Version classiqueVersion mobile

Le fil de l'écrit

 | 
Aïssatou Mbodj-Pouye

Remerciements

À mes amis au Mali, pays qui a dramatiquement
changé depuis le temps dont traite ce livre.
Ala k’aw kɛnɛ to, ka ɲɔgonye nɔgɔya.

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat de sociologie et anthropologie soutenue à l’Université Lumière-Lyon-2 en 2007, financée par une allocation de recherche du ministère de l’Éducation nationale. Une bourse Jean-Walter-Zellidja de l’Académie française m’a donné les moyens d’effectuer un premier terrain en 2001. Enfin, un poste d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS) m’a permis d’achever ma thèse et de rédiger cet ouvrage.

2Au Mali, mes pensées vont d’abord aux personnes qui m’ont reçue et accueillie lors de mes enquêtes, en particulier mes logeurs à Fana, Ibrahima Dembélé et Hawa Keïta. Je ne peux nommer tous ceux qui ont pris le temps de discuter avec moi dans les villages où j’ai travaillé, mais je leur dois d’avoir mené à bien ce travail. J’ai été assistée par plusieurs personnes, en particulier Baba Kané et Abdoulaye Fomba, ainsi que Joseph Gaston Traoré qui a transcrit une partie des entretiens. À Bamako, Mamadou Lamine Haïdara, trop tôt disparu, a été mon interlocuteur le plus précieux.

3Je remercie tous les membres de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) avec lesquels j’ai travaillé, en particulier Cheick Oumar Doucouré (Bamako), Youssouf Sidibé (Fana) et Mamadou Youssouf Cissé (Koutiala). Mon rattachement à l’institut des sciences humaines a permis la bonne conduite de mes enquêtes. les échanges avec les formateurs et linguistes de la Direction nationale de l’éducation de base (DNEB) au ministère de l’éducation nationale et du Centre national des ressources de l’éducation non formelle (CNR-ENF) – ex-Direction nationale de l’alphabétisation fonctionnelle et de la linguistique appliquée (DNAFLA) – ont été fructueux, en particulier avec Ndo Cissé et Youssouf Diallo.

4Ma thèse a été réalisée sous la direction de Bernard Lahire, que je remercie d’avoir accepté de diriger ce travail sur un terrain inconnu de lui ; ses exigences méthodologiques et son cadrage théorique ont été essentiels. Je tiens à exprimer également ma reconnaissance à Gérard Dumestre pour ses encouragements constants et sa relecture minutieuse des transcriptions du bambara. Étienne Gérard et Yves Grafmeyer ont accepté de participer au jury et de partager avec moi des réflexions qui m’ont été très utiles au moment de remanier ma thèse. Également membre du jury, Béatrice Fraenkel a été une interlocutrice experte et attentive depuis la fin de ma thèse ; je la remercie tout particulièrement de m’avoir accueillie au sein de l’équipe anthropologie de l’écriture de l’institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) à l’EHESS. Je remercie chaleureusement les doctorants et chercheurs qui ont participé à l’atelier de lectures anthropologie de l’écriture et Literacy Studies que j’ai animé au sein de cette équipe, et dont les échanges ont contribué aux inflexions données à cet ouvrage par rapport à mon travail de thèse. Au Centre d’études africaines, je remercie en particulier Anne Doquet, Éloi Ficquet et Jean-Paul Colleyn pour nos discussions et collaborations, qui m’ont permis de développer la thématique de l’écrit en Afrique dans une perspective comparatiste. J’ai eu l’opportunité de présenter mon travail à différentes occasions qui m’ont toutes beaucoup apporté ; je remercie Sean Hawkins pour son invitation à l’Université de Toronto, Kasper Jufermans de m’avoir conviée à Tilburg, Uta Papen et David Barton pour nos échanges réguliers à Lancaster et Paris, et Catherine Atlan de m’avoir invitée à Aix-en-Provence.

5La rencontre de Cécile Van den Avenne au cours de ma thèse a été décisive. Je tiens à la remercier pour son aide efficace et enthousiaste sur le corpus des cahiers, et pour son engagement dans nos travaux communs.

6Mes collègues et amis ont été largement mis à contribution, sans que je puisse ici les citer tous. Ingse Skattum, Thierry Tréfault et Bernard Dumont ont bien voulu partager avec moi les réflexions issues de leurs travaux sur l’alphabétisation et l’école bilingue. Karin Barber a eu la gentillesse de discuter certains aspects de mon travail et je lui en suis très reconnaissante. Je remercie Vincent Bonnecase pour ses conseils sur la partie historique, Kristin Vold Lexander pour nos échanges sur le plurilinguisme à l’écrit, Julie Lefèbvre pour ses remarques sur l’usage des abréviations, Tristan Poullaouec pour son appui sur les statistiques, Francesco Zappa pour son aide minutieuse sur les usages de l’arabe.

7Merci enfin et surtout à ma mère Anne, qui m’a donné le goût de voyager, et à mon mari Badara pour son soutien de tous les instants où j’ai puisé l’énergie de mener à bien ma thèse et la rédaction de cet ouvrage.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search