Version classiqueVersion mobile

La "reconnaissance" comme principe de la Théorie critique

 | 
Hans-Christoph Schmidt am Busch

1. Problèmes et perspectives dans l'École de Francfort

Chapitre 1

À propos d’une mutation structurale dans le monde du travail

Texte intégral

  • 1 Cela est par exemple illustré par les discussions menées en Allemagne sur l’augmentation de l’âge (...)

1On a reproché à Habermas, après la parution de la Théorie de l’agir communicationnel, d’avoir sous-estimé la signification du travail social concernant la possibilité d’une vie humaine réussie. Habermas a réagi à ce reproche en répondant que l’« évolution historique du travail industriel », en particulier « la tendance à la réduction du temps de travail et, corrélativement, à la dévalorisation de la pertinence du travail dans le monde vécu » ôteraient l’herbe sous le pied de ses détracteurs (Habermas 1996, p. 485). Au vu de l’évolution prise par la plupart des sociétés occidentales au cours des trente dernières années, l’assertion de Habermas semble provenir d’un monde passé. Il est évident que s’est produit le contraire de ce que Habermas avait prédit : dans la plupart des sociétés occidentales, tant la durée du travail hebdomadaire que celle de la vie active ont augmenté, cette tendance étant potentiellement appelée à se poursuivre1. Comme l’activité professionnelle des femmes dans ces sociétés est par ailleurs plus grande que jamais auparavant, on peut en outre constater que l’ampleur du travail accompli au sein de la société dans son ensemble a crû de façon significative. Et enfin, il y a de bonnes raisons de supposer qu’à tout le moins dans les sociétés occidentales, la participation au travail social joue un rôle important dans la possibilité d’une vie réussie. Comme le montrent des études sociologiques, l’exercice d’une activité professionnelle n’est pas, pour une grande majorité des citoyens, uniquement important en matière de revenus, et le statut social de l’individu continue clairement de résulter de son appartenance au monde du travail et de son rôle au sein de ce dernier (voir Bourdieu 1993, p. 370 et p. 446-456, ainsi que Sennett 2000, p. 91).

  • 2 La formation du terme « stagflation » en est une preuve.

2Lorsque Habermas a émis le pronostic ci-dessus, la crise du keynésianisme (la conception économique dominante en Amérique du Nord et en Europe occidentale dans les décennies suivant la Seconde Guerre mondiale) était déjà devenue manifeste.2 Il n’est pas possible dans le cadre de la présente étude d’entreprendre une analyse détaillée des mesures avec lesquelles on a tenté d’affronter cette crise. Toutefois, les aspects essentiels de la politique économique pratiquée durant les trente dernières années tout d’abord en Grande-Bretagne, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande, puis dans l’Europe continentale, peuvent être décrits à l’aide de quatre tendances : celles de la dérégulation des marchés existants, de la formation de nouveaux marchés, de la flexibilisation des structures entrepreneuriales et de la diminution des droits et prestations accordés par l’État social.

  • 3 L’individualisation des contrats de travail évoquée plus haut va de pair avec la perte d’influence (...)

3La dérégulation des marchés du travail apparaît par exemple dans le recul des emplois dont la rémunération est fixée sur la base des conventions collectives, dans l’assouplissement des dispositions en matière de protection contre le licenciement ainsi que dans la création d’emplois non soumis à la sécurité sociale obligatoire dans le secteur des bas salaires. De nouveaux marchés ont été créés par la privatisation d’entreprises publiques (par exemple dans le secteur des transports ou des communications) et par la formation de marchés financiers dans le contexte de la réorganisation du système monétaire international (à la suite de l’effondrement de ce qu’on a appelé le système de Bretton Woods). Des emplois et accords salariaux individualisés, une forte croissance de travaux en équipe orientés vers la réalisation de projets particuliers, ainsi que le remplacement de grands groupes d’entreprises à la structure pyramidale par de plus petites entreprises juridiquement indépendantes et reliées les unes aux autres en réseaux participent de plus en plus à la flexibilisation des structures entrepreneuriales (voir Sennett 2000 et 2006). La diminution des droits accordés par l’État social est par exemple visible dans les nouveaux règlements sur les dispositions concernant l’allocation-chômage ou dans l’utilisation de prestations médicales pour les personnes affiliées au régime d’assurance-maladie obligatoire. Sans aborder de plus près ces facteurs et leurs liens, on peut constater en guise de résumé qu’une importante extension de la logique de marché ainsi qu’un affaiblissement des organes collectifs de représentation professionnelle3 et des systèmes d’assurance de l’État social font partie des changements observables depuis environ trente ans en matière de politique économique.

  • 4 Voir par l’exemple le rapport sur la pauvreté du gouvernement de la République fédérale allemande.

4Il ne faut pas exclure le fait que la nouvelle orientation de la politique économique que nous avons décrite plus haut ait pu avoir des effets positifs (par exemple en ce qui concerne l’individualisation des styles de vie), mais si l’on se réfère à des études en sciences sociales portant sur le sujet, cette nouvelle orientation a fait naître des structures d’emploi qui sont problématiques pour de nombreuses personnes (voir Bude 2008, p. 44 et suivantes). Comme je le montrerai dans ce qui suit, cela touche tant des gens qui occupent des positions professionnelles élevées que des personnes vivant dans une situation précaire (terme que nous définirons plus précisément dans ce qui suit). On peut déduire des études de Richard Sennett que des structures professionnelles flexibles sont problématiques chez les employés en ce qui concerne la formation d’un rapport positif à soi (voir par exemple Sennett 2000 et 2006). Les études de Sennett se concentrent sur des employés travaillant dans le secteur des services de l’économie privée, c’est-à-dire sur des membres de la classe moyenne. Pour résumer ses réflexions, on constate que la vie de ces personnes se caractérise par une série de discontinuités qui concernent, par exemple, les personnes avec lesquelles et pour lesquelles on travaille, ce que l’on fait, les entreprises dont on fait partie, les lieux où l’on vit. Comme le montre Sennett, de nombreuses activités professionnelles et carrières exercées dans le secteur des services se caractérisent par un réseau de relations personnelles en rapide mutation, par de nombreux changements de professions et d’entreprises, par des qualifications professionnelles dont la durée est limitée et qui perdent rapidement leur valeur, par des tâches et des attributions professionnelles relativement vagues et par de nombreux changements de lieux. Les structures professionnelles flexibles, qui vont de pair avec les discontinuités citées plus haut, sont ressenties ou perçues par les employés eux-mêmes comme problématiques. Selon eux, elles entravent leur qualité de vie, surtout parce qu’elles empêchent la formation de relations de travail stables et reposant sur la confiance et la loyauté, elles limitent fortement les possibilités d’estime en raison de qualifications professionnelles spécifiques, elles encouragent une attitude d’indifférence envers l’entreprise dont on fait partie et elles compliquent considérablement la continuité du mode de vie. Comme l’indiquèrent certaines personnes interviewées par Sennett, les professions qui comportent les caractéristiques évoquées ci-dessus portent atteinte à la formation d’un sentiment de « sécurité intérieure » (Sennett 2000, p. 22), d’une « estime de soi stable » (p. 31), et d’un « respect de soi » (p. 38). Même si nombre de ces professions sont assorties d’une rémunération élevée, elles semblent placer ceux qui les accomplissent dans un « état de dérive (drift) » (p. 22, voir aussi l’argumentation similaire de Bude 2008, p. 31 et suivantes). Elles sont donc problématiques pour la formation d’un rapport à soi positif. Il y a de bonnes raisons de supposer qu’une nouvelle classe inférieure a émergé à la suite des changements en matière de politique économique décrits ci-dessus dans les sociétés occidentales4. Les conditions de vie des personnes qui en font partie peuvent être qualifiées, en reprenant le terme forgé par Robert Castel, de « précaires » (Castel 1995, p. 336-400, et 2003, p. 33-53). La précarité de leur situation résulte du fait que ces personnes n’ont pas la perspective d’une embauche durable assurant leur subsistance, et elles sont tributaires d’emplois instables, mal rémunérés et souvent non réglementés sur le plan juridique. De cette définition de « précaire » résulte le fait que la vie professionnelle de ces personnes est également concernée par les discontinuités énoncées ci-dessus.

5Comme le montrent par exemple les études empiriques menées par Pierre Bourdieu et ses collaborateurs, des conditions de vie précaires sont source de souffrance et constituent un grand problème en ce qui concerne la formation ou le maintien d’un rapport à soi positif. Si l’on se réfère à La misère du monde, les personnes vivant dans ce type de conditions souffrent en particulier de l’impression que la société n’a plus besoin d’eux (Bourdieu 1993, p. 317 et p. 447), de l’impossibilité de façonner leur vie sur la base d’une activité professionnelle propre (p. 317 et 447), d’une dévalorisation croissante de leurs qualifications et appartenances professionnelles (p. 330) et d’une large désolidarisation des relations nouées au sein de l’entreprise comme d’un accroissement de l’indifférence envers leur propre environnement de travail (p. 338-340). De l’existence de ces types de souffrance résulte le fait que des conditions de vie précaires portent un préjudice considérable à la formation d’une estime de soi positive stable.

Notes

1 Cela est par exemple illustré par les discussions menées en Allemagne sur l’augmentation de l’âge de départ à la retraite.

2 La formation du terme « stagflation » en est une preuve.

3 L’individualisation des contrats de travail évoquée plus haut va de pair avec la perte d’influence et de pouvoir du côté des organisations syndicales.

4 Voir par l’exemple le rapport sur la pauvreté du gouvernement de la République fédérale allemande.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search