Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Conclusion générale

Texte intégral

1Lors de mon dernier séjour au village à l’été 2009, les pratiques de communication avaient été bouleversées par la diffusion toute récente du téléphone portable, particulièrement répandu chez mes interlocuteurs alphabétisés et au-delà : l’échange de SMS semble particulièrement prisé, et des numéros de portables peints ou dessinés à la craie ont fait leur apparition sur les murs. La crise du coton et du système CMDT, qui formait l’arrière-fond socio-économique de mes enquêtes au début des années 2000, semble depuis avoir atteint un point de non-retour : quelques villageois ont complètement délaissé cette culture tandis que deux jeunes sont partis vers l’Espagne, premiers cas de migration vers l’Europe dans ce village. Dans ce contexte difficile, certains obtiennent néanmoins des opportunités nouvelles : ainsi, moussa Coulibaly, dont le portrait ouvre ce livre, a été retenu pour occuper une fonction de responsabilité au sein de l’association de parents d’élèves mise en place par une ONG japonaise, première reconnaissance communautaire de son statut de lettré.

2Cet aperçu des changements en cours montre qu’une ethnographie des usages de l’écrit telle que je l’ai menée ne fait que saisir une situation singulière à un moment donné : les évolutions technologiques, économiques et sociales la redessinent constamment. Ces observations invitent à poursuivre l’enquête sur les usages de l’écrit dans les sociétés africaines contemporaines, en élargissant les terrains et les pratiques considérés.

3Pour autant, l’enquête ethnographique sur laquelle repose cet ouvrage permet de dégager certaines logiques qui s’inscrivent dans la durée.

L’écrit en filigrane

4Ce travail permet d’étayer le constat paradoxal d’une fragilité des structures éducatives malgré l’omniprésence de l’écrit et la reconnaissance de son importance (Gérard 1997a).

5Du point de vue de l’alphabétisation au sens restreint de filières d’acquisition de l’écrit, le fait d’avoir travaillé auprès d’adultes en mettant en regard leurs usages actuels et leurs trajectoires lettrées permet de considérer avec un certain recul les acquis de deux de ces filières, l’alphabétisation pour adultes en bambara menée en zone CMDT et l’école bilingue.

6Les campagnes d’alphabétisation pour adultes des années 1970 et 1980 ont incontestablement joué un rôle important dans la diffusion de l’écrit dans la région. Les évaluations critiques ont souligné à juste titre qu’il était illusoire de former définitivement des adultes au cours de sessions ponctuelles de 35 jours. Mais l’alphabétisation ne s’est pas limitée à ces campagnes extensives : mon travail fait ressortir l’importance des modes d’apprentissage plus intensifs en place au début des années 1970, qui ont formé une première génération de lettrés villageois dont le rôle a été crucial dans la diffusion ultérieure de l’écrit. À examiner les trajectoires des villageois lettrés, on note aussi que les sessions d’alphabétisation ont pu fonctionner comme lieux de socialisation aux pratiques d’écriture comptables et techniques pour des jeunes passés par l’école. J’ai en effet travaillé dans un village caractérisé par la conjonction de l’alphabétisation pour adultes en bambara et l’école bilingue franco-bambara. Soulignons que mener l’enquête dans un village marqué par un engagement aussi net en faveur des institutions d’éducation constitue un biais certain. Cependant, j’ai observé ailleurs les pratiques étudiées à Kina, ce qui permet d’avancer que la singularité du village d’enquête réside moins dans les pratiques observées que dans leur concentration.

7Enquêtant auprès d’anciens élèves, j’ai montré que la scolarisation, à partir d’un niveau situé autour du primaire, assure en général un maintien de certaines compétences, parfois mobilisées pour la communauté, parfois cultivées pour soi. Il faut donc aller au-delà d’une évaluation de la scolarisation à l’aune des titres acquis ou des débouchés obtenus pour appréhender le rôle des individus passés par l’école à l’échelle communautaire ou en deçà. Enfin, l’examen des usages des adultes passés par cette filière bilingue permet de mesurer à la fois le recours au bambara dans certains contextes et sa position dominée par rapport au français. Certes, ces observations ont été réalisées auprès d’adultes scolarisés pour l’essentiel dans les années 1980. La pédagogie bilingue a été soumise depuis à plusieurs réformes et étendue à l’ensemble du système scolaire. Mais si ces résultats ne sont pas transposables à la situation actuelle, ils permettent de suggérer que quand la langue nationale utilisée à l’école est ancrée dans des usages quotidiens de l’écrit, passer par ce type d’école même au seul niveau primaire permet de mobiliser ensuite ses acquis dans une large gamme d’usages, pour les autres et pour soi, même si cette langue garde un statut mineur. Ils invitent surtout à prolonger ce type d’enquête auprès de jeunes adultes passés par les formes ultérieures de l’école bilingue.

8Face aux enjeux cruciaux que revêt l’éducation dans un pays en développement comme le mali, dans le contexte d’un déclin de l’alphabétisation et de débats très vifs autour du bilinguisme scolaire, il me semble important de souligner que ces deux filières ont pratiquement à elles seules réussi à former une élite villageoise lettrée et un nombre encore plus important de personnes qui manient l’écrit pour leurs propres usages.

9En effet, au-delà d’une étude des lettrés, cette enquête a permis de rendre compte de la diffusion plus large de l’écrit. Le mode d’encadrement de la région par la CMDT a promu l’usage de l’écrit en bambara comme central dans des modes de gestion villageois mais aussi dans des formes de contrôle des exploitations et des individus. Les transformations actuelles dans le contexte de la privatisation de la compagnie visent à donner un rôle accru aux producteurs, organisés non plus en « associations villageoises » mais en coopératives de producteurs de coton – association de producteurs de coton (APC) et coopérative de producteurs de coton (CPC) ; en effet, ce dernier type de structure repose sur une responsabilité individuelle des exploitants et non sur une responsabilité solidaire, juridicisation qui suppose l’engagement personnel, par la signature, de chaque exploitant. Dans le même temps, la privatisation de la CMDT se traduit par un retrait des missions « non productives » telles que la formation, ce qui commence à faire sentir ses effets même au niveau des compétences techniques disponibles localement (Bélières et al. 2008 ; Moseley et Gray 2008).

10Au-delà de ce contexte régional, les modes de gestion associés à l’écrit sont largement présents, à travers les usages de l’administration ou d’autres intervenants au village, comme les organismes de microcrédit et les ONG. À l’échelle nationale, le processus de décentralisation devenu effectif depuis le début des années 2000 impose également le recours local à l’écrit et des renégociations de l’autorité entre villages, mais aussi entre individus d’un même village, selon des lignes qui ne se réduisent pas à un partage entre lettrés et non-lettrés. En effet, l’étude des trajectoires menée dans la première partie de l’ouvrage a permis de souligner que la maîtrise de l’écrit ne suit pas à assurer la reconnaissance sociale d’un statut de lettré. Inversement, même si l’attitude des individus non lettrés face à des injonctions à écrire n’est abordée que marginalement dans mon étude, eux aussi sont acteurs de ces processus, selon des modalités que l’examen de la délégation d’écriture en deuxième partie de l’ouvrage a permis d’esquisser. Bien des personnes non lettrées peuvent exercer leur autorité à l’échelle de la famille comme du village sans savoir elles-mêmes écrire. L’écrit est ainsi une source de légitimité qui souvent ne prend sens pour la communauté que combinée à d’autres. En cela, l’écrit s’ajoute à d’autres formes d’autorité plutôt qu’il ne les bouscule. Davantage que dans les usages collectifs, c’est dans l’importance de l’écrit pour soi que les changements les plus décisifs m’ont paru pouvoir être repérés.

L’alphabétisation : objet anthropologique et entrée sur les dynamiques sociales

11Cette dimension de mon travail permet de plaider pour une anthropologie de l’alphabétisation où l’écrit constitue une entrée pour appréhender des logiques sociales plus larges, et amène à reprendre des questions centrales des études africaines et plus largement des sciences sociales.

12De ce point de vue, le principal résultat de ce travail est d’avoir pointé la place de l’écrit dans les processus en cours de redéfinition des rapports entre soi et les autres. À une hypothèse univoque qui associe montée de l’individualisme et usages de l’écrit, j’ai substitué une analyse qui s’attache aux différentes facettes de l’alphabétisation, appuyée sur une déclinaison de la notion d’individualisation en des processus souvent convergents mais néanmoins distincts.

13L’étude des pratiques a permis de dégager, parmi la pluralité des usages de l’écrit pour soi, trois lignes de force. La première prolonge le versant du contrôle par l’écrit qui forme la trame des écrits imposés. Il peut s’agir d’une réplique directe face aux institutions, dans des pratiques individuelles qui le redoublent pour mieux se prémunir de ses effets. Au-delà de ce mode défensif, ces pratiques prolongent vers la sphère domestique des modes de gestion attendus, autorisant toutefois le scripteur à y introduire du jeu et à déplacer les échelles du privé. La deuxième ligne vise la manière dont l’écrit permet de circonvenir des modes de transmission de savoirs identifiés comme secret, et de s’assurer une prise plus individuelle sur des domaines dont la transmission sociale est contrôlée. La troisième, attestée principalement par la pratique de tenir un cahier à soi, fait de l’écriture une « technique de soi » qui autorise, par des actes de sélection et de mise en ordre, une prise, même minime, sur les événements et le cours d’une existence. L’enjeu principal de la tenue d’un cahier réside dans le fait de condenser en un même objet ces différents usages, dans une dynamique expérimentale qui n’est pas réductible à la reprise d’un genre déjà disponible de l’écriture de soi.

14Ces enjeux de l’écrit pour soi se répartissent de manière différente selon les profils. Les premiers lettrés du village, formés à la grande époque de l’alphabétisation et du système des AV, développent surtout des écritures domestiques qui sont dans le prolongement des attentes des institutions, le privé circonscrit par l’écriture coïncidant pour les chefs de famille avec ce qui est reconnu socialement. Certes, l’usage de l’écrit pour consigner des secrets est attesté même pour ces profils, mais d’une certaine manière ces hommes aux responsabilités sociales sont encore dans leur rôle en accumulant des secrets qui participent à la maîtrise de leur famille. À cette figure où l’écrit est, de manière assez cohérente, une ressource à la fois sociale et individuelle au niveau local, s’opposent des profils plus contrastés, tant du point de vue du statut de lettré que des pratiques, pour les plus jeunes et pour les femmes. Les premiers obtiennent difficilement une position dans l’AV à l’issue de leur scolarité, et la crise du coton réduit de toute manière l’intérêt de ces responsabilités communautaires. Leurs pratiques témoignent d’investissements plus divers, parfois nettement orientés vers tout ce qui rattache à un au-delà villageois, sociabilités urbaines et références juvéniles, souvent en lien avec une expérience ou une aspiration migratoires. Quant aux femmes, leurs profils sont encore plus disparates et seulement marginalement abordés par cette étude. Si une sphère privée leur est reconnue, en deçà de l’espace domestique, leurs pratiques d’écriture dessinent des lignes de fuite plus qu’elles ne renvoient à des identités socialement acceptables, dans un contexte où les relations de genre sont reconfigurées par l’importance de leurs migrations urbaines et par la demande des acteurs du développement d’interlocutrices lettrées. Ainsi, l’écrit est partie prenante des dynamiques en cours, à la fois par les statuts qu’il donne et par les pratiques qu’il suscite. Ces deux dimensions demandent à être abordées ensemble, ce qui permet d’appréhender la congruence ou l’écart entre ces deux aspects de l’alphabétisation.

15Enfin, cette étude permet de souligner la part de ces acteurs locaux dans les recompositions culturelles en cours. Les processus d’appropriation portent à la fois sur des contenus culturels qui circulent, dans une logique d’extraversion qui consiste à se saisir d’informations recueillies hors du village ou par la radio, ou dans une démarche de compilation des savoirs locaux qui dans sa forme et ses modèles mêle des influences diverses. Ce travail d’hybridation culturelle témoigne de la capacité d’initiative d’acteurs locaux, qui ne sont pas des professionnels de l’écrit, mais qui s’engagent dans des processus d’écriture complexes. Des actes d’écriture comme la transcription ou la traduction, souvent vus comme l’apanage d’experts, sont mis en œuvre de manière inattendue, au service de la constitution d’espaces personnels de référence. L’activité d’écriture n’est plus le privilège de l’ethnographe mais une activité partagée, et j’espère avoir proposé une lecture de ces écrits qui en suscite d’autres.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search