Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Première partie. Florence : la politique nouvelle XVe-XVIe siècles

Protagonistes puis spectateurs du pouvoir : les Benvenuti de’ Nobili, figures d’une cité en mutation (1380-1440)

Élise Leclerc

Texte intégral

  • 1  Ce travail doit beaucoup au goût pour les mots et pour les acteurs de (...)
  • 2  À propos de cette période, voir R. Ninci, « Techniche e manipolazioni (...)

1En l’espace de quelques générations (1380-1440), la scène politique florentine connut de profondes mutations, qui concernèrent ses acteurs comme les discours qui l’animaient1. Bien que l’oligarchie guelfe soit revenue triomphalement au pouvoir dans les années 1380, il suffit en effet de quelques décennies pour voir ce régime se fissurer au point d’aboutir à une situation de tension politique cristallisée entre la faction albizzéenne et la faction médicéenne. En 1433, le conflit éclata et vit dans un premier temps la victoire des partisans des Alizzi ; mais dès 1434, les Médicis revinrent et consolidèrent leur pouvoir sur la cité2.

  • 3  À propos des acteurs politiques florentins, voir D. V. Kent, « The Flo (...)
  • 4  Sur les livres de famille, voir R. Mordenti éd., I libri di famiglia i (...)

2À travers l’étude du cas des Benvenuti de’ Nobili, nous souhaitons revenir sur ces années qui virent la marginalisation politique de familles qui avaient dominé la scène florentine durant plus d’un demi-siècle3. Leur livre de famille comporte en effet des récits inédits qui témoignent de l’adaptation de la famille à la nouvelle donne médicéenne, par le biais d’un changement de positionnement comme de discours4.

3Les éléments mémoriels que Guccio Benvenuti de’ Nobili senior jugea dignes d’être transmis par ce circuit de communication privé construisent l’image d’un acteur politique de premier plan, tandis que son petit-fils se présente davantage comme un spectateur, dont le discours s’inscrit dans le cadre d’une stratégie vouée à éviter à sa famille les foudres médicéennes. En cela, ce sont tous deux des figures représentatives de leur temps.

  • 5  En ce qui concerne la configuration de la famille Benvenuti de’ Nobili (...)
  • 6  Voir G. Pampaloni, « Benvenuti de’ Nobili, Guccio », Dizionario (...)

4Guccio senior occupait à Florence la position du chef de famille5, tenant à ce titre le livre familial, pendant que son frère aîné Bernardo faisait des affaires à Paris6. Les lignes inscrites au fil des ans servent à la fois la famille et Guccio qui, par ses récits, construit l’image de lui qu’il souhaite transmettre à ses descendants.

  • 7  Voir l’annexe no 2.
  • 8  Les familles de l’élite florentine aux convictions les plus oligarchiq (...)

5La stratégie des frères semble concertée et vouée à rapprocher le plus possible la famille, déjà bien ancrée dans l’élite florentine, de l’aristocratie. À la cour de France, Bernardo reçut, en échange des services rendus à la famille royale d’Anjou, une attestation de noblesse flanquée de l’autorisation d’ajouter les lys de France aux armes de la famille. Les Benvenuti opérèrent aussitôt ces modifications héraldiques et ajoutèrent « de’ Nobili » à leur nom. Une telle modification du noyau de leur identité indique qu’il s’agissait à leurs yeux d’un tournant dans l’histoire de la famille. Pendant ce temps, à Florence, Guccio nouait des alliances matrimoniales avec des Grands et des nobles du contado7. Ce positionnement n’était pas neutre politiquement, car malgré leur prestige persistant, les magnats étaient largement exclus des offices de la cité. Choisir cette option avait une connotation aristocratique forte, compatible avec le positionnement archiguelfe de l’auteur8.

  • 9  Ce mécanisme se répéta en 1384 : à la suite de l’intervention de Gucci (...)
  • 10  Les remarques faites sur ce récit (comme sur les autres) s’appuient di (...)

6L’appartenance au parti guelfe constitue le second pan de l’héritage et de la stratégie des Benvenuti de’ Nobili : ce trait, qui remonterait aux années 1260, détermine les choix économiques et politiques de la fratrie. C’est ainsi en vertu des liens noués avec les Angevins, chefs historiques du parti guelfe, que Guccio fut envoyé à la rencontre de Louis d’Anjou en 1382 (lequel avait confié à Bernardo le soin d’annoncer à la Seigneurie florentine son passage en Toscane). Le guelfisme de la fratrie était donc de notoriété publique et déterminait leurs rapports avec les autorités9. On le retrouve logiquement au cœur du portrait que Guccio brossa de lui-même à l’occasion du récit de l’ambassade qu’il fit au pape Urbain VI en octobre 137910.

  • 11  En témoigne notamment la récurrence du syntagme « in singularità », qu (...)
  • 12  Nous pensons aux ricordi no 6 et 14 de G. Capponi (G. Folena éd., (...)

7Représentant d’un gouvernement dans lequel il ne se reconnaît pas (il précise qu’il est obligé d’accepter sous peine de mort), l’auteur saisit l’occasion de ce récit pour se présenter comme un Guelfe d’élection, au fil des lignes qui relatent les attentions spéciales dont le gratifient les cardinaux et le Pape11. En homme qui se conçoit comme un acteur politique de premier plan, Guccio estime qu’il doit cette reconnaissance à ses qualités d’expression et il n’hésite pas à émettre un jugement tranché sur le pape qui préfigure d’autres célèbres pages privées12. Il distingue ainsi entre les qualités chrétiennes de l’homme d’Église et les qualités nécessaires à un pape entendu comme acteur politique. Être guelfe est donc constitutif de l’identité de Guccio, mais c’est aussi une option politique pragmatique qui structure sa vision des puissances européennes de son temps, tout en servant de clef de lecture de la scène politique florentine contemporaine.

  • 13  Voir en annexe 1 le récit de son tirage au sort pour être Gonfalonier (...)

8En 1381, Guccio se présente ainsi comme un acteur principal du retour des Guelfes : la Seigneurie l’aurait ainsi fait revenir d’ambassade car le sort des Guelfes de Florence dépendait de sa présence à l’office des Douze Bonshommes. Le rapport de force qui structurait alors les instances gouvernementales de Florence apparaît en filigrane, derrière les deux groupes identifiés et qualifiés (moralement et idéologiquement) par Guccio : les bons Guelfes, d’une part ; les méchants, leurs ennemis, d’autre part. Cette vision manichéenne de l’arène politique détermine entièrement son action politique : il met tout en œuvre pour nuire au camp adverse et pour défendre le sien. Toute sa vie, Guccio observa ainsi la vie de la cité au travers de ce prisme « guelfe » particulier13, consacrant ses dernières lignes à relater la confiance particulière que lui accordèrent les capitaines de la Parte guelfa en lui confiant le sceau de l’institution, parachevant ainsi son monument mémoriel de « Guelfe véritable, bon et loyal ».

  • 14  Voir les Tratte, en ligne : http://www.stg (...)

9À sa mort, son héritage politique échut à Cino, en attendant que le plus jeune frère, qui se consacra d’abord à assurer la descendance de la famille, ne soit en âge de le rejoindre dans le cursus honorum14. Cino et Niccolò ne s’étant pas exprimés sur la vie de la cité dans le livre familial, on ignore le regard qu’ils portaient sur la Florence de leur temps. Ils ne partageaient pas, à l’évidence, la vision stratégique de l’écriture privée qu’avait leur père. Mais dès la génération suivante, un nouveau Benvenuti de’ Nobili juge opportun de prendre la plume pour décrire un nouvel équilibre de la cité, nous invitant à interroger les raisons de ce choix.

  • 15  Voir D. V. Kent, The Rise, ouvr. cité.

10La famille semblait alors connaître des difficultés financières, comme en témoigne l’inscription de Guccio junior, l’aîné des fils de Niccolò, au Specchio (le registre des mauvais payeurs du fisc) de 1428 à 1436, ce qui l’empêchait d’occuper les postes politiques pour lesquels il était tiré au sort. Il s’agissait d’une difficulté souvent rencontrée par les orphelins de père : non seulement leur patrimoine n’était pas toujours géré au mieux par leurs tuteurs, mais le montant de leurs impôts augmentait souvent car ils n’avaient plus de représentants dans les instances locales chargées de les distribuer. La répartition des impôts constituait ainsi une arme politique indirecte mais puissante pour les familles les mieux implantées localement, et dans le contexte de tensions entre les factions de l’élite citadine des années 1425-143315, cela a également pu jouer. L’enjeu pour le nouveau chef de la famille, une fois atteint l’âge de la majorité politique, était donc de revenir sur la scène politique, et on constate qu’il adopta alors une posture de spectateur ainsi qu’un discours politique conformiste.

  • 16  Guccio junior est l’aîné et le seul dont le mariage soit enregistré da (...)

11Quand il relate le bannissement de Côme de Médicis et de ses plus proches alliés en 1433, puis leur retour triomphal l’année suivante, le petit-fils de Guccio ne se met pas en avant. Il adopte une posture très extérieure aux événements et ne se présente même jamais comme scripteur16. Cependant, ses lignes sont loin d’être neutres. Il émet ainsi à la fin du premier récit un jugement – moins péremptoire que celui de son aïeul – sur la situation, estimant que la décision prise fut bonne, que c’était « la voie du Salut pour leur ville », tout en s’inquiétant des tensions qui persistaient. Le renversement de situation qui advint l’année suivante confirma ses craintes. Cela se traduit dans son récit par un revirement brutal : pour l’auteur, il est maintenant clair qu’un « grand tort » a été fait aux Médicis, raison pour laquelle leur retour est le signe de la volonté de Dieu et rencontre les faveurs de l’ensemble de la communauté politique florentine. Alors qu’il utilisait dans le premier récit des termes relevant d’une vision oligarchique de la société politique florentine (distinguant les famiglie – les familles de Grands – du reste de la population, ainsi que les buon popolani du reste du Popolo), il adopte désormais un vocabulaire consensuel qui abolit cette distinction. Alors que certains alliés de sa famille figurent parmi les bannis, il affirme que « tous les bons et les chers citoyens » de Florence sont favorables au retour des Médicis et qu’au moment de leur entrée dans la ville, nombre de gens les suivaient.

  • 17  Il fut placé dans les bourses électorales permettant d’accéder aux tro (...)

12La scène politique a radicalement changé et ce nouveau discours en atteste : le prisme guelfe est bien loin, et l’auteur lit le nouveau rapport de force dans la cité dans des termes encore plus pragmatiques que son aïeul. Tout est affaire d’accès au gouvernement, ce reggimento dont les ennemis des Médicis sont désormais exclus. Ce terme, qui revient régulièrement, concentre en effet l’ambition de l’auteur pour sa famille : revenir sur la scène politique. D’après les Tratte, Guccio junior a été placé dans les bourses électorales durant la période médicéenne17 : il devait alors avoir retrouvé des appuis politiques suffisants. Il inaugure ainsi une nouvelle page de l’histoire politique de sa famille, désormais placée dans l’ombre des Médicis.

13Les récits des deux auteurs font ainsi état de deux postures radicalement différentes par rapport à la participation à la vie de la cité. L’évolution des rapports de force au sein de l’élite florentine en faveur de la faction médicéenne se traduit ainsi par le passage d’une figure d’acteur à une figure de spectateur. En cela, les Benvenuti de’ Nobili apparaissent comme des figures représentatives de l’oligarchie à un moment où la scène politique florentine est en pleine mutation.

  • 18  Citons par exemple Luigi di Piero Guicciardini (1347 ca-1403), Jacopo Salviati (...)
  • 19  C. Bec éd., Il libro degli affari proprii di casa de Lapo di Giova (...)

14La façon dont Guccio senior peint sa propre image ne constitue pas une exception dans le panorama des écrits familiaux florentins de cette époque18. Par le récit de leur action politique, nombre de membres du cercle intérieur du pouvoir de Florence transmettaient à leurs descendants un bagage d’expérience politique, éventuellement reproductible, ainsi qu’une vision de l’identité familiale où le politique occupait une place non seulement de choix, mais de droit. En témoigne la remarque de Lapo Niccolini de’ Sirigatti (1356-1430) à propos de la mort prématurée de son frère aîné Niccolò : s’il avait vécu, « il aurait été l’un des citoyens majeurs [du] quartier, tant pour sa personne qu’en vertu de la mémoire de [leur] père, qui occupa une position très importante dans [la] cité de Florence, et de nombreux offices »19. La position (lo stato) de la famille sur la toile sociale et politique de Florence se définit ainsi en partie politiquement, et elle peut se transmettre de génération en génération.

  • 20  « XXVII. Ne’ fatti dello stato concludo che voi lo tegnate con chi lo (...)

15Dans ses Ricordi, Gino Capponi (1350 ca-1421) donne des conseils à ses enfants pour conserver un stato qu’il voit lui aussi comme l’attribut des quelques familles qui tiennent en main les rênes du pouvoir20. Chez lui cependant, les valeurs traditionnelles de l’oligarchie (comme le guelfisme) font place à une lecture davantage interpersonnelle du jeu politique, où priment les relations permettant de se maintenir du bon côté de la barrière du reggimento, ce qui témoigne de l’évolution des conceptions politiques en cours durant la période albizzéenne.

  • 21  Les cas de Giovanni di Pagolo Morelli et Goro Dati ont été étudiés en (...)
  • 22  Voir D. V. Kent, The Rise, ouvr. cité, (...)
  • 23  En témoigne l’incipit du carnet que Francesco di Tommaso Giovanni tint (...)
  • 24  Voir notamment F. Pezzarossa, Le ricordanze di (...)
  • 25  Ne pouvant développer cet aspect ici, nous renvoyons à notre travail d (...)

16La stratégie politique clientéliste et conformiste, encouragée par les Médicis et appelée à devenir la norme, était en effet jusqu’alors surtout pratiquée par des familles situées socio-politiquement à la lisière des cercles du pouvoir21. Ce phénomène prit de l’ampleur durant la période médicéenne : encourager l’accès de nouvelles familles au reggimento leur permit en effet de s’en faire des alliés à la loyauté sans partage22. Dans les livres de famille, cela se reflète dans le développement de discours incitant au conformisme politique et présentant les rapports politiques sous une forme toujours moins inscrite dans des cadres idéologiques ou sociaux et toujours plus liée à des personnes à qui l’on rend service et qui en rendent en retour23. Le tournant médicéen ayant obligé plusieurs anciennes familles de l’oligarchie à quitter le devant de la scène et à adopter pour y revenir les discours et les stratégies de leurs anciens subalternes, de nouvelles figures d’acteurs politiques ont émergé, porteuses d’un discours différent24, marqué par les pratiques qui ont permis leur ascension : la fidélité aux Médicis a remplacé l’idéologie guelfe, et la défense de l’unité et de la tranquillité de la cité a remplacé la vision polycentrique et structurellement conflictuelle de la scène politique de leurs aînés25.

Annexes

Annexe 1 : Le libro segreto des Benvenuti de’ Nobili

Les extraits édités sont conservés aux Archives d’État de Florence (Carte Strozziane, II serie, 59). Il s’agit d’un manuscrit composite contenant surtout des notes de la main du sénateur Carlo Strozzi et des copies de documents plus anciens. Parmi ceux-ci, des extraits du livre des Benvenuti de’ Nobili (fos 195-210) ainsi que des extraits du livre de Paolo di ser Guido cimatore1. Cette copie constitue à notre connaissance le seul témoin du libro segreto, dont quelques folios, consacrés à l’achat d’Arezzo en 1384, ont fait l’objet d’une édition2. La copie Strozzi est paginée, mais on trouve en fin de paragraphe des références à l’emplacement de la notice dans le manuscrit original, que nous reprenons sous la forme [fo…]. Le fait que l’on dispose dans d’autres cas de l’original et des notes du sénateur laisse supposer qu’il a synthétisé les notations à caractère strictement familial et recopié tous les extraits concernant la vie de la cité que le livre contenait, ajoutant des majuscules aux termes qui lui semblaient relever d’un concept allant au-delà de son référent commun (conservées ici, en l’absence du manuscrit original).

Extraits rédigés par Guccio senior

[p. 1963]

[fo 15] Ricordanza che a dì 8 di Gennaio 1372 si fece una Riformagione nel Palagio del Comune di Firenze, cioè nel Palagio de’ Signori Priori, che la Casa de’ Ricci e la Casa degli Albizi di Firenze non potessino avere niuno ufficio nella città e nel contado e nel distretto di Firenze, e che fossero stracciati di tutte le borse in che fossero insaccati per ogni ufficio, da questo dì adietro, sì che per le dette insaccagioni non possano mai avere niuno ufficio, e che non possano essere nominati ad alcuno ufficio fatto a mano in fra dieci anni, pena lb. 500 a colui che elli o che ello nominasse, e pena f. 1000 a chi lo accettasse.

I Priori che fecero questa leggie sono scritti qui apresso, e simile i loro Collegi […]4.

 

[p. 198]

[fo 31] Ricordanza che a dì *** di Ottobre5 1379, i Signori Priori e Gonfalonieri di Compagnia, e Dodici Buonhuomini, elessono Ambasciadori a papa Urbano sesto, il quale era a Roma ; e detti Ambasciadori furo : io messer Guccio di Cino Bartolini de’ Nobili, e ’l Giudicie fu messer Iacopo Folchi, e l’artefice fu Benino di Guccio linaiuolo, e del detto mese d’Ottobre con farci i Signori e Collegi protesto che per tutto dì *** che fu a dì *** d’ottobre dovessimo essere fuori di Firenze ; di che ubidimmo, imperòche era pena capitale, e andammo d’Arezzo e da Perugia, e da Narni e da Todi, ed era il cammino dubbioso e pericoloso di gente d’arme e de’ malandrini ; giungemo a Roma a dì *** d’ottobre, e stemmocci insino a dì *** di dicembre 1379, e giungemmo in Firenze la Vilia della Pasqua di Resurresso. Io Guccio sopra detto ricevei grand’onore dal Santo Padre, e da tutti i Cardinali in singularità. Convitòcci il Santo Padre a mangiare, e apresso il Cardinale di Francia che si fa chiamare messer di Canzone ; e da costui ricevuti in singularità grand’onori, e simile da messer Agabito della Colonna Cardinale, e simile da messer di [p. 199] Grado, buonissimo huomo dell’anima e vecchissimo ; e molte pratiche avemo col Santo Padre, che sette volte6 gli fumo a’ piedi, nella presenza de Cardinali, che più volte n’ebbe di queste sette volte, che tre ore gli stemo ginocchione a’ piedi, per tante pratiche c’avavamo con lui, e lasciamo stare il fatto, ché sarebbe troppo lungo a dire. In effetto, il detto Papa mi pose a me Guccio Cavaliere sì fatta singularità d’amore, che se grazia avessi voluta da lui ogni cosa m’arebbe fatto, ma nulla li domandai per onestà.

I Cardinali mi mostravano grandissima singularità d’amore, imperòche pareva loro che io parlassi al Santo Padre realmente, e di buon animo, e che io dicessi quello li bisognava dire, e che piaceva loro. Et questo papa è di tanta conscienza che quasi persona non avea cosa che li domandasse, e d’etiamdio i Cardinali non impetravano nulla per altri, che non li dicesse « che ne guadagni ? » e non glel volea fare ; ed era a tanto la Corte, che poche persone l’amavano, ed elli si guardava tanto di non peccare per istretta conscienza che tutte le soplicationi volea ricevere egli, e segnarle egli, e niuna ne commettea a niuno Cardinale, e per questo modo vivea ; e nel vero io Guccio Cavaliere il tengo per un Santo huomo, ma veramente a me non pare sì fatti huomini bisognasse al Papato, anzi bisognerebbe huomini magni e larghi, e questi tali si fanno amare a Cardinali, e ai mercatanti, e a ogni maniera di gente.

 

[p. 200]

[fo 38] Memoria che io messer Guccio di Cino Cavaliere fui all’ufficio de’ Dodici Buonhuomini della città di Firenze incominciando a dì 15 settembre anno 1381 ; e finì l’ufficio a dì 15 dicembre anno detto. Et quando io fu tratto, io ero a Perugia per ambasciadore per lo detto Comune, per fare e trattare la pace intra Perugini e que’ della Città di Castello ; e quasi si l’avea per conchiusa, ma e’ mi venne una lettera per parte de’ Signori Priori di Firenze, che veduta la presente lettera io fossi dinanzi da loro sotto gravissima pena. Et questo fecero imperòche era tratto un mal ufficio de’ Dodici, acciò che io non gli lasciassi trascorrere nel male operare, ch’aveano mal animo contro a’ Guelfi di Firenze ; e trovandosi messer Pazzino degli Strozzi de’ Priori, non lasciò giurare la mia assentia, il di che io pattoreggiai i miei conpagni con ogni sapere et industria, acciò non pericolassino i buoni Guelfi di Firenze. Et nel detto ufficio mi seguitò tre de’ miei compagni, ciò fu Zanobi di *** degli Orlandi, e Filippo di Forabosco, che fa i copertoi, e Buonaiuto di *** rigattiere ; tutti gl’altri otto erano a una lega in mal fare, che furono Dono di Niccolò di Dono albergatore, e Alamanno di Lotto da Bagnio ***. E in Santa Croce fu Niccolò di Giovanni, Nelli Pelacane, *** forniciaio e ***, e in San Giovanni fu Bartolomeo del Bianco di Bonsi, e Buonaiuto ***. [p. 201] E in questo uficio che io ebbe, campammo la persona a Piero di Giovanni di Firenze, a dispetto di messer Giorgio degli Scali e di messer Tommaso di Marco Strozzi, e di Giovanni Dini e della loro setta. Piero di Giovanni di Firenze, il quale essendo Gonfaloniere di Compagnia, il feciono pigliare all’Aseguitore, ch’avea nome Giovanni d’Andreuccio da Perugia, per farli tagliare il capo, diceano per trattato, ma la cagione era perch’egli era nemico di messer Giorgio Scali per parole ch’avea detto il detto Piero di lui, in vergogna di messer Giorgio.

 

1382

[fo 42] Memoria che io messer Guccio di Cino Bartolini fui tratto Gonfaloniere di Giustizia dello Stato nuovo de’ Guelfi, e fui il primo che fu tratto, ed ebbi divieto per l’ufficio de’ Dodici, che io ero stato del mese di Dicembre ; e fui eletto a riformare la terra, cioè due per gonfalone, uno dell’Arte maggiori – per la Vipera fu’ io – e que' dell’Arte minute fu Francesco d’Agnolo pezzaio.

 

[p. 209]

[fo 59] Ricordanza che io messer Guccio di Cino de’ Nobili fui Capitano di Parte guelfa, cioè entrai a dì primo d’aprile 1398, e fui aprile e maggio, e riformamo la Parte guelfa, e fu un bello e buono squittino, e di Guelfi Cittadini, Arroti e Collegi di Parte ; e io messer Guccio fui Accoppiatore, cioè a vedere chi n’era rimaso e avesse vinto, che ne rimase 802 tra de’ maggiori Popolari, e de’ Grandi, e d’Artefici, e veramente fu riformata, e vinsono il Partito i Guelfi, e questi fu nel 1398. I miei compagni Capitani furono questi cioè :

Cristofano del Bugliaffa Bugliaffi,

Tribaldo di Guerriere de’ Rossi, per lo quartiere d’Oltrarno

Agnolo di Tinaccio Compiobbesi,

Jacopo d’Arrighetto legnaiuolo, per lo quartiere Santa Croce

messer Guccio di Cino de’ Nobili,

messer Tommaso di messer Marco de’ Marchi,

Tieri di Francesco Tornaquinci, per lo quartiere Santa Maria Novella

Gentile di Vanni degli Albizi,

Taldo di Riccho Taldi calderaio, per lo quartiere San Giovanni

 

[p. 210]

[fo 61] Ricordanza che a dì primo di dicembre anno 1398, i Capitani della Cattolica Santa Parte guelfa, che questa mattina entraro Capitani, mandaro per me messer Guccio di Cino de’ Nobili, e dissonmi com’eglino aveano deliberato di darmi in guardia tutti i suggegli della Parte guelfa, come a vero e buono e leale Guelfo, e sopra ciò dissono molte belle e savie parole, e io risposi come si convenia, come buono Guelfo, e tolsi i detti sugegli, e ser Cambio di *** Salviati ne fece carta, ch’era Cancelliere della Parte guelfa.

E ricordo che più altre volte m’è stato dato in guardia i detti sugelli.

Extraits rédigés par Guccio (?) di Niccolò Benvenuti de’ Nobili

[p. 211]

Memoria e Ricordanza che a dì 8 di settembre 1433, i nostri Magnifici Signori e il Gonfaloniere della Giustizia, d’accordo con 8 fave nere, confinorno Cosimo e Lorenzo di Giovanni de’ Medici a Vinegia per anni cinque, e così andò il detto Lorenzo di Giovanni de’ Medici a Vinegia a osservare i confini, e qui in Firenze rimase Cosimo in Palazzo de Signori sostenuto. Et a dì primo d’ottobre 1433, andò a confini ; accompagnòllo Francesco Soderini e Antonio Benizi, che sono due degli Otto fatti a mano, che così presono la Balìa quando sonò a parlamento ; et ancora confinarono Averardo di Giuliano de’ Medici, e Giuliano figliolo del detto Averardo, e Francesco figliolo di Giuliano d’Averardo, et anche confinarono Bernardo d’Alamanno di messer Salvestro de’ Medici, e Bernardo e Nanni de’ Medici, e tutta la Casa de’ Medici feciono de’ Grandi, salvo la famiglia di messer Veri de’ Medici. Di poi quando Cosimo fu partito, a ogniuno di questi furono raddoppiati i confini, tutti per anni 10. Quando intervenne il caso di sonare a Parlamento, tutta la Piazza de’ nostri Signori, tutta le famiglie, buon Popolani7 vennoro armati, e trovavasi il giorno più di 10 mila persone, et a ogni adomandita che faceva la Signoria, tutti a bocie viva dicevano : « sì ». Il perché io credo sanza manco che questa è la salute di questa nostra terra, che Iddio salvi e mantenga.

Memoria che a dì primo di novembre 1433, si feciono i Signori a mano.

A dì 10 di novembre, i Signori confinarono Puccio d’Antonio e Giovanni, fratello del detto Puccio, l’uno a Parma e l’altro all’Aquila per anni dieci ; dubitasi non vorranno restare quivi, che ancora ne faro più ; Iddio per sua piatà e misericordia ci voglia aiutare, che io veggo in questa nostra città gran travagli.

Et ancora mandaro i detti Puccio e Giovanni al Capitano della Balìa, e di poi [p. 212] ritornorono in Palagio, e sono in sul Ballatoio ; e tanto staranno quivi, fino a tanto che abbino pagato chi da loro deve avere, e questi è quanto seguita de’ loro fatti.

Memoria e Ricordanza che a dì ** d’ottobre 1434, giunse Cosimo e Lorenzo de’ Medici in Firenze al tardi ; ogni caro e buono cittadino l’aspettava con grande allegrezza, perché si conosceva gl’era stato fatto un grande torto, e per questo piacue a Dio, e alle genti da Firenze rimetternelo.

Memoria e Ricordanza che oggi questo dì ** d’ottobre 1434, si vinse per la Balìa che fu fatta a dì 28 di settembre 1434, al tempo di Niccolò di Cocco di Donato Gonfaloniere di Giustizia, e de’ suoi compagni de’ nostri Magnifici Signori, si vinse che Puccio e Giovanni d’Antonio di Puccio ritornassono a Firenze, e riavessono ogn’ufficio, come di prima, inanzi fussino stati cacciati. Sono stati fuori di casa loro mesi 11 e dì **.

 

Memoria e Ricordanza come questo dì 28 di settembre 1434, i nostri Magnifici Signori Priori dell’Arti, e Gonfaloniere della Giustizia, feciono Parlamento, e dettono Balìa a certi Cittadini. I detti Signori confinorono messer Rinaldo di messer Tommaso degli Albizi, lui e lo suo figliolo Ormanno per anni8 10 dalle 100 miglia in là, e sì gl’ànno tolto il Reggimento ; e in quel medesimo dì vinsono nella Balìa di fare ritornare Cosimo e Lorenzo, e restituiti loro i Reggimenti, et ogni volta che i detti Cosimo e Lorenzo ci voglino tornare, possono. Vinsesi per la Balìa a dì 29 di settembre 1434. E più, in tal dì fu confinato Ridolfo di Bonifazio Peruzzi fra le 100 miglia per anni tre, [p. 213] lui e lo suo figliolo maggiore ; et a lui non fu tolto el Reggimento. Ma in questi tre anni, quando sarà tirato, sarà posto da lato come minore. Di poi feciono, per compiacere al Santo Padre, che messer Rinaldo fusse confinato per anni otto, lui e lo suo figliolo Ormanno, dalle 100 miglia in là ; e quando sarà tratto in questo tempo delle borse, sia rimesso, e non gli ànno tolto gl’Uffici.

 

Di poi i nostri Magnifici e Potenti Signori confinorono a dì 6 d’ottobre 1434 gl’infrascritti Cittadini, come apresso di sotto dirò :

Piero del Chiaro armaiuolo a ***

Lorenzo di Giovanni del Bulletta biadaiuolo a Udine per 10 anni

Ruberto di Lionardo dell’Antella a ***

Oddo d’Andrea Franceschi a Camerino per anni 10

Bernabà di Bartolo di Nofri Bischeri a Napoli per 10 anni

Matteo di *** de’ Bardi a ***

Michele d’Alessio Arrigucci a Buda per anni 10

Giovanni di Piero d’Arrigo Bartoli in Cefalonia per anni 10

ser Antonio di Pierozzo Pierozzi a Vinegia per anni 10

Antonio di Ghezzo dalla Casa a Vignone per anni 10

Tutti i detti confinati ànno tempo un mese ’ andare a’ Confini.

 

Di poi a dì 20 d’ottobre 1434, fu confinato :

Mariotto di messer Niccolò Baldovinetti a Gaeta per anni 10

Michele di Galetto Baronci, che era dell’Ufficio de’ Dodici buonhuomini, fu confinato a *** per anni 10.

Lodovico di *** de’ Rossi a *** per anni 10.

Lionardo di *** de’ Bardi a *** per anni 10. [p. 214]

 

Di poi a dì detto di sopra, ànno richiesto Antonio di Vieri Altoviti, Gonfaloniere del Gonfalone della Vipera ; confinoronlo a Vignone per anni 10.

Terino di Niccolò Manovellozzi fu confinato e morì a’ confini.

Andrea di Veri Rondinelli fu confinato, e morì a’ confini.

B*** Belfradegli, fugli mozzo il capo.

 

Di poi a dì primo di novembre 1434, entrorono e nostri Magnifici Signori nuovi, e entrorno in Palagio il dì d’Ogni Santi, tutti armati, con assai gente detro ; una magnifica cosa.

A dì 2 di novembre 1434, i nostri Magnifici Signori e Gonfaloniere di Giustizia9 raddopiorono i confini a messer Rinaldo et a Ormanno suo figliolo, e furono confinati a Napoli, messer Rinaldo per anni 10 oltre a quelli furono confinati a dì 27 di settembre 1434 per anni 8, e questi sono per avere10, sì che sono 18 anni ; et Ormanno è confinato a Gaeta per anni 18 come il padre, e Ridolfo per anni 10, oltre a quello che fu confinato a dì 27 di settembre 1434.

A dì detto fu fatto de’ Grandi la famiglia di messer Rinaldo Gianfigliazzi, fatti de’ Grandi e confinato Papino di messer Rinaldo per anni 1011 a ***, e Baldassare di Cecco di messer Rinaldo per anni 10 a ***.

A dì detto feciono de’ Grandi messer Rinaldo degli Albizi e figlioli, et ancora feciono de’ Grandi la Casa de’ Peruzzi, eccetto Rinieri di Niccolò Peruzzi e l’Abbate suo. La detta Casa de’ Peruzzi ànno divieto 2012 anni ’ avere Ufficio, e Ridolfo Peruzzi e figliolo son fatti de’ Grandi, et ancora Piero Panciatichi, parente di Ridolfo fu condannato in f. 1000, fra 15 dì abbi pagato, se non è condannato nel doppio.

Ancora feciono i detti Signori la Casa de’ Guasconi fatta de’ Grandi, e posti a sedere. Ancora feciono che Andrea di Veri Rondinelli de’ Grandi e confinato a ***.

Annexe 2 : La famille Benvenuti de’ Nobili d’après leur livre de famille

1. Bartolino di Chiaro13

2. Cino di Bartolino (†1348)

3. Francesco di Bartolino (†1367)

4. Giovanna di F. O [1378] Francesco d’Agnolo Cavalcanti

5. Bernardo di C. (1320/30-1396 ca) O Piera degli Albizi

6. Guccio di C. (1330/40-1401 ca)

O [1360 ca] Tommasa di Simone Siminetti (mère : Giovanna Cavalcanti)

O [1364] Francesca di Lippo di Cione della Ghiera (veuve Altoviti ; †1387)14

O [1388] Parte da Battifolle dei Conti Guidi (†1390)

O [1392] Lena de’ Bardi (veuve Covoni et Albizzi)

7. Paolo di C. (ante 1348-post 1384)

8. Bartolo di B. [chier. 1379-post 1418]

9. Francesca di B. O [1381] Giovanni di Cipriano Alberti

10. Niccolosa di B. O [1383] Antonio di Bartolomeo dei Medici

11. Lisa di P. O [1381] Michele di Zanobi Acciaiuoli

12. Cino di G. (1362 ?-1424 ca) [chier. 1372] O [1401 ca] Bandecca Aldobrandi veuve Piero Siminetti

13. Filippo di G. (1365-)

14. Tommasa di G. (1366-1368)

15. Gostanza di G. (1367 -) O [1381] Rosso di Scolaio Cavalcanti

16. Francesco di G. (1368-1400) [chier. 1379 ; preposto alla Pieve di San Gimignano 1390]

17. Antonio di G. (1369-ante 1415) O [1400] Piera di Ridolfo Lotti

18. Alessandro di G. (1370 -)

19. Mariotto di G. (1372 -)

20. Ginevra di G. (1373 -) O [1388] Lorenzo di Barna de’ Rossi

21. Lionardo (Lioncino) di G. (1374 [tratte 1384]- ante 1432)

22. Itta di G. (1376-1377)

23. Niccolò (et Chiaro) di G. (1377-1424 ca) O [1401 ca] Checca di Piero Siminetti

24. Guccio di N. (1405-ante 1468) O [1444] *** di Andrea Bellincioni

25. Piero di N. (1410-)

26. Sandro di N. (1411- post 1444)

27. Bandecca di N. (1412 ?-) O [1442] ser Girolamo di Niccolaio da San Gimignano

28. Mario di N. (1413- post 1496)

29. Carlo di N. (1414- post 1497)

30. Ginevra di N. (1415 ?-)

O [1429] Baldassare di Luigi Milanesi da Prato

O [1443] Agnolo di Pigello Adimari Cavicciuli

31. Paolo di N. (1416- post 1485)

32. Antonio di N. (1417-post 1477)

Notes

1  Ce travail doit beaucoup au goût pour les mots et pour les acteurs de la vie politique florentine transmis par Jean-Claude Zancarini, à travers son enseignement et ses travaux. Qu’il en soit remercié.

2  À propos de cette période, voir R. Ninci, « Techniche e manipolazioni elettorali nel Comune di Firenze tra xiv e xv secolo (1382-1434) », Archivio Storico Italiano, no 150, 1992, p. 755-773 ; Id., « Maso degli Albizzi e la strategia del consenso (1393-1417) », Scritti in onore di Girolamo Arnaldi offerti dalla Scuola nazionale di studi medioevali, A. Degrandi éd., Rome, ISIME, 2001, p. 355-391 ; A. Rado, Maso degli Albizzi e il partito oligarchico in Firenze dal 1382 al 1393, Florence, s. e., 1926 ; D. V. Kent, The Rise of the Medici Faction in Florence, 1426-1434, Oxford, Oxford University Press, 1978 ; N. Rubinstein, The Government of Florence under the Medici (1434-1494), Oxford, Clarendon Press, 1966 ; J. Padgett et C. Ansell, « Robust action and the rise of the Medici, 1400-1434 », American Journal of Sociology, no 98/6, 1993, p. 1259-1319.

3  À propos des acteurs politiques florentins, voir D. V. Kent, « The Florentine Reggimento in the fifteenth century », Renaissance Quartely, no 28, 1975, p. 575-638 ; D. Herlihy, « The rulers of Florence (1282-1530) », City States in Classical Antiquity and Medieval Italy, A. Molho, K. Raaflaub et J. Emlen éd., Stuttgart, Steiner, 1991, p. 197-222 ; C. Klapisch-Zuber, « Les acteurs politiques de la Florence communale (1350-1430) », J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon éd., Florence et la Toscane, xivexixe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1994, p. 217-240 ; J. Padgett, « Open elite ? Social mobility, marriage, and family in Florence, 1282-1494 », Renaissance Quarterly, 2010/2, p. 357-411.

4  Sur les livres de famille, voir R. Mordenti éd., I libri di famiglia in Italia, II, Geografia e Storia, Rome, Storia e Letteratura, 2001 ; C. Cazalé-Bérard et C. Klapisch-Zuber, « Mémoire de soi et des autres dans les livres de famille italiens », Annales HSS, no 59/4, 2004, p. 805-826 ; F. Pezzarossa, « La memorialistica fiorentina tra Medioevo e Rinascimento. Rassegna di studi e testi », Lettere italiane, no 30/1, 1979, p. 96-147 ; Id., « La tradizione fiorentina della memorialistica » dans G. M. Anselmi, F. Pezzarossa et L. Avellini, La « memoria » dei mercatores. Tendenze ideologiche, ricordanze, artigianato in versi nella Firenze del Quattrocento, Bologne, Pàtron, 1980, p. 41-149.

5  En ce qui concerne la configuration de la famille Benvenuti de’ Nobili, voir infra, annexe no 2.

6  Voir G. Pampaloni, « Benvenuti de’ Nobili, Guccio », Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Treccani, vol. VIII, 1966, p. 682-684 ; E. Ragni, « Benvenuti de’ Nobili, Bernardo », ibid., p. 684-685.

7  Voir l’annexe no 2.

8  Les familles de l’élite florentine aux convictions les plus oligarchiques, magnates ou membres du Popolo, se retrouvaient en effet à l’époque dans les instances de la Parte guelfa.

9  Ce mécanisme se répéta en 1384 : à la suite de l’intervention de Guccio pour l’achat d’Arezzo, on confia à son frère Paolo le premier mandat de Podestat de ce lieu stratégique.

10  Les remarques faites sur ce récit (comme sur les autres) s’appuient directement sur les textes édités en annexe no 1, auxquels nous renvoyons.

11  En témoigne notamment la récurrence du syntagme « in singularità », qui construit l’image d’un être à part au sein du petit groupe d’ambassadeurs.

12  Nous pensons aux ricordi no 6 et 14 de G. Capponi (G. Folena éd., Miscellanea di studi offerta a Armando Balduino e Bianca Bianchi per le loro nozze, Padoue, Seminario di filologia moderna dell’Università di Padova, 1962, p. 29-39, ici p. 35-36), que Francesco Guicciardini avait à l’esprit quand il écrivit certains de ses Ricordi.

13  Voir en annexe 1 le récit de son tirage au sort pour être Gonfalonier de Justice en 1381 et de son mandat à la Parte guelfa en 1398, plus développé que celui de l’exclusion des Ricci et des Albizzi en 1372.

14  Voir les Tratte, en ligne : http://www.stg.brown.edu/projects/tratte/ (consulté le 15 octobre 2014). Niccolò décéda avant avril 1424, probablement de la peste qui emporta semble-t-il aussi Cino.

15  Voir D. V. Kent, The Rise, ouvr. cité.

16  Guccio junior est l’aîné et le seul dont le mariage soit enregistré dans le livre de famille, ce qui donne à penser qu’il est l’auteur de ces lignes. Il est cependant étonnant que le prénom de son épouse ne soit pas précisé, à moins qu’il ne s’agisse d’un blanc laissé par le copiste.

17  Il fut placé dans les bourses électorales permettant d’accéder aux trois offices majeurs en 1444, puis dans la bourse mixte de 1434-1448. Il occupa pour la première fois un office majeur en 1447.

18  Citons par exemple Luigi di Piero Guicciardini (1347 ca-1403), Jacopo Salviati (1366-1411), Bonaccorso Pitti (1354-1432), dont les livres de famille ont fait l’objet d’éditions critiques. Nous remercions F. Sensoli pour nous avoir permis de consulter les Ricordanze di tutti i fatti di Luigi di messer Piero Guicciardini (1370-1402) [mémoire de maîtrise, dir. F. Sznura], Florence, Università degli Studi, 1998. Pour Salviati, voir I. di San Luigi éd., Cronica o Memorie dal 1398 al 1411 di Jacopo d’Alamanno Salviati, dans Delizie degli Eruditi Toscani, Florence, Cambiagi, vol. XVIII, 1784, p. 175-361. Pour Pitti, voir Mercanti scrittori, Ricordi nella Firenze tra Medioevo e Rinascimento, V. Branca éd., Milan, Rusconi, 1986, p. 343-503, et A. C. Fiorato, « Propedeutica e legittimazione al potere nei Ricordi di Bonaccorso Pitti », L. Secchi Tarugi éd., Cultura e potere nel Rinascimento, Atti del IX Convegno internazionale (Chianciano-Pienza, 21‑24 luglio 1997), Florence, Franco Cesati, 1999, p. 19-32.

19  C. Bec éd., Il libro degli affari proprii di casa de Lapo di Giovanni Niccolini de’ Sirigatti, Paris, SEVPEN, 1969, p. 57 : « Il primo ebbe nome Niccholaio, […] se fosse viuto, sarebbe istato de’ magiori cittadini di questo quartiere, e sì per la sua persona, e apresso per la memoria di nostro padre, ch’ebbe uno grande stato nella nostra città di Firenze, e molti ufici. » Voir également A. Moroni, « Ricordanze, genealogie e identità storica della famiglia Niccolini di Firenze », Archivio Storico Italiano, no 592, 2002/2, p. 269-320.

20  « XXVII. Ne’ fatti dello stato concludo che voi lo tegnate con chi lo tiene, e pigliatene poco e date favore a chi regge, perche e’ si conviene avere maggiore stato e popolani spicciolati. […] E però, degl’uomini che sono al presente, favoreggia Bartolommeo Valori, Niccolò da Uzzano, Nero di Nigi e Lapo Niccolini : ed in comune ed in proprietà ti ritieni e consiglia con loro » (ouvr. cité, p. 38-39). Sur ces Ricordi, voir C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence, 1375-1434, Paris-La Haye, Mouton, 1967, p. 131-150 et M. Palumbo, « I Ricordi di Gino di Neri Capponi e i Ricordi di Francesco Guicciardini », Il prisma dei moralisti. Per il tricentenario di La Bruyère, B. Papàsogli et B. Piqué éd., Rome, Salerno, 1997, p. 89-105.

21  Les cas de Giovanni di Pagolo Morelli et Goro Dati ont été étudiés en ce sens. Voir Mercanti scrittori, ouvr. cité, p. 101-339 ; L. Pandimiglio, « Giovanni di Pagolo Morelli e la ragion di famiglia », Studi sul Medioevo cristiano offerti a R. Morghen, Rome, ISIME, 1974, vol. II, p. 553-608 ; C. Tripodi, « Tieni sempre con chi tiene e possiede il palagio e la signoria : “ricordi” e ascesa al reggimento. Il caso dei Morelli », Archivio Storico Italiano, no 612, 2007/2, p. 203-266 ; L. Pandimiglio éd., I libri di famiglia e il Libro segreto di Goro Dati, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2006 ; P. Gilli, « Le discours politique florentin à la Renaissance : autour de l’“humanisme civique” », Florence et la Toscane, ouvr. cité, p. 323-343.

22  Voir D. V. Kent, The Rise, ouvr. cité, J. Padgett et C. Ansell, « Robust action », art. cité.

23  En témoigne l’incipit du carnet que Francesco di Tommaso Giovanni tint à cet effet : « Al nome dell’onnipotente Dio […] principio io, Francesco di Tommaso di Giovanni, questo presente quadernuccio titolato : Remuneratorio, in sul quale farò nota e memoria di tutti i piaceri e gratie degne di retributioni che ricevessimo da alchuno ; e così come de’ piaceri e gratie, così de’ loro contrarii. Non per prenderne vendetta, ma per poterle ricordare, possendo vendicarsi a chi l’avessi fatte e renderli, ma disponendosi bene per male, ad che conforto me e qualunche ad chui fare s’aparterrà. E prima farò nota d’alchune dignissime cose meritevoli di memoria e di ritributione, fatte innanzi a questo dì primo d’agosto 1435. » (E. Conti et al., La civiltà fiorentina del Quattrocento, Florence, Vallecchi, 1993, p. 195)

24  Voir notamment F. Pezzarossa, Le ricordanze di Ugolino Martelli (1433-1483), Rome, Storia e letteratura, 1989 ; L. Miglio, « Cocchi Donati, Iacopo », Dizionario Biografico degli Italiani, ouvr. cité, vol. XXVI, 1982, p. 501-503 et Ead., « Uffici e cortesie nelle lettere e nelle poesie di un funzionario alla corte medicea », Studi in onore di Leopoldo Sandri, Rome, Ufficio centrale per i beni archivistici e della Scuola Speciale per Archivisti e Bibliotecari dell’Università di Roma, 1983, p. 583-602.

25  Ne pouvant développer cet aspect ici, nous renvoyons à notre travail de thèse.

Notes de fin

1  Pour la description du manuscrit, voir l’édition de ces derniers par A. Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, EHESS, 1993, p. 272-275.

2  G. Grazzini éd., « Ricordo della compera di Arezzo fatta dai Fiorentini tratto dal libro segreto di Guccio Benvenuti de’ Nobili del popolo di Santa Maria sopra porta a Firenze (novembre 1384) », Rerum Italicarum Scriptores, vol. XXIV, t. I/2, Città di Castello, Lapi, 1909, p. 83-91. Il s’agit des fos 201-208, que nous ne reproduisons donc pas ici.

3  Correspondant au fo 101 v. dans la foliotation moderne.

4  Suit la liste des Prieurs, Gonfaloniers de Compagnie et Douze Buonuomini (voir le site des Tratte).

5  Ottobre dans l’interligne, au-dessus de Dicembre barré. Les trois astérisques correspondent à une lacune dans le manuscrit.

6  lif barré.

7  tutta la Piazza… buon Popolani : la syntaxe problématique de cette portion de phrase laisse supposer une omission de la part de l'auteur de la copie.

8  alli dans le manuscrit.

9  dodi barré.

10  Possible omission de : rotto i confini.

11  Chiffre souligné dans le manuscrit, ici et à la ligne suivante.

12  Idem.

13  Les informations ici présentées entendent rendre compte de cet axe du livre de famille. Elles sont directement issues des notes du sénateur : nous ne préjugeons ni de leur exactitude, ni de leur exhaustivité (la biographie de Bernardo fait ainsi état de frères qui ne sont pas cités ici, probablement du fait de leur mort). L’interrogation systématique des Tratte a permis d’identifier les termes ante quem de certains décès et mis en évidence quelques discordances.

14  Ses funérailles sont minutieusement décrites (p. 208 de la copie).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5287/img-1.jpg
Fichier image/, 342k

Auteur

ENS Lyon, Triangle (UMR 5206)

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540