Prat., f. 50vo, p. 68, vol. II. En outre, comme le souligne Guidantonio Vespucci, cette « gara di frati » n’est pas à l’honneur de Florence car ce sont les malvagi et les infidèles qui ont besoin de miracles – « gens prava et adultera signum querit ». Id., Prat., f. 48ro, p. 65, vol. II.

17  Voir ASF, CP, 64, f. 50vo, Giuliano Mazzinghi, 14 mars 1498, p. 68, vol. II, et ASF, CP, 64, f. 47vo, Giovanni Canacci, 14 mars 1498, p. 64, vol. II.

18  C’est le terme utilisé par le Notaio delle Riformagioni dans la délibération de la Seigneurie qui suit immédiatement la pratica du 30 mars (Archivio Fiorentino, Signori e Collegi, Deliberazioni, Registri, vol. 100, f. 29).

19  Quant à la Seigneurie, elle arbitrera même plus tard, pour éviter que l’épreuve n’avorte, un débat quasi théologique en déterminant le point jusqu’où Fra Domenico aura le droit, dans sa marche vers le bûcher, de porter avec lui le Sacrement. Elle tranche cette ultime controverse entre Frères mineurs et dominicains en accordant à ces derniers le droit de pénétrer dans les flammes avec le Corpus Domini, mais propose qu’une fois au centre du palchetto et avant qu’on allume le quatrième côté, ils abandonnent le corps du Christ. L’arbitrage de la Seigneurie sera vain car repoussé par les dominicains. Voir P. Parenti, avril 1498, f. 34vo.

20  Pasquale Villari parle à ce propos, avec une exagération certaine, de la victoire de « l’indifferenza » à la pratica. P. Villari, La storia di Girolamo Savonarola e de’ suoi tempi narrata da Pasquale Villari con l’aiuto di nuovi documenti, Florence, Le Monnier, 1859, t. II, p. 143.

21  À l’occasion du Concile de Pise, la pratica conseille par exemple que les « recteurs » florentins présents à Pise n’aillent pas aux offices religieux qui ouvrent le Concile, car il vaut mieux, comme le dit un orateur, ne pas « impacciarsi dello spirituale », si l’on veut ne pas s’attirer l’ire du Pape. Le même type de problème se posera à la pratica du 27 janvier 1512 concernant la réaction à adopter face à la menace de l’interdit papal qui vient sanctionner l’impôt que Florence veut prélever sur les biens des religieux, qu’elle considère comme des contribuables comme les autres. Ou encore quand la pratica du 30 juin 1512 refuse d’obtempérer aux injonctions de Rome qui exige que Florence se réjouisse publicamente de la défaite française : qu’ait lieu la festa spirituale, dit la pratica, que l’Archevêque organise des processions s’il le veut, mais il n’y aura pas de laetitia du publico, ni cloches, ni feux, ni aucune manifestation de la part du Palazzo.

22  Voir plus haut l’intervention de Nero del Nero (note 12). On peut aussi citer l’intervention de l’Arrabbiato Luca di Maso degli Albizzi qui récuse qu’il y ait une possible bonne « fin » politique à cette histoire de Frères dans laquelle il déconseille à la Seigneurie de « s’impacciare » : « […] ne è manco da pensare al fine, perché riuscendo io non veggo il fine ; non riuscendo, io non so dove sia l’onore della fede. Et credo che di questa gara di frati non habbia a essere nulla, et per questo giudico che in alcuno modo non se ne impaccino ». Id., Prat., f. 52ro, p. 71.

23  « Carlo di Daniel Canigiani : premissa excusatione, etc. ; e’ mi pare che in questo luogo s’abbia a tractare di cosa che a parlarne non sareno abastanza qual […] sapientissimo predicatore, ma parergli essere più conveniente in questo luogo parlare della guerra et del danaio. Et che questo sarebbe stato più a proposito, perché simile cosa gli pareva più conveniente si tractassi a Roma, dove s’ànno a canonizare e’ santi ». Id., Prat., f. 47ro p. 64.

24  Se reporter à la synthèse proposée par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini dans le chapitre « Le moment savonarolien. Temps de la prophétie et temps de la politique » : en convoquant notamment les Prediche sopra i Salmi et les Prediche sopra Aggeo, les auteurs expliquent qu’« à partir de l’automne 1494, dans les sermons de Savonarole, se nouent les trois réformes de l’Église, du gouvernement et des citoyens. Transformer le gouvernement de Florence et convertir ses citoyens à une vraie vie chrétienne c’est même préparer la réforme de toute la Chrétienté et marquer la venue d’un nouvel âge où l’union serait telle que même les infidèles se convertiront. Pour ce faire, selon un sermon du 6 janvier 1495, les Florentins doivent se fixer quatre objectifs : “craindre Dieu”, “aimer le bien commun”, “faire la réforme” et “faire la paix universelle”. Alors seulement le Christ pourra être proclamé roi de Florence, ce que Savonarole appelle de ses vœux le 28 décembre 1494 » (La politique de l’expérience : Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002, p. 39).

25  « Messer Luca Corsini, etc. : la cosa è grande perché sono cose divine et humane, et hanno in se tutta la pace et discordia di tutta questa città. Et per questo la disputa viene a non essere dubia, perché tutte le difficultà sono procedute da questa cosa del Frate. Et essendo porta alla Signoria vostra una medicina, che è stata l’occasione di proporre tal cosa, et per questo io mi conformo con questi altri che non apartenga a vostre Signorie, etc. Et se fussi lecito questo certamine, me ne riferirei a’ frati ; ma io credo che si possa fare, perché al tempo degli eretici si fece tal cosa, et al tempo de’ simoniaci et di San Giovan Gualberto. » Id., Prat., f. 49ro, p. 66-67.

26  Antonio Lanfredini, fratesco et signataire de la pétition de juillet 1497, attend de cette épreuve le salut de la cité : « Parmi sia da ringratiare Idio della occasione di potere sanare questa città. » ASF, CP, 64, f. 52vo, Antonio Lanfredini, 30 mars 1498, p. 71, vol. II. C’est également la position du meneur fratesco Pagolo Antonio sur l’oblatione des Frères : « Solamente dirò di ringratiare Idio di tale occasione ; havendo questi frati poste conclusioni etc., potrete con buone conscientie fare ogni cosa per l’onore di Dio, etc. » Id., Prat., f. 50ro p. 68.

27  Sur la question complexe de la double dimension politique et religieuse de la prophétie savonarolienne, voir J.-C. Zancarini, « Far la guerra con la pace nel cuore. La guerra nelle prediche di Girolamo Savonarola », dans Savonarola : Democrazia-Tirannide-Profezia, G. Garfagnini éd., Florence, Galluzzo, 1998. Comme le montre l’auteur, l’usage d’un lexique guerrier et notamment du concept de « guerre spirituelle » se retrouve très tôt dans les sermons du Frère, dans le cadre de sa vie religieuse à Bologne dès 1493, puis de façon directement politique et au sens propre dans les sermons du 7 et 8 avril 1495, où il appelle à « prepararsi a una guerra spirituale » et exhorte à mener le combat contre un ennemi qui emploiera « l’épée temporelle » : « avendosi a rinnovare la chiesa, non si rinnuova mai senza sangue : però sarà la spada temporale a combattere contro di noi, e la spirituale con escomunicazioni surrettizie » (sermon du 7 avril 1495). Voir ouvr. cité p. 58-59.

28  Messer Ormannozo Dati : « E’ mi pare che alle Signorie vostre sia offerta una gran gratia, dalla quale se n’à conseguitare o la benevolentia di questo popolo, et il contrario. » Id., Prat., f. 49ro, p. 67. Le terme occasione se décline également en opportunità dans l’allocution du partisan notoire du Frère qu’est Pier Francesco Tosinghi (Id., Prat., f. 49vo, p. 67).

29  Pour Antonio Malegonnelle, ce bûcher est également l’occasion que soit faite la lumière non seulement sur la vérité de la parole des Frères mais aussi sur les intentions politiques de chacun : le feu permettra de lever le voile, « scuoprire la cioppa », le manteau derrière lequel se cachent les détracteurs de Savonarole : « Et perché ognuno dice della divisione in sul Frate, o la è fondata in su quel che si dice, o no ; et chi s’è coperto con questo bisogna scuopri la cioppa. Voi non havete miglor modo che questo […]. » Id., Prat., f. 48vo, p. 66.

30  Pour Francesco Valori, alors dépourvu de charge, simple richiesto, c’est soit le miracle soit la supercherie qui éclatera au grand jour : « e’ sara’ vi o qualche miracolo, o qualche grande abusione ». Id., Prat., f. 50vo, p. 69.

31  « […] a me pare da ringratiare Idio che e’ frati sieno offerti si di cavarci di questa ambiguità, et altre volte se n’è facto simili experimenti. Et io per me harei caro che questo vero si vedessi ». Id., Prat., f. 52ro, p. 71.

32  « Intanto e’ partigiani del Frate, co’llui insieme ristrettisi, consultorono come a governare si avessino, e determinato di stare forti e non temere escommunica né altro, insieme tutti andavano a San Marco a udire la predica, il perché apertamente da ciascuno si conobbe come non per religione ma per conto dello stato seguivano il Frate, e, dubitando di nol perdere, per più loro sicurtà voleano essere veduti insieme, acciò non bastassi l’animo alli avversarii di manometterli. » P. Parenti, mars 1498, f. 28ro-28vo.

33  Préoccupation qui irrigue les sermons du Frère qui ne veut pas perdre le « reggimento » : « El Frate perseverava in isparlare contro al Pontefice, chiamandolo faraone e per simili altri disonesti nomi ; animava e’ suoi seguaci dicendo che l’avversarii, non lui, ma loro voleano tôrre loro el reggimento : pertanto stessino uniti e collegati insieme, stimando tutti li altri loro avversarii e inimici a’ quali si voltassino. » P. Parenti, mars 1498, f. 28vo.

34  En effet, sur les cinquante participants, on dénombre seize orateurs ouvertement et publiquement partisans du Frère et onze opposants.

35  Mais contrairement à la première analyse faite de cette pratica en son temps par Clemente Lupi, qui n’était pas sûr de l’identification « partisane » de chacun et dressait donc un tableau assez impressionniste des positions des Arrabbiati, les opposants à Savonarole se prononcent en réalité assez largement pour qu’ait lieu l’épreuve du feu. Voir C. Lupi, « Nuovi Documenti intorno a fra Girolamo Savonarola », Archivio Storico Italiano, III, 1, 1866, p. 17-18.

36  Anti-savonarolien convaincu, pro-Ligue, il sera l’un des esaminatori de Savonarole. « […] Et io non so s’è uficio della città et delle Signorie vostre le cose che apartengono alla fede, tractarle a voi. Et crederei che chi offera lo potre’ fare a Roma, in luogo più honorevole, o che almeno il Papa mandassi qua acciò la fussi tractata con autorità […] ». Id., Prat., f. 51vo, p. 70.

37  Jeune frère de l’alors défunt Piero di Gino Capponi, qui fut un adversaire inconditionnel de Frère Jérôme. « […] atteso il brieve del Papa etc., che la Signoria facessi un partito a fra Girolamo et fra Domenico, che vadino a Roma. Et se loro negassino, dare loro questo fuoco ». Id., Prat., f. 51vo, p. 70.

38  « la divisione è dal credere et non credere ; et per questo, non solamente data questa occasione, che quanto citius et melius si facci tal cosa, benché sare’ meglo piglare il principale se non un de’ soscripti. Et che a nessuno modo la si rimetti in questo Vicario, perché lui è huomo di scandalo, etc. » Id., Prat., f. 51vo, p. 70.

39  « Agnolo de’ Bardi, etc. : disse molte cose delle conclusione, etc. Consigliò che si mettessi ad effecto non solamente in loro ma in tutti li altri frati. Per conchiudere, de’ frati non è altrimenti che de’ [spazio bianco], se ne truova d’estate et di verno. » Id., Prat., f. 52vo, p. 71.

40  Id., Prat., f. 51ro-51vo, p. 70. Filippo Giugni est selon toute vraisemblance le frère de Bartolomeo, qui, d’après les Histoires florentines de Guichardin, fut un adversaire sans relâche de Savonarole, et qui, selon Parenti, fut partisan de la Ligue et opposé à l’alliance française. Pasquale Villari, dans sa narration de la pratica, souligne d’ailleurs le cynisme de l’orateur : « Filippo Giugni con grande cinismo, pigliando ogni cosa in burla […] ». P. Villari, ouvr. cité, t. II, p. 143.

41  Id., Prat., f. 52ro, p. 71.

42  Tommaso Antinori ferait en effet partie de la commission chargée de s’occuper de l’épreuve, si l’on en croit fra Benedetto Luschino dans son Vulnera Diligentis, dialogue où Agricola fait ainsi le récit de l’esperimento : « Quattro ciptadini furno dati dalla Signoria sopra al fuoco: dalla parte del Propheta era messer Francesco Gualterotti et Giovanbatista Ridolfi; dalla parte de’ frati Minori era Tomaso Antinori e Piero degli Alberti. » Vulnera Diligentis, Lib. II, cap. 11. Consultable dans l’édition de Stefano Dall’Aglio (Luschino Benedetto, Vulnera Diligentis, S. Dall’Aglio éd., Florence, Galluzzo, 2002).

43  « E a dì 27 di marzo 1498, frate Domenico da Pescia, frate pure di San Marco, invitò nella predica un predicatore che predicava in Santa Croce a entrare nel fuoco per questa verità, el quale diceva contro a frate Girolamo : e andorono parecchi cittadini a Santa Croce per ambasciadori. » L. Landucci, ouvr. cité, p. 166.

44  « E’ Frateschi, dubitando pure mediante lo interdetto da Roma, se venissi, non essere stretti a perdere lo stato, per mezzo del Vicario dello Arcivescovo, itosene alla Signoria, forza feciono che frate Ieronimo a’ miracoli venissi, per confermarsi el popolo alla loro divozione, faccendosi. » P. Parenti, mars 1498, f. 32vo.

45  « Un tal Francesco di Puglia, dell’ordine di San Fracesco, predicando la quaresima in Santa Croce, aveva cominciato ad assalire il Savonarola con singolare violenza e pertinacia. Lo chiamava eretico, scismatico, falso profeta, e non contento di ciò, lo sfidava ad entrare nel fuoco, per provare la verità della sua dottrina. » P. Villari, ouvr. cité, t. II, p. 138.

Auteur

Triangle (UMR 5206)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540