Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Première partie. Être alphabétisé au village

Conclusion

Texte intégral

1Dans le village de Kina, l’écrit apparaît bien comme une ressource sociale même si elle ne confère qu’inégalement un statut de lettré. L’appropriation de l’écrit donne lieu à des investissements au-delà de ce qui est socialement rentable.

2La comparaison des profils de lettrés montre que les effets sociaux des filières sont fortement différenciés. L’alphabétisation pour adultes a renforcé des lignes de partage existantes : entre hommes et femmes, entre familles au statut socio-économique reconnu et familles en marge de la dynamique villageoise de développement. Cela tient d’une part à son recrutement sélectif, d’autre part au fait que la plupart des lettrés ont été associés à l’exercice local des responsabilités. En revanche, l’école introduit des bouleversements qui sont beaucoup moins contrôlés : la socialisation est plus longue, elle intervient à un âge crucial (avant le mariage, initiant parfois un parcours migratoire) et elle introduit des changements significatifs, même si ses effets restent contraints.

3L’élément central est le jeu qu’introduit l’écriture entre la volonté de ceux qui détiennent le pouvoir social (les hommes d’âge mûr) d’en maîtriser les effets et le débordement toujours possible par le lettré de ces limites, puisqu’il dispose de compétences que les autres n’ont pas. Or l’école, plus qu’une alphabétisation pour adultes circonscrite et intervenant dans un contexte de rareté des compétences, a créé de telles opportunités d’usages inattendus. Localement, la dialectique de l’écriture et du pouvoir a donc pris des formes variables selon le contexte socio-historique. Le contrôle social en amont de l’alphabétisation a permis de la réserver à des individus appelés à diriger les affaires publiques, même si elle aboutit à redéfinir les rôles, comme dans le cas de Mamoutou Coulibaly qui prend le dessus sur ses aînés. En aval, les débouchés garantis amènent les lettrés à développer leurs usages de l’écrit dans le prolongement des usages collectifs, avec des investissements parallèles dans des sphères plus privées. Au contraire, l’école a un recrutement plus large et forme des lettrés auxquels on ne confie parfois aucune tâche et qui ne bénéficient d’aucune opportunité. Mais dans ce dernier cas, certains investissent compétences et dispositions dans des domaines privés, comme le commerce, ou en prolongeant l’expérience de la migration scolaire. Il faut également replacer la succession des générations lettrées analysées dans un contexte socio-économique dégradé, avec des débouchés dans l’emploi formel de plus en plus limités et des revenus cotonniers de moins en moins assurés. Aux espaces de formation à l’écrit clairement identifiés car liés à des institutions ou à des lieux spécifiques (école, AV), il faut ajouter l’effet des pratiques, qui constituent le lieu d’une synthèse entre ces expériences, voire un espace propre de socialisation à l’écrit. Il est temps d’appréhender ces pratiques en tant que telles afin de comprendre ce qui s’y joue. Cela impose un changement de perspective, engageant à reprendre la question des usages collectifs de l’écrit et de la manière dont les individus, lettrés ou non, s’y engagent.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search