Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion


Texte intégral

1On arrive enfin à une conclusion pratique sur l’application de la méthode historique aux sciences sociales.

2La méthode historique est nécessaire pour le travail de préparation, même dans l’étude des sociétés contemporaines ; car la plupart des matériaux des sciences sociales ne sont pas des observations scientifiques, ce ne sont que des documents dont on ne peut tirer parti qu’au moyen d’un travail critique.

3En outre la construction d’une science sociale complète comporte une étude de l’évolution des phénomènes sociaux, c’est-à-dire une histoire sociale. Or, cette histoire sociale n’exige pas seulement, comme toute autre histoire, l’emploi de documents critiqués suivant la méthode historique. Mais elle-même ne peut pas être isolée des autres histoires ; elle ne peut être qu’un fragment de l’histoire totale des sociétés, une branche spéciale comme l’histoire du droit ou du costume. Elle est même plus étroitement liée à l’ensemble de l’histoire que ne le sont les histoires des littératures ou des sciences.

4L’histoire sociale est science auxiliaire pour les autres histoires, dans la mesure où les faits sociaux sont cause des autres faits, – mesure beaucoup moins large que ne l’ont cru les spécialistes économistes. Les faits sociaux sont surtout les conditions nécessaires (négatives) des autres faits ; là où ils ne se produisent pas, les autres ne peuvent se produire ; mais ils ne sont qu’un support, non une substructure. Leur forme spéciale agit faiblement sur la direction des autres faits, et par suite leur histoire n’est que faiblement utile à l’intelligence de l’histoire des autres phénomènes.

5L’histoire sociale est au contraire étroitement dépendante des autres histoires. Les faits sociaux n’ont pas en eux-mêmes leur raison d’être ; ils sont ou les produits d’autres actes (c’est le cas des faits démographiques) ou des moyens pour une fin étrangère (c’est le cas des faits économiques). Leur direction est donc, non pas en eux-mêmes, mais dans des faits d’autre espèce. Ce n’est pas parce que les hommes produisent dans une forme donnée, qu’ils ont une vie intellectuelle, des mœurs privées, une organisation politique d’une espèce donnée ; c’est au contraire parce que leur vie a cette forme donnée, intellectuelle, privée, politique qu’elle les entraîne à une certaine forme de vie économique. L’histoire sociale ne peut donc être comprise que par l’étude des autres branches de l’histoire ; elle n’est qu’un fragment de l’histoire générale de l’humanité.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.