Version classiqueVersion mobile

Faire participer les habitants ?

 | 
Marion Carrel

Conclusion

Texte intégral

  • 1  Cité par Girard, Le Goff, 2010, p. 55.

L’homme ordinaire. Héros commun. Personnage disséminé. Marcheur innombrable. […] Ce héros anonyme vient de très loin. C’est le murmure des sociétés. De tout temps, il prévient les textes. Il ne les attend même pas. Il s’en moque. Mais dans les représentations scripturaires, il progresse. Peu à peu il occupe le centre de nos scènes scientifiques. Les projecteurs ont abandonné les acteurs possesseurs de noms propres et de blasons sociaux pour se tourner vers le chœur des figurants massés sur les côtés, puis se fixer enfin sur la foule du public.
(Michel de Certeau, L’invention du quotidien, p. 11)
 
Il ne s’agit pas seulement, selon l’idée de Sen, de la capacité à « se montrer en public sans honte », mais plus spécifiquement de la capacité sociale des individus à initier une délibération publique à propos de ce qui les concerne. Cette capacité d’ouvrir des séquences de délibération constitue le seuil de l’égalité politique et de la reconnaissance sociale.
(James Bohman, « Délibération, pauvreté politique et capacités », dans La liberté au prisme des capacités, p. 227)1

1Cesser d’opposer citoyenneté et pauvreté, dans les pratiques comme dans les représentations, ne peut se réaliser sans bousculer l’ordre établi. La délibération apparaît, à l’issue de cette enquête, comme une des pistes à explorer pour la remise en cause subversive et continuelle du pouvoir en démocratie. La voie de « la délibération avant la révolution » est cependant étroite, entre la diffusion de transformations via la délibération et le risque de reproduction, voire d’accroissement, des inégalités que la délibération comporte dans un monde « imparfait et injuste » (Fung, 2011 [2005]). Le « langage de l’empowerment », par exemple, peut paradoxalement contribuer à renforcer la stigmatisation, lorsque les problèmes, retards ou difficultés des personnes sont publiquement mis en avant en leur présence, à des fins de justification de l’action à mener et des deniers à récolter (Eliasoph, 2011).

2L’enquête montre en définitive que le paradoxe de la « participation des habitants » (toujours réclamée, jamais explicitée) dans la politique de la ville française tient en grande partie à l’absence de procédures ad hoc pour organiser la confrontation démocratique entre la population et les pouvoirs publics. La France apparaît particulièrement dépossédée de savoir-faire professionnels en la matière. L’injonction participative, cette catégorisation qui aboutit à renvoyer l’entière responsabilité de la participation aux pauvres et à « dégrader la citoyenneté en civisme » (Murard, 2009), renforce les difficultés de constitution du public dans les quartiers d’habitat social. Les travaux d’Hanna Arendt, parmi d’autres, montrent que c’est dans un tel contexte d’affranchissement par rapport aux contraintes de publicité que la violence se développe et que les stéréotypes se renforcent. La croyance selon laquelle les habitants sont « incapables » de s’occuper de l’intérêt général agit comme une prophétie auto-réalisatrice : le préjugé provoque la réalisation effective du préjugé. Tant que rien ne vient perturber ce cercle vicieux, l’absence de délibération entre habitants et institutions perdure. L’enquête pousse alors, plus généralement, à réfléchir aux moyens de refonder une politique de la ville ambitieuse en matière non seulement de rénovation urbaine, mais aussi de développement social, de travail social communautaire, d’empowerment collectif, processus à même de favoriser la constitution de contre-pouvoirs démocratiques, essentiels pour renforcer les contraintes de publicité dans la ville.

3L’enquête montre également que l’approche délibérative, particulièrement lorsqu’elle s’attelle à générer de l’empowerment, nécessite « de l’organisation et du temps » (Young, 2000, p. 3). Les expérimentations menées par les « artisans de la participation », et plus largement par tous les militants associatifs et travailleurs sociaux qui innovent en ce sens, stimulent l’activité de la société à enquêter sur « ce que l’État pourrait être ou devrait être » (Dewey, 2003 [1927], p. 75). À la différence des dispositifs participatifs qui excluent d’emblée les savoirs familiers et les inquiétudes personnelles des habitants, leurs démarches autorisent la création d’une scène publique au sein de laquelle différents savoirs et légitimités se confrontent. Ce processus peut générer, outre la reconnaissance individuelle et collective, des amorces de politisation et des transformations institutionnelles tournées vers la justice sociale. Il existe ainsi un moyen, coûteux et exigeant, d’ouvrir une voie pour la démocratie participative dans des quartiers où elle se présente pourtant comme improbable.

  • 2  Cette importance de l’appropriation institutionnelle des résultats des délibérations a déjà été so (...)

4L’enquête montre cependant qu’il ne saurait y avoir de méthode clé en main. Avec le même dispositif participatif, la portée du public suscité s’avère plus ou moins grande. Le caractère artificiel du déclenchement de l’action collective peut conduire à sa disparition rapide, lorsque les participants peinent à s’organiser en groupe de pression pérenne. Le fait que la coupure soit totale, dans ces démarches, entre la délibération et la décision, conduit à ce que la portée du public suscité dépende fortement des volontés politiques du commanditaire, qui peut faciliter ou au contraire freiner l’appropriation institutionnelle des résultats de l’enquête2. Les institutions peuvent organiser un tel dispositif uniquement pour la vitrine participative, dans une logique de récupération, ou à l’inverse s’en saisir pour impulser des changements organisationnels et relayer des principes de justice dans l’espace public. Une approche davantage pragmatiste montre cependant que la mise en œuvre de dispositifs participatifs, quelles que soient les arrière-pensées politiques de leurs commanditaires, peut produire des effets inattendus. En d’autres mots, même initiés par souci d’efficacité managériale ou pour obtenir le consentement des populations sur une réforme, ces dispositifs participatifs au caractère exploratoire peuvent faire émerger une parole jusque-là empêchée et ouvrir la voie à des actions politiques non définies a priori. C’est finalement une approche écologique de la participation que l’enquête pousse à adopter, pour saisir, au-delà d’une approche focalisée sur la procédure, toute la complexité des réseaux sociaux, des logiques politiques, du contexte militant et institutionnel dans laquelle les dispositifs participatifs se déploient (Carrel, 2009).

5Cette relativisation de la toute-puissance des procédures conduit à une vision pluraliste des démarches participatives, dont la diversité et la complémentarité constitue une richesse (Blondiaux, 2008 ; Blondiaux, Fourniau, 2011). C’est également à une complémentarité entre les dispositifs institutionnels et l’action collective que l’enquête pousse à réfléchir. Sans contre-pouvoirs, sans action collective, l’empowerment organisé par les institutions a toutes les chances de se réduire à une injonction participative de plus. L’opposition frontale entre mouvements sociaux et institutions apparaît cependant réductrice (Neveu, 2011b ; GRAC, 2009). Le cas de Clamoire, où la responsable du Centre communal d’action sociale a œuvré, à travers la qualification mutuelle, à l’organisation d’actions collectives des demandeurs de logements sociaux est à cet égard instructif. Les associations, poussées par les législations nationales et européennes à évoluer vers la logique de prestataires de services, peuvent ainsi trouver, avec ce type d’alliés dans les institutions, des leviers à la reconnaissance de leur fonction politique de mobilisation citoyenne et de solidarité (Lafore éd., 2010).

6À cet égard, les expériences étudiées apportent un éclairage sur les évolutions contemporaines des formes d’engagement, marquées par le souci de « faire de la politique autrement », en rejetant les délégations verticales fortes et en valorisant les formes d’engagement plus souples et temporaires, davantage centrées sur la résolution de problèmes. La mobilisation engendrée prend une forme hybride qui n’est ni une organisation citoyenne spontanée et autonome, ni une action parachutée verticalement par les pouvoirs publics, avec les questions que cela pose en termes de pérennité de l’action collective et de tension entre participation et représentation. L’enquête confirme plus généralement que le conflit et l’échange d’arguments ne sont pas des activités nécessairement figées dans des formes de contre-pouvoir agonistique ou délibératif. Des conflits, mais également des formes d’intimidation et d’évaporation politique peuvent émerger dans la délibération. Inversement, des échanges d’arguments et apprentissages mutuels peuvent émerger dans la lutte politique organisée sur un mode conflictuel. Il apparaît ainsi nécessaire de procéder à un travail de catégorisation descriptive des différentes activités à l’œuvre dans les processus de mobilisation collective, en mettant par exemple en exergue différentes formes d’engagement selon leur degré de publicisation ou de politisation (Cefaï, 2007 ; Thévenot, 2006).

7C’est enfin à la question des échelles en démocratie que l’analyse se confronte. Les enquêtes sur la délibération se focalisent généralement sur le modèle de la discussion, en petits groupes, à tel point qu’on peut les accuser d’avoir « abandonné la démocratie de masse à son sort » (Chambers, 2011 [2009]). La question de la délibération médiatisée de tous en démocratie, à travers par exemple les débats et réunions contradictoires dans l’espace public, a été sous-estimée dans les théories de la délibération, qui se focalisent le plus souvent sur des « mini-publics » artificiels (Girard, 2010). En outre, la délibération organisée sous la forme de discussions en petits groupes est critiquée au motif qu’elle tendrait à gommer les désaccords, évacuer le conflit et renforcer les points de vue antérieurs des participants (Manin, 2011 [2005]). On retrouve ici la crainte d’un redoublement des inégalités sociales via la délibération sous sa forme conversationnelle. Il est alors jugé préférable de faire en sorte que des arguments contradictoires soient présentés aux individus, afin qu’ils se forgent leur propre opinion, qu’ils « délibèrent en interne » (ibid.).

8Il apparaît cependant problématique de régler ainsi la question de l’inégalité devant l’accès à la parole publique, et ce pour deux raisons. En premier lieu, des problèmes sociaux, comme la violence gratuite perpétrée contre les agents administratifs, peuvent ne pas être thématisés publiquement, soit parce qu’ils paraissent incompréhensibles, soit parce qu’ils sont appréhendés selon une vision unilatérale, sans que des arguments alternatifs soient disponibles dans l’espace public. En second lieu, et cela vaut semble-t-il pour toutes les catégories sociales de la population, il n’est pas certain que le seul fait de présenter publiquement des arguments contradictoires suffise à rendre les gens intéressés par le bien public. L’intérêt pour les affaires publiques est également stimulé lorsque les soucis et points de vue personnels, ces « intérêts particuliers », se voient reliés à des questions de société, de justice sociale ou encore d’organisation du travail (Mansbridge et al., 2011 [2010]). Les « mini-publics » ne sont, en outre, pas antinomiques avec le développement de débats contradictoires dans l’espace public, pour peu que des intervenants tels que des représentants associatifs, des élus ou des experts scientifiques y soient conviés à présenter des arguments, et que les phases de huis clos et de publicité puissent s’articuler.

9Les artisans de la participation contribuent en quelque sorte à combler le vide laissé par l’érosion des idéologies politiques et des instances de représentation comme les partis politiques, les syndicats et les associations revendicatives du temps des luttes urbaines dans les quartiers populaires. Les registres du témoignage et de l’affect mobilisés dans leurs dispositifs témoigneraient ainsi non pas d’une dépolitisation de la société mais de l’émergence de « micro-espaces publics » qui permettent au contraire aux individus de se relier au politique (François, Neveu éd., 1999). De nouvelles articulations entre l’individuel et le collectif s’inventent dans de tels « espace(s) public(s) partiel(s) » plus ou moins autonomes par rapport aux pouvoirs publics (Neveu, 1999). Ces formes de « public intermédiaire » encouragent le chaînage entre le particulier et le général et permettent aux individus d’agir sur le lointain avec des représentants en face à face et de générer des dynamiques vertueuses d’interpellation des institutions, d’enclenchement d’actions collectives et de publicisation de problèmes. Qu’on les appelle « publics intermédiaires » (Cottereau, 2004), « espaces publics partiels » (Neveu, 1999), voire même « contre-espace publics » (Fraser, 1993), il s’agit de la même construction patiente d’espaces où les citoyens puissent retrouver la liberté d’enquêter, de mener des contre-expertises, de transformer la violence en conflit, les troubles en problèmes, d’articuler les dimensions de reconnaissance et de redistribution dans les demandes de justice sociale (Fraser, 2011 [2005]), et ainsi de contribuer à la vitalité de la démocratie. Cela dit, les publics intermédiaires sont relativement différents des contre-espace publics dans le sens où ils n’organisent, ni ne revendiquent, l’autonomie totale vis-à-vis des pouvoirs publics.

10Les expériences analysées ici sont exceptionnelles, dans le sens où elles sont temporaires, initiées par des consultants-militants en réponse à une commande publique, et relativement rares au regard des pratiques quotidiennes dans la politique de la ville. De ce fait, les facteurs explicatifs, les leviers et obstacles, apparaissent peut-être amplifiés et poussés à la limite. L’analyse de ces interventions exceptionnelles a permis de forger des outils interprétatifs qu’il conviendrait de compléter par l’analyse de formes plus discrètes et émergentes de délibération entre les institutions et la population des quartiers d’habitat social. On peut ainsi se demander si, au-delà de ces quelques pionniers, des militants de l’éducation populaire et des professionnels de l’action sociale ne contribueraient pas également à transformer, par le biais de pratiques innovantes, les conditions des relations entre pouvoirs publics et habitants encore ancrées dans le modèle représentatif. Dans la lignée de la sociologie des problèmes publics et des recherches sur l’implication des profanes ou citoyens ordinaires dans la définition, la conduite et l’évaluation des politiques publiques, il s’agirait ainsi de tester sur de nouveaux terrains l’hypothèse du public intermédiaire comme condition pour la reconnaissance de la qualité de citoyen des habitants des quartiers d’habitat social, la défense de la fonction redistributive des services publics et l’amélioration du vivre ensemble.

11Le dilemme de l’égalité en démocratie, qui renvoie à la question de l’émancipation, ne cesse de hanter les réflexions sur la pauvreté et la citoyenneté, comme on le redécouvre à travers le débat entre Bourdieu et Rancière (Nordmann, 2006). Entre, d’un côté, la force des ressorts de la domination en politique et, de l’autre, l’idéal de pratiques politiques émancipatrices, gageons que le champ des possibles, en théorie et en pratique, reste ouvert. Il s’agit de rechercher les moyens pour rendre la participation des pauvres moins improbable en démocratie, développer leur pouvoir d’agir, de parler et de prendre part aux débats et décisions qui les concernent.

Notes

1  Cité par Girard, Le Goff, 2010, p. 55.

2  Cette importance de l’appropriation institutionnelle des résultats des délibérations a déjà été soulignée à propos des forums hybrides organisés sur des controverses sociotechniques (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001, p. 209-262).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search