Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Première partie. Florence : la politique nouvelle XVe-XVIe siècles

Les fanciulle dans les sermons de Savonarole

Cécile Terreaux-Scotto

Texte intégral

  • 1  G. Gnerghi, « Girolamo Savonarola e i fanciulli », L’animo di Girolamo Savonarola, Florence, La Ra (...)
  • 2  G. Gnerghi, « Il Savonarola nella riforma delle donne », L’animo di Girolamo Savonarola, ouvr. cit (...)
  • 3  F. Cambi et S. Ulivieri, I silenzi nell’educazione, Florence, La Nuova Italia, 1994, p. 58-59.

1De nombreux travaux ont été consacrés depuis longtemps à la façon dont Savonarole a utilisé les garçons de six à vingt ans pour qu’ils conduisent l’ensemble de la population florentine sur le chemin de la réforme religieuse, morale et politique1. Plusieurs articles et un ouvrage ont également été écrits, en particulier depuis 1983, sur la réforme des femmes laïques2. En revanche, la critique a totalement négligé d’étudier la place et le rôle que Savonarole donne aux fanciulle, c’est-à-dire aux fillettes et aux jeunes filles nubiles. Elles sont ainsi traitées comme tous les « marginaux dans l’histoire » qui appartiennent à des groupes différents de la majorité3.

2Pourtant, étudier la présence des fanciulle dans les sermons illustre comment le prédicateur, après avoir, dans un premier temps, compté sur tous les Florentins pour mener à bien son projet de réforme, s’est ensuite tourné vers les groupes marginaux, les femmes et les enfants.

  • 4  M. L. Lenzi, Donne e madonne. L’educazione femminile nel primo Rinascimento italiano, Turin, Loesc (...)
  • 5  Sur cette question, voir C. Terreaux-Scotto, « “Vous êtes des enfants de cent ans”. Âge réel et âg (...)
  • 6  Voir par exemple G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo. Trattato circa el reggimento e governo della (...)

3Conformément à la prédication ad status élaborée dès la moitié du xiiie siècle par les ordres mendiants4, Savonarole envisage la population florentine comme un assemblage de différents groupes caractérisés par leur sexe (femmes et hommes sont souvent interpellés séparément), leur âge (la question des vieux et des jeunes constitue un axe très important dans les sermons)5, leur fonction dans la cité (les magistrats doivent donner l’exemple aux citoyens) ou dans l’Église (le clergé séculier ou régulier d’un côté, les fidèles laïcs de l’autre), ou par leur place au sein de la famille (le prédicateur évoque souvent le rôle respectif des parents et des enfants). Invitées à se réformer au même titre que d’autres groupes de la population florentine6, les fanciulle ont donc une identité propre.

  • 7  G. Savonarola, Prediche sopra Giobbe, R. Ridolfi éd., Rome, Angelo Belardetti, 1957, 29, vol. II, (...)
  • 8  « Le vostre fanciulline avezzatele andar coperte dinanzi e serratele su con dua cottoni, che paino (...)

4Mais cette identité recouvre un statut subalterne : à la fois enfants par l’âge et femmes par leur identité sexuelle, les fanciulle sont doublement définies par l’infériorité. Il est d’ailleurs rare que Savonarole ne s’adresse qu’à elles. Les fanciulle sont principalement évoquées en même temps que leurs mères, qui doivent leur montrer le bon exemple7 et les éduquer correctement, en veillant tout particulièrement à leur chasteté : « Habituez vos petites filles à circuler la poitrine couverte et enfermez le haut de leurs corps dans deux pièces de coton, pour qu’elles paraissent entièrement pures »8, recommande frère Jérôme. À chaque fois que ce dernier évoque les fanciulle dans ses sermons, c’est d’ailleurs pour formuler un précepte qui ne concerne qu’un seul domaine : leur tenue vestimentaire.

  • 9  C. Casagrande, « La femme gardée », Histoire des femmes, G. Duby et M. Perrot éd., Le Moyen Âge, C (...)
  • 10  M. G. Muzzarelli, Gli inganni delle apparenze. Disciplina di vesti e ornamenti alla fine del Medio (...)
  • 11  D. Owen Hughes, « Sumptuary law and social relations in Renaissance Italy », Disputes and Settleme (...)

5L’attention que Savonarole porte aux vêtements des fanciulle s’inscrit dans une longue tradition, à la fois religieuse et laïque. Avant que la littérature didactique et pastorale de la fin du xiie à la fin du xve siècle insiste sur le fait que l’attention coquette et excessive portée à l’apparence du corps est une entrave à la recherche intérieure de la vertu9, les Pères de l’Église avaient déjà manifesté leur intérêt pour les vêtements féminins10. D’un autre côté, le gouvernement florentin, soutenu par l’Église, intervenait régulièrement pour modérer la passion des Florentines pour les riches étoffes et les bijoux à travers le vote de lois somptuaires régulièrement reconduites11.

  • 12  C. Casagrande, « La femme gardée », art. cité, p. 108-115.

6Il est dès lors surprenant que Savonarole garde le silence sur d’autres sujets pourtant abondamment et systématiquement traités par les moralistes et les prédicateurs, tels que les gestes, l’alimentation, l’oisiveté, ou encore les bavardages des fanciulle12. Il convient donc de se demander pourquoi il s’intéresse, et de manière exclusive, à l’apparence des fanciulle.

  • 13  Sur ce point, voir C. Terreaux-Scotto, « La place des enfants », art. cité.
  • 14  « Poiché non vogliono fare li grandi, fate voi, piccoli. » G. Savonarola, Prediche sopra Ezechiele(...)
  • 15  « […] e’ parvuli e piccolini sono quelli che si umiliano e abbassano e vanno semplicemente ». G. S (...)

7À partir du 17 février 1496, date où Savonarole estime que les fanciulli se sont « réformés »13, il opère une distinction nette, systématique et récurrente entre les « vieux scélérats », qui vivent dans le péché et refusent par conséquent le projet de Dieu pour Florence, et les « vieux de bien », qui acceptent d’y adhérer. Devant la réticence d’une partie de la population, le prédicateur se tourne alors vers ceux qu’il estime les plus malléables. « Puisque les grands ne veulent pas agir, agissez, vous les petits », déclare-t-il de façon emblématique le 4 décembre 149614, « les petits et les tout-petits [étant] ceux qui s’humilient et se rabaissent et se conduisent simplement »15.

8Par ailleurs, en avril 1496, il se réjouit que les fanciulle optent désormais pour la simplicité vestimentaire :

  • 16  « Le donne erano come pagane, con tante lor fogge e portamenti disonesti. Dimmi tu, donna, e tu, f (...)

Les femmes étaient comme des païennes, avec tous leurs vêtements et leurs comportements malhonnêtes. Dis-moi, femme, et toi, jeune fille, qui vous êtes converties : n’auriez-vous pas honte de porter ces choses-là aujourd’hui ? Si les gens vous voyaient, vous deviendriez d’ailleurs toutes rouges. Maintenant regardez et considérez quelle époque c’était et quelle époque c’est maintenant, et vous verrez qu’alors c’était la nuit et que maintenant commence le jour.16

9Or, la simplicité de leurs vêtements permet d’identifier les fanciulle comme faisant partie de ces « petits » qui peuvent agir en faveur de la réforme.

  • 17  G. C. Garfagnini, « Savonarola e la profezia : tra mito e storia », Studi Medievali, serie terza, (...)
  • 18  « […] bisogna dare di sè buono esemplo di ben vivere cristianamente e che ciascuno in ogni suo att (...)
  • 19  « […] ogni nostra cognizione comincia dal senso ». G. Savonarola, Triumphus Crucis, M. Ferrara éd. (...)

10Savonarole souligne souvent l’importance de l’image que chacun donne de lui-même dans la cité : ce sont en effet les manifestations extérieures de la conversion individuelle de chaque Florentin qui conduisent l’ensemble de la cité à la réforme collective17. Si la cité veut engendrer de « bons » citoyens, explique-t-il, « il faut donner de soi un bon exemple du bien vivre chrétien et que chacun dans tous ses actes montre de la contrition et une vie chrétienne, dans son habillement comme dans toute autre chose »18, puisque, comme l’a enseigné Thomas d’Aquin, « toute connaissance commence par les sens »19.

  • 20  « manichini da esposizione » : voir M. G. Muzzarelli, Gli inganni delle apparenze, ouvr. cité, p.  (...)

11Mais c’est le corps sexué de la femme, le corps de la femina opposée au vir, qui la définit et qui détermine ainsi sa place dans la société. Maria Giuseppina Muzzarelli explique à ce propos qu’au Moyen Âge et à la Renaissance, les femmes, véritables « mannequins à exposer », manifestaient publiquement le pouvoir et le privilège de la famille à laquelle elles appartenaient20. Sur la scène publique, les fanciulle ne peuvent donc avoir qu’un rôle de représentation. D’un autre côté, par l’image de simplicité qu’elles renvoient, elles participent à la réforme de Florence. Les fanciulle, traditionnellement exposées au regard des autres, peuvent donc être emblématiques non pas de la position de leur famille, mais d’une cité renouvelée, dans la mesure où elles donnent chair à la simplicité. Elles deviennent, comme leurs frères, des modèles à imiter.

12Se limiter à cette analyse reviendrait cependant à ignorer les nombreux passages où Savonarole condamne les « tièdes », ces mauvais religieux qui se contentent des manifestations extérieures de la religion pour se considérer les dignes serviteurs de Dieu. Or, dans le sermon X sur les Psaumes, frère Jérôme associe les parents soucieux des seules apparences aux « tièdes » :

  • 21  « Così sono e’ sacerdoti che non guardono se non a cerimonie ; item simili a questi sono quelli pa (...)

Tels sont les prêtres qui ne regardent que les cérémonies ; de même sont semblables à eux ces pères et ces mères qui disent à leur fille : « Sois modeste et bien élevée », et qui ne le font pas pour qu’elle soit bonne à l’intérieur, mais uniquement pour qu’elle soit vue par les autres de l’extérieur et ils ne se soucient pas de l’intérieur.21

  • 22  « […] andare con ogni pulitezza e costumatezza di fuora, ma non gli insegnano già levare quello de (...)
  • 23  « Tu dì che vuoi el fregio attorno alla vesta ; non mi dà noia quello a me : fa’ pure che vi sia l (...)

13C’est pourquoi il condamne les mères qui apprennent à leurs filles « à circuler bien proprement et bien honnêtement de l’extérieur, mais [qui] ne leur apprennent pas à enlever ce qui à l’intérieur n’est qu’orgueil »22. D’où quelques concessions à la coquetterie, l’essentiel étant ailleurs que dans les objets : « Tu dis que tu veux une frange autour de ta robe ; cela ne m’ennuie pas : fais seulement en sorte qu’il y ait de l’honnêteté, fais seulement en sorte qu’il y ait l’essentiel ; car je ne me soucie pas des autres choses accessoires. »23

14Car « l’essentiel » pour les fanciulle réside dans le fait d’être semblables à la Vierge Marie, dont la simplicité vestimentaire n’était pas une parure hypocrite, mais le véritable reflet de son âme consacrée à Dieu. Signe de l’importance qu’il donne à ce point, Savonarole l’explique longuement le 25 mars 1496 :

  • 24  « Dice la Vergine : “Figliuola mia, se tu vòi che io sia tua madre, fa’ come facevo io, va’ copert (...)

La Vierge dit : « Ma fille, si tu veux que je sois ta mère, fais comme je le faisais moi, couvre ta tête, sois entièrement honnête. » Sachez que la Vierge s’habillait simplement avec un vêtement dépourvu d’ornements. La Vierge est mère d’un bel amour, c’est-à-dire non d’un amour mondain, mais d’un amour divin : et c’est pourquoi, ma fille, tu ne dois pas avoir toutes ces robes et tous ces filets, si tu veux être fille de la Vierge Marie. Tu diras que c’est l’usage ; je te réponds de ne pas te préoccuper de ce qui se fait, si tu veux être fille de la Vierge Marie. Beaucoup ne se soucient pas d’être appelées filles du diable, à savoir celles qui arborent ces arcelets, ces tignasses et ces accessoires malhonnêtes. Donc toi tu ne dois pas avoir honte d’être appelée fille de la Vierge Marie, parce qu’elle dit : « Si tu as honte d’être ma fille, moi je ne te veux pas. » Qu’il vous suffise donc d’avoir un fichu blanc, d’être bien coiffées, honnêtement. Mais certaines veulent des voiles légers à deux ducats l’un : non, non, elles ne sont pas filles de la Vierge Marie ! Allons donc, mes filles, faites votre réforme, pour que chacune soit fille de la Vierge Marie. Aucune d’entre vous ne doit avoir honte d’être vêtue simplement. Le Christ n’a pas eu honte d’être nu pour toi sur la croix ; de la même façon tu ne dois pas avoir honte d’être vêtue simplement par amour du Christ.24

  • 25  « […] e’ veri savi, li quali si domandono semplici, perché quello che hanno nel cuore hanno nella (...)

15La manifestation extérieure de la simplicité doit ainsi s’accompagner d’une vie intérieure conforme aux exigences du Christ. Mais en même temps, la simplicité vestimentaire qu’exige Savonarole est aussi le reflet de la simplicité intellectuelle et spirituelle des fanciulle. En effet, comme tous les simples, « ce qu’[elles] ont dans le cœur, [elles] l’ont sur la langue et dans leurs actes et [elles] ne sont pas doubles, et c’est d’[elles] que nous devrions apprendre le bien vivre, parce que leur vie est la règle du bien vivre »25.

  • 26  « uno simplice e basso stilo », «… scritto e composto per coloro che non intendano grammatica e ma (...)
  • 27  T. Herzig, Savonarola’s Women, ouvr. cité, p. 16-17.
  • 28  « […] erano molto creduli subito alle cose di Dio ». G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo, ouvr. ci (...)

16Toujours en 1496, c’est en langue vulgaire que frère Jérôme rédige l’Esposizione sopra l’orazione della Vergine, dans un « style simple et bas » parce qu’il a « composé pour ceux qui ne comprennent pas le latin et en particulier pour les jeunes vierges du Christ »26. Or, cette absence d’instruction qui caractérise les « simples » n’est pas un obstacle à la compréhension des choses divines27, puisque, contrairement aux « sages » et aux « savants » qui ont l’orgueil de penser qu’ils n’ont pas besoin de la lumière de Dieu, les simples « croi[ent] immédiatement et fortement aux choses de Dieu »28. Savonarole écrit à ce sujet que

  • 29  « […] perfino le donne, appena noi enunciamo i testi evangelici, o altri libri canonici, prima che (...)

même les femmes, dès que nous énonçons les textes évangéliques, ou d’autres livres canoniques, avant que nous les expliquions, ont immédiatement toutes seules le pressentiment de ce que sera notre explication, ou savent déjà comment adapter et rapporter les anciens enseignements des Écritures à notre époque.29

  • 30  Comme il l’annonce le 7 mars 1496 : « Et nous voulons faire aussi la réforme des femmes, concernan (...)

17C’est le cas des fanciulle également. Car d’un point de vue méthodologique, le fait que Savonarole associe femmes mûres, jeunes filles et fillettes dans un même élan vers une réforme commune30 autorise à analyser le rôle qu’il confie aux fanciulle à l’aune de la façon dont il considère les femmes.

  • 31  K. E. Borrensen, « L’ordine della creazione », Idee sulla donna nel Medioevo. Fonti e aspetti giur (...)
  • 32  « […] la femmina è un uomo imperfetto e non ha quella perfezione che ha el maschio ». G. Savonarol (...)
  • 33  G. Savonarola, Compendio di rivelazioni, testo volgare e latino. Dialogus de veritate prophetica, (...)

18Nourri par les analyses d’Aristote et de Thomas d’Aquin, le prédicateur juge la femme imparfaite par nature : étant donné qu’elle n’est qu’un auxiliaire de l’homme pour la procréation, sans qu’il y ait de complémentarité réciproque entre les deux sexes, elle est inférieure à l’homme31. Ainsi remarque-t-il que « la fille est un homme imparfait et n’a pas cette perfection qu’a le garçon »32. Cette infériorité va selon lui de pair avec une accumulation de défauts qui font de la femme une proie facile pour le démon : dans le Compendio di rivelazioni, il évoque la volubilité des femmes qui ne savent pas tenir un secret, leur ignorance, leur absence de jugement, leur fragilité, leur vanité33.

19Cependant, d’un point de vue spirituel, la création de la femme en tant qu’être humain (homo) détermine ses relations avec Dieu. De ce fait, la femme (femina) est l’égale de l’homme (vir), comme le souligne Savonarole dans le sermon XXI sur l’Exode :

  • 34  « Appresso a Dio non è differenzia fra l’uomo e la donna. Dio non risguarda i corpi nè lo ingegno, (...)

Devant Dieu il n’y a pas de différence entre l’homme et la femme. Dieu ne regarde ni les corps ni l’esprit, mais seulement les âmes et la pureté de la vie et il ne cherche pas davantage si c’est un homme ou une femme ; c’est pourquoi l’apôtre Paul dit : Apud Deum non est masculus neque femina. C’est-à-dire que Dieu n’apprécie pas plus le masculin que le féminin, mais il cherche seulement à faire en sorte que l’âme vive bien et qu’il y ait en elle la sainteté de la vie.34

  • 35  C. Casagrande, « La femme gardée », art. cité, p. 103-104.
  • 36  « Non dovete [però] andare a cercare tutte le vostre vicine o tutta la città, o ricercare e esamin (...)

20Or, ce principe d’égalité de tous les êtres humains devant Dieu autorise la femme à avoir une vie spirituelle égale, voire supérieure à celle des hommes auxquels elle est par ailleurs soumise35. Voilà pourquoi elles peuvent, et doivent, jouer un rôle dans la réforme de Florence. Certes, elles ne pourront pas agir directement sur la population. Savonarole le leur défend, même, dans son traité écrit en 1490-1491 à l’intention des veuves : « Vous ne devez pas […] aller chercher toutes vos voisines ou la ville tout entière, ou enquêter sur la vie des autres ou l’examiner pour les corriger et les diriger vers la vie éternelle, parce que ce serait s’abandonner soi-même pour les autres. »36

  • 37  Sur ces missions effectuées par les fanciulli, voir C. Terreaux-Scotto, « La place des enfants », (...)
  • 38  La formule « controllo poliziesco » est empruntée à Ottavia Niccoli. O. Niccoli, « Compagnie di ba (...)
  • 39  Voir les témoignages de plusieurs savonaroliens ou de Savonarole lui-même. Commento di Hieronimo B (...)

21À cet égard, il est significatif que seuls les enfants de sexe masculin soient invités à accomplir des missions de « correction fraternelle » inspirées de Thomas d’Aquin pour réformer les Florentins37. Les fanciulle ne sont en effet jamais appelées à corriger la population, elles-mêmes étant d’ailleurs soumises au « contrôle policier »38 exercé par leurs frères39.

  • 40  « […] uno è per predicazione del buono esemplo, la quale più muove che le parole ; l’altro è quand (...)

22Mais Savonarole autorisait aussi les veuves, et « d’autres », c’est-à-dire, plus largement, les femmes et les fanciulle, à intervenir auprès de leur entourage, « d’une part en prêchant le bon exemple, qui fait agir plus que les mots ; d’autre part quand l’inférieur voit que son supérieur se trompe quant à la voie du salut, parce que dans ce cas l’inférieur devient supérieur »40.

  • 41  C. Casagrande, « La femme gardée », art. cité, p. 112-113.
  • 42  Ibid., p. 98-102.
  • 43  A. Valerio, « La predica sopra Ruth », art. cité, p. 259.

23Il se trouve, à partir de 1496, que les conditions sont réunies pour que les mères florentines et leurs filles agissent de la sorte, puisque bon nombre de Florentins refusent de suivre Savonarole. Et elles n’ont pas besoin de parler : par leur seule réforme vestimentaire, elles prêchent silencieusement. Car il ne s’agit pas seulement de gommer des attraits séduisants, ni même de renvoyer l’image d’une cité purifiée, comme le recommandent d’autres prédicateurs qui condamnent toute provocation d’ordre sexuel et invitent à renoncer au luxe et au superflu. Traditionnellement condamnées au silence41 et exclues de l’espace public42, les fanciulle sont au contraire invitées par Savonarole à manifester aux yeux de tous le retour à la simplicité des premiers chrétiens, dans une mise en scène de la « théologie de la simplicité », pour reprendre la formulation d’Adriana Valerio43, une théologie qui appelle les Florentins à retrouver la foi chrétienne des origines et qui fait des « simples » les acteurs de la réforme de la cité.

  • 44  Sur lequel voir E. Giannarelli, « Infanzia e santità : un problema della biografia cristiana antic (...)
  • 45  « […] le donne e li fanciulli hanno animo vile, e quelli che seguitano Cristo hanno avere animo gr (...)

24Dans une cité dominée par l’oligarchie marchande, Savonarole fait donc confiance aux marginaux – les femmes, mais aussi les enfants, garçons et filles – pour mener à bien son projet. Il lui reste néanmoins à justifier le rôle de ces catégories traditionnellement tenues à l’écart de l’espace public. Voilà pourquoi, en mars 1496, il fait de l’état d’« homme » non pas la condition pour que les femmes accèdent à la sainteté, conformément au topos de la femme virile44, mais déjà la conséquence même de leur conversion : « les femmes et les enfants ont une âme vile, et ceux qui suivent le Christ doivent avoir une âme grande ; mais si toi, femme, et toi, enfant, avez décidé de vivre bien, toi tu n’es plus femme ni toi enfant, mais homme, et tu as l’âme virile »45.

  • 46  « tutta la virtù del regnare » : G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo, ouvr. cité, 7, p. 119.
  • 47  Sur l’exclusion des femmes de l’espace politique florentin, voir C. Klapisch-Zuber, « Les femmes d (...)

25La rhétorique, qui confère aux femmes et aux enfants une nature masculine, lui permet ainsi de légitimer le rôle qu’il donne aux plus humbles dans la réforme de Florence, qu’il souhaite, comme on le sait, politique. La réforme morale et religieuse n’est que le préalable d’une réforme politique fondée sur la simplicité qui, avec l’humilité et la charité, constitue « toute la vertu d’un règne »46. C’est dans ce règne que les fanciulle trouvent toute leur place, elles qui vivent à l’ombre de mères que seul Savonarole admet dans l’espace politique florentin47.

Notes

1  G. Gnerghi, « Girolamo Savonarola e i fanciulli », L’animo di Girolamo Savonarola, Florence, La Rassegna Nazionale, 1901; J. Schnitzer, Savonarola, Milan, Fratelli Treves, 1931, 2 vol., chap. « I fanciulli del Savonarola » ; L. Scremin, « Savonarola educatore e la psicologia sessuale », Genesis. Rassegna di studi sessuali demografia ed eugenica fondata da Aldo Mieli, XII, vol. I-II, 1932, p. 86-100 ; E. Ibertis, Gioventù savonaroliana, Pinerolo, Alzani, 1959 ; R. Trexler, « Ritual in Florence : adolescence and salvation in the Renaissance », The Pursuit of Holiness in Late Medieval and Renaissance Religion, C. Trinkaus et H. A. Oberman éd., Leyde, E. J. Brill, 1974, p. 200-264 ; C. Puelli-Maestrelli, « Savonarole, la politique et la jeunesse à Florence », Théorie et pratique politique à la Renaissance (XVIIe colloque international de Tours), Paris, Vrin, 1977, p. 1-13 ; O. Niccoli, « Compagnie di bambini nell’Italia del Rinascimento », Rivista storica italiana, 101, fasc. II, 1989, p. 346-374 ; O. Niccoli, « I bambini del Savonarola », Studi savonaroliani. Verso il V centenario, G. C. Garfagnini éd., Florence, Galluzzo, 1996, p. 279-288 ; G. Ciappelli, « I Bruciamenti delle vanità e la transizione verso un nuovo ordine carnevalesco », Savonarole. Enjeux, débats, questions, Actes du colloque international (Paris, 25-27 janvier 1996), A. Fontes, J.-L. Fournel et M. Plaisance éd., Paris, Université de la Sorbonne nouvelle, 1997, p. 133-147 ; dans le même volume : M. Plaisance, « 1496 : Savonarole metteur en scène de la procession des Rameaux », p. 121-131 ; C. Terreaux-Scotto, « La place des enfants dans la réforme savonarolienne de la cité », p. 81-103 et O. Niccoli, « I “fanciulli” del Savonarola : usi religiosi e politici dell’infanzia nell’Italia del Rinascimento », p. 105-120 ; L. Polizzotto, « Fanciulli e giovani nella riforma savonaroliana », Savonarola. Quaderni del quinto centenario (1498-1998), 8, 1998, p. 19-41 ; T. S. Centi, « I calunniati “fanciulli” di fra Girolamo », ibid., 7, 1998, p. 5-24.

2  G. Gnerghi, « Il Savonarola nella riforma delle donne », L’animo di Girolamo Savonarola, ouvr. cité, p. 37-58 ; F. W. Kent, « A proposal by Savonarola for the self-reform of Florentine women (March 1496) », Memorie Domenicane, 14, 1983, p. 335-341 ; L. Polizzotto, « When saints fall out : women and the savonarolan reform in early sixteenth-century Florence », Renaissance Quarterly, 46, 1993, p. 486-525 ; A. Valerio, « La predica sopra Ruth, la donna, la riforma dei semplici », Una città e il suo profeta. Firenze di fronte al Savonarola, G. C. Garfagnini éd., Florence, Sismel-Galluzzo, 2001, p. 249-261 ; N. Tomas, «“A preacher for women ? Savonarola and the women of Florence», « A Positive Novelty ». Women and Public Life in Renaissance Florence, Clayton, Monash Publications in History, 1992, p. 38-57 ; T. Herzig, Savonarola’s Women. Visions and Reform in Renaissance Italy, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 2008. Désormais traduit : Le donne di Savonarola. Spiritualità e devozione nell’Italia del Rinascimento, Rome, Carocci, 2014.

3  F. Cambi et S. Ulivieri, I silenzi nell’educazione, Florence, La Nuova Italia, 1994, p. 58-59.

4  M. L. Lenzi, Donne e madonne. L’educazione femminile nel primo Rinascimento italiano, Turin, Loescher, 1982, p. 162.

5  Sur cette question, voir C. Terreaux-Scotto, « “Vous êtes des enfants de cent ans”. Âge réel et âge métaphorique dans les sermons politiques de Savonarole », Il Pensiero politico, XXXVI, 1, 2003, p. 3-25, et Id., Les âges de la vie dans la pensée politique florentine, Genève, Droz, 2014.

6  Voir par exemple G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo. Trattato circa el reggimento e governo della città di Firenze, L. Firpo éd., Rome, Angelo Belardetti, 1965, 3, p. 53.

7  G. Savonarola, Prediche sopra Giobbe, R. Ridolfi éd., Rome, Angelo Belardetti, 1957, 29, vol. II, p. 267. Voir aussi ibid., 28, vol. II, p. 76 ; Id., Prediche sopra Aggeo, ouvr. cité, 9, p. 150 et 14, p. 231 et Id., Prediche sopra i Salmi, V. Romano éd., Rome, Angelo Belardetti, 1969, 10, vol. I, p. 167.

8  « Le vostre fanciulline avezzatele andar coperte dinanzi e serratele su con dua cottoni, che paino tutte purità. » G. Savonarola, Prediche sopra Amos e Zaccaria, P. Ghiglieri éd., Rome, Angelo Belardetti, 1971, 17, vol. II, p. 428. Voir aussi ibid., 12, vol. I, p. 323-324.

9  C. Casagrande, « La femme gardée », Histoire des femmes, G. Duby et M. Perrot éd., Le Moyen Âge, C. Klapisch-Zuber éd., Paris, Plon, 1991, p. 105-108 et dans le même volume, D. Owen Hughes, « Les modes », p. 147-169.

10  M. G. Muzzarelli, Gli inganni delle apparenze. Disciplina di vesti e ornamenti alla fine del Medioevo, Turin, Scriptorium, 1996, p. 155. Citons par exemple Tertullien, auteur du De Cultu feminarum au début du iiie siècle.

11  D. Owen Hughes, « Sumptuary law and social relations in Renaissance Italy », Disputes and Settlements. Law and Human Relations in the West, J. Bossy éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 80 ; M. G. Muzzarelli, Gli inganni delle apparenze, ouvr. cité, p. 111-115. Sur le goût marqué des Florentins pour le luxe, L. Martines, The Social World of the Florentine Humanists, 1390-1460, Londres, Routledge & Kegan Paul Ltd, 1963, p. 38. Sur les vêtements des Florentins, E. Polidori Calamandrei, Le vesti delle donne fiorentine del’ 400, Rome, Multigrafica, 1973 ; G. Brucker, Florence. Six siècles de splendeur et de gloire, Paris, La Martinière, 1993, p. 164-165 ; F. Cognasso, L’Italia nel Rinascimento, Turin, Utet, 1965, vol. I, p. 113-193, et sur leurs bijoux, ibid., vol. I, p. 195-207.

12  C. Casagrande, « La femme gardée », art. cité, p. 108-115.

13  Sur ce point, voir C. Terreaux-Scotto, « La place des enfants », art. cité.

14  « Poiché non vogliono fare li grandi, fate voi, piccoli. » G. Savonarola, Prediche sopra Ezechiele, R. Ridolfi éd., Rome, Angelo Belardetti, 1955, 2, vol. I, p. 26.

15  « […] e’ parvuli e piccolini sono quelli che si umiliano e abbassano e vanno semplicemente ». G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo, ouvr. cité, 7, p. 119.

16  « Le donne erano come pagane, con tante lor fogge e portamenti disonesti. Dimmi tu, donna, e tu, fanciulla, che sei convertita : non ti vergogneresti tu a portare oggi queste cose ? Se la gente ti vedessi, tu doventeresti pure rossa. Ora vedi e considera che tempo era quella e che tempo è questo, e conoscerai che allora era di notte e ora è cominciato a farsi el giorno. » G. Savonarola, Prediche sopra Amos, ouvr. cité, 47, vol. III, p. 363.

17  G. C. Garfagnini, « Savonarola e la profezia : tra mito e storia », Studi Medievali, serie terza, XXIX, fasc. I, 1988, p. 180.

18  « […] bisogna dare di sè buono esemplo di ben vivere cristianamente e che ciascuno in ogni suo atto mostri compunzione e vita da cristiano, così nel vestito come in ogni altra cosa ». G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo, ouvr. cité, 11, p. 188-189.

19  « […] ogni nostra cognizione comincia dal senso ». G. Savonarola, Triumphus Crucis, M. Ferrara éd., 1, 1, Rome, Angelo Belardetti, 1961, p. 293. Voir Thomas d’Aquin, Somme contre les Gentils, R. Bernier, M. Corvez, M. J. Gerlaud, F. Kerouanton et L. J. Moreau (trad.), 1, 3, Paris, Cerf, 1993.

20  « manichini da esposizione » : voir M. G. Muzzarelli, Gli inganni delle apparenze, ouvr. cité, p. 20. Voir aussi p. 89.

21  « Così sono e’ sacerdoti che non guardono se non a cerimonie ; item simili a questi sono quelli padri e madre che dicono alle figliuole : “Va’ modesta e costumata”, e non lo fanno questo perché la sia buona dentro, ma solo perché di fuora paia alle persone e dentro non se ne curono. » G. Savonarola, Prediche sopra i Salmi, ouvr. cité, 10, vol. I, p. 164.

22  « […] andare con ogni pulitezza e costumatezza di fuora, ma non gli insegnano già levare quello dentro che è tutto superbia ». G. Savonarola, Prediche sopra l’Esodo, P. G. Ricci éd., Rome, Angelo Belardetti, 1955, 6, vol. I, p. 170-171.

23  « Tu dì che vuoi el fregio attorno alla vesta ; non mi dà noia quello a me : fa’ pure che vi sia la onestà, fa’ pure che vi sia lo essenziale ; poi delle altre cose accidentale non me ne curo. » G. Savonarola, 11, vol. I, Prediche sopra Ruth e Michea, V. Romano éd., Rome, Angelo Belardetti, 1962, p. 332.

24  « Dice la Vergine : “Figliuola mia, se tu vòi che io sia tua madre, fa’ come facevo io, va’ coperta el capo, va’ tutta onesta”. Sappiate che la Vergine andava vestita semplicemente con una veste poverella. La Vergine è madre di bella dilezione, cioè non d’amor mondano, ma d’amor divino : e però, figliuola mia, non aver tante cioppe, né tante reti, se tu vuoi esser figliuola della Vergine Maria. Tu dirai che s’usa così ; io ti rispondo che tu non guardi a quel che si fa, se tu vuoi esser figliuola della Vergine Maria. E’ sono molte che non si curano d’esser chiamate figliuole del diavolo, cioè quelle che vanno con quelle veliere, zazzere e portature disoneste. Dunque non ti debbi vergognare tu, d’esser chiamata figliuola della Vergine Maria, perché lei dice : “Se tu ti vergogni d’esser mia figliuola, i’ non ti voglio.” Bàstavi adunque andare con uno fazzoletto bianco, acconce bene, onestamente. Ma e’ sono alcune che vogliono veli sottili di dua ducati l’uno : no, no, queste non son figliuole della Vergine Maria ! Orsù, adunque, figliuole mie, a far la vostra reforma, acciò che ognuna sia figliuola della Vergine Maria. Non sia nessuna che si vergogni d’andar vestita semplicemente. Cristo non si vergognò di stare nudo per te in su la croce ; così non debbi vergognarti tu d’andar vestita semplicemente per amor di Cristo. » G. Savonarola, Prediche sopra Amos, ouvr. cité, 38, vol. III, p. 120-121.

25  « […] e’ veri savi, li quali si domandono semplici, perché quello che hanno nel cuore hanno nella lingua e nelle opere e non sono doppi, e da questi si vorria imparare el ben vivere, perché la vita loro è regola del ben vivere ». Ibid., 2, vol. I, p. 60.

26  « uno simplice e basso stilo », «… scritto e composto per coloro che non intendano grammatica e massimamente per le virginelle di Cristo », Esposizione sopra l’orazione della Vergine, G. Savonarola, Operette spirituali, M. Ferrara éd., Rome, Angelo Belardetti, 1976, vol. II, p. 128 et p. 147.

27  T. Herzig, Savonarola’s Women, ouvr. cité, p. 16-17.

28  « […] erano molto creduli subito alle cose di Dio ». G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo, ouvr. cité, 8, p. 107. Voir aussi ibid. p. 108-109 et 18, p. 303-304.

29  « […] perfino le donne, appena noi enunciamo i testi evangelici, o altri libri canonici, prima che noi ne diamo spiegazione, subito da sole hanno il presentimento di quella che ne sarà la nostra spiegazione, o sanno già come adattare e riferire gli antichi insegnamenti della Scrittura ai nostri tempi ». G. Savonarola, Della verità profetica, T. S. Centi éd., Rome, Città Nuova, 1992, p. 112, cité par A. Valerio, « La predica sopra Ruth », art. cité, p. 256.

30  Comme il l’annonce le 7 mars 1496 : « Et nous voulons faire aussi la réforme des femmes, concernant la façon dont elles doivent s’habiller, et de même pour les filles, grandes et petites et de toute condition » [« E vogliamo fare la riforma delle donne, come elle abbino andare vestite, e così le fanciulle grande come piccole e d’ogni grado »]. G. Savonarola, Prediche sopra Amos, ouvr. cité, 20, vol. II, p. 81. Sur la réforme des femmes, voir les références indiquées dans la note 2.

31  K. E. Borrensen, « L’ordine della creazione », Idee sulla donna nel Medioevo. Fonti e aspetti giuridici, antropologici, religiosi, sociali e letterari della condizione femminile, M. C. De Matteis éd., Bologne, Pàtron, 1981, p. 226 et p. 237-238.

32  « […] la femmina è un uomo imperfetto e non ha quella perfezione che ha el maschio ». G. Savonarola, Prediche sopra Giobbe, ouvr. cité, 2, vol. I, p. 35-36.

33  G. Savonarola, Compendio di rivelazioni, testo volgare e latino. Dialogus de veritate prophetica, A. Crucitti éd., Rome, Angelo Belardetti, 1974, p. 40-41. Sur l’infériorité physiologique et morale de la femme à la Renaissance, voir R. De Maio, Donna e Rinascimento, Milan, Mondadori, 1987, p. 36-85.

34  « Appresso a Dio non è differenzia fra l’uomo e la donna. Dio non risguarda i corpi nè lo ingegno, ma solamente l’anime e la purità della vita e non cerca più se sia uomo che donna ; donde dice l’apostolo Paulo : apud Deum non est masculus neque femina. Cioè Dio non ha più accetto il maschio che la femmina, ma cerca solo che l’anima viva bene e che ’l vi sia la santità de la vita. » G. Savonarola, Prediche sopra l’Esodo, ouvr. cité., 21, vol. II, p. 256. Voir aussi Id., Prediche sopra Ezechiele, ouvr. cité, 23, vol. II, p. 305.

35  C. Casagrande, « La femme gardée », art. cité, p. 103-104.

36  « Non dovete [però] andare a cercare tutte le vostre vicine o tutta la città, o ricercare e esaminare la vita degli altri per correggere e dirizzarli a vita eterna, perché questo sarebbe abbandonare se stesso per altri. » G. Savonarola, Libro della vita viduale. Operette spirituali, ouvr. cité, vol. I, p. 61.

37  Sur ces missions effectuées par les fanciulli, voir C. Terreaux-Scotto, « La place des enfants », art. cité, en particulier p. 92-95, et Id., Les âges de la vie, ouvr. cité.

38  La formule « controllo poliziesco » est empruntée à Ottavia Niccoli. O. Niccoli, « Compagnie di bambini », art. cité, p. 368.

39  Voir les témoignages de plusieurs savonaroliens ou de Savonarole lui-même. Commento di Hieronimo Benivieni sopra a più sue canzone et sonetti dello amore et della belleza divina, Florence, 1500, L. Polizzotto éd., « Fanciulli e giovani », art. cité, p. 37 ; L. Landucci, Diario fiorentino dal 1450 al 1516 continuato da un anonimo fino al 1542, Florence, Sansoni, 1985, ristampa anastatica (1883), p. 123 ; La vita con alcuni scritti del padre F. Girolamo Savonarola arso in Firenze l’anno 1498 scritta dal padre Fra Pacifico Burlamacchi lucchese domenicano suo familiare, Milan, Gio. Silvestri, 1847, p. 110 ; G. Savonarola, Prediche sopra Amos, ouvr. cité, 26, vol. II, p. 234.

40  « […] uno è per predicazione del buono esemplo, la quale più muove che le parole ; l’altro è quando lo inferiore vedessi el suo superiore errare circa la via della salute, perché in questo caso lo inferiore diventa superiore », G. Savonarola, Libro della vita viduale, ouvr. cité, p. 60.

41  C. Casagrande, « La femme gardée », art. cité, p. 112-113.

42  Ibid., p. 98-102.

43  A. Valerio, « La predica sopra Ruth », art. cité, p. 259.

44  Sur lequel voir E. Giannarelli, « Infanzia e santità : un problema della biografia cristiana antica », Bambini santi. Rappresentazioni dell’infanzia e modelli agiografici, A. Benvenuti Papi et E. Giannarelli éd., Turin, Rosenberg & Sellier, 1991, p. 33-34.

45  « […] le donne e li fanciulli hanno animo vile, e quelli che seguitano Cristo hanno avere animo grande ; ma se tu, donna, e tu, fanciullo, hai fatto proposito di vivere bene, tu non se’ più donna né fanciullo, ma uomo, e hai l’animo virile ». G. Savonarola, Prediche sopra Amos, ouvr. cité, 26, vol. II, p. 240.

46  « tutta la virtù del regnare » : G. Savonarola, Prediche sopra Aggeo, ouvr. cité, 7, p. 119.

47  Sur l’exclusion des femmes de l’espace politique florentin, voir C. Klapisch-Zuber, « Les femmes dans les espaces publics de la ville italienne (xive-xve siècles) », Anthropologie de la ville médiévale, Actes du colloque de l’Institut polonais (21 novembre 1997), M. Tymowski éd., Varsovie, DiG, 1999, p. 83-90.

Auteur

Université Stendhal-Grenoble 3, Gerci (EA 611)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540