Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Note sur la transcription du bambara et les citations d’entretien

Texte intégral

Transcription du bambara

1Pour la transcription du bambara, je suis l’orthographe officielle. Je ne note toutefois pas les tons, en conformité avec l’usage de la plupart des publications non spécialisées.

2Voici les caractéristiques notables de prononciation pour un lecteur francophone (voir Bailleul2007, p. 6) :

  • c pour l’occlusive palatale sourde (tch ou ty)
  • j pour l’occlusive palatale sonore (dj ou dy)
  • ɲ pour la nasale palatale (ny)
  • ŋ pour la nasale vélaire (ng de l’anglais king)
  • u pour la voyelle d’arrière fermée (ou)
  • o pour la voyelle d’arrière mi-fermée (ô de pot)
  • ɔ pour la voyelle d’arrière mi-ouverte (o de toc)
  • e pour la voyelle d’avant mi-fermée (é)
  • ε pour la voyelle d’avant mi-ouverte (è)

3Cet ouvrage utilise la police Bambara Sil Doulos développée par le laboratoire langage, langues et cultures d’Afrique noire (LLACAN) du CNRS.

4Je recours aux formes suivantes pour la citation des verbes (Dumestre 2003, p. 43) :

  • pour un verbe intransitif « ka » + verbo-nominal (VN)
  • pour un verbe transitif « k’a » + VN
  • pour un verbe réfléchi « k’i » + VN

5Pour la transcription des noms propres, je me conforme à l’usage, même s’il s’éloigne des règles indiquées ci-dessus. Ainsi, je conserve l’orthographe usuelle pour la ville de « Ségou », que d’autres publications désignent par l’orthographe rétablie « Segu » – dans les citations, je suis l’usage de l’auteur. les termes bambara d’usage courant, insérés au il du texte, sont en italiques et toujours au singulier.

6Les ouvrages de référence utilisés dans cette étude sont les Dictionnaire bambara-français et Dictionnaire français-bambara de Charles Bailleul (2007, 1997) et la Grammaire fondamentale du bambara de Gérard Dumestre (2003). par souci de concision, le renvoi aux entrées de dictionnaire ne comporte pas de pagination.

Extraits d’entretien en bambara

7Les extraits d’entretien sont suivis de la mention « entretien en bambara » ou « entretien en français », indiquant la langue principale dans laquelle s’est exprimé mon interlocuteur, sans préjuger d’alternances ponctuelles dans l’autre langue. les quelques entretiens où la personne a régulièrement utilisé les deux langues sont signalés comme tels. Cette indication sur la langue de l’entretien est donnée la première fois seulement dans le cas de citations consécutives du même entretien.

8Lorsqu’il m’a paru important que le lecteur puisse se référer à la transcription des extraits d’entretien en bambara, le texte original igure soit intégralement en note de bas de page, soit partiellement entre crochets droits [ ] à la suite de la traduction en français.

9Les italiques signalent les passages traduits du bambara, alors que les passages ou expressions en français dans l’extrait original sont donnés en caractères romains.

10Dans les échanges, les traductions et interventions de mon assistant sont parfois omises, ce qui est spéciié ; elles sont restituées, introduites par la mention « Int. » pour « Interprète », quand les jeux d’incompréhension ou les glissements de sens sont signiicatifs.

11Les transcriptions d’entretien suivent les critères habituels en sciences sociales, avec notamment l’ajout d’une ponctuation.

12La barre oblique / signale une phrase interrompue, soit par le locuteur soit par l’un de ses interlocuteurs.

13Les coupes sont signalées par (…).

14Les commentaires sur la situation d’interlocution et les éléments sur la communication non verbale sont fournis entre parenthèses ( ).

15Les termes incertains sont restitués entre accolades { }.

16Les soufflets < > encadrent des explicitations du sens d’un terme ainsi que tout ajout destiné à rétablir une expression correcte ou à faciliter la compréhension.

Transcriptions d’écrits

17Dans les transcriptions de documents recueillis, sauf indication contraire, l’orthographe originale est conservée. Le cas échéant, l’orthographe est rectiiée entre crochets [ ].

18La barre oblique / indique un saut de ligne.

Caractéristiques des enquêtés

19Les personnes avec lesquelles j’ai travaillé sont nommées par des pseudonymes. Quand elles sont introduites pour la première fois, igure entre parenthèses une indication sommaire de leur niveau d’alphabétisation en utilisant les expressions suivantes :

  • « alphabétisation » signifie que cette personne a suivi des sessions d’alphabétisation en bambara et a des compétences à l’écrit dans cette langue ;
  • « école classique » signifie que la personne a été scolarisée dans une école en français seulement ;
  • « école bilingue » signifie que la personne a été scolarisée à l’école primaire bilingue du village.

20Pour l’école, la mention de la dernière classe atteinte suit, étant entendu qu’une indication telle que « école bilingue, 7e » signifie que la personne a été scolarisée au primaire à l’école bilingue, puis en 7e au second cycle où le bambara n’est plus utilisé.

21Pour les personnes qui ont été scolarisées puis ont suivi des sessions d’alphabétisation, j’indique uniquement le niveau scolaire.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search