Version classiqueVersion mobile

Faire participer les habitants ?

 | 
Marion Carrel

Chapitre 2

Les obstacles à la participation : quand le public se révèle introuvable

Texte intégral

  • 1  Dans ce chapitre, les prénoms et noms de famille ont été modifiés.

T’as l’impression que ce n’est pas pris en compte, les différentes paroles habitantes. Ça passe, ça rentre par une oreille et ça sort par l’autre.
(Malika Mezoued1, Confédération syndicale des familles)
 
On a l’impression que ce sont les techniciens qui font la politique…
(Monsieur D., association des Trois rues)

  • 2  Les observations ethnographiques ont été réalisées en 2002-2003. Comme toute enquête, celle-ci peu (...)

1Nous plongerons, tout au long de ce chapitre, dans l’univers du quartier d’habitat social Teisseire, à Grenoble, qui fait l’objet d’un vaste projet de rénovation urbaine2. Les élus municipaux et communautaires et les équipes « Politique de la ville » ont choisi, à la suite d’un appel d’offres, un cabinet d’architectes. La concertation de la population des quartiers concernés par le projet urbain étant rendue obligatoire par la loi, une série de procédures de concertation accompagne la mise en œuvre du projet. Quels habitants répondent à l’appel ? Les « inouïs » (Boullier, 2009) arrivent-ils à traduire leurs inquiétudes en arguments légitimes ? Les propositions et objections au projet sont-elles prises en compte ? L’ethnographie de procédures de concertation facilite le déchiffrage de formes régulières de comportement, de façons de dire et de faire dans des « rassemblements orientés », qui sont autant d’éléments révélateurs des relations politiques entre habitants et institutions (Goffman, 1963). La description d’une situation particulière n’a en effet d’intérêt que si elle est reliée à une analyse générale, faisant émerger des propositions théoriques (Cefaï, 2003, p. 514), permettant de saisir les représentations collectives des groupes sociaux, d’analyser la « culture en interaction » (Eliasoph, Lichterman, 2003). La description de situations de dialogue entre habitants et institutions sera ici reliée à la question de l’« éclipse du public » (Dewey, 2003 [1927]), afin d’analyser les éléments qui concourent à limiter la publicisation des problèmes, la politisation des individus et la délibération collective dans les quartiers d’habitat social.

  • 3  Membre de l’équipe Développement social urbain de la municipalité, entretien.

2L’analyse interactionniste d’une réunion publique à propos du projet urbain éclairera, dans un premier temps, les relations de pouvoir et les ressorts de la délibération entre la population et les pouvoirs publics. Les réunions publiques, que Goffman appelle les « réunions avec les autorités », constituent pour ces dernières des situations à fort risque, le plus grand étant le développement de la contestation sur le projet : « Les réunions publiques sont conçues comme des contraintes, c’est difficile […]. Certains vont en réunion publique avec une certaine angoisse ; moi j’y vais souvent avec une certaine crainte parce que, vous savez, une réunion publique ratée, et c’est tout le projet qui peut être remis en cause. »3 De telles situations peuvent en effet se révéler, pour tout participant, l’occasion d’acquérir ou de perdre une légitimité ou une réputation (Gamson, 1998 [1985]). Nous proposons de qualifier la réunion d’« anti-publique », en écho aux travaux de Nina Eliasoph (2010 [1998]) afin de tester l’hypothèse de l’éclipse du public dans les situations d’injonction participative. Nous nous demanderons en quoi, dans un contexte de faible qualité délibérative, les bavardages, coups de colère et critiques incarnent des formes d’action des habitants, plus ou moins entendues et reconnues comme légitimes, en vue de peser sur les décisions.

3Cette ethnographie sera enrichie dans un second temps par l’analyse du contexte institutionnel et politique du projet de rénovation urbaine qui vise, au-delà du quartier Teisseire, à remodeler tout un secteur de l’agglomération. Avant la promulgation de la loi Borloo et la création de l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), la politique de la ville organisait déjà la démolition-reconstruction de logements sociaux afin de casser l’image négative du quartier et d’attirer de nouveaux ménages. Quelles conséquences cet objectif a-t-il sur la perception, par les institutions, de l’utilité d’une concertation avec la population sur place (Epstein, Kirszbaum, 2006 ; Donzelot, Epstein, 2006) ? Par quels procédés les enjeux de mixité sociale font-ils, ou pas, l’objet de débats (Blanc, Bidou-Zachariasen éd., 2010) ? Nous analyserons notamment de quelle manière les outils de concertation (réunions publiques, enquêtes par questionnaires, réunions par îlot ou par montée d’escalier) œuvrent dans le dialogue sur le projet urbain.

4Dans ce contexte, nous porterons enfin le regard sur une mobilisation collective en interrogeant les liens entre délibération et mouvements sociaux (Bacqué, 2005a et 2006a). Il s’agira, à travers l’action de l’association des Trois rues, observée en coulisse (en dehors des dispositifs de concertation) et sur la scène (au sein de ces dispositifs), d’appréhender les mécanismes par lesquels des locataires, affectés par les conséquences d’un projet imposé par les pouvoirs publics, tentent de se constituer malgré les obstacles en un « public actif » (Dewey, 2003 [1927]). Malgré leur situation socio-économique et l’absence de concertation sur le projet, ces locataires sont loin d’être apathiques. Organisant des pétitions, enquêtes et boycotts de réunion, ils réfutent à leur manière les théories démontrant l’incapacité des exclus à participer (Nie, Verba, 1972), même si leur mobilisation, comme dans de nombreuses formes actuelles d’engagement, apparaît fluctuante, microlocale, « intermittente » (Carrel, Neveu, Ion éd., 2009 ; Ion, 2012). Il importe de porter le regard sur son inscription dans le temps, sa stabilisation et légitimation, mais également les registres de parole énoncés, afin de voir si l’association parvient à s’inscrire dans des registres publics tels que la justice sociale.

Ethnographie d’une réunion publique « anti-publique »

  • 4  Voir à ce sujet l’analyse du processus d’ouverture du Parlement suisse du canton de Vaud à un publ (...)
  • 5  Nina Eliasoph a montré comment des pressions institutionnelles enfermaient des activistes écologiq (...)

5Une réunion est dite publique lorsqu’elle est ouverte à la population, par opposition à une réunion en huis clos. Il arrive pourtant qu’une réunion à huis clos génère du débat public, par exemple lorsque son contenu est retranscrit et diffusé dans les médias4. À l’inverse, une réunion publique peut se dérouler de telle sorte qu’elle ne permette pas la constitution d’un public. Les différents participants échouent à établir un dialogue ou s’enlisent dans un dialogue de sourds qui peut difficilement être synthétisé, diffusé et servir de support à la contestation ou la concertation. Nous désignons par « réunion publique anti-public » ce type de situation, en écho aux travaux de Nina Eliasoph5. Une réunion « publique », ouverte aux habitants du quartier, est ainsi qualifiée d’« anti-public » lorsqu’elle ne permet pas aux différentes parties en présence de délibérer sur les biens publics qui y sont discutés, qu’il s’agisse de logements, d’équipements, d’emploi ou d’insertion. L’ethnographie d’une réunion publique va nous permettre d’analyser finement ce phénomène d’étouffement – d’éclipse, dirait Dewey – du public.

Le décor : une réunion sur le projet de rénovation urbaine

  • 6  « Le monde est une scène peuplée de pauvres acteurs qui s’agitent bel et bien pendant une heure et (...)

6Les réunions publiques sont des situations où la réalité sociale est particulièrement mise en scène6. Elles ont un décor, des acteurs principaux, des acteurs secondaires et un public chargé le plus souvent d’apprécier le spectacle puis de réagir, en temps voulu, en posant des questions. La description dramaturgique s’avère riche pour décrypter le rôle assigné au public et éventuellement transgressé par ses membres. Dans la scène que nous allons décrire, se trouve condensé tout le « drame social » de la participation citoyenne.

  • 7  Source : Agence d’urbanisme de Grenoble et Ville de Grenoble, 2001.

7Le quartier Teisseire, qui comptait 3 600 habitants au recensement de 1999, presque tous locataires de logements sociaux, est un des quartiers Est de Grenoble, ville de 400 000 habitants. Les 1 200 logements du quartier, en majorité des trois pièces de quarante à soixante-dix mètres carrés, ont été construits à la fin des années cinquante. La plupart des locataires ont emménagé il y a longtemps ; plusieurs générations d’une même famille habitent Teisseire, lorsque les enfants devenus grands se sont installés dans un appartement du bloc voisin. Avant sa réhabilitation, le quartier souffrait d’une vacance des logements, le taux de logements non occupés étant passé de 3 % à 11 % entre 1990 et 19997. Relativement à la population grenobloise, on constate dans ce quartier une surreprésentation des 0-19 ans et des 40-59 ans : les couples avec enfants y sont nombreux. On recense également, comme dans nombre de quartiers d’habitat social français, une surreprésentation d’étrangers (21 % d’étrangers contre 9,3 % pour la population grenobloise, ibid.), une forte proportion de chômeurs (40 % de taux de chômage contre 16,1 % pour Grenoble, ibid.), de salariés précaires parmi les actifs occupés et de ménages sans voiture. L’augmentation du taux de logements vacants a probablement été le critère décisif dans la décision de la ville de Grenoble de réhabiliter le quartier, même si c’est au nom de son « image négative décalée » qu’elle a été justifiée, en 2000 :

  • 8  Ville de Grenoble, Teisseire, le projet urbain, no 4, septembre 2000, page 1.

La cité bénéficie d’une bonne desserte en bus, de commerces et d’équipements de proximité. Nombreuses sont les familles qui habitent Teisseire depuis longtemps et qui y sont très attachées malgré la mauvaise image du quartier à Grenoble. En effet Teisseire a souffert dans les dernières années d’une image négative décalée par rapport à la vie de la cité et aux qualités du site. Les réhabilitations d’immeubles n’avaient pas permis de rompre avec cette perception de grand ensemble difficile et isolé.8

8Le projet urbain de Teisseire prévoit la réhabilitation des logements, la démolition de certaines tours, la refonte des espaces publics urbains et la démolition-reconstruction d’équipements collectifs. Ce projet complexe et long – amorcé en 1997, il est planifié jusqu’en 2015 – est piloté par la communauté de commune et associe Grenoble et la ville voisine de Saint-Martin-d’Hères. Au-delà du quartier, c’est toute une partie de l’agglomération grenobloise qui est remodelée. Deux années après le lancement du projet urbain, alors que les premiers travaux sont déjà achevés, observons le détail du déroulement de la réunion publique du 11 février 2002.

Répartition de l’espace à la réunion publique (schéma par l'auteure)

Répartition de l’espace à la réunion publique (schéma par l'auteure)
  • 9  Ces deux organismes de logements sociaux, appelés couramment « les bailleurs », sont propriétaires (...)
  • 10  La manière dont les habitants ont été invités est également révélatrice du peu de cas fait de l’ex (...)

9Il est 20 heures. Dans une salle attenante au quartier Teisseire, des chaises ont été placées en demi-cercle. Au fond de la pièce un écran est installé, sur lequel seront projetées des diapositives. Les « institutionnels » (cadres et techniciens de l’Opale et de Grenoble Habitat9, équipe du Développement social urbain de la ville, responsables de services, etc.), arrivés les premiers, occupent la partie la plus éloignée de la porte d’entrée. La configuration spatiale de la réunion reflète la relation dissymétrique entre les élus et techniciens d’un côté, les habitants de l’autre. Ces derniers ne peuvent pas passer de diaporama ou présenter leur vision des choses, ils sont invités en spectateurs10. Les habitants rentrent progressivement ; quelques-uns se sont regroupés entre voisins, par bâtiment. Les habitants du secteur Lafourcade, qui ont créé quelques mois auparavant une association de locataires, l’association des Trois rues, sont regroupés au fond de la salle. L’occupation de l’espace montre une frontière entre les institutionnels et les habitants, rendue encore plus visible par les vêtements et les comportements différents. Les institutionnels sont assis, les hommes portent une cravate, ils parlent peu, observent les habitants arriver, parfois avec un regard amusé. Les habitants sont plus bruyants ; ils discutent entre eux, prennent des nouvelles, parlent des travaux dans leur bâtiment… Au total, une centaine de personnes est présente.

10Sur la scène, des membres de l’équipe Développement social urbain (DSU) et de l’agence Opale s’activent. Ils préparent leur intervention, concentrés et tendus. La chef de projet DSU ouvre la réunion en expliquant son déroulement. Des représentants des bailleurs vont présenter les travaux. C’est ensuite que le débat pourra avoir lieu, indique-t-elle. Il est prévu de clore la réunion par la projection d’un film sur la réhabilitation, réalisé par une association du quartier. L’ordre du jour paraît démesuré par rapport aux deux heures prévues.

  • 11  Parmi les habitants, nous nous trouvons proche de ce que peut ressentir quelqu’un qui assisterait (...)

11Un agent de l’Opale commence un long exposé informatif sur les travaux en cours, ponctué de diapositives montrant les bâtiments dont il parle. Les informations, denses, complexes, ponctuées de chiffres, se succèdent à une vive allure. Aucun support écrit n’a été distribué11. Sur l’une des diapositives, avec photo, on peut lire :

15-23 Le Tonnelier
Démolition : 14 logements
Construction : 12 logements
Réhabilitation : 32 logements
Coût total : 2 374 546 euros TTC
Coût au logement réhabilité : 32 848 euros TTC
Nombre de nouveaux locataires : 21

12Pendant que cette diapositive est projetée, l’agent commente : « Le Tonnelier sera à moitié détruit et reconstruit avec des logements de type F2 neufs et des balcons. » Huit diapositives s’enchaînent de la sorte, ponctuées de commentaires à voix haute de l’agent de l’Opale et de commentaires à voix basse des habitants, tels que : « On ne voit pas bien », « C’est pas joli », « Ah oui depuis le temps ! Un an de retard », « On n’en veut pas des maisons ». Les habitants sont attentifs aux informations qui leur sont présentées, mais plus la présentation avance, plus on perçoit leur désir d’intervenir.

13Dès que l’agent de l’Opale finit son exposé, deux questions d’habitants fusent. La chef de projet DSU les rejette en invitant à attendre la fin de la présentation pour passer au débat. C’est au tour du directeur de Grenoble Habitat et au directeur de l’Opale de présenter les projets. Sept projets sont détaillés, concernant des blocs de logements et des équipements publics. Les commentaires à voix basse des habitants commencent à augmenter en nombre et en niveau sonore. Quelques premiers énervements se font sentir : « Mais qu’est-ce qu’on s’en fout de la rue Fernandat ! Nous on vient poser des questions, on s’en fout ! » La chef de projet DSU donne des détails sur les équipements publics, expliquant que l’État étant en difficulté pour financer, les travaux vont prendre plus de temps que prévu. Son exposé se termine par ce petit dialogue avec une habitante :

Chef de projet DSU : Je voudrais finir sur la maison de l’enfance, on a l’objectif de commencer les travaux fin 2002.
Une habitante tente de s’imposer : S’il vous plaît, qu’est-ce que vous allez faire sur cette place ? Qu’est-ce que vous allez mettre à la place de la maison de l’enfance ?
– On ne sait pas encore,
répond la chef de projet.
– Pas des garages, on n’en veut pas, hein !
– De toute façon, on ne fera pas sans concertation.

14Cette dernière phrase de la chef de projet est suivie d’un brouhaha général. Il s’est écoulé près de trois quarts d’heure depuis le début de la réunion publique. C’est enfin le moment du débat. Immédiatement, les questions s’enchaînent.

« Pétages de plombs » et dignité de citoyen

15Les questions des habitants, nombreuses, ne sont pas reçues et traitées chacune par les agents de l’Opale, de Grenoble Habitat et de la ville. La communication, qui s’annonce déjà difficile, est gênée par le bruyant système de chauffage, qui se met ironiquement en route au moment du débat. La chef de projet DSU semble débordée dans son rôle d’animation. Elle ne peut répondre qu’à une question de temps en temps :

– Et la bibliothèque ?
– Ce n’est pas pour 2003. Elle sera dans le programme d’étude de 2003 mais elle ne sera pas déplacée avant 2004. Tant que le centre social ne sera pas déplacé, on ne pourra pas faire la bibliothèque.

16Un habitant coupe ce dialogue pour s’inquiéter du devenir d’un terrain de jeux, un autre donne son impression négative sur le fait de déplacer les commerces, un autre redemande ce qui est prévu pour la rue Fernandat… Les questions se chevauchent sans obtenir de réponse. C’est à ce moment-là que Rachid Faïzal, président du club de football du quartier et membre de l’association des Trois rues, se lève et déclare :

  • 12  L’architecte-urbaniste Philippe Panerai a remporté l’appel d’offres pour la requalification du qua (...)

On parle d’architecte, de Panerai12, il y a des bruits qui courent de changer d’architecte et de faire tous les logements pareils. Vous parlez de concertation mais vous nous prenez pour des cons. On est des moutons. Vous nous avertissez seulement cinq jours avant pour la réunion publique, et en plus c’est pendant les vacances ! […] Nous on veut limiter les petites villas et les garages, on veut garder la verdure dans le quartier, on ne veut pas de béton. On est bien à Teisseire avec la verdure. La maison de l’enfance, on ne sait pas ce que vous allez mettre à la place. Et puis on s’était mis d’accord de ne pas toucher au terrain blanc. Au 1, Paul Cocat, y’a des gens qui vivent dans la peur, qui dépriment, et vous les avez pris pour des bourricots à la dernière réunion. Pourquoi cette réunion publique ? Je représente l’association des Trois rues, j’appelle les gens à partir parce qu’il n’y a rien à faire, [s’adressant à ses pairs] ils se fichent de notre gueule !

  • 13  L’être-en-commun (communauté) et l’apparaître commun (publicité) semblent antagoniques : « Aussi l (...)

17Cet habitant pose le problème, récurrent en démocratie, de l’articulation entre le bien commun et le bien public. Le logement, le quartier, sont en effet à la fois un bien commun (mon appartement, notre quartier) et un bien public (un quartier à réinsérer dans la ville, une population à diversifier, etc.). Les théoriciens de la chose publique, tel Étienne Tassin, ont montré que le domaine public était le domaine de l’« apparaître commun », de l’impersonnel, de la distance entre les individus, détachés de leur communauté d’appartenance et de leurs intérêts particuliers13. Cet « apparaître commun » se révèle ici antagonique avec l’« être-en-commun » de la communauté de locataires, de voisins. Ces derniers expriment leurs désirs « communautaires », en opposition aux objectifs de la réhabilitation : « Nous, on veut limiter les petites villas et les garages, on veut garder la verdure dans le quartier, on ne veut pas de béton. » Lorsque, comme dans cette scène, aucune articulation entre le commun et le public n’est recherchée, la défiance réciproque entre les habitants et les institutionnels s’accroît, laissant libre court aux projections et aux rumeurs : « Il y a des bruits qui courent de changer d’architecte […] Vous nous prenez pour des cons ». Rachid Faïzal exprime, outre ce sentiment de défiance, la dignité du citoyen qui demande le droit à la parole sur des espaces et équipements publics – la maison de l’enfance, le « terrain blanc », la verdure.

  • 14  « Une métaphore revient souvent dans les discours : “les Anglos traitent les Mexicains comme des a (...)
  • 15  Face aux transformations urbaines vécues comme imposées sans concertation, les Latinos de San Dieg (...)

18Comme nous l’entendons régulièrement, sur différents terrains de recherche en milieu populaire14, la métaphore animale vient exprimer le sentiment de ne pas être respecté en tant qu’humain : « On est des moutons », « Vous les avez pris pour des bourricots ». Cette expression du mépris social (Honneth, 2006), révélatrice de la forte demande de reconnaissance, s’incarne dans ce qu’on peut appeler le « cadre du respect » (Le Texier, 2006). Nous retrouvons, comme chez les Latinos du barrio San Diego, la double dimension de ce cadre : au niveau individuel, le respect de la dignité humaine (ne pas être traités comme des animaux)15 et au niveau collectif, le respect de la dignité de citoyen (avoir droit à la concertation sur la transformation urbaine du quartier).

  • 16  Nous pouvons analyser la « sortie » des vingt-cinq habitants comme une combinaison entre la défect (...)
  • 17  L’absence du maintien de soi se manifeste par un discours qui « n’a plus de cohérence […] dégénéra (...)

19En appelant ses pairs à quitter la réunion publique, en mobilisant la frontière entre le « nous » et le « ils », Rachid Faïzal se pose en porte-parole des habitants déçus par l’absence de délibération : « Pourquoi cette réunion publique ? Ils se fichent de notre gueule. » Cet appel est suivi d’effets. Vingt-cinq habitants quittent la réunion ; la plupart sont membres de l’association et avaient prévu cette « sortie »16. Les autres habitants sont troublés ; certains institutionnels sont pétrifiés, d’autres regardent avec un certain amusement la sortie des habitants. Dans le brouhaha, la chef de projet reprend la parole pour annoncer qu’une dernière question peut être posée. Elle répond ensuite à propos de la bibliothèque, mais sa parole est couverte par les plaintes, questions et commentaires mêlés : « Vous ne répondez pas à ma question, là ! », « Y’en a qui sont partis, les gens en ont marre », « J’aimerais bien parler ! », « Bon, on peut parler ? », « Madame, pourquoi là où y’a les commerces fermés on ne mettrait pas la bibliothèque ? », « À chaque fois qu’on parle… », « On connaît, on est là depuis 1960 », « Attention, Madame, on ne vous manque pas de respect mais… », « Écoutez, à chaque fois qu’on vient on ne nous écoute pas. J’aimerais savoir qu’est-ce qu’on va faire au premier chez moi, dans le hall. On nous a dit des garages, on refuse », « Elle veut pas que je parle », « Faut parler ! », « Elle va te répondre », « On a compris, pas la peine de… », etc. Quelques-uns répètent leur désir de parler, parfois timidement « Elle veut pas que je parle… », d’autres plus frontalement : « J’accouche, ou quoi ? », explosant de colère, après avoir fourni durant près d’une heure l’effort du « maintien de soi » en public (Breviglieri, 2002)17.

20Des explications sur certains points, données par un élu, un agent Opale ou la chef de projet DSU calment temporairement l’atmosphère. Mais dès qu’un point a été discuté, les revendications et critiques reprennent sur d’autres points. Un habitant se lève pour expliquer qu’il a fait analyser l’eau du robinet et que cette dernière contient un taux anormal de plomb. Il ajoute que le projet urbain vise à transformer en « unités résidentielles » des bâtiments de transit construits en 1960 (« Ah, vous êtes forts, hein ! » se moque-t-il), et que la rue Paul Cocat est devenue dangereuse depuis sa réhabilitation en avenue, qui a généré une augmentation de la circulation automobile. Un élu se lève à son tour, invitant les habitants à « se taire » :

Dire que la rue Cocat est pire qu’ailleurs, c’est faux ! [Il se met à crier]. Alors vous vous asseyez maintenant et vous écoutez ! [« Ah, c’est comme ça maintenant ? Vous vous asseyez et vous écoutez ? » commente une dame]. Est-ce que vous allez vous taire ? [Les gens se taisent]. La qualité de l’eau n’est pas moyenne, à Grenoble nous avons la meilleure qualité d’eau de tout le département ! [« Ce n’est pas ce que j’ai dit », répond l’habitant] La régie de l’eau a changé toutes les canalisations de plomb, c’est aux bailleurs de faire le raccordement et peut-être qu’il n’a pas été fait. La régie des eaux fera des analyses chez vous, Monsieur, laissez-moi votre adresse. [laissant croire que l’information sur le taux anormal de plomb serait fausse].

  • 18  Nous apprendrons quelques semaines plus tard que les analyses ont effectivement montré un taux de (...)
  • 19  Les cadres de l’activité sont des « prémisses organisationnelles que nous confirmons en même temps (...)

21L’habitant répond, énervé, « Je vous invite à venir demain chez moi, vous verrez bien que l’eau a un taux anormal de plomb ! »18 La tension est à son comble dans la salle. Nous venons d’assister à une scène dans laquelle un élu est brutalement sorti du tact que l’on attend d’un garant de l’intérêt général en situation de représentation publique ; il a commis une « rupture de cadre »19. Si cet élu se met à crier, c’est parce que l’habitant ne demande pas seulement à être informé mais exprime le droit de prendre part à la concertation sur le projet urbain et dénonce des injustices ou dysfonctionnements des pouvoirs publics. En s’adressant aux habitants à la manière d’un père grondant ses enfants dissipés, ou d’un enseignant s’adressant à ses élèves chahuteurs (« Alors, vous vous asseyez maintenant, et vous écoutez ! »), l’élu a rappelé son autorité et sa position d’expert de la chose publique. La colère de cet élu, tout comme celle de Rachid Faïzal, révèlent ainsi le conflit de compétence, qui porte sur la possibilité de définir le bien public, entre les pouvoirs publics et les habitants.

  • 20  La « grammaire de la prise de parole publique » repose sur l’effacement de la singularité et la mo (...)

22Schématiquement, nous pouvons différencier à travers cette scène deux types d’interventions des habitants, qui n’appellent pas la même réaction des élus et des bailleurs. Une partie des interventions sont des prises de parole à la première personne du singulier ou du pluriel, comme par exemple cette dame qui dit : « J’aimerais bien savoir ce qu’on va faire au premier chez moi, dans le hall ». Ces interventions, qui ne respectent pas la « grammaire de la prise de parole publique »20, sont automatiquement rejetées, personne ne prend d’ailleurs le soin d’y répondre. Les arguments, pour être perçus comme convenables et peser dans la discussion, devraient ici être exprimés sur un mode impersonnel, tourné vers des questions d’intérêt général, de « bien public », et non de « bien commun ». On retrouve ce phénomène dans toutes les formes de débat public en France. Dans la participation institutionnalisée, indépendamment des capitaux scolaires ou économiques des personnes, bien souvent « l’individu se débat avec le citoyen » (Rui, 2009).

23Un autre type de prise de parole, beaucoup plus délicat pour les bailleurs et les élus, est fourni par l’exemple du monsieur qui se plaint du taux anormal de plomb dans l’eau. Il apporte des arguments, des preuves – il a procédé à des analyses. Il vise le bien public lorsqu’il déplore les conséquences négatives du plomb, de l’accroissement du trafic routier dans le quartier, ainsi que la faible qualité des immeubles, construits temporairement quarante ans plus tôt. C’est précisément l’intervention de ce monsieur qui provoque le « pétage de plomb » de l’élu, car elle rentre directement en concurrence avec sa mission de garant de l’intérêt général sur la distribution de l’eau, la sécurité routière et le logement.

24Si les habitants présents à la réunion publique ne possèdent pas tous les mêmes compétences pour s’exprimer en public au nom de l’intérêt général, ils manifestent néanmoins tous par leurs bavardages, murmures, colères et coups de gueule une exigence de participer au débat sur le futur de leur quartier. Cette exigence, rejetée, impossible à satisfaire, se mue progressivement en défiance réciproque. L’élu met en doute la sincérité de l’habitant sur le taux de plomb dans l’eau. Les habitants mettent en doute la sincérité des élus et techniciens qui disent être à l’écoute de leurs administrés : « À chaque fois qu’on parle… » Cette réunion paraît bien éloignée de l’idéal délibératif. Les interventions se sont enchaînées sans aucune logique, les arguments n’ont pu se confronter, et le déroulement de la réunion s’est révélé chaotique. Les incompréhensions ont succédé aux vexations réciproques.

Malentendus et susceptibilités. Le degré zéro de la participation

25Un court dialogue s’instaure entre un jeune habitant et la chef de projet DSU, dont l’analyse permet de restituer la signification sociale du malaise et des susceptibilités qui jalonnent couramment les dialogues entre habitants des quartiers d’habitat social et professionnel. Alors que la discussion porte sur la fermeture de la Maison des jeunes et de la culture et le projet « dispositif jeunesse », un habitant se lève et dit, d’un ton énergique :

– Oui, mais vous, vous en bouffez des réunions, vous en faites plein des réunions, nous on est là, on connaît le quartier donc vous pouvez aussi, pas de problème, si vous voulez, nous, on peut venir à vos réunions, vous c’est votre métier mais…
– Oh, c’est pas gentil de me parler comme ça !
, répond la chef de projet, visiblement très peinée.

  • 21  L’expression est de Goffman, mais on la retrouve chez Mead qui parle du « soi » et souligne l’impo (...)
  • 22  « Lorsque nous faisons l’expérience d’une rupture de cadre, c’est la nature même de nos croyances (...)

26La professionnelle a interprété l’intervention de l’habitant comme une forme d’insulte en public, une remise en cause de l’efficacité de son travail. Les propos de l’habitant, un jeune homme assez jovial, étaient maladroits. Il proposait que les connaissances des habitants soient utilisées, en d’autres termes qu’habitants et institutions coopèrent sur la réorganisation de la politique de la jeunesse. Il ne s’opposait pas au travail de la municipalité et se posait plutôt en allié. Mais, n’ayant pas respecté les règles de la prise de parole en public (ton direct, proche de la vulgarité : « vous en bouffez des réunions »), ses propos ont été reçus comme incorrects. Plus précisément peut-être, la phrase du jeune est rentrée en conflit avec le « moi projeté »21 de la professionnelle en situation de réunion publique. Menacée par l’exposition d’un « moi projeté » inefficace par rapport à ceux qui vivent dans le quartier (« Vous en faites plein des réunions, nous on est là, on connaît le quartier »), elle a été embarrassée et a sauvé la situation en endossant une position de victime (« Oh, c’est pas gentil ! »). Le dialogue entre ces deux personnes a créé un embarras, un énième moment de flottement dans la réunion publique22. Tandis que la professionnelle montre son embarras d’être perçue comme éloignée du terrain, le jeune cache son embarras d’être soupçonné de méchanceté en ne répondant pas. La réalité flotte jusqu’à ce qu’une personne reprenne la parole sur un tout autre sujet. La réunion peut ainsi continuer, comme si de rien n’était.

  • 23  Ainsi qu’analysé dans Rites d’interaction (Goffman, 1974, p. 87-100).
  • 24  « En se montrant embarrassé de ne pouvoir choisir entre deux personnages, l’individu se réserve la (...)

27L’embarras n’est pas seulement un conflit d’identités entre des interactants, mais il a une fonction sociale, celle de gérer les conflits de principes organisationnels dans la société23. La chef de projet, par son embarras, ouvre une possibilité de se présenter sous un autre jour, comme une personne sensible, donc humaine et proche des habitants24. Lorsqu’elle se déroule de manière « anti-publique », la réunion publique provoque des conflits d’identité particulièrement ingérables car ils ne sont pas traités comme autant de points à discuter. Il y a fort à parier que si la professionnelle et l’habitant s’étaient rencontrés au préalable en un espace au degré de publicité moindre (en groupe de travail par exemple), la scène se serait passée autrement car ils auraient pu décoder les « moi projetés » de l’un et de l’autre. Dans un contexte plus coopératif, le « moi projeté » d’une professionnelle trop éloignée des réalités de terrain aurait sans doute pu être accepté par la professionnelle elle-même, en tant que révélateur d’un problème à résoudre collectivement. Mais la réunion publique « anti-public » est bien souvent l’unique espace de conversation entre les institutionnels et les habitants, qui ne permet pas de telles avancées. Ici, l’expression du malentendu n’a pas abouti à une discussion sur la place des habitants dans la production d’expertise sur la jeunesse et les politiques d’animation socioculturelle. L’idée même que les savoirs des habitants pourraient être utiles aux débats sur des projets relevant de l’intérêt général n’est pas dans l’ordre du pensable.

28Dans ce contexte qu’on peut qualifier de « degré zéro de la participation des habitants », la discussion en réunion publique aboutit bien souvent à un durcissement des représentations à propos d’un « sujet de trottoir ». Au milieu du brouhaha, une dame prend ainsi la parole :

Je voudrais parler maintenant. Premièrement, qu’est-ce que vous faites pour les pigeons ? [Applaudissements] Deuxièmement, moi je suis en vélo et y’a beaucoup trop de voitures ! [Applaudissements redoublés, ponctués de : « C’est la vérité, ce qu’elle dit ! » Brouhaha. « Ça fait une heure qu’on discute ! » dit un habitant. La dame reprend :] Répondez sur les pigeons ! […] Est-ce qu’on m’écoute ou on me prend pour une imbécile ? Parce qu’on paye comptant notre loyer, nous, au moins.

29De nouveau, la participation est prise au mot, dans le cadre du respect : « Est-ce qu’on m’écoute ou on me prend pour une imbécile ? » L’habitante exprime, sur un mode autoritaire (« Répondez sur les pigeons ! »), l’exigence du citoyen qui demande des comptes. À la différence des autres interventions, elle est valorisée par les applaudissements des habitants et suivie d’une réponse institutionnelle. La chef de projet tente ainsi d’expliquer la méthode de stérilisation des pigeons par l’épandage de graines. Au lieu de rejeter la question au motif qu’elle ne correspond pas à l’objet de la réunion, la professionnelle a choisi, probablement parce que la dame a été applaudie, de la prendre au sérieux. Mais les habitants semblent peu intéressés par sa réponse ; ils ont avant tout signifié en applaudissant qu’ils pouvaient s’unir. En se liguant contre les bailleurs et la mairie, ils retrouvent une certaine puissance dont ils avaient été privés jusqu’ici, la puissance d’être écoutés.

  • 25  Les critiques formulées maladroitement par les non-experts sont des « critiques en régime d’impuis (...)

30Les institutionnels semblent écœurés de voir la réunion prendre cette tournure. Parmi ceux qui sont assis, on voit à nouveau un certain amusement sur les visages, qui signifie probablement que la colère des habitants est vue comme un enfantillage. Discuter des pigeons paraît décalé par rapport aux millions d’euros investis dans la rénovation urbaine. Les critiques de la dame et l’emballement des habitants, formes « maladroites » d’expression d’un pouvoir citoyen25, s’avèrent irrecevables pour les institutionnels, de même que les diapositives et les discours des institutionnels s’avèrent irrecevables pour les habitants.

31Une habitante, l’air complètement désolé, ponctue cet anti-débat de considérations sur l’impossibilité, pour les habitants, de participer convenablement au projet de rénovation urbaine. À propos des diapositives en début de réunion, elle dit : « Vous passez vos points et vous ne pensez pas à ce qu’on veut dire, on est comme à l’école et vous passez vos points… Il faut qu’on écoute et c’est tout ? » Plus tard, elle reprend : « Il y a trop de points en même temps ! Y’a trop de choses qui sont rajoutées, on ne peut pas… »

32La réunion se termine pourtant dans un climat relativement serein, la situation est « réparée » par un élu qui promet davantage de concertation :

– L’éducation est au cœur de notre projet, dit-il […]. C’est un quartier qui reste très agréable […]. Rien n’a été voté, rien n’est arrêté, l’essentiel est qu’on dialogue aujourd’hui. Voilà ce que je voulais dire, pour calmer le débat.
– Oui, mais à la dernière réunion sur la maison de l’enfance on n’était pas tous d’accord, alors quand vous dites ensuite qu’on est d’accord, c’est pas vrai ! Là, je m’excuse, mais on n’est pas respectés, on est pris pour des cons. C’est pas bon.
– Alors, on va revoir, alors, on va se concerter…

33Ainsi, les rôles de chacun sont clairement balisés. L’élu reste le garant de l’intérêt général (« l’éducation est au cœur de notre projet », « alors on va revoir… ») et formule des promesses de concertation sur lesquelles les habitants restent sceptiques.

L’implicite de la reconquête urbaine

34Les bailleurs, les élus et l’équipe DSU sont arrivés en réunion publique avec un grand projet d’investissement : tous les logements vont être réhabilités, un pôle musical et festif va être construit, une grande place commerçante va être aménagée et la rue principale va devenir une « véritable avenue grenobloise ». Le fait que les habitants expriment leur mécontentement, que certains se montrent même insultants (« Ah, quelle tête de mule ! » s’exclame un habitant à propos d’une professionnelle) apparaît à leurs yeux tout à fait paradoxal. Certains responsables prennent ces réactions comme un mécontentement de façade (« Les gens ont toujours besoin de râler, ils ne sont jamais contents »). D’autres, imprégnés d’une image négative des habitants des quartiers d’habitat social, voient dans ce paradoxe une énième preuve de leur « incapacité » à se projeter dans le futur, à accepter des changements et à raisonner en termes d’intérêt général.

  • 26  Nina Eliasoph précise que les individus peuvent avoir un sujet de conversation politique, mais ne (...)
  • 27  Cette façon de concevoir l’accès à la parole publique, qui s’appuie sur les travaux d’Hanna Pitkin (...)

35Or, la description de cette réunion publique montre que les habitants ne sont pas apathiques : « On est comme à l’école et vous passez vos points… Il faut qu’on écoute et c’est tout ? » ; « Bon, on peut parler ? », etc. Ils n’ont cessé de formuler des demandes de dialogue. Cependant, la réunion n’a pas fourni un contexte favorable à la « conversation animée par l’esprit public », dans laquelle les individus enquêtent sur ce qui leur pose problème et construisent un monde de compréhension commune de la réalité (Eliasoph, 2010 [1998])26. La conversation animée par l’esprit public existe lorsque les citoyens parlent en termes de justice, lorsqu’ils passent du « je veux » ou « nous voulons » à « nous avons droit à », c’est-à-dire une demande qui devient négociable dans les standards publics (Eliasoph, 2010)27. Sans ce type de conversation, les individus n’ont pas la possibilité de former collectivement un projet ou un avis concernant le « vivre ensemble » en société.

36La réunion publique n’a pas été l’occasion d’avoir une conversation animée par l’esprit public. Les institutionnels étaient d’emblée dans le registre de la chose publique, considérant leur exposé comme support pour une discussion raisonnée avec les habitants. Ces derniers avaient effectivement des considérations animées par l’esprit public : « La bibliothèque bien en vue, ce serait bien », « À la place des commerces, à l’entresol, pourquoi ne refait-on pas des logements ? » Mais leurs considérations n’ont pas été perçues comme utiles pour délibérer sur le projet urbain. Par ailleurs, ces considérations se sont superposées de manière désordonnée avec des paroles personnelles, appartenant au registre de la familiarité : « J’aimerais savoir qu’est-ce qu’on va faire au premier chez moi, dans le hall », qui, faisant l’économie de justifications, ne s’inscrivent pas dans des épreuves de grandeur (Boltanski, Thévenot, 1991, p. 164). Le décalage entre les différents registres de parole, ainsi que la succession de questions laissées sans réponses, ont produit de la méfiance réciproque, de la colère chez les habitants, de l’embarras chez certains élus et professionnels. Aucun monde commun n’a émergé : la réunion publique s’est transformée en ce qu’on appelle communément un dialogue de sourds.

  • 28  Philippe Warin a montré comment les agents des organismes HLM devaient constamment gérer cet impli (...)
  • 29  Voir à ce sujet les explications de l’équipe Grand projet de ville d’agglomération dans le chapitr (...)

37Ce phénomène est à rapporter plus généralement aux conditions, extrêmement limitées, offertes aux habitants pour comprendre les enjeux du projet urbain. Au cœur du projet figure un objectif implicite, la « reconquête urbaine », qu’il est impossible d’énoncer publiquement pour les autorités. Dans la gestion des organismes d’habitat à loyer modéré, la politique de contrôle du peuplement est toujours implicite28. Il s’agit de modifier la composition sociale du quartier en attirant des familles de classe moyenne. La construction de garages et de petites maisons individuelles vise la diversification de la population. Il s’agit également de réintégrer le quartier dans la ville en procédant à des ouvertures de rues et des refontes des espaces publics urbains. Ces objectifs sont considérés par les pouvoirs publics comme radicalement antinomiques avec les objectifs des habitants. Il leur paraît donc logique d’imposer le projet urbain en restant discrets sur les objectifs de mixité sociale29. Avant la loi Borloo qui institue la démolition-reconstruction comme clé de voûte de la politique de la ville, les objectifs de mixité sociale apparaissent, ainsi, déjà antinomiques avec la participation des résidents de longue date à l’amélioration de leur quartier :

La quête de mixité sociale qui justifie la politique de démolitions-reconstructions n’a pas été élaborée en réponse à la demande des habitants des quartiers visés, mais pour répondre à l’anxiété du reste de la société, relayée par une classe politique tentée de croire que la dilution des problèmes entraînerait leur disparition et appelant de ses vœux une hypothétique dispersion résidentielle des minorités visibles. (Epstein, Kirszbaum, 2006, p. 43)

38Loin de puiser dans les expériences passées de la politique de la ville, ou de s’inspirer de pratiques anglo-saxonnes de community organizing visant au développement d’une élite sociale parmi la population déjà présente dans ces quartiers (Balazard, 2012 ; Bacqué, 2005a ; Donzelot, Mével, Wyvekens, 2003), la démolition-reconstruction réactualise le mythe du retour des classes moyennes « blanches » comme solution aux problèmes des banlieues. Dès lors, la population sur place, plutôt que d’être considérée comme une ressource, un potentiel, est vue comme un problème, un frein au changement.

39En l’absence de publicisation sur les enjeux du projet, les habitants peinent à saisir ce que le quartier va devenir. Ils s’alarment de la « profusion de béton » qu’occasionne la construction de garages. Ils constatent avec angoisse que les espaces de verdure se réduisent dans le quartier. Ils s’inquiètent du fait qu’ils ne vont peut-être pas pouvoir rester dans leur logement, qu’ils vont changer de voisins. Cependant, l’implicite de la reconquête urbaine empêche que le droit à la parole et à l’information des habitants soit reconnu et qu’une délibération se mène sur les objectifs du projet urbain. Le caractère « anti-public » des réunions publiques est une question éminemment politique, qui renvoie à la place prise ou laissée aux citoyens dans l’élaboration de la chose publique. Au-delà du cas précis de cette réunion, quelles conséquences l’absence de débat démocratique, toujours implicite, a-t-elle non seulement sur la qualité du projet urbain, mais aussi sur la manière dont les habitants sont perçus et se perçoivent eux-mêmes comme « citoyens » ?

Les conséquences de la non-participation à l’enquête

40La « réunion publique anti-publique » est révélatrice de la faible ouverture des élus et bailleurs à une délibération démocratique sur le projet urbain de Teisseire. Afin d’élaborer et de mettre en œuvre le projet, divers spécialistes ont pourtant mené une enquête. Des réunions, études et discussions ont émaillé la constitution de ce projet. Dès lors, nous pouvons nous demander comment s’est traduite l’obligation législative de concertation avec la population.

Inégalités dans l’accès aux informations : la concertation faussée

  • 30  De l’avis d’un membre de l’équipe DSU, le Dauphiné Libéré joue un rôle plus important que le journ (...)
  • 31  C’est le cas d’un film sur le projet urbain réalisé par Repérages, association de quartier dédiée (...)
  • 32  Le point-info relais a été fermé – de l’avis même d’un membre de l’équipe DSU, il « n’a jamais fon (...)
  • 33  « – Monsieur D. : Ce que je reproche aussi à ces réunions-là, c’est qu’on n’y est pas préparés, le (...)

41Plusieurs supports de publicisation du projet sont à disposition des habitants. Un journal paraît régulièrement, intitulé Teisseire, le projet urbain et rédigé par l’équipe Développement social urbain (DSU) de la municipalité, maître d’ouvrage du projet. Les lecteurs peuvent visualiser des cartes de tout ou partie du projet, connaître le calendrier des travaux et les dates des réunions publiques. Dans le quartier, des panneaux informant de la durée et du coût des travaux sont installés sur chaque chantier. Dans la presse locale (Le Dauphiné Libéré) paraissent également des articles sur le déroulement des réunions publiques, l’esprit du projet architectural ou encore l’activité de l’agence Opale30. Par ailleurs, des actions socioculturelles en lien avec le projet urbain ont vu le jour, avec le soutien financier de la politique de la ville31. Enfin, la mairie a mis en place tout un système d’information et de concertation avec les habitants pour le projet urbain lui-même. Un local appelé Point-info relais a été installé dans le quartier pendant quelques années. Un agent d’accueil (recruté sous contrat emplois-jeunes) y tenait une permanence, chargé d’informer les locataires sur les plannings des travaux, de suivre les réunions de chantier et de recueillir et traiter les réclamations32. L’équipe DSU a organisé des réunions par secteur et par unité résidentielle pour présenter le projet aux habitants. Ainsi, une communication et des éléments de concertation existaient. Cependant, en réunions publiques – à l’échelle du quartier – comme en réunions par secteurs – à l’échelle d’un immeuble ou d’un groupe d’immeubles –, nous avons constaté une faible mobilisation des habitants et une faible qualité délibérative avec les institutionnels. Comme l’explique Monsieur D., habitant du quartier, les réunions se résument bien souvent à une succession de plaintes individuelles : « Les gens règlent leur propre problème :“ j’ai une fuite d’eau, j’ai la porte qui ne fonctionne pas, j’ai un problème avec les toilettes...”, alors qu’on ne devrait parler que de la réhabilitation. »33 Nous pourrions en rester là, dire que la ville et les bailleurs font le nécessaire en termes d’information et de communication, et que si les réunions publiques ne sont pas de véritables lieux de concertation, c’est que les habitants de ce quartier sont « incapables » de se comporter en « citoyens responsables ».

  • 34  L’expression est d’Albert Mollet, dans l’introduction d’un ouvrage relatant des opérations innovan (...)

42Or, il s’avère que, par choix politique non explicitement formulé aux habitants, les réunions publiques organisent davantage une information descendante que de la concertation. La municipalité a en effet décidé, en 1998, de privilégier la méthode non participative dans l’élaboration et la mise en œuvre du projet de réhabilitation du quartier. De 1996 à 1998, la maîtrise d’œuvre du projet avait été confiée à Arpenteurs, cabinet d’urbanistes et architectes grenoblois connus pour leurs pratiques participatives (voir chapitre 4). Cette équipe avait mis en place un groupe de concertation réunissant habitants et techniciens, chargé de croiser les points de vue et d’en débattre. Cette méthodologie participative visait la variabilité du projet urbain dans le temps afin de permettre aux institutions et aux habitants de s’ajuster selon une démarche de « programmation souple et continue »34. Des ateliers spécifiques de concertation, eux aussi composés d’habitants et de professionnels, étaient animés sur des projets précis, comme le réaménagement de la rue Paul Cocat. Les travaux de ces ateliers étaient ensuite présentés au groupe de concertation pour délibération.

43En 1998, l’équipe de maîtrise d’œuvre a changé. Le projet de l’architecte parisien Philippe Panerai a été retenu parmi les trois projets présentés, dont celui d’Arpenteurs. Les élus de la ville et les bailleurs ont décidé de passer d’un projet participatif à un projet urbain « plus radical », œuvrant davantage sur le bâti que sur le développement social urbain, capable de transformer rapidement l’image du quartier :

Le projet Arpenteurs n’a pas été retenu car, du fait qu’il avait été pensé avec les habitants, il n’était pas assez radical. Les changements du quartier ne paraissaient pas assez importants pour les élus, qui souhaitaient vraiment changer l’image et la structure du quartier. Le projet Panerai laissait plus de marge de concertation que le projet Castro, mais dans l’ensemble c’est vrai que c’est un projet imposé aux habitants. Le choix a été fait avec Panerai de désenclaver le quartier, d’ouvrir les rues pour casser le côté cité et renouer avec un esprit de ville. (Membre de l’équipe DSU, entretien, 8 février 2002)

  • 35  « Le Grand projet de ville présenté conjointement par Grenoble et Saint-Martin d’Hères concerne un (...)
  • 36  Voir Mission DSU, Ville de Grenoble, « Bilan de la première phase de concertation de janvier à avr (...)

44Un autre facteur d’explication du changement de maîtrise d’œuvre réside dans l’apparition du dispositif Grand projet de ville. Grenoble a en effet été choisie parmi les cinquante sites en GPV avalisés par le Comité interministériel des villes du 14 décembre 1999. Cela signifiait des moyens supplémentaires et une possibilité de transformer profondément une partie de l’agglomération grenobloise35. Alors que l’équipe d’Arpenteurs travaillait à coélaborer avec la population et les professionnels un projet urbain, les rôles sont redevenus classiques. On peut à ce sujet faire l’hypothèse d’une frustration spécifique, dans la population, liée aux espoirs ouverts par la concertation animée par Arpenteurs. L’équipe Panerai a produit un projet de grande ampleur, la municipalité et le bailleur ont ensuite eu la responsabilité d’en assurer le volet « participation des habitants ». Pendant l’année 1999, une série de réunions avec des habitants a effectivement eu lieu, notamment par îlots d’immeubles avec simulations des travaux36. Mais ces réunions se résumaient à de l’information descendante, le projet urbain ayant été ficelé en amont.

  • 37  Ces informations – ce n’est pas le moindre des paradoxes concernant la manière dont la politique d (...)

45À partir de 1999, le dispositif de pilotage du projet urbain de Teisseire s’organise autour de trois instances dont les habitants sont absents37. La première instance, le Comité d’élus, réunit cinq fois par an trente-deux personnes – élus, experts, bailleurs et services municipaux concernés – pour prendre toutes les décisions afférentes au projet urbain. La deuxième, le Comité technique, réunit huit à dix fois par an vingt-deux personnes – l’ensemble des services de la ville et des bailleurs concernés – pour préparer les propositions qui seront validées en comité d’élus. Enfin, une fois par semaine, le Groupe projet réunit onze personnes directement en charge du projet (maîtrise d’ouvrage de la ville, des bailleurs et équipe DSU) et met en œuvre les décisions. La séparation est totale entre les décisions politiques et techniques, d’un côté, et la concertation avec les habitants, de l’autre. Ce n’est en effet qu’en bout de chaîne des décisions que les habitants sont appelés à participer aux réunions. Leur rôle se réduit à celui de spectateurs qui arrivent en réunion avec un désavantage lié à la différence de temps passé à travailler sur le projet. Les professionnels de la politique de la ville sont d’ailleurs conscients de cette inégalité flagrante dans l’accès au savoir :

Les architectes disposent de beaucoup de temps pour digérer le projet, le concevoir. C’est pareil pour nous, on a six mois pour comprendre le projet. Les habitants, eux, doivent comprendre en deux heures ce que nous avons mis six mois à intégrer. (Membre de l’équipe DSU, 8 février 2002)

46Les institutionnels ont pris le temps de s’approprier le projet, tandis que les habitants se sont trouvés placés, par intermittence, face à ce projet sans avoir eu la possibilité de participer aux différentes phases de son élaboration. Si enquête il y a eu, elle n’a pas fait l’objet d’une délibération démocratique, car une partie des protagonistes n’a pas été reconnue comme interlocuteur. Les habitants ont été informés de telle manière qu’ils ont été exclus de l’enquête. Comment imaginer alors qu’ils puissent prendre part aux réunions publiques en se comportant comme des citoyens soucieux de l’intérêt général et contributeurs de critiques constructives sur le projet ?

47Les habitants ont cependant parfois été consultés sur des questions d’aménagement, à travers notamment des enquêtes par questionnaires. Mais, comme nous allons l’analyser à partir d’un exemple, ces modes de consultation n’ont pas servi de support à la délibération sur le projet.

Le cas des barrières autour des unités résidentielles

48Le projet urbain de Teisseire, tel qu’il a été pensé par l’équipe Panerai, part de postulats sur l’exigence de séparation physique des immeubles. Le quartier Teisseire est en effet une cité, semblable à bien d’autres en France, composée d’immeubles et de tours entre lesquels ont été installés des parkings, des bancs et des jeux pour enfants, ainsi que de grandes étendues d’herbe. À la différence du reste de la ville, on ne trouve pas de trottoirs ni de portail dans cette cité, ni d’espace semi-privatif comme un hall d’immeuble ou un rez-de-jardin. Seuls les appartements sont du domaine du privé, tout le reste est ouvert au collectif. Le projet urbain Panerai propose à l’inverse de mettre en place des « unités résidentielles », c’est-à-dire de délimiter physiquement par des barrières un espace autour des immeubles. Dans l’esprit du projet, il s’agit de restituer la tranquillité aux locataires, qui n’auront plus à subir l’envahissement des habitants du quartier jusque sous leurs fenêtres. Dans Teisseire, le projet urbain, ces unités résidentielles sont présentées comme suit :

Même si le nom de résidence fait parfois penser, dans le quartier, « aux immeubles des riches », c’est sur ce principe que depuis deux ans s’organise le projet urbain et la réhabilitation des immeubles. Pour expliquer la démarche on utilise une comparaison : une résidence c’est comme une maison individuelle mais pour plusieurs familles. Il y a un immeuble, entouré d’un terrain avec une clôture et une entrée pour délimiter le « chez soi ». Sur le terrain on trouve des parkings ou des garages, des jardins, des allées, des arbres ou des fleurs… Avec les résidences, Teisseire change progressivement d’image. (Teisseire, le projet urbain, no 4, septembre 2000, p. 4)

  • 38  « Vigny-Musset, les enjeux », document municipal, avril 2001. Ce quartier est chargé de rétablir l (...)

49L’instauration d’espaces semi-privés entre les immeubles est prisée dans l’urbanisme contemporain. À Vigny-Musset par exemple, quartier résidentiel grenoblois récemment construit dans l’optique de « redynamiser les quartiers sud » de la ville, les immeubles sont rassemblés en « unités de voisinage » autour de jardins privatifs clôturés et donnant sur des « allées-parcs » larges, arborées et rassurantes, à l’image des rues du centre-ville38. Juste à côté, les quartiers d’habitat social Village olympique et Villeneuve, construits une trentaine d’années plut tôt, sont totalement ouverts ; les immeubles ne sont pas situés selon un plan d’urbanisme quadrillé par des rues mais disséminés sur un espace public ouvert. Si cet urbanisme était jugé moderne dans les années soixante-dix parce qu’il permettait de privilégier les espaces verts et les équipements collectifs, il est actuellement devenu un contre-modèle.

50La création d’unités résidentielles est présentée comme une manière de ramener la cité Teisseire à ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, un « quartier de Grenoble comme les autres ». Paradoxalement, la cité Teisseire était en effet séparée du reste de la ville par son ouverture. Elle agissait comme repoussoir aux yeux des habitants du reste de la ville, qui la voyaient comme une cité barricadée de l’intérieur. La réponse à ces barricades imaginaires passe, selon de nombreux urbanistes et architectes, par l’instauration de barrières, bien réelles celles-ci, entre les habitants de la cité. Ce sont des barrières protectrices, limitant la pression communautaire de la cité sur les individus au profit de la légèreté et de la liberté de la vie citadine, où ce n’est plus le regard intimiste qui est la règle, mais ce que Goffman appelle une « inattention polie ». Les habitants de Teisseire ont ainsi été priés de passer, sans possibilité de discuter ce choix, d’un urbanisme ouvert à un urbanisme fermé.

Lorsque l’enquête par questionnaire tronque le débat public

51La première unité résidentielle de Teisseire a été construite sur la place des Buttes et a suscité beaucoup de remous dans la population. Les barrières élevées autour des immeubles sont en effet hautes de 1,80 m, de couleur blanche, et donnent l’aspect d’un grillage sécuritaire. D’autres enquêtes ont montré comment des habitants réunis en association avaient contesté la mise en place de digicodes et barrières au motif qu’ils réduisaient la sociabilité (Overney, 2011). Cette sociabilité, cet entre-soi, cette interconnaissance fine entre voisins constitue un atout important dans ces quartiers, un « capital d’autochtonie » qui contrebalance la faiblesse des autres capitaux (Retière, 2003). En réunion publique, des habitants se sont plaints de ces barrières :

« J’ai l’impression qu’on va être en vase clos, je ne comprends pas. » « Ce grillage est assez désagréable. » « Oui, mais c’est quand même bien pour les gens du rez-de-chaussée, qui sont désormais mieux protégés. » « Vous dites que c’est le plus grand chantier de la ville, on aimerait surtout que ce soit le plus beau… » (Vincent Paulus, « Paroles d’habitants… et oreilles attentives ! » Le Dauphiné Libéré, 7 février 2000)

52Les concepteurs du projet urbain, les élus et membres de l’équipe DSU étaient également plus que sceptiques sur ces barrières :

L’installation de barrières blanches autour des immeubles n’a visiblement pas été bien perçue par les habitants. Même Annie Deschamps [adjointe au maire de Grenoble] devait reconnaître que ces clôtures ressemblaient à des grillages de prison. (Julien Reynier, Le Dauphiné Libéré, 23 janvier 2000)

53D’autres barrières, petites et de couleur verte, ont été envisagées par certains, mais leur coût était trois à quatre fois supérieur (Le Dauphiné Libéré, 23 janvier 2000). Il fut expliqué aux habitants en réunion publique que les barrières allaient peut-être être ramenées à une hauteur convenable, mais qu’il fallait attendre une année pour voir si le résultat n’était pas meilleur une fois la végétation poussée (Le Dauphiné Libéré, 7 février 2000). La municipalité s’est dite prête à retirer ces barrières si l’insatisfaction persistait. C’est pourquoi elle a proposé qu’une enquête par questionnaire soit effectuée auprès des locataires. Cette enquête a été menée auprès des habitants de la place des Buttes. Sur l’ensemble des locataires occupant les 129 logements du secteur, 56 % y ont répondu (Le Dauphiné Libéré, 2 décembre 2000). Les résultats montrent les habitants sous un jour paradoxal. Alors qu’ils étaient presque unanimes pour se plaindre des barrières, 84 % des enquêtés de la place des Buttes ont finalement répondu en être satisfaits !

  • 39  « Les termes utilisés par la ville pour définir les travaux de restructuration “projet urbain”, “r (...)

54La méthode de l’enquête par questionnaire est parfois invoquée comme une des méthodes pour faire « participer les habitants ». Cette méthode présente des avantages. Elle permet aux services municipaux de recueillir et de diffuser certaines informations, d’établir un premier contact avec les habitants et de toucher davantage de personnes qu’à travers les réunions publiques. Une enquête par questionnaire auprès de tous les habitants du quartier avait ainsi permis à la ville d’informer les 85 personnes ayant accepté de répondre de l’existence d’un point-info sur le projet urbain et de tirer quelques enseignements du faible taux de pénétration des informations dans les foyers39. Mais elle comporte également l’inconvénient de court-circuiter le débat public en procédant à une agrégation d’opinions individuelles.

Deux analyses opposées des chiffres obtenus

55Le questionnaire fermé destiné à recueillir l’avis des habitants de la place des Buttes, postérieurement aux travaux, a été rempli par deux jeunes femmes, une sous contrat emplois-jeunes de l’équipe DSU et une salariée de la Confédération syndicale des familles (CSF). Leurs analyses du chiffre de 84 % des habitants satisfaits des barrières du questionnaire divergent entièrement l’une de l’autre. Pour la première, ce chiffre montre que les barrières plaisent aux habitants : « Il y a peu de mécontents finalement, même les habitants du 1-9 rue Jacquemet veulent les mêmes barrières maintenant ! » (Recrutée sous contrat emplois-jeunes, équipe DSU, entretien, 8 février 2002). Pour la deuxième, ce chiffre est l’expression d’un fatalisme. Ce conflit d’interprétation montre la concurrence entre deux instruments de production du public, le questionnaire versus la discussion. La salariée de la CSF, ennuyée d’avoir elle-même rempli la moitié des questionnaires en faisant du porte à porte, estime que la richesse des discussions avec les habitants n’apparaît pas dans les résultats de l’enquête :

Il y a des choses qui se disaient, pendant l’enquête. Je peux vous dire que les habitants, y’en a pour qui c’était lourd de dire : « OK on nous a peut-être concertés, mais on ne se rendait pas compte, on a pourtant dit que ça on n’en voulait pas, et de toute façon ils ont tout décidé ». C’est ce mot qui revenait constamment : « ils ont tout décidé ». Et moi j’étais mal vis-à-vis des locataires quand j’ai vu que l’Opale avait utilisé les chiffres, parce que c’était un peu leur planter un couteau dans le dos, ils pouvaient se dire : « Ah ouais, finalement elle est contente elle a son chiffre de 84 % de satisfaits des barrières et maintenant ils vont l’exposer partout, pourtant, c’est pas ça qu’on a dit » ! (Malika Mezoued, 5 février 2002)

56D’après Malika Mezoued, la parole des habitants a été réduite par le mode même de sa récolte et de son traitement. La légitimation a posteriori des travaux effectués, via ce questionnaire, a eu pour effet de fermer le débat sur les barrières. Une autre enquête, menée en 2002 par une conseillère en économie sociale et familiale, a également présenté, selon des membres de l’association des Trois rues, le désavantage de tronquer le débat sur la construction de garages :

Monsieur D. : Quand vous voyez qu’ils n’ont pas eu le courage et la politesse de nous informer, parce qu’ils n’avaient pas le temps ! Par contre, maintenant ils prennent le temps de faire une enquête, et c’est ça que je ne peux pas apprécier. Et je pense que ça, vous savez ce que c’est ça ? [Il montre le questionnaire] C’est induire les gens dans leur erreur. Parce que c’est bien beau la question « Souhaitez-vous un garage ? » Mais ils ne disent pas : « Êtes-vous prêt à payer un garage de tant ? Savez-vous que sur un garage vous aurez une taxe d’habitation ? » Ça, ils le savent les locataires ? Non. (Entretien collectif, association des Trois rues, 23 avril 2002)

  • 40  « Y’avait eu la fameuse réflexion où les habitants du secteur Lafourcade, quand ils sont en collec (...)

57Quelques habitants et professionnels, ayant pourtant répondu ou participé à sa passation, émettent ainsi des critiques à propos du questionnaire comme outil lorsqu’il est utilisé pour mesurer a posteriori la satisfaction des résidents, ou lorsque ses objectifs paraissent stratégiques (ici, « faire passer » le projet de construction de garages, collectivement peu apprécié des habitants)40. De même que les réunions publiques sont parfois « anti-publiques », les enquêtes par questionnaires peuvent s’avérer contre-productives en matière de débat public.

Inadaptations du projet urbain

58La délibération avec la population est susceptible de produire de l’information nouvelle et d’éclairer chacun sur les conséquences des décisions qui vont être prises (Manin, 1985). En son absence, la gestion publique s’expose à une moindre efficacité en regard de ses propres objectifs, car des informations pertinentes, issues des savoirs d’usage des habitants sur leur environnement, peuvent lui échapper. À Teisseire comme dans tant d’autres quartiers populaires, du fait de la concertation faussée, quelques inadaptations aux réalités de terrain peuvent être repérées par l’observateur de passage. Telle la construction d’un garage à proximité des fenêtres d’un appartement, dont les occupants ont dû être relogés. Comme l’évoque Dewey à travers l’exemple de la chaussure, nul n’expérimente mieux que l’usager les défauts et qualités des objets qu’il utilise :

L’argument le plus solide en faveur des formes politiques de la démocratie même aussi rudimentaires que celles qui ont déjà été réalisées – le vote populaire, la règle de la majorité, etc. –, c’est qu’elles en appellent dans une certaine mesure à la consultation et à la discussion, qui permettent de dévoiler les besoins et les troubles sociaux. […] Celui qui porte la chaussure sait mieux si elle blesse et où elle blesse, même si le cordonnier compétent est meilleur juge pour savoir comment remédier au défaut. (Dewey, 2003 [1927], p. 197)

59Interrogés, certains des professionnels en charge de la politique de la ville expriment un malaise à propos de ce type d’erreurs d’aménagement. De façon significative, ils le font en situation d’entretien, souvent au bout d’une heure de discussion, après qu’une relation de confiance s’est établie avec l’interlocuteur. Parlant de divers problèmes observés sur le terrain, le sentiment de honte a ainsi été évoqué :

Sur le garage qui bouche les fenêtres de l’appartement, j’avais honte, franchement. Il a fallu déménager une famille. Je ne comprends pas comment ça a été possible, c’est un gâchis d’argent, surtout, c’est ça le pire ! (Recrutée sous contrat emplois-jeunes, équipe DSU, 8 février 2002)

60Un autre membre de l’équipe DSU a pu exprimer, en entretien, des regrets de n’avoir pas assisté à davantage de délibérations avec la population sur le projet. Prenant acte que les rares levées de bouclier des habitants avaient permis d’améliorer des éléments critiquables du projet, il a souligné la nécessité que les habitants se mobilisent, enquêtent sur le projet Panerai et décèlent ses failles et les possibilités d’amélioration. Mais il n’est pas question pour lui d’imaginer organiser cette mobilisation des habitants ou de l’encourager par quelque moyen que ce soit. Il déplore alors le manque de professionnalisme des associations et l’apathie des habitants, retombant dans la logique de l’injonction participative telle que nous l’avons décrite dans le chapitre précédent.

L’endossement du stigmate de « non-citoyen »

61Schématiquement, nous avons repéré trois types de comportement des habitants en interaction avec des institutionnels dans le quartier, au sujet du projet urbain. Premièrement, la demande d’« un petit plus » auprès des décideurs, une manière de quémander, de demander assistance. Ainsi la réaction de cette vieille dame qui, à la suite de l’annonce de la pose de balcons, s’exclame : « Ah vous êtes gentils, si vous nous mettez des balcons on ne se plaindra plus pour le reste ! ». Elle se montre ainsi dans une posture relativement classique de déférence vis-à-vis des représentants.

  • 41  Une des activités pratiques essentielles des militants réside ainsi dans la « réfutation de l’effe (...)

62Le deuxième type de comportement qu’on nomme parfois « not in my backyard » (Nimby) est le fait d’habitants qui semblent s’exprimer a priori contre, dire le plus souvent non au changement, particulièrement s’il apporte des nuisances. Ces habitants ne restent pas muets, mais leurs interventions en public sont immédiatement rejetées car elles ne respectent pas les règles de l’engagement distancié41.

63Enfin, d’autres habitants restent silencieux et passifs. C’est la majorité silencieuse des habitants qui répondent immanquablement : « On n’a pas le choix, c’est comme ça », lorsqu’on leur demande ce qu’ils pensent de la condamnation d’un appartement à la suite de la construction d’un garage trop proche. Ils se conforment à l’image que la société se fait des habitants des quartiers d’habitat social, c’est-à-dire dénués de toute capacité à s’occuper de l’intérêt général. Nous avons rencontré beaucoup d’habitants qui se soucient et œuvrent pour l’intérêt général dans le quartier, mais dans les interactions avec les institutions, c’est cette posture fataliste qui s’observe massivement, du fait de l’intériorisation des normes sociales.

  • 42  Mead a développé une théorie que son disciple Blumer qualifiera d’interactionnisme symbolique, mon (...)
  • 43  Les humains prennent en effet conscience de la signification de leurs réactions pour autrui avant (...)

64L’interactionnisme symbolique s’avère d’un apport précieux pour comprendre comment cette intériorisation des normes sociales se produit. Dans L’esprit, le soi et la société, Mead42 a théorisé le fait que l’individu intégrait les attentes normatives d’autrui envers lui. Ce phénomène, lié au processus d’imitation, lui permet de guider son comportement, ses actes et ses paroles en société43. Étant donné que les réactions du partenaire d’interaction se fondent sur des attentes normatives, l’individu reprend les valeurs morales de son partenaire d’interaction pour les appliquer à la relation pratique qu’il entretient avec lui-même. Il intègre ainsi les attentes normatives de l’« autrui généralisé », à la manière d’un individu qui apprend à intégrer le rôle de chaque joueur dans un jeu collectif réglementé, en pensant successivement aux attitudes et aux attentes de tous ses partenaires envers lui. L’« autrui généralisé » est ainsi une instance de contrôle fondée sur des attentes normatives ; en d’autres termes, c’est un ensemble de normes intériorisées qui nous permet de communiquer. Lorsque le sujet endosse les normes sociales d’action de l’« autrui généralisé », il acquiert l’identité de sa communauté et se sait lui-même reconnu comme un membre de cette communauté.

  • 44  C’est particulièrement le cas lorsqu’aucune délibération n’est organisée entre habitants et instit (...)

65Or, les normes sociales d’action de l’« autrui généralisé », pour les habitants des quartiers d’habitat social, consistent à se montrer aux yeux des institutions comme des individus « incapables » de s’occuper de l’intérêt général44. En l’absence de doutes et de troubles, qui peuvent être le début d’une réflexion sur ces attentes normatives et les prémisses d’une lutte pour faire reconnaître d’autres facettes de leur identité, certains habitants se comportent conformément à cette attente de l’individu « égoïste » ou « irrationnel ».

  • 45  Ce phénomène contribue, pour Merton, à expliquer la dynamique des conflits ethniques et raciaux, p (...)

66Ce phénomène d’intériorisation des normes sociales se rapproche du phénomène de prophétie auto-réalisatrice théorisé par Merton (1965 [1957], p. 140-161). Pour expliquer ce phénomène, il prend comme point de départ le théorème de William I. Thomas : « Si les hommes définissent les situations comme réelles, elles sont réelles dans leurs conséquences. » Ainsi, pour comprendre les comportements humains, rien ne sert de chercher à déceler une réalité sociale objective. C’est dans la définition de la situation par les individus eux-mêmes que se situe la clé de leur comportement. Or cette définition de la situation, cette prophétie, peut très bien au départ être « fausse » et finir par devenir « vraie », par se réaliser45. Les préjugés ne sont donc pas uniquement des constructions mentales, ils sont effectifs et efficaces ; ils produisent dans le temps des faits qui viennent prouver la teneur des préjugés.

67La croyance selon laquelle les habitants sont « incapables » de s’occuper de l’intérêt général agit comme une prophétie auto-réalisatrice. Les habitants se comportent conformément à cette image, ils viennent endosser le stigmate du « non-citoyen », remplir la prophétie. Aux yeux des institutionnels, le dialogue impossible avec cette population apparaît comme un phénomène logique, normal, qui ne mérite pas une grande attention. Tant que rien ne vient perturber ce cercle vicieux, l’absence de débat entre habitants et institutionnels n’apparaît pas comme un problème public.

  • 46  Pour Dewey, les origines de l’« éclipse du public » sont doubles : la complexification des relatio (...)
  • 47  Joëlle Zask traduit l’expression lost individual de Dewey par « individu perdu », qu’elle rapproch (...)

68Ainsi, mis à part l’exemple de l’association des Trois rues que nous développerons plus loin, la plupart des habitants « abandonnent » la conception du projet urbain aux responsables. Fatalisme et résignation sont les postures qui reviennent le plus souvent chez les personnes rencontrées dans le quartier. Cette apathie politique ou éclipse du public46, dont il faut préciser qu’elle n’est pas propre aux quartiers populaires, se développe dans un contexte d’incertitude. Les habitants perçoivent les enjeux des politiques publiques mais restent des lost indivuals, individus perdus et solitaires, affectés par des conséquences négatives de la société mais n’ayant pas les moyens d’enquêter et de produire de la connaissance sur elles47. Les problèmes, les troubles et les conflits ne sont pas traités, ils ne sont pas rendus publics, ils restent impalpables et incompris.

  • 48  Nous suivons ici les réflexions d’A. Cottereau dans son séminaire « Sens du juste et sens de la ré (...)

69C’est dans ce contexte que le repli communautariste ou la violence peuvent se développer sans limite. La violence peut en effet être comprise comme l’affranchissement par rapport aux contraintes de publicité (Boltanski, 1990). On peut en effet estimer que l’espace public est borné par deux limites de destruction. La première est la « maladie du soupçon », lorsque le soupçon se généralise à tel point qu’il annule toute possibilité de confiance, support de l’espace public. La deuxième limite est un effondrement inverse, caractérisé par une confiance aveugle et l’absence de toute critique dans la société. Cette approche de l’espace public par ses deux bornes48 invite à déceler des symptômes d’affaiblissement de la démocratie et du « vivre ensemble ». La catégorisation, par les habitants, des élus et des responsables institutionnels comme des « menteurs » qui « nous prennent pour des bourricots » peut être analysée comme un glissement vers moins de public, lorsque le soupçon entraîne le soupçon et qu’aucun procédé n’arrête ce processus. La discussion politique est l’essence de la démocratie, disait Aristote, car c’est elle qui permet de générer du pouvoir collectif. Sans cette discussion politique, les individus sont isolés et impuissants et la démocratie est malade. L’endossement du stigmate de « non-citoyen » par les habitants, renforcé par les mécanismes « d’injonction participative », par l’absence de transparence des objectifs politique des élus et bailleurs et par l’absence de délibération démocratique sur les projets qui bouleversent l’équilibre social et urbain des quartiers d’habitat social, est un phénomène préoccupant pour la démocratie.

D’un public passif à un public actif ? Le cas de l’association des Trois rues

70Le passage d’un public non conscient de son existence – affecté mais non organisé, selon les termes de Dewey – à un public actif, qui défend ses intérêts et formule des critiques, est-il possible alors que les habitants ne sont pas invités à délibérer sur le projet ? L’action collective et contestataire ne constitue-t-elle pas le seul moyen efficace pour retrouver le pouvoir d’agir ? Cette forme d’empowerment par l’action collective génère-t-elle des modifications du projet urbain, et, plus généralement, du mode de gouvernance du quartier ? L’exemple de l’association des Trois rues va nous permettre d’affiner l’analyse sur les relations entre délibération et mouvements sociaux.

Les éléments déclencheurs de l’action collective

  • 49  Pour une discussion théorique de la perception du trouble à partir des travaux de W. James, voir B (...)
  • 50  Sur l’importance de la réflexivité pour la construction de liens, supports de l’action collective, (...)

71Un public se forme lorsque des personnes s’organisent pour enquêter sur les conséquences négatives d’événements qui les affectent. La perception d’un trouble déclenche une recherche d’informations, premier pas dans le processus d’engagement public, pouvant mener jusqu’à la dénonciation collective d’injustices49. Le trouble, situation qui empêche les individus de « faire comme avant », suscite une sorte d’arrêt réflexif, potentiellement générateur d’action collective50.

72Dans le quartier Teisseire, à la fin de l’année 2000, deux informations inquiétantes, liées au projet de renouvellement urbain, viennent troubler une partie de la population. Sur le secteur Lafourcade, dont l’allée piétonne constitue un espace de jeu pour les enfants, la mairie annonce la percée d’une rue. Un flux de voitures roulant à vive allure est à craindre, car cette rue permettrait d’éviter un feu tricolore :

Madame D. T., membre du bureau de l’association : C’est lors d’une réunion, on nous a dit qu’il y aurait une percée de rue avec ouverture pour les voitures, et on n’était pas d’accord. C’est là qu’on s’est manifestés, on a crié qu’on n’en voulait pas de cette rue. Comme on a eu gain de cause, on a été écoutés, donc on s’est dit, on va aller plus loin, monter une association. Sachant qu’on allait être rachetés par Grenoble Habitat, on a eu peur, on s’est dit, qu’est-ce qu’ils vont nous faire ! Donc on s’est dit, si on fait une association, peut-être qu’on sera entendus. (Entretien collectif, association des Trois rues, 23 avril 2002)

73Une deuxième information, annoncée presque en même temps, décuple en effet les inquiétudes. Le bailleur Opale, unique propriétaire des 1 200 logements du quartier, rend publique la vente des logements du secteur Lafourcade à un autre bailleur, Grenoble Habitat, perçue comme une tromperie :

Madame D : Au début on disait qu’ils nous avaient vendus. Et l’Opale ils disaient, non ! Je disais, si, pour nous, vous nous avez vendus. Parce que vous nous avez rien demandé, vous avez vendu les murs avec les locataires. (Ibid.)

74Cette double annonce a suffisamment inquiété les habitants pour qu’ils commencent à se mobiliser, phénomène rarissime d’après Monsieur D., autre membre de l’association :

Je pense que Grenoble Habitat, ils se sont dit : « On va raser cet immeuble, on va faire comme ça », etc. Et je crois qu’ils sont tombés des nues en se disant : « En fin de compte, y’a des locataires qui se sont mobilisés, qui sont en train de monter une association, qu’est-ce qui nous arrive ? » […] Quand on voit toutes les réhabilitations sur Teisseire, y’a personne qui se soit opposé à ce qu’ils font. Y’a personne ! (Ibid.)

  • 51  Les noms et prénoms ont été modifiés.

75Un dernier élément déclencheur a été la rencontre avec Malika Mezoued51, salariée de la Confédération syndicale des familles (CSF). Jeune femme de vingt-cinq ans, proche socialement des habitants – elle a grandi dans un quartier d’habitat social similaire de la ville –, elle prend très à cœur sa mission « d’accompagnement et de formation des locataires à devenir de véritables interlocuteurs » (voir encadré), dans une logique que l’on pourrait comparer au community organizing nord-américain (Bacqué, 2006b).

76Avec son aide, trois locataires ont décidé de demander des comptes à la municipalité et au bailleur, à travers trois documents. Premièrement, un article est paru dans le journal Teisseire, le projet urbain, intitulé « Les locataires vendus » :

Certains bâtiments (et leurs locataires) du secteur Lafourcade vont être vendus à Grenoble Habitat. Cette nouvelle nous a été annoncée depuis un certain temps. Nous savons que l’objectif de cette vente est de diversifier les bailleurs sur le quartier. Aucune autre information ne nous a été communiquée. Questions sans réponses : Pourquoi Grenoble Habitat désire acheter ? Est-ce que Grenoble Habitat envisage de réhabiliter ou détruire ? Pendant ce temps, nos immeubles et notre environnement se détériorent. (Teisseire, le projet urbain, no 6, avril 2001)

ENCADRÉ 1. La mission de « formation des habitants » de la Confédération syndicale des familles. Empowerment ou relais de l’injonction participative ?

La Confédération syndicale des familles (CSF) est, au même titre que la Confédération nationale du logement (CNL) et Consommation, logement et cadre de vie (CLCV), une fédération nationale d’associations de locataires. Les associations locales affiliées bénéficient d’un réseau d’information et de représentants dans les instances nationales et locales, comme les conseils d’administration des bailleurs sociaux. La mission de Malika Mezoued, à Teisseire, est d’aider les habitants à produire une parole collective.

En cela, l’objectif est bien d’augmenter le pouvoir d’agir des habitants, l’empowerment, par la formation d’une élite sociale dans le quartier, capable de peser dans les débats. Un parallèle pourrait être établi entre la CSF, en la personne de Malika sur le quartier Teisseire, et le rôle joué par l’Association populaire des familles (APF) de l’Alma-Gare au début des années soixante-dix, qui avait aidé les habitants à s’organiser et à lutter contre les projets de destruction de leur quartier, à la manière d’un syndicat de travailleurs dans l’entreprise (Bachmann, Leguennec, 1996, p. 283).

Cependant, une différence est à relever avec l’expérience mythique de l’Alma-Gare. Il s’agit ici d’accompagnement et de formation des locataires, afin qu’ils « ne s’inscrivent pas dans une opposition systématique » dans les réflexions et concertations portant sur la réhabilitation de leur quartier. Il s’agit en effet de « former et organiser les habitants pour qu’ils soient de véritables interlocuteurs, capables de participer activement aux concertations et réflexions sur les projets d’habitat et de cadre de vie qui les concernent »*. L’approche est ainsi beaucoup plus descendante et paternaliste qu’elle ne l’était à l’Alma-Gare, où la formation d’une parole collective passait par l’action, dans la pratique de la délibération collective.

La mission de la CSF, telle que formulée dans la demande de financement du contrat de ville, est donc avant tout de « mettre à niveau » les habitants pour qu’ils s’expriment sur d’autres sujets que « les pigeons ou les flaques d’eau » (ibid.). Le développement de la participation n’est conçu que du côté des habitants, qu’il convient de « former » pour qu’ils puissent avoir une parole correcte dans l’espace public. La question de la qualité ou du degré de concertation avec les pouvoirs publics n’est pas posée. En cela, même si nous verrons que l’association obtient quelques victoires, il s’agit davantage ici d’un relais de l’injonction participative des institutions.

* Source : Fiche action « Participation des habitants » de la CSF, Appui aux initiatives des habitants autour du logement, Contrat de ville de l’agglomération grenobloise, année 2002, p. 2.

77Deuxièmement, une lettre avec pétition a été envoyée au maire pour exprimer le désaccord des habitants sur le projet de percée de la rue, insistant sur la dangerosité de la circulation. Les trois locataires avaient fait du porte à porte chez leurs voisins pour leur faire signer la lettre, sur laquelle il était apposé : « Avec le soutien de la Confédération syndicale des familles ».

78Troisièmement enfin, les trois locataires ont envoyé une lettre au directeur de l’Opale pour lui demander des explications sur la vente de logements à Grenoble Habitat.

  • 52  « Moi j’ai remarqué, du moment que ça ne leur arrive pas tout de suite, ils ne se sentent pas conc (...)

79En parallèle, ils ont créé l’association des Trois rues, en tentant de mobiliser le plus de personnes possible. Mais ils ont dès le départ rencontré des difficultés pour faire signer la pétition et faire adhérer les voisins. Ils expliquent ces réticences par un excès de confiance placé dans leur action et par le sentiment de non-urgence, tant qu’aucun chantier n’était lancé52.

80Les membres de l’association estiment néanmoins que cette pétition a été un succès et que l’aide de Malika Mezoued a été déterminante. À la différence d’une autre pétition lancée quelque temps auparavant par une locataire, sur le même sujet, mais qui avait été mal organisée, l’organisation de cette pétition a été efficace :

Madame D. : Y’avait une pétition qui avait été faite mais pas vraiment correctement, c’était la présidente de l’Union de quartier qui avait fait signer mais le problème c’est qu’il n’y avait pas les noms qui étaient affichés, y’avait que les signatures, et en plus ça avait été remis en main propre à un élu en réunion. Tandis que nous, on a fait la pétition avec tous les noms, les adresses et signatures, et on a envoyé ça formellement au maire. (Entretien collectif)

81Le concours d’une tierce personne, extérieure au quartier, peut ainsi contribuer à développer dans les milieux populaires une action revendicative qui puisse être reconnue comme légitime par les pouvoirs publics (Nie, Verba, 1972 ; Luhtakallio, 2010).

Gain de cause sur la plainte, ou comment couper court à la délibération

82Les trois documents, première forme de dénonciation publique du projet urbain, ont rapidement été suivis d’effets. La ville a invité les habitants du secteur à une rencontre début mai 2002, pendant laquelle il fut annoncé que la rue Lafourcade serait percée mais aménagée en rue piétonne, sans l’ouvrir à la circulation. Cette annonce a été reçue comme une victoire par les pétitionnaires, et comme une bonne décision par l’équipe Développement social urbain :

L’intérêt c’est d’ajuster le projet urbain grâce aux avis des habitants, mais en général il y a trop peu de monde aux réunions par îlot et unité. […] C’est grâce à la levée de boucliers sur Lafourcade que d’abord, des habitants se sont formés, il y a vraiment eu une dynamique, une responsabilisation. Ensuite, cela a permis que le projet Panerai, un peu faible sur ce point-là, soit changé. (Membre de l’équipe DSU, entretien)

83Les habitants ont obtenu gain de cause sur la percée de rue grâce à leur action collective. Ils n’ont cependant pas obtenu d’avancées sur le mode de gouvernance du projet, alors que leurs demandes portaient également sur la nécessité de concerter. Il n’y a en effet eu ni controverse, ni échanges d’arguments en public sur ce point. La ville a tout de suite cédé aux demandes écrites des habitants, empêchant qu’une discussion « animée par l’esprit public » s’instaure. Comme dans d’autres cas de conflits dans l’aménagement des villes, la portée de la critique citoyenne est limitée par les institutions, qui interrompent brutalement le conflit, faisant disparaître un espace de discussion (Vitale, 2009). Les pouvoirs publics, par peur des réactions hostiles des habitants, leur accordent ainsi quelques « victoires » sans qu’il leur paraisse utile d’échanger des arguments avec eux, sans les reconnaître comme interlocuteurs dans l’élaboration du projet.

84Afin d’anticiper les levées de boucliers des habitants, les institutionnels utilisent également parfois la technique de la « promesse en l’air ». Au moment de l’annonce de l’achat du secteur par Grenoble Habitat, la promesse avait été faite aux locataires, en réunion publique, de ne pas refaire de bail ni d’avenant aux contrats en cours. Cette promesse va être rompue, ce qui sera pris par les locataires comme une nouvelle tromperie. Les membres de l’association ont également fait l’expérience du « rendez-vous manqué » avec l’élue de secteur, qui n’est jamais arrivée au rendez-vous qu’elle avait pourtant initié. Les habitants et Malika Mezoued, qui les accompagnait, en ont été profondément choqués :

C’est scandaleux, l’élue n’était pas présente au rendez-vous qu’elle avait elle-même programmé. L’association des Trois rues, ils sont ressortis écœurés. Moi je suis obligée de leur dire : « Oui, c’est vrai, ce n’est pas très respectueux », mais qu’est-ce que je peux répondre quand ils me disent : « Tu vois Malika, ils n’en ont rien à foutre de nous » ? Bon, on a décidé d’envoyer une lettre pour demander des explications à l’élue, mais ça m’a un peu cassée, cette histoire. (Malika Mezoued, entretien)

85Ce type d’événements génère du découragement chez les plus actifs des habitants, de la colère chez les autres. L’absence de reconnaissance (« ils n’en ont rien à foutre de nous ») est ressentie comme une forme de mépris politique, de déni de la qualité de citoyen des individus. Les discours des bailleurs et des élus sont, de fait, perçus comme moralisateurs :

Monsieur D. : Ils nous disent qu’il y a trop de verdure dans le quartier et qu’il faut un peu casser cette verdure. J’ai envie de dire, ça c’est vraiment dur à entendre… On est en train de nous dire : « Comprenez la situation, quoi, vous pouvez comprendre ! »
Madame D. : On nous fait la morale… (Entretien collectif)

Rétention d’information et mépris politique : l’étouffement du public

86Les membres de l’association, lorsqu’ils rencontrent la municipalité ou les bailleurs, s’expriment de manière beaucoup moins « publique » que lorsqu’ils discutent en petit comité, avec Malika Mezoued. Cette jeune salariée de la Confédération syndicale des logements, marquée dans sa trajectoire personnelle par l’éducation populaire, pourrait être comparée dans son engagement professionnel aux organizers du community organizing, salariés par une association ou fondation indépendante des pouvoirs publics pour accompagner l’émergence de leaders dans le quartier, capable de mener des campagnes, défendre leurs droits, obtenir gain de cause dans les cas d’injustice ou de défaut des services publics (Alinsky, 1976 [1971]). Cependant, cette dimension politique du community organizing n’existe pas, en tout cas à l’époque de l’enquête, en France. En l’absence de références et d’outils spécifiques pour développer ces dimensions politiques et communautaires de la participation, Malika Mezoued semble souvent découragée, perdue, incertaine face aux revirements des pouvoirs publics, comme des habitants qu’elle accompagne. Elle raconte ainsi son désarroi face aux variations de registres de parole des habitants :

Après notre réunion avec l’équipe DSU, je leur ai fait la critique, je leur ai dit que des fois ils parlaient de choses personnelles en même temps qu’ils présentaient l’association… Ils ont tendance à revenir parfois sur le « Oui, mais moi, mon appartement… » (Malika Mezoued, entretien)

  • 53  La quête d’une préservation de l’environnement doit, pour prendre des formes acceptables en public (...)
  • 54  Nina Eliasoph nomme ce phénomène le « schéma mystérieux de la réduction de la portée du discours » (...)

87Si Malika tente de pousser les locataires à ne pas apparaître comme frappés du syndrome Nimby53, dans les interactions entre institutions et habitants, le repli de ces derniers sur leurs intérêts privés restreint brutalement la portée publique de la discussion54. Leurs connaissances sur leur environnement, leurs idées sur l’aménagement du quartier, n’étant pas valorisées par les habitants, peuvent difficilement l’être par les institutions.

88Inversement, les habitants peinent à obtenir des informations précises sur le projet, ce qu’ils vivent comme une preuve du mépris qu’on leur porte. Or, pour la municipalité ou le bailleur, il est parfois difficile de donner des précisions sur des projets qui ne sont bien souvent qu’à l’état d’ébauche au moment où ils sont présentés en réunion publique. Au lieu de dire publiquement qu’ils sont dans l’incertitude sur le devenir de tel bâtiment, c’est un langage évasif qui est souvent privilégié, comme on le retrouve dans les enquêtes sur les projets ANRU (Deboulet éd., 2010). Ce manque d’information est vécu comme insupportable :

Monsieur D. : Ils ont pris une certaine habitude de décider tout en commun sans passer par le biais des locataires. Je prends un exemple, la cité Jean Macé, ben les gens ils n’ont pas du tout été concernés, ils apprennent comme ça qu’ils vont être relogés parce que tout va être démoli. Donc, voyez un peu, quand Madame B. elle dit : « Les gens, on n’arrive pas à discuter avec eux », j’ai envie de lui dire : « Mettez-vous à leur place ! Du jour au lendemain on vous dit : voilà, vous êtes obligé de déménager, on va vous reloger. » Mais cette décision de démolir, elle ne s’est pas prise du jour au lendemain, ils se sont bien consultés ! Pourquoi nous, on ne pourrait pas nous dire : « Sachez que dans les mois à venir y’aura peut-être des changements dans votre quartier. » Ça, je trouve, ça nous pèse énormément. […]
Malika : Et puis, la ville ou le bailleur peuvent très bien dire : « On ne sait pas ce qu’on va faire, on n’est pas sûrs », au lieu de ne rien dire. C’est le nœud du problème. Ou même être clair, c’est vrai qu’à la mairie ils avaient l’air de nous dire qu’il y avait des choses qui n’étaient pas négociables, moi je n’ai jamais entendu ça en réunion publique ! Pourquoi on ne dit pas aux habitants ce qui est négociable et ce qui ne l’est pas ? (Entretien collectif)

  • 55  Éric Doidy a prolongé cette analyse des « troubles de la rénovation » sur les individus (Doidy, 20 (...)

89Jacques Ion, dans une autre époque de renouvellement urbain, a montré que dans ces projets, le logement comme bien d’usage est effacé au profit du logement comme bien d’échange, ce qui génère dans la population des troubles liés à la perte d’identité (Ion, 1970)55. Le quartier et le logement « appartiennent » aux habitants, et si le quartier comporte des défauts, il comporte également des qualités. Évacuer du débat les qualités du quartier équivaut en quelque sorte à nier les qualités des habitants.

90L’imposition de la diversification de la population, sans que les biens d’usage ou les biens communs – la solidarité entre voisins, les étendues de verdure, les allées, etc. – ne soient pris en compte, vient bouleverser l’équilibre des habitants :

Monsieur D. : Nous ça fait 38 ans qu’on est là, changer toutes ces habitudes, ça fait beaucoup. Et y’a aussi nos voisins, moi je le dis haut et fort, j’ai pas envie de changer de voisins ! [rires] J’ai pas envie de me mélanger avec d’autres ! Avec un ou deux nouveaux locataires, oui, mais faut garder notre équilibre. On a nos repères ici. […] Ils vont nous mettre du locatif et du privé, vous allez voir, celui qui sera en T4 aura accès à la propriété… Il aura une voiture supérieure à l’ouvrier qui sera dans le T2 ! Comment voulez-vous que les gens s’apprécient ? Moi je vous le dis franchement, dans ma montée, c’est l’épicerie. On tombe en panne d’œufs, il est dimanche : « Vous avez des œufs ? » On fait des crêpes et on en donne aux voisins. La voisine de dessous, quand elle fait du couscous ou des gâteaux, elle nous en donne. Et vous croyez qu’avec le privatif ça va être pareil ? […]. Quand y’a des problèmes avec les jeunes, on n’appelle pas la police, on descend, on discute avec eux !
Madame D. : On va voir les parents.
Monsieur D. : Oui, et quand carrément ils font les conneries, les parents on les fait venir à la maison, et puis on discute jusqu’à deux heures du matin. Vous croyez que celui qui va payer son appartement 1 000 euros par mois et qu’on va lui crever un pneu, il va réagir comment ? (Entretien collectif)

91Monsieur D. trouve dans l’association un lieu pour exprimer des arguments sur les conséquences négatives de la mixité sociale, pour lui et sa famille mais aussi pour la société tout entière. Mais ces arguments n’atteignent pas les élus et les techniciens, en l’absence d’articulation entre ce qui relève du bien public (la réinsertion du quartier dans la ville, la diversification de la population) et ce qui relève du bien commun (la solidarité entre voisins, l’entraide et la régulation des conflits entre voisins).

92Les membres de l’association ont saisi l’occasion du manque d’information sur la date et l’ordre du jour de la réunion pour exprimer publiquement leur colère, comme nous l’avons décrit au début de ce chapitre. Le fils du président de l’association, Rachid, jeune homme engagé par ailleurs dans la vie sportive du quartier, a appelé au boycott de la réunion publique. Cet événement a marqué un durcissement de la position de l’association des Trois rues. L’intervention rageuse de Rachid et le départ de vingt-cinq habitants ont pris de court les élus et l’équipe DSU, habitués aux « coups de gueule » individuels en réunion publique, mais pas à des dénonciations collectives. L’association a publiquement posé le problème de l’absence de concertation avec les habitants.

93En retour, les membres de l’équipe DSU cultivent un rapport ambivalent avec l’association. Ils reconnaissent son utilité, car elle a permis d’améliorer le projet urbain sur le secteur Lafourcade. Cependant, ils se plaignent de son « manque de professionnalisme » :

L’association des Trois rues, ils ne sont pas assez formés. On a besoin d’associations professionnelles ! Il faut que les associations soient plus présentes dans les débats. Nous, ça nous arrange si les habitants s’organisent, acquièrent des connaissances en urbanisme, comme ça les arguments échangés en réunion sont plus efficaces, ça fait avancer le projet […]. Mais la CSF, qu’est-ce qu’elle attend pour nous dire : « Il nous faut des moyens pour avoir un urbaniste qui parle pour les habitants » ? Ce n’est pas à la ville de le faire, ça. Dès l’instant où la ville va dire : on vous donne un urbaniste pour qu’il fasse des contre-propositions, c’est fini, ça veut dire qu’on a la suspicion d’instrumentaliser. C’est plutôt aux habitants, aux associations de le faire ! (Membre de l’équipe DSU, entretien)

94Ce professionnel souhaite que les habitants mènent une contre-expertise sur le projet urbain – « ça nous arrange si les habitants s’organisent » – mais il n’estime pas qu’il soit dans son rôle de les aider directement à le faire, en les encourageant à travailler avec un urbaniste sur un contre-projet. Contrairement aux pratiques de travail social collectif ou d’organisation communautaire répandues dans d’autres pays, il n’est pas envisageable en France qu’un agent municipal encourage l’auto-organisation d’un collectif d’habitants (Baillergeau, 2002 ; Ventelou, 2006). C’est sous la forme d’aide indirecte que les agents de la politique de la ville traitent la question de la « participation des habitants », en finançant des associations dont ils espèrent, secrètement, qu’elles « se forment » pour gagner en légitimité et devenir forces de proposition.

  • 56  Joyau de l’organisation démocratique de la ville depuis Dubedout, les Unions de quartier sont élue (...)

95Au moment de notre enquête, les membres de l’association étaient sur le point d’abandonner leur lutte. L’association affichait publiquement l’ambition de se développer, face à une Union de quartier jugée obsolète56. Mais le doute et la résignation prédominaient :

Madame DT : Il n’y a toujours rien d’encourageant, parce que… Moi, je suis sceptique, hein, sur le fait que l’association grandisse, se fasse entendre, se fasse connaître.
Monsieur D. : Moi ce qui me chagrine, c’est qu’il y a très peu de monde qui se sente concerné et qui se mobilise. Je suis un peu déçu parce que je pensais que les gens se sentiraient plus concernés, parce que c’est leur quartier, c’est leur concept de vie, voilà… Y’en a qui ne veulent pas adhérer, on n’a même pas le temps d’expliquer ce qu’on fait, ils disent catégoriquement : « Non, on ne se sent pas concernés ; Non, je vais déménager ; de toute façon, qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse, les décisions elles sont déjà prises. » (Entretien collectif, cité)

  • 57  C’est « le problème du public », lorsqu’il reste dans un état d’incertitude, de non-reconnaissance (...)

96Les membres du bureau de l’association se trouvent dans une situation confuse, « le public n’arrive pas à se reconnaître », pour employer les termes de Dewey57. Les membres de l’association butent sur l’analyse de ce qui leur arrive :

Monsieur D. : Les maisons, ça va pas avec le quartier. Grenoble Habitat, je vois très bien leur concept, ils vont démolir le bâtiment et je suis persuadé qu’ils vont nous le monter au moins de deux étages. Eux, ils ne tiennent pas compte au niveau de la vue, au niveau du soleil, tout ça, ils le voient pas. On aura beau leur expliquer… Y’a quelque chose qui, y’a quelque chose que je n’arrive pas à saisir. (Entretien collectif)

  • 58  « Il y avait assez de temps dans la sphère publique pour qu’une firme de gestion des déchets toxiq (...)

97L’expression de « public fragile » caractérise les citoyens qui tentent de s’organiser collectivement sans arriver à produire un discours de portée politique en public (Eliasoph, 2003 [1996]). Cette approche est fructueuse car elle explique les mécanismes d’« évitement du politique », à la fois par les « pressions institutionnelles subtiles pour contenir les habitants dans leur rôle de défenseurs de leurs intérêts privés »58 et par l’activité des citoyens eux-mêmes, qui réduisent la portée de leurs discours en public. Ainsi, l’apathie politique n’est pas une attitude individuelle ou collective, mais un fonctionnement social, une construction (Eliasoph, 2010 [1998]).

98Au sein de l’association des Trois rues, il y a eu des prémisses d’enquête et d’action collective, mais elles ont eu une portée limitée, pour deux raisons principales. Premièrement, le monde des professionnels et celui des habitants ne se croisent que rarement, ou dans des arènes qui favorisent les incompréhensions et le mépris plutôt que le dialogue. Ce mécanisme de méfiance réciproque rend difficile toute discussion régulée par la norme de la délibération démocratique. Deuxièmement, un double défaut de publicisation n’a pas réussi à être déconstruit. Du côté des institutions, la rétention d’informations sur les enjeux du projet urbain et les formes d’évitement du débat ont perduré. Les locataires, de leur côté, ont eu des difficultés à transformer leur perception de troubles – la crainte de changer de voisins par exemple – en des problèmes publics qu’il est possible de défendre et d’argumenter sur la scène publique locale.

99L’association des Trois rues a pourtant pesé sur le projet urbain, à travers sa victoire sur la rue Lafourcade. Sur un point précis du projet urbain, la « levée de bouclier » assortie, avec l’aide de Malika Mezoued, d’arguments sur la sécurité et le bien-être des enfants, les sortant du registre Nimby, a porté ses fruits. Cependant, le public qui en a résulté n’a pas pu s’identifier et s’articuler politiquement au-delà de cette victoire. Dans un autre contexte, celui du quartier de Belleville à Paris, l’association La Bellevilleuse, en désaccord avec les objectifs de la rénovation urbaine, avait réussi à la mettre en échec. Les neuf membres fondateurs de La Bellevilleuse étaient tous copropriétaires, menacés par l’exercice du droit de préemption, la plupart investis dans le conseil syndical de leur immeuble (Cefaï, Lafaye, 2001). Dans le quartier Teisseire, du fait de la position socialement « dominée » des habitants, de leur statut de locataires de logement social et des modes descendants de gestion du quartier, l’association des Trois rues est restée relativement impuissante à s’imposer comme interlocuteur légitime.

100Malika Mezoued apparaît comme une professionnelle de la participation qui s’attache à « mettre les habitants à niveau », sans rompre avec le modèle de la démocratie représentative. Nous allons voir comment d’autres professionnels de la participation prétendent encourager la délibération sur le double versant des habitants et des institutions, dans une logique de démocratie participative. Ils mettent en œuvre des dispositifs dans lesquels habitants, professionnels et élus sont appelés à croiser le bien commun et le bien public. Comme nous l’avons vu à travers la réunion publique « anti-public », les exigences des habitants sont impossibles à faire valoir lorsqu’elles appartiennent au registre de la familiarité (« mon appartement », « notre verdure ») ou lorsqu’elles renvoient à des savoirs d’usage ou des pratiques communes (l’entraide entre voisins), parce qu’elles ne respectent pas les règles implicites de la parole publique. La question qui se pose en matière de « participation des habitants » est alors de savoir si les habitants doivent nécessairement s’acculturer au langage impersonnel de l’espace public. Est-ce que des formes intermédiaires d’espace public existent, qui permettent aux individus d’articuler le bien commun et le bien public, les intérêts particuliers et l’intérêt général ?

Notes

1  Dans ce chapitre, les prénoms et noms de famille ont été modifiés.

2  Les observations ethnographiques ont été réalisées en 2002-2003. Comme toute enquête, celle-ci peut-être perçue localement comme « injuste », menée dans une période où la municipalité n’opte pas pour l’innovation en matière de concertation, alors que Grenoble apparaît comme héritière de l’ère Dubedout. Nous aurions pu enquêter dans des communes de l’agglomération connues pour avoir développé de telles innovations, comme Échirolles ou Pont-de-Claix. L’objectif n’était cependant pas de chercher de « bonnes pratiques » mais d’analyser les formes ordinaires de délibération sur le projet urbain, dans un quartier en renouvellement urbain.

3  Membre de l’équipe Développement social urbain de la municipalité, entretien.

4  Voir à ce sujet l’analyse du processus d’ouverture du Parlement suisse du canton de Vaud à un public à travers l’écriture de comptes rendus par des députés et l’ouverture des séances du Parlement à un nombre limité de citoyens (Schorderet, 2003).

5  Nina Eliasoph a montré comment des pressions institutionnelles enfermaient des activistes écologiques dans une position de défense de leurs intérêts privés. Dans cette « sphère publique anti-public » (Eliasoph, 2003 [1996], p. 251), le pouvoir des citoyens de produire du sens et de prendre part aux délibérations est restreint. Les pressions institutionnelles peuvent être directes (quand les activistes s’efforcent de tenir un discours de portée publique, les officiels les ignorent ou leur disent que leurs idées pourraient être intéressantes dans un autre forum) ou plus subtiles (lorsque le discours est orienté sur les avis personnels et lorsque aucune arène publique où les citoyens peuvent raisonnablement discuter de questions générales n’est organisée).

6  « Le monde est une scène peuplée de pauvres acteurs qui s’agitent bel et bien pendant une heure et puis qu’on n’entend plus. » (Goffman, 1991, p. 132) La réunion publique est une représentation « impure » du cadre théâtral de Goffman : les membres du public ne sont pas uniquement pressentis comme des spectateurs, mais aussi comme des citoyens. Sur les implications théoriques et empiriques de cette conception de la vie sociale comme une scène, voir Quéré, 1989.

7  Source : Agence d’urbanisme de Grenoble et Ville de Grenoble, 2001.

8  Ville de Grenoble, Teisseire, le projet urbain, no 4, septembre 2000, page 1.

9  Ces deux organismes de logements sociaux, appelés couramment « les bailleurs », sont propriétaires de tous les logements du quartier Teisseire. L’Opale (Office public aménagement logement espace) a, par la suite, été rebaptisé Actis (Acteur de l’immobilier social).

10  La manière dont les habitants ont été invités est également révélatrice du peu de cas fait de l’expression des habitants. Les habitants ont été invités par une lettre de la mairie, quelques jours avant la réunion. L’invitation tardive, formelle et individualisée, n’a pas été relayée par des professionnels ; elle n’a pas permis aux habitants de « se préparer », comme le feront remarquer des habitants de l’association des Trois rues.

11  Parmi les habitants, nous nous trouvons proche de ce que peut ressentir quelqu’un qui assisterait pour la première fois à une réunion sur ce projet. Pris d’anxiété face à la masse d’informations, nous avons du mal à prendre note des chiffres et commentaires qui défilent. Nous reconnaissons un immeuble sur une photo, celui où habite Madame D., mais une autre diapositive la remplace déjà. La succession de photos d’immeubles avec les mentions « démolition », « construction », nous paraît brutale, même si nous savons que des réunions par « unité résidentielle » ont été organisées auparavant.

12  L’architecte-urbaniste Philippe Panerai a remporté l’appel d’offres pour la requalification du quartier. Nous reviendrons plus loin sur les présupposés architecturaux de la « résidentialisation », au cœur de son projet.

13  L’être-en-commun (communauté) et l’apparaître commun (publicité) semblent antagoniques : « Aussi le sens ultime du “vivre ensemble” politique ne peut-il se saisir depuis la question de l’être-en-commun, question de la communauté, mais depuis celle de l’apparaître commun des êtres, question de la polis, du domaine public de visibilité. » (Tassin, 1991, page 35) Dans la pratique cependant, le communautaire et le public coexistent, et la question des compromis à élaborer pour les articuler constitue un enjeu pratique (Bleil, 2012).

14  « Une métaphore revient souvent dans les discours : “les Anglos traitent les Mexicains comme des animaux”. Ils ne respectent donc pas la dignité humaine. » (Le Texier, 2006, p. 149)

15  Face aux transformations urbaines vécues comme imposées sans concertation, les Latinos de San Diego usent de « résistance discursive » pour dénoncer la rareté des consultations publiques : « Quel manque de respect, quel mépris ! » (Le Texier, 2006, p. 149)

16  Nous pouvons analyser la « sortie » des vingt-cinq habitants comme une combinaison entre la défection (exit) et la prise de parole (voice), au sens de Hirschman. Le représentant associatif a en effet formulé des critiques d’ordre politique sur l’absence de concertation des institutions avec la population, avant d’appeler ses pairs à opter pour la défection. La prise de parole (voice) « admet une multitude de degrés, du ronchonnement à peine perceptible à la récrimination violente. Elle repose sur la formulation de critiques expresses […]. Elle est une action politique par excellence » (Hirschman, 1995 [1970], p. 33).

17  L’absence du maintien de soi se manifeste par un discours qui « n’a plus de cohérence […] dégénérant en soliloque et s’exhibant soit dans une parole étouffée à peine audible, soit dans de violents éclats de voix » (Breviglieri, 2002, p. 239).

18  Nous apprendrons quelques semaines plus tard que les analyses ont effectivement montré un taux de plomb anormal : les tuyaux de raccordement n’avaient pas été changés par le bailleur. L’élu se serait excusé de s’être emporté contre cet habitant lors de la réunion publique.

19  Les cadres de l’activité sont des « prémisses organisationnelles que nous confirmons en même temps mentalement et par notre activité » (Goffman, 1991 [1974], p. 242). Les opérations de cadrage permettent à l’être humain d’orienter son engagement dans l’action, la plupart du temps pour agir de manière convenable en société, parfois pour piéger ou manipuler autrui (ibid., p. 338). En s’adressant aux habitants de manière brutale, l’élu a « craqué », il a « débordé » (flooding out), il a « perdu la face » pendant un court instant. Une telle rupture de cadre provoque une désorganisation interactionnelle. De la même manière que la sortie d’une vingtaine d’habitants avait provoqué un flottement, le « pétage de plomb » de l’élu a été suivi d’un temps de latence pendant lequel les différents protagonistes ont dû réorienter leur attitude.

20  La « grammaire de la prise de parole publique » repose sur l’effacement de la singularité et la mobilisation de principes supérieurs communs, cette exigence de désingularisation dans la dénonciation publique (Boltanski, 1990), d’« engagement distancié » (Cardon, Heurtin, Lemieux, 1995).

21  L’expression est de Goffman, mais on la retrouve chez Mead qui parle du « soi » et souligne l’importance de l’intégration des attentes normatives d’autrui envers soi dans les relations humaines (Mead, 1963 [1934]).

22  « Lorsque nous faisons l’expérience d’une rupture de cadre, c’est la nature même de nos croyances et de nos engagements qui, subitement, se trouve bouleversée. […] On ne sait plus formuler les bonnes réponses et on s’embourbe. […] La réalité flotte de manière anomique. » (Goffman, 1991 [1974], p. 370)

23  Ainsi qu’analysé dans Rites d’interaction (Goffman, 1974, p. 87-100).

24  « En se montrant embarrassé de ne pouvoir choisir entre deux personnages, l’individu se réserve la possibilité d’être l’un ou l’autre à l’avenir. Il se peut qu’il sacrifie son rôle dans l’interaction présente […] mais il démontre que, même s’il n’est pas en mesure de présenter maintenant un moi admissible et cohérent, il en est du moins troublé et tâchera de faire mieux une prochaine fois. » (Goffman, 1974, p. 99) Le conflit d’identité est ainsi lié à la question de la séparation des rôles : « Chaque individu tient plus d’un rôle, mais la “ségrégation des publics” le sauve des contradictions, car, d’ordinaire, ceux devant qui il joue l’un de ses rôles ne sont pas ceux devant qui il en joue un autre, ce qui lui permet d’endosser plusieurs personnages sans en discréditer aucun. Pourtant, tout système social contient des moments et des lieux où cette ségrégation des publics se brise, et où les individus s’affrontent pourvus de mois qui se révèlent incompatibles avec ceux qu’ils présentent en d’autres occasions. Il est alors clair que ce n’est pas l’individu qui porte l’embarras, généralement léger, mais bien le système social où il loge ses différents mois. » (Ibid., p. 97) La réunion publique étant une scène propice au brouillage de la ségrégation des publics, des ruptures et débordements de cadres s’y développent souvent.

25  Les critiques formulées maladroitement par les non-experts sont des « critiques en régime d’impuissance », qui peuvent se caractériser à l’extrême par un repli vers des formes de culpabilité et de honte (Cardon, Heurtin, 1999). Cette impuissance, repérée parmi les critiques des auditeurs de France Inter, est liée à l’érosion des idéologies politiques et instances de représentations (partis politiques, syndicats), œuvrant comme des chaînages pour lier le particulier au général.

26  Nina Eliasoph précise que les individus peuvent avoir un sujet de conversation politique, mais ne pas le traiter avec une conversation animée par l’esprit public, et inversement. Lorsque des individus en train de préparer à manger plaisantent au sujet de la capacité des hommes à faire la cuisine, la cuisine est un sujet non politique, mais la discussion est orientée vers les différences de genre, avec un soupçon de critique. En revanche, lorsqu’on parle des incertitudes pesant sur un voyage touristique à cause d’une guerre, il s’agit d’une discussion sur un sujet politique, la guerre, mais qui n’est pas animée par l’esprit public (Eliasoph, 2010 [1998]).

27  Cette façon de concevoir l’accès à la parole publique, qui s’appuie sur les travaux d’Hanna Pitkin sur les dimensions privées et publiques de la justice (Pitkin, 1981), est proche de celle développée dans les Économies de la grandeur (Boltanski, Thévenot, 1991).

28  Philippe Warin a montré comment les agents des organismes HLM devaient constamment gérer cet implicite dans leurs interactions avec les locataires, jamais impliqués comme citoyens. Au mieux, ils sont impliqués comme clients, dans une logique gestionnaire, mais les questions de contrôle du peuplement, toujours implicites, ne sont jamais discutables publiquement (Warin, 1993, p. 74-80).

29  Voir à ce sujet les explications de l’équipe Grand projet de ville d’agglomération dans le chapitre précédent : le projet « n’est pas celui des locataires réticents », qui se réfèrent à son passé communautaire et idéal.

30  De l’avis d’un membre de l’équipe DSU, le Dauphiné Libéré joue un rôle plus important que le journal élaboré par son équipe. Les articles du journaliste Vincent Paulus apparaissent comme des comptes rendus des réunions publiques.

31  C’est le cas d’un film sur le projet urbain réalisé par Repérages, association de quartier dédiée à l’audiovisuel, ou de spectacles de théâtre interactif sur des thèmes comme « Participer aux réunions publiques, pour quoi faire ? » organisés par la compagnie Tenfor.

32  Le point-info relais a été fermé – de l’avis même d’un membre de l’équipe DSU, il « n’a jamais fonctionné », les habitants ne s’y étant pas déplacés. Cependant, l’agent d’accueil est resté dans l’équipe DSU afin de suivre les travaux et de faire l’interface avec les habitants.

33  « – Monsieur D. : Ce que je reproche aussi à ces réunions-là, c’est qu’on n’y est pas préparés, les locataires sont pas préparés. Qu’est-ce qui se passe… – Madame T. : Chacun règle leurs problèmes personnels et puis c’est tout. – Monsieur D. : On n’arrive pas à avancer sur des choses parce que les gens ils en ont tellement emmagasiné depuis des années… Alors ils règlent leur propre problème. » (Entretien collectif, association des Trois rues, 23 avril 2002)

34  L’expression est d’Albert Mollet, dans l’introduction d’un ouvrage relatant des opérations innovantes de réhabilitation des quartiers d’habitat social afin de lutter contre le décalage entre le temps des habitants et celui des techniciens : « À une logique technico-administrative qui décompose les phases d’une opération de réhabilitation [programmation, décision, réalisation et gestion] s’oppose une logique d’usage qui privilégie la continuité » (Mollet éd., 1986, p. 14). Pour réduire cette opposition, Mollet préconisait de mettre au point des méthodes originales permettant de garantir l’évolution du projet au cours de son élaboration comme de sa réalisation, et obligeant les institutions à élaborer de nouvelles méthodes, participatives, de planification.

35  « Le Grand projet de ville présenté conjointement par Grenoble et Saint-Martin d’Hères concerne un secteur intercommunal d’environ 24 000 habitants et […] représente un apport financier complémentaire de l’ordre de vingt millions de francs par an pendant six ans. » (Le Dauphiné Libéré, 15 décembre 1999)

36  Voir Mission DSU, Ville de Grenoble, « Bilan de la première phase de concertation de janvier à avril 1999 », qui recense 14 réunions ayant touché environ 12 % des ménages du quartier.

37  Ces informations – ce n’est pas le moindre des paradoxes concernant la manière dont la politique de la ville nationale communique sur la participation des habitants – sont tirées d’une fiche d’expérience établie par une étude de la DIV (Délégation interministérielle à la ville) intitulée « Analyse d’expériences innovantes de participation des habitants », septembre 2001 (http://i.ville.gouv.fr, consulté le 21 novembre 2012). Ce projet, dont le pilotage ne prévoit aucun habitant dans ses différentes instances, est ici qualifié d’« expérience innovante de participation des habitants ».

38  « Vigny-Musset, les enjeux », document municipal, avril 2001. Ce quartier est chargé de rétablir l’équilibre entre logement social et logements en accession à la propriété (80 % des logements sont en accession), alors que les quartiers alentour sont principalement constitués de logements sociaux.

39  « Les termes utilisés par la ville pour définir les travaux de restructuration “projet urbain”, “réhabilitation”, n’ont à aucun moment été évoqués par les habitants. […]. Il semblerait que pour toucher les habitants, la ville et les équipements devraient travailler une autre manière de communiquer. » Frank Ventajol, « Rapport d’enquête sur le quartier Teisseire », Ville de Grenoble, 10 mai 2000.

40  « Y’avait eu la fameuse réflexion où les habitants du secteur Lafourcade, quand ils sont en collectif, ils ne veulent pas de garage, mais quand on les a individuellement ils en veulent bien. Donc ce questionnaire, c’est bien pour arriver à leurs fins, quoi », avait dénoncé Malika Mezoued en entretien.

41  Une des activités pratiques essentielles des militants réside ainsi dans la « réfutation de l’effet Nimby », afin de prouver que leurs revendications ne sont pas purement égoïstes mais tournées vers le bien commun et l’intérêt général (Trom, 1999). Voir également Jobert, 1998.

42  Mead a développé une théorie que son disciple Blumer qualifiera d’interactionnisme symbolique, montrant l’importance de l’interaction et du symbole signifiant dans les relations sociales. La société est conçue comme un réseau d’interactions et l’homme comme un être qui interprète la signification du monde qui l’entoure et agit en conséquence. Pour les interactionnistes, les significations ne sont en effet ni des éléments intrinsèques aux objets (perspective nominaliste), ni des ajouts psychologiques produits par les individus (perspective psychologiste), mais des produits sociaux : « La signification d’une chose pour une personne naît des façons dont les autres personnes agissent vis-à-vis de la personne concernant la chose. » (Blumer, 1969, p. 4)

43  Les humains prennent en effet conscience de la signification de leurs réactions pour autrui avant de prendre conscience d’eux-mêmes. Une notion importante chez Mead est d’ailleurs la notion d’ipséité, ou de conscience de soi (Mead, 1963 [1934], p. 117-118), qui permet à l’individu de se faire une image de lui-même qui le guide dans ses relations avec autrui. Mead opère une distinction entre le « soi », qui, du fait qu’il représente l’image que les autres se font de l’individu, ne saisit son activité actuelle que comme déjà passée, et le « je » qui est la source non réglementée de toutes ses actions actuelles. Entre le « je » et le « moi » s’opère un jeu comparable à un dialogue, sans cesse renoué en situation d’interaction.

44  C’est particulièrement le cas lorsqu’aucune délibération n’est organisée entre habitants et institutions. L’une des qualités de la délibération, selon ses théoriciens, est que les citoyens « deviennent vertueux » : les institutions sont forcées de rendre des comptes et le pluralisme des valeurs est respecté, ce qui favorise le respect mutuel et la coexistence pacifique des opinions (Blondiaux, Sintomer, 2002, p. 25).

45  Ce phénomène contribue, pour Merton, à expliquer la dynamique des conflits ethniques et raciaux, par exemple le racisme anti-ouvriers noirs aux États-Unis dans les années trente. L’assertion selon laquelle les Noirs sont des briseurs de grève, acceptant des salaires faibles sans discuter, est vérifiée dans la réalité sociale. Les Noirs étaient effectivement peu syndiqués, car l’assertion « briseurs de grèves » agissait comme une discrimination raciale à leur entrée dans les syndicats.

46  Pour Dewey, les origines de l’« éclipse du public » sont doubles : la complexification des relations humaines et la mondialisation des liens d’interdépendance (Dewey, 2003 [1927], p. 145-146). Ces phénomènes rendent difficile l’attribution d’une responsabilité à des institutions ou à des individus. L’incertitude, qui provient de l’absence d’exploration collective des mondes possibles, aboutit à une impossibilité de penser et d’agir sur des thèmes essentiels à la survie de l’homme, comme la santé ou l’environnement (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001).

47  Joëlle Zask traduit l’expression lost individual de Dewey par « individu perdu », qu’elle rapproche du « sujet non révélé » d’Arendt : tant qu’il ne s’est pas révélé par la parole et par l’action, l’individu est solitaire et impuissant. Son identité reste invisible à ses propres yeux et cela l’empêche de parler et d’agir dans le domaine public (Arendt, 1983 [1961], p. 236).

48  Nous suivons ici les réflexions d’A. Cottereau dans son séminaire « Sens du juste et sens de la réalité sociale. Approches sociologique et historique », EHESS, 2001-2002. Pour une discussion sur l’importance de la confiance dans la société, permettant à chacun de réduire la complexité du monde, voir Luhmann 2006 ; Ogien, Quéré, 2006.

49  Pour une discussion théorique de la perception du trouble à partir des travaux de W. James, voir Breviglieri, Trom, 2003.

50  Sur l’importance de la réflexivité pour la construction de liens, supports de l’action collective, voir Lichterman, 2005.

51  Les noms et prénoms ont été modifiés.

52  « Moi j’ai remarqué, du moment que ça ne leur arrive pas tout de suite, ils ne se sentent pas concernés, les gens. Ils pensent que c’est encore loin, les travaux. Mais bon, ça passe vite, le temps. Quand les travaux vont arriver, ils vont se réveiller et ils vont se dire, ah tiens faudrait qu’on marche avec eux, qu’on s’associe. » (Entretien collectif)

53  La quête d’une préservation de l’environnement doit, pour prendre des formes acceptables en public, s’appuyer sur des arguments relatifs au bien commun (Trom, 1999).

54  Nina Eliasoph nomme ce phénomène le « schéma mystérieux de la réduction de la portée du discours ». Avec elle, nous notons une différence de registre des membres d’associations dans les coulisses (la discussion est animée par l’esprit public, à l’image des débats sur la mixité sociale auxquels nous avons pu assister entre les membres de l’association des Trois rues), alors qu’en public, face aux élus, les individus perdent leurs mots, s’empêchent de « parler politique », omettent de donner les arguments d’intérêt général (Eliasoph, 2003, p. 226).

55  Éric Doidy a prolongé cette analyse des « troubles de la rénovation » sur les individus (Doidy, 2002), ainsi qu’Agnès Deboulet et son équipe (Deboulet éd., 2010).

56  Joyau de l’organisation démocratique de la ville depuis Dubedout, les Unions de quartier sont élues par les habitants, regroupés au niveau de la ville pour faire porter leurs revendications et consultés sur toute question relative aux quartiers. Elles sont accusées aujourd’hui, à la fois par les habitants et par la ville, de ne plus être ni représentatives ni une force de proposition dans les quartiers. Ce débat rappelle fortement celui qui ne cesse d’animer la vie politique roubaisienne, entre comités de quartier qualifiés de « déclinants » et conseils de quartier présentés comme davantage représentatifs de la diversité de la population (Neveu, 2003). Sur Teisseire, la présidente de l’Union de quartier, une dame âgée, figure du quartier, plutôt appréciée du point de vue humain, apparaît en effet isolée et « peu efficace » aux yeux des habitants. Entre Unions de quartier déclinantes et associations de locataires peu reconnues, les revendications collectives des habitants sur les projets urbains ont ainsi, on le voit, peu d’espaces où se développer.

57  C’est « le problème du public », lorsqu’il reste dans un état d’incertitude, de non-reconnaissance de sa propre existence, de public « incertain », « obscur », « embrouillé » (Dewey, 2003 [1927], p. 134-137).

58  « Il y avait assez de temps dans la sphère publique pour qu’une firme de gestion des déchets toxiques décrivît en détail les valves unidirectionnelles projetées pour le site, avec des détails à voix haute sur chacune des parties de ces valves, visualisées par six diapositives ; mais le temps devenait rare au moment où les activistes voulaient exprimer leurs objections, au nom de l’intérêt public, contre ce qu’ils appelaient la “décharge d’ordure pour le profit”. » (Eliasoph, 2003 [1996], p. 244)

Table des illustrations

Titre Répartition de l’espace à la réunion publique (schéma par l'auteure)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 314k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search