Version classiqueVersion mobile

La "reconnaissance" comme principe de la Théorie critique

 | 
Hans-Christoph Schmidt am Busch

2. Critique du capitalisme et théorie de la reconnaissance chez Marx

Chapitre 8

Le renouveau de la théorie marxienne

Texte intégral

  • 1 Par exemple Elbe 2008, Gerhardt 2001, Heinrich 2006, Iorio 2003 et Reichelt 2008. Voir aussi sur c (...)
  • 2 Constat qui vaut du moins pour l’enseignement de la philosophie dans les universités allemandes.

1Vingt ans après la disparition du socialisme réel, « la théorie de Marx connaît une renaissance » (Rohbeck 2006, p. 7). Alors qu’après 1989 et pendant plusieurs années on ne « donnait plus cher » de Marx, sa pensée rencontre aujourd’hui un vif regain d’intérêt, et ce, aussi bien au sein de la communauté scientifique (sociologues, économistes, politologues, philosophes) qu’au niveau du grand public. Parmi les indicateurs de cette activité scientifique qui renaît aujourd’hui autour de lui : de nombreuses rééditions de ses écrits dans des collections aisément accessibles (notamment Brunkhorst 2007, Marx 1985, Quante 2009) et Rohbeck et Breitenstein 2008), toute une série d’introductions nouvelles à sa théorie, de commentaires de l’œuvre (notamment Berger 2003, Bluhm 2009, Iber 2005, Lohmann 2001, Rohbeck 2006 et Sieferle 2008), un grand nombre de publications très récentes, en premier lieu à destination du public scientifique1 ainsi qu’un renouveau de la confrontation à Marx dans le domaine de l’enseignement universitaire, d’où il semblait « banni » depuis plusieurs décennies2.

  • 3 L’archevêque de Münich et Freising, R. Marx, a fait paraître en 2008 un ouvrage intitulé Le Capita (...)
  • 4 Voir notamment l’entretien avec A. Kluge par S. Grissemann (Grissemann 2008) ainsi que l’article d (...)
  • 5 « Marx avait raison ! Rendez-nous le socialisme ! », dans l’émission télévisée allemande « Mensche (...)

2Par ailleurs, le déclenchement de la crise financière mondiale a pu disposer l’opinion à reconsidérer Marx différemment, suscitant à la fois un regain d’attention et une appréciation plus positive. Quelques exemples de cette tendance : on a ainsi vu un représentant influent de l’Église catholique participer à un débat médiatique sur Marx3 et y témoigner pour sa part de « respect à son expertise » (Drobinski, Jacob et Oswald 2008, p. 26), le Süddeutsche Zeitung ayant consacré une pleine page à la théorie marxienne, affirmant en substance : « Karl Marx conserve toute son actualité : il a décrit la société d’aujourd’hui – crise financière comprise » (Drobinski, Jacob et Oswald 2008, p. 26) ; le Handelsblatt a publié un compte-rendu circonstancié des travaux de l’économiste Daron Acemoglu, dont « l’analyse historique » se veut « une conciliation entre la théorie marxienne et la théorie néo-classique basée sur le droit de propriété » (Häring 2008) ; le Frankfurter Allgemeine Zeitung a consacré un éditorial à discuter la crise financière actuelle à partir de la théorie marxienne (Schirrmacher 2008) ; le film qu’Alexander Kluge a consacré au Capital a rencontré un grand écho médiatique4 ; un talk-show télévisé s’est demandé si Marx n’aurait pas finalement eu raison5. Tout cela nous autorise donc à rejoindre le constat formulé par Allen W. Wood : Marx est considéré comme un « penseur vivant » (Brudney 1998, 4e de couverture).

3Le débat scientifique autour de Marx a lieu à plusieurs niveaux : il se partage entre enjeux systématiques et enjeux relatifs à l’histoire de cette pensée (voir sur ce point Quante 2006 et 2008a). Du point de vue systématique, on distinguera comme suit deux axes de questionnement majeurs.

4En premier lieu, au regard des évolutions actuelles sur le plan économique et social, de nombreux auteurs en viennent à se demander si la théorie marxienne n’aurait pas finalement une réelle pertinence. Ainsi se demandera-t-on : le monde du capitalisme « global » n’est-il pas (exactement) celui qu’analyse, celui que prédit Marx dans sa critique de l’économie politique ? De ce point de vue, il nous faudra donc envisager dans quelle mesure la théorie de Marx pourrait assumer une fonction explicative quant aux évolutions économiques et sociales que j’ai brièvement évoquées dans le chapitre 1.

  • 6 Ce que C. Henning a fait, tout dernièrement, avec beaucoup d’énergie.

5Dans le domaine économique et social, les théoriciens sont de plus en plus nombreux à partager ce point de vue.6 Oskar Negt est l’un des défenseurs les plus résolus (et les plus éminents) d’une telle approche – on sait qu’il a commencé sa carrière comme assistant de Jürgen Habermas et il définit aujourd’hui encore son approche de la « philosophie » en référence à celle de Max Horkheimer (Negt 2003, p. 80). En 2002, son essai Travail et dignité humaine s’ouvre sur ce jugement :

Nous sommes les témoins privilégiés, car contemporains, d’une pièce qui tient l’affiche de la scène mondiale, une pièce intitulée « Ironie de l’Histoire » : au moment même où le capitalisme entreprend de couvrir, avec force chants de triomphes entonnés à n’en plus finir, tout ce qui pourrait chercher à répandre ne serait-ce qu’un relent symbolique de marxisme et de socialisme, pour la première fois aussi le capital, dans tous les aléas de son développement, se met à se comporter d’une manière exactement conforme à ce que Marx avait décrit dans [son propre] Capital. […] Marx avait avant tout l’ambition d’être un scientifique, et en tant que tel il pourrait […] se prévaloir fièrement du destin dévolu à ce qui fut l’œuvre de sa vie : Le Capital. Critique de l’économie politique, ouvrage sur lequel il s’est littéralement tué à la tâche, qui a non seulement accompagné l’histoire du capitalisme depuis cent ans maintenant, mais reçoit aujourd’hui une confirmation que rien ne pouvait laisser présager quant à son contenu théorique. (p. 30 et p. 32)

  • 7 Contentons-nous de mentionner ici ces deux questions : retrouve-t-on ces mêmes éléments théoriques (...)
  • 8 M. Quante, en revanche, souligne les aspects métaphysiques de la pensée du jeune Marx (Quante 2009 (...)

6En second lieu on constate un intérêt pour les aspects normatifs et anthropologiques de la pensée marxienne, le plus souvent en rapport avec ses écrits de jeunesse7. S’y inscrivent par exemple la façon dont Martha Nussbaum intègre dans son champ de réflexion la théorie marxienne de l’homme comme être de besoin (notamment Nussbaum 2006, p. 278) et la discussion qu’Andreas Wildt engage autour de la théorie marxienne de la corporéité (voir Wildt 1987 et 2002 ainsi que Wood 2004). Et, à en croire Daniel Brudney, un auteur formé à l’école de Rawls et qui s’est depuis illustré par quelques études remarquées sur Marx, nous serions bien fondés à appliquer les réflexions formulées par le jeune Marx à la philosophie sociale. Brudney écrit8 :

Plus largement, je pense que la valeur intemporelle de la pensée de Marx, au moins dans L’Idéologie allemande, représente comme une source – ou une proto-image – d’un humanisme non-métaphysique. […] Marx, l’humaniste, est resté dans l’ombre. Je pense qu’il est temps de le mettre sous les projecteurs. (Brudney 1998, p. 13)

7Plus précisément, Brudney est convaincu que Marx, dans ses écrits de 1844, a dégagé le concept d’une « activité de reconnaissance sociale » (Brudney 2009, p. 145) qui permettra de poser et de traiter efficacement la question des fondements sociétaux de l’estime de soi. À ce titre, la théorie marxienne de la reconnaissance satisfait un « desideratum » (p. 145) de la philosophie politique actuelle, et pourrait alors s’ériger en un modèle social qui méritera toute notre attention.

  • 9 Dans la préface à la première édition du Capital, K. Marx précise qu’il « appréhende le développem (...)

8Du point de vue de la Théorie critique, ces données de la recherche ont une pertinence dans les deux registres évoqués. Si, comme le conjecture Oskar Negt, le grand ouvrage de Marx, soit le Capital, pouvait « voir son contenu théorique et scientifique confirmé », voilà qui aurait de grandes conséquences quant aux options qui s’ouvriraient alors pour la Théorie critique, tant sur le versant de la théorie que sur celui de la critique sociale. En effet le Capital se veut une théorie non normative, descriptive, à l’instar des sciences de la nature9, visant à établir que les sociétés capitalistes sont (tendanciellement) des formations sociales vouées à provoquer d’elles-mêmes leur propre disparition. Si cette démonstration devait se révéler exacte, on voit que les sociétés ne devraient pas être analysées comme un « système de reconnaissance institutionnalisé » (Honneth 2003, p. 162) mais, à la place, la théorie sociale devrait plutôt (et en premier lieu) s’attaquer à la question de la détermination de la valeur économique et des lois qui la régissent : lorsqu’elles se soustraient à la conscience de l’homme, ce sont elles qui peuvent expliquer le développement comme le déclin des sociétés capitalistes (voir notamment Marx 1993, p. 85-99). Et, dans l’éventualité où la « théorie des catastrophes » esquissée dans le Capital s’avérait elle aussi fondée, c’est toute l’approche par laquelle la théorie sociale envisage la critique de la société (voir chapitre 3) qu’il faudrait abandonner. En effet, dans le cadre de la critique que Marx fait de l’économie politique, seule fait sens une critique non normative des sociétés capitalistes fondée sur la théorie de la valeur.

  • 10 C’est-à-dire les notes de lecture sur les Élémens d’économie politique de J. Mill (Marx 1985) et l (...)

9C’est pourtant en se tournant vers les aspects anthropologiques et normatifs de la théorie marxienne que la philosophie sociale actuelle a fondé l’espoir que la Théorie critique puisse se rattacher aux propos de jeunesse de Marx du point de vue même du système qu’elle cherche à constituer. Et de fait, comme le note Brudney, Marx développe dans ses différents écrits de 184410 une théorie de la reconnaissance sociale par laquelle il entend critiquer les sociétés capitalistes, mais où il décrit également les relations qu’entretiennent les membres de ces sociétés comme des rapports de « reconnaissance mutuelle » (Marx 1985, p. 460). L’analyse et la critique du capitalisme par le jeune Marx et celles de la Théorie critique aujourd’hui semblent opérer à partir du même vocabulaire. On peut donc bien envisager que les premières puissent fournir des arguments pertinents sur les points suivants : peut-on analyser les marchés dans le cadre d’une théorie de la reconnaissance ? Comment, dans ce même cadre, formuler une critique rigoureuse des sociétés capitalistes ? (En revanche, on ne doit pas s’attendre à trouver chez Marx des propos qui permettraient de légitimer de prime abord l’existence de marchés, capitalistes ou non). En d’autres termes, il est bien permis de penser que les Manuscrits économico-philosophiques de 1844 puissent venir enrichir positivement la Théorie critique actuelle dans son ambition tant théorique que critique à l’égard de la société.

Notes

1 Par exemple Elbe 2008, Gerhardt 2001, Heinrich 2006, Iorio 2003 et Reichelt 2008. Voir aussi sur ce point les articles « Marx in der Diskussion » parus sous la rubrique « Schwerpunkt » de la Deutsche Zeitschrift für Philosophie  (2002, vol. 3, p. 393-444 et 2010, vol. 2, p. 193-287, édité par Axel Honneth), les revues bibliographiques établies par G. Hubmann (2002) ou M. Quante (2002a, 2006) ainsi que le numéro spécial « Karl Marx and the Philosophy of Recognition » de l’Ethical Theory and Moral Practice (2013, vol. 16, n° 4).

2 Constat qui vaut du moins pour l’enseignement de la philosophie dans les universités allemandes.

3 L’archevêque de Münich et Freising, R. Marx, a fait paraître en 2008 un ouvrage intitulé Le Capital. Un plaidoyer pour l’homme. Cette publication a suscité de vives réactions médiatiques jusque dans le monde anglo-saxon (voir Gumbel 2009).

4 Voir notamment l’entretien avec A. Kluge par S. Grissemann (Grissemann 2008) ainsi que l’article de D. Hakelberg (Hakelberg 2008).

5 « Marx avait raison ! Rendez-nous le socialisme ! », dans l’émission télévisée allemande « Menschen bei Maischberger » diffusée le 11 novembre 2008 (22h45-23h45) sur la chaîne télévisée allemande ARD.

6 Ce que C. Henning a fait, tout dernièrement, avec beaucoup d’énergie.

7 Contentons-nous de mentionner ici ces deux questions : retrouve-t-on ces mêmes éléments théoriques dans les écrits « de la maturité » ? Et, en ce cas, quelle est la fonction qui leur revient dans ce nouveau contexte ?

8 M. Quante, en revanche, souligne les aspects métaphysiques de la pensée du jeune Marx (Quante 2009, p. 268-275).

9 Dans la préface à la première édition du Capital, K. Marx précise qu’il « appréhende le développement [Enwicklung] de la formation économico-sociale comme un processus historique naturel » et il précise : « Même lorsqu’une société est sur le point de parvenir à la connaissance de la loi naturelle qui préside à son évolution [Bewegung] — et la fin ultime visée par cet ouvrage est bien de dévoiler la loi d’évolution économique de la société moderne, elle ne peut cependant ni sauter, ni rayer par décret les phases naturelles de son développement [Bewegung] » (Marx 1993, p. 6).

10 C’est-à-dire les notes de lecture sur les Élémens d’économie politique de J. Mill (Marx 1985) et les Manuscrits économico-philosophiques de 1844 (Marx 2007).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search