Version classiqueVersion mobile

L’Homme et la Terre. Livre 2 : Histoire ancienne

 | 
Élisée Reclus

Avant-propos

Texte intégral

1En tête de chacune de nos études historiques, il serait nécessaire de placer un tableau de la chronologie correspondante, établie d’après les recherches des savants les plus autorisés. Mais les premiers âges de l’Iranie, jusqu’à ses grands conflits avec les rois et les peuples de la Babylonie, de l’Asie antérieure, de la Grèce, ne nous sont connus que dans leurs grandes lignes et nul document ne permet encore de hasarder de dates précises.

2On doit se borner à dire d’après de Morgan que la première aurore historique de ces contrées se lève, dans l’infini du passé, il y a dix mille années environ. On peut évaluer, avec le même auteur et Terrien de la Couperie, à quarante ou cinquante siècles avant nous, l’époque de la grande puissance élamite, alors que les rois du plateau descendaient en maîtres sur les plaines de la Mésopotamie et que leurs peuples émigraient dans la Bactriane, et par-delà les monts, dans la Chine lointaine. Les noms propres ne deviennent nombreux et les personnages ne se montrent avec leur généalogie probable, et l’époque plausible de leur œuvre, qu’aux âges mêmes où la succession des événements commence également à se compter par les années d’ères distinctes, en Babylonie depuis Nabonassar, en Grèce depuis l’institution des Olympiades, à Rome depuis la fondation de la « Ville ». Ainsi Kur, notre Cyrus, qui, le premier, sort de la légende iranienne pour entrer puissamment dans les destinées conscientes du monde, figure déjà dans les tableaux de la chronologie comparée. D’après Oppert, ce conquérant serait monté sur le trône des Perses et des Mèdes, il y a 2 460 années (en 1900 de l’ère dite chrétienne) et son avènement coïnciderait avec les trois dates synchroniques :

An 216 de l’ère des Olympiades.
An 193 de la fondation de Rome.
An 187 de l’ère de Nabonassar.

3À Kur succéda Kambyse ; puis vinrent les Akhéménides qui, de Darius 1er à Darius III, régnèrent près de deux cents ans et dont le dernier fut vaincu par Alexandre de Macédoine. L’individualité politique de l’Iran s’arrête à ce conquérant dans un premier cycle de l’histoire.

4Voici, d’après M. de Maspero, la date de l’avènement et de la mort des principaux rois assyriens, et des membres des dynasties mède et pers

[Note de l’éditeur 2015 – Erratum noté dans le volume suivant : au lieu de Assurnarzipal, lire Assurnazirpal]

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende [Note de l’éditeur 2015 – Erratum noté dans le volume suivant : au lieu de Assurnarzipal, lire Assurnazirpal]
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search