Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages, politique, histoire. Avec Jean-Claude Zancarini

 | 
Romain Descendre
, 
Jean-Louis Fournel

Première partie. Florence : la politique nouvelle XVe-XVIe siècles

La République ou la guerre clivée. Considérations sur les Histoires du peuple florentin de Leonardo Bruni

Laurent Baggioni

Texte intégral

  • 1  Elle a été mise en lumière par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini dans Langues et écritur (...)

1La centralité du discours républicain sur la guerre dans la tradition florentine ne laisse pas d’étonner1. Sa prégnance dépasse de loin les aspirations héroïques à la résurgence de l’esprit antique ou les préoccupations humanistes d’érudition en matière d’expertise guerrière. La question littéraire masque sans doute l’acuité de la question théorique qui agite les penseurs politiques de la République florentine aux aurores de l’Âge moderne, une acuité qui doit toujours faire la part belle à la force antinomique, voire oxymorique de la guerre et de la liberté, deux termes qui semblent, malgré leur opposition, indissociables de la réflexion républicaine sur la guerre. Si elle semble imposée de l’extérieur, à une époque où la configuration politique des États européens tend à s’unifier à l’échelle nationale, la guerre républicaine est profondément liée aux divisions de la cité florentine, dont elle est souvent l’expression et la plupart du temps le catalyseur. Elle semble dévoiler l’incapacité de la République florentine à construire son unité, et surtout à révéler que celle à laquelle elle semble parfois parvenir, à de très rares époques de son histoire, est une unité temporaire, éminemment instable, qui est l’effet d’une trêve, dans le cadre d’une guerre intérieure toujours en acte, toujours prête à s’embraser et à redistribuer du même coup les cartes de l’ordre politique de façon aussi aléatoire que réversible. La guerre ne s’envisage à Florence que sur le fort sentiment de labilité du pouvoir et de l’ordre citadin, ce qui explique sans doute que la pensée politique florentine eut très tôt un sens aigu de la difficulté à traiter la politique par des vérités bien établies, qui ne sont souvent que le revers de jugements hâtifs et présomptueux.

2Cette sorte de respect ou de déférence pour l’inscrutabilité des lois de la politique, que la prose historique ou théorique florentine n’aborde que par de prudentes circonlocutions, des figures dilemmatiques qui s’empressent de nuancer ou de carrément réfuter la moindre des propositions assertives, nous sert de préalable à une enquête sur la façon dont la guerre était intégrée au jeu politique, comme un paramètre dont non seulement il s’agissait de tenir compte mais également de tirer le meilleur parti. Souvent, dans l’humanisme florentin, dit civique, du début du xve siècle, ce qui est élaboré de façon théorique n’est pas explicitement dit, non par un goût prononcé pour la réserve, ni par une quelconque croyance dans les vertus du langage indirect, mais parce que l’opacité même du discours fait partie de la pensée politique, d’une politique qui doit à tout prix se dire mais qui doit tout autant ne pas dévoiler son jeu, moins pour tromper le lecteur que pour ne pas être démentie par les caprices d’une Providence des plus fantasques. Dès lors, ce qui est décisif, c’est moins ce que les auteurs nous disent que la façon dont ils nous le disent : les mots, les figures, les silences. Une partition musicale surgit tout entière de la prose politique, qui est le plus politique là où elle en a le moins l’apparence, et qui cache le produit de l’expérience florentine comme un trésor dissimulé sous le drap d’un discours raffiné.

  • 2  Depuis la fin du xiiie siècle, la prédominance des Arts majeurs à la Seigneurie permet au popolo g (...)
  • 3  Dans le livre III des Istorie fiorentine, Machiavel donne un compte rendu détaillé de l’importance (...)
  • 4  Le pouvoir des oligarques s’exerce à travers le contrôle des borse qui contiennent les noms des ci (...)

3Nul doute que les véritables décideurs de la guerre et de la paix de la République florentine furent ceux-là mêmes qui contrôlaient cette organisation humaine et urbaine entièrement vouée au commerce et à la banque ; nul doute que les guerres entreprises par les Florentins avaient pour objet la sauvegarde et l’expansion des activités économiques des clientèles et des solidarités économiques articulées autour d’une alliance politique souvent opposée à d’autres alliances2. Faire la guerre ou la paix est d’ailleurs un moyen pour ces alliances de prolonger hors des murs de la cité des rivalités économiques et politiques qui ne peuvent se résoudre à l’intérieur : la fameuse guerre des Huit Saints fut déclenchée pour affaiblir le parti aristocratique et la famille des Albizzi, une lutte qui trouva une issue, du reste temporaire, dans l’exil des principaux membres de cette famille et dans l’exécution de Piero di Luca, et dont la violence et l’acharnement furent à la mesure de l’implacable vengeance de Maso après le rétablissement du gouvernement des arts majeurs en 1382 et surtout après la balìa de 13933. Il n’est sans doute pas anodin que l’affirmation de l’ascendant de Maso sur la République oligarchique, pour ne pas dire plus, lui qui a fait l’objet de tentatives d’assassinat, ait été concomitante des grandes campagnes militaires qui ont opposé Florence et Milan au cours des années 1390, puis, après sa mort, au cours des années 1420. La guerre n’était pas seulement la cause de l’établissement de la République oligarchique, qui nécessitait rapidité de décision, concentration des pouvoirs et essor d’une élite experte capable de coordonner des opérations, c’en était également l’instrument, puisque précisément le fait de déclarer la guerre, de contrôler les immenses dépenses qu’elle générait et la dette considérable qu’elle faisait peser sur les finances de la commune et sur les particuliers, d’avoir la main sur les alliances extérieures, permettait à Maso d’exercer un pouvoir que nul n’avait probablement exercé à Florence depuis la Seigneurie du Duc d’Athènes4. Autrement dit, la guerre permet de résoudre ce qui est toujours apparu aux Florentins comme la quadrature du cercle politique : assurer la stabilité du régime.

  • 5  Sur l’État territorial florentin, voir les travaux de L. Tanzini, Alle origini della Toscana moder (...)
  • 6  L’État régional florentin demeura fragmenté et très peu centralisé. Les Florentins en particulier (...)
  • 7  Sur la présence d’une conception impériale de la liberté chez Bruni, voir R. Fubini, « La rivendic (...)

4De cet objectif qui ne peut s’avouer, et qui doit comme tel rester dans l’ombre, comme le point aveugle de toute une politique vouée à constituer un État territorial5 qui ne peut être autre chose qu’un État seigneurial, ou para-seigneurial si l’on préfère (c’est-à-dire qui se pense comme une structure parallèle au pouvoir seigneurial reconnu chez l’adversaire, tout en s’en distinguant), la pensée florentine nous donne d’importants signes, à défaut de nous livrer ouvertement des contenus6. Salutati et Bruni ont certes forgé l’armature intellectuelle de l’État territorial (et donc seigneurial) florentin, mais ce faisant, ils ont reflété dans leurs inventions théoriques la contradiction même qui consistait à imposer à d’autres cités une liberté qui ne pouvait se définir autrement que comme florentine et qui répondait pour partie à une exigence intérieure7. Dès lors, la guerre ne peut plus rester aux marges du discours politique, comme l’exception à un état d’harmonie civique. Elle doit être pensée comme la condition de cette harmonie. L’emphase des amplifications rhétoriques dit bien, en creux, que la guerre extérieure est plus difficile à mener si c’est une guerre de conquête que si c’est une guerre de défense (même si une telle volonté de conquête peut parfois être explicitement assumée par les Florentins, pour la croissance ou la conservation de leur stato). Car les hommes ne sont prêts à se battre que pour défendre leur vie, leurs proches et le lieu où ils habitent : toute autre guerre nécessite la mise en jeu d’une ardeur guerrière qu’il s’agit de faire naître artificiellement à partir de ces enjeux, toujours les mêmes. L’extrême insistance de Salutati sur la défense de la liberté révèle cette contradiction ; l’histoire florentine de Bruni entièrement fondée sur la notion de liberté est moins un instrument de propagande à la gloire de la Florence guelfe que l’affirmation dans la mémoire collective florentine que les guerres extérieures de la République sont des guerres de liberté, c’est-à-dire que la définition de la République par la liberté, ce qui est toujours à défendre par les armes, équivaut à une définition de la République par la guerre extérieure, conçue expressément comme une guerre de défense de son bien propre.

  • 8  Au début du xve siècle, le reflux de l’influence des Visconti permet une accélération de la consti (...)
  • 9  Au-delà des motifs de politique internationale, la guerre a d’abord profité à la stabilité du pouv (...)

5Aussi la véritable question que nous transmet la pensée politique de l’humanisme civique est-elle toujours la même : pourquoi fait-on la guerre ? Entre 1375 et les années 1430, Florence mène un important nombre de guerres aux motifs très variés, qui tiennent en dernière analyse au contexte de rivalité extrême qui induit le partage de la péninsule qui sera sanctionné par la paix de Lodi : la volonté de résister à tout prix à l’unification de la péninsule sous l’égide des Visconti, la volonté de ménager un accès à la mer, la nécessité d’écraser les révoltes qui surgissent au sein du territoire, la volonté tout simplement de s’étendre8. Les Florentins ne furent jamais complètement unanimes sur la nécessité de faire la guerre, y compris pendant la guerre des Huit Saints (1375-1378). La défense du stato fut certes un argument imparable, mais des voix se sont élevées sur l’opportunité des guerres contre Jean-Galéas Visconti et surtout sur leur coût. Par ailleurs, après l’époque triomphante de l’annexion de Pise (1406) vient le temps des doutes, et après la répression des révoltes de Volterra (1429), la guerre de Lucques (1429-1433), qui affaiblit tant la République au bénéfice de Milan, a suscité des débats au sein même du groupe dirigeant9.

  • 10  Les Historiarum Florentini populi Libri XII comprennent douze livres et relatent l’histoire de Flo (...)

6Avant l’arrivée au pouvoir des Médicis, dans les six premiers livres de ses Histoires10, Bruni a ainsi mis en scène cette ambivalence du pouvoir albizzien qui était précisément l’une de ses armes de guerre, et c’est sur cette ambivalence, ou plutôt ce clivage (c’est-à-dire la coexistence simultanée de deux types d’énoncés en réalité incompatibles) que l’humanisme de Bruni se développe, en y puisant ses racines et en faisant croître ses ramifications sur les œuvres des anciens. Loin d’être une simple œuvre de mémoire, l’œuvre de Bruni est un texte d’histoire au sens plein, c’est-à-dire qu’il est profondément contemporain, profondément ancré dans la question politique centrale sur laquelle s’est appuyée l’oligarchie. À ce titre, le premier Livre, qui traite des guerres entre les anciens Toscans (ou Étrusques) et les Romains avant de dresser un panorama de l’histoire florentine jusqu’au réveil de la liberté après la mort de Frédéric II, nous donne la définition historique, c’est-à-dire figurale, exemplaire, de ce qu’est la guerre : une lutte pour la survie qui s’explique par la proximité d’une ville ou d’une nation trop puissante.

  • 11  Il s’agit d’un topos de l’humanisme, présent à la fois chez Pétrarque et chez Salutati.

7Les guerres des anciens Toscans, menacés par Rome, étaient vouées à l’échec, du fait de la puissance de la cité rivale et du fait de leur division. Ils étaient donc condamnés à perdre leur liberté. Pourtant, Bruni souligne la force militaire des Toscans, « nation belliqueuse », qui eurent cependant à souffrir une défaite due aussi à une conception erronée de la guerre, faite d’acharnement et de témérité, et surtout à une mauvaise appréciation de ce que la guerre comporte de lois, qui n’annulent pas le lien universel qui existe entre tous les êtres humains. Ainsi Bruni met-il en scène le premier discours de ses Histoires, dans la bouche du Romain Camille, qui refuse la trahison d’un maître d’école d’une ville assiégée qui venait lui livrer les enfants des principaux citoyens. La mise en scène contient un contenu explicite dont elle est l’illustration : Bruni souligne le refus de la ruse et la primauté d’une action militaire en accord avec les lois de la guerre. En filigrane, apparaît évidemment le refus d’une guerre menée par des mercenaires11, qui le font par souci de rémunération et de récompense, tandis que « les armes, la patience et la vertu » ne peuvent être que celles de l’armée d’un peuple libre. La valeur paradigmatique de ces deux passages illustre le caractère mouvant des valeurs attribuées aux différentes figures : les peuples toscans révèlent le déclin inéluctable des peuples soumis à une puissance dominante, tandis que le triomphe des armées romaines est un triomphe de la vertu et de la justice. Sans utiliser le terme qui est pourtant au fondement de toute son œuvre, Bruni dépeint la déchéance des Toscans comme une perte de liberté, juste avant de rappeler qu’ils n’eurent pas le statut de sujets, mais de confédérés et d’associés.

  • 12  Bruni se livre sur le terme d’imperator à un véritable exercice de philologie politique qui distin (...)

8La question de la guerre n’est pas traitée de façon univoque, il n’existe pas un camp de la liberté qui s’opposerait au camp de l’oppression. La liberté n’est donc pas statique, détenue, possédée par aucun peuple, pas même par les Romains. La liberté circule et varie, mais cette circulation ne peut avoir lieu qu’entre dominants et dominés, qu’entre puissants et affaiblis, qu’entre souverains et sujets, que par la guerre. Elle se donne au moment même où elle se confisque et se conquiert aussitôt après avoir été perdue. Elle est comme la force qui anime un processus à tout moment réversible qui peut faire d’un noble un esclave et d’un esclave un maître. Elle peut aussi surgir paradoxalement de la tyrannie elle-même, car sous l’effet d’un excès de puissance, l’empire a dégénéré en tyrannie, et ses empereurs, d’abord chefs militaires, se sont transformés en tyrans12. Pourtant, après le déclin de l’empire romain à cause de l’invasion des barbares, celui-ci se retire en Allemagne et la liberté renaît.

  • 13  Selon Ianziti, Bruni condamne la commune ancienne pour mieux exalter, en négatif, la République ol (...)
  • 14  C’est le sens du discours de Tegghiaio Aldobrandi degli Adimari, qui a cherché à empêcher les Flor (...)

9En deçà de l’interprétation figurale, si l’on en reste à la lettre du texte, Bruni donne néanmoins un contenu à la liberté. Celle-ci ne se comprend qu’en relation avec la notion de peuple, lui-même défini négativement comme la privation de la noblesse, et qu’avec la forme particulière propre à son organisation politique, l’état populaire. Bruni radicalise l’opération idéologique déjà à l’œuvre chez Villani qui associe étroitement les termes de peuple, de liberté et de guelfisme. Les histoires du peuple florentin correspondent ainsi à différentes configurations historiques successives dans lesquelles le peuple cherche à faire vivre cette liberté. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’œuvre de Bruni n’est ni complètement téléologique, ni complètement critique par rapport aux anciennes formes de la commune florentine13 : les Histoires sont autant d’images ou de figures, autant d’exempla qui ne s’intègrent pas nécessairement dans une progression cohérente mais incarnent différents moments de l’histoire du peuple. La liberté est d’abord conquise sur la noblesse, qui non seulement asservit le peuple, mais qui est favorable à une soumission directe à l’empire. Mais elle doit aussi lutter contre elle-même, car elle porte en elle les ferments de sa propre négation, puisque la liberté favorise la licence et l’expression d’ardeurs qu’il est nécessaire de tempérer par des conseils plus prudents14.

10L’œuvre de Leonardo Bruni est ainsi travaillée de l’intérieur par un clivage inscrit au sein même de la République, clivage qui s’exprime dans un certain déphasage entre l’implicite et l’explicite : l’explicite ne livrant que le contenu d’une projection idéale et esthétique d’une république qui établirait la liberté du peuple et qui, par là même, répandrait la liberté autour d’elle ; le sens implicite des Histoires, leur mise en scène exemplaire (on pourrait dire historiée), la dramatisation du récit démentant cette construction idéologique et dévoilant la nécessité d’une domination extérieure qui est non seulement la négation de la liberté des autres, mais, dans le même mouvement, la négation de sa propre liberté.

  • 15  On estime que les ouvriers constituent environ la moitié de la population florentine à la fin du x (...)
  • 16  Pour Bruni, le populus est le peuple souverain, celui des marchands banquiers qui exercent le pouv (...)
  • 17  Par exemple chez Giovanni Villani : « Di questa novitade ebbe grande turbazione e mutazione il pop (...)
  • 18  Ou qui n’exercent le gouvernement que de façon épisodique.

11Cette négation de la liberté apparaît là encore aux interstices du discours, dans une ambiguïté qui porte la marque flagrante du déni : celle des revendications politiques du « menu peuple » qui constitue la force laborieuse de la République marchande15. Un flottement sémantique affecte un élément du discours, marginal par rapport à la guerre elle-même, mais qui dévoile, dans son hésitation même, l’ambivalence du cœur du propos, c’est-à-dire de la fonction politique de la guerre. L’usage du mot « populus » par opposition à la noblesse16. Or le terme de populus ignore les nuances qu’utilisaient les chroniqueurs du xive siècle, et en particulier la distinction entre popolo minuto et popolo grasso17. Nuance cruciale puisqu’elle distingue clairement la frange de la population qui a accès au gouvernement du status popularis, c’est-à-dire à la liberté, de l’ensemble des ouvriers et des travailleurs qui sont privés de droits civiques18. La distinction entre populus et plebs aurait pu remplir ce rôle, en accord avec le lexique utilisé par les historiens romains. Or l’usage de plebs est marqué par la même ambiguïté, désignant tantôt la masse du menu peuple qui favorise tantôt les nobles, tantôt le peuple lui-même, par distinction avec la noblesse.

  • 19  C’est un phénomène étudié par C. Klapisch-Zuber, Retour à la cité. Les magnats de Florence, 1340-1 (...)
  • 20  Machiavel, Istorie Fiorentine, III.

12Le flottement aurait pu être anecdotique, et simplement refléter cet impensé structurant de la politique florentine, qui correspond aux causes des soulèvements révolutionnaires de 1378, s’il n’était pas en accord avec une authentique manipulation de la classe dirigeante de l’époque, à savoir le caractère populaire des grandes familles aristocratiques du guelfisme florentin, lesquelles avaient opté pour de véritables stratégies de « popularisation » leur permettant de contourner les interdits qui frappaient les nobles et la méfiance des familles non nobles19. Les Albizzi, d’ancienne extraction noble, avaient en effet tout à gagner d’une exaltation du caractère « populaire » de la République, eux qui avaient établi leur domination sur Florence par l’éviction de ceux, au premier rang desquels les Alberti, qui s’étaient appuyés sur le peuple, le menu peuple celui-ci, pour neutraliser leurs rivaux20.

  • 21  C’est la thèse que défend Bruni dans son De militia. Le texte de ce traité est édité par P. Viti d (...)

13Les guerres justes du peuple florentin, telles qu’elles sont relatées par Bruni, ne sont pas qu’un simple discours de propagande. Leur récit dévoile en creux le métamorphisme propre au républicanisme florentin. Il ne s’agit pas seulement de faire accepter dans les mémoires de tous, par un geste ultime de tyrannie des esprits, les guerres lancées par Maso degli Albizzi au nom du peuple de Florence et de sa liberté. Ce récit nous fait voir, presque malgré lui, le caractère à la fois contradictoire et tautologique que revêt l’association de la guerre et de la liberté : contradictoire parce que la liberté implique sinon la domination d’une classe d’oligarques, du moins l’existence d’une hiérarchie sociale qui limite de fait l’universalité de cette liberté ; tautologique parce que la guerre est conçue comme le moyen de défendre une liberté qui se définit justement par la capacité de faire la guerre, capacité à son tour réservée aux hommes les mieux versés dans l’art de la guerre et de la politique. La pensée de Bruni sanctionne ainsi la prévalence d’une militia républicaine qui se définit à la fois par sa dignité supérieure et par le fait qu’elle est le seul groupe social chargé d’exercer le métier des armes21. Il s’agit là d’une différence majeure avec Machiavel pour qui au contraire la capacité acquise par le peuple de porter les armes constitue l’une des raisons fondamentales de la vitalité du modèle romain.

14L’humanisme civique de Bruni est l’expression paradoxale que la sauvegarde de la liberté est dans le même temps un instrument de conservation d’un pouvoir para-seigneurial, qui implique de définir la liberté par la guerre et la guerre par la liberté. Il devient ainsi possible de comprendre les racines politiques de l’humanisme florentin à travers une œuvre historiographique majeure et un parti pris linguistique et stylistique lourd de sens : le latin de Bruni poursuit une finalité opposée à celle que poursuit sa notion de populus par opposition à la noblesse. Il ennoblit ce que le mot populus est censé « plébéiser », il élève au rang de héros et de mythe ce que les récits de la lutte contre la noblesse avaient ramené à une humanité moins haute. Il sculpte une statue de marbre à un homme revêtu des attributs symboliques de l’i-gnoble, de l’homme simple, du peuple. À la noblesse de naissance, à l’apparat des traditions chevaleresques plus que jamais vivantes dans l’oligarchie florentine qui dirige la République, l’humanisme substitue l’expertise, la connaissance, le discernement, c’est-à-dire la vertu. Une vertu qui se dit encore dans le discours de l’exemple, de la parénèse, du modèle, mais qui n’a conservé de l’exemplum que la dimension esthétique, le geste, la pose, en un mot l’image, terme que les humanistes utilisaient volontiers, avec ombre et nuage, pour désigner l’absence de consistance qui est le propre de toute tyrannie.

Notes

1  Elle a été mise en lumière par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini dans Langues et écritures de la République et de la guerre. Études sur Machiavel, A. Fontana, J.-L. Fournel, X. Tabet et J.-C. Zancarini éd., Gênes, Name, 2004. Voir également J.-L. Fournel, « Florence (1494-1530) : une République de guerre », dans M. Riot-Sarcey et C. Moatti, La République dans tous ses états. Pour une histoire intellectuelle de la République en Europe, Paris, Payot et Rivages, 2009, p. 187-225 et 342-346.

2  Depuis la fin du xiiie siècle, la prédominance des Arts majeurs à la Seigneurie permet au popolo grasso d’exercer le pouvoir. Pour les trois quarts au moins, les Prieurs sont les élus des mercatores. L’idéologie communale est fortement imprégnée de la forma mentis des marchands : la notion même de liberté est indissociable de la vocation commerciale de la ville. Voir C. Bec, Les marchands écrivains à Florence, 1375-1434, Paris-La Haye, Mouton, 1967. Voir également A. Tenenti, Florence à l’époque des Médicis. De la cité à l’État, Paris, Flammarion, 1968.

3  Dans le livre III des Istorie fiorentine, Machiavel donne un compte rendu détaillé de l’importance cruciale des années de la République des Arts mineurs, mise en place après le soulèvement des ouvriers de la laine en 1378, et montre combien la politique des années postérieures, en particulier la lutte entre Maso et les Alberti, fut conditionnée par cette période.

4  Le pouvoir des oligarques s’exerce à travers le contrôle des borse qui contiennent les noms des citoyens éligibles aux charges. Sur le fonctionnement de la République oligarchique, voir J. Najemy, Corporatism and Consensus in Florentine Electoral Politics, 1280-1400, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1982, ainsi que History of Florence, Oxford, Wiley-Blackwell, 2006.

5  Sur l’État territorial florentin, voir les travaux de L. Tanzini, Alle origini della Toscana moderna. Firenze e gli statuti delle comunità soggette tra xiv e xvi secolo, Florence, Olschki, 2007, ainsi que le recueil d’articles Poteri centrali e autonomie nella Toscana medievale e moderna, actes du colloque tenu à Florence les 18 et 19 décembre 2008, G. Pinto et L. Tanzini éd., Florence, Olschki, 2012. Voir également Florence et la Toscane, xive-xixe siècles. Les dynamiques d’un État italien, J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon éd., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

6  L’État régional florentin demeura fragmenté et très peu centralisé. Les Florentins en particulier gardaient en vigueur les statuts locaux. À la différence de Milan et de Venise, ils exerçaient toutefois un contrôle beaucoup plus étroit, en envoyant sur place des recteurs chargés de superviser le fonctionnement des communautés sujettes. Voir E. Fasano Guarini, « Lo Stato regionale », dans Storia della Toscana, vol. I, Dalle origini al Settecento, E. Fasano Guarini, G. Petralia et P. Pezzino éd., Rome-Bari, Laterza, 2004, p. 147-166. P. Gilli souligne, à partir d’une comparaison entre Florence et Milan, les limites de la centralisation de leurs deux États territoriaux, notamment à travers leur incapacité à « susciter une adhésion patriotique » : « L’impossible capitale ou la souveraineté inachevée : Florence, Milan et leurs territoires (fin xive-xve siècle) », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 36, 2005, p. 75-95.

7  Sur la présence d’une conception impériale de la liberté chez Bruni, voir R. Fubini, « La rivendicazione di Firenze della sovranità statale e il contributo delle Historiae di Leonardo Bruni », dans Leonardo Bruni, Cancelliere della Repubblica di Firenze, Convegno di studi (Firenze, 27-29 ottobre 1987), P. Viti éd., Florence, Olschki, 1990, p. 29-62. Sur le lien entre la question de la citoyenneté et celle de l’expansion territoriale chez Machiavel et les humanistes du Quattrocento, voir G. Pedullà, « Concedere la cittadinanza a “forestieri”. Roma, Venezia e la crisi del modello municipale di res publica nei Discorsi del Machiavelli », Storica, vol. IX, 25/26, 2003, p. 105-174.

8  Au début du xve siècle, le reflux de l’influence des Visconti permet une accélération de la constitution de l’État régional florentin : outre l’acquisition de Pise (1406) et de Livourne (1421), Florence étend aussi sa domination en Romagne, jusqu’aux abords de Forlì, dans le Casentino, dans la vallée du Tibre et en Val di Chiana, avec l’acquisition de Cortone en 1411. Voir E. Fasano Guarini, ouvr. cité.

9  Au-delà des motifs de politique internationale, la guerre a d’abord profité à la stabilité du pouvoir oligarchique. Florence fut presque toujours en guerre entre 1390 et 1454 (sauf entre 1414 et 1423). La quasi-permanence de cet état de guerre nécessitait pour les autorités de la commune un contrôle toujours plus étroit sur les mœurs, la religion et les pratiques sociales. Voir les analyses de John Najemy dans ce sens, History of Florence, ouvr. cité, p. 188. Cette thèse est étayée par le témoignage de Machiavel (Istorie fiorentine, III). La guerre de liberté ne fit pas toujours l’unanimité dans la classe dirigeante. Les Histoires de Bruni portent la trace de cette rupture, les premiers livres (composés sous les Albizzi) pouvant être lus comme favorables à la guerre, les livres postérieurs se ralliant à une vision plus pacifique et diplomatique compatible avec la politique de Cosme l’Ancien. Voir G. Ianziti, Writing History in Renaissance Italy. Leonardo Bruni and the Uses of the Past, Cambridge (Mass.) - Londres, Harvard University Press, 2012, surtout les chapitres 6 et 11.

10  Les Historiarum Florentini populi Libri XII comprennent douze livres et relatent l’histoire de Florence depuis sa fondation jusqu’à la guerre entre Florence et Milan qui prit fin en 1402. Le choix de s’arrêter à la grande guerre la plus récente, alors que le prologue s’ouvrait sur la conquête de Pise (1406), souligne les limites assignées à l’époque contemporaine, précisément définie par ces deux guerres. Voir l’édition de James Hankins, History of the Florentine People, 3 vol., Cambridge (Mass.) - Londres, I Tatti Renaissance Library, 2001, 2004 et 2007.

11  Il s’agit d’un topos de l’humanisme, présent à la fois chez Pétrarque et chez Salutati.

12  Bruni se livre sur le terme d’imperator à un véritable exercice de philologie politique qui distingue le sens républicain, celui de général, du sens impérial (History of the Florentine People, L. I, vol. I, p. 88-89). La question est reprise dans une lettre adressée à Cyriaque d’Ancône : l’imperium, distingué de la dominatio, renvoie à une legitima potestas (Lettre VI, 9 de l’édition Mehus, Leonardi Bruni Arretini Epistolarum Libri VIII, Florence, 1741, p. 57-61). La liberté ne peut vivre que si une cité étend son imperium à l’extérieur.

13  Selon Ianziti, Bruni condamne la commune ancienne pour mieux exalter, en négatif, la République oligarchique, en accord avec ce que Najemy nomme la « politique du consensus ». Voir G. Ianziti, Writing History in Renaissance Italy, ouvr. cité, surtout p. 123-125. Or les formes anciennes de la commune sont aussi des modèles clivés, objet d’appréciations partielles. Bruni exalte bel et bien la commune ancienne comme commune guelfe, même s’il la désavoue en même temps dans la mesure où elle ne donnait pas assez de place à l’expertise des hommes prudents.

14  C’est le sens du discours de Tegghiaio Aldobrandi degli Adimari, qui a cherché à empêcher les Florentins de s’aventurer en territoire siennois. Le peuple, mû par les ardeurs guerrières de certains conseillers imprudents, a été défait à la bataille de Montaperti. Voir History of the Florentine People, L. II, vol. II, p. 151-159. Le discours est analysé par Ianziti, ibid., p. 121-123.

15  On estime que les ouvriers constituent environ la moitié de la population florentine à la fin du xive siècle. Ils n’avaient aucun droit et ne disposaient d’aucun moyen d’expression puisqu’ils ne jouaient aucun rôle dans les corporations et qu’ils n’avaient pas le droit de coalition. A. Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, EHESS, 1993.

16  Pour Bruni, le populus est le peuple souverain, celui des marchands banquiers qui exercent le pouvoir.

17  Par exemple chez Giovanni Villani : « Di questa novitade ebbe grande turbazione e mutazione il popolo e la cittade di Firenze, e d’allora innanzi gli artefici e’ popolani minuti poco podere ebbono in Comune, ma rimase al governo de’ popolani grassi e possenti », Nuova Cronica, IX, 8.

18  Ou qui n’exercent le gouvernement que de façon épisodique.

19  C’est un phénomène étudié par C. Klapisch-Zuber, Retour à la cité. Les magnats de Florence, 1340-1440, Paris, EHESS, 2006.

20  Machiavel, Istorie Fiorentine, III.

21  C’est la thèse que défend Bruni dans son De militia. Le texte de ce traité est édité par P. Viti dans Leonardo Bruni. Opere letterarie e politiche, Turin, Utet, 1996, p. 654-701.

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540