Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Troisième partie. Tenir un cahier

7. Un cahier à soi

Texte intégral

L’appropriation d’un espace d’écriture

Personnaliser son cahier

1Le cahier est parfois transformé par le scripteur. Certains cahiers de l’AV sont ainsi découpés de manière à constituer une sorte de répertoire, dont la partie supérieure est visible à toutes les pages. Des cahiers à soi sont également découpés pour obtenir d’autres formats. Certaines pratiques montrent le soin attaché à l’entretien du cahier, comme la reliure d’un des cahiers de Moussa Coulibaly recousue au fil rouge.

2Plus original est l’épais cahier que Ba Madou Sanogo consacre à des notations religieuses, et sur lequel on reviendra au cours de ce chapitre. la photographie 6 ci-dessous permet d’observer les opérations qu’il a subies : la couverture a été détachée du corps du cahier – à moins qu’elle ne soit tombée à l’usage –, puis sa pliure centrale a été renforcée par la couture à la machine d’une bande de tissu soyeux, dont témoignent les points réguliers au fil rouge ; elle a ensuite été remise en place, jointe au cahier au niveau du contre-plat par des points de couture – l’un, au fil blanc, est visible aux deux tiers de la hauteur, un autre au bas – ; un point de couture double également l’une des agrafes centrales ; enfin, la couverture a été recouverte de papier type kraft, selon un usage beaucoup plus courant. Ba Madou Sanogo, qui exerce comme tailleur à côté de son travail agricole, a probablement effectué lui-même ce travail méticuleux. Il prend un soin particulier de ses documents, comme j’ai pu l’observer à sa façon de poser une chute de tissu par terre avant d’y déposer son cahier pour que je le prenne en photographie. Cette dimension d’ouvrage, au sens artisanal du terme, fait de ce document un objet singulier, qui ressemble plus à un livre qu’à un cahier, ce pour quoi j’ai adopté pour ce document la dénomination de cahier-livre – sans guillemets, puisque par convention je réserve ceux-ci aux indications de titre portées par les scripteurs eux-mêmes sur leurs cahiers.

Photographie 6. Le cahier-livre, contre-plat et page de garde

3Les paraphes et signatures qui émaillent certains cahiers rappellent les marques du bétail ou les initiales apposées sur les greniers ou les cases. Au-delà de l’inscription du nom propre qui peut s’expliquer par la reprise d’une habitude scolaire ou par un souci de voir son cahier reconnu si on le perd, les signatures, plus ou moins lisibles, qui apparaissent sur les cahiers dépassent ce souci d’identification. Là où certains investissent le paratexte pour marquer leur nom, d’autres scripteurs jalonnent tout l’espace du cahier de signatures et paraphes comme pour mieux le personnaliser.

Réemplois

4Il peut sembler évident qu’écrire pour soi requiert un support exclusivement consacré à la notation personnelle. Pourtant, le tableau 9 ci-dessus montre que le cas des cahiers exclusivement destinés à l’écriture personnelle est minoritaire.

5On peut distinguer deux types de réemploi. Dans un premier cas, l’écriture est interstitielle, se logeant dans les marges et les espaces laissés vacants par une première strate d’écriture, par exemple dans un cahier scolaire. Cette manière de réutiliser un cahier se prête à des écritures qui relèvent du brouillon ou ponctuellement de l’aide-mémoire. Ainsi, un cahier d’écolier peut être récupéré pour y poser des additions dans les marges, dans différents sens d’écriture, empiétant parfois sur l’écriture antérieure. Il faut à ce sujet rappeler la rareté du papier, et la pluralité des usages possibles du papier déjà couvert d’écriture manuscrite : ici support d’autres écrits, ailleurs papier d’emballage de denrées diverses. Dans un second cas, plus fréquent, c’est d’une série de pages vierges que s’empare le scripteur. La copie lors des formations occupant rarement l’ensemble du cahier, l’espace laissé vacant après les notations est mis à profit pour un autre usage. La démarche est ici différente, car l’écrit antérieur n’est pas annulé par la prise d’écriture. La rupture liée au changement d’usage est quelquefois signalée graphiquement par le scripteur, au moyen d’une page blanche ou d’un trait tiré.

6Un point s’esquisse à partir des deux seules séries de cahiers conservées dans la durée que j’ai pu observer, auprès de Demba Coulibaly et Moussa Coulibaly : dans ces deux cas, l’acquisition d’un cahier dédié aux notations personnelles intervient postérieurement à une prise d’écriture entamée sur d’autres cahiers. L’hypothèse d’une « carrière de scripteur », dont le passage au cahier consacré à la notation personnelle marquerait une étape, demande à être approfondie à partir d’une série de cas plus fournie, qui permettrait d’analyser l’entrée dans l’écriture personnelle et son évolution.

Manières d’écrire pour soi

7Au-delà de cette personnalisation du support matériel, on peut se demander si ces cahiers à soi se distinguent des autres cahiers par des manières d’écrire propres. Leur écriture renvoie à la pluralité des expériences de l’écrit en contextes scolaires et professionnels, y puisant largement genres et modèles. Mais parfois, ils sont aussi un lieu où se constituent des habitudes d’écriture spécifiques.

8Dans les entretiens, certains enquêtés précisent à propos de leurs écrits personnels (listes, cahiers) que l’écriture n’est pas soignée car il leur suit de pouvoir se relire. Ce point de vue est exprimé par exemple par Soumana Coulibaly (école bilingue, 6e) : « tu peux l’écrire pour toi, bon même si personne ne le comprend, toi quand même tu peux y comprendre quelque chose » (entretien en bambara). La plupart des cahiers auxquels j’ai eu accès sont toutefois relativement lisibles.

9Les énoncés sont généralement de l’ordre de la notation. La discontinuité caractérise l’écriture, puisque des unités textuelles se succèdent sans être nécessairement reliées. On a indiqué plus haut que les cahiers suivent des modes de structuration de l’espace graphique qui permettent de distinguer ces unités, à partir d’indices graphiques ou discursifs. On les différencie ainsi visuellement grâce à des sauts de ligne ou de page, des traits de séparation (trait horizontal ou découpage de la page en différents espaces d’écriture), des changements de couleur d’encre ou encore l’usage du signe de clôture « ˙/. ». Les procédés discursifs de démarcation des textes sont principalement les titres, les dates et les indications génériques (prière, formule, recette, comptes, etc.). Ces deux dimensions, graphique et discursive, sont souvent associées, titres, dates et indications de genre étant mis en relief graphiquement : soulignés, mis en rouge, centrés ou mis dans la marge. D’une unité à l’autre, les opérateurs de transition sont rares. La numérotation des items, qui les intègre dans un ensemble de niveau supérieur, les dates, ou les titres dont certains se répondent opèrent parfois un classement ou une mise en série des notations. La logique de leur succession peut tenir dans la constitution d’une liste, que rompt simplement le passage à un autre ordre de notations. Les dates renvoient à des formes de structuration temporelle dont le chapitre suivant détaille les modalités.

10À l’intérieur de ces unités, les formes ne sont pas toujours syntactiques, notamment dans les textes qui se présentent comme des listes. Pourtant, les énoncés sont généralement verbaux. Même sur un calendrier, où l’économie d’espace tend à réduire les notations au minimum, des phrases entières apparaissent : par exemple « Founé est né ». La pratique de la prise de notes, dont il faut rappeler qu’il s’agit d’un code constitué et non une manière d’écrire improvisée, n’est mise en œuvre de manière régulière que sur le cahier de souvenir de Ganda Camara (Branca-Rosof 2004).

11La pratique de l’abréviation est plus largement présente. Au-delà de celles, communes, qui font partie de la langue écrite ou orale, certaines formes renvoient à une norme partagée mais non oicielle, comme « Bko » (parfois « Bk » ou « BK ») pour Bamako ou, plus curieusement, « Cly » pour le nom de famille « Coulibaly ». D’autres ne renvoient pas à une norme identifiable, et leur interprétation requiert une attention à l’environnement graphique et discursif immédiat. Ces abréviations prennent les deux formes classiquement repérées en linguistique : l’apocope et la contraction (Andrieux-Reix et Bosredon 2004). Makan Konaté (école classique, 6e) écrit ainsi dans une liste de dates de naissances :

lala Bg sept kalo 21 su/1996/lasiri ilan tile 7 sibiri/Kina
Lala est née le 21 septembre au soir/ 1996/ le 7 du mois « lasiri ilan » samedi/ Kina

  • 1 Signalons le goût malien pour les sigles et acronymes : par exemple, les personnalités politiques (...)

12Le nom du mois, « sept », abrégé par apocope renvoie sans doute plutôt au français « septembre » qu’à l’emprunt en bambara (« sɛtanburu »). Plus originale, la notation « Bg » est la contraction de « Baguera » [bangera], est né(e). On rencontre aussi des « rébus de lettres », comme dans la forme, récurrente sur les carnets de famille, « DCD » pour « décédé(e) »1.

13Les abréviations relèvent d’une pluralité de traditions lettrées (Fraenkel 1994). aux formats de l’écrit scolaire et administratif s’ajoute l’influence de la tradition lettrée islamique, où les pratiques de manipulation de lettres et de chiffres sont très présentes. Par exemple, dans le cahier de Mamoutou Sanogo qui comporte une série de formules, figure dans la marge latérale, à trois reprises, l’indication « b i m r. », pour la formule d’ouverture « Bismillâhi al-raḥmân al-raḥîm », Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux.

14Au-delà de l’économie d’espace ou de temps qu’elle permet, un rapport plus ludique à cette forme est évident dans certains cas, le scripteur donnant parfois à l’abréviation la valeur d’un code personnel. La dimension proprement cryptique est essentielle dans certaines abréviations de prénoms et noms (par leurs initiales en lettres capitales). Tel est le cas notamment dans le « carnet de secrets » de Moussa Coulibaly, où il consigne la venue au village de deux jeunes femmes en les désignant par leurs initiales. Il s’agit d’un des rares passages qu’il n’a pas souhaité commenter. Le « cahier de souvenirs » de Ganda Sanogo comporte aussi des initiales sous la forme classique de l’équation amoureuse : « G.S. + B.K. = ASF » (amour sans fin ?). D’autres notations cryptiques apparaissent en dehors de celle des noms et prénoms, comme chez Thiémokho Coulibaly (école bilingue, 7e) qui écrit sur la troisième de couverture de l’un de ses cahiers la phrase suivante : « J’aime certaines parties dans le corps des filles », suivie de plusieurs abréviations, dont « fss. », probablement mis pour « fesses » et « sn. » pour « sein (s) ». Comme pour le cahier de Ganda Camara, ce passage, figurant dans un hors-texte, est à rattacher aux pratiques ludiques et de détournement qui se développent en marge des pratiques scolaires.

À la recherche de la première personne

15La question de l’énonciation a été mise au cœur de l’analyse linguistique par Émile Benveniste, qui approche le langage comme le lieu d’émergence de la subjectivité : « c’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet » (Benveniste 1966, p. 259). Cette opération s’effectue grâce à certaines formes de la langue, notamment le pronom « je » qui permet l’énonciation. Or dans les cahiers, le recours à la première personne est rare.

16En bambara, où l’on distingue la forme ordinaire (« n » pour la première personne) et la forme emphatique du pronom (« ne » pour la première personne), la première personne apparaît sous cette dernière dans le contexte particulier des formules magiques. Souvent, sa valeur personnelle est immédiatement annulée dans la formule « ne karisa », moi Untel. Il s’agit là d’un effet lié à la scripturalisation de la formule qui laisse vide la place où s’inscrit l’identité de l’énonciateur lors de la profération. Mais même dans les cas où le nom propre figure, la possibilité de le remplacer par un autre, s’agissant de formules relativement fixes, rend caduque l’assignation du discours à ce locuteur. En dehors de ces cas, le seul usage du pronom personnel en bambara apparaît sur deux pages du cahier de Makan Camara où il se réfère au décès de son père (cahier 2, p. 1 et 2). Le pronom personnel apparaît sous la forme du pluriel de politesse, dans le texte en bambara « alla y’an fakoroba ka kalifa minè » [Ala y’an fakɔrɔba ka kalifa minɛ], Dieu a rappelé à lui notre père. Cette première personne du pluriel est reprise dans la mention en français de l’année de décès de son père qui apparaît quelques pages plus loin : « [année] du déçai de nos père ».

17En français on repère des usages plus nombreux de l’énonciation à la première personne. Dans la chronique familiale ou personnelle, la prégnance du modèle du carnet de famille, qui recense de manière impersonnelle les membres de la famille, explique que certains scripteurs s’en passent. S’y manifeste un souci d’identifier, comme cela se pratique sur les documents officiels, les individus dont sont consignées les dates de décès, naissance, mariage. L’écriture à la première personne apparaît cependant dans des pronoms possessifs, par exemple, pour les décès de « ma mère », « mon père » dans le cahier de Ganda Camara.

18Le texte de Moussa Camara sur lequel je reviendrai dans le chapitre qui suit, « l’histoire des faits qui on[t] passé », est celui dans lequel la prise de distance avec le modèle de l’état civil est la plus grande, puisque la prise d’écriture s’y déploie dans la perspective d’une « histoire » personnelle, annoncée comme telle (cahier 1). Si le pronom personnel « je » est présent dans un énoncé (« j ais perdu ma mère »), c’est le pronom possessif qui revient le plus fréquemment : « ma première femme », « mon second mariage », « ma mère », « mon quatrième ils », « mon ils » (orthographe rétablie). Moussa Camara ayant été scolarisé en français, le recours à cette langue peut s’expliquer par sa plus grande aisance en cette langue, dès qu’il s’agit de formes scolaires d’expression. En effet, un texte à la première personne pourvu d’un titre annonçant une « histoire » s’inspire sans doute du modèle scolaire de la rédaction. On rencontre quelques autres usages, plus triviaux, de la première personne du singulier. Par exemple dans les notations telles que les « infos sur mes champs » de Madou Camara où il formule ainsi les dates qu’il souhaite retenir concernant ses cultures : « j’ai semé mon champ […] j’ai été au hameau ». Dans son cahier, Makan Camara note « J’ai acheté une pompe une clé une pince dimanche le 19 mars 1998 » (cahier 2, p. 6).

19Cette voie d’investigation s’avère limitée : isoler les recours, au demeurant rares, à la première personne du singulier comme moments du passage d’une écriture pour soi à une écriture de soi risque de faire manquer la singularité de ce corpus. Pour maintenir la perspective adoptée d’un travail sur les modes d’appropriation de l’écrit, il me semble plus pertinent de continuer à situer l’implication du scripteur dans l’écart avec les normes et modèles qui circulent. À cet égard, l’acte de copier, souvent conçu comme le lieu d’une écriture impersonnelle, permet en réalité d’observer la manière dont le scripteur s’affirme dans ses choix à travers l’écriture du cahier.

La copie, mode d’appropriation des textes

20La copie est une pratique d’écriture centrale à l’école comme lors des formations d’alphabétisation et de post-alphabétisation. Elle joue également un rôle prépondérant dans la filière coranique.

21Ce contexte scolaire d’acquisition est essentiel pour comprendre des pratiques qui restent liées à l’école du côté de la forme de cette opération, laquelle apparaît comme un exercice, et des modèles didactiques choisis. Ainsi, Moussa Coulibaly copie dans l’un de ses cahiers des passages d’une grammaire française qu’il détient, notamment une liste de signes de ponctuation avec des exemples. Thiémokho Coulibaly (école bilingue, 7e), quant à lui, copie sur huit pages de l’un de ses cahiers un lexique franco-bambara. En me reportant au modèle imprimé qui a servi de source à cette page, j’ai remarqué qu’il a en fait procédé à un travail de sélection complexe. Tous les termes bambara qui figurent sur cette page du cahier, ainsi que les traductions françaises qui en sont données, sont extraits d’une même page d’un lexique bambara-français (DNFLA 1980, p. 31). La sélection opère sur les entrées lexicales retenues, plus marginalement sur les traductions dont certaines ne sont pas reprises dans leur intégralité. Les items retenus sur le cahier ne constituent donc qu’une partie du document original. À l’échelle du cahier, le critère de sélection des entrées reste obscur. Par exemple, Thiémokho ne retient pas « keninge », gros mil, mais copie deux pages plus loin « suna », petit mil. On peut toutefois remarquer que les suites de mots sont récurrentes – plus nombreuses que si le choix des termes était aléatoire –, suggérant qu’une fois son attention attirée par un terme, le scripteur a tendance à poursuivre sur cette lancée d’écriture. Dans cet exemple, la dimension de la copie comme exercice est sans doute combinée à celle de la copie comme mode de reproduction d’un document.

22En effet, la copie d’un ouvrage ou d’un document peut également être motivée par le souci, dans un contexte de rareté de l’imprimé, d’en disposer. Cet usage de la copie comme procédé de duplication est à l’œuvre dans les carnets de Moussa Coulibaly. Dans l’un d’eux – on l’a vu au chapitre 4 –, il recopie un extrait d’acte de naissance et imite le tampon et la signature de l’officier d’état civil ; dans le « carnet de secrets » il recopie sa carte d’identité. En entretien, ce procédé est justifié par la nécessité de disposer d’une copie de ces documents officiels, en cas de perte, et bien que le changement de support leur fasse perdre toute valeur juridique. Plus couramment, la copie d’un ouvrage permet de disposer d’un exemplaire équivalent à l’original imprimé, ce qui est le cas de deux cahiers reproduisant plus ou moins fidèlement des brochures islamiques en bambara.

23L’autre champ dans lequel la copie est d’usage récurrent est le domaine religieux. Dans le cahier de contrôle de Moussa Coulibaly, la copie d’une brochure franco-arabe en arabe translittéré occupe cinq pages à l’encre verte, qui constituent un ensemble homogène au sein du cahier (cahier 3, p. 10-15). Le cahier de Demba Coulibaly est également consacré à des pages de copies de différentes sources, manuscrites et imprimées. Ces pratiques en arabe translittéré se rapprochent des pratiques scolaires de copie mais une autre valeur de la copie religieuse, la copie comme épreuve et support de l’incorporation dans l’apprentissage par cœur, doit être envisagée.

24L’activité de copie combine le plus souvent l’opération de duplication à celle de sélection. pour Jean-Pierre Albert, les exercices de copie, dans la sélection qu’ils opèrent, relèvent de l’écriture intime, comme il le montre sur deux pratiques de l’écrit : l’élaboration d’encyclopédies personnelles et la confection de recueils de poésies et belles pensées (Albert 2000). Cette démarche de sélection est présente dans toutes les formes de copie évoquées : la copie intégrale d’une brochure suppose en amont le choix de cet ouvrage tandis que la copie d’un passage d’un manuel suppose aussi une décision, même si le souhait de s’exercer peut amener à un choix assez arbitraire. Elle est encore plus centrale dans certaines pratiques, comme les listes de titres de chansons. Cette pratique peut relever de la copie ou de la transcription (copie à partir d’une pochette de cassette ou transcription suite à l’écoute de la radio). Un ensemble de pratiques se greffe autour de cet usage de l’écrit : commander un morceau à la radio, que l’on dédicace à des proches, ou encore faire enregistrer une « sélection », c’est-à-dire une compilation pirate, dans un magasin spécialisé en ville. Ces pratiques de l’écrit autour des chansons sont attestées chez les scripteurs les plus jeunes, faisant du cahier le lieu d’expression de goûts individuels.

  • 2 Ces écrits m’ont été montrés dans des circonstances particulières, puisque je loge dans la concess (...)

25Les pratiques décrites jusqu’ici renvoient à des modèles imprimés. Cependant, l’activité de copie introduit aussi une autre dimension, celle de la réécriture, que j’ai pu observer à partir des cahiers de Moussa Coulibaly. De ce scripteur, je dispose de quatre textes en plusieurs versions : les résultats de la Coupe de monde de football sur des pages successives de son cahier (cahier 3, p. 24-25 reprises sur les p. 26-27) ; une formule sur un cahier, puis, à deux reprises dans le « carnet de secrets » (sur des pages différentes) ; une formule sur les deux carnets ; la mention de la mort de sa belle-sœur sur les deux carnets. C’est ce dernier écrit que je propose d’analyser ici. Ces deux versions ne constituent qu’une partie du corpus écrit auquel a donné lieu cet événement. En efet, Moussa Coulibaly m’a indiqué sur un calendrier suspendu dans sa chambre des encoches face aux deux dates de l’accouchement de Rokia et de son décès, avant de me donner à lire ces deux pages de ses carnets2.

Photographie 7 – Deux versions du décès de Rokia

  • 3 Cependant la présence d’une narration en bambara à la fin du cahier de Ba Madou Sanogo interdit de (...)

26Entre les deux versions, les différences sont notables. Des éléments sont précisés dans la seconde, qui n’apparaissent pas dans la première : heure et lieu de l’accouchement, heure du décès, et surtout mention de l’opération. L’écriture est plus sobre dans la version finale qui ne comporte pas d’encre rouge. La première version peut avoir été écrite au fil des deux événements – le changement d’encre entre les deux suggère des temps d’écriture distincts – tandis que la seconde leur est postérieure. Cette dernière constitue l’un des rares textes à propos duquel la catégorie de récit me semble pertinente. En effet, le texte a un début et une in, et l’on y repère un travail d’écriture par rapport à la version initiale, la mention de l’opération dramatisant le propos3. Clos sur la mention de la mort de Rokia, il apparaît comme son tombeau, au sens littéraire.

27Loin d’être un exercice marginal, la copie est une activité centrale, dont les différentes significations témoignent toutes d’une appropriation de l’écrit, et parfois d’un engagement personnel du scripteur dans la sélection des événements et dans les formes de mise en mémoire adoptées. Avant de s’arrêter sur cette dimension cruciale de l’écriture personnelle, il reste à explorer, parmi les modalités de l’écriture personnelle, le choix d’une langue d’écriture.

Écrire pour soi dans la langue de l’autre

28L’étude des profils des lettrés en première partie a permis de souligner la complexité de trajectoires d’alphabétisation qui associent souvent plusieurs langues de l’écrit. En particulier, les premiers scolarisés, à l’école classique ou bilingue, sont souvent également passés par des sessions d’alphabétisation en bambara, ce qui les amène à manier les deux langues à l’écrit. La question du choix d’une langue d’écriture se pose différemment quand il s’agit d’écrire pour la collectivité ou d’adresser une lettre et d’écrire pour soi. Dans le cas d’écrits partagés, la possibilité de la compréhension par les autres est au cœur du choix de la langue : on a vu que, pour les lettres, l’appréhension des compétences du destinataire et de son entourage détermine le choix d’une langue ou d’une autre (voir chapitre 5). En revanche, s’agissant d’écrits pour soi comme les cahiers, le choix d’une langue d’écriture n’est pas soumis à ces contraintes communicationnelles. Cette section s’attache à rendre compte de l’usage des langues dans les cahiers plurilingues. Pour traiter cette question du mélange de langues à l’écrit, peu étudiée en linguistique, il m’a fallu contribuer à l’élaboration d’outils d’analyse spécifiques, que je vais brièvement introduire. puis, abordant la façon dont les scripteurs manient les différentes langues de l’écrit dont ils disposent, il s’agira d’expliquer cette énigme qu’est la domination du français, au lieu du bambara, pourtant langue première et mieux maîtrisée à l’oral.

Question de méthode : analyser le plurilinguisme, de l’oral à l’écrit

  • 4 Cette section doit beaucoup au travail entrepris avec Cécile Van den Avenne sur la question du plu (...)
  • 5 J’ai trouvé les analyses les plus éclairantes pour mon corpus chez des historiens, notamment dans (...)

29La réflexion sur la spécificité du plurilinguisme écrit est un chantier de recherche assez récent4. Certes, la coexistence de plusieurs langues d’écriture et graphies a retenu l’intérêt des chercheurs, notamment lors des grandes enquêtes portant sur l’alphabétisation de sociétés plurilingues telles celles de Sylvia Scribner et Michael Cole au Libéria (1981) ou de Daniel Wagner au Maroc (1993). Des recueils récents s’intéressent aussi à la question à travers des études de minorités linguistiques (Durgunoglu et Verhoeven 1998, Martin-Jones et Jones 2000). Cependant, ces travaux visent à repérer des parcours dans des contextes plurilingues ou à articuler des pratiques à des répertoires plurilingues, sans analyser pour elles-mêmes les productions. Du coup, la question des textes plurilingues en est singulièrement absente5.

30À l’oral, la question de l’alternance codique (ou code-switching) constitue un champ de recherche devenu classique, d’abord développé dans le cadre d’une sociolinguistique interactionnelle (Gumperz 1982, 1989). Le recours à ces outils d’analyse du code-switching pour un corpus d’écrits ne va pas de soi. Certes les cahiers peuvent être pris dans des interactions. Par ailleurs, l’écrit pour soi n’est pas dénué d’une part de mise en scène, même réservée à soi (Lejeune 1975). Cependant, ces dimensions d’interaction au sens large sont loin de la centralité de l’échange verbal qui caractérise les corpus de code-switching sur lesquels repose l’analyse conversationnelle. S’ils sont aisément transposables à l’analyse de séquences d’interactions qui associent échanges oraux et écrits (Mondada 2007), les outils élaborés à partir de ce cadre théorique demandent à être adaptés au type d’écrits particulier que sont les cahiers. Il faut d’abord circonscrire l’espace du choix d’une langue en précisant les contraintes qui pèsent sur ce choix.

Répertoires, contextes et genres

31La langue d’écriture peut être déterminée en amont par des compétences plus ou moins limitées dans les différentes langues, et au moment de l’écriture par un contexte particulier. il s’agit donc de préciser de quelles ressources les scripteurs disposent et la manière dont les contextes d’écriture peuvent déterminer le choix d’une langue.

32De même qu’à l’oral l’analyse du code-switching suppose l’identification du répertoire plurilingue d’un individu – les langues qu’il comprend et/ou parle –, l’analyse du code-switching écrit doit débuter par un repérage des langues de l’écrit et de la manière dont elles s’articulent dans un répertoire scriptural et graphique – les langues et les graphies qu’un individu lit et/ou écrit. Les langues de l’écrit en présence sont le français, le bambara et l’arabe. Le français a une norme écrite reconnue ; il est appris d’abord à l’école, plus rarement dans des contextes d’apprentissage informels. L’usage écrit de la langue repose sur une compétence linguistique qui peut ne pas être mise en œuvre à l’oral. Ainsi, des enquêtés déclarent lire et écrire le français et non le parler, et j’ai plus d’une fois fait l’expérience de mener un entretien en bambara car mon interlocuteur affirmait ne pas pouvoir s’exprimer en français, au cours duquel ce dernier me présentait des écrits rédigés par lui en français. Le bambara est la langue première des villageois, et à ce titre la principale langue de leur répertoire oral. Cette langue dispose d’une orthographe officielle, mais peut être pratiquée à l’écrit de deux manières : soit en référence à cette norme, soit dans une forme reprenant l’orthographe du français. L’arabe possède deux formes graphiques, graphie arabe ou translittération latine. Cette langue peut être incluse dans le répertoire scriptural de locuteurs sans être une langue d’expression orale. En effet, les usages de l’arabe écrit, lecture et copie, sont souvent attestés sans compétence linguistique dans cette langue. Enfin, le repérage de ces différentes langues de l’écrit et de leurs rapports complexes aux mêmes langues à l’oral doit être pondéré dans chaque cas individuel par une maîtrise plus ou moins assurée de chacune d’entre elles. De même que la notion de « bilingue » en linguistique n’est pas réservée aux rares cas de compétence identique dans les différentes langues, le terme de « bilettré » désigne ceux des villageois qui manient deux langues de l’écrit, sans préjuger de leur degré de maîtrise de ces dernières.

33À cette détermination en amont des possibilités de choix d’une langue de l’écrit, s’ajoute la question du contexte d’écriture. Celui-ci tient d’abord à la situation d’écriture, qui, on l’a indiqué, a rarement fait l’objet d’observations directes, mais que l’étude des cahiers et les commentaires des scripteurs permettent parfois de reconstituer. En particulier, deux actes d’écriture engagent un rapport particulier à la langue : celui de la copie et celui de la transcription de données recueillies oralement. Dans ce dernier cas, il peut s’agir d’une interaction directe avec une personne ou de la transcription d’informations recueillies lors d’une écoute de la radio. On peut faire l’hypothèse que, comme pour la copie d’ailleurs, la transcription engage le plus souvent une reprise de la langue entendue, mais ce point reste à vérifier par des observations.

34Au-delà de la situation d’écriture, on peut se demander si certains genres ou types de texte supposent l’usage de l’une ou l’autre langue. Cette hypothèse se vérifie sur un petit nombre de cas. L’exemple le plus évident est celui des formules magiques et des recettes magico-médicinales, qui recourent toutes au bambara, parfois mêlé à d’autres langues. Chez les scripteurs qui déclarent une préférence pour le français dans les écrits pour soi, ce domaine est le seul à rester associé au bambara, avec parfois des expressions ou emprunts au français ou à l’arabe. Ce choix s’explique à la fois par la nature des réalités dont il est question (plantes médicinales dans les recettes), par la connotation culturelle du genre (la formule comme relevant d’un savoir « bamanan »), par son contexte d’écriture et par l’impératif de conserver la forme sonore de l’énoncé. De manière similaire, les prières et bénédictions coraniques sont toujours en arabe, même si les indications d’usage sont en français. Les seuls genres toujours en français sont les adresses et les résultats sportifs. En revanche, des genres discursifs très fréquents sont attestés en français comme en bambara et parfois dans des textes mixtes : comptes, informations agricoles, notation d’événements.

  • 6 Reprenant les fonctions discursives du code-switching distinguées par Suzanne Romaine (1995 [1989] (...)

35Ces deux pistes d’explication du code-switching restent donc insuffisantes. Cette approche qui vise à dégager des contraintes au choix d’une langue manque en effet la manière dont la pluralité des langues peut être maniée par les scripteurs de manière expressive et au sein de stratégies discursives particulières. Pour les analyser, je m’inspire des différentes fonctions de l’alternance codique dégagées par John Gumperz : citation, désignation d’un interlocuteur, interjection, réitération, modalisation d’un message, personnalisation vs objectivisation (1989, p. 73-84). À part l’interjection, qui est étroitement liée à un contexte d’interlocution, ces différents usages expressifs du code-switching se rencontrent à des degrés divers dans mon corpus. L’enjeu de désignation d’un interlocuteur est également lié à un contexte d’interaction, oral ou écrit. La citation est une pratique écrite au moins autant qu’orale. Elle constitue une forme omniprésente dans les cahiers, liés à ces actes d’écriture évoqués plus hauts : copier et translittérer. Les cas de réitération du même message dans des langues différentes sont également attestés à l’écrit, sous la forme particulière de la traduction, récurrente dans les cahiers plurilingues. Enfin, le code-switching à l’écrit est utilisé dans des fonctions métadiscursives proches de celles que John Gumperz regroupe dans les deux dernières catégories. Il évoque notamment à propos de la distinction entre personnalisation et objectivation l’opposition entre parler d’une action et parler pour agir, cas auquel on peut assimiler la différence entre commentaire et citation6.

36Deux formes majeures du code-switching ont toute leur pertinence à l’écrit : la traduction et la citation.

Traduire

37La traduction apparaît dans des contextes bien particuliers. La forme scolaire du lexique ou du dictionnaire bilingue est reprise telle quelle dans certains cahiers, sous la forme de listes lexicales qui mettent en regard les termes de deux langues différentes. Outre le cas de copie signalé précédemment dans ce chapitre, deux scripteurs s’en servent comme support à l’apprentissage informel d’une langue, forgeant leur propre lexique écrit à partir d’échanges avec un étranger.

38Dans un cas récurrent, la traduction concerne non plus un terme mais une expression : il s’agit de la traduction-conversion de dates. On a déjà observé la mise en correspondance des dates dans un texte monolingue, la double page de Modou Fomba présentée en ouverture de cette partie, où les dates de naissance en chiffres sont données dans le calendrier grégorien, puis dans le calendrier lunaire. Makan Camara et Demba Coulibaly associent à la mise en correspondance une pratique de traduction. Chez le premier, les énoncés débutent en français mais incluent une partie en bambara pour la transposition dans le calendrier lunaire (cahier 2, p. 3). le mélange des langues apparaît alors induit par le double référentiel. Demba a également une pratique mixte, mais plus organisée, dans le document qui reprend le modèle du contrat avec un pasteur peul étudié à la fin du chapitre 4. La transposition de la date du début du travail du pasteur intervient dans un énoncé qui débute en français. La date en bambara dans le calendrier lunaire apparaît d’ailleurs en graphie script, selon la norme des premières formations en bambara.

  • 7 J’ai été aidée dans la description et l’analyse de ce document par Francesco Zappa, islamologue, d (...)

39La traduction-transposition de la date est une pratique extrêmement intéressante qui montre le souci de mise en relation de référentiels culturels distincts. Cependant, il s’agit d’une forme relativement figée. Dans mon corpus, le document qui témoigne le mieux de l’appropriation de la traduction à des fins personnelles est le cahier-livre de Ba Madou Sanogo, qui associe arabe et bambara et témoigne de l’intérêt de ce versant du plurilinguisme à l’écrit mêlant arabe, bambara et parfois français que, faute de compétences, je n’ai pas approfondi7. Ba Madou Sanogo, âgé de 66 ans en 2004, a suivi un enseignement coranique, d’une part dans son enfance à l’école coranique, puis plus récemment dans le cadre de la formation proposée par l’association qui relève d’Ansar Dine. Il a également suivi des cours d’alphabétisation en bambara.

  • 8 Pour une présentation des différents courants de l’islam malien voir l’étude par Benjamin Soares s (...)

40On a déjà décrit le soin apporté à la préservation de ce cahier, qui en fait un objet à la fois manufacturé et artisanal. Ce cahier m’a été présenté par Ba Mouda comme relevant exclusivement du domaine religieux, et condensant même tout le savoir islamique. Dans la partie centrale, inspirée par le genre des brochures en arabe, on trouve à la fois des préceptes moraux, des prescriptions rituelles et des indications dévotionnelles. Édification morale et instruction religieuse sont ainsi associées dans des textes qui prennent la forme de listes de préceptes, soigneusement numérotés et subsumés sous un titre. Cette partie se conclut, après une page blanche, par la copie de l’appel à la prière prononcé par l’orant puis de l’appel à la prière du muezzin. Cependant, avant et après cette partie, des notations différentes apparaissent. L’incipit est constitué sans surprise de la formule d’ouverture « Bismillâhi al-raḥmân al-raḥîm » copiée sur la première ligne dans la translittération en caractères latins, dans la marge supérieure en écriture arabe. Sur cette page figurent aussi des bénédictions en bambara. Sur la page suivante figurent cinq prières de demandes (« dugawu » en bambara, de l’arabe) tirées du Coran. C’est surtout la in qui permet d’observer l’hétérogénéité des notations : prières en langue et graphie arabes, notations numérologiques, graphes liés à des usages divinatoires et magiques qui recourent à des techniques talismaniques. Ces textes ressortent de différentes traditions de l’islam malien8 : certains évoquent les traditions ésotériques, notamment les graphes ; d’autres se rattachent aux pratiques des confréries soufies – ainsi figure le texte transcrit de la ṣalât al-Fâtiḥ, une prière pour le prophète qui fait partie des litanies de la Tijaniyya ; enfin, la partie centrale est d’inspiration réformiste (Zappa communication personnelle). D’autres notations semblent tout à fait profanes, et un récit en bambara d’une anecdote concernant un saint homme de la région clôt le document.

  • 9 Ce terme désigne l’usage de deux systèmes graphiques pour la même langue (Coulmas 2003, p. 231-234 (...)
  • 10 Ce dernier point est suggéré notamment par le recours par Ba Madou à la formule « suran misali sur (...)

41Cet aperçu de la diversité des notations permet de justifier l’inclusion de ce document dans les cahiers personnels. Certes centré sur la religion, ce cahier n’en est pas moins le fruit d’une sélection qui aboutit à la constitution de ce compendium original dans la manière dont il puise à des sources doctrinales disparates. Cette hétérogénéité des genres et des sources s’articule à la pluralité des langues et des graphies. Ainsi, sur la première page, la translittération assure la coexistence de plusieurs formes graphiques de la formule d’ouverture : la translittération latine est plus familière à Ba Madou, mais le maintien de la formule en graphie arabe semble important en ce seuil du document. Sur des passages plus longs, la digraphie9 qui associe sur la même page écriture arabe et écriture latine, pose des problèmes spécifiques liés notamment au sens d’écriture, que Ba Madou n’hésite pas à inverser pour quelques pages au milieu de son cahier. On voit aussi que les activités savantes de la translittération et de la traduction sont mises au service d’une composition personnelle. Reste à identifier les modèles de ces pratiques, qui sont probablement à la fois issus de la tradition manuscrite (traductions intralinéaires dans les manuscrits arabo-africains), des pratiques pédagogiques orales qui associent bambara et arabe10 et de la diffusion de l’imprimé islamique plurilingue dont on a signalé l’importance au sein des imprimés recensés au village. L’existence de cahiers comme celui-ci invite à complexifier le schéma général d’un passage d’une episteme ésotérique à une episteme rationaliste tel que proposé par louis Brenner (2001). En effet, certains détenteurs de cahiers s’engagent individuellement dans des formes de copie et de recueil du savoir islamique qui ne sont pas contrôlées par la tradition, et qui leur permettent, comme dans le cas étudié ici, de puiser à des sources doctrinalement hétérogènes pour y faire les propres choix ; mais en même temps, le cahier n’est pas une mise à disposition publique, et retient de la logique du secret le sens d’une captation de pouvoir par l’appropriation de certains savoirs. Je rejoins ici les analyses de Benjamin Soares qui souligne que le développement d’une sphère publique islamique rencontre les dynamiques de la transmission du savoir ésotérique sans que l’un et l’autre ne s’excluent totalement : prenant l’exemple des recueils imprimés de secrets liés à l’islam, il indique que ces textes représentent certes un défi aux modes de transmission traditionnels, mais que l’idée dominante est que ces secrets ne sont pas accessibles par la seule lecture de ces textes (2005a, p. 248). La recherche est à poursuivre sur ces questions, pour lesquelles les pratiques de scripteurs ordinaires apparaissent particulièrement intéressantes à prendre en compte.

42Le second acte d’écriture à examiner est celui de la citation.

Citer

43Citer consiste à insérer dans un discours un autre discours. Dans ce contexte, le choix de conserver la langue du discours d’origine ou le souci de marquer qu’il s’agit d’une citation par l’usage d’une langue distincte peut expliquer le code-switching.

  • 11 Sur la polarisation du champ magico-religieux en mori et bamanan, voir l’article classique de Jean (...)
  • 12 L’étude du langage de la magie remonte aux analyses de Bronislaw Malinowski dans Les jardins de co (...)

44Les citations sont diverses dans les cahiers, mais les genres récurrents sont formules et prières. On s’arrêtera particulièrement sur la formule magico-médicinale, en rappelant la continuité entre pratiques magiques, religieuses et savoir phytothérapeutique11. Les formules sont des énoncés qui sont transcrits d’après une source, le plus souvent orale. il s’agit de l’un des rares cas où un type de texte correspond à un genre identifié localement, à savoir la forme orale de l’incantation (« kilisi »). Ces formules magiques sont des énoncés dont l’efficace est liée à la profération. Comme le rappelle Tzvetan Todorov, « la magie n’est pas un énoncé mais une énonciation »12 (1973, p. 41). Plutôt que de poser que l’écrit en tant que tel décontextualise, comme le postule rapidement Jack Goody dans son approche du genre de la recette (1979, chapitre 5), il est indispensable d’être attentif aux dispositifs qui recontextualisent la formule écrite. Celle-ci est en effet accompagnée d’un ensemble d’indications qui précisent les circonstances de son usage – contexte d’énonciation et gestes à accomplir –, ainsi qu’éventuellement la source de cette formule – la personne qui l’a confiée au scripteur. Toutes ces indications sont en effet cruciales à la félicité de l’usage de la formule. On a déjà signalé, dans la discussion sur les secrets écrits, que cet appareil de contextualisation est souvent lacunaire, assurant la confidentialité de la notation.

  • 13 Ce « tu » transcrit le son émis avant de prononcer la formule (forte expulsion d’air provoquant un (...)

45L’analyse du genre de la formule fait apparaître des modes de structuration de l’espace graphique qui soulignent l’hétérogénéité discursive de ces écrits où interviennent des éléments de niveau énonciatif distinct : texte de la formule, indication d’usage, titre de la formule, nom de la personne par laquelle cette formule a été obtenue. En effet, la formule relève du discours rapporté, défini ainsi par Mikhail Bakhtine : « le discours rapporté, c’est le discours dans le discours, l’énonciation dans l’énonciation, mais c’est en même temps un discours sur le discours, une énonciation sur l’énonciation » (1977 [1929], p. 161). Le plus souvent, la disposition sur la page permet d’isoler la formule. L’usage de l’expression « bismillâhi », précédée ou non de « tu »13 comme titre, opère également comme marqueur du statut de l’énoncé qui suit. Cette expression, parfois soulignée, située au milieu d’une ligne, et suivie du signe de ponctuation « : », ouvre un espace qui est celui de la formule. Plus rarement le prédicat de parole bambara « ko » remplit ce rôle. La fin de la formule est également souvent marquée par des formes graphiques ou discursives – l’invocation de Dieu et de son prophète qui clôt l’énonciation orale de la formule.

46La distinction des langues intervient comme une ressource supplémentaire, se superposant à ces dispositifs : ainsi, dans l’ensemble des recettes et formules de mon corpus, le bambara intervient essentiellement en statut de mention (citation des formules), parfois dans des emprunts pour désigner des végétaux ou des modes d’usage très spécifiques. Le français est la langue principale des titres et des indications d’usage. L’analyse des prières et bénédictions coraniques dans les cahiers de bilettrés fait ressortir la même structure d’ensemble, où les éléments métadiscursifs (indications d’usage et titres) sont en français.

47On peut toutefois repérer un traitement un peu différent de l’arabe et du bambara, dans leur statut commun de discours rapporté (Authier-Revuz 2001). Dans le cas du bambara, la source orale peut éventuellement être donnée pour l’une des formules, ce qui n’est pas le cas des prières en arabe. En revanche, les prières ont des titres qui les rattachent à une tradition lettrée : le plus souvent le titre les identifie précisément, par exemple la prière titrée « Kourssiyou », le « Verset du Trône » (sourate 2, verset 255). Les formules en bambara, quand elles sont titrées, le sont de manière générique, avec la formule d’ouverture « bismillâhi ». Ces modalités métadiscursives esquissent deux modalités différentes d’inscription d’un discours « autre » dans le cahier. Dans le cas de l’arabe, il s’agit d’une intertextualité déjà construite par une tradition lettrée imprimée (les brochures) et manuscrite (les chaînes de copies), qui peut passer par un canal oral (la radio) mais qui se réfère à des textes ; dans ce cas, les sources sont connues et le statut de texte ne pose pas problème, il s’agit d’identifier des textes et de donner des précisions sur leur usage en contexte religieux. Dans le cas des formules en bambara, le statut de texte ne va pas de soi, et la mise par écrit qui s’opère dans le cahier pour son propre usage ne vise pas la constitution d’un corps de savoir à partager.

Le privilège au français

  • 14 Cette forme du doublet est relevée par Johannes Fabian dans le texte édité dans History from Below(...)

48Au-delà de ces usages particuliers de la pluralité des langues, citation et traduction, l’intrication de celles-ci est caractéristique de la plupart des cahiers. La dimension contrastive de l’usage du bambara, qui apparaît dans les manières d’insérer les formules dans cette langue est également perceptible dans des pratiques plus ponctuelles qui relèvent à la fois de la traduction et de la citation. La traduction permet l’élucidation ponctuelle d’un terme ou d’une expression14.

49Plusieurs scripteurs utilisent alors les guillemets pour signaler l’insertion de termes bambara dans des énoncés en français. Cette opération de signalement témoigne d’une stratégie discursive qui vise à affirmer que la langue du texte est le français, en soulignant le caractère étranger du bambara. Ainsi, l’étudiant Ganda Camara recourt aux guillemets pour des termes désignant des réalités locales (des espèces végétales) dans la page de son cahier qui comporte des recettes magico-médicinales. Un usage semblable à cet emploi des guillemets est celui des parenthèses. Les mots en bambara traduits entre parenthèses sont notamment des espèces animales ou végétales, c’est-à-dire des termes désignant des réalités locales, et un nom de maladie, qui ressort également de cette catégorie.

50Cette pratique caractérise les écrits des individus scolarisés au-delà du premier cycle, et souvent seulement en français. Ce profil particulier suggère que cet usage des guillemets renvoie à un souci de distinction, au sens propre, des deux codes. On peut aller plus loin et donner un sens sociologique au terme de distinction (Bourdieu 1979). Le sens de la légitimité, défini comme l’adhésion à la hiérarchie des langues de l’écrit, est acquis par ces scripteurs, et transparaît dans des entretiens comme celui avec Bakary Konaté, cité dans son portrait au chapitre 3. La pratique est en effet fortement asymétrique, les emprunts au français en bambara n’étant pas traités comme hétérogènes. Les guillemets traduisent le choix d’écrire en français plutôt qu’en bambara, et dans un français le plus pur possible.

51Dans certains cas, l’échelle pertinente pour appréhender les jeux de langues est celle de l’ensemble des cahiers d’un scripteur, notamment dans le cas de Moussa Camara (école classique, 7e), qui dispose de trois cahiers monolingues : deux en bambara pour la famille et la collectivité, un en français pour lui. Le répertoire scriptural bilingue se traduit physiquement dans une séparation des supports selon les sphères concernées : bambara pour les sphères villageoise et domestique, français pour la sphère « à soi », où les données consignées concernent la famille au sens restreint. Dans cet exemple, même si le cahier personnel ne comporte qu’à peine plus d’une page – dont l’analyse détaillée figure au chapitre suivant –, on observe que le français est réservé à l’écrit pour soi. C’est à partir de ces analyses du statut des langues que j’avance que le français est la langue dominante d’écriture des cahiers. Ce résultat ne repose pas sur une analyse statistique, que la nature du corpus rassemblé n’autorise pas, mais sur la considération du statut assigné au français par les bilettrés comme langue du métadiscours. Certes, tous les cahiers ne sont pas le lieu d’une forte mise en scène des rapports entre les langues, mais même chez des scripteurs qui maîtrisent moins le français comme Makan Camara (cahier 2), le français ressort bien, à l’examen, comme la langue privilégiée.

  • 15 Sa portée est également discutée pour des corpus oraux, voir par exemple l’article de Mark Sebba e (...)

52Cet acquis conduit à remettre en cause l’idée selon laquelle la répartition des langues à l’écrit s’établirait selon un partage identitaire qui assignerait au français les usages imposés et au bambara les usages les plus personnels. L’opposition entre langue maternelle comme langue du privé, des relations informelles, marquées par un caractère plus chaleureux et langue officielle, liée à des interactions publiques, telle que John Gumperz l’a théorisée dans une opposition entre le we code (langue de l’entre-soi) et le they code (langue des interactions officielles) ne fonctionne pas15. Quatre facteurs me semblent de nature à en rendre compte.

53Tout d’abord, les rapports entre langues de l’écrit au sein de l’école bilingue sont dissymétriques. Même la visée actuelle d’une « convergence des langues » ne semble pas réussir à contrer l’orientation des pratiques pédagogiques vers l’acquisition du français. A fortiori, pour les anciens élèves rencontrés en entretien, scolarisés avant ce tournant pédagogique, le français est la langue que la plupart déclarent avoir le mieux acquis au terme de leur premier cycle. En particulier, la pratique de la rédaction en bambara n’est pas attestée pour ces anciens élèves, or on peut considérer que c’est avec cette pratique que se met en place une forme d’injonction à écrire à la première personne.

54Deuxièmement, le français est, au village, une langue de l’écrit plus rare que le bambara. Le souci de préserver ses secrets est souvent avancé pour justifier le choix de cette langue, de manière tactique. Signalons que cette explication peut valoir pour d’autres langues. Diverses configurations sont possibles qui amènent en effet à privilégier d’autres langues dans cette fonction cryptique. Ainsi Bouya Keïta (alphabétisé et école coranique) écrit certains de ses secrets en arabe, le bambara étant connu de ses enfants, alphabétisés et scolarisés. À l’inverse, un ancien élève de l’école du village, rencontré à Bamako, déclare écrire ses secrets en bambara, langue de l’écrit moins bien maîtrisée dans son environnement immédiat que le français.

55Certaines justifications du français comme langue « à soi » lui confèrent cependant une valeur autre que contextuelle. Le français fait l’objet d’un choix expressif : le scripteur prend le parti d’écrire dans une langue qui est d’un usage rare à l’oral afin de marquer la spécificité de cette expression écrite. À cet égard, les usages contrastifs du code-switching visant à mettre à distance les termes en bambara sont des indicateurs forts d’une telle posture. Cette attitude est souvent articulée à des discours sur l’enjeu de distinction de cet usage.

56Enfin, la constitution d’un espace à soi passe par la langue de l’écrit qui connote l’extérieur au village, notamment l’expérience migratoire souvent urbaine. Des modèles culturels circulent en cette langue, qui s’impose alors. Sur ce point, l’analyse doit être nuancée, car des éléments de la culture juvénile urbaine sont également associés au bambara, notamment la radio locale et les pratiques de l’écrit associées aux émissions musicales. Cependant, les informations internationales et les résultats sportifs des compétitions mondiales sont transcrits en français.

57Selon les cas considérés, l’un ou l’autre de ces facteurs apparaît décisif pour comprendre le choix du français. Ils témoignent de ce que l’écriture pour soi n’a rien de spontané, et passe souvent par ce détour qu’est l’usage d’une langue seconde dans le répertoire oral.

Notes

1 Signalons le goût malien pour les sigles et acronymes : par exemple, les personnalités politiques sont couramment désignées par leurs initiales, comme « ATT » pour Amadou Toumani Touré, président de la République de 2002 à 2012 ou « IBK » pour l’un de ses opposants, Ibrahim Boubacar Keïta.

2 Ces écrits m’ont été montrés dans des circonstances particulières, puisque je loge dans la concession de Moussa et de Rokia. Ayant rapporté en 2003 des portraits de la famille prises l’année précédente, j’ai suscité une certaine émotion en montrant une photographie des femmes en train de puiser de l’eau sur laquelle figurait Rokia. Moussa m’a alors raconté les circonstances de son décès en s’appuyant sur ces traces écrites.

3 Cependant la présence d’une narration en bambara à la fin du cahier de Ba Madou Sanogo interdit de faire du français la langue du récit, ni de ce mode d’expression l’apanage des scolarisés.

4 Cette section doit beaucoup au travail entrepris avec Cécile Van den Avenne sur la question du plurilinguisme à l’écrit. Notre collaboration a donné lieu à plusieurs publications, auxquelles je me permets de renvoyer pour des discussions plus techniques (Mbodj-Pouye et Van den Avenne 2007, 2009 et 2012).

5 J’ai trouvé les analyses les plus éclairantes pour mon corpus chez des historiens, notamment dans un article de Linda Voigts sur le bilinguisme latin-anglais dans des textes du XIVe et XVe siècles qui pose de manière claire la question du transfert d’outils élaborés pour l’oral à des corpus écrits (1996). Voir aussi la somme de James Adams sur le bilinguisme dans l’Antiquité (2003).

6 Reprenant les fonctions discursives du code-switching distinguées par Suzanne Romaine (1995 [1989]), Linda Voigts parvient à des catégories assez proches pour décrire les écrits bilingues qui composent son corpus : « les fonctions discursives incluent l’usage du code-mixing pour réitérer un message, pour distinguer l’objet de discours de la discussion, pour différencier texte et commentaire, ou pour clarifier des catégories de textes » (1996, p. 818, ma traduction).

7 J’ai été aidée dans la description et l’analyse de ce document par Francesco Zappa, islamologue, dont les travaux portent notamment sur les brochures islamiques en bambara (2004, 2009). Nous travaillons ensemble à l’analyse de ce cahier de 180 pages photographié d’abord partiellement en 2004, puis intégralement en 2009.

8 Pour une présentation des différents courants de l’islam malien voir l’étude par Benjamin Soares sur Nioro du Sahel (2005a).

9 Ce terme désigne l’usage de deux systèmes graphiques pour la même langue (Coulmas 2003, p. 231-234). Parmi les rares travaux disponibles sur ce thème, on peut renvoyer à l’article de référence « Digraphia » de John DeFrancis (1984) et à la thèse de Stéphane Grivelet sur la Mongolie (1999).

10 Ce dernier point est suggéré notamment par le recours par Ba Madou à la formule « suran misali suran kɔrɔ », littéralement exemple d’une sourate, sens d’une sourate, pour introduire ses traductions. Sur le passage aux langues africaines dans l’enseignement coranique oral, voir l’étude de Tal Tamari (1996).

11 Sur la polarisation du champ magico-religieux en mori et bamanan, voir l’article classique de Jean Bazin (1985, p. 122) et les travaux de Benjamin Soares (2005a, 2005b). L’étude de Catherine Barrière donne des exemples du caractère hybride des recettes qui associent éléments végétaux et animaux et références coraniques (1999). Les recherches de Patrick McNaughton concernant la sémantique du secret sont particulièrement éclairantes (1982, 1988). J’ai proposé ailleurs une analyse détaillée de ce corpus (Mbodj-Pouye 2012).

12 L’étude du langage de la magie remonte aux analyses de Bronislaw Malinowski dans Les jardins de corail (1974 [1935]), et bénéficie des apports de la pragmatique, inspirée par les travaux de John Austin sur la performativité du langage (1970 [1962]).

13 Ce « tu » transcrit le son émis avant de prononcer la formule (forte expulsion d’air provoquant un battement de la langue et un crachotement).

14 Cette forme du doublet est relevée par Johannes Fabian dans le texte édité dans History from Below (1990, p. 174) et par Jan Blommaert dans l’autobiographie écrite par un Congolais qu’il analyse dans Grassroots Literacy (2008, p. 68-70). Pour une analyse de cette forme dans le CEV et au-delà, je renvoie aux analyses développées avec Cécile Van den Avenne (Mbodj-Pouye et Van den Avenne 2012).

15 Sa portée est également discutée pour des corpus oraux, voir par exemple l’article de Mark Sebba et Tony Wooton (1998).

Table des illustrations

Légende Photographie 6. Le cahier-livre, contre-plat et page de garde
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Photographie 7 – Deux versions du décès de Rokia
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 441k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search