Version classiqueVersion mobile

La "reconnaissance" comme principe de la Théorie critique

 | 
Hans-Christoph Schmidt am Busch

2. Critique du capitalisme et théorie de la reconnaissance chez Marx

Chapitre 9

Thème et finalités de notre étude

Texte intégral

  • 1 Ce que je formulerai ici de façon critique à l’encontre de la théorie marxienne de la valeur n’exc (...)

1Il ne s’agira pas ici d’établir la validité du « contenu théorique et scientifique » de la Critique de l’économie politique chez Marx. Comme je l’ai montré ailleurs (Schmidt am Bush 2002, p. 115-118), certains de ses concepts fondamentaux posent à mon sens des problèmes susceptibles d’hypothéquer sa théorie de la valeur – rendant alors malaisée, voire impossible la vérification empirique de son contenu théorique. Dans ce cas, la Critique de l’économie politique n’est pas de nature à remettre fondamentalement en question le principe même de la Théorie critique en matière de théorie et de critique sociales. C’est pourquoi nous pourrons nous dispenser d’entrer dans ce débat1.

  • 2 Les notes manuscrites sur les Élémens d’économie politique de J. Mill ont été rédigées à l’été ou (...)
  • 3 Il nous faudra justifier la pertinence de ce « soit » dans la suite de notre examen.

2Ici, c’est la critique du capitalisme développée chez le jeune Marx que nous étudierons dans l’optique de l’intérêt qu’elle peut présenter pour la Théorie critique. Pour dégager un outil propre à évaluer cette critique, je m’appuierai en premier lieu sur le commentaire des Élémens d’économie politique de James Mill (que Marx nous laisse au travers de ses notes de lecture), mais j’envisagerai également d’autres textes que Marx rédige à la même période, principalement les Manuscrits économico-philosophiques de 18442. Ce choix méthodologique repose sur le fait que le manuscrit sur Mill contient l’un des très rares passages de toute l’œuvre de Marx où celui-ci expose de manière détaillée ce qu’il entend par une production « humaine », soit3 une formation sociale non aliénée. De nombreux auteurs ont pu souligner l’importance de ce texte pour la critique du capitalisme par le jeune Marx (notamment Brudney 1998, p. 169-191, Honneth 2013, p. 244-245, Joas 1999, p. 101, Lange 1980, p. 110-111 et Quante 2009, p. 231-330 et particulièrement p. 293-298). Cependant, il n’en existe à ma connaissance aucune analyse globale et approfondie, si bien que la teneur littérale de son propos n’est pas encore entièrement clarifiée. Il est d’autant plus important d’en proposer ici une analyse fouillée dans la perspective qui est la nôtre, celle d’expliquer et d’évaluer la critique marxienne du capitalisme.

3Notre étude poursuit trois objectifs : se situer (1) sur le plan de l’interprétation de l’œuvre de Marx et (2) sur celui de l’histoire de sa pensée ainsi que (3) dans une perspective systématique. Plus précisément, il s’agit d’établir ce qui suit.

  • 4 Parmi les commentaires dont nous disposons à propos de ce passage, on peut distinguer ceux de D. B (...)

(1) Je procéderai à une analyse détaillée du passage dans lequel Marx expose de manière détaillée ce qu’il entend par un rapport de production humain, soit une société non aliénée4. En cela je m’orienterai sur la structure que Marx a donnée à son texte. Au fur et à mesure de cette analyse textuelle, j’expliciterai les formes d’« affirmation » [Bejahung] (de soi ou d’autrui) par lesquelles Marx caractérise les rapports de production humains. Il apparaîtra alors, contrairement à ce qu’on affirme souvent (notamment Habermas 1996, p. 484, Honneth 2013, p. 243, Joas 1999, p. 94, Lange 1980, p. 110), que chez Marx cette théorie de la production humaine ne se rattache pas seulement au concept de travail comme objectivation, mais renvoie plutôt à deux composantes : à ce concept de travail, effectivement, mais aussi à une conception spécifique de la reconnaissance – à savoir l’acte de s’affirmer soi-même et d’affirmer autrui comme être commun [Gemeinwesen].

(2) Je montrerai que ces deux composantes, en tant qu’elles interviennent dans la théorie de la production humaine, peuvent être analysées à partir d’éléments correspondants de la philosophie hégélienne, moyennant une certaine transformation. Je pense en effet que c’est bien la réflexion menée autour du concept hégélien du travail qui a pu conduire Marx à formuler l’idée que l’individualité propre s’affirme par le travail et, par ailleurs, penser l’homme comme être commun [Gemeinwesen] pourrait être une démarche visant à généraliser et « essentialiser » certains éléments décisifs de la théorie hégélienne de l’amour et de la famille.

(3) Je développerai toutes les raisons qui empêchent la théorie marxienne de la production humaine de constituer un ensemble de critères utilisable comme tel dans la critique actuelle du capitalisme. Je montrerai que, sur le plan anthropologique, cette théorie admet certains présupposés fondamentaux qui peuvent en hypothéquer les résultats et qui ne lui permettent pas de se constituer en modèle social ou économique pertinent. De ce fait, c’est cette théorie dans son ensemble qui ne saurait contribuer positivement aux buts qui sont aujourd’hui ceux de la Théorie critique. Il ne faut toutefois pas exclure que certains éléments pris pour eux-mêmes au sein de cette théorie puissent offrir un apport intéressant réellement la réflexion actuelle. J’étudierai cette éventualité au regard de la théorie marxienne de l’individualité propre et de son affirmation.

Notes

1 Ce que je formulerai ici de façon critique à l’encontre de la théorie marxienne de la valeur n’exclut pas, bien entendu, que le Capital comporte d’autres éléments qui, indépendamment de cette théorie, peuvent de leur côté venir enrichir la Théorie critique. Je regrette simplement de ne pouvoir développer cet aspect dans le cadre de ce travail.

2 Les notes manuscrites sur les Élémens d’économie politique de J. Mill ont été rédigées à l’été ou à l’automne 1844 (voir Marx/Engels Gesamtausgabe, volume IV.2, p. 758).

3 Il nous faudra justifier la pertinence de ce « soit » dans la suite de notre examen.

4 Parmi les commentaires dont nous disposons à propos de ce passage, on peut distinguer ceux de D. Brudney et de M. Quante. Ce dernier s’attache en effet à dégager et commenter les thèses et les thématiques qu’il juge centrales pour l’ensemble des Manuscrits de 1844. Son analyse des notes tirées de Mill met donc d’abord l’accent sur la façon dont Marx opère la critique des institutions que sont la propriété privée et le marché. Si l’on veut comparer mon propre commentaire et celui de Brudney, je peux déjà indiquer les différences notables qui les séparent : elles se situeront dans la façon d’appréhender l’analyse que Marx donne du processus d’affirmation de l’individualité propre (voir section 10.1) ainsi que celle de l’être commun (voir sections 10.3 et 10.4). Ce dernier point s’explique en partie par l’attention que je porte à la façon dont Marx va critiquer le concept de liberté personnelle chez Hegel (voir chapitre 12). Enfin, je me distingue aussi de Brudney dans la méthode adoptée, car lui pense, de son côté, que la façon dont Marx a divisé son texte peut nous induire en erreur (voir Brudney 1998, p. 170-171).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search