Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Troisième partie. Tenir un cahier

Conclusion

Texte intégral

1Cette partie a permis de détailler les traits par lesquels le cahier est constitué en un espace à soi. En conclusion, il faut d’abord revenir sur les profils des scripteurs de cahiers, pour préciser la portée de ces analyses, puis on en résumera l’acquis principal, la constitution d’une sphère à soi, en revenant sur les distinctions entre individuel, privé et personnel.

2On a indiqué d’emblée que la pratique de tenir un cahier à soi s’observe de manière privilégiée chez certains scripteurs, notamment des hommes. Pour tenir un cahier, il faut avoir du temps pour écrire, posséder un matériel minimal (un cahier, un bic) et disposer d’un endroit à soi où ranger cet objet. Concernant le matériel, il n’est pas nécessaire qu’un cahier neuf soit acquis, puisque l’écriture peut démarrer sur un cahier reçu lors d’une formation. Ce dernier cas n’élargit guère le spectre des scripteurs possibles au-delà des individus dont les compétences sont socialement reconnues, puisque ceux-ci sont les principaux bénéficiaires des formations. Au-delà de ces prérequis minimaux, qui ont pour corollaire la rareté des femmes, une diversité de profils apparaît. Du point de vue des filières, les scripteurs sont plutôt des scolarisés, mais les alphabétisés sont aussi détenteurs de cahiers. Les usages divers de l’arabe dans les cahiers invitent à poursuivre l’exploration du côté des lettrés dans cette langue. Du point de vue des générations lettrées, la pratique de tenir un cahier à soi semble également transversale. Quant au niveau de formation, on constate là encore une grande diversité, aussi bien parmi les alphabétisés que parmi les scolarisés. Enfin, à considérer le critère de la reconnaissance sociale ou non du statut de lettré, on peut préciser que la tenue d’un cahier est observée aussi bien chez des lettrés reconnus que chez des individus plus jeunes dont les compétences restent peu exploitées au niveau de la communauté.

3Cette disparité des profils de scripteurs de cahiers permet de souligner l’extension de la pratique selon les âges et les profils lettrés. Cependant, elle ne signifie pas que la pratique revête le même sens dans tous les cas. Pour reprendre le dernier critère, celui de la reconnaissance sociale des compétences, selon les profils des scripteurs, la pratique de tenir un cahier prend des significations très différentes. Pour un lettré reconnu, le transfert sur des champs privés des dispositions couramment mises en œuvre dans le champ professionnel ou public est un prolongement naturel de ses activités, souvent sur une sphère domestique où ce scripteur, chef de famille, exerce une autorité également reconnue socialement. Pour les autres, le cahier constitue parfois la seule pratique régulière de l’écrit, il est le lieu où s’opère le repli sur le privé d’une compétence non reconnue socialement.

4Prolongeant l’hypothèse émise par Florence Weber selon laquelle les dispositifs matériels d’écriture permettent une séparation des scènes sociales, il faut souligner que le cahier, constitué comme un espace à soi, est souvent une des seules manières d’objectiver l’existence d’une telle sphère (2006). Loin d’étayer la thèse d’un processus d’individualisation homogène, l’analyse de cette pratique amène plutôt à réfléchir aux lignes de différenciation repérables dans ces processus. les cahiers donnent à voir plusieurs figures de l’écrit pour soi, qu’on peut ramener aux trois dimensions dégagées au chapitre 5 : celle du rapport à l’individu, celle de la proximité aux siens, soit à l’une ou l’autre des échelles du privé, et celle d’une prise en charge de l’énonciation d’une dimension expressive de soi et d’un choix personnel dans les données recueillies. Ces lignes croisent la question de la publicité ou du secret des écrits, cruciale sur mon terrain. Mettre à plat ces distinctions permet d’abord de pointer qu’elles ne se recouvrent pas : on peut traiter de l’individuel en reprenant des formes expressives distantes (les modèles administratifs notamment) comme on peut travailler l’expression de la singularité à partir de contenus qui circulent largement ; on peut préserver jalousement des secrets qui ne concernent pas l’individu et dont la forme est là encore très peu expressive. Quelques configurations récurrentes apparaissent néanmoins.

5Écrire c’est d’abord se constituer en un sujet qui est celui que requièrent les institutions, en prenant appui sur des formes de l’individualité déjà présentes, et en les remodelant. La prégnance de notations liées à l’état civil s’inscrit dans cette perspective d’une reprise pour soi d’une forme d’écriture imposée. Les individus sont soumis à ces écrits, notamment à travers le carnet de famille que chaque chef de famille est censé détenir. Mais les notations liées à la famille peuvent épouser ou non les contours de la famille reconnue civilement. Dans cette maîtrise des échelles du privé apparaît une première différence entre l’écrit officiel et celui des cahiers. Dans d’autres cas, des pratiques miment le fonctionnement bureaucratique, mais dans des contextes informels, contribuant ainsi à leur donner une « consistance », pour reprendre l’expression de Karin Barber, par l’emprunt de modèles officiels (2007, p. 198). On a là des formes de subjectivité imposées, mais dont la reprise autorise un jeu entre ce qui est requis et les mises en scène de soi proposées par les cahiers. Le cahier ressort d’une sphère privée dont celui qui écrit maîtrise en quelque sorte les contours.

6Le fait de sélectionner des informations et d’en faire un recueil dans le cahier permet aussi de se constituer comme sujet, non plus en se mettant en scène, mais par le geste même de recueillir des données sur un support à soi. De ce point de vue, deux pôles de ces écrits pour soi sont identifiables. On peut se servir du cahier afin de se remémorer des savoirs qui sont essentiellement transmis par oral. Dans ce cas, on retrouve des formes classiques de la communication orale, à travers des manières de se doter d’un aide-mémoire sans tout confier à l’écrit. Des registres classiquement identifiés comme « gundo », le savoir magique, médicinal et religieux, ou les « choses anciennes » (l’histoire du village) peuvent apparaître. Dans ces domaines, les scripteurs reprennent la pratique, courante à l’oral, du discours à double entente, ce qui est explicite (ici écrit) ne suffisant pas à donner la clé de l’ensemble. En même temps, s’y forge un rapport plus personnel à ces corps de savoirs. Comme les compétences d’écriture sont distribuées selon des lignes qui ne sont pas celles de la transmission traditionnelle des savoirs, le cahier peut être le lieu d’émergence d’une énonciation qui ne pourrait être validée publiquement. Le contrôle des conditions de transmission, qui opère généralement sous la forme d’une sanction sociale, est ici à la discrétion d’un individu. De ce point de vue, on peut souligner l’importance des pratiques qui relèvent de la sphère magique, dont on observe la privatisation croissante, et qui dans les cahiers apparaissent partiellement affranchies des circuits attendus de transmission. Support de notations en apparence plus anodines, telles que des informations entendues à la radio, le recueil, sélection singulière puisée à ces sources publiques, n’en a pas moins d’importance. Il permet à son détenteur de prendre une place dans ces circulations culturelles. Noter les résultats des compétitions sportives internationales, les titres des chansons qui passent à la radio, les adresses d’étrangers de passage, soit tout ce qui rattache à un au-delà des sociabilités villageoises, témoigne d’une logique de l’«  extraversion » identifiée comme centrale dans les processus de subjectivation de l’Afrique contemporaine (Bayart 1999). Le scripteur intervient alors en tant qu’il se ressaisit de contenus qui circulent plus largement, mais dont le choix lui revient, selon des goûts que ce recueil lui donne l’occasion d’affirmer. L’idée qu’écrire est un plaisir est apparue dans les entretiens, à la fois exprimée dans les déclarations et dans la manière dont ceux-ci se sont déroulés. Dans les cahiers, cette dimension ludique apparaît notamment dans la pratique de l’inscription, par laquelle le scripteur s’approprie l’espace graphique en y apposant sa marque, ainsi que dans des notations cryptiques.

7Cela introduit à la troisième dimension de cette pratique. Certes, l’idée d’une écriture de soi ne régit pas les cahiers : les moments de l’énonciation à la première personne sont rares, et pour ce qui est de la chronique familiale, les écrits restent fortement structurés par des modèles. Mais l’appropriation est bien à l’œuvre dans des processus de copie, de collecte et de sélection où s’affirment des choix et parfois des goûts individuels, dans la reprise de formes communes. La portée subjectivante de la pratique apparaît en ce qu’elle autorise une mise en scène de son statut de chef de famille ou de chef d’exploitation, coïncidant avec une sphère du privé reconnue socialement dans le cas d’un homme exerçant effectivement de telles responsabilités. La plupart du temps toutefois le cahier ne se limite pas à cela, mais comporte des notations plus hétérogènes, permettant parfois au scripteur de faire le lien entre différentes facettes de son individualité : représentant du village auprès des acteurs « modernes », héritier de secrets familiaux, chef de famille, etc. par exemple, le cahier de Demba Coulibaly comporte notations familiales, religieuses et agricoles. au fil des pages, il s’y montre soucieux de marquer sa différence avec le pasteur peul par sa maîtrise du français, désireux de compiler des formules magiques en bambara et d’enrichir son savoir islamique en copiant des prières en arabe, écrivant tour à tour en tant que chef de famille, notable, musulman respecté, individu détenteur de secrets. La structuration de l’espace du cahier par ces ressources que sont les titres, la mise en paragraphe et le recours à des listes, témoigne d’une relative maîtrise des changements de registres mais la coexistence de notations diverses sur le même support offre aussi au scripteur la possibilité, sinon d’articuler, du moins de tenir ensemble différentes figures de soi. enfin, les expériences individuelles, de l’école ou de la migration, constituent des moments forts dans les trajectoires des jeunes adultes dont le cahier permet de garder trace, le plus souvent de manière fragmentaire, parfois en se constituant en support de mémoire, retraçant en pointillé au-delà de la chronique familiale, un parcours scolaire, professionnel ou migratoire.

8Si des formes d’injonction trouvent un écho dans les cahiers – à écrire à la première personne dans la forme scolaire de la rédaction, à une gestion rationnelle de son exploitation dans le « carnet d’exploitation » –, l’injonction à une écriture de soi n’est pas présente sur ce terrain, à la différence des sociétés occidentales contemporaines, où la tenue d’un journal intime est une activité attendue à certaines périodes de la vie. Je propose de considérer le cahier à soi comme un genre, au sens d’une activité répandue, mais celui-ci reste une forme ouverte, presque expérimentale, et dont la stabilité est loin d’être acquise. Les pratiques des plus jeunes semblent s’orienter vers des modèles plus établis de l’écriture de soi – dont le « cahier de souvenirs » fournit un exemple – suggérant que la forme très ouverte du cahier à soi pourrait devenir caduque. La diversité des manières dont les individus s’en emparent, le foisonnement des thèmes, des formes et des modèles, font des cahiers des objets dont cette étude est loin d’avoir épuisé la richesse.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search