Version classiqueVersion mobile

De Darwin à Lamarck

 | 
Pierre Kropotkine

Présentation

Renaud Garcia

Texte intégral

1Il est proposé au lecteur sept articles de biologie écrits entre 1910 et 1919 par le géographe, naturaliste et théoricien de l’anarchisme Pierre Kropotkine (1842-1921). Ces sept articles furent publiés dans les colonnes de la revue Nineteenth Century (rebaptisée The Nineteenth Century and After après 1900), où Kropotkine avait régulièrement écrit depuis les années 1890, qu’il s’agisse d’articles formant les matériaux de ce qui allait devenir L’entraide, son ouvrage majeur publié en 1902, ou de comptes rendus des avancées scientifiques du moment et des ouvrages importants en biologie, géologie, physique ou chimie, sous le titre « Recent science ». Ces articles se sont enchaînés comme suit : à un article inaugural, de janvier 1910, sur « La théorie de l’évolution et l’entraide », ont succédé en juillet puis novembre et décembre de la même année deux articles, intitulés « L’action directe du milieu sur les plantes » et « La réponse des animaux à leur milieu ». Un article central parut en mars 1912 sous le titre « L’hérédité des caractères acquis : difficultés théoriques ». Deux textes connexes, « La variation héritée chez les plantes » et « La variation héritée chez les animaux » parurent respectivement en octobre 1914 et novembre 1915. Enfin, l’article « L’action directe du milieu et l’évolution » conclut la série en janvier 1919.

2Comme leurs titres suffisent à l’indiquer, ces contributions prennent position dans un brûlant débat darwinien, à la charnière des xixe et xxe siècles, concernant plusieurs points : la question de l’hérédité des caractères acquis, le statut de la variation chez les végétaux et les animaux, et enfin le rôle évolutionnaire de la sélection naturelle. Ce débat opposait plusieurs « camps » scientifiques parfois irréconciliables : on trouvait d’un côté des darwiniens « purs », partisans de la sélection naturelle qui minoraient l’action motrice du milieu pour l’évolution, soulignée – parmi bien d’autres aspects cependant – par Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) dans sa Philosophie zoologique, cinquante ans avant Darwin. Ils annonçaient les développements futurs de la génétique. Face à eux se dressait l’école « néo-lamarckienne », dont les contours ne sont pas aisés à retranscrire. Telle qu’elle apparaît dans les articles de Kropotkine, on peut s’entendre sur le fait qu’au-delà d’un retour à Lamarck, elle cherchait à concilier son transformisme avec une téléologie de la nature incorporant une perspective sinon explicitement religieuse, du moins spiritualiste. Or, entre ces deux camps se trouvaient tous ceux qui cherchaient à retravailler le modèle évolutionniste darwinien de L’origine des espèces en incluant les facteurs lamarckiens dans la transformation des espèces, et cela sans quitter le terrain matérialiste défriché par Darwin, mais déjà, à bien y regarder, par Lamarck lui-même. Kropotkine faisait partie de ces savants-là, et les articles qu’il écrivit entre 1910 et 1919 rapportent du dedans les relations conflictuelles entre ces trois courants évolutionnistes.

  • 1 Voir, récemment : L’entraide. Un facteur de l’évolution, Bruxelles, Aden éditions, 2009 ; L’État, (...)

3La traduction de ces articles s’inscrit dans un processus de réédition de textes de Kropotkine, initié par plusieurs maisons d’édition indépendantes1, afin de mieux faire connaître la pensée de ce polymathe, à la croisée de plusieurs disciplines, dont la pensée scientifique a nourri largement l’engagement politique. On y découvrira cependant un Kropotkine savant, facette moins immédiatement connue que celle du théoricien du communisme-anarchiste. Or, du point de vue d’une lecture interne – pour commencer – ces articles sont cruciaux en ce qu’ils s’inscrivent pleinement dans ce que l’on peut bien appeler le système anarchiste de Kropotkine, en permettant d’en mieux saisir les articulations.

Un complément indispensable de L’entraide

4Lorsque l’on avance à propos de l’œuvre de Kropotkine l’expression, en apparence outrée, de système anarchiste, il convient de rappeler ce qu’il en disait lui-même dans La science moderne et l’anarchie (1901) :

  • 2 P. Kropotkine, La science moderne et l’anarchie, Paris, Stock, 1913, p. 46.

L’anarchie est une conception de l’univers, basée sur une interprétation mécanique des phénomènes, qui embrasse toute la nature, y compris la vie des sociétés. Sa méthode est celle des sciences naturelles ; et par cette méthode, toute conclusion scientifique doit être vérifiée. Sa tendance, c’est de fonder une philosophie synthétique qui comprendrait tous les faits de la Nature – y compris la vie des sociétés humaines et leurs problèmes économiques, politiques et moraux.2

5On se trouve donc face à une philosophie continuiste. Le terme de naturalisme lui conviendrait tout à fait, exprimant l’idée que la nature humaine n’est qu’un développement de la nature extérieure, ayant hérité par l’évolution d’un ensemble de potentialités qui trouvent à s’exprimer dans divers contextes institutionnels. Or, pour Kropotkine, le legs de l’évolution est d’abord coopératif, quoi qu’aient pu en dire les défenseurs zélés de la concurrence à tout crin sur le marché libéral, ou les apôtres de la violence étatique cherchant à juguler le chaos des forces humaines.

6L’entraide, ouvrage publié en 1902 à partir d’une série d’articles pour The Nineteenth Century initiée en 1890, est l’exposé le plus clair du naturalisme de Kropotkine. C’est d’ailleurs ce livre qui ressort habituellement lorsque le milieu scientifique comme le milieu militant traitent de Kropotkine. Il s’agit d’une démonstration visant à établir que l’aide mutuelle est un facteur déterminant de l’évolution des espèces, autant sinon davantage que la concurrence et l’élimination des inaptes qui en résulte. Appuyée sur une grande masse de faits, recueillis notamment en Sibérie orientale, la démonstration met à l’épreuve les hypothèses sélectionnistes des social-darwinistes, ces penseurs qui, à l’instar d’une Clémence Royer (1830-1902) ou plus tard d’un Herbert Spencer (1820-1903) – quoique l’appréciation de ce dernier par Kropotkine soit fort nuancée – proposaient de transposer tel quel dans le domaine social le mécanisme de sélection et l’élimination au cœur de la théorie darwinienne.

7Contre la vision d’une nature extérieure soumise à l’inexorable compétition malthusienne pour les ressources – les lois de populations du révérend Malthus (1766-1834) ayant selon Kropotkine constitué le « levain » fatal de la théorie darwinienne de la sélection naturelle – mais aussi contre l’idée apocalyptique d’une nature cruelle et amorale présentée en 1888 par Thomas Henry Huxley (1825-1895) dans un article intitulé « La lutte pour l’existence et son influence sur l’homme », Kropotkine défend l’idée d’un legs coopératif de la nature, qui a trouvé à s’exprimer et s’affiner dans l’histoire humaine depuis les institutions des peuples primitifs jusqu’aux formes modernes d’association, en passant par les communes des temps barbares et les guildes du Moyen Âge.

8En réalité, Kropotkine reprend essentiellement des notations de Darwin lui-même dans La filiation de l’homme (1871), où le savant britannique insistait sur l’instinct social des animaux supérieurs, extension de la piété filiale, qui constitue un héritage dont tous les groupes animaux ont pu se servir pour prospérer, jusqu’aux groupements humains qui ont spécifiquement mis l’accent sur des comportements non sélectifs comme la charité, les soins aux humbles et démunis, l’assistance aux étrangers, avec une tendance à l’élargissement croissant de l’entraide. La démonstration de Kropotkine s’inscrivant dans cette lignée, tout en insistant sur le critère crucial du développement de la conscience, elle finit par annoncer l’hypothèse d’une sélection de groupe, qui sera reprise au xxe siècle, notamment par l’ornithologue Vero Copner Wynne-Edwards (1906-1997), tout autant que malmenée par les critiques :

  • 3 P. Kropotkine, L’entraide. Un facteur de l’évolution, Montréal, Écosociété, 2001, p. 98-99.

Tout en admettant pleinement que la force, la rapidité, les couleurs protectrices, la ruse, l’endurance de la faim et de la soif, mentionnées par Darwin et Wallace, sont autant de qualités qui avantagent l’individu ou l’espèce dans certaines circonstances ; nous affirmons que la sociabilité représente un grand avantage dans toutes les circonstances de la lutte pour la vie. Les espèces qui, volontairement ou non, abandonnent cet instinct d’association sont condamnées à disparaître ; tandis que les animaux qui savent le mieux s’unir ont les plus grandes chances de survivance et d’évolution plus complète, quoiqu’ils puissent être inférieurs à d’autres animaux en chacune des facultés énumérées par Darwin et Wallace, sauf l’intelligence.3

9Reste que si cette démonstration s’est avérée fondamentale pour déjouer les affirmations des social-darwinistes, elle demeurait insuffisante pour soutenir la tentative intégrale de L’entraide. En effet, loin d’être un simple traité précurseur de l’éthologie, l’ouvrage se présente plutôt comme une histoire naturelle des traditions d’entraide. Plusieurs questions peuvent alors se poser. S’il y a dans l’ouvrage moult exemples d’entraide intra-spécifique, il n’y a rien en ce qui concerne une entraide inter-spécifique. Kropotkine, bien qu’il eût très probablement manifesté un réel intérêt pour de telles théories, ne peut donc être rigoureusement tenu pour un précurseur des théories de la symbiose, que la biologiste Lynn Margulis (1938-2011) a mises en avant au xxe siècle. On ne voit donc pas vraiment comment les vivants étendent l’entraide. Par ailleurs, si Kropotkine substitue à un social-darwinisme agressif et concurrentiel un social-darwinisme coopératif, n’est-ce pas au fond reprendre les armes de l’ennemi tout en échouant à thématiser le passage, crucial pour tout naturalisme, entre le domaine biologique et le domaine social ? Comment, dans cette mesure, ne pas tomber dans le piège, décrit par Hume puis George Edward Moore (1873-1958), du « sophisme naturaliste » ?

10Ce sont précisément à ces questions que permettent de répondre les articles qui suivent.

Les articles : une polémique anti-weismannienne

11En prenant position dans le débat lamarcko-darwinien de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, Kropotkine a saisi une autre manière de remettre à sa place le modèle sélectionniste inspiré de Malthus. Rien d’étonnant à cela de la part d’un scientifique laudateur de Francis Bacon, qui ne prétendait pourtant pas que la science puisse être absolument neutre socialement et politiquement. Comme y invite l’article conclusif sur « L’action directe du milieu et l’évolution », il faut envisager les conséquences politiques possibles de la vision de la nature proposée par ceux qui, comme Kropotkine, cherchaient une conciliation entre Lamarck et Darwin.

12Á cette fin, Kropotkine intègre le grand ouvrage de Darwin sur La variation des animaux et des plantes à l’état domestique (1868), les révisions de la sixième édition de L’origine des espèces ainsi que quelques moments marquants de la correspondance du biologiste britannique avec Hooker, Asa Gray ou encore Moritz Wagner, pour montrer en quoi les facteurs lamarckiens de l’évolution ont été dans un premier temps les grands oubliés de la réflexion des biologistes à la suite de L’origine des espèces, souvent sous l’impulsion de Darwin lui-même, prompt à caricaturer les thèses de Lamarck sous l’aspect d’un finalisme non-scientifique. Mais par la suite, en mettant l’accent sur l’action du milieu, la réponse des organismes, l’exercice ou le non-exercice des organes, l’influence de l’isolement, l’établissement d’habitudes – proches de l’idée d’instinct – ou encore l’influence majeure du temps sur la morphologie des organismes et ce qu’ils peuvent tirer en retour de leur milieu, Darwin lui-même avait invité à reconsidérer un point central de sa doctrine : le statut de la variation.

13C’est peut-être l’enjeu épistémologique central de ces articles, auquel Kropotkine consacre d’ailleurs deux réflexions pleines, en octobre 1914 et en novembre 1915. La variation, qui représente l’objet même de la sélection, est-elle si contingente et aléatoire que Darwin semblait l’avancer en 1859, et que le maintiennent tous ceux qui ont suivi à la lettre le schéma évolutionnaire présenté dans cet ouvrage ? Pour Kropotkine au contraire, et il ne cesse d’y revenir dans chaque article, la reconnaissance des facteurs lamarckiens de l’évolution conduit à concevoir la variation comme déterminée et cumulative, sous l’influence de transformations morphologiques et physiologiques constatables. Deux conséquences majeures en découlent, et ce sont elles qui permettent d’approfondir la réflexion par rapport à L’entraide. Tout d’abord, ce sont les interactions avec le milieu, autrement dit le rapport que des totalités – organismes entiers ou groupes d’animaux – entretiennent avec l’englobant qu’est le milieu, qui deviennent déterminantes pour l’évolution, en lieu et place de la concurrence individuelle dans un milieu hostile. Ensuite, si la variation est à ce point déterminée, le rôle de la sélection naturelle devient secondaire : elle n’intervient plus qu’à titre de crible chargé de filtrer des variations forgées par l’action du milieu et le degré d’emploi des organes.

14Or, à l’époque de Kropotkine, cette dernière idée était malmenée par le biologiste de Fribourg August Weismann (1834-1914) et ses partisans, qui refusaient fermement toute synthèse lamarcko-darwinienne. En ce sens, les articles pour The Nineteenth Century peuvent être considérés comme une polémique anti-weismannienne. L’article central de mars 1912 revient clairement sur toutes les difficultés du débat de l’époque, l’expression d’« hérédité des caractères acquis » ayant été précisément forgée par Weismann pour caricaturer et dénigrer ce que l’on s’est mis à appeler à l’époque le « lamarckisme », assimilé en réalité à un finalisme non-scientifique. Weismann montrait par ses travaux que le plasma germinatif, transmis par les cellules de la lignée germinale, devait être soigneusement distingué du plasma somatique, composé des autres cellules formant le corps des organismes. On constatera que cette thèse de l’indépendance du plasma germinatif par rapport aux influences du milieu sur l’organisme est l’objet constant des critiques de Kropotkine, qui finit par lui trouver des relents téléologiques. Il retournera ainsi contre Weismann et son darwinisme « pur » les accusations de finalisme adressées aux lamarckiens, et cherchera une solution du côté de la théorie darwinienne de la pangenèse, exposée en 1868, qui faisait l’hypothèse d’une auto-réplication (sous la forme de « gemmules ») des cellules somatiques dans les cellules reproductrices.

15Pour expliquer l’évolution en dépit de la continuité du plasma germinatif, Weismann avait avancé l’hypothèse de la « panmixie », elle-même soumise à la critique par Kropotkine : les plasmas germinatifs des parents se mêlent lors de la fécondation, et se redistribuent ensuite à l’image d’un jeu de cartes battues. Dès lors apparaissent des variations non déterminées, contingentes, au sein desquelles la sélection naturelle, rendue à sa fonction première, va pouvoir opérer un tri. Cette hypothèse permettait de restaurer la pureté du darwinisme, en évacuant définitivement les spéculations lamarckiennes. En effet, si certaines variétés de formes issues de la combinaison sexuelle devaient se perpétuer, elles finiraient par affaiblir la race en raison de leur imperfection : la sélection devait donc éliminer ces variations imparfaites, retenir les meilleures et préserver par là le type moyen.

  • 4 M. Confino, Introduction à Anarchistes en exil. Correspondance inédite de Pierre Kropotkine à Mari (...)

16Enrôlant dans son enquête plusieurs éminents scientifiques de son temps – botanistes, biologistes, paléontologues, spécialistes de morphologie expérimentale – soutenant l’hérédité des caractères acquis, tels que Spencer, Edward Drinker Cope (1840-1897), Eugenio Rignano (1870-1930), Yves Delage (1854-1920), Gaston Bonnier (1853-1922), Richard Semon (1859-1918), et d’autres, Kropotkine s’efforce de réfuter les évidences empiriques des thèses de Weismann. Mais il est clair aussi, du point de vue d’une lecture interne, que sa réfutation a une portée politique, en ce qu’elle lui permet de restaurer la cohérence de son continuisme, en ménageant un passage du biologique au social-historique qui n’inclue aucun « saut dialectique » ou aucun « effet réversif de l’évolution » (pour reprendre le concept forgé par Patrick Tort pour rendre compte de l’articulation entre L’origine des espèces et La filiation de l’homme). Comme l’avait clairement mentionné Michael Confino dans une introduction à la correspondance entre Kropotkine et la biologiste Marie Goldsmith (1873-1933) : « Il apparaît ainsi que dans la perspective lamarckienne l’évolution est cumulative ; pour les darwinistes elle est répétitive, et elle peut se poursuivre sur des milliers de générations sans le moindre progrès ».4 Et si le temps ne produit pas de changement, s’il n’est pas créateur, alors l’histoire ne peut pas advenir. Formellement, le passage entre le chapitre i de L’entraide – sur les animaux – et le chapitre ii – sur les sociétés primitives – ne peut être compris dans un cadre strictement weismannien.

Points critiques

17Á plusieurs reprises au fil des articles, c’est un Kropotkine assez sûr du triomphe prochain de la synthèse lamarcko-darwinienne qui s’exprime. N’en déplaise aux darwiniens « purs », une conciliation semble la volonté commune des biologistes et paléontologues du temps, et surtout ce sont les faits eux-mêmes qui paraissent y conduire. Kropotkine argue également du fait que Weismann lui-même avait commencé à faire machine arrière pour reconnaître le caractère invérifiable de son hypothèse de l’éternité du plasma germinatif.

18Il est bien évident que les développements de la théorie chromosomique de l’hérédité à partir de 1907, directement inspirés de Weismann, sont venus ruiner cet espoir. Cela nous invite à beaucoup de circonspection à l’égard de Kropotkine, dont on sait que certains amis proches, dont la figure de l’anarchisme italien Errico Malatesta (1853-1932), le considéraient plutôt comme un « poète de la science », prompt à prendre ses désirs de vérité pour la réalité des faits. Le grand généticien ukrainien Theodosius Dobzhansky (1900-1975) a ainsi pu déclarer que les thèses de Kropotkine n’ont eu qu’un 

  • 5 « Kropotkin’s arguments made only a ripple on the evolutionary thought of his day, partly because (...)

[…] effet superficiel sur la pensée des biologistes de son époque, en partie parce que l’on désirait davantage la défense de l’insensibilité que celle de la compassion, et en partie à cause du caractère non critique des preuves qu’un dilettante en biologie tel qu’il l’était avait rassemblées pour soutenir ses arguments. En outre, au tournant du siècle et par la suite la pensée des biologistes devait prendre une direction différente…et une mauvaise direction.5

  • 6 Dans l’ouvrage Cooperation among Animals with Human Implications, 1951.
  • 7 Chaque fois que r × b > c, autrement dit chaque fois que le coefficient de parenté (r) multiplié p (...)

19Un simple regard jeté sur le devenir de la question de l’altruisme dans l’évolution, qui avait tant préoccupé Kropotkine, depuis La morale anarchiste (1889) jusque dans l’article de 1919, en passant par L’entraide et l’article « L’élément moral dans la nature » (1907), appelé à figurer dans L’éthique (posthume), suffirait à accréditer le jugement de Dobzhansky. Hormis la tentative d’un Warder Clyde Allee (1885-1955) d’étudier les conditions écologiques d’une coopération élargie chez les animaux, qui puisse englober les interactions des organismes avec leur milieu et ouvrir sur l’histoire humaine6, le traitement de la question de l’altruisme s’est de plus en plus rabattu sur des analyses relevant de la génétique des populations, notamment autour de l’équation de William Hamilton (1936-2000) sur la sélection de parentèle, postulant que la parenté génétique des individus détermine le degré d’altruisme dont ils seront capables.7 Ce traitement a culminé dans les ouvrages des sociobiologistes Edward O. Wilson (né en 1929) et surtout Richard Dawkins (né en 1941) avec son Selfish Gene de 1976, avant d’alimenter toute la production populaire de la psychologie évolutionniste. On sait la levée de boucliers dans les années 1970 à l’encontre de la tendance réductionniste de la sociobiologie des comportements humains, dont Stephen Jay Gould (1941-2002), notamment, avait critiqué le « pan-sélectionnisme ».

20Un autre point ne peut manquer de venir à l’esprit à la lecture des articles de Kropotkine. Les correspondances semblent frappantes – superficiellement du moins : même défense de l’hérédité des caractères acquis ; des preuves flagrantes de la plasticité des organismes, notamment chez les végétaux – on songera ici aux expériences de Gaston Bonnier sur les caractères alpins et maritimes des plantes, décrites dans l’article de juillet 1910 ; une même cible apparente avec les théories de Weismann, et un même attachement au lamarckisme ; même nationalité et, à un niveau d’abstraction extrême, même orientation socialiste. Comment ne pas penser dès lors à l’agronome Trophim Denissovitch Lyssenko (1898-1976), « généticien » favori de Staline, qui lui fournit le prétexte d’une extermination de tous les généticiens bourgeois mendélo-weismanniens, ennemis du matérialisme dialectique ?

21Il n’est pas question ici d’entrer dans tous les détails des thèses de Lyssenko, souvent plus confuses les unes que les autres. Mais l’on peut au moins établir deux points. Lyssenko s’est souvent présenté comme lamarckien et défenseur de l’hérédité de l’acquis, par exemple dans son rapport à l’Académie Lénine des sciences agronomiques, en 1948. Mais, d’une part, pour Lyssenko l’inscription de variations modelées par le milieu s’inscrit de façon excessivement rapide dans l’organisme, au point que ce dernier ne peut maintenir ces nouveaux caractères que s’il demeure dans le milieu qui les a produits. Le but est donc bien de prouver que l’on peut ébranler la nature et la disloquer à volonté. Chez Kropotkine, au contraire, on saisit que la transmission du caractère acquis exige un temps plus long, qui modifie les organismes pendant plusieurs générations, de sorte qu’un organisme conserve un caractère acquis même lorsqu’il est replacé dans son milieu d’origine (c’est ce qui est noté à propos des expériences de Bonnier). D’autre part, en usurpant le nom de Lamarck pour insister sur la modification du milieu, Lyssenko annule totalement le fondement même de l’évolutionnisme du biologiste français : la tendance interne à la complexification des organismes, qui entre en rapport avec les circonstances ambiantes, produisant ainsi un éclatement de la tendance unitaire à la complexification chez les organismes. Ce rapport est très clair chez les animaux, capables d’irritabilité, contrairement aux végétaux. Ainsi la plasticité trouve ses limites. Kropotkine montre très bien cela dans l’article sur la réponse des animaux à leur milieu.

  • 8 Nous ne développerons pas ici sur deux autres données qui invalident tout rapprochement entre le l (...)

22On saisit donc que le discours de Kropotkine dans ces articles n’a rien à voir avec un quelconque « lyssenkisme », idéologie scientifique ad hoc pour tout Comité central qui verrait dans la plasticité intégrale des organismes la promesse scientifiquement assurée d’un modelage de l’homme nouveau.8 Kropotkine, en lamarckien fidèle, prend en compte à la fois la tendance interne à la complexification et le rôle du milieu, pour ne retenir que les modifications d’ordre physiologique qui se déroulent dans les organismes ainsi considérés. C’est ainsi qu’il échappe également aux reprises spiritualistes de Lamarck dans le « néo-lamarckisme ».

Perspectives

23S’il nous a paru nécessaire et utile de traduire pour la première fois en français cette série d’articles, c’est en définitive pour trois raisons. Tout d’abord, comme nous avons essayé de le faire comprendre, la lecture de ces textes devrait permettre de saisir comment, en respectant un postulat évolutionniste de continuité entre le naturel et le social-historique, on peut ménager le passage d’habitudes animales d’entraide à des traditions instituées d’entraide dans l’histoire humaine. Il y faut un rapport au milieu, une perspective plus englobante sur les rapports du vivant à ce qui l’entoure, et la démonstration d’un interactionnisme qui puisse se prolonger en un aménagement de plus en plus conscient de la nature chez l’être humain. En ce sens, ces articles dans leur ensemble devraient logiquement prendre place entre le chapitre i de L’entraide sur les animaux et le chapitre suivant sur les peuples « sauvages ». C’est donc bien d’un « chaînon manquant » de l’œuvre de Kropotkine dont on dispose désormais ici.

24Même si, en accord avec Dobhzansky sur ce point, ces articles ne présenteront aucune nouveauté théorique pour le spécialiste de la biologie en ses dimensions les plus techniques, ils présentent un intérêt certain pour l’histoire des idées scientifiques. La documentation fouillée de Kropotkine, souvent de première main, parfois tirée d’échanges directs avec les scientifiques qu’il cite, constitue un témoignage de valeur sur un moment charnière de l’histoire de la biologie, où une tentative de synthèse bascule dans ce que l’on appellera par la suite l’époque « pré-weismannienne », supplantée par les nouveaux développements de ce qui deviendra dans les années 1940 la synthèse « néo-darwinienne ».

25Enfin, ce que Kropotkine nous rappelle çà et là en quelques passages de ces articles, c’est que la science, aussi désintéressée puisse-t-elle se penser, ne peut réellement se couper de la réalité sociale de son temps, et contribue souvent à la modeler. Ainsi, beaucoup des grands biologistes et botanistes qu’il évoque au fil des articles, qu’il s’agisse par exemple de Frank Raphael Weldon (1860-1906), Karl Pearson (1857-1936), Erwin Baur (1875-1933), Herman Nilsson-Ehle (1873-1949) ou bien entendu Francis Galton (1822-1911), furent des défenseurs zélés de l’eugénisme et de politiques de stérilisation active des « inadaptés ». Or, lors d’une allocution au premier Congrès international d’eugénisme tenu à Londres en 1912, Kropotkine s’était efforcé de saisir le problème de la stérilisation des inaptes sous l’angle des conditions extérieures dans lesquelles évoluaient les inadaptés :

  • 9 P. Kropotkin, « The sterilization of the unfit », Mother Earth, vol. VII, n° 10, December 1912. En (...)

Avant d’accorder à la société le droit de stériliser les personnes malades, les simples d’esprit, ceux qui ne réussissent pas dans la vie, les épileptiques (soit dit en passant, l’écrivain russe que vous admirez tant en ce moment, Dostoïevski, était épileptique), n’est-ce pas notre devoir sacré d’étudier avec attention les racines sociales et les causes de ces maladies ?9

  • 10 D. S. Wilson et E. O. Wilson, « Rethinking the theorical foundation of sociobiology », The Quarter (...)

26C’est bien cette considération pour les interactions entre les individus et leur milieu, autrement dit, cette approche écologique du vivant, au sens large, qui poussait Kropotkine à la méfiance à l’égard des possibles dérives du « sélectionnisme » à outrance. On peut gager que son lamarckisme est à l’origine de cette vigilance intellectuelle, et nous pouvons encore y trouver aujourd’hui des outils théoriques pour repenser le vivant en général, et le vivant humain en particulier. Du reste, dans le champ de l’épigénétique, les travaux récents d’une biologiste comme Mary Jane West-Eberhard sur la plasticité phénotypique réactualisent les enjeux qui occupaient Kropotkine en son temps. Dans cet ordre d’idées, en suivant le mouvement de balancier qui s’éloigne actuellement du « tout génétique », il est assez cocasse d’avoir vu tout dernièrement Edward Osborne Wilson lui-même commettre, en compagnie de David Sloan Wilson10, une véritable « trahison » à l’égard des sociobiologistes en remettant en cause l’équation de Hamilton, de manière à réhabiliter la sélection de groupe que ses émules avaient passé plus de trente ans à dévaluer. L’histoire du débat lamarcko-darwinien se poursuit peut-être ainsi sous d’autres formes.

Note sur la traduction

27L’anglais de Kropotkine ne présente pas de difficulté particulière. Par contre, il est souvent répétitif, avec des tournures de phrases parfois incorrectes (Kropotkine était d’ailleurs aidé par une correctrice), ce qui ne rend pas toujours aisée une traduction fluide.

28Nous avons systématiquement traduit le terme « environment » par « milieu », pour deux raisons : d’abord, « environnement » aurait constitué un anachronisme, sous l’effet, probablement, de l’écologisme et de sa préoccupation environnementale ; ensuite, le terme « milieu » correspond mieux à la pensée de Kropotkine, fortement marquée par la géographie, que son ami Élisée Reclus – dont il partage de nombreux traits de pensée – souhaitait être une mésologie, soit la science de l’interaction non seulement physique mais également sociale et culturelle de l’humain avec son milieu.

29Les textes auxquels Kropotkine fait référence dans ses notes sont cités dans leur édition d’origine. Le cas échéant, nous avons rappelé le titre entre crochets. On trouve également quelques erreurs dans les initiales des prénoms de quelques savants.

30Sous le format de ce volume, les notes bibliographiques de Kropotkine et nos propres notes bio-bibliographiques et critiques constituent deux flux visuellement différenciés.

Notes

1 Voir, récemment : L’entraide. Un facteur de l’évolution, Bruxelles, Aden éditions, 2009 ; L’État, son rôle historique, Marseille, Le flibustier, 2009 ; La Grande Révolution (1789-1793), Paris, Éditions du Sextant, 2011 ; La conquête du pain, Paris, Éditions du Sextant, réimpression en 2013 ; Communisme et anarchie, Avignon, Éditions du Chat Ivre, 2013.

2 P. Kropotkine, La science moderne et l’anarchie, Paris, Stock, 1913, p. 46.

3 P. Kropotkine, L’entraide. Un facteur de l’évolution, Montréal, Écosociété, 2001, p. 98-99.

4 M. Confino, Introduction à Anarchistes en exil. Correspondance inédite de Pierre Kropotkine à Marie Goldsmith. 1817-1917, Paris, Institut d’études slaves, 1995, p. 32-33.

5 « Kropotkin’s arguments made only a ripple on the evolutionary thought of his day, partly because scientific vindication of callousness was more desired than that of compassion, and partly because of the uncritical character of some of the evidence with which he, a dilettante in biology, tried to bolster his case. Moreover, at the turn of the century and later the thinking of evolutionists was going in a different and… wrong direction. » T. Dobzhansky, Mankind Evolving [1962], cité par A. Vucinich, Darwin in Russian Thought, Berkeley, University of California Press, 1988, p. 352.

6 Dans l’ouvrage Cooperation among Animals with Human Implications, 1951.

7 Chaque fois que r × b > c, autrement dit chaque fois que le coefficient de parenté (r) multiplié par les bénéfices garantis aux parents de l’individu altruiste (b) outrepasse le coût de l’acte (c), alors la sélection favorise le gène qui code le comportement altruiste. Voir, pour un tableau historique des aventures de cette équation, L. A. Dugatkin, The Altruism Equation. Seven Scientists Search for the Origins of Goodness, Princeton, Princeton University Press, 2006.

8 Nous ne développerons pas ici sur deux autres données qui invalident tout rapprochement entre le lamarckisme de Kropotkine et celui de Lyssenko : d’abord, la curieuse résurgence du finalisme chez le héraut du matérialisme dialectique, lorsqu’il énonçait que la sélection naturelle ne retient pas les plus aptes dans une situation de surpopulation, car en réalité les individus se sacrifient d’eux-mêmes pour le bien de l’espèce ; ensuite l’incompatibilité entre la méthode inductive de Kropotkine et la dialectique, qu’il considère à de nombreuses reprises dans La science moderne et l’anarchie comme une explication du réel fumeuse et métaphysique.

9 P. Kropotkin, « The sterilization of the unfit », Mother Earth, vol. VII, n° 10, December 1912. En ligne [http://dwardmac.pitzer.edu/Anarchist_archives/goldman/ME/mev7n10.html]. Consulté le 5 février 2014.

10 D. S. Wilson et E. O. Wilson, « Rethinking the theorical foundation of sociobiology », The Quarterly Review of Biology, 82 (4), 2007, p. 327-348. Le dernier ouvrage traduit de E. O. Wilson, La conquête sociale de la Terre, Paris, Flammarion, 2013, est la synthèse résultant de ce retour en grâce de la sélection de groupe.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search