Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La "reconnaissance" comme principe de la Théorie critique

 | 
Hans-Christoph Schmidt am Busch

Remerciements de l’auteur

Hans-Christoph Schmidt am Busch

Texte intégral

1Le présent ouvrage résulte d’une thèse d’habilitation soutenue au département de philosophie et de sciences humaines de l’université Johann Wolfgang Goethe de Francfort en 2009. Je remercie les membres du jury Axel Honneth, Barbara Merker, Michael Quante, Werner Plumpe et Ludwig Siep pour leurs commentaires et leurs indications, auxquels j’ai pu recourir pour la finalisation de mon livre.

2Dans la phase d’élaboration du projet de recherches dont je présente ici les résultats, beaucoup de collègues m’ont soutenu. Pendant de nombreuses années, Axel Honneth a fait avancer mes recherches de manière intensive. Il m’a encouragé à entreprendre mon projet consacré à la Théorie critique à l’université Johann Wolfgang Goethe et à l’Institut de recherche sociale de Francfort et a soutenu de diverses manières la genèse et la réalisation de ce projet. Mon travail doit tellement à son encadrement que je ne peux entrer dans le détail.

3Ce travail n’aurait jamais vu le jour sans Ludwig Siep et Michael Quante. Ma compréhension de la philosophie hégélienne et ma conception de la manière dont il faut lire Hegel ont été influencées de manière décisive par Ludwig Siep et Michael Quante. Dans le cadre de projets de recherches réalisés en commun, j’ai également eu l’occasion d’enrichir mes connaissances sur la philosophie post-hégélienne. Ma collaboration avec Ludwig Siep et Michael Quante m’a notamment beaucoup servi dans l’élaboration de la deuxième et de la troisième parties de ce livre.

4Pendant la mise au point et la réalisation de mon projet de recherche s’est développé, avec toute une série de chercheurs de l’Institut de recherche sociale de Francfort, un dialogue stimulant qui a facilité ma compréhension des ambitions de la Théorie critique dans le domaine de la théorie sociale. Une bourse de la fondation Alexander von Humboldt m’a permis de confronter mes réflexions et mes thèses à celles des chercheurs des universités de Northwestern, de Georgetown et de Columbia. Lors d’échanges avec mes hôtes Thomas McCarthy, Terry Pinkard et Frederick Neuhouser, j’ai pu enrichir mes connaissances sur Hegel, Marx et la Théorie critique.

5J’ai également reçu des commentaires de valeur sur des ébauches de mon étude et sur des présentations de certains chapitres de la part de Daniel Brudney, Andrew Buchwalter, Rainer Enskat, Martin Hartmann, Stefan Huster, Heikki Ikäheimo, Mattias Iser, Hermann Kocyba, Birger P. Priddat, Emmanuel Renault, Erzsébet Rósza, Birgit Schmidt am Busch, Stephan Voswinkel et Christopher F. Zurn.

6J’aimerais remercier cordialement toutes les collègues et tous les collègues qui ont accompagné et soutenu mon travail. Je remercie la fondation Alexander von Humboldt pour son aide financière et l’Institut de recherche sociale de Francfort pour le soutien qu’il a apporté à mes recherches.

7Pour finir, j’aimerais remercier particulièrement Jean-Marie Lardic, Alain Patrick Olivier, Maiwenn Roudaut, Delphine Choffat, Charlotte Morel et Louis Carré pour la traduction française de mon livre. Sans leur engagement et leur travail, cet ouvrage n’aurait pu voir le jour. La fondation Hans Böckler a généreusement contribué au financement des travaux de traduction. Je remercie également les Éditions de l’École normale supérieure pour leur accueil dans la collection La Croisée des chemins.

Braunschweig, le 30 avril 2015

© ENS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540