Version classiqueVersion mobile

Faire participer les habitants ?

 | 
Marion Carrel

Préface1

Nina Eliasoph

Texte intégral

  • 1 Marion Carrel remercie Daniel Cefaï (CEMS-IMM / EHESS) pour son concours à la traduction de cette p (...)

1Quel responsable politique, associatif ou universitaire n’est pas partisan d’une plus grande participation des citoyens à la vie publique ! Nombre d’entre eux se battent pour obtenir des subventions de la part des organisations non-gouvernementales qui financent des programmes à visée participative. Ils sont habités par un idéal tocquevillien, sans paraître se rendre compte des différences qui existent entre le type d’auto-organisation sociale examiné par Tocqueville dans De la démocratie en Amérique et le type de projets qui leur sont aujourd’hui proposés. Pourtant, ces projets sont presque toujours des initiatives visant à ranimer d’« en haut » le public ensommeillé « en bas ». L’ouvrage de Marion Carrel va de ce point de vue à contre-courant. Il est un antidote indispensable contre ce mélange mortel, omniprésent dans la littérature sur la participation civique ou politique, de mollesse du travail analytique et d’absence d’observation minutieuse.

2Ce livre original fait converger plusieurs courants de pensée qui se mêlent rarement avec autant d’aisance : une théorie politique, d’inspiration pragmatiste, une analyse des politiques publiques, vues d’en bas, et une méthode d’enquête ethnographique. Marion Carrel a une connaissance approfondie de ces différents registres de littérature et la façon dont elle les combine dans son ouvrage est une grande réussite. Ils sont mis à l’œuvre et à l’épreuve dans des descriptions au grain fin, qui témoignent d’une attention soutenue et une sensibilité aiguë au déroulement des relations et interactions au quotidien.

3Un exemple entre mille : on apprend que lorsque les riverains obtiennent ce qu’ils veulent trop rapidement, ils perdent leur énergie et leur mobilisation s’essouffle. Pourquoi ? Parce qu’une part de ce qu’ils voulaient, c’était un débat public. Ce qu’ils voulaient ne se résumait pas à l’objet de leur revendication, en l’occurrence maintenir une rue piétonne. Bien au-delà, ils auraient voulu discuter des principes de la délibération et du projet urbain dans son ensemble. Ce constat n’est pas seulement un détail en passant, mais il soulève aussi un important point théorique. Il bouleverse en effet une grande partie de la littérature nord-américaine sur les mouvements sociaux, qui porte presque exclusivement sur les revendications et leur éventuelle satisfaction mais pratiquement jamais sur le besoin de prendre publiquement la parole et d’être entendu. Marion Carrel montre que l’absence d’expression publique est en soi une privation. Elle ajoute que cette privation-là est liée et en même temps irréductible à d’autres formes de privation.

4Par rapport à la plupart des écrits sur le sujet, son analyse est nuancée, équilibrée sans pour autant être terne. Une partie des travaux actuels prône « davantage de participation », comme si n’importe quelle forme d’engagement civique était bonne en soi ; l’autre partie condamne cette même participation qui jetterait un voile sur les « véritables » inégalités, celles de classe, de race et de genre. Marion Carrel évite ces deux écueils. Si elle souhaite clairement plus de démocratie participative, elle n’applaudit pas indistinctement à toutes les formes d’organisation de la participation. Dans le même temps, elle ne démystifie pas non plus l’idée que la participation serait un cache-misère de la réalité des inégalités sociales. Elle montre bien que l’interaction engendre une réalité qui n’est pas moins « réelle » que celle que les sociologues réifient comme « plus réelle ». Elle pointe un processus d’implication réciproque, à double sens, entre des inégalités fortement institutionnalisées et des interactions de la vie quotidienne.

5Comment fait-elle pour tenir compte des deux aspects de ce processus ? Elle est sensible aux apports potentiels de la participation, tout en prenant les inégalités sociales au sérieux. Elle affirme que les institutions qui invoquent la participation, tout comme les citoyens qui se mobilisent, sont des produits déformés d’une société déformée : un processus de formation mutuelle est donc nécessaire. Son analyse fait apparaître un point clé : les citoyens s’engagent parfois sans maîtriser les codes pour être un « bon citoyen ». En d’autres termes, « plus » ne signifie pas « mieux ». Persuader Monsieur-tout-le-monde de s’exprimer publiquement ne donnera pas forcément lieu à un grand élan civique : conduire les citoyens ordinaires à s’exprimer n’engendrera pas le déploiement d’un véritable public. Autrement dit, elle n’idéalise pas les opprimés sous prétexte que leur souffrance les grandirait.

6Parce qu’elle considère que le public n’est pas une créature naturelle qui proviendrait d’une espèce de gène humain de la citoyenneté, et parce qu’elle ne voit pas non plus dans la promesse de la participation une simple idéologie, son attention se déplace vers la formation de divers types de publics. Les publics peuvent apprendre à se constituer eux-mêmes. John Dewey écrit de façon passablement abstraite que le « problème du public » réside dans sa capacité à se constituer. Mais il nous en dit peu – et la chose est assez frustrante – sur comment il pourrait le faire. L’ethnographie de Marion Carrel montre concrètement à quoi cette entité – le public se créant lui-même – peut ressembler et ce qu’elle est capable de faire. Ces questions sont incontestablement au cœur de la théorie politique : comment les gens peuvent-ils devenir des citoyens actifs, écoutés, et comment les institutions peuvent-elles y contribuer ? Ses observations empiriques lui permettent de tirer des conclusions claires : dans ce domaine, la théorie et les données font bon ménage.

7À mes yeux, le passage le plus original du livre concerne les groupes de qualification mutuelle, qui semblent être le plus à même de régénérer l’esprit public au sens de Dewey. La gestion des conflits est une chose, leur résolution en est une autre. Dans ce type de projets, les parties prenantes – mal-logés et responsables publics, par exemple – affichent ouvertement leurs désaccords au lieu de les cacher. Au cours d’un long processus réflexif d’apprivoisement mutuel, puissant en émotions, réparti sur une douzaine de réunions, les adversaires prennent la parole chacun à leur tour et analysent leurs conflits internes, ceux de leurs adversaires et la façon dont leurs conflits se catalysent les uns les autres.

8Si l’expression de la colère figure parmi les objectifs, cette expression ne reste pas à l’état brut et individuel. Par exemple, les jeunes usagers des transports en commun d’origine immigrée apprennent combien les chauffeurs de bus deviennent irascibles après des années passées à côtoyer des passagers impolis et fraudeurs. Inversement, les chauffeurs apprennent aussi combien les usagers deviennent irascibles à force de se faire rabrouer par ces mêmes chauffeurs bougons, qui ruminent leur colère depuis des années. L’évocation délibérée de ce type de conflit exige une grande expertise, sans laquelle les groupes explosent. La présence d’experts ne suffit du reste pas toujours à éviter l’explosion. Les participants, qui parlent d’une expérience frustrante et difficile, font du conflit vécu une source enrichissante de compréhension mutuelle. Cette expérience risquée se solde parfois par un échec.

  • 2 N. Eliasoph, Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, Princeton, Princeton University Pre (...)

9Les organisateurs de ces projets partent du principe qu’aucun interlocuteur n’est légitime en soi. Ils estiment, d’une part, que les experts en costume-cravate comprennent rarement la vie des personnes en difficulté qu’ils souhaitent aider. D’autre part, il y a dans la qualification mutuelle une hypothèse très différente de ce que l’on trouve dans la plupart de ce que j’ai appelé les top-down empowerment projects2 : il ne préexiste aucune communauté « naturelle » qui serait à même d’envisager ce qui conviendrait à tous.

10Dans son analyse, Marion Carrel examine le processus délicat de politisation, tel qu’il croît et tel qu’il faiblit, dans toute sa fragilité. Lila, une des protagonistes de l’ouvrage, est ainsi sur une liste de demandeurs de logement social depuis plusieurs années. Lors de la réunion publique initiale, en amont du groupe de qualification mutuelle, cette jeune mère de famille sans emploi, d’origine algérienne, laisse éclater sa colère et son agressivité et se montre réticente à toute forme de participation. La consultante a alors déployé beaucoup d’efforts pour la persuader de prendre part à cette aventure collective. L’attitude de Lila s’explique par sa longue et désespérante attente d’une réponse à sa demande de logement. Au fil du temps, elle a acquis la certitude que son dossier a été délibérément bloqué par les responsables du centre communal d’action sociale, accusés ouvertement de racisme. Elle oscille entre rage et résignation. Pendant six mois, Lila, d’autres demandeurs de logement et des agents des services en charge du logement vont dialoguer et enquêter sur les procédures d’attribution des logements sociaux. Ce processus est très instructif pour Lila, qui y gagne le statut d’« experte » en matière de logement. Elle découvre que si c’est la municipalité qui recueille les candidatures et présélectionne des dossiers, la décision finale est en revanche prise à un autre niveau. Les responsables du centre communal d’action sociale n’étaient donc qu’un maillon de la longue chaîne de prise de décisions.

11Le groupe auquel appartenait Lila a discuté du manque de logements sociaux et de l’opacité des procédures d’attribution. Au cours de cette expérimentation de démocratie participative, elle est passée de l’accusation « Je suis victime du racisme, je veux un logement social, ils ne veulent pas me le donner » à la revendication « En tant que demandeurs de logement social, nous exigeons des explications des élus et des responsables administratifs ». Ce glissement de « Je veux » à « Nous avons le droit » est un cas d’école, un exemple type du processus de politisation, selon la philosophe Hannah Pitkin. À la fin du projet, Lila a pris publiquement la parole devant le comité de pilotage pour dénoncer la pénurie de logements abordables dans le quartier et le manque de transparence dans leur attribution.

12Lila a cependant atteint là le point culminant de son engagement. Après avoir obtenu un logement, elle a mis un terme à ses activités. L’histoire de Lila symbolise à la fois la réussite d’un parcours d’apprentissage politique et la fragilité de ce type de parcours. La politisation, même lorsqu’elle se produit, n’appartient à personne, pas même à un groupe constitué. Il est certes tentant d’y voir un phénomène qui amènerait avec lui un bon paquet de capacités civiques. Cependant, une observation dans la durée, avec le regard patient de l’ethnographe, de ce processus de politisation en fait apparaître le caractère foncièrement situé, lié au contexte. L’émancipation politique des personnes « pauvres et marginalisées » n’est pas un processus durable, linéaire, une fois qu’il est lancé. Lila a incontestablement traversé des épreuves d’émancipation et pourtant, un an plus tard, elle s’est retirée de toute forme de participation pour revenir à sa position initiale, l’obtention d’un logement mise à part.

13Ceux qui lui ont fait prendre part à cette expérimentation de démocratie participative doivent-ils parler de succès à son propos ? Il convient de retenir différents critères pour juger de la réussite ou de l’échec de ce type de projets. C’est sans doute une réussite : non seulement Lila a trouvé un domicile, mais elle a également beaucoup appris et pourra réactiver ces savoir-faire à l’avenir. Mais c’est également un échec : Lila n’a pas prolongé cette expérience par la poursuite d’un engagement civique. L’ethnographie est ici sans pareil pour analyser ces projets, sans rien en cacher, en les décrivant tels qu’ils sont, avec leurs points forts et leurs points faibles, en évitant de les mesurer à l’aune d’un seul critère lorsqu’il s’agit d’en évaluer l’impact.

14Les cas dont cet ouvrage rend compte ne valent pas pour la France seulement, ils sont éclairants pour bien d’autres situations, sous d’autres cieux. Des projets similaires visant à régénérer l’esprit public sont monnaie courante à l’heure où des organisations internationales comme la Banque mondiale et l’Union européenne financent des projets d’engagement civique. Alors que certains de ces projets ne sont que pure hypocrisie et périclitent parce que leurs promoteurs n’y ont jamais vraiment cru, d’autres échouent pour des raisons plus mystérieuses, en dépit des bonnes intentions de ceux qui en ont pris l’initiative. L’analyse de Marion Carrel met en lumière ces deux types de projet. Son travail minutieux, sans rien perdre de sa valeur scientifique, peut être utile pour les acteurs en leur donnant des clefs pour comprendre ce qu’ils font et pour mieux le faire. Cet ouvrage montre combien les chercheurs en sciences sociales, les responsables publics et les citoyens engagés ont besoin les uns des autres pour ensemble, osons l’expression, rendre le monde meilleur !

Notes

1 Marion Carrel remercie Daniel Cefaï (CEMS-IMM / EHESS) pour son concours à la traduction de cette préface, de l’anglais au français.

2 N. Eliasoph, Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, Princeton, Princeton University Press, 2011.

Auteur

Professeure, Département de sociologie, Université de Californie du Sud

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search