Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Deuxième partie. S'approprier l'écrit

Scène. La pesée du coton

Texte intégral

  • 1 Ce type de scène publique reprend dans ses grandes lignes le fonctionnement des marchés de coton m (...)

1La première partie de l’ouvrage a permis de mesurer le rôle de la CMDT dans les dynamiques d’alphabétisation et d’appréhender les trajectoires individuelles où la maîtrise de l’écrit, en bambara comme en français, constitue une ressource. Au quotidien, l’écrit est également présent à travers des pratiques liées à la production cotonnière, pratiques qui contribuent à sa diffusion, comme le montre de manière exemplaire la pesée collective du coton1.

  • 2 Les écarts sont fréquents car le coton de l’AV fait non seulement l’objet d’une nouvelle pesée mai (...)

2Cette activité intervient en fin de campagne, au moment de la commercialisation du coton. Chaque producteur vient faire peser Les quantités récoltées par son exploitation, lesquelles rejoignent alors le magasin collectif de L’AV pour un acheminement à Fana de l’ensemble du coton du village dans les camions de la CMDT. Le poids total et la somme escomptée sont consignés sur des cahiers tenus au niveau de l’AV. L’enjeu de l’opération est de taille : le poids du coton détermine la somme qui sera perçue par le chef d’exploitation, soit l’essentiel de son revenu monétaire annuel. Les cahiers de l’AV servent de base à ces calculs. La responsabilité de l’ensemble de l’AV est également en jeu, car des erreurs dans la pesée ou le calcul entraînent une divergence avec la quantité pesée à l’arrivée à l’usine à Fana2.

  • 3 La notion de literacy event est calquée sur celle de speech event élaborée par Dell Hymes (1974). (...)

3J’ai procédé à l’observation de cette scène, dans des circonstances détaillées à l’encadré 4, que je propose d’analyser comme un literacy event, c’est-à-dire en orientant le regard sur la place des documents et des activités d’écriture au sein d’interactions orales, et sur les postures et attitudes des différents acteurs face à ces écrits3.

4Ces usages de l’écrit en contexte de travail mettent à l’épreuve les compétences des uns et des autres. Les activités d’écriture et de lecture au cœur de cette scène sont liées à la mesure et au calcul. Il s’agit d’abord de la pesée de chaque bâche de coton déposée sur le pont-bascule, dont le montant est annoncé oralement. Les montants concernant une même exploitation sont ensuite consignés sur des cahiers collectifs par trois membres de l’AV. La tenue parallèle de trois cahiers comportant les mêmes notations vise à s’assurer de l’exactitude des calculs : additions des différentes pesées d’un même producteur et multiplication du poids total par le prix d’achat unitaire pour parvenir au gain estimé. Les additions suivent une forme particulière : à chaque nouvelle pesée le poids est ajouté au sous-total précédent, selon la technique enseignée par la CMDT. Ainsi, en cas de divergence entre les trois cahiers, il est aisé de repérer une erreur et de savoir à quelle opération elle correspond, vérification qu’une longue addition unique rendrait fastidieuse.

5Ce travail témoigne de l’importance de l’AV comme lieu de socialisation à l’écrit. Ma participation a nécessité des explications de la part des membres de l’AV, et mes premiers calculs ont fait l’objet de rectifications et de contrôles : cette activité d’écriture collective se fait sous le regard attentif du secrétaire de l’AV et donne lieu à des explications et des discussions entre les scripteurs. Il s’agit d’un travail long et répétitif, même si la cadence d’écriture et de calcul n’est pas très soutenue. En effet, il faut entre chaque pesée décharger et recharger le pont-bascule ; pour peu que le producteur demande aux personnes qui pèsent d’attendre qu’il ramasse quelques boules de coton tombées à terre, il se passe quelques minutes entre chaque pesée ; enfin, à la fin de la pesée d’un producteur, après le calcul des totaux et les vérifications, il y a souvent un petit temps de battement, pendant que le suivant approche sa charrette. Cependant une journée de travail représente un temps d’écriture important.

6Au-delà des effets sur ceux qui sont effectivement engagés dans les activités de calcul et d’écriture au cœur de cette scène, celle-ci vaut surtout par ce qu’elle dit de l’inclusion d’autres acteurs dans un monde où l’écrit fait référence, permettant de nuancer les oppositions entre oral et écrit, lettrés et non-lettrés, usages publics et privés de l’écrit.

ENCADRÉ 4 UNE JOURNÉE À LA PESÉE DU COTON
Un matin, je trouve un groupe de personnes occupées à la pesée du coton devant la concession où je loge. Parmi elles, Somassa Coulibaly, un ancien élève de l’école bilingue (7e) avec qui j’ai mené un entretien et avec qui je continue à discuter régulièrement. Devant mon intérêt pour leur travail, il me propose de me joindre à eux, d’abord un peu par jeu pour voir comment je m’en sortirais. Constatant que je m’acquitte correctement de la tâche, il me l’a confiée plusieurs heures de suite, ce qui a permis de libérer provisoirement l’un ou l’autre membre de l’équipe.
La facilité avec laquelle j’ai été autorisée à tenir l’un des cahiers sans provoquer plus que l’étonnement de certains producteurs s’explique par le fait que cette tâche n’est pas réservée aux détenteurs d’une fonction particulière dans l’AV. Le fait que j’ai été admise, en tant que femme, au sein de ce groupe de travail composé d’hommes n’est pas significatif d’une ouverture de cette tâche à des femmes, mais tient plutôt au fait qu’en tant qu’étrangère je suis largement exceptée des contraintes sociales de genre.
La pesée a lieu devant le magasin où est entreposé le coton dans l’attente de son transport à Fana. Ce magasin est l’une des rares constructions en dur du village, situé à la fois en bordure de la route et face à la concession du chef de village. Il s’agit donc d’un endroit névralgique qui est aussi un lieu de passage. À la bascule se trouve Baïné Traoré, secrétaire de l’AV (alphabétisé) ; trois personnes tiennent en continu les cahiers, soit un roulement entre Somassa Coulibaly, Thiémokho Coulibaly (école bilingue, 7e), Mamadou Sangaré (école bilingue, 6e) et moi.

Schéma décrivant la scène de pesée du coton (Kina, 16 mars 2004)

Le coton amené par un producteur tient rarement en une fois sur le pont-bascule, ce qui nécessite généralement une pesée en plusieurs fois. À chaque bâchée, le peseur qui se tient dans l’espace central lit le poids et l’annonce oralement. Ce poids est reporté simultanément sur les trois cahiers, par les scripteurs qui procèdent d’emblée à l’addition nécessaire. Le personnage central est celui du peseur, ici le secrétaire de l’AV, le plus âgé des membres du bureau présents, et le plus ancien dans l’AV
. Les trois cahiers reproduisent les mêmes calculs. À chaque calcul, l’un des scripteurs énonce le montant obtenu et les autres vérifient et confirment. Souvent une ou deux personnes observent le travail d’écriture. Baïné lui-même le supervise parfois. Une fois pesé l’ensemble du coton apporté par un producteur, le poids total de coton lui est annoncé. Ce total est ensuite multiplié par le prix du kilogramme de coton (200 francs CFA pour un kilogramme de coton-graine lors de la campagne 2003-2004). Cette somme totale est également annoncée par oral au producteur, à titre indicatif car le montant qui lui sera finalement versé peut différer de celui-ci – sans compter les crédits restant à recouvrer qui doivent alors être déduits.

7Dans cette activité, deux formes d’attestation coexistent : l’énoncé oral et public, et l’inscription sur des documents collectifs. On y mesure à la fois la centralité de l’écrit comme point de référence, et l’importance des interactions orales qui permettent de produire l’écrit et qui le valident. L’importance de l’écrit ne tient pas seulement à la production d’un document : toute l’activité est tramée de références scripturales, et ce de la pesée, lecture d’un instrument de mesure, aux calculs, additions et multiplications qui permettent l’annonce finale. Cependant, à chaque étape, l’oral intervient : le poids est annoncé oralement par le peseur, acteur pivot de cette scène, qui s’adresse à la fois au producteur et à ceux qui tiennent les cahiers ; les sous-totaux sont comparés en échangeant ces chiffres autour de la table ; les totaux finaux sont annoncés à nouveau oralement au producteur.

8Les principaux acteurs de cette scène sont indéniablement ceux qui maîtrisent l’écrit : le rappel des formations des uns et des autres, dans l’encadré 4, permet de vérifier la domination des lettrés, alphabétisés ou scolarisés, au sein de l’AV. Ici, cela se justifie pleinement dans la mesure où ces activités engagent des compétences de lecture, d’écriture et de calcul. Pourtant, loin de témoigner d’une captation du pouvoir de l’écrit par les seuls alphabétisés, l’observation permet de constater que les non-lettrés ne sont pas démunis face à une telle activité, et qu’ils interviennent en tant qu’acteurs à part entière.

9Cela apparaît essentiellement au moment de l’annonce du poids et du prix totaux : si certains chefs d’exploitation non lettrés se contentent de l’énoncé oral de ces montants qu’ils s’appliquent à retenir, d’autres se les font écrire. J’ai ainsi vu issa Diallo, cultivateur non lettré, réclamer un « reçu » bien qu’il ne soit pas d’usage d’établir un tel document en bonne et due forme, l’énoncé public et la notation sur les cahiers suffisant comme garantie. Cependant, accédant à sa demande, l’un de ceux qui tenaient les cahiers lui a noté ces montants sur un bout de papier. D’autres se font accompagner d’un membre lettré de leur famille qui consigne pour eux ces données. À l’occasion de cette journée d’observation j’ai aussi entendu parler, mais sans pouvoir les observer, de pratiques d’écriture idiosyncrasiques de personnes non alphabétisées qui possèdent leurs propres signes pour noter des nombres.

10Quant à ceux qui sont lettrés, ils déploient au cours de cette activité un ensemble de pratiques pour eux-mêmes qui redoublent ou prolongent les écrits collectifs. Beaucoup d’écrits prennent ainsi la figure, qui reviendra tout au long de cette partie de l’ouvrage, d’une notation par-devers soi d’écrits publics. Ainsi, Kandé Konaté (école bilingue, 7e) précise que, bien que cela ne soit pas sa tâche, il contrôle en les traçant dans la poussière les calculs efectués au cours de la pesée du coton.

KK Je contrôle leurs calculs, mais je n’ai pas de papier ! Au cours de la pesée, je contrôle une grande partie de ce qui se fait en calculant à même le sol au fur et à mesure (entretien en bambara).

11L’écriture pour soi redouble ici le dispositif de contrôle interne à l’AV, qui repose déjà sur la notation conjointe des poids et des calculs sur trois cahiers différents par des scripteurs distincts. Plus communément, il s’agit de notations pour soi-même des totaux qui sont annoncés à la fin de la pesée.

12Mais au-delà du temps de l’activité, ces formes de notation réapparaissent dans des écrits privés. En effet, le revenu du coton donne aussi lieu à un partage interne à l’exploitation. Si le chef de famille en conserve l’essentiel, pour pourvoir aux besoins de la famille dont la charge lui incombe, les différentes personnes qui ont récolté, notamment les femmes, obtiennent une rémunération au prorata du poids récolté (équivalent à un dixième du poids récolté dans la concession où je logeais). À cette échelle, prolongeant la scène observée ici, d’autres acteurs que les chefs d’exploitation interviennent, notamment des femmes et des cadets. Si les manières de noter varient, on relève tout de même la prégnance des modèles définis par ces activités professionnelles, notamment la reprise du système d’additions successives et la mise en forme en colonnes.

13L’observation de cette journée, mise en rapport avec des pratiques lors d’autres scènes, permet ainsi de souligner la manière dont différents acteurs villageois sont pris dans l’écriture, à des degrés et sous des formes diverses. Elle ouvre sur l’analyse de la délégation d’écriture que l’étude de la correspondance, au chapitre 5, permettra d’approfondir. Elle témoigne surtout de la capillarité de l’écrit, qui n’est pas réservé aux lettrés, ni même aux chefs de famille, et suggère que les écrits privés sont articulés aux écrits publics selon deux logiques distinctes : une dimension défensive de l’écrit privé qui redouble l’écrit collectif, mais que l’on garde pour soi ; une logique d’appropriation proprement dite où les formes de l’écrit collectif sont prolongées en mode de gestion domestique, sans répondre à une injonction directe.

Notes

1 Ce type de scène publique reprend dans ses grandes lignes le fonctionnement des marchés de coton mis en place par l’administration coloniale dès les années 1920, dont on trouve une description précise dans l’ouvrage de Richard Roberts (1996, p. 182-188, avec p. 186 une reproduction d’un schéma de Bélime). Le commentaire de Richard Roberts met l’accent sur la dimension de contrôle du dispositif, mais on peut relever aussi l’importance du rôle des auxiliaires lettrés indigènes.

2 Les écarts sont fréquents car le coton de l’AV fait non seulement l’objet d’une nouvelle pesée mais aussi d’une estimation quant à sa qualité : s’il est considéré de qualité inférieure, le paiement global diminue, ce qui se répercute sur l’argent versé à chacun.

3 La notion de literacy event est calquée sur celle de speech event élaborée par Dell Hymes (1974). empruntant cette expression à un article sur l’expérience préscolaire de l’écrit en milieux populaires (Anderson, teale et estrada, 1997 [1980]), Shirley Brice Heath l’a constituée en outil ethnographique dans sa monographie Ways with Words. L’enjeu est de dégager les « règles interactionnelles qui régulent le type et l’ampleur de la parole sur ce qui est écrit, et définissent la manière dont le langage oral renforce, contredit, étend ou met de côté le matériau écrit » (1983, p. 392, ma traduction). Le recours privilégié à l’observation de literacy events doit surtout à Brian Street qui en fait l’un des pivots méthodologiques des literacy Studies (1993, p. 12-13).

Table des illustrations

Légende Schéma décrivant la scène de pesée du coton (Kina, 16 mars 2004)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/5086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search