Version classiqueVersion mobile

La "reconnaissance" comme principe de la Théorie critique

 | 
Hans-Christoph Schmidt am Busch

1. Problèmes et perspectives dans l'École de Francfort

Chapitre 6

L’estime sociale

Texte intégral

1Pour savoir si les objectifs de la Théorie critique actuelle en matière de théorie et de critique de la société peuvent être atteints dans le cadre d’une théorie de la reconnaissance sociale, il convient de discuter la conception honnethienne de l’estime sociale. C’est ce que je ferai dans ce qui va suivre. Dans ce contexte, je me concentrerai sur trois points que je traiterai dans une section chacun (6.2 et 6.3). Quant à mon argumentation concernant la critique adressée par Fraser et d’autres auteurs à la théorie de la reconnaissance, je la traiterai séparément (chapitre suivant, section 7.1).

6.1. Les deux types d’estime

2À quoi se rapporte l’estime sociale ? En quoi cette forme de reconnaissance est-elle pertinente du point de vue de la philosophie morale ? Et quelle forme institutionnelle l’estime sociale prend-elle dans les sociétés capitalistes ?

  • 1 Dans Honneth 2003, il y répond de manière différente (voir section suivante, 6.2).
  • 2 Je laisserai par la suite de côté l’aspect, selon Honneth « constitutif », de la valeur des aptitu (...)

3Honneth répond (généralement)1 à ces questions de la manière suivante : l’estime sociale se rapporte aux « aptitudes et talents » dont l’application « possède une valeur pour la société » (Honneth 2003, p. 168). Par conséquent, un homme qui est estimé socialement « est reconnu en tant que personne dont les aptitudes ont une valeur constitutive pour une communauté concrète » (Honneth 2000, p. 187)2. La pertinence de l’estime sociale du point de vue de la philosophie morale réside pour Honneth dans le fait que cette forme de reconnaissance constitue une condition nécessaire de la conviction que se forge l’homme « de posséder des aptitudes bonnes et de valeur » et que cette conviction soit un élément nécessaire à « l’estime de soi » (Honneth 2000, p. 209) ou plutôt à une conscience stable et positive de « sa propre valeur » (p. 183). Les hommes qui ne reçoivent aucune forme d’estime ne peuvent donc pas s’estimer eux-mêmes. En ce qui concerne la forme institutionnelle prise par l’estime sociale dans les sociétés capitalistes, Honneth fait le constat suivant :

Un bref aperçu des études traitant des conséquences psychologiques du chômage montre sans ambiguïté que l’expérience du travail doit occuper une place centrale dans la conception [de l’estime sociale] qui se dessine ainsi ; en effet, aujourd’hui encore la chance d’exercer un travail économiquement rémunéré, et par là socialement régulé, s’associe à l’acquisition de cette forme de la reconnaissance que j’ai appelée l’estime sociale. (Honneth 2006, p. 198)

4Ainsi, Honneth soutient la thèse selon laquelle le fait de posséder ou d’exercer une activité professionnelle constitue, dans les sociétés capitalistes, une condition suffisante pour l’obtention de l’estime sociale. Comme le suggère son indication concernant « les conséquences psychiques du chômage », il semble de plus penser que la participation au système du travail constitue, pour les membres de ces sociétés, une condition nécessaire de l’obtention de l’estime sociale. Il ressort de la manière dont a été déterminé plus haut le point de vue de l’estime sociale que les personnes actives sont estimées socialement pour autant qu’elles possèdent des aptitudes spécifiques et que les personnes inactives ne peuvent pas être estimées socialement. Aussi les premières peuvent-elles, contrairement à ces dernières, se forger la conviction « de posséder des aptitudes bonnes et précieuses » et ainsi développer un « sentiment (positif) de leur propre valeur » ou une « estime de soi ».

5Il est possible d’illustrer cette relation sous la forme d’un tableau :

L'estime sociale

Rapport à soi Rapport de reconnaissance Forme institutionnelle
Estime en tant que détenteur d’aptitudes spécifiques Estime sociale en tant que détenteur d’aptitudes précieuses Exercice d’une activité professionnelle

6Selon moi, il est important, dans ce contexte, de distinguer deux plans de l’estime :
(1) l’estime en tant que détenteur d’aptitudes spécifiques et
(2) l’estime en tant que producteur de prestations utiles à la société.

  • 3 Le fait que A. Honneth ne conçoive pas n’importe quelle activité comme actualisation d’aptitudes r (...)

7Cette distinction est importante, car il existe, dans les sociétés capitalistes, des formes d’activités professionnelles considérées comme utiles pour la société mais qui ne comprennent pas l’actualisation d’un talent ou d’une aptitude considérée comme non banale3. On peut citer en exemple les métiers auxiliaires ou les activités exercées dans des entreprises organisées selon un principe taylorien (Taylor 1912). Selon moi, il n’est pas évident que l’exercice de telles fonctions puisse contribuer à forger chez l’employé la conviction de « posséder des aptitudes bonnes et précieuses ». En revanche, il me paraît correct d’affirmer que les personnes puissent se comprendre et s’estimer elles-mêmes comme des sujets utiles pour la société en raison de l’exécution de telles tâches.

8Cependant, il faut ajouter que le monde moderne du travail revêt également une grande importance en ce qui concerne l’estime en tant que détenteur d’aptitudes spécifiques. On peut certes penser que des personnes sont susceptibles de faire l’expérience de l’estime sociale à partir d’aptitudes qui ne trouvent pas d’application dans le monde du travail et il est même possible qu’elles aient acquis ces aptitudes en dehors même du monde du travail ; dans les faits pourtant, l’acquisition de nombreuses qualifications motivant l’estime sociale dans nos sociétés requiert une formation dans un domaine professionnel. Ne serait-ce qu’en raison des exigences temporelles liées à leur métier (voir chapitre 1), il serait compliqué pour beaucoup de ces personnes de développer l’équivalent d’une aptitude non banale en dehors du monde du travail et dont la possession leur permettrait de gagner l’estime sociale.

6.2. L’estime méritocratique

9Dans sa controverse avec Nancy Fraser, Honneth définit le point de vue et la forme institutionnelle de l’estime sociale autrement que dans les écrits auxquels j’ai fait référence dans la reconstruction proposée dans la section précédente (6.1). Dans son article « Umverteilung von Anerkennung. Eine Erwiderung auf Nancy Fraser » [Redistribution de la reconnaissance. Réplique à Nancy Fraser], il affirme que l’estime sociale se rapporte aux prestations de travail « comportant une utilité précise et quantifiable pour la société » et il défend la thèse selon laquelle c’est « la prestation fournie par l’individu » qui, dans les sociétés capitalistes, détermine « la quantité de ressources dont chaque membre de la société dispose légitimement en tant qu’individu » (Honneth 2003, p. 166 et suivantes). Cela signifie que les membres des sociétés modernes se vouent, selon qu’ils fournissent des prestations plus ou moins utiles pour la société, une estime plus ou moins grande. L’estime sociale se réfère donc dans ce cas à la seconde forme d’estime que j’ai distinguée dans la section précédente (6.1). Certes, d’après l’article mentionné (Honneth 2003, cité ici « Redistribution »), le monde du travail demeure bien le lieu de distribution de l’estime sociale, mais les variations d’estime sociale auxquelles peut prétendre l’individu sont désormais liées de manière décisive à l’utilité sociale de son activité professionnelle. À partir de cette conception graduelle de l’estime sociale, Honneth affirme que le revenu correspondant à l’utilité sociale de l’activité qu’il rétribue est l’institution à travers laquelle se manifeste « de manière légitime » l’estime accordée à l’individu par la société. Et il précise : avec la mise en place de cette forme d’estime sociale, les sociétés capitalistes ont « en quelque sorte méritocratisé » (p. 166) la conception prémoderne et féodale de l’honneur.

10Cette conception de l’estime sociale (que l’on peut appeler « méritocratique ») possède donc les composantes suivantes :

L’estime méritocratique

Rapport à soi Rapport de reconnaissance Forme institutionnelle
Estime en tant que détenteur d’aptitudes spécifiques Estime sociale en tant que producteur de prestations plus ou moins utiles pour la société (Niveau de) rétribution

11Selon moi, cette conception de l’estime sociale est problématique en soi et elle est en opposition avec le principe de reconnaissance fondé sur le respect juridique (au sens de Honneth) ainsi qu’avec la défense des institutions et mesures de l’État social. Ce sont ces deux thèses que je vais défendre au sein des deux sous-sections suivantes.

6.2.1. Le lien entre rapport à soi et rapport de reconnaissance

12La conception de l’estime sociale présentée dans « Redistribution » est problématique du point de vue de la relation entre rapport de reconnaissance et rapport à soi. Nous avons vu plus haut que l’intérêt de la conception honnethienne de l’estime sociale d’un point de vue de philosophie morale repose sur la thèse selon laquelle l’existence d’une certaine forme de reconnaissance (à savoir de l’estime sociale en tant que détenteur d’aptitudes spécifiques) est une condition nécessaire à la constitution d’un rapport à soi particulier (à savoir l’estime de soi en tant que détenteur de compétences spécifiques). Mais cette thèse est-elle soutenable dans le cas présent ? À cet égard, il me faut faire trois remarques.

(1) Comme nous l’avons vu, il est possible de réaliser des prestations utiles pour la société sans pour autant devoir actualiser quoique ce soit qui relève, de l’avis général, d’une aptitude, d’une compétence ou d’un talent. Des formules telles que « travail non qualifié » ou « travail auxiliaire » expriment cet état de fait. Même lorsque ces activités ont une très grande utilité sociale (ce qui peut être le cas lors de catastrophes naturelles ou en situation de guerre par exemple), et donc justifient une estime relativement importante de la part de la société, il n’est selon moi pas évident qu’elles soient en mesure de donner conscience au travailleur qu’il détient des aptitudes précieuses. (On peut bien sûr penser que l’aptitude à exercer de telles activités justifie à elle seule cette estime sociale, notamment dans les situations évoquées plus haut, mais cette forme de reconnaissance se réfère alors de nouveau au fait d’être utile aux autres, c’est-à-dire à la société, et non pas à la nature même de l’activité exercée.)

(2) La relation dont il est question entre rapport de reconnaissance et rapport à soi est problématique d’un point de vue quantitatif. (Il s’agit là d’une conséquence du point précédent). Même dans le cas d’activités qui, de l’avis général, impliquent l’actualisation d’aptitudes exceptionnelles, l’augmentation (ou la diminution) de leur utilité sociale peut être relative à des facteurs ne concernant pas ces aptitudes, comme une modification de l’intensité du travail, l’utilisation de nouveaux outils et machines ou encore une modification des besoins des consommateurs. À l’inverse, toutes les mesures de formation continue ne débouchent pas nécessairement sur une hausse de l’utilité sociale des activités en question : de ce point de vue, les innovations technologiques ou les modifications de la demande au niveau de l’ensemble de la société peuvent même rendre les connaissances superflues. Aussi, étant donné qu’une modification des compétences professionnelles de chacun ne constitue ni une condition nécessaire ni une condition suffisante pour une modification de l’utilité sociale de l’activité professionnelle de chacun, une augmentation du niveau d’estime sociale ne permet pas de conclure à un accroissement du niveau de compétences.

  • 4 Voir dans ce contexte également mes précédentes réflexions (Schmidt am Busch 2004) et leur discuss (...)

(3) Supposons que nous vivions dans un monde où chaque augmentation de l’utilité sociale d’une unité de travail soit à rapporter à une amélioration quantitative des compétences professionnelles de l’employé et où chacun serait rétribué selon l’utilité sociale de son activité professionnelle. Est-ce que les personnes vivant dans ce monde ne développeraient pas nécessairement la conviction de posséder des compétences plus ou moins précieuses en raison de leur niveau de revenu ? Autrement dit : l’aspect méritocratique de la forme d’estime sociale en question n’influencerait-il pas également leur rapport à soi individuel ? Et est-il possible de croire que dans un tel monde les bénéficiaires de revenus très bas pourraient, en raison de leur activité professionnelle, développer la conviction de posséder des « aptitudes bonnes ou précieuses » ? Ou ne devrait-on pas plutôt supposer qu’ils se considéreraient comme les détenteurs d’aptitudes presque sans valeur, tendant ainsi à développer un « amour-propre » négatif4 ?

13Au vu de ces réflexions, la conception de l’estime sociale développée dans « Redistribution » à partir de la relation entre rapport de reconnaissance et rapport à soi doit être considérée comme problématique. La raison pour laquelle l’estime sociale rapportée à l’utilité sociale de l’activité professionnelle propre joue un rôle important dans la prise de conscience de compétences exceptionnelles n’apparaît pas clairement, ni même la pertinence que peut avoir dans ce contexte un accroissement de l’estime sociale.

14Pour remédier à ce problème, on pourrait par exemple « adapter » le point de vue du rapport à soi à celui du rapport de reconnaissance. Dans ce cas, on pourrait alors affirmer que les acteurs participant à la praxis d’estime sociale décrite dans « Redistribution » se comprennent et s’estiment comme des individus plus ou moins utiles socialement en fonction du niveau d’estime sociale qui leur est attribué. De cette hypothèse découlerait la présentation suivante :

Estime et utilité

Rapport à soi Rapport de reconnaissance Forme institutionnelle
Estime en tant qu’individu plus ou moins utile pour la société Estime sociale en tant que producteur de prestations plus ou moins utiles pour la société (Niveau de) rétribution

15Comme nous le verrons dans la section suivante (6.3), il n’est toutefois pas évident que la conception de la reconnaissance schématisée par le tableau constitue un élément attractif pour la Théorie critique dans sa forme actuelle.

6.2.2. Le lien entre estime méritocratique et respect juridique

16La conception de l’estime sociale défendue dans « Redistribution » s’oppose au principe de reconnaissance reposant sur le respect juridique (au sens honnethien) et à une défense de mesures et institutions garanties par l’État social. Avant de pouvoir analyser ce rapport d’opposition, il est indispensable de faire quelques remarques préalables.

17Bien sûr, il est possible de comprendre l’estime sociale de manière graduelle et de relier le degré de cette forme de reconnaissance auquel l’individu peut prétendre à l’utilité sociale de son activité professionnelle et, dans ce cas, il va de soi que le revenu correspondant à ce degré d’utilité peut être compris comme l’institution exprimant l’estime adressée à l’individu par la société. Toutefois, on peut alors se demander de quelle manière l’utilité sociale des différentes activités professionnelles et le niveau des revenus correspondants doivent être déterminés. D’après la thèse développée dans « Redistribution » selon laquelle l’estime méritocratique constitue une caractéristique des sociétés capitalistes, on peut faire en principe la distinction entre les deux options suivantes pour répondre à cette question.

(1) Le théoricien critique qui tient à conserver le concept d’estime méritocratique peut défendre la position selon laquelle les marchés sont, en principe, aptes à déterminer l’utilité relative d’une activité professionnelle. Dans ce cas, il devrait (i) spécifier dans quelles conditions les marchés remplissent cette fonction et (ii) justifier sa position.

  • 5 Les saint-simoniens étaient partisans déclarés de cette position. Dans une optique de critique soc (...)

(2) Le théoricien critique qui tient à conserver le concept d’estime méritocratique peut défendre la position selon laquelle les marchés ne sont pas aptes à déterminer l’utilité relative des activités professionnelles5. Dans ce cas, il lui faudrait (iii) expliciter la façon dont l’utilité sociale des différentes activités ainsi que le niveau de leur rétribution doivent être déterminés et (iv) justifier sa position.

18Laquelle de ces deux positions défend Axel Honneth ? D’après moi, il y a trois bonnes raisons de penser qu’il est partisan de l’option (1).

(a) Honneth ne développe ni dans l’article « Umverteilung » ni dans aucun autre de ses écrits une autre conception que celle de la détermination de l’utilité sociale des activités professionnelles et du niveau de rétribution leur correspondant par les marchés. Plus encore, il n’est mentionné à aucun moment de son œuvre qu’une telle conception doive être développée dans le cadre d’une Théorie critique de la société.

(b) D’un point de vue socio-politique, l’objectif de la Théorie critique actuelle ne réside pas dans une critique du capitalisme en tant que tel, mais de sa variante néo-libérale (voir chapitre 3). Comme nous l’avons vu, Honneth défend principalement l’idée que ce sont les sociétés néo-libérales et non pas les sociétés fondées sur les principes de la social-démocratie qui posent problème du point de vue de la théorie de la reconnaissance (position défendue dans Honneth 2006, p. 275-304). Étant donné que les marchés régulés constituent des éléments de ces dernières, il serait surprenant que Honneth considère ces mêmes marchés comme incapables de déterminer l’utilité sociale des activités professionnelles.

(c) Dans « Redistribution », Honneth souligne, contre les positions marxiennes, que ce sont justement les « principes moraux de l’égalité ou de la contribution sociale », c’est-à-dire les pratiques de reconnaissance liées au respect juridique et à « l’estime sociale » (voir chapitre 3), qui ont « fourni à la nouvelle société de marché un cadre de légitimation efficace » (Honneth 2003, p. 178). Si cette affirmation est exacte, alors le « respect juridique » et « l’estime sociale » ne peuvent pas constituer la base d’une critique des sociétés de marché en tant que telles.

19Aussi est-il justifié de tenir Honneth pour un défenseur de l’option 1. La question, évoquée en (i), se pose donc de savoir dans quelles conditions les marchés sont capables de déterminer l’utilité sociale des différentes activités professionnelles. La réponse que donne Honneth à cette question peut être résumée de la sorte : pour remplir convenablement cette fonction, les marchés doivent être « encadrés par l’État social » (Honneth 2003, p. 176) et dénués de toute « déformation » idéologique (p. 183).

20Les mesures et institutions garanties par l’État social sont expliquées dans « Redistribution » à partir du principe de reconnaissance lié au respect juridique :

[...] mais c’est justement ce principe d’égalité de traitement juridique qui, dans une multitude de combats et de conflits sociaux principalement liés à la classe ouvrière, a pu être mobilisé au point de déboucher sur […] la mise en place de droits sociaux ; de cette manière, la sphère de reconnaissance liée au principe de performance est en quelque sorte encadrée par l’État social.

21Honneth précise :

L’argument normatif permettant d’arracher la réalisation de mécanismes de protection sociale pour ainsi dire de manière « rationnelle » revient au fond à adopter le point de vue presque incontestable selon lequel les membres de la société ne peuvent utiliser dans les faits l’autonomie qui leur est garantie par le droit que lorsqu’ils disposent de l’assurance d’un minimum de ressources économiques indépendamment de leur activité (p. 176).

22Par conséquent, les membres d’une société se respectant mutuellement comme des sujets autonomes se reconnaissent mutuellement des droits sociaux, c’est-à-dire des droits à l’acquisition de biens sociaux, indépendants de leur activité.

23Il existe selon « Redistribution » des déformations idéologiques lorsque des activités « nécessaires à la reproduction sociale » (p. 166) ne sont pas reconnues comme des activités sociales ou lorsque des activités sociales ne sont pas évaluées « sur la seule base de la nature véritable du travail fourni » (p. 182). Comme je détaille dans la section suivante (6.3) la théorie et la critique honnethiennes de l’idéologie, je ne tiens pas à m’appesantir sur ces deux points maintenant. Je me contente ici de remarquer que les réflexions de Honneth concernant les théories de l’idéologie ne proposent aucun critère ni procédé alternatif au marché pour la détermination de l’utilité sociale des biens et contributions sociales.

24Même s’il ne traite pas explicitement de la question posée en (ii), il est clair que Honneth fonde les arguments présentés en (i) sur une base morale. Les marchés doivent être « encadrés par l’État social » car, sinon, les membres de la société en question ne se respecteraient pas complètement sur le plan juridique et, s’ils n’étaient pas en mesure de se reconnaître réciproquement de cette manière, ils ne pourraient pas développer la conscience d’être des sujets pleinement autonomes. Par analogie, on peut dire que les marchés doivent également être dénués de déformations idéologiques car, sinon, les membres de la société en question ne pourraient pas s’estimer conformément à l’utilité sociale de leur activité professionnelle et, s’ils ne s’estimaient pas réciproquement de cette manière, ils ne pourraient pas développer de manière adéquate la conscience de détenir des compétences précieuses.

  • 6 Ces déterminations peuvent être absolues ou relatives.

25À partir de ces réflexions, on peut montrer pourquoi le rapport entre l’estime méritocratique et le respect juridique (au sens de Honneth) d’une part et la défense des mesures et institutions de l’État social d’autre part s’avère problématique. Selon cette conception de la reconnaissance, les membres d’une société reçoivent une estime sociale correspondant à l’utilité sociale de leur activité professionnelle : plus l’utilité de mon travail est grande, plus j’ai droit à une estime importante de la part de la société. Or les marchés sont des institutions qui établissent l’utilité sociale des biens et des contributions sociales, mais ne l’expriment pas. En effet, les prix du marché représentent des agrégats issus de la coordination d’un très grand nombre de décisions prises (en principe) indépendamment les unes des autres. De ce fait, les prix du marché n’expriment pas une estimation de l’utilité sociale qui soit indépendante d’eux. Il en ressort que, dans une société de marchés, les acteurs individuels ont une raison, conditionnée par leur besoin de reconnaissance, d’aspirer au revenu le plus élevé possible. En effet, le degré d’estime sociale dont ils bénéficient est fixé à partir du niveau de leur revenu établi par les marchés. (S’il existait au contraire une valeur de l’utilité sociale indépendante des marchés d’après laquelle il serait possible de déterminer le juste niveau des revenus6, alors les acteurs individuels pourraient ne pas aspirer à un revenu qui soit le plus élevé possible, à tout le moins pour des raisons liées à la reconnaissance ou à l’estime).

26On peut également développer cette réflexion autrement en partant d’une constatation de l’économiste anglais William Stanley Jevons. Jevons écrit : « Le prix d’un bien est le seul témoin que nous avons de l’utilité d’un bien pour le consommateur » (cité dans Reiß 1998, p. 204). Si les prix sont effectivement les seuls témoins sociaux de l’utilité sociale des biens et des prestations de travail et si les hommes aspirent à être estimés socialement en tant que producteurs de contributions sociales les plus utiles possible, alors ils aspireront au revenu le plus élevé possible. Or, dans le cas présent, ces deux conditions sont remplies. En effet, les prix du marché n’expriment rien qui soit indépendant de leur propre détermination pour les membres de la société (ou de l’administration publique) et, en raison de leur participation à une praxis sociale d’estime méritocratique, les hommes désirent fournir le travail le plus utile possible à la société. Par conséquent, ces hommes désirent obtenir le revenu le plus élevé possible.

  • 7 Voir Honneth 2003, où A. Honneth évoque la « concurrence pour l’obtention d’un statut social » (p. (...)

27Ce qui est décisif concernant la répartition de l’estime sociale, c’est l’utilité sociale relative des prestations de travail particulières : plus l’utilité sociale du travail effectué par A comparativement à celui exercé par B est grande, plus A se verra attribuer d’estime sociale par rapport à B. (Cette idée est suggérée par les réflexions de Honneth7, et celles-ci me semblent être pertinentes et exactes sur le plan de la théorie sociale, comme nous le verrons dans le chapitre suivant, section 7.1) À supposer comme je l’ai fait plus haut que ce sont les marchés qui établissent l’utilité sociale des biens et des prestations de travail, il ressort de l’argument énoncé dans ce paragraphe que le niveau d’estime sociale accordé à A et B dépend de la différence qui existe entre leurs revenus respectifs.

  • 8 Cela résulte de l’hypothèse selon laquelle il n’existe aucune échelle de mesure de l’utilité socia (...)

28Dans ce contexte, on peut faire le constat suivant : dans une société où l’estime que s’accordent les hommes entre eux est fonction de l’utilité de leurs prestations de travail et dans laquelle cette utilité est établie selon les lois des marchés, un acteur occupe, sur le plan de la théorie de la reconnaissance, une meilleure position sociale si son salaire augmente ou si celui des autres diminue. Par conséquent, ce même acteur a une raison, fondée sur le besoin de reconnaissance, d’aspirer à une amélioration de son revenu et de contribuer à une diminution de celui des autres. Plus encore : comme aucun écart entre les salaires ne peut être défini comme maximum8, ce même acteur a raison d’aspirer à une amélioration toujours plus importante de son salaire et de contribuer à une diminution toujours plus grande de celui des autres en vertu des pratiques sociétales de l’estime sociale.

  • 9 Voir dans ce contexte par exemple les éléments de « l’esprit du capitalisme » analysés par M. Webe (...)
  • 10 Cette forme de consommation a été analysée très précisément par T. Veblen (voir Veblen 2006 et 200 (...)

29Imaginons que les membres de la société décrite plus haut ne soient mus par aucune autre raison pratique. D’après cette hypothèse, ils développeront, à cause de cette estime sociale, un désir d’enrichissement égoïste impossible à satisfaire et pour ces mêmes raisons, ils éprouveront le besoin de montrer aux autres l’utilité des contributions qu’ils auront fournies à la société. Dans un tel contexte social, on expliquera par la pratique établie de l’estime sociale aussi bien la recherche du succès professionnel et des qualités personnelles dont il découle9 que les phénomènes de consommation ostentatoire10.

30Dans les sociétés où les hommes s’estiment selon l’utilité de leurs activités professionnelles et où cette utilité est déterminée sur la base de l’économie de marché, il existe une opposition entre les formes de reconnaissance de l’estime sociale et celles du respect juridique (au sens honnethien). D’un côté, chaque acteur a une raison, en vertu de la forme établie de l’estime sociale, de contribuer à une diminution toujours plus importante du revenu des autres membres de la société. D’un autre côté, le respect qu’il éprouve pour ces mêmes personnes lui fournit une raison de s’engager en faveur de leurs droits sociaux. À supposer que ces droits permettent de prétendre à des biens matériels dans le cas de revenus du travail inférieurs à un certain seuil, chaque acteur aurait alors à la fois une raison (1) de faire en sorte que la majeure partie de ses concitoyens perçoive un tel revenu insuffisant et (2) d’approuver la subvention des allocataires de tels revenus par l’État social comme il en a été question plus haut.

31Ici, on pourrait faire l’objection suivante : l’opposition décrite plus haut n’est problématique ni sur le plan psychique ni sur le plan social. Aussi, si, en vertu du respect qu’ils éprouvent les uns pour les autres en tant que sujets autonomes, les membres d’une société donnée se concèdent mutuellement une combinaison particulière de droits sociaux, c’est qu’ils acceptent que les prétentions aux biens sociaux correspondants soient satisfaites et, selon cette hypothèse, ils adopteront donc le point de vue selon lequel c’est la partie restante du PIB qui doit être répartie selon le principe de l’estime sociale.

32Bien sûr, la logique n’exclut pas que les formes de reconnaissance désignées par les termes de « respect juridique » d’une part et d’« estime sociale » d’autre part coexistent au sein d’une société. Il est tout à fait pensable que les membres d’une telle société aspirent, en tant que sujets économiques, à un salaire relatif le plus élevé possible tout en s’engageant pour la préservation de leurs droits sociaux en tant que citoyens. Mais, du point de vue de l’expérience, on peut se demander si l’opposition révélée plus haut peut être désamorcée durablement de cette façon. Cela peut tenir au fait que la réalité sociale ne se laisse pas compartimenter en deux domaines distincts dont l’un correspondrait au principe de l’estime sociale et l’autre à celui du respect juridique. Un entrepreneur qui, d’après l’échelle de valeurs de l’estime sociale, bénéficierait d’une meilleure position sociale s’il ne participait pas financièrement à la conservation d’un système public de retraite, pourrait remettre en question son engagement en faveur de cette institution (et des revendications et droits sociaux correspondants) et un employé qui peut, par un contrat de travail négocié individuellement, percevoir un salaire plus élevé que par une convention collective aura une raison de douter du bien-fondé des négociations salariales collectives. Comme le montrent ces exemples, on peut se demander si une pratique d’estime sociale reposant sur l’utilité sociale du travail établie par les marchés économiques n’entraîne pas des conséquences négatives sur la reconnaissance des droits sociaux telle qu’elle est pratiquée dans la société.

6.3. Estime et idéologie

33Honneth relie son analyse du principe culturel de « la performance individuelle » à des réflexions issues d’une théorie et d’une critique de l’idéologie. J’ai signalé dans la section précédente (6.2.2) que les réflexions relevant d’une théorie de l’idéologie ne fournissaient aucun critère ni procédé autre que celui du marché pour déterminer l’utilité sociale de biens ou de prestations. J’aimerais réexaminer la question dans le contexte actuel. J’étudierai ensuite dans quelle mesure la critique honnethienne de l’idéologie reste attractive du point de vue de la Théorie critique actuelle.

34Dans « Redistribution », on peut lire les phrases suivantes :

Évidemment, cette dernière forme de relation sociale, représentant une troisième sphère de reconnaissance à côté de celles de l’amour et (du principe) du droit au sein de la société capitaliste naissante, est dès le départ organisée selon une hiérarchie revêtant indubitablement un caractère idéologique ; car ce que l’on peut considérer comme « performance » et dans quelle mesure cela peut compter comme « performance » est défini en fonction d’une échelle des valeurs dont le repère normatif est l’activité de la bourgeoisie masculine indépendante économiquement. Ce qui, à partir de là, est qualifié de « travail » impliquant une certaine utilité quantifiable pour la société est donc le résultat d’un processus de définition des valeurs spécifique à un groupe particulier dont des secteurs entiers d’activité tout aussi nécessaires à la reproduction sociale (comme les travaux domestiques) sont victimes. (Honneth 2003, p. 166)

35Ainsi le concept de performance individuelle, central pour la répartition de l’estime sociale et des ressources matérielles, n’a-t-il été forgé que par un seul groupe social : une « bourgeoisie masculine indépendante économiquement ». Plus encore : le passage de l’ère féodale à « la société bourgeoise capitaliste » n’a historiquement été possible que par ce processus de définition des valeurs spécifiques à un groupe. C’est pour cette raison que la pratique de l’estime sociale a pris, « dans la société capitaliste naissante », un « caractère idéologique évident ».

36Si ces arguments sont exacts, alors on peut se demander si un concept d’estime sociale compris de la sorte ainsi qu’une pratique sociale articulée à ce même concept peuvent constituer des éléments sur lesquels un théoricien critique peut s’appuyer de manière positive. Ne devraient-ils pas plutôt être critiqués et rejetés en tant qu’éléments d’une appropriation violente des biens sociaux par la bourgeoisie ?

37Honneth répond à ces questions de manière différenciée :

Si l’on prend en considération toutes les superpositions et les déformations inhérentes au principe de performance capitaliste depuis le départ, alors il paraît difficile d’en faire un principe normatif de reconnaissance mutuelle ; néanmoins, la mise en pratique sociale de cette nouvelle idée exige que, d’un point de vue normatif tout du moins, l’on conserve le droit d’accorder aux activités de tous les membres de la société une estime correspondant à leur performance et ainsi de garantir une répartition juste des ressources. (Honneth 2003, p. 174)

38Dès lors, il faut se poser les questions suivantes : que faut-il entendre par « superpositions » et « déformations » du principe de performance ? Quels éléments de l’estime sociale pratiquée au sein de la société possèdent « un caractère idéologique » ? Et pourquoi ?

39Pour répondre à ces questions, « Redistribution » offre les arguments suivants : les déformations idéologiques sont très exactement présentes lorsque (1) des activités « nécessaires à la reproduction sociale » (p. 166) ne sont pas reconnues comme contributions sociales ou (2) quand les contributions sociales ne sont pas évaluées « à partir des seuls contenus du travail » (p. 182). Honneth illustre ces deux points par (1) le défaut de reconnaissance des activités relevant de la prise en charge et de l’éducation des enfants au sein du foyer comme contributions sociales et par (2) le fait « que toute activité devenue professionnelle perd automatiquement de sa valeur dans la hiérarchie sociale à partir du moment où elle est exercée majoritairement par des femmes tandis que l’on constate à l’opposé un gain de valeur du domaine d’activité correspondant lorsque la répartition homme/femme s’inverse » (p. 182).

40Par conséquent, « Redistribution » énonce une condition suffisante permettant de considérer une activité comme un travail au sens sociétal du mot. Cet argument est le suivant : si une activité est nécessaire à la reproduction de la société, alors elle est considérée comme un travail au sens sociétal. L’intérêt socio-politique qui sous-tend la formulation de cette condition consiste à l’évidence à faire d’activités non soumises aux formes du marché des contributions sociales. Pour identifier les « déformations » idéologiques décrites dans le point (1), il faut pouvoir répondre à la question de savoir si telle activité constitue ou non un travail au sens sociétal. Or le second point de Honneth se rapporte au niveau de rémunération de ce travail. Sur ce point, son argument est le suivant : si la répartition de l’estime sociale – et avec elle des biens matériels – est déterminée ou influencée par des facteurs qui ne sont pas en rapport avec le travail lui-même (comme le sexe des personnes qui l’exercent), alors le principe de performance est, au mieux, utilisé à mauvais escient. Cette critique touche des activités qui sont déjà reconnues comme un travail au sens sociétal et peuvent relever de l’économie privée ou publique.

41Il faut remarquer que les réflexions de Honneth ne posent pas la question de la quantité d’estime sociale qui devrait être motivée par une activité professionnelle en particulier (par rapport à d’autres activités professionnelles). Comme nous l’avons déjà indiqué, le critère (1) ne concerne que la question de savoir si une activité est une contribution sociale (et peut ainsi motiver une certaine estime sociale) et l’argument introduit en (2) reste formel au sens où il montre certes qu’une différence dans l’estime sociale (dans la rétribution) d’activités semblables est critiquable, mais ne donne aucune information pertinente sur la manière dont il faudrait déterminer le niveau de rétribution des différentes activités. Par conséquent, la théorie honnethienne de l’idéologie ne spécifie aucune autre échelle de mesure de l’utilité sociale des prestations de travail que celle proposée par la théorie des marchés. C’est pourquoi ces réflexions ne comprennent aucun argument réfutant mon affirmation précédente – selon laquelle Honneth est bien partisan de l’option 1 – et mes réflexions de la section précédente (6.2) ne peuvent donc pas être remises en question à partir de la théorie honnethienne de l’idéologie.

42Il me faut à cet endroit examiner si l’attachement fondamental de Honneth au principe de performance est légitime du point de vue de la Théorie critique actuelle. Est-il judicieux dans le cadre d’une théorie normative de la reconnaissance dont l’objectif est la critique du néo-libéralisme contemporain (voir chapitre 3) de comprendre le concept d’estime méritocratique comme un « principe normatif » (central) de la « reconnaissance mutuelle » (Honneth 2003, p. 175) ? Dans ce contexte, il faut rappeler les deux problèmes soulevés plus haut (sections 6.2.1 et 6.2.2) que pose la conception de l’estime sociale se rapportant à l’utilité esquissée dans « Redistribution ».

(1) La pertinence de l’estime sociale du point de vue de la philosophie morale repose sur la présupposition selon laquelle cette forme de reconnaissance constitue une condition nécessaire de l’estime de soi basée sur des capacités spécifiques (voir 6.2.1). Mais si l’estime sociale est rapportée à l’utilité sociale des prestations de travail, alors cette même relation entre rapport de reconnaissance et rapport à soi est problématique. D’une part, la relation conceptuelle entre un travail utile pour la société et un travail fondé sur des aptitudes est une relation contingente (voir 6.2.1.), d’autre part dans un monde où l’utilité sociale du travail serait proportionnelle au niveau de compétence des travailleurs, les personnes dont le travail n’est que de peu d’utilité pour la société se forgeraient nécessairement la conviction de n’avoir que des compétences presque sans valeur. Aussi l’estime méritocratique (au sens de « Redistribution ») n’est-elle au mieux que de peu d’intérêt pour rendre possible une estime de soi basée sur des compétences spécifiques et il n’est donc pas nécessaire que la Théorie critique s’appuie sur ce concept de reconnaissance pour parvenir à ses objectifs en matière de philosophie morale.

  • 11 Naturellement, mes réflexions n’excluent pas la possibilité d’autres formes d’estime méritocratiqu (...)

(2) Conserver un attachement au concept de l’estime méritocratique serait d’emblée incompréhensible au vu des objectifs socio-politiques de la Théorie critique actuelle. Comme nous l’avons vu, l’une des préoccupations de Honneth est de défendre, à partir des arguments d’une théorie de la reconnaissance, une sorte de capitalisme « social-démocrate » contre la politique économique pratiquée en réaction à la crise du keynésianisme de marchandisation d’une part et d’affaiblissement des organes collectifs de représentation professionnelle et des systèmes sociaux étatiques d’autre part (voir chapitre 3). Cependant, la pratique sociale de l’estime méritocratique (au sens de « Redistribution ») entre justement en opposition avec la reconnaissance des droits sociaux au sein de la société. De ce fait, il est surprenant que Honneth considère le concept d’estime méritocratique comme « un principe normatif » central « de la reconnaissance mutuelle » et réduise dans ce contexte l’exercice de la critique sociale à l’identification des « superpositions et déformations » du principe de performance11.

Notes

1 Dans Honneth 2003, il y répond de manière différente (voir section suivante, 6.2).

2 Je laisserai par la suite de côté l’aspect, selon Honneth « constitutif », de la valeur des aptitudes en question.

3 Le fait que A. Honneth ne conçoive pas n’importe quelle activité comme actualisation d’aptitudes résulte de son affirmation selon laquelle l’estime sociale « ne s’applique qu’aux qualités et aux capacités par lesquelles les membres de la société se différencient les uns des autres. Une personne ne peut se juger estimable que si elle se sent reconnue dans des prestations qui ne pourraient être aussi bien assurées par d’autres. » (Honneth 2013, p. 213). D’un point de vue objectif, ce propos me paraît être correct dans le contexte qui nous intéresse.

4 Voir dans ce contexte également mes précédentes réflexions (Schmidt am Busch 2004) et leur discussion par A. Honneth (2004, p. 118).

5 Les saint-simoniens étaient partisans déclarés de cette position. Dans une optique de critique sociale, ils plaidaient en faveur d’une redistribution des biens selon le principe « À chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres » (Doctrine de Saint-Simon. Exposition 1830, p. 158 et p. 179) et ils considéraient que les marchés étaient inaptes à déterminer l’utilité véritable des diverses « œuvres » (voir sur ce point Schmidt am Busch 2012, p. 27-30, et Schmidt am Busch 2007a).

6 Ces déterminations peuvent être absolues ou relatives.

7 Voir Honneth 2003, où A. Honneth évoque la « concurrence pour l’obtention d’un statut social » (p. 168).

8 Cela résulte de l’hypothèse selon laquelle il n’existe aucune échelle de mesure de l’utilité sociale relative des activités professionnelles qui soit indépendante des marchés (voir ci-dessus).

9 Voir dans ce contexte par exemple les éléments de « l’esprit du capitalisme » analysés par M. Weber (Weber 2003).

10 Cette forme de consommation a été analysée très précisément par T. Veblen (voir Veblen 2006 et 2007) et j’y reviendrai dans la section 21.2. W. Sombart a mis en lumière le rôle de ces pratiques de consommation et de gaspillage dans la naissance des sociétés bourgeoises capitalistes (Sombart 1996).

11 Naturellement, mes réflexions n’excluent pas la possibilité d’autres formes d’estime méritocratique qui ne s’opposent pas à la réalisation des objectifs sociaux et politiques de la Théorie critique actuelle.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search