Version classiqueVersion mobile

La méthode historique appliquée aux sciences sociales

 | 
Charles Seignobos

Deuxième partie. La méthode historique et l’histoire sociale

Chapitre XX.

L’action des faits humains individuels sur les faits sociaux

Texte intégral

I. Position de la question. – Différentes catégories de faits économiques et démographiques.
II. Action des usages. – Usages intellectuels, croyances, connaissances, usages matériels, vie privée, consommation.
III. Action des événements individuels. – Inventions et créations. – Changements de direction produits par les chefs.

1L’étude de l’utilité de l’histoire sociale pour les autres branches d’histoire a pour contrepartie l’étude de l’action des autres espèces d’activité humaine et de leur évolution sur la vie sociale et sur l’évolution sociale (économique et démographique), d’où ressortiront les services que l’histoire des autres branches de la vie humaine peut rendre à l’histoire sociale. On peut déterminer ainsi les connaissances d’histoire générale ou spéciale qui, pratiquement, seront utiles à l’historien des faits sociaux.

2Je vais considérer ici séparément d’abord l’action des phénomènes individuels (actes et pensées) et ensuite l’action des phénomènes collectifs d’organisation.

3I. Quelle est l’action des faits individuels sur les faits sociaux ? On doit préciser cette question en analysant les faits sociaux. On a montré plus haut (chap. IX, III) qu’il faut parler des phénomènes économiques non en bloc (la structure économique est une métaphore dangereuse), mais en les décrivant d’une façon empirique de façon à en apercevoir la nature réelle. De même qu’il n’y a pas de structure économique totale qui détermine l’organisation politique totale d’un peuple, il n’y a pas de structure économique qui soit déterminée en bloc par quelque autre phénomène unique. Il y a dans une société une série d’habitudes économiques et d’arrangements collectifs de vie économique. C’est sur chaque habitude et chaque arrangement en particulier qu’on doit chercher quelle action exercent les faits d’une autre nature. Il faut donc avoir présente à l’esprit la série de ces habitudes et de ces arrangements :

41° Procédés techniques de production et de transport, division du travail par arrangement collectif entre les travailleurs de tout genre, y compris les directeurs.

52° Procédés pour fixer la valeur et la représenter, procédés pour faire les échanges, arrangements de commerce, monnaie et crédit.

63° Procédés de partage et de distribution, procédés de transmission des objets et des valeurs représentatives, régime de propriété et de contrats.

74° Classement des membres de la société d’après leur occupation et d’après leur part dans la distribution des valeurs.

8Quant à la consommation, on discute si elle doit être classée parmi les faits économiques ; c’est la théorie de l’école américaine, fondée sur l’action décisive de la consommation. En Europe l’histoire des habitudes de consommation est restée une partie de l’histoire des mœurs.

9De même les phénomènes démographiques doivent être analysés, car il faut chercher séparément l’action des autres phénomènes humains sur chacun d’eux. On devrait donc distinguer : 1° le chiffre total de la population ; 2° la densité et la distribution des agglomérations ; 3° la proportion des qualités, âges, sexes, religion, degré d’instruction ; 4° les mouvements de la population, natalité, mortalité, mariage, émigration ; 5° les accidents réguliers, maladies, crimes, suicides, etc.

10Pour chacun de ces phénomènes, économique ou démographique, la question se pose : Quelle action subit-il de la part des autres ? Par quelle habitude ou quel arrangement intellectuel, privé, politique, a-t-il été produit ? Par quel mécanisme, matériel ou psychique ? – Quand on étudie l’évolution, c’est-à-dire l’histoire de ces faits, on doit se demander quel changement intellectuel, privé, politique a produit ou a influencé le changement économique ou démographique. Cet interrogatoire organisé en méthode est un préservatif contre la tendance à chercher l’explication des faits et des transformations économiques dans ces faits eux-mêmes, contre la tentation de comparer des tableaux ou des courbes statistiques pour déterminer la cause des évolutions sociales.

11L’action des faits individuels sur les faits sociaux se présente sous deux formes : 1° des usages ou habitudes communes, c’est la forme la plus importante ; 2° des événements uniques.

12II. – Les usages communs aux individus d’un même groupe sont soit des conceptions que tous les individus de ce groupe (ou la plupart) admettent, soit des actes qu’ils font et qu’ils renouvellent en imitant un même modèle. On peut les classer en deux : 1° usages intellectuels, où la partie essentielle est une conception intellectuelle, l’acte matériel étant seulement un symbole destiné à manifester la conception (croyances, arts, sciences, doctrines) ; 2° usages matériels où la partie essentielle est matérielle, l’acte intellectuel ne servant qu’à diriger les actes matériels (alimentation, vêtement, habitation, divertissements, cérémonies.

13Dans l’histoire des usages intellectuels il faut rechercher ceux qui ont une action appréciable sur l’organisation de la vie économique ; c’est-à-dire qui peuvent modifier les actes ou les arrangements économiques (objets, produits, division du travail, voies de transport, commerce, propriété).

141° Les croyances. On peut attendre a priori qu’elles auront une action décisive sur toute la conduite des individus, car chaque homme arrange sa vie suivant la conception générale qu’il se fait du monde et de la place qu’il y tient.

15Cette conception agit directement sur chacun de ses actes, par suite sur chacun des éléments démographiques qui dépendent de la volonté, le domicile, l’émigration, la natalité, le mariage, le suicide. (On voit sans peine combien tous ces faits dépendent par exemple de la religion.) Elle agit sur tous les faits de la vie économique qui dépendent du choix des individus membres de la société, avant tout sur l’appréciation des objets et des services, sur la valeur. C’est uniquement par suite d’une croyance que les services des prêtres ou des sorciers et les actes rituels des religions sont recherchés et payés chèrement. – Négativement cette conception agit pour restreindre la production et la distribution, en faisant considérer comme interdits des actes impurs ou des relations avec des êtres impurs religieusement ou moralement. Ainsi le vin, le porc, les spiritueux sont sans valeur quand la religion ou la morale les interdisent. – Indirectement elle agit en entravant les groupements économiques entre les hommes séparés par des différences de croyance. Il est donc indispensable pour l’histoire sociale de tenir compte de l’histoire de la croyance.

16Les croyances prennent des formes variées. Les plus importantes sont : la religion, ensemble de croyances organisées sous forme de rites et de dogmes, – les doctrines philosophiques, – les préceptes moraux. Cet ensemble énorme, l’historien des faits sociaux n’aura pas besoin de le connaître en détail ; il pourra se borner à chercher les faits qui peuvent avoir eu une action pratique sur la vie sociale. Il écartera donc toute la métaphysique, toute la morale théorique, toute la théologie doctrinale ; il s’en tiendra aux croyances religieuses, philosophiques et morales qui portent sur le devoir pratique, aux prescriptions rituelles, c’est-à-dire aux croyances et aux prescriptions qui règlent la conduite. Tous ces faits sont étudiés dans les histoires spéciales, il suffira de savoir les y trouver.

17La difficulté pratique sera de localiser les croyances, de savoir dans quel groupe d’hommes elles ont eu une action réelle sur la conduite ; les spécialistes s’occupent beaucoup plus d’étudier les formes des croyances que leur répartition et ne s’occupent guère de les localiser avec précision.

18Il y a toute une catégorie de croyances sur laquelle on ne trouvera guère de renseignements. On a étudié surabondamment les doctrines morales et les morales officielles de tous les temps, mais l’histoire des croyances morales effectives n’est pas faite encore avec précision. On ne sait pas d’après quelles règles de morale pratique les hommes se conduisaient réellement ; sur ce point on risque fort de ne trouver dans les histoires spéciales que des données insuffisantes.

19La connaissance des croyances est d’autant plus nécessaire pour comprendre la vie sociale d’un peuple que ce peuple est moins avancé en civilisation. Les croyances se forment d’abord, avant toute science, et elles commencent par dominer toute la pensée et toute la vie morale ; elles reculent peu à peu, à mesure que la connaissance par observation se forme. Aussi l’histoire des croyances religieuses et des superstitions est-elle plus nécessaire pour comprendre les sociétés les plus anciennes.

202° Les arts ont une action beaucoup plus faible que ne l’admet l’opinion courante.

21Notre culture exclusivement littéraire nous a donné une impression fausse sur l’importance de la littérature et des arts. Parce qu’on nous a fait passer dix ans de notre vie à ne nous occuper que de phénomènes artistiques, nous croyons instinctivement que ces faits ont absorbé une forte partie de l’activité des hommes. Cette illusion a été aggravée par l’influence des professeurs de littérature et des archéologues uniquement occupés d’œuvres d’art. En fait, les arts, pour l’énorme majorité des hommes d’aujourd’hui, ne tiennent qu’une place très petite dans la vie ; et il paraît en avoir été toujours ainsi, même chez les Grecs, – à en juger par le peu d’attention que les historiens grecs apportent aux grands événements artistiques de leur temps. L’art n’exerce aucune action appréciable sur les faits démographiques ; on peut les étudier sans rencontrer jamais l’influence de l’art. Sur la vie économique l’action des arts se réduit à créer quelques valeurs artistiques, en petit nombre, – sauf l’art industriel qui dépend beaucoup plus de la mode que du goût artistique.

223° Les connaissances (on peut réunir sous ce terme les sciences pures, les connaissances empiriques et les arts techniques) agissent fortement au contraire sur les faits sociaux. Elles agissent par le même procédé que la croyance : la conception que l’individu se fait du monde et de sa situation, soit par la science, soit par l’empirisme, dirige en grande partie sa conduite ; c’est le terrain de la concurrence entre la science et la religion (la morale reste placée sur un terrain indivis ou mal délimité). La connaissance agit sur les faits démographiques (groupement, émigration ou immigration, natalité), et sur les faits économiques, – directement en donnant la notion de la valeur des choses, aliments, matières premières, animaux, etc. ; – négativement en arrêtant la fabrication ou la production d’objets reconnus inutiles ou qu’on peut avantageusement remplacer par d’autres, – indirectement en montrant l’avantage de groupements économiques auxquels on n’avait pas encore songé, ou en dégageant des préjugés religieux ou moraux qui faisaient interdire les groupements nouveaux.

23En outre, la connaissance a un procédé d’action extérieure qui manque à la croyance purement subjective ; elle fait connaître le monde extérieur et les procédés d’action réels de l’homme sur le monde. Elle enseigne les procédés réels, mais psychologiques, pour manier les hommes et les persuader, procédés très actifs dans la vie économique pour l’appréciation de la valeur et pour l’organisation des échanges (il suffira de citer la publicité, le crédit, la spéculation). Elle enseigne les procédés, tantôt psychologiques (dressage), tantôt physiologiques (sélection), pour tirer parti des animaux. Elle enseigne surtout les procédés réels et matériels pour agir sur la matière, l’ensemble des procédés techniques de production et de transport. La connaissance ne suffit pas à créer l’industrie ; mais c’est elle qui en est la condition nécessaire et qui lui donne sa forme. D’autres causes agissent sur la division du travail, et par suite sur la quantité de la production ; mais la nature de la production dépend de la technique, c’est-à-dire de la connaissance.

24L’histoire sociale aura donc besoin, sinon de connaître en détail l’histoire des sciences et des arts techniques, du moins de savoir l’histoire de la science dans les parties applicables à la vie et à la morale pratique, et l’histoire des procédés techniques de production. Cela est facile à apprendre. La seule difficulté sera d’apprécier la diffusion des connaissances et des procédés dans une société donnée à un moment donné ; c’est la question qui intéresse le moins les spécialistes de l’histoire des sciences et sur laquelle on trouvera le moins de renseignements.

254° Les usages matériels ont une action décisive sur la vie économique ; ils sont le but, et par conséquent le régulateur de la production. On ne produit guère que pour satisfaire des besoins matériels. La vie matérielle consiste surtout dans la consommation des objets, alimentation, vêtement, logement, mobilier, objets d’agrément ; c’est le terrain intermédiaire entre la vie économique et les coutumes de la vie privée. Il semble d’abord que ces usages ne soient que le résultat de la vie économique, car on consomme les objets produits par la production et répartis par la distribution. Mais on ne produit qu’en vue de la consommation, et c’est la consommation qui dirige la production. En ce sens les usages de consommation matérielle seraient la cause de tous les actes économiques et devraient être l’objet fondamental des études économiques ; pour comprendre la production il faudrait d’abord étudier ce que les consommateurs désirent qu’on produise. L’histoire de la consommation, c’est-à-dire de la vie matérielle, serait le premier chapitre de l’histoire économique.

26En fait, la relation est plus complexe ; ce n’est pas toujours un client qui commande en vue d’une idée arrêtée de consommer ; c’est souvent le vendeur, c’est-à-dire le fabricant dirigé par le commerçant, qui offre des objets et donne au consommateur l’idée de les consommer. Les deux activités s’entremêlent étroitement, il faudrait pour les distinguer une étude qui n’est pas faite.

27Pourtant l’histoire économique ne peut pas se passer de l’histoire de la consommation ; elle a besoin de connaître la demande spontanée du consommateur, c’est-à-dire l’histoire de la vie matérielle. C’est assurément la partie la plus négligée de la vie sociale, soit contemporaine, soit passée ; et ce serait, comme on l’a très bien montré aux États-Unis, un des champs d’études les plus instructifs de l’histoire sociale. La consommation n’agit pas seulement sur la production par l’action directe que la nature de la commande exerce sur la nature de la production et du commerce, – par exemple la demande de la pourpre ou de l’ambre dans les temps antiques, des épices au Moyen Âge. Indirectement la forme de demande réagit sur l’organisation du travail ; suivant qu’elle est continue, intermittente ou irrégulière, elle produit un travail régulier, ou une morte-saison, ou des crises ; suivant qu’elle vient d’un groupe peu nombreux ou d’une grande masse d’hommes, suivant qu’elle porte sur des objets de luxe ou sur des objets d’utilité, elle détermine des systèmes de production très différents. L’historien des faits sociaux n’a pas besoin de savoir les détails de l’histoire de la vie matérielle ; mais il doit connaître en gros les espèces d’objets consommés, la nature des matières premières les plus employées, la quantité et les époques de la demande.

28La vie privée se compose d’actes ou quotidiens, ou périodiques, ou solennels ; l’histoire de la vie privée comporte l’étude de l’emploi des journées, des heures de repas, des usages de toilette et de médecine, des fêtes, réceptions, cérémonies, des divertissements et des exercices (chasse, sport, spectacles, jeux, voyages). Ces actes sont en partie des actes de consommation, en tant qu’ils exigent des objets matériels ou des services matériels qui mettent en mouvement un personnel de domestiques, hôteliers, commissionnaires, coiffeurs, médecins, acteurs. Ils agissent donc pour diriger la production des objets ou la division du travail.

29Ils agissent aussi d’une autre façon, non plus sur la fabrication seulement, mais sur la vie tout entière des gens consacrés à des services matériels, car ils les mettent dans une catégorie économique différente des producteurs. L’histoire sociale a donc besoin de connaître, sinon tous les usages de vie privée, du moins ceux qui exigent une production d’objets considérable et ceux qui immobilisent un nombre appréciable de travailleurs dans les services privés. Il n’est pas inutile, pour comprendre la vie économique de l’Espagne au xvie siècle, de savoir qu’une partie de la population était dans la domesticité des seigneurs.

30L’action la plus forte est celle de la mode qui crée ou détruit des valeurs ; c’est elle qui domine toutes les industries de luxe et qui est l’agent le plus actif de transformation. Il faut donc savoir l’histoire de la mode, au moins dans la mesure où chaque mode nouvelle a eu pour résultat de produire un changement dans l’espèce des objets ou des services demandés ; il faut connaître la position des centres de la mode et les déplacements de ces centres, car ils sont liés à l’organisation du commerce et du travail. Dans les époques anciennes le phénomène de la mode est limité à la classe peu nombreuse des aristocraties ; mais il n’en est pas moins capital dans l’histoire du commerce, parce que le commerce dans les périodes de communications difficiles est limité aux objets de luxe.

31III. – Les actes individuels sont étudiés par l’histoire générale. Il suffit à l’histoire économique de connaître les principaux, ceux qui sont à l’origine d’une évolution matérielle ; encore n’a-t-elle pas besoin de les étudier en détail. Elle n’a que faire de la biographie de Mahomet ou de Napoléon, il lui suffit de connaître ceux de leurs actes qui ont eu des conséquences matérielles générales, telles que l’interdiction de boire du vin, ou le blocus continental.

32Les actes individuels qui peuvent avoir des conséquences dans la vie économique sont de deux espèces.

331° Les inventions ou les créations individuelles sont des exemples donnés par un homme et suivis par une masse d’imitateurs. Elles se produisent surtout dans la vie intellectuelle, création d’une croyance (religieuse ou morale), d’une forme d’art, d’une science, d’un idéal. Elles se rencontrent aussi dans la vie matérielle, sous la forme d’une découverte géographique, d’une invention technique ou de la création d’une mode. L’action de l’individu est évidente ici ; l’initiateur amène la société à changer de conduite, ou d’appréciation de la valeur, ou de procédés d’action ; il crée ou détruit une valeur, une technique de production, une voie de communication, un procédé d’échange ; ou indirectement il modifie l’organisation du travail ou même la distribution d’un phénomène démographique, en faisant par exemple arriver une population dans un pays jusque-là désert.

342° Le changement de direction peut être donné à une société par un chef officiel ou un guide improvisé, chef d’État, d’Église, de parti, de groupe, qui opère soit par un ordre légal (règlement ou loi), soit par une révolution. Il agit ainsi directement sur certains usages économiques, sur l’organisation de la production, du commerce, de la répartition ou même sur la distribution de la population, par exemple en créant ou détruisant une ville. Il peut agir indirectement en changeant l’organisation politique de façon à réagir sur la vie économique, comme a fait Pierre le Grand en Russie.

35Il serait impossible même d’entrevoir l’évolution économique ou démographique de l’humanité si l’on ignorait ces grands changements, impossible d’en comprendre la nature si l’on n’en connaissait pas les auteurs. C’est la part nécessaire de l’histoire générale dans l’histoire sociale.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search