Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre XVI

Étude de l’évolution


Texte intégral

I. Conditions de l’étude de l’évolution. – Emploi des courbes, conditions. – Différences entre l’évolution en biologie et en sciences sociales. – Différentes sortes d’évolution. – Détermination du groupe où l’évolution s’est produite.
II. Conditions des évolutions spéciales. – Production, transfert, répartition.
III. Conditions pour comprendre l’évolution. – Constatations des changements d’usages par la comparaison. – Évolution par renouvellement, difficulté de la constater.

1I. – La dernière opération consiste à grouper les faits successifs, de façon à constater les transformations et, s’il se peut, à atteindre l’évolution des phénomènes. C’est par excellence l’opération historique, elle ne peut être faite que par voie historique, avec les documents du passé. C’est la dernière opération de la série puisqu’elle ne peut être faite qu’après les deux autres. Il faut avoir dressé le tableau de l’ensemble des faits sociaux (ou du moins d’une espèce de faits) à un moment donné et dans un groupe donné avant de pouvoir le comparer à l’ensemble des faits (ou du moins à la même espèce de faits) dans le même groupe, à un autre moment, puis à une série de moments successifs.

2L’évolution a été rendue plus facilement représentable par l’emploi des courbes. Quand les phénomènes sociaux peuvent s’exprimer numériquement, la courbe permet d’en figurer graphiquement l’évolution, il suffit de transcrire les chiffres en graphiques. On obtient ainsi par exemple la courbe de la production d’une denrée ou de la quantité des transports. La courbe rend plus saillante la continuité du phénomène et la direction des changements.

3Le procédé n’est applicable que dans les cas où on peut exprimer les faits par des nombres ; ce qui suppose deux conditions.

41° Il faut que les faits soient par leur nature exprimables en nombre, qu’ils comportent une comparaison de quantité, au moins approximative, entre des états successifs, par exemple la quantité produite, transportée, transférée, distribuée, – ou le nombre d’objets, d’animaux ou d’individus comparables. Le procédé ne s’applique donc pas aux conditions matérielles ni aux rapports entre les hommes qui constituent une organisation économique ; la description est le seul moyen possible de représenter les phénomènes où entrent des milieux, des conceptions, des motifs.

52° Il faut que les données des documents soient suffisantes pour fournir des chiffres de phénomènes à plusieurs moments, ce qui est très rare pour les époques anciennes. Dans le cas où les documents seront suffisants, la description pourra être accompagnée de tableaux de chiffres ou de courbes ; c’est ainsi qu’a procédé M. Bienaimé dans ses études sur l’évolution du prix des denrées à Paris au xixe siècle.

6Pour constater l’évolution on peut se contenter de dresser le tableau complet de toute la vie économique d’un pays à plusieurs moments successifs et de rapprocher ces tableaux d’ensemble. Mais pour comprendre l’évolution il faut établir des comparaisons partielles entre les faits constatés à différents moments.

7Ici se pose la principale difficulté pratique. On ne peut pas rapprocher des faits au hasard ; il ne faut rapprocher, pour les comparer à des moments différents, que les faits analogues et entre lesquels il y a eu continuité. Or la continuité est une notion subjective, une interprétation que notre esprit se donne de la succession des faits ; l’observation directe ne fournit que des états successifs sans lien. Ce lien de continuité est une forme du lien de causalité, une forme beaucoup plus vague, et plus sujette à erreur.

8En fait la notion d’évolution nous est donnée par l’observation biologique. Nous voyons l’être vivant se transformer graduellement sans cesser d’être le même individu, l’évolution continue est ici évidente. Nous voyons se succéder les individus issus l’un de l’autre, et dans certains cas nous les voyons se différencier peu à peu, chaque génération s’écartant un peu plus du premier ancêtre ; la continuité est ici encore évidente, et nous constatons l’évolution de l’espèce.

9Cette notion d’évolution acquise par la biologie, nous la transportons dans la vie sociale. Ici il a fallu procéder par analogie, en employant une métaphore inconsciente. On a comparé un groupe d’hommes, – la nation anglaise par exemple – à un individu biologique ; on a comparé à une espèce animale la succession des hommes dans un même groupe. On est arrivé ainsi à concevoir « l’évolution de la société », ce qui est déjà une métaphore.

10On est allé plus loin. Dans la société on a abstrait un sous-groupe formé d’hommes distingués des autres par une fonction spéciale, c’est-à-dire par un système de rapports continu avec la masse de la société ; on a isolé ainsi le gouvernement, l’armée, le clergé, la magistrature ; on a opéré de même avec une classe, la noblesse, la bourgeoisie. On a pu alors considérer les changements successifs de cette organisation ou de cette classe comme une évolution ; on a eu l’évolution du gouvernement, de l’armée, de la bourgeoisie. C’est une métaphore au deuxième degré, car on n’a pas la connaissance directe d’une continuité entre les gouvernements ou les bourgeoisies d’un même pays à différents moments successifs. Il n’y a pas de lien biologique entre eux, il n’y a pas d’être qui soit le gouvernement ou la bourgeoisie.

11Enfin on en est arrivé à abstraire un usage, une langue ou même un simple détail, un mot, un procédé technique, un système de production ou de répartition ; et on a parlé de l’évolution d’un mot, ou de l’évolution de l’architecture, ou de l’industrie du drap, ou du commerce par canaux. C’est une métaphore au troisième degré, car ici il n’y a même plus d’indice de continuité biologique, il n’y a que la transmission d’un usage par imitation, c’est-à-dire par voie subjective.

12Il faut donc comprendre la portée réelle du mot « évolution », quand on l’applique aux phénomènes sociaux. Il n’a pas le même sens qu’en biologie. Il n’implique pas une continuité matérielle, une causalité biologique, la série des états ou des actes d’un même individu ou d’une lignée d’individus engendrés les uns des autres. Il ne désigne qu’une ressemblance, qui peut parfois avoir son origine dans une transmission héréditaire, mais à laquelle on peut presque toujours présumer des causes purement subjectives, la convention sociale, l’éducation ou l’imitation. La continuité est ici abstraite. Si nous appelons évolution toute la série des changements que nous avons réunis en un groupe, c’est parce que nous admettons une continuité entre les états successifs ; mais nous ne savons pas d’avance par quel procédé s’est établie cette continuité et il est probable a priori que ce n’est pas par le processus biologique de la transformation individuelle et de la filiation.

13La continuité ainsi comprise peut être établie entre plusieurs espèces de faits.

14La plus facile à constater, et la plus abstraite, est l’évolution d’une habitude ; – soit d’un procédé d’action, ou d’une conception, – soit du produit matériel d’une opération, – l’évolution de la technique d’un métier, ou de l’appréciation de valeur d’un objet ou des objets fabriqués par une industrie donnée. On peut étudier par exemple l’évolution de la technique du fer, des prix du fer, de la forme et de l’emploi des barres de fer. Pour établir ce genre d’évolution il suffit de comparer les descriptions ou les chiffres obtenus par l’étude des procédés ou des habitudes économiques ou des produits à plusieurs époques successives. Le sens de l’évolution ressortira de la comparaison même entre les habitudes d’action ou de pensée en matière économique pendant une période de la vie d’un peuple.

15Puis on peut chercher l’évolution de l’organisation, c’est-à-dire des rapports entre les hommes établis par une convention obligatoire ou volontaire, expresse ou tacite ; ce sont les institutions de la vie économique. On étudiera les conventions pour la division et l’organisation du travail entre les hommes, pour le transfert des objets, pour la répartition de la jouissance des objets. L’évolution apparaîtra par la comparaison du système des institutions économiques à des époques successives.

16On aura aussi à étudier les changements des conditions matérielles naturelles qui fournissent aux hommes les moyens matériels d’action et leur imposent les limites de leur action, le climat, le sol, la faune et la flore, les facilités de communication. On examinera les changements des conditions matérielles créées par les hommes eux-mêmes, qui constituent un aménagement durable et un milieu artificiel nouveau. On devra chercher s’il y a eu évolution, c’est-à-dire changement dans un même sens, de quelques unes de ces conditions naturelles ou artificielles.

17Enfin, après toutes ces comparaisons abstraites ou extérieures, il restera à examiner l’évolution proprement biologique, le changement des individus eux-mêmes. Il s’agit ici du personnel qui crée la vie économique. Y a-t-il eu un changement de personnes ? soit disparition des anciens individus ou introduction de nouveaux, soit changement dans le nombre ou la position réciproque des individus ? Alors seulement on peut connaître la nature de l’évolution ; on peut voir s’il y a eu continuité réelle, matérielle, biologique entre les individus ; ou si au contraire les individus ont changé et si la continuité est purement subjective.

18Après avoir déterminé les différentes espèces d’évolution, – évolution des habitudes, de l’organisation du milieu matériel, du personnel, – on se trouve en présence d’une difficulté pratique. Comment présenter l’ensemble de l’évolution qu’on aura constaté analytiquement ? Dans quel cadre ranger les faits ? C’est une difficulté d’exposition, qui ne comporte pas de solution uniforme.

19Si on ne veut faire que la monographie d’un fait économique, on est réduit à adopter un cadre partiel ; on ne peut présenter que l’évolution d’un trait de la vie économique. Le cadre naturel en ce cas sera l’étude de l’évolution d’une habitude donnée (usage, procédé, organisation), ou d’un groupe de procédés ou d’institutions ayant pour but une espèce donnée de résultat. C’est le résultat qui guidera le choix des faits à réunir, car le résultat d’une opération est la conséquence du but de l’opération, et le but, autrement dit le motif, est le phénomène directeur de toute la vie économique. Il est plus rationnel de chercher l’évolution des objets destinés à servir d’armes (l’industrie des armes) que l’évolution des objets fabriqués en bois ou en cuir.

20Si l’on veut arriver à une étude d’ensemble, il faudra réunir l’évolution des organisations et des habitudes communes à un même groupe d’hommes. La difficulté sera de déterminer le groupe qu’on doit considérer comme unité en matière de vie économique. Les groupes désignés par un nom d’ensemble sont d’ordinaire des groupes politiques unis par la communauté de gouvernement, des nations, le lien économique n’est pas identique au lien national. Rationnellement on n’a pas le droit de grouper les faits économiques dans le cadre de nation, c’est-à-dire de gouvernement. Pourtant, – en attendant qu’on ait déterminé le lien économique qui constitue les groupes économiques, – on n’a pas d’autre procédé que d’adopter l’un des cadres construits pour étudier d’autres phénomènes ; on prendra donc une nation, un État ou une région géographique, mais on devra garder conscience du caractère empirique et provisoire de cet expédient. Tant que l’histoire de l’organisation économique ne peut être exposée que dans les cadres construits pour l’histoire politique, tant qu’on en est réduit à écrire l’histoire de l’agriculture, de l’industrie, du commerce, de la propriété en Angleterre, en Allemagne, en Grèce, c’est que l’histoire économique n’a pas encore établi la nature de la solidarité économique. Si elle y parvient, elle pourra grouper ses faits dans des cadres à elle.

21II. – L’étude de l’évolution économique comporte des conditions spéciales aux trois branches de l’activité économique, production, transfert, répartition. Elles peuvent s’exprimer sous forme de questions.

221° Pour la production, l’évolution se produit dans 1° le but que se proposent les producteurs ; 2° le milieu qui rend les opérations plus ou moins faciles ou avantageuses ; 3° les procédés techniques des opérations ; 4° la division du travail dans chaque espèce de profession.

23Après ces questions particulières se posent les questions d’ensemble. Quelle a été l’évolution dans la répartition de l’ensemble des hommes entre ces diverses occupations ? La proportion s’est-elle modifiée dans un sens constant ? Y a-t-il eu évolution dans la proportion de la quantité des diverses espèces de produits ? Y a-t-il eu une évolution générale commune à plusieurs ou à tous les groupes civilisés, soit dans les procédés de travail, soit dans la division du travail ? Y a-t-il eu une évolution constante commune aux diverses périodes de l’humanité ?

242° Pour le transfert, l’évolution consiste dans un changement 1° des procédés de transport (depuis le sentier jusqu’au chemin de fer), 2° des voies de commerce, 3° de l’organisation du personnel des transports, 4° des procédés d’échanges (depuis le troc jusqu’à la spéculation), 5° de la distribution des centres.

25Puis viennent les questions d’ensemble. Y a-t-il eu évolution générale dans la répartition des procédés de transport et de commerce ? dans la proportion des quantités transportées ou sujettes à des opérations commerciales ? évolution dans la proportion du personnel employé ? évolution dans le système général du commerce ? Peut-on suivre une évolution commune à plusieurs groupes de peuples ? ou commune à l’histoire de l’humanité ?

263° Pour la répartition, l’évolution se produit dans les procédés d’appropriation, de jouissance, de transmission, dans la répartition des objets appropriables entre les divers modes d’appropriation et de jouissance ; dans la proportion des quantités d’objets appropriés aux mêmes individus.

27Puis viennent les questions d’ensemble. Y a-t-il eu évolution générale dans le système d’appropriation, de partage, de jouissance, de transmission ? Y a-t-il eu une évolution commune à plusieurs peuples ? Une évolution continue dans l’histoire de l’humanité ?

28II. — Pour comprendre la transformation, on commence par se représenter deux ou plusieurs états du même groupe à des moments successifs ; on cherche ensuite par quels moyens le groupe a passé d’un état à un autre. Ici intervient la cause, au sens empirique, c’est-à-dire les conditions sans lesquelles l’état n’aurait pas changé. Cette constatation peut se faire par différents moyens.

291° Directement, l’observateur qui a écrit le document a eu la connaissance, ou plutôt l’impression, que tel fait a été la cause du changement et il l’a dit. Latifundia perdidere Italiam, dit Pline ; c’est qu’il a eu l’impression que les grands domaines ont fait abandonner la culture du blé et remplacer les cultivateurs libres par des bergers esclaves. L’affirmation des auteurs de documents est, à vrai dire, la principale source où nous prenons la connaissance des causes en histoire.

302° Indirectement, après avoir constaté séparément dans les documents les états successifs, nous inférons des conditions où se trouvaient les choses avant le changement comparées aux conditions où elles se sont trouvées après, que le changement doit être attribué à tels faits, que nous appelons causes. Nous cherchons l’état de la population dans les pays soumis par les Romains ; nous trouvons avant la conquête une population d’hommes libres1, au temps des Antonins une population rurale formée surtout d’esclaves, au ve siècle une population très rare. Nous en inférons que la conquête romaine a abouti à remplacer les cultivateurs libres par des esclaves et qu’ensuite l’esclavage a été cause de la dépopulation.

31La première difficulté est d’établir le changement qui s’est produit entre deux moments. Il est bon de prévoir sous quelle forme on peut le constater.

32Premier cas. – On aperçoit des actes ou des faits apparents qui ont produit un changement direct, voulu par les auteurs des actes. Ils sont très fréquents dans la vie politique ; ce sont les guerres, les ordres donnés par les chefs, les lois, les révolutions, etc. Ils sont rares en matière d’usages et de faits sociaux ; – sauf les événements généraux, tels que conquête ou invasion, qui réagissent sur toute la vie, même sociale, et qu’il faut toujours connaître, pour y chercher d’abord l’explication des changements.

33Deuxième cas. – On aperçoit des changements d’usages ou d’arrangements sociaux, ou d’états, en comparant les usages, les arrangements, les états, à deux moments différents : c’est le procédé employé pour dresser les tableaux de chiffres et les graphiques, il s’applique même aux cas où la connaissance n’est que qualitative. En comparant l’organisation des ouvriers anglais en 1824 et de nos jours, on n’a pas de peine à constater le changement produit par les trade-unions.

34La vraie difficulté, c’est de pouvoir comparer toujours le même groupe à des moments différents ; le danger, c’est de comparer sans s’en apercevoir les usages ou l’organisation, non pas de moments différents, mais de groupes différents. Au sens strict il n’y a de vraiment comparable que les mêmes individus à des moments différents. En comparant un groupe de même nom, le Parlement ou une trade-union, à deux moments différents distants d’un siècle, on ne compare pas ensemble les états d’un même groupe concret à deux époques successives ; car les individus du Parlement ou de la trade-union de 1800 sont tous morts en 1900 ; on compare deux abstractions ou deux formes. Le danger est donc de personnifier ces abstractions, d’opérer comme si elles avaient évolué par une force interne propre, à la façon d’un organisme. Ce n’est pas l’erreur seulement de ceux qui conçoivent la société comme un organisme réel, c’est l’erreur de presque tous les historiens de phénomènes spéciaux enfermés dans une espèce unique de faits. Ils arrivent presque irrésistiblement à s’imaginer une évolution propre de la langue, du droit, de l’Église, des institutions ; seuls les historiens d’événements échappent à cette illusion, parce que leurs études leur font voir surtout des individus.

35Troisième cas. – On constate des changements de personnes dans un groupe, de façon que la masse du groupe change graduellement par un renouvellement continu des individus qui la composent. C’est probablement le processus normal de l’évolution. Les hommes n’aiment pas à changer leurs usages ou leur organisation ; mais c’est le groupe qui change de matière. Les hommes qui le composaient meurent peu à peu (ou se retirent), ils sont remplacés par des hommes différents qui agissent autrement. Le fait est assez apparent dans les établissements de production. Le moyen le plus rapide pour changer les procédés de travail c’est de changer les ouvriers.

36Le changement peut même se produire sans que les individus soient morts ou que les membres nouveaux du groupe aient adopté une façon de penser ou d’agir différente de celle des membres anciens. C’est ce qui arrive lorsque des hommes se déplacent et vont dans d’autres groupes ; ou bien quand il naît de nouveaux hommes : l’agencement de la société organisé pour un nombre donné doit alors être changé pour s’adapter à un nombre d’hommes plus grand ; ou même, s’il reste pareil en apparence, il ne fonctionne plus de même façon. Ainsi la Chambre des représentants aux États-Unis a été transformée par l’accroissement du nombre des représentants.

37Quatrième cas. – En matière d’objets matériels, les aménagements, tels que cultures, digues, routes, maisons, et les produits, tels que meubles, numéraire, capitaux, s’accumulent ou se remplacent par d’autres, de façon à transformer les conditions matérielles de la vie.

38Toute transformation graduelle est difficile à constater, parce que les hommes ou les objets qui se renouvellent se remplacent peu à peu. Mais la difficulté n’est pas égale pour toutes les histoires. Elle est moindre pour les espèces de faits où l’action des individus est plus apparente, où les documents désignent souvent les acteurs par les noms propres ; ce qui arrive dans les arts, les sciences, les doctrines, la vie politique. On voit dans les documents une génération d’hommes politiques, de savants ou d’artistes, succéder peu à peu à la précédente. – En matière de langue, d’usages privés, ou de religion, la constatation est déjà plus difficile ; mais encore peut-on atteindre quelques influences d’individus et voir si le moment où un changement se produit correspond à la période de leur vie active. – La difficulté est au maximum pour les faits sociaux, démographiques ou économiques. Là on voit les phénomènes se succéder sans apercevoir les changements concrets, les documents ne montrent pas le renouvellement des générations.

39Cette difficulté de constater le changement concret rend plus difficile d’atteindre les causes des faits sociaux par les procédés historiques. Les documents indiquent rarement une cause aux évolutions de ces faits, parce que les actes frappants en ces matières sont très rares ; sauf les révolutions produites par une invention technique il ne se produit guère que des transformations lentes et continues. Et il est très dangereux d’opérer par inférence, parce qu’on n’atteint pas la cause la plus active des transformations, qui est le changement des individus. On doit donc être particulièrement prudent si l’on veut découvrir la cause des évolutions sociales.

40Ainsi l’histoire sociale présente des difficultés spéciales. Les unes tiennent à la nature des documents, plus rares et plus exposés à l’erreur, parce qu’ils portent sur des faits peu frappants, moins souvent observés et notés, – et sur des faits extérieurs, plus difficiles à atteindre avec certitude, parce qu’il faut pour y arriver passer par l’intermédiaire de la pensée de l’auteur. Les autres tiennent à la nature même de la construction de l’histoire sociale, à la difficulté de déterminer les quantités, de préciser les groupes, d’atteindre l’évolution. Ces difficultés expliquent les lacunes et les erreurs qui ont retardé la constitution de l’histoire sociale.

Notes de bas de page

1 Dans la mesure, assez restreinte, où les documents nous font connaître l’état des pays conquis au iie siècle.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.