Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Troisième partie. Tenir un cahier

Document. Deux pages pour soi

Texte intégral

1Cette double page ouvre, sur un cahier collectif, un espace à soi. Modou Fomba membre de l’AV d’un hameau voisin de Kina, avait 32 ans lorsque je l’ai rencontré en 2003. Non scolarisé, il a suivi des sessions d’alphabétisation en bambara, et il est trésorier de l’AV de son village, pour laquelle il tient plusieurs cahiers.

2Dans un désordre apparent, ce document condense la plupart des formes d’écriture dont l’examen occupe cette partie. Pour le décrire, partons des zones de texte les plus denses, situées au bas des deux pages, et qui consistent en une liste de dates de naissance. Cette liste est globalement chronologique, se déployant de haut en bas, et de la page de droite à la page de gauche. Les deux premières notations fournissent l’indice d’une écriture au fil des événements, puisque l’on a d’abord la date d’accouchement de maa, en 1994, suivie, après un tiret moyen, d’une autre date concernant toujours maa, en 1996. À la ligne, apparaît une première date d’accouchement de Sita, pour 1995, suivie, après deux tirets et dans une autre encre, d’une autre date, précisant qu’il s’agit de sa seconde grossesse (« Sita kɔnɔna 2 »), en 1997. Le scripteur a visiblement ajouté à la suite de premières notations (maa en 1994, Sita en 1995) les dates de naissances ultérieures. Ces femmes sont désignées par leurs prénoms ou des termes d’adresse familiers. Sur cette première page, les notations sont irrégulières. Elles comportent systématiquement le jour de la semaine en bambara et l’année en chiffres romains ; en revanche, le mois et son quantième se réfèrent de manière variable au calendrier officiel (le calendrier grégorien) ou au calendrier lunaire (le calendrier « bambara », déjà évoqué à propos de notations similaires). Il s’agit toujours d’énoncés complets, de la forme « telle femme a accouché le tant ». Sur la page de gauche les notations sont plus régulières, indiquant la date dans le calendrier officiel en détail et en chiffres, puis la concordance dans le mois bambara selon le procédé de transposition récurrent dans les cahiers.

3À parcourir les autres notations, la description est moins aisée, le repérage d’unités n’étant pas toujours évident. Sur la page de gauche, figurent des ensembles numériques, divisions et additions. Le total d’une addition est commenté ainsi : montant de l’argent de l’impôt (« nisɔngɔ wari hakε »). Suit une autre date concernant apparemment une grossesse (« garijεgε »). Puis une date est notée, celle du 13 avril 1997, sans commentaire – il s’agit de la date du premier tour des élections législatives. Enfin, une autre notation est plus difficile à décrypter – peut-être une référence à une organisation qui œuvre en faveur des enfants, ce qui pourrait correspondre à une information diffusée à la radio. Dans la partie supérieure de la page de droite, on repère trois ensembles textuels : les deux premières lignes consignent la date de début de travail d’un pasteur peul dans le calendrier officiel, avec son équivalent dans le calendrier lunaire – comme on l’a vu dans la partie qui précède chez Demba Coulibaly – ; dans la marge, deux notations succinctes : le coût de la réparation d’un vélo et le montant donné au pasteur peul ; enfin, deux lignes, qui s’étalent sur toute la largeur de la page, marge comprise, consistent en un relevé de superficies emblavées : 5 hectares de coton, 10 hectares de mil, etc.

4Si l’examen du détail des notations permet de repérer une structuration graphique de la page d’où émergent des ensembles plus ou moins cohérents, le sentiment d’un grand mélange demeure, renforcé par la présence de griffonnages dans la marge supérieure (gribouillis pour faire venir l’encre d’un bic, exercices de tracé de lettres). Dates de naissance, dates d’événements, comptes familiaux ou villageois, aide-mémoire agricole… : ces notations variées, qui couvrent une période de sept ans, constituent l’essentiel de l’écrit personnel de Modou Fomba, au beau milieu d’un cahier communautaire.

5J’ai choisi pour ouvrir cette partie l’un des écrits où le mélange des genres est le mieux perceptible à l’échelle d’une double page, produit par un scripteur parmi les moins lettrés des enquêtés. Mais cette impression de désordre, qui apparaît ici de manière flagrante, est caractéristique de l’écriture des cahiers, sinon pris page à page, du moins considérés dans leur ensemble. Les questions auxquelles je me propose de répondre dans cette partie sont les suivantes : comment parler d’une pratique partagée à propos de notations d’une telle hétérogénéité ? Comment cette pratique s’articule-t-elle à toutes les autres, plus régulières, auxquelles est soumis le scripteur ? Quels sont les enjeux d’une telle écriture personnelle ?

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search