Version classiqueVersion mobile

La "reconnaissance" comme principe de la Théorie critique

 | 
Hans-Christoph Schmidt am Busch

2. Critique du capitalisme et théorie de la reconnaissance chez Marx

Chapitre 13

La théorie de la production humaine comme modèle économique et social

Texte intégral

1La théorie de la production humaine peut-elle constituer un modèle pertinent du point de vue de la théorie économique ? Sur ce plan, nous devrons d’abord préciser si elle est susceptible de donner réponse aux questions fondamentales de l’économie (Samuelson et Nordhaus 1987, vol. 1, p. 59 et suivantes) :
(Q1) Que va-t-on produire ?
(Q2) Pour qui va-t-on produire ?
(Q3) Qui va produire ?
(Q4) Comment va-t-on produire ?

  • 1 L’expression « besoin productif » désigne ici le besoin de réaliser, dans son travail, l’« essence (...)

2Or, oui, la théorie de la production humaine permet de répondre à ces quatre questions, dans la mesure où nous faisons abstraction de l’idée – déjà critiquée dans la section 10.3, car problématique du point de vue économique même – que les individus impliqués dans des rapports de production humains se considèrent les uns les autres comme « parts nécessaires » d’eux-mêmes. On peut répondre clairement à la première question en se fondant sur les besoins productifs1 comme sur les besoins de consommation : selon Marx, il s’agit donc de fabriquer les biens de consommation et les biens productifs qui garantissent une satisfaction optimale des besoins (actuels et futurs) des hommes, tant dans le domaine de la production que dans celui de la consommation. Quant à la deuxième question, l’approche marxienne offre une réponse directe par le principe de répartition des biens selon les besoins : dans le cadre de la production humaine, il faut produire les biens de consommation pour ceux qui en éprouvent le besoin. Et puisque, enfin, les hommes éprouvent le besoin de fabriquer des biens les uns pour les autres (besoin que les rapports de production doivent s’engager à satisfaire eux aussi), voici également la réponse à la troisième question : dans le cadre social que représente le mode de production qui nous occupe ce sont, dans la mesure du possible, tous les hommes qui devront prendre part à la production des biens dont la nécessité se fait sentir. De plus, il faut en agencer la production de façon à ce que le plus d’hommes possible puissent objectiver leur individualité dans leur travail, et c’est ce critère qui nous permet de répondre à la quatrième question.

  • 2 Dans les remarques qui suivent nous n’avons donc pas l’ambition de discuter de tous les cas releva (...)

3On peut maintenant envisager d’appliquer la théorie de la production humaine à un contexte de pénurie au sens économique du terme. Sur la base des capacités de production et de la demande en biens à un moment donné, il est par exemple2 possible que tous les besoins qui s’expriment dans l’ordre de la consommation ne puissent être satisfaits ; que tous les hommes ne puissent objectiver leur individualité dans leur travail ; qu’ils ne puissent pas simultanément objectiver leur individualité et satisfaire leurs besoins de consommateurs ; ou qu’ils ne puissent pas tous prendre part à la production. Si bien que la théorie de la production humaine doit répondre à une série de questions concernant le problème de la répartition :
(Q1) Dans l’ordre de la production comme celui de la consommation, quels besoins doivent être satisfaits ?
(Q2) Pour qui va-t-on produire ?
(Q3) Qui peut objectiver son individualité propre dans son travail ?
(Q4) Qui peut prendre part à la production ?

  • 3 Nous partons du principe que Marx soutenait lui aussi la position exprimée par Engels.
  • 4 Sur ce point rappelons que, quelques années plus tôt, Hegel avait fait de la surproduction le prob (...)

4Les analyses développées par Engels pendant l’année 1847, dont nous allons rendre compte ici, attestent que, pour lui comme pour Marx3, ces quatre questions ne se poseraient pas dans le cadre constitué par une production humaine postcapitaliste. On voit qu’ils partent du principe même que, dans les conditions d’une production humaine, les capacités de production connaîtraient un développement tel qu’il pourrait couvrir entièrement les besoins de tous les hommes en matière de consommation, leur permettant aussi à tous d’objectiver leur individualité dans leur travail. Et, puisque, à ce stade, les besoins de consommation suivraient eux aussi une courbe ascendante, il n’y aurait pas non plus de risque de surproduction, soit d’une pénurie de besoins à satisfaire dans l’ordre de la consommation4. Engels écrit :

Au lieu d’amener de la misère, la production au-delà des besoins les plus prochains de la société assurera la satisfaction des besoins de tous, engendrera des besoins nouveaux, et en même temps les moyens de les satisfaire. Elle sera la condition et l’occasion de nouveaux progrès, et ces progrès, elle les établira sans que soit par là, comme toujours jusqu’à présent, dérangé l’ordre social. La grande industrie, affranchie de la pression de la propriété privée, se développe dans des proportions auprès desquelles ses progrès actuels paraîtront aussi peu de choses que la manufacture auprès de la grande industrie de nos jours. Ce développement de l’industrie mettra à la disposition de la société la masse de produits suffisante pour satisfaire les besoins de tous. […] De cette manière, la société sortira assez de produits pour être à même d’organiser la répartition de manière que soient satisfaits les besoins de tous ses membres. […] De même que les paysans et les ouvriers manufacturiers du siècle dernier ont changé tout leur mode d’existence et sont devenus eux-mêmes des hommes différents, lorsqu’ils ont été précipités dans la grande industrie, de même, à la pratique [Betrieb] en commun de la production par l’ensemble de la société et l’évolution nouvelle de la production qui s’ensuit, il faudra des hommes tout autres ; aussi les engendrera-t-elle. La pratique [Betrieb] en commun de la production ne saurait être réalisée par des hommes comme ceux d’aujourd’hui, dont chacun est subordonné à une branche de la production unique, enchaîné à elle, exploité par elle, dont chacun n’a développé qu’une seule de ses dispositions aux dépens de toutes les autres, ne connaît qu’une branche ou que telle branche d’une branche de la production totale. Déjà la grande industrie d’à présent peut de moins en moins utiliser des hommes comme ceux-là ; l’industrie pratiquée en commun selon un plan par l’ensemble de la société suppose absolument des hommes dont les dispositions sont développées en tous les sens, capables d’embrasser du regard tout le système de la production. La division du travail, que les machines ont dès à présent minée, qui fait l’un paysan, l’autre savetier, le troisième ouvrier d’usine, le quatrième spéculateur en bourse, disparaîtra donc entièrement. L’éducation pourra faire traverser rapidement aux jeunes gens tout le système de la production, les mettant à même de passer tour à tour d’une branche à l’autre, selon que les besoins de la société ou leurs propres inclinations les y portent. (Engels 1953, p. 156-158)

  • 5 Du point de vue rawlsien, c’est alors la raison pour laquelle une telle société serait « au-delà d (...)

5Engels défend donc effectivement l’idée que dans un cadre productif postcapitaliste (celui de la production humaine), les hommes travaillent conformément à « leurs propres inclinations » et peuvent en même temps satisfaire leurs besoins dans l’ordre de la consommation. Sa position implique en outre que cet état défini par la production humaine ne connaîtra aucune surproduction car les hommes y développeront de « nouveaux besoins », provoquant par là une demande qui visera les biens qu’ils fabriqueront eux-mêmes. Ces présupposés font que les questions de répartition évoquées précédemment ne se posent pas5, permettant du même coup à la théorie de la production humaine de s’appliquer sans difficulté.

6Toutefois, on objectera que ce sont les thèses d’Engels qui ne vont pas sans difficulté : ainsi, par exemple, il n’analyse pas les questions relatives au niveau des coûts qu’engagent l’information et les transactions dans une société instituée « selon un plan par l’ensemble de la société » et ses présupposés dans le domaine de l’éducation professionnelle sont manifestement irréalistes. Devant ces points qui restent à combler, nous retrouvons notre question : la théorie marxienne de la production humaine est-elle capable de fournir des réponses satisfaisantes aux questions de répartition que nous avons évoquées ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord se demander si les présupposés anthropologiques et essentialistes de la théorie marxienne sont susceptibles d’être justifiés. Comme nous le verrons, ce sont précisément ces présupposés qui rendent malaisé le fait de donner une réponse aisée et acceptable à nos questions.

  • 6 C. Taylor a souligné à juste titre cette caractéristique chez les Modernes (voir section 4.1, poin (...)

7Comme nous l’avons vu, les besoins que Marx place parmi les éléments constitutifs de l’essence de l’homme sont les suivants : le besoin d’objectiver son individualité propre dans le cadre du travail au sein de la société, le besoin de consommer des biens fabriqués par d’autres dans une intention déterminée, le besoin de produire des biens pour d’autres hommes, dans une intention déterminée et enfin le besoin de former un être commun [Gemeinwesen] avec d’autres hommes quels qu’ils soient. On se demandera toutefois : pourquoi avoir retenu ces besoins précisément, et leur satisfaction, à titre d’éléments constitutifs de l’essence de l’homme ? À ma connaissance, Marx ne pose pas la question, ni n’entreprend d’y répondre, manque qui se fait d’autant plus sentir que l’approche empirique ne peut confirmer que partiellement cette thèse selon laquelle on pose que les hommes éprouvent ces besoins. Certes, personne ne contestera que les hommes dans leur immense majorité ont besoin de consommer des biens fabriqués dans le cadre de la société et, de même, il paraît possible de trouver de solides justifications au fait d’affirmer que les hommes (au moins à certaines périodes de l’histoire, chez les Modernes, par exemple) éprouvent le besoin de développer et d’extérioriser leur individualité6. Ce qui, en revanche, apparaîtra davantage sujet à caution, c’est le fait d’affirmer en général que les hommes ont besoin d’objectiver leur individualité en interaction avec des objets matériels (ou même par leur production) – on peut supposer que certains hommes jugeront ne pas être en mesure d’objectiver leur individualité de cette façon. En dernier lieu, on aurait du mal à vérifier empiriquement la thèse que les hommes ont le besoin de former un être commun [Gemeinwesen] par une coopération économique spécifique. Marx le laisse lui-même entendre lorsqu’il affirme que l’intérêt personnel est un élément caractéristique des individus qui appartiennent aux sociétés capitalistes (voir section 10.2). De même, lorsque Engels affirme qu’une société postcapitaliste « engendrerait […] des hommes entièrement différents », on a là un puissant indice du caractère utopique que revêt ce besoin (prétendument) humain de former un être commun [Gemeinwesen] par une coopération économique spécifique avec d’autres hommes quels qu’ils soient.

  • 7 Au regard de ces déclarations de Engels, on peut remarquer qu’une société structurée selon les pri (...)

8Toutefois, même si l’on pouvait montrer que les besoins évoqués par Marx échoient effectivement aux hommes, il faudrait (entre autres points) se demander pourquoi ce sont bien eux (et non d’autres besoins qu’ils auraient tout autant) qui constitueraient leur essence en tant qu’hommes. Vu d’aujourd’hui, l’argumentation essentialiste de Marx apparaît problématique car elle ne rend pas adéquatement compte de la compréhension que nous avons de nous-mêmes comme individus autonomes. Forts de cette compréhension d’eux-mêmes, les hommes considèrent principiellement qu’ils sont en mesure et en droit d’avoir des rapports d’évaluation de leurs besoins et de décider eux-mêmes lesquels d’entre eux ils préfèrent satisfaire. Or, dans un espace social structuré par les principes de la production humaine, les hommes ne peuvent qu’exprimer les besoins de consommation et les « inclinations » à la production qui sont les leurs et qu’ils aimeraient satisfaire7. En revanche, comme nous l’avons vu, ils ne peuvent élever aucune prétention juridique à acquérir des biens de consommation ou à réaliser leur individualité, et ils n’ont pas non plus la moindre garantie institutionnelle de pouvoir entretenir un rapport critique à ces besoins qui, selon Marx, s’avèrent pour eux essentiels : le besoin de déployer son individualité propre en exécutant un travail dans le cadre de la société, le besoin de produire des biens à destination d’autrui et le besoin de former un être commun [Gemeinwesen] par une coopération économique spécifique avec d’autres hommes quels qu’ils soient.

9La critique que Marx déploie contre la théorie hégélienne de la liberté personnelle fait comprendre qu’il ne s’agit pas ici d’une lacune qui pourrait se voir comblée en complétant sa propre théorie. Si, comme Marx le revendique, reconnaître ce type de liberté, en allant jusqu’à attribuer aux individus des prétentions juridiques, est incompatible avec la réalisation de l’être commun de l’homme [Gemeinwesen], il n’est alors effectivement pas possible d’« étendre » la théorie de la production humaine de façon à la faire correspondre à la compréhension que nous aurons de nous-mêmes comme individus autonomes. Tout au contraire, un tel effort exigerait inévitablement de modifier substantiellement la théorie marxienne de l’être humain.

10Il est temps maintenant de reprendre et de clore la réflexion consacrée à la dimension économique de la théorie de la production humaine. Comme nous l’avons vu, un espace social ordonné selon les principes de cette théorie peut aussi être confronté à des problèmes de pénurie : il faut donc se demander comment la théorie de la production humaine pourra les résoudre.

11La théorie marxienne de la production humaine interdit tout traitement réglementé de ces questions de répartition, du fait de sa critique du « rapport juridique » qui elle-même découle de sa manière d’envisager l’être commun de l’homme [Gemeinwesen]. Si l’on accepte l’idée que l’existence de prétentions juridiques – que ce soit de la part des citoyens ou de l’État – est contraire à la réalisation de l’essence de l’homme, et si l’on désire mettre en place une économie qui lui soit conforme, en cas de pénurie, les hommes engagés dans des rapports de production humains, unis par leur besoin d’être un être commun, adopteront de manière harmonieuse des réglementations qui assureront leur intérêt. Deux remarques critiques ont alors leur place : même dans le cas où ces acteurs s’affirmeraient comme être commun, il n’est pas évident que les questions de répartition puissent vraiment être résolues de cette manière à l’échelle des économies d’aujourd’hui (rappelons notamment que l’information n’est pas un bien gratuit). Enfin, présupposer que les hommes d’une société postcapitaliste sont dénués de toute forme d’égoïsme est au mieux naïf : tout ce que nous savons du comportement humain nous conduirait en fait à penser que de tels acteurs seraient « des hommes entièrement différents », selon les mots de Engels. Les présupposés anthropologiques de la théorie de la production humaine continuent donc à en faire un modèle économique problématique.

Notes

1 L’expression « besoin productif » désigne ici le besoin de réaliser, dans son travail, l’« essence de l’homme » et notre « individualité », telles que l’éprouvent les individus engagés dans les rapports de production humains (voir section 10.1).

2 Dans les remarques qui suivent nous n’avons donc pas l’ambition de discuter de tous les cas relevant potentiellement de la pénurie.

3 Nous partons du principe que Marx soutenait lui aussi la position exprimée par Engels.

4 Sur ce point rappelons que, quelques années plus tôt, Hegel avait fait de la surproduction le problème cardinal de la société bourgeoise (voir PPD, § 245).

5 Du point de vue rawlsien, c’est alors la raison pour laquelle une telle société serait « au-delà de toute justice. On veut dire par là que les conditions qui sont à l’origine du problème même de la justice distributive sont dépassées, si bien que les citoyens n’ont plus besoin de s’en soucier dans la vie quotidienne et n’y portent plus aucune attention » (Rawls 2008, p. 464).

6 C. Taylor a souligné à juste titre cette caractéristique chez les Modernes (voir section 4.1, point 2).

7 Au regard de ces déclarations de Engels, on peut remarquer qu’une société structurée selon les principes de la théorie de la production humaine ne permettrait pas de comprendre les modes de vie ascétiques.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search